::  :: RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Catalyes - l'attente est douloureuse, l'oubli est pénible. Ne pas savoir quoi faire est encore pire.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Invité
Invité

(#) Mar 6 Mar - 8:45
Invité
Tu venais sans vraiment t’en rendre compte, d’ouvrir ton coeur, de lui dire ce que tu avais ressenti en si peu de temps. Oui, tu venais de lui avouer que tu ne voulais plus le voir avec une autre femme autre que toi, et en conclusion que tu ressentais bien plus que de l’amitié pour cet homme. Bien évidement tu ne lui avais pas dis avec ces mots, tu voulais toujours garder une part de suspens, sinon ça serait bien trop simple. Maintenant, il pouvait comprendre toute ta mascarade avec Arthur, qui n’était finalement qu’un simple ami, mais qui t’avait donné un bon coup de pouce pour le rendre fou et ça avait marché comme sur des roulettes. Il était présent temps de rentrer, une bonne douche te ferait le plus grand bien et ensuite calé dans ton lit devant la télévision ou une connerie dans ce genre. En plus, peut-être qu’Elyes resterait près de toi, même si tu avais encore un léger doute sur ce point là. Tu t’étais accroché à son bras, pour pouvoir marcher avec plus de sureté, mais il refusa catégoriquement de te rendre ton joint. Sacrilège, voilà qu’il venait de jeter en l’air de l’argent, tu boudas pendant un instant et tu avais déjà presque oublié ce problème. « Bien, la prochaine fois que je met une robe, je viens en basket. » tu tiras la langue, avec un grand sourire sur tes lèvres. Tu savais pertinemment que les hommes aimaient les escarpins, ça te rendait plus grande, fine et élancée. Tu te tenais toujours à lui, posant un instant ta tête sur son épaule et fermant les yeux. Tu commençais à ressentir petit à petit la fatigue qui prenait le dessus et il te proposa de te porter. « Je ne vomirai pas, si tu me promet de ne pas regarder en-dessous de ma robe. » disais-tu avec un léger sourire sur tes lèvres. « Tu resteras dormir avec moi? » laissais-tu sortir de ta bouche, sans trop contrôler ce que tu venais de dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t93225-giacobabe-hic-et-nunc http://www.i-love-harvard.com/t93223-giacobe-e-wilkins-456-322-0788
avatar
En ligne
HARVARD'S STUDENT
Gíacobe E. Wilkins
HARVARD'S STUDENT
J'ai : 25 ans et je vis à : Boston. . J'ai posé mes affaires ici le : 21/09/2016 et depuis, j'ai posté : 2857 messages et gagné : 259 points. Actuellement, je suis : étudiant en médecine. et côté coeur, je suis : disponible pour de belles aventures Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : trop beau pour être vrai. . Oh et puis, on dit que je ressemble à : diego barrueco. ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : sweet disaster , et un grand merci à : tmns. ✽ DC/TC : : Jamie H. Wheeler (Tom Austen) - Ellen L. Cortes (Emily Ratajkowski)


IT'S A LOVE STORY, BABY JUST SAY YES
IT'S A LOVE STORY, BABY JUST SAY YES 

PRESENT célibataire. pleinement célibataire.

PAST s'il y en a bien une qui fait partie de son passé c'est COLOMBE. ils sont sortis, ont rompus, et pourtant ils leur arrivent encore de fauter ensemble.

SEXLIST elle était une pote hors paire, ELBETH, est la nana avec qui il passe toujours du bon temps au pieu comme ailleurs.


YOU FOUND A FRIEND IN ME
YOU FOUND A FRIEND IN ME 

FAMILY Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas sodales nisl libero, id auctor libero bibendum sed. Nulla facilisi. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas.

THE BEST l’indétrônable c'est bien ADELAIDE, il y tient comme on tient à la prunelle de ses yeux, il faut le croire.

THE REST Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas sodales nisl libero, id auctor libero bibendum sed. Nulla facilisi. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas.

[url=lien][/url]

(#) Mer 7 Mar - 2:32
Voilà que tu ne la prenais nullement au sérieux. Oh oui, sa petite résolution/promesse ne tenait pas debout, autant qu'elle d'ailleurs. Tu n'y croyais que trop peu, tu t'en amusais même secrètement sans la défier là-dessus. Décidément, l'alcool lui était synonyme de nombreuses comportements. Ben voyons ! Tu sais quoi ? Je te promets de ne pas regarder en dessous de ta robe, si tu promets de ne pas  me vomir dessus. Bien rendu tiens. Décidément, même ainsi, elle avait réussi à te détendre et son sourire était tellement beau. Est-ce que tout était rentré dans l'ordre ? Certainement pas. Tu avais besoin de lui parler dans son état le plus normal, et pas avec de l'alcool dans le sang, et une déprime apparente. Tu finissais par te mettre dos à elle, pour t'abaisser quelque peu, et la laisser ainsi grimper à ton dos. Allez grimpe, on verra plus tard pour la partie dormir avec toi. Clairement, elle n'aurait peut-être pas à se faire prier. Tu n'avais pas toutes les réponses que tu voulais, mais elle avait désamorcé quelque chose en parlant simplement de sa réaction, et de son histoire bien fake avec Arthur. Une part de toi y croyait, même si tu lui en voudrais certainement d'avoir jouer la mascarade. Tu l'as donc portée jusqu'à sa chambre, et il fallait le reconnaître tu n'avais pas été très bavard. Tu semblais essayer de comprendre.





suavemente
chaque vie connait un jour ce type ce séisme : ce moment où les sentiments deviennent des allumettes craquées au milieu d'une forêt desséchée. le prélude à un incendie capable de ravager toutes nos fondations et de nous entraîner vers l'abîme. ou la renaissance. ~ byendlesslove - g. musso.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 7 Mar - 16:12
Invité
Après tout, il n’y avait que lui qui pouvait te taquiner comme il le faisait, sans que tu le prennes mal. Tu as toujours mis des barrières avec tout le monde, sauf avec cet homme. Dès le départ, il y a ce petit truc qui faisait que tu te sentais obligé de le piquer, et il en faisait de même en retour. C’est ça qui faisait que l’amitié que tu avais avec lui, était magnifique. Tu rigolas à sa réponse et tu lui donnas une petite frappe sur l’épaule, tu savais pertinemment qu’il n’avait pratiquement rien senti, c’était juste histoire de dire que. « Tu es vraiment un pervers Monsieur Mendoza. » lâchais-tu en rigolant. Même si d’un côté tu sentais qu’il commençait à se détendre, tu le connaissais suffisamment pour savoir que tu allais avoir une discussion avec lui, demain matin. Tu ne pouvais que le comprendre, il avait besoin de savoir pourquoi tu avais réagi ainsi, ce que tu pouvais ressentir, et si c’était vraiment du fake avec Arthur. Tu n’allais pas pouvoir te défiler cette fois, surtout si tu voulais vraiment le récupérer… Ni une, ni deux tu grimpas sur son dos, posant ta tête sur son épaule, tu fermais les yeux, te laissant bercer par les secousses de la démarche du jeune homme. Tu te laissais totalement aller, tu devais certainement un poids lourd pour lui, mais après tout, il te l’avait proposé, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Tu l’avais vaguement guidé jusqu’à ta chambre et une fois devant ta porte, tu sortais ta clé pour déverrouiller cette porte et prendre place. Tu n’avais absolument rien rangé, tes vêtements en vrac, des sachets comportant x substances… Tu n’avais pas pensé le ramener ce soir, de toute façon il était bien trop tard pour qu’il ne les remarque pas. « Fais comme chez toi. » tu enlevas directement tes chaussures pour les déposer à côté de la porte. Un soulagement quand tes pieds retrouvèrent la terre ferme. Tu fermas rapidement ta valise pour la poser sur le sol ainsi que tout le reste. Ton regard se posa sur lui pendant un instant, la chemise à moitié ouverte et tachée « Tu veux que je la nettoie? » montrant du bout de ton doigt sa chemise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t93225-giacobabe-hic-et-nunc http://www.i-love-harvard.com/t93223-giacobe-e-wilkins-456-322-0788
avatar
En ligne
HARVARD'S STUDENT
Gíacobe E. Wilkins
HARVARD'S STUDENT
J'ai : 25 ans et je vis à : Boston. . J'ai posé mes affaires ici le : 21/09/2016 et depuis, j'ai posté : 2857 messages et gagné : 259 points. Actuellement, je suis : étudiant en médecine. et côté coeur, je suis : disponible pour de belles aventures Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : trop beau pour être vrai. . Oh et puis, on dit que je ressemble à : diego barrueco. ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : sweet disaster , et un grand merci à : tmns. ✽ DC/TC : : Jamie H. Wheeler (Tom Austen) - Ellen L. Cortes (Emily Ratajkowski)


IT'S A LOVE STORY, BABY JUST SAY YES
IT'S A LOVE STORY, BABY JUST SAY YES 

PRESENT célibataire. pleinement célibataire.

PAST s'il y en a bien une qui fait partie de son passé c'est COLOMBE. ils sont sortis, ont rompus, et pourtant ils leur arrivent encore de fauter ensemble.

SEXLIST elle était une pote hors paire, ELBETH, est la nana avec qui il passe toujours du bon temps au pieu comme ailleurs.


YOU FOUND A FRIEND IN ME
YOU FOUND A FRIEND IN ME 

FAMILY Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas sodales nisl libero, id auctor libero bibendum sed. Nulla facilisi. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas.

THE BEST l’indétrônable c'est bien ADELAIDE, il y tient comme on tient à la prunelle de ses yeux, il faut le croire.

THE REST Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas sodales nisl libero, id auctor libero bibendum sed. Nulla facilisi. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas.

[url=lien][/url]

(#) Jeu 8 Mar - 19:38
Étais-tu vraiment un pervers ? Pas certain. Cela dit tu étais coquin dans ton genre, et assez bon joueur en plus. Mais le plus étonnant n'était là. Le plus étonnant c'était bien qu'à cet instant tu retrouvais déjà les bonnes veilles habitudes avec elle. C'était déroutant quand on sait combien tu lui en voulais. Mais ce n'était pas comme si tu ignorais l'effet qu'elle te faisait. Cette jeune femme avait ce petit quelque chose qui t'avait rendu fou très vite. Tu as laissé la porte de la chambre se refermer derrière vous, et il fallait reconnaître que tu n'avais pas d'emblée penser à rejoindre ta chambre. Elle t'invitait à faire comme chez toi, et pendant que ton téléphone vibrait dans la poche arrière de ton bas, tu observais autour de toi. Plusieurs détails ne t'avaient pas échappé, comme tout ce qui était toxique, mais en vrai, une part de toi cherchait inconsciemment des traces de son amoureux. Elle t'a vite sorti de tes pensées, et tu as simplement répondu. Non ça ira, je le ferai. Ou tu la glisseras dans une machine. C'est certainement ce que tu feras, oui. Tu as fini par en déboutonner les dernières attaches ? Ramassant un petit sachet, bon pour confectionner plusieurs joints, tu le regardais avant de le déposer sur sa table de chevet en ajoutant. Je vois que tu as fait pas mal de courses.. Tu ne savais pas pourquoi elle faisait ça. Pourtant tu savais que le deuil de sa grand-mère lui avait été difficile. Seulement ta fierté avait repris le dessus. Tu sais, toi quand tu avais été au plus bas, elle avait été la seule à qui tu avais montré ta vulnérabilité alarmante. Elle t'avait exclu de tout ça après la dispute, et t'avait indirectement prouvé qu'elle n'avait pas besoin de toi. C'est ce que tu t'étais dit. Elle te serait revenu bien plus vite dans le cas contraire, non ? Et sûrement pas pompette en plus. Tu devrais te doucher, ou te mettre au lit. Je crois que tu en as besoin. De ton côté, tu te demandais ce que tu faisais là. Tu aurais aimé être un peu bourré toi aussi, et pas autant lucide. Sobre, tu ne trouvais plus aucun sens à tout ça.  





suavemente
chaque vie connait un jour ce type ce séisme : ce moment où les sentiments deviennent des allumettes craquées au milieu d'une forêt desséchée. le prélude à un incendie capable de ravager toutes nos fondations et de nous entraîner vers l'abîme. ou la renaissance. ~ byendlesslove - g. musso.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Ven 9 Mar - 11:52
Invité
Tu l’embêtais bien évidemment, tu savais qu’il n’était pas un pervers, ni même un cochon ou bien d’autre mots. Il t’avait toujours respecté, pas une seule fois il avait essayé quelque chose avec toi. Il n’était pas le genre de mec à baver devant la première femme qu’il croisait et surtout il n’allait pas l’accoster comme ça… Quoique, il t’avait accosté dans un bar, pour un défi à la con. Mais, bizarrement tu ne l’avais pas envoyé chier, tu ne lui avais pas donné un faux numéro. Tout ça parce qu’au premier regard, tu as cette sensation étrange en toi, comme un coup de coeur, tu voulais le revoir, apprendre à le connaitre. Finalement, tout est allé si rapidement, il est devenu en quelques mois, quelqu’un d’important pour toi. Tu avais du mal à t’en défaire, à te séparer de lui, ne serait-ce que quelques jours. Alors là, cette situation, t l’avait plutôt mal vécu, même très mal vécu et que tu ne la supportais plus. Tu pensais à beaucoup de choses le temps qu’il te ramène jusqu'à chez toi. Comme quoi, tu avais beau être bourré, tu pouvais te souvenir d’absolument tout, ton esprit était encore là, légèrement flouté de temps en temps, mais rien de bien méchant. Une fois de nouveau pied-à-terre, tu ouvrais la porte de chez toi. Le laissant entrer dans ta chambre, un peu, en bordel, il faut l’avouer que tu ne pensais pas à ranger, mais plus à profiter. Tu lui proposas même de nettoyer la connerie que tu avais faite, mais il refusa catégoriquement, ce qui était normal d’un côté. Tu pensais avoir caché tout ce que tu avais ramené, malheureusement il tomba sur un de ces sachets qui trainaient. Ton regard se posa un instant sur Elyes, à vrai dire tu ne savais pas trop quoi lui répondre. Oui, tu avais fait cette connerie, tu avais repris de la drogue « En effet, un petit commerçant m’en a proposé pour pas cher. » oui tu ne disais que des conneries, encore et toujours. Il n’avait pas tort, il serait peut-être temps que tu prennes ne douche, tu commenças à descendre la fermeture éclair, te retrouvant rapidement en sous-vêtement rouge vif. Tu laissas tomber la robe à tes pieds et tu attrapas rapidement des nouveaux sous-vêtements et un t-shirt ample qui te sera ton pyjama pour ce soir. Tu t’éclipsas dans ta salle de bain, enlevant le reste de tissu que tu avais sur le dos pour aller sous ta douche. En effet, tu avais fait tout ça devant Elyes, sans vraiment y faire attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t93225-giacobabe-hic-et-nunc http://www.i-love-harvard.com/t93223-giacobe-e-wilkins-456-322-0788
avatar
En ligne
HARVARD'S STUDENT
Gíacobe E. Wilkins
HARVARD'S STUDENT
J'ai : 25 ans et je vis à : Boston. . J'ai posé mes affaires ici le : 21/09/2016 et depuis, j'ai posté : 2857 messages et gagné : 259 points. Actuellement, je suis : étudiant en médecine. et côté coeur, je suis : disponible pour de belles aventures Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : trop beau pour être vrai. . Oh et puis, on dit que je ressemble à : diego barrueco. ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : sweet disaster , et un grand merci à : tmns. ✽ DC/TC : : Jamie H. Wheeler (Tom Austen) - Ellen L. Cortes (Emily Ratajkowski)


IT'S A LOVE STORY, BABY JUST SAY YES
IT'S A LOVE STORY, BABY JUST SAY YES 

PRESENT célibataire. pleinement célibataire.

PAST s'il y en a bien une qui fait partie de son passé c'est COLOMBE. ils sont sortis, ont rompus, et pourtant ils leur arrivent encore de fauter ensemble.

SEXLIST elle était une pote hors paire, ELBETH, est la nana avec qui il passe toujours du bon temps au pieu comme ailleurs.


YOU FOUND A FRIEND IN ME
YOU FOUND A FRIEND IN ME 

FAMILY Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas sodales nisl libero, id auctor libero bibendum sed. Nulla facilisi. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas.

THE BEST l’indétrônable c'est bien ADELAIDE, il y tient comme on tient à la prunelle de ses yeux, il faut le croire.

THE REST Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas sodales nisl libero, id auctor libero bibendum sed. Nulla facilisi. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas.

[url=lien][/url]

(#) Ven 9 Mar - 22:48
Qui étais-tu pour lui dire quoi faire ? Personne. Si ce n'était un ami. Alors tu n'as rien dit, à cet instant. Mais tu n'étais pas bien à l'aise avec le fait qu'elle soit consommatrice en cette période puisqu'à l'évidence elle allait plutôt mal. Tu la regardais et même si tu n'étais pas satisfait de sa réponse, tu t'es assis sur le bord du lit, et ton regarda vacillait entre sa silhouette et le vide. Elle se déshabillait, et tu avais comme du mal à ne pas la regarder faire. Pourtant, tu étais aussi quelques perdu dans tes pensées. Est-ce que pour autant tu te sentais gêné de la regarder ? Pas tellement. Une femme qui se déshabille c'était toujours beau à voir, mais ton regard n'était pas du tout vicieux. Il n'était même pas coquin. Il était tout bêtement plein d'affection et curieusement plein de nostalgie. Elle te manquait, elle t'avait toujours manqué, et tu ne savais plus quel choix faire. Alors une fois qu'elle s'est éclipsé dans la salle de bain tu as retiré ta chemise, et tu t'es laissé tomber sur le lit. Tout le long de son absence sous la douche, tu n'avais pensé qu'à elle jusqu'à finir par t'assoupir quelques peu.





suavemente
chaque vie connait un jour ce type ce séisme : ce moment où les sentiments deviennent des allumettes craquées au milieu d'une forêt desséchée. le prélude à un incendie capable de ravager toutes nos fondations et de nous entraîner vers l'abîme. ou la renaissance. ~ byendlesslove - g. musso.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Sam 10 Mar - 0:51
Invité
L’eau coulait le long de ton corps, tes cheveux, ton visage, jusqu’à tes pieds. Tu avais mis légèrement plus chaud que d’habitude, car tu grelottais légèrement. Tu n’avais pas pris le temps de faire chauffer le radiateur, après tout tu n’allais pas mettre trente minutes à te laver alors qu’il était a côté. Pourtant, tu te laissas glisser le long de la paroi, profitant de ce merveilleux moment. Du moins, ça te soulageait de le savoir à seulement quelques mètres, ça te faisait du bien de savoir qu’il ne t’avait pas repoussé, insulté ou autres. Tu fermas un instant les yeux, te laissant bercer par le bruit de l’eau qui tombait directement sur le sol. Tu te laissas quelques minutes comme ça, juste à réfléchir, penser, loin des problèmes, loin du regard accusateur du jeune homme. Tu ne savais pas si tout ce que tu avais fait l’avait blessé, tu n’en savais absolument rien, puisqu’il restait très fermé sur ce sujet. Tu l’avais plutôt bien cherché, comme cette gueule de bois que tu allais avoir dans peu de temps. Tu décidas de te laver pour pouvoir le rejoindre, malheureusement, prendre une douche permettait souvent d’évacuer le trop-plein d’alcool. Tu sentais que ça arrivait, tu ne pouvais pas faire autrement et tu vomissais, là, sous ta douche. Ce n’était jamais un moment de plaisir, mais au moins ça sortait et tu ne risquais pas d’être malade pendant ta nuit. Te tenant à la paroi de la douche, tu attendais que ce mal passe, pour finir de te laver et de t’enrouler dans une serviette. Tu avais une gueule minable, le maquillage avait coulé le long de tes yeux, tu étais blanche, limite translucide. Tu te dépêchas de te démaquiller, de t’attacher les cheveux et de t’habiller. Tu nettoyas rapidement la douche, histoire d’effacer les traces d'un quelconque vomi. Brossage de dent, médicament contre le mal de crâne et de ventre, et tu retournas te poser à ses côtés. Il s’était assoupi, et pendant un instant tu ne voulais pas le déranger, tu te glissas sous la couette et tu caressais ses cheveux. Ton regard balayait son corps, il avait fini par enlever entièrement sa chemise. Ce n’était pas la première fois que tu le voyais torse nu, mais ça te faisait étrange. Ta main descendit jusqu’à son épaule, puis son torse. Caressant sa peau, doucement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t93225-giacobabe-hic-et-nunc http://www.i-love-harvard.com/t93223-giacobe-e-wilkins-456-322-0788
avatar
En ligne
HARVARD'S STUDENT
Gíacobe E. Wilkins
HARVARD'S STUDENT
J'ai : 25 ans et je vis à : Boston. . J'ai posé mes affaires ici le : 21/09/2016 et depuis, j'ai posté : 2857 messages et gagné : 259 points. Actuellement, je suis : étudiant en médecine. et côté coeur, je suis : disponible pour de belles aventures Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : trop beau pour être vrai. . Oh et puis, on dit que je ressemble à : diego barrueco. ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : sweet disaster , et un grand merci à : tmns. ✽ DC/TC : : Jamie H. Wheeler (Tom Austen) - Ellen L. Cortes (Emily Ratajkowski)


IT'S A LOVE STORY, BABY JUST SAY YES
IT'S A LOVE STORY, BABY JUST SAY YES 

PRESENT célibataire. pleinement célibataire.

PAST s'il y en a bien une qui fait partie de son passé c'est COLOMBE. ils sont sortis, ont rompus, et pourtant ils leur arrivent encore de fauter ensemble.

SEXLIST elle était une pote hors paire, ELBETH, est la nana avec qui il passe toujours du bon temps au pieu comme ailleurs.


YOU FOUND A FRIEND IN ME
YOU FOUND A FRIEND IN ME 

FAMILY Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas sodales nisl libero, id auctor libero bibendum sed. Nulla facilisi. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas.

THE BEST l’indétrônable c'est bien ADELAIDE, il y tient comme on tient à la prunelle de ses yeux, il faut le croire.

THE REST Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas sodales nisl libero, id auctor libero bibendum sed. Nulla facilisi. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas.

[url=lien][/url]

(#) Sam 10 Mar - 21:23
Tu t'étais assoupi. Tu n'étais peut-être pas en face de sommeil profond, mais tu n'étais pas pour autant éveillé. Yeux clos, tu étais bercé par les bruits de fond et par tes pensées. Cette impression de l'avoir retrouvée qui ne te permettait pourtant pas de te laisser aller avec elle, te couvait à cet instant. Tu le savais plus que jamais tu la voulais. Tu lui en voulais énormément mais tu la voulais cette nana. Seulement tu essayais maladroitement de te préserver en attendant le bon moment. Après tout tu avais eu ce petit béguin pour Rhia il y a plusieurs mois. Elle avais perdu la vie peu après ton meilleur ami, et autant dire cela t'avait écorché. Et pendant tout ce temps il y avait eu cette belle colombienne, cette caresse dont tu ne savais plus trop te passer. D'ailleurs elle avait finit par te rejoindre, et tu avais senti sa main à tes cheveux et tu te sentais bien à cet instant. Tu n'étais pas de ces mecs qui détestaient qu'on leur touche les cheveux. Au contraire tu adorais ça. Ses caresses douces devinrent plus hésitantes mais bien présente et quand elles trouvèrent leur chemin à ton torse tu as sourit doucement avant d'ouvrir les yeux. Déposant ton regard sur elle tu finissais par demander. Comment tu te sens ? Tu t'en souciais, et tu savais qu'après ce qu'elle avait bu elle finirait malade sous peu. Tu savais aussi que ce n'était pas sage de discuter des grandes questions maintenant, pourtant tu semblais rester sans l'intention de bouger. Tu voulais rester près d'elle même si tu n'aurais certainement pas tes réponses tout de suite.





suavemente
chaque vie connait un jour ce type ce séisme : ce moment où les sentiments deviennent des allumettes craquées au milieu d'une forêt desséchée. le prélude à un incendie capable de ravager toutes nos fondations et de nous entraîner vers l'abîme. ou la renaissance. ~ byendlesslove - g. musso.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Lun 12 Mar - 21:54
Invité
Tu n’es pas vraiment au top de ta forme, mais tu ne pouvais que t’en prendre à toi-même. C’est toi qui connaissais tes limites et qui les avais largement dépassé durant cette soirée. Pourquoi te détruire autant? Pourquoi te faire autant de mal? A vrai dire tu n’avais même pas les réponses. Ou tu ne voulais tout simplement pas les reconnaitre, tu avais vomis, un soulagement, mais pour combien de temps? Tu avais fini par étreindre la lumière de la salle de bain, fais glisser la porte pour rejoindre Elyes dans ton lit. Tu avais grimpé dans celui-ci, te glissant dans les draps, tu avais légèrement froid, certainement un contrecoup de la soirée. Ta main glissa dans la chevelure du jeune homme, jouant avec ses cheveux. D’une certaine manière, ça te détendait et tu pensais à autre chose qu’a ton mal de crâne et ton ventre qui ne faisait que de se retourner et se serrer. Tu savais d’avance que tu n’allais pas passer une bonne nuit, alors si tu pouvais retarder ce moment, tu ferais absolument tout. Tes pensées divaguaient, tu n’arrivais pas à te concentrer plus d’une minute sur un sujet. Laissant échapper un léger soupire de ta bouche, appuyant ta tête contre le lit. Tu avais l’impression de tanguer, que tu te trouvais sur un bateau en pleine tempête. Ta main glissa alors le long de son épaule, puis sur son torse. A vrai dire tu ne savais pas comment il allait réagir à ça, s’il allait te repousser ou tout simplement se laisser faire. Peu de temps après ce contact, un léger sourire s’afficha sur ses lèvres et il ouvrit ses yeux. Tu ne savais pas tellement quoi répondre à sa réponse, tu avais connu mieux, mais également bien pire. Tu n’avais pas le droit de te plaindre, tu avais cherché en jouant avec l’alcool et les joints, tu n’avais plus qu’à assumer tes actes. « Disons que j’ai connu mieux. » soufflais-tu doucement, tout en descendant tes doigts le long de ses abdos, un léger sourire sur tes lèvres. Tu dessinais chaque abdo du bout de tes doigts. « Du coup, tu ne veux pas rester près de moi? J’ai froid et j’ai du mal à dormir quand je suis toute seule. » tu tentais absolument tout, tu ne voulais plus être éloigné de lui, tu voulais rester près de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t93225-giacobabe-hic-et-nunc http://www.i-love-harvard.com/t93223-giacobe-e-wilkins-456-322-0788
avatar
En ligne
HARVARD'S STUDENT
Gíacobe E. Wilkins
HARVARD'S STUDENT
J'ai : 25 ans et je vis à : Boston. . J'ai posé mes affaires ici le : 21/09/2016 et depuis, j'ai posté : 2857 messages et gagné : 259 points. Actuellement, je suis : étudiant en médecine. et côté coeur, je suis : disponible pour de belles aventures Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : trop beau pour être vrai. . Oh et puis, on dit que je ressemble à : diego barrueco. ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : sweet disaster , et un grand merci à : tmns. ✽ DC/TC : : Jamie H. Wheeler (Tom Austen) - Ellen L. Cortes (Emily Ratajkowski)


IT'S A LOVE STORY, BABY JUST SAY YES
IT'S A LOVE STORY, BABY JUST SAY YES 

PRESENT célibataire. pleinement célibataire.

PAST s'il y en a bien une qui fait partie de son passé c'est COLOMBE. ils sont sortis, ont rompus, et pourtant ils leur arrivent encore de fauter ensemble.

SEXLIST elle était une pote hors paire, ELBETH, est la nana avec qui il passe toujours du bon temps au pieu comme ailleurs.


YOU FOUND A FRIEND IN ME
YOU FOUND A FRIEND IN ME 

FAMILY Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas sodales nisl libero, id auctor libero bibendum sed. Nulla facilisi. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas.

THE BEST l’indétrônable c'est bien ADELAIDE, il y tient comme on tient à la prunelle de ses yeux, il faut le croire.

THE REST Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas sodales nisl libero, id auctor libero bibendum sed. Nulla facilisi. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas.

[url=lien][/url]

(#) Mar 13 Mar - 22:22
Elle avait complètement chamboulé ta soirée, mais aussi ton humeur. Pour autant, tu étais bien à cet instant à ses côtés. Ses caresses à tes abdos t'étaient plaisantes mais si tu n'en disais rien, et tu n'étais pas véritablement étonné par sa réponse sans rien y ajouter. Tu notais simplement qu'elle souriait et que ça n'avait rien d'un sourire alcoolisé. Si, je vais rester. Je ne suis pas sur que tu le mérites, mais j'en ai envie... Tu avais ce petit sourire qui témoignait du fait que tu en rajoutais un peu mais tu avais vraiment envie de rester près d'elle. Une part de quoi se disait qu'il serait encore temps de discuter demain, après une nuit de sommeil. Vous aviez beaucoup de choses à vous dire. Mais aussi une part de toi semblait vouloir prolonger ce moment, l'air de se dire que vous auriez au moins eu ce moment si toutefois tout finissait par tourner au vinaigre. .. et je ne prendrais pas le risque que tu puisses en appeler un autre pour te réchauffer. Pic ? Pas tellement. On croirait plus à une confidence n'est-ce pas?C'était une manière comme une autre de lui dire à quel point tu avais détesté cette idée d'être remplacé par un autre. Oui c'est comme ça que tu avais vécu la présence déclarée d'Arthur dans sa vie. Vous n'en aviez pas véritablement parlé encore mais tu ne doutais pas du fait que vous y viendriez au petit matin. Tu avais fini par te redresser pour retirer tes chaussettes et déboutonnant ton pantalon tu as fini par dire. Puis j'ai pas pour habitude de dormir autant habillé, ça ira pour toi ? Tu ne dormiras pas nu comme un ver c'était certain mais ce pantalon était peut-être de trop.





suavemente
chaque vie connait un jour ce type ce séisme : ce moment où les sentiments deviennent des allumettes craquées au milieu d'une forêt desséchée. le prélude à un incendie capable de ravager toutes nos fondations et de nous entraîner vers l'abîme. ou la renaissance. ~ byendlesslove - g. musso.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: RPs-
Sauter vers: