Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibilitylethal lust. ((ASMAR))
I LOVE HARVARD
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
AccueilAccueil  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Le Deal du moment : -45%
    PC Portable LG Gram 17″ Intel Evo Core i7 32 Go ...
    Voir le deal
    1099.99 €
    -55%
    Le deal à ne pas rater :
    Coffret d’outils – STANLEY – STMT0-74101 – 38 pièces – ...
    21.99 € 49.04 €
    Voir le deal

    lethal lust. ((ASMAR))
    Isla El SaherMembre de la Pforzheimer House
    feat
    Arrivée
    Multicomptes
    Crédits
    Discord
    Pseudo & pronom IRL
    Isla El Saher
    Membre de la Pforzheimer House
    Informations
    Âge : 24
    Lieu de naissance : dubaï.
    Quartier.s d'habitation & Colocation : city center.
    Situation sentimentale : coeur aride. s’amourache de l’éphémère, passionnée du néant. promesse fléau flirt avec l’annulaire.
    Études & Métiers : sixième année d’architecture.
    Date d'inscription : 07/01/2024
    Pseudo & pronom IRL : gigi & her
    Icon : lethal lust. ((ASMAR)) RPfq2L8O_o
    Avatar utilisé : carla guetta
    Crédits : lumossolemstuff
    Multicomptes : lena
    Warning : addictions/blessures/adultères/infidélités/relations toxiques/emprise
    RPS : 29
    Messages : 1989
    Fiche de présentation : https://www.i-love-harvard.com/t167425-isla-el-saher-carla-guetta-cohen#7967420
    Fiche de liens : https://www.i-love-harvard.com/t167458-isla-el-saher-fiche-de-liens#7969292
    participer à veritas ?les secrets à ne pas révéler
    Veritas
    Lien du postMar 16 Avr 2024 - 16:07
    taggercitereditionsupprimeradresse
    tige de cristal tangue entre les phalanges. lasse des œillades simulées et des félicitations précipitées. loge la tombe qu’on nous a édulcorée, là, au milieu du banquet. mort divine. l’opulence ingrate en pagaille. principe de donner toujours plus à ceux qui ont déjà trop. jusqu’à ce qu’ils s’égarent dans la luxure, ne trouvent jamais la paix. comme nous, dans ce face à face mortifère. reflet de carcasses immondes. se ressemblent et se détestent. je te hais. resserre l’emprise autour du verre presque sec. ivresse interdite pour ne pas outrager les cultures. au milieu des imposteurs, éther devient infâme. pas envie que ton visage me hante. les rétines pourtant agrippées à tes détails. esprit se mélange, devient capharnaüm entre désir et dégoût. insolence de ton sourire. je sais que tu me vois. et, j’aimerais taillader tes lèvres pour que jamais elles ne me tentent. ne m’appellent. ramène le verre au bord des pulpeuses, penche un peu trop. liquide se déverse en cascade, inonde la courbe du décolleté. maladresse lascive que tu dégustes. joueuse de sérénade, imite la surprise quand géniteurs ont l’attention. - vous m’excuserez. vulgaire grincement de chaise. fuyant dans les couloirs de l’hôtel. porte claque nerveusement. toilettes déserts, seule face au miroir des vérités étouffantes.

    @Asmar Al Gamil
    InvitéInvité
    feat
    Arrivée
    Multicomptes
    Crédits
    Discord
    Pseudo & pronom IRL
    Anonymous
    Informations
    participer à veritas ?les secrets à ne pas révéler
    Veritas
    Lien du postJeu 18 Avr 2024 - 21:41
    taggercitereditionsupprimeradresse
    d'être sacré il n'en porte que le nom, une farce à la gorge des erinyes. l'hémoglobine agape dans les capillaires prêts à éclater, à laisser l'ichor couler dans les rigoles jusqu'à l'encolure candide contre la nuque pulsatile, il a un geste rageur pour arracher l'attache, la haine d'un condamné trahit sous l'égide de l'andrôn. rustre mouroir judas, admire l'empire de poussière soufflé par une tornade, ci gît l'affect et ne se relèvera pas. évadé des supplices de tantale, à l'ardeur de sysiphe la vésanie griffe et se débat. croiser son regard est une lubie cruelle. le fait dérailler, carcasse de colosse frôle le ciel et voudrait disparaître. tu t'admirerais dans ses prunelles isla. il la hait. rictus malingre grêlé passe l'obscure d'une conversation à laquelle il ne fredonne qu'une litanie intoxiquée, il la suit du regard avide bestial de l'imaginer fugace à peine. qu'elle disparaisse. qu'elle s'étiole et quitte la fête, lui laisse enfin les tempes vierges des ombres maladives de sa silhouette cariatide. le regard froid pour cacher l'envie, le désir interné dans les ailes sombres de sa psyché avide, il feint le dédain. sale insolence pour la chair infâmante, il offre un rictus sadique à la pire de ses muses avant qu'elle ne s'éclipse. se lève et la suit sans mot ni regard pour apaiser l'offense factice du paternel. pousse la porte sans respect, jamais pour elle. l'endroit et vide, des cabines spectrales. finit par croiser son regard dans la glace. — j'en conclus que t'es du genre à te donner en spectacle.  

    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum