Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
/
i love harvard ✧. ❛ toute reproduction interdite
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau coffret Ultra Premium ...
Voir le deal

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas


Neal T. Hood-Spritz omg mes feels

Piou
Je m'appelle : Lu/P'tit Lu/Owi/ ou ce que tu veux
j'ai : 27
ans et j'habite actuellement à : Winthrop
Je viens de : St Pettersbourg
Dans la vie, je suis : co gérant du SunRock
et niveau sentimental je suis : Marié à Neal
On dit de moi que je suis : Un prince charmant, parfait, une fée, une colombe, trop bien pour ce monde qui ne me mérite pas. Sauf que j'ai un peu de mal avec tout ça.
et que je ressemble à : Finn Cole

Hors jeu, mon pseudo est : Bab
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 13/11/2019
avec : 35866
messages à mon actif, dont : 491
rps. Les créations de mon profil viennent de : Bab: iconn, giff, Joemaw: ava
Pour finir, je joue également : /.

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011101321484 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011100239403 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011132892730
LUKAS OWEN SPRITZ
✧ ✦ ✧
” who is he "
Loyal ✦ Unique✦ Kafkaïen ✦ Altruiste ✦ Saltimbanque ✦ Optimiste ✦ Waouh ✦ Enthousiaste ✦ Nuancé ✦ Spontané ✦ Passionné ✦ Résilient ✦ Inspiré ✦ Tendre ✦ Zen

✧ ✦ ✧

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307010918770936 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011001575388 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011002251164
” if you need more "

✦ Né à Saint Petersbourg le 6 Mars 1995 ✦ Fils de Léna Ballerine Russe et d’Alessio Architecte Italien ✦ A suivis sa mère lors de toutes ses représentations autour du monde ✦ S'inspire depuis toujours de ses voyages pour composer de nouvelles chansons, de nouveaux écrits ✦ Reçoit son premier instrument à 5 ans un accordéon, qu'il maîtrise parfaitement ✦ Joue de la guitare depuis ses 15 ans, sa première guitare s'appelle Nadia, du nom de sa meilleure amie à l'époque ✦ A une grande collection d'instrument de musique rare exposé dans l'appartement de ses parent à NYC ✦ A vingt ans il fait le pari de vivre une année sans carte bleu et sans aide de personne, il vivra à la rue sept mois avant de terminer son expérience à l'hôpital pour une pneumopathie ✦ Devient accro à la clope ✦ A découvert un relation extra conjugal de son père avec la mère de son meilleur ami ✦ Sa première fois fus en 2011 avec Nadia sa meilleure amie à l'époque ça a tout brisé en eux ✦ A étudié trois ans à l'Institut de littérature Maxime Gorki à Moscou ✦ Tous les 24 Décembre au soir il assiste à un concert d'orchestre symphonique ✦ Est devenu claustrophobe après avoir été enfermé par d'autres enfants dans un placard ✦ Pratique le langage des signes, son préféré: Histoire ✦ Son chat est un Main Coon Meeko ✦ A une démarche personnel pour le zéro déchet ✦ Se pose la question de rejoindre Youth for Climate ✦ Boycott les grandes enseignes et essaye le vrac autant que possible ✦ Est un homme de valeur, sa vie est régie par des règles d'ors ✦ Prend son temps pour TOUT, il veut connaître, savoir pour comprendre ✦ Ne couche pas le premier soir, et ne couche pas tant qu'il ne connaît pas ✦ Ne sais pas se battre mais s'interpose toujours lors d'une agression, même au risque de sa vie ✦ Exprime ses émotions et pour lui ce n'est pas une faiblesse que de pleurer ✦ L'écriture est un exutoire, il y dépose tout ✦ Un homme entier et prêt à tout pour ceux qu'il aime ✦ Après chaque voyage il ramène une bouteille d'alcool typique de la région visitée, elle sera consommé avec Naëlle exclusivement ✦ Ouvre un Meetssenger professionnel en juin pour partager ses enregistrements ✦ A la rentrée 2020 il arrête ses études de littérature pour prendre la musique en majeur ✦ Se met en couple avec Neal à la rentrée de manière exclusive ✦ Subit une agression lors du saccage de son studio d'enregistrement, il ressort avec des côtés cassé, un plâtre, des ecchymoses ✦ S'inscrit au concours de talent auquel il est sélectionné ✦ Accepte les clés que l'appartement de son père qu'il lui à acheté ✦ A été le premier enlevé par Keith en octobre, retrouvé en fin de mois il souffre de cauchemars, et d'angoisse. A des difficultés à se remettre à la musique et à l'écriture. ✦ Le retour à la réalité est difficile passe plusieurs à l'hôpital, avant d'emménager chez Neal ✦ N'obtiendra pas son semestre ✦ Ouvre le SunRock avec Lana le 29 janvier 2021 ✦ Offre à Neal la bague de sa mère lors de la saint valentin en signe d’être toujours là pour lui qu’importe la direction que prendra la relation ✦ Naissance d’Aurore le 20 février 2021✦ ✦ Reçoit une lettre des organisateurs de Coachella le jour de son anniversaire: le SunRock y est invité ✦ Remonte sur scéne pour la première vrai fois et pleinement au Spring Break ✦ Montra sur scéne à Coachella ✦ Futur parrain de bébé de Gemma ✦ Accepte le demande en "mariage" de Neal ✦ ✦ Se renseigne pour l'adoption d'Aurore ✦ Vis mal la perte de mémoire de Neal ✦ Demande à sa cousine Kira de venir en renfort fin mai pour m'aider à gérer le SunRock ✦ Part en Road trip avec Katalia courant juin ✦ Décide de changer d'appartement avec Neal et de lancer le mariage quand celui ci retrouve ses souvenirs ✦ Monte sur Scéne à Lollapalooza en Juillet à Chicago ✦ Part au Summer Camp en Aout ✦ Se foule la cheville à la fin du Summer Camp ✦ Mariage le 7 Novembre ✦ Achat d'une maison à Winthrop ✦ Invité par Aaron et Eros pour Thanksgiving ✦ S'occupe d'Aurore en compagnie de Neal parce que Summer est à l'hôpital ✦ Organise avec Lana un week end à la montagne pour les un ans du SunRock en compagnie de tout les employés ✦ Frappe un homme qui viens l'embrasser sans autorisation lors du Kiss Killer à Coachella ✦ Est Co président au Summer Camp 2022 ✦ Se fait agresser et crois
avoir perdu sa chaine qui comprend sa bague de fiançailles ✦ Sort de la bagarre avec de nombreux bleu aux visage et au corps, le poignet droit affaibli il porte donc une atèle pendant une dizaine de jours ✦ Anton disparait le lendemain, ce qui le fait totalement vriller, avec de véritable envie de meurtre ✦


your life isn’t your if you
always care what others think.

−·−− −−− ··− ·− ·−· · ··· − ·−· −−− −· −−·
My distinctive signs

✦ Sa première guitare étant détruite en janvier 2020, il en a acheté une nouvelle, elle porte le nom de [i]Neal, gravé au dos de la caisse de résonance ✦ Porte un bracelet un bracelet au poignet gauche avec les initiales L & N offert par Neal pour ses 25 ans ✦ Porte les cicatrices de l’accident du métro dans les paumes de ses mains ✦ A fait mettre sous résine le trèfle à quatre feuille offert par Hugo lors de l'épreuve du labyrinthe et le garde en porte clé ✦ A force d'avoir écris « L&T » entouré d'un Neakas infini dans la paume de sa main l'ancre à laissé une marque ✦ Porte un second bracelet au poignet offert par Neal, un souvenir de Cape Code ✦ Porte clé agrémenté d'une pièce de puzzle en bois offert par Neal à Noël ✦ A un tatouage à l'annulaire gauche un "N" sur le dessus du doigt et un "T" à l'intérieur depuis février 2021 ✦ Pour ses 26 ans il recevra des objets qui ne le quitteront plus : une médaille et une plaque rejoigne son porte clé, une pochette contenant une pièce qui se trouve dans la poche intérieur de sa veste, un médiator qui s’il n’est pas utilisé est dans son portefeuille, un carnet en cuir et un stylo constamment dans mon sac à dos ✦ Porte une chaine au cou avec une bague de femme offert par Neal lors de la demande en "mariage"✦ ✦ Se fait tatouer le logo du SunRock à l'intérieur de l'avant bras droit et "Prosto" sous le "T" en Mai 2021 ✦ Porte une alliance gravée ✦ tatouage sur l'omoplatte gauche d'une Colombe aux ailes de fée en décembre 2021 ✦ Tatouage "you can go the distance, you can run the mile, you can walk straight through hell with a smile, you can be a hero, you can get the gold, breakin' all the records they thought never could be broke, do it for your people, do it for your pride" sur les côtés en mai 2022 ✦ [/i]

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307010926939059
” A BIT OF ME A PIECE OF YOU "
” love makes a family "

Horaire des cours
Du lundi, Mercredi, Jeudi Vendredi: 7h45 - 11h45
Mardi: 12h - 16h
Horaire du SunRock
Mardi - Mercredi - Jeudi : 17h - 22h30
Vendredi - Samedi : 18h - 23h30.

<iframe width="50" height="20" src="https://www.youtube.com/embed/uCUpvTMis-Y?start=5" title="YouTube video player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>

• Meeko en Kat Sitting (emo)
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Tumblr_oyldxcjyMy1ug9tt2o1_1280
• Demoiselles en détresses en court de sauvetage (emo)
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Tumblr_o17ow1XtXM1r2xr06o7_500
• Melu' et Meeko Perfect date :heaart:
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   7PQ1Eq38_o
• Cadeau de Neal pour les 25 ans (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   2511619667
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Cadeau11
• Têtes de Mules
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   200327113946269016(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   200328021133309071
• #KLM
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   FzbcgUN
• NeaKas nique le temps
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   200616094954436404
• Porte Clé Souvenir du labyrinthe
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Pendentif-trefle-a-4-feuilles-01
• KaNeakas <3
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   2oor
• Souvenir de Cap Code
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   CapeCod_Silver_Navy_1024x1024
• New Familly
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210418091627249975
• Tentation
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Neakas-4

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   20021608055864050


(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   1116103942 Qui chaque jour sauvera le rêve de la Chatbox ?
Qui chaque jour brandira le drapeau de la Chatbox ?
C’est notre héros Lukaman.
Qui portera l’espoir de la Chatbox ?
Qui prouvera que l’on peut gagner ?
C’est notre héros, Lukaman.
Qui fera peur à ces sirènes qui nous noient ?
Qui vaincra l’ennemi juré de la Chatbox ?
C’est le porteur du drapeau de nos valeurs.
Qui parrainera nos fidèles petits nouveaux ?
Qui par son amour et sa mignonnerie saura nous montre le chemin du rp ?
C’est notre cher Lukaman.
Notre grand héros de la Chatbox,
Entendra nos souhaits de liens.
Qui est le petit cul, héros de notre Chatbox ?
Qui tombe sous le charme de Neal adoré ?
Notre héros qui porte les couleurs d’Harvard,
Le porte bannière de nos étudiants
C’est notre héros Lukaman,
Notre meilleur ami, celui qui fais peur aux sirènes du fond de la Chatbox,
Notre héros fidèle,
Notre Lukaman adoré.
Même lorsqu’il n’est pas là,
Il hante les couloirs de notre grande maison,
Il veille sur nous, même endormi,
Notre héros, Lukaman.
Comment oublier l’amour de ce héros ?
Je t’aime, je t’aime, Lukaman,
Il nous aime à chaque venue à la maison,
Notre grand héros,
Lukaman, le seul et l’unique pêcheur,
De nos corps attirés par Timmy,
Timeout cruel de notre Chatbox.
Notre Héros,
Lukaamaaan. (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   1116103942

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   NpszQwXL_o

WARNING // concernant (Lukas)
Sexe (termes érotiques), Addiction (tabac), Kidnapping, Marqué psychologiquement par la violence de certain événement.

TRIGGER // refuse de jouer ;
Aucun pour le moment.


Meetsacgussets
The SunRock
oWen
LIEN DU POST
Mer 23 Mar - 22:35
22/03/2022

Tout avait commencé par une appel de ma mère, ma grand mère avait eu un accident. Quelque chose d'incontrolable, personne à qui s'en prendre, personne à qui en vouloir, une fatigue d'un plafond, qui s'était effondré sur nona, j'avais santé la gorge ce nouer intensément a cet instant. Jamais je n'avais ressentie ce verrouillage auparavant. Et pourtant il était là, invisible de tous mais que je sentais bien trop présent, j'avais prévenu mon mari directement, un mari qui avait quitté son travail pour le rejoindre et me prendre dans ses bras, des heures … de nombreuses heures avant que nous cessions un quelconque contact. De nombreuses heures silencieuses a juste essayer de me calmer et m'apaiser. De nombreuses heures avant de prendre la décision de partir, ensemble ! Le trajet avait été silencieux lui aussi, des regards et des contacts de réconfort, des sourires de remerciement, je n'avais pas besoins de plus, je n'avais pas envie de plus. De la tristesse dans les yeux, de la peur aussi. Peur de la fin d'une époque, peur de ne pas retrouver ma grand mère a temps et qu'elle nous quitte avant même que je puisse la voir. Peur de me retrouver face a un corps sans vie que je ne connais pas. Peur que l'entré de mon mari sur le territoire Italien le mette en danger et moi aussi. Peur du futur immédiat. Une fois a Olbia il ne restait plus qu'à nous rendre à Porto Istana, déposer les valises, malgré l'envie de me rendre à l'hôpital. Hôpital qui se trouvait sur notre route. Nonno n'attendait pas notre venue aussi rapide. Il ne pensait pas nous voir aussi rapidement, je le voyais inquiet lui aussi, bien trop touché par ce qu'il se passait, lui qui aimait tellement Nonna, lui qui ne passait aucune journée sans être a ses côtés, pour ce que j'en sais. Affaibli, et ça faisait mal au coeur de le voir ainsi. J'avais de la difficulté à le lâcher, quitter ses bras pour installer les quelques affaires que nous avions. La plus grande difficulté était de renoncer à me rendre à l'hôpital dès maintenant, attendre que le jour se lève et risquer de ne pas reposer les yeux sur Nonna avant qu'il ne soit trop tard. Incapable de trouver le sommeil, j'avais passé la nuit sur la terrasse a me laisser bercer par la mer, qui se trouvait en face, de l'autre côté de la plage. Et toujours ce silence que j'ai emmené avec moi.

23/03/2022
le soleil était haut dans le ciel quand je venais ouvrir les yeux, il était haut quand nous avions pris la direction de l'hôpital. Et une fois sur place je sentais en moi, monter le frisson si désagréable qui me parcourait a chaque fois que j'entrai dans le bâtiment blanc. La main dans celle de mon mari je ne savais la lâcher, comme si rompre le contact me ferai défaillir. J'avais le coeur qui faisait mal, le ventre qui se tordait, envahi par la peur et l'angoisse. Qu'est ce que ce que je trouverai derrière la porte? Combien de fois m'étais je posé cette question pour Neal? Plus récemment pour Aaron. Combien de fois cette question allait encore envahir mes pensées ? Qui sera le prochain ? Qui après Nonna? D'un seul coup je m'arrêtai, stoppant la marche. Le regard perdu et suppliant plongé dans celui de mon amoureux. Comme pour lui demander l'impossible, comme pour lui demander de faire en sorte qu'elle aie les yeux ouverts quand nous passerons la porte. pitié Amore . Toujours incapable de sortir un seul mot. Un soupir avant de me mettre contre le mur et de me blottir dans ses bras, attendre que ça passe, attendre de me calmer. Attendre que le décalage horaire, l'inquiétude, la fatigue, l'épuisement fasse son travail. Attendre de longues minutes avant de me redresser et passer cette porte. Et la voir la, allongée, animé par les machines, faisait monter les larmes aux yeux, les premières depuis que j'avais appris la nouvelle. Je venais saisir sa main après avoir lâché celle de l'homme qui faisait battre mon coeur, un regard en sa direction pour simplement lui signaler que ça irai, que s'il voulait il pouvait me laisser ou bien rester. Je ne sais pas combien de temps je suis resté dans cette chambre, quelques minutes ? Plusieurs heures ? Toujours est-il que lorsque nous avions quitter les lieux, il faisait nuit.

De retour à la maison j'avais pris la direction de la salle de bain, après avoir répondu aux quelques inquiets de Boston. J'avais glisser ma main dans celle de mon partenaire de vie, celui avec qui j'allais affronter cette épreuve. J'avais glisser ma main dans la sienne avant de nous faufiller sous la douche. L'eau froide venait me glacer le sang avant qu'elle ne se réchauffe. Les yeux dans ceux de mon mari, mes mains venaient frôler son corps, mes yeux venaient supplier de me faire oublier les nouvelles de la journée. Mort cérébrale la nuit précédente. Il fallait la débrancher, mais j'étais incapable de prendre une telle décision. Il faudrait attendre la famille, mon père, mon oncle, mon grand père … ce n'était pas mon rôle. Ce n'était pas ma place. Alors je suppliais du regard mon mari de faire quelque pour me faire oublier cette journée, l'histoire d'un instant.




Les jours passaient, la famille était arrivé, au fur et à mesure, partager leur tristesse et leur peine, leur chagrin, beaucoup, venus de loin. Les journées étaient toutes les mêmes, silencieuse, endormie à cause de l’épuisement, réveillé en sursaut bien trop souvent, à prendre la place que j’occupais par le passé quand j’étais plus jeune, assis sur la terrasse à écouter Nonna me raconter des histoires. Il n’y avait plus que le souvenir de sa voix maintenant. Si la terrasse était vide alors j’étais sur la plage, à marcher, ou simplement assis à regarder la mer. Perdu. Me laisser bercer par le son ambiant. Je sens bien mon mari désarçonné, qui gère comme il peut cette nouvelle, moi qui ne suis pas là pour lui alors que j’avais promis de l’être, je ne doute pas que c’était difficile à gérer. Et dans le fond je m’en voulais de ne pas être capable de passer outre. De surmonter ça d’un seul coup et d’avancer. C’était trop dur. Et il pouvait le voir que je m’en voulais, que j’étais désolé pour tout ce que je lui imposais. Amore m’en veut pas je t’en suis plis j’suis désolé. Les jours passaient peut être que ça faisait une semaine qu’on était là, je ne sais pas, je simplement que je n’avais pas ouvert beaucoup là bouche depuis notre arrivée. Que mes parents avaient du repartir, mes cousines aussi. Et pourtant je n’arrivais pas à me résoudre à quitter cette terre si importante. Le même rêve revenait souvent, celui que j’avais fait dans la cage, chez Keith. Cette demande en mariage que j’avais fait, sur la plage comme sortie de nul part. Cette maison était la mienne, tout comme celle que nous avions à Boston.

29/03/2022 02:58am
Une énième nuit, à faire ce rêve, une énième nuit à me réveiller et à me croire enfermer dans cette cage avant de me rendre compte que ce n’était plus cette réalité. Qu’elle était bien différente. J’avais pris la direction de la salle de bain pour me passer de l’eau sur le visage, chasser la sueur qui perlait sur mon front, comme toute les nuits. Seulement cette nuit était différente aux autres, cette nuit j’avais allumé la lampe de chevet, cette nuit je ne retournais pas auprès de mon amoureux pour me blottir dans ses bras, cette nuit je venais d'ouvrir l'armoire qu’il y avait dans la chambre, et me plaçait devant avant de commencer à fouiller ce que je pourrai retrouver. La première chose était un album photo, que je n’avais pas vus la dernière fois, le mettant de côté, je continuais ma fouille, des jouets, une mini trousse de couture, de vieux spray à eau, des déguisements, des épées en bois. Puis un vieux livre. Le sourire venait s’élargir, en laissant glisser mes doigts sur la couverture. Je les connaissais par coeur ces histoires et pourtant, comme un vieil automatisme. Téo ? J’veux une histoire. Un vieil automatisme qui me sort du mutisme, un vieil automatisme que cette chambre connais par cœur.

@Neal T. Hood-Spritz




You can go the distance, you can run the mile, You can walk straight through hell with a smile, You can be a hero, you can get the gold, Breakin' all the records they thought never could be broke, Do it for your people, do it for your pride

Titre de propriété :


Lukas O. Spritz-Hood omg mes feels

I am an angel with a shootgun
Je m'appelle : Neal
j'ai : 29
ans et j'habite actuellement à : Winthrop au 10 Cottage Ave avec mon mari
Je viens de : Naples en Italie
Dans la vie, je suis : barman au Lord Hobo & mécanicien au Holy Motors
et niveau sentimental je suis : marié avec Lukas
On dit de moi que je suis : Étrange, infidèle
et que je ressemble à : Thomas Brodie-Sangster.

Hors jeu, mon pseudo est : Nagini
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 23/11/2019
avec : 42144
messages à mon actif, dont : 200
rps. Les créations de mon profil viennent de : Joemaw & Nagini
Pour finir, je joue également : Ange K. Murray
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   59ed1abd857d9b0dd6ba8b2451b6d156

Fils d'un commissaire Irlandais et d'une mannequin Italienne ● Harcelé à l'école primaire et au collège ● Témoin du meurtre de sa mère le 25 Avril 2005 ● Battu par son père qui a disparu à ses dix-huit ans après l'avoir laissé pour mort ● A rejoint la mafia Italienne et a été utilisé en tant que prostitué pendant plusieurs années ● A tué un homme de sang froid avant de se tirer dessus pour faire passer cette histoire pour un accident et quitter la Mafia ● A voyagé un moment trop incapable de se poser dans un endroit ● A fini par s'installer à Boston en Novembre 2018 ● Est retourné en Italie en Janvier 2021 pour mettre fin à son deal et travaillait comme indic pour la Mafia Italienne ● Victime d'une blessure par balle à la tête le Vendredi 23 Avril 2021 lors d'une attaque au Lord Hobo ● A perdu une partie de sa mémoire tous les événements après 2014 avant de les retrouver ● A été kidnappé du 18 Juin 2021 au 23 Juin 2021 à Naples par le père de Côme • A été opéré le 4 Octobre 2021 pour extraire le morceau de balle restant dans sa tête avec succès • S’est marié à Lukas le 7 Novembre 2021 • A acheté une maison avec Lukas fin 2021 •

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   MOkWYp

LOVE
◆ Lukas : my husband
◆ Côme : my mafia boy

FAMILY
◆ Aurore : daughter
◆ Katalia : little angel sister
◆ Summer : wifey, mom of Aurore
◆ Léan : half brother

SEX
◆ Albus : ex client
◆ Félix : ex sex friend
◆ Jace : intense friendship, sexual tension

FRIENDS
◆ Alma : adorable friend
◆ Georgie : special friend
◆ Jeremy : masseur
◆ Kassidy : friend & boss
◆ Ryles : my baby, bromance

HATE
nobody

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   8DCqo3D

Accro au sexe ■ Fait des cauchemars violents ■ Fume et boit ■ Suit un traitement pour son trouble Borderline ■ Boite de la jambe droite (blessure au genou infligée par son père en 2011 + blessure au mollet lors de l'accident du métro en Janvier 2020) ■ A de nombreuses cicatrices sur le corps ■ Porte un collier en argent offert par Lukas en Février 2020 avec une bague de femme dessus depuis Février 2021 ■ Porte un bracelet offert par Lukas depuis Août 2021 ■ A un piercing à l'oreille gauche ■ Possède un tatouage sur le bas-ventre gauche fait en 2016 en commun avec Nathaniel ■ Possède un tatouage au poignet en commun avec Côme fait en Avril 2020 ■ Porte une bague de fiançailles à la main gauche offerte par Côme en Janvier 2021 ■ A un tatouage derrière l'oreille droite représentant une bombe de peinture soufflant de la peinture noire qui se transforme en peinture colorée jusqu'à un N bleu fait en Février 2021 ■ A un tatouage à l'annulaire gauche avec un 'L' fait en Février 2021 ■ A demandé Lukas en mariage le Lundi 12 Avril 2021 ■ A un tatouage à la cheville droite représentant un code barre depuis le 8 Juin 2021 pour recouvrir le tatouage ‘Dans cette vie et les suivantes’ fait en commun avec Nate le 3 Juin 2021 ■ A un tatouage sur l’omoplate représentant un tournesol depuis Novembre 2021 ■ Pratiquait la boxe pendant dix ans avant d’arrêter à cause de sa jambe et de reprendre dans des combats illégaux depuis Novembre 2021 ■ A déjà tué quatre hommes (Antonio de la Mafia, un homme sur ordre de la Mafia, le violeur de Tova et son père)

A strong past for a relationship that is a little too unique
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Jnijkv10

Travail au Lord Hobo
Lundi : 11:00 pm – 02:00 am
Mardi : 09:00 pm – 12:00 am
Mercredi : soirée off
Jeudi :  07:00 pm – 10:30 pm
Vendredi : 10:00 pm – 03:00 am
Samedi :  12:00 am – 03:00 am
Dimanche : soirée off ou 06:00 pm – 08:30 pm

Travail au Holy Motors
Lundi : 08:00 am – 12:00 pm
Mardi : 09:00 am – 12:00 pm
Mercredi : off
Jeudi :  08:30 am – 04:30 pm
Vendredi : 12:00 pm – 05:00 pm
Samedi :  off
Dimanche : off

WARNING // concernant (personnage) : violence physiques et psychologiques, meurtre, trouble borderline, prostitution, sexe, addictions à l'alcool et au sexe, Mafia, autodestruction, blessure par balle, traumatisme, perte de mémoire, kidnapping

TRIGGER // refuse de jouer : cruauté animale

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Tenor

RPs OUVERTSS - 7/10
Lukas (20)
Lukas (21)
Lukas (22)
Nathaniel (8)
Albus (1)
Côme (6)
Jace (1)

QnT OUVERTS - 1/5
Lukas (9)
LIEN DU POST
Dim 3 Avr - 18:31
Mardi 22 Mars.

La nouvelle était tombée de façon beaucoup trop soudaine. Foutu destin qui ne pouvait décidément pas nous foutre la paix. Fichu événement qui venait faire tanguer notre tranquillité. Une tranquillité déjà suffisamment instable depuis que l’hématome sous-dural avait été repéré dans ma tête. Un hématome résorbé certes, mais ses conséquences étaient toujours là. Les médicaments pour mon trouble n’étaient plus présents dans mon quotidien me rendant plus irritable et instable, mais peut-être aussi plus insatiable. Il fallait que je sois prudent. Toujours. Sans cesse. Et, avec l’absence de médicaments, cela me pesait sur la conscience. Gamin qui se sentait étouffer. Gosse qui se sentait prisonnier. J’avais envie de tout envoyer valser. Envie de boire jusqu’à en perdre la tête. Envie de coucher avec n’importe qui juste pour retrouver ces sensations du passé. Envie de me noyer dans la nuit comme si j’étais encore des années en arrière. Comme si je n’étais qu’un gamin travaillant pour la Mafia de nouveau. En manque de ces sensations, de cette fausse liberté. En manque de ces respirations libres et pourtant si bien contrôlées. Les mains tremblantes comme bien trop souvent depuis ces derniers temps, je m’attelais à mon travail lorsque mon téléphone sonnait pour cette soudaine nouvelle. L’information me parvenait suite à un message de mon mari. Il n’allait pas bien et me demandait de le rejoindre au plus vite. Je n’avais pas hésité une seule seconde. Je terminais la réparation que j’étais en train d’effectuer sur une moto avant de filer dans les rues de Boston. Sur le chemin me menant à mon amoureux, je grappillais des bribes d’informations sur la situation. Que se passait-il ? Nonna avait eu un accident. Un accident qui l’avait plongée dans le coma. Un accident qui poussait mon amoureux à vouloir se rendre en Italie sur le champs. J’avais hâté le pas autant que ma jambe me le permettait pour retrouver mon bien-aimé. Nous avions passé des heures au sein de notre maison. Des heures à câliner mon mari pour tenter de l’apaiser et d’éloigner cette angoisse qui le rongeait. Des heures à essayer de savoir ce que nous allions faire. La décision était là. Le départ en Italie arrivait. Le voyage s’était fait dans le plus grand des silences. J’aurai aimé trouver les mots pour mon amoureux, mais il n’y en avait sans doute pas. Et, putain, j’avais la gorge bien trop noué pour parvenir à parler. Je sentais l’angoisse tordre douloureusement mon ventre. Je sentais la peur m’écraser l’être. Il ne fallait pourtant rien laisser paraître. Il fallait être fort. Pour Nonna. Pour Mio Amore. Le flou total entourait ce voyage dans mon esprit. Tout s’était déroulé un peu comme si je n’étais pas réellement sur place. Arrivés à Porto Istana, je restais un peu en retrait observant mon amoureux et Nonno tous deux bien trop inquiets et mal en point. Après avoir déposé nos affaires, il fallait attendre. Attendre quelques heures avant de se rendre à l’hôpital. Attendre de longues heures avant d’aller en savoir plus. Attendre dans un silence intenable et dans une absence douloureuse. J’avais passé la nuit seul dans le lit même si le sommeil ne s’était pas invité. Mon amoureux avait quitté le lit bien trop vite et je l’avais observé un temps installé sur la terrasse. Perdu dans un Enfer que j’aurai aimé lui éviter.

Mercredi 23 Mars.

Le moment fatidique avait finalement pointé le bout de son nez après quelques heures. Le soleil s’était levé brillant haut dans le ciel. J’aurai tant aimé que sa lumière aveuglante vienne faire briller le bonheur dans notre existence. J’aurai tant aimé que la situation ne soit pas aussi grave et que tout s’arrange. Oh bordel oui, comme j’aurai aimé que, pour une fois, le destin soit clément avec nous. L’espoir était pourtant illusoire. Ça ne servait à rien d’y croire. Nous ne tardions pas à arriver devant ce bâtiment blanc qui me filait toujours la gerbe. Ce bâtiment blanc que je voyais bien trop souvent ces derniers temps et qui n’apportait jamais rien de bon. Ce bâtiment blanc au sein duquel nous étions obligés de rentrer. Les frissons désagréables courraient sur ma peau. L’envie de faire demi-tour pulsait dans l’être. Cependant, je n’en avais rien fait. Main dans la main avec mon mari, je ne le lâchais pas et je me montrais fort. Il ne fallait pas défaillir malgré la peur qui tordait le ventre et l’angoisse qui compressait douloureusement le cœur. Nous nous dirigions vers la chambre lorsque soudainement mon amoureux s’arrêtait. Je manquais de chuter devant la brutalité de l’arrêt me rattrapant sans réellement savoir comment. Mes iris sombres se posaient sur mon amoureux. Son regard perdu me brisait le cœur. Son regard suppliant me donnait envie de pleurer. Putain Amore si tu savais à quel point j’aurai aimé avoir le pouvoir de tout changer. Si tu savais à quel point j’aurai aimé te dire que tout allait bien se passer. Malheureusement, je n’avais pas ce pouvoir. Et, vu comment le destin aimait se jouer de nous, j’imaginais déjà le pire. Je tentais de rassurer Mio Amore comme je le pouvais. Les mains glissaient sur ses joues. Les lèvres se déposaient sur son front et son nez. Je le laissais se blottir contre moi caressant doucement son dos et murmurant des mots de courage et d’amour au creux de son oreille. Le temps filait et je m’en fichais. Je lui laissais prendre le temps dont il avait besoin. Je le soutenais autant que je le pouvais dans cette épreuve que j’aurai aimé effacer.

Finalement mon amoureux se dirigeait de nouveau vers la chambre de Nonna et je le suivais sagement me plongeant de nouveau dans le silence. Nous passions la porte et je soufflais doucement. L’image n’était pas belle. Les nouvelles allaient être mauvaises. L’impact allait être désastreux. Mio Amore lâchait ma main s’approchant de Nonna après un regard vers moi. Je le laissais faire et je le perdais doucement. Il s’enfermait dans une bulle au sein de laquelle je le laissais. Il en avait besoin sans doute. Je restais dans la chambre un instant. Je restais juste là à l’observer et à garder le cap. Je restais là priant pour être assez fort pour encaisser l’impact. Je finissais par me glisser à l’extérieur de l’hôpital pour fumer ce bâtonnet de nicotine salvateur. Je tournais en rond devant l’hôpital stressé à l’idée d’être dehors et pourtant bien trop angoissé à l’idée de retourner à l’intérieur. J’attrapais mon téléphone pour jeter un coup d’œil aux nouvelles. Des mois que je m’étais renfermés et j’étais persuadé qu’il n’y aurait aucune notification sur mon écran. Personne pour s’inquiéter. Personne pour se questionner. Pourtant, sur mon écran, une notification s’affichait. Numéro inconnu ou peut-être trop connu. Et ce message qui glaçait le sang. Et cette photo qui retournait le ventre. J’éteignais bien vite l’écran. Je coupais trop rapidement le téléphone sans répondre. J’ignorais la réalité balançant la clope à moitié consommé pour rejoindre mon amoureux. J’avais passé le reste de l’après-midi dans un coin de la pièce à attendre que mon amoureux soit prêt à quitter les lieux. Et nous avions pris le chemin de la sortie lorsque la nuit s’était invitée.

Le trajet du retour était tout aussi flou à l’intérieur de mon esprit. J’agissais par simple automatisme gravitant autour de mon mari qui avait besoin de moi. Juste le suivre. Simplement rester prêt de lui. C’était ma mission et je m’y attelais en silence. J’acceptais ce silence. Je ne forçais pas pour parler. Surtout pas après cette nouvelle qui était tombée. Nonna ne s’en remettrait pas. La fin était là. Il allait la perdre. Nous allions la perdre. C’était terminé. Foutu destin bien trop merdique. J’aurai préféré mille fois devoir subir une nouvelle épreuve douloureuse que voir mon amoureux faire face à ce cauchemar. Malheureusement ça ne fonctionnait pas comme ça. C’était écrit. Je ne pouvais rien changer. Je pouvais juste tenter d’être là. Et je l’étais. Main glissée dans celle de mon amoureux, je le suivais dans la maison avant de me glisser dans la salle de bain à sa suite. Les vêtements quittaient la peau. Les corps se glissaient dans la douche. Le jet d’eau froide me faisait frissonner un instant avant que je ne me détende sous l’eau chaude bien plus agréable. Iris sombres plantées dans celles de mon amoureux, je percevais sa supplication. Il voulait que je lui fasse oublier cette réalité. Il avait envie que je lui fasse oublier l’horreur qui s’abattait sur nous. Sur lui. Il désirait se sentir vivant ce soir. Et je ne pouvais qu’accéder à sa supplication. Gamin perdu qui ne savait pas quoi faire d’autre. Gosse déraillant qui voulait juste tenter de se rendre utile. Les mains frôlaient les corps. Les corps se rapprochaient. Là, sous cette douche, j’avais fait l’amour à mon mari avec autant de douceur et de tendresse que je le pouvais. Là, sous cette douche, j’avais fait l’amour à mon mari comme si mon simple amour pouvait panser les plaies de la réalité et le cœur béant des atrocités. J’avais agit comme si ce corps à corps avait le pouvoir de changer la donne. Mais, putain, je n’étais pas un super héro et l’horreur était toujours tapie là dans l’ombre.

Du 24 Mars au 28 Mars.

Les journées s’étaient succédées sans que je n’y prête réellement attention. Le téléphone restait éteint. Le stress bouffait les entrailles. J’étais sur mes gardes sursautant au moindre bruit et observant un peu trop les alentours comme si j’avais la trouille que le message reçu ne soit qu’un début de mauvais pressage et que l’horreur vienne encore plus glacer nos vies. Rien n’était arrivé de ce côté pourtant. Il faudrait que je m’en occupe une fois de retour à Boston. Plus tard. Pour le moment, je tentais de me focaliser sur ces journées presque trop semblables qui se répétaient. Les personnes affluaient. Les émotions douloureuses dominaient. La tristesse était partout. La peine était désagréable. Toutes les journées se ressemblaient. Mon amoureux restait plongé dans le silence et je ne savais même plus comment l’en sortir. La tristesse planait de façon trop pesante dans l’air. Mes nuits étaient courtes parsemées de douleur, d’angoisse et de réveils en sursaut de l’amoureux qui finissait toujours par disparaître quelques temps. Je le laissais se perdre dans sa bulle quand il le voulait. Je le laissais revenir se blottir dans mes bras dès qu’il en avait besoin. Silencieux et présent. Bouche fermée et bras grands ouverts. Je tentais d’être celui dont il avait besoin même si toute cette réalité me déplaisait et me désarçonnait. L’Italie, le silence de l’amoureux qui s’effondrait, la mort de Nonna, les afflux de sentiments négatifs… C’était trop pour moi. Je rêvais de reprendre des pilules miracles. Drogues ou médicaments… Peu importait. J’avais juste envie de quelque chose pour me calmer. Pourtant, je ne craquais pas. Je courbais l’échine et je supporter. Supporter le silence et la peur. Supporter la solitude et la tristesse. Supporter ce quotidien un peu trop dérangeant. Juste supporter en silence pour ne pas en imposer plus. Simplement tenter de rassurer l’être aimé autant que je le pouvais. Je laissais les jours filer et je laissais l’Italie venir me charcuter n’osant pas supplier pour rentrer. Je n’osais pas demander de retourner à la maison. J’acceptais de laisser ce pays natal me charcuter. Par amour pour Mio Amore.

Mardi 29 Mars. 02:58 am

Notre vie était chamboulée depuis bientôt une semaine maintenant. Cela faisait presque une semaine que nous nous trouvions en Italie. Je n’étais jamais revenu aussi longtemps ici de mon plein grès. Les voyages étaient courts par ici pour garder les démons endormis et empêcher l’horreur de glisser de nouveau dans ma vie. Malheureusement, cette fois-ci, ce n’était pas moi qui menait la situation. Ce n’était pas moi qui tenait le guidon de notre existence et de notre voyage. Mio Amore avait tous les pouvoirs et je laissais faire en silence. Énième nuit à ne pas trouver le sommeil hésitant à rallumer le portable pour voir si je n’avais pas halluciné le message. Je tentais doucement le bras vers la table de nuit pour attraper le mobile lorsque, soudainement, mon amoureux bougeait. Un nouveau réveil en sursaut pour lui. Je ne bougeais pas gardant les yeux rivés sur le plafond quand il se levait. J’attendais dans le silence écoutant attentivement autour de moi les bras déjà prêts à l’accueillir. Je l’entendais dans la salle de bain un instant. J’attendais qu’il revienne auprès de moi comme les autres nuits pour le laisser se blottir dans mes bras et le voir s’endormir un peu. Moi j’étais bien trop incapable de dormir. Il y avait trop de démons survoltés dans mes pensées. J’entendais Mio Amore revenir dans la chambre. Cependant, cette nuit, il ne revenait pas à mes côtés. Je l’entendais ouvrir l’armoire et se mettre à fouiller dedans. Me redressant sur le lieux, je l’observais silencieusement et curieusement. Qu’était-il en train de faire ? Je le laissais agir à sa guise tant qu’il ne se faisait pas de mal, je n’avais pas à l’empêcher d’agir. J’observais le bazar qu’il sortait. Ces souvenirs de notre passé d’ici qui réchauffait à peine le cœur. Je sursautais lorsque soudainement la voix de mon amoureux résonnait. Cela me semblait faire une éternité que je ne l’avais pas entendu et quelque part ça me soulageait d’entendre sa voix. Entendre ce Teo qui sortait de ses lèvres et cette demande. L’automatisme de Mio Amore me faisait brièvement sourire. Murmurant un « Viens… », je l’invitais à revenir sous les draps avec ce vieux livres dont nous connaissions les histoires par cœur. Ce vieux livres que j’allais ouvrir encore. Ce vieux livre dont j’allais lire les mots à la demande de mon amoureux. Tenter de l’aider par tous les moyens. L’aimer par dessus tout et être prêt à tout pour lui.

@Lukas O. Spritz-Hood

Neal T. Hood-Spritz omg mes feels

Piou
Je m'appelle : Lu/P'tit Lu/Owi/ ou ce que tu veux
j'ai : 27
ans et j'habite actuellement à : Winthrop
Je viens de : St Pettersbourg
Dans la vie, je suis : co gérant du SunRock
et niveau sentimental je suis : Marié à Neal
On dit de moi que je suis : Un prince charmant, parfait, une fée, une colombe, trop bien pour ce monde qui ne me mérite pas. Sauf que j'ai un peu de mal avec tout ça.
et que je ressemble à : Finn Cole

Hors jeu, mon pseudo est : Bab
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 13/11/2019
avec : 35866
messages à mon actif, dont : 491
rps. Les créations de mon profil viennent de : Bab: iconn, giff, Joemaw: ava
Pour finir, je joue également : /.

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011101321484 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011100239403 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011132892730
LUKAS OWEN SPRITZ
✧ ✦ ✧
” who is he "
Loyal ✦ Unique✦ Kafkaïen ✦ Altruiste ✦ Saltimbanque ✦ Optimiste ✦ Waouh ✦ Enthousiaste ✦ Nuancé ✦ Spontané ✦ Passionné ✦ Résilient ✦ Inspiré ✦ Tendre ✦ Zen

✧ ✦ ✧

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307010918770936 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011001575388 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011002251164
” if you need more "

✦ Né à Saint Petersbourg le 6 Mars 1995 ✦ Fils de Léna Ballerine Russe et d’Alessio Architecte Italien ✦ A suivis sa mère lors de toutes ses représentations autour du monde ✦ S'inspire depuis toujours de ses voyages pour composer de nouvelles chansons, de nouveaux écrits ✦ Reçoit son premier instrument à 5 ans un accordéon, qu'il maîtrise parfaitement ✦ Joue de la guitare depuis ses 15 ans, sa première guitare s'appelle Nadia, du nom de sa meilleure amie à l'époque ✦ A une grande collection d'instrument de musique rare exposé dans l'appartement de ses parent à NYC ✦ A vingt ans il fait le pari de vivre une année sans carte bleu et sans aide de personne, il vivra à la rue sept mois avant de terminer son expérience à l'hôpital pour une pneumopathie ✦ Devient accro à la clope ✦ A découvert un relation extra conjugal de son père avec la mère de son meilleur ami ✦ Sa première fois fus en 2011 avec Nadia sa meilleure amie à l'époque ça a tout brisé en eux ✦ A étudié trois ans à l'Institut de littérature Maxime Gorki à Moscou ✦ Tous les 24 Décembre au soir il assiste à un concert d'orchestre symphonique ✦ Est devenu claustrophobe après avoir été enfermé par d'autres enfants dans un placard ✦ Pratique le langage des signes, son préféré: Histoire ✦ Son chat est un Main Coon Meeko ✦ A une démarche personnel pour le zéro déchet ✦ Se pose la question de rejoindre Youth for Climate ✦ Boycott les grandes enseignes et essaye le vrac autant que possible ✦ Est un homme de valeur, sa vie est régie par des règles d'ors ✦ Prend son temps pour TOUT, il veut connaître, savoir pour comprendre ✦ Ne couche pas le premier soir, et ne couche pas tant qu'il ne connaît pas ✦ Ne sais pas se battre mais s'interpose toujours lors d'une agression, même au risque de sa vie ✦ Exprime ses émotions et pour lui ce n'est pas une faiblesse que de pleurer ✦ L'écriture est un exutoire, il y dépose tout ✦ Un homme entier et prêt à tout pour ceux qu'il aime ✦ Après chaque voyage il ramène une bouteille d'alcool typique de la région visitée, elle sera consommé avec Naëlle exclusivement ✦ Ouvre un Meetssenger professionnel en juin pour partager ses enregistrements ✦ A la rentrée 2020 il arrête ses études de littérature pour prendre la musique en majeur ✦ Se met en couple avec Neal à la rentrée de manière exclusive ✦ Subit une agression lors du saccage de son studio d'enregistrement, il ressort avec des côtés cassé, un plâtre, des ecchymoses ✦ S'inscrit au concours de talent auquel il est sélectionné ✦ Accepte les clés que l'appartement de son père qu'il lui à acheté ✦ A été le premier enlevé par Keith en octobre, retrouvé en fin de mois il souffre de cauchemars, et d'angoisse. A des difficultés à se remettre à la musique et à l'écriture. ✦ Le retour à la réalité est difficile passe plusieurs à l'hôpital, avant d'emménager chez Neal ✦ N'obtiendra pas son semestre ✦ Ouvre le SunRock avec Lana le 29 janvier 2021 ✦ Offre à Neal la bague de sa mère lors de la saint valentin en signe d’être toujours là pour lui qu’importe la direction que prendra la relation ✦ Naissance d’Aurore le 20 février 2021✦ ✦ Reçoit une lettre des organisateurs de Coachella le jour de son anniversaire: le SunRock y est invité ✦ Remonte sur scéne pour la première vrai fois et pleinement au Spring Break ✦ Montra sur scéne à Coachella ✦ Futur parrain de bébé de Gemma ✦ Accepte le demande en "mariage" de Neal ✦ ✦ Se renseigne pour l'adoption d'Aurore ✦ Vis mal la perte de mémoire de Neal ✦ Demande à sa cousine Kira de venir en renfort fin mai pour m'aider à gérer le SunRock ✦ Part en Road trip avec Katalia courant juin ✦ Décide de changer d'appartement avec Neal et de lancer le mariage quand celui ci retrouve ses souvenirs ✦ Monte sur Scéne à Lollapalooza en Juillet à Chicago ✦ Part au Summer Camp en Aout ✦ Se foule la cheville à la fin du Summer Camp ✦ Mariage le 7 Novembre ✦ Achat d'une maison à Winthrop ✦ Invité par Aaron et Eros pour Thanksgiving ✦ S'occupe d'Aurore en compagnie de Neal parce que Summer est à l'hôpital ✦ Organise avec Lana un week end à la montagne pour les un ans du SunRock en compagnie de tout les employés ✦ Frappe un homme qui viens l'embrasser sans autorisation lors du Kiss Killer à Coachella ✦ Est Co président au Summer Camp 2022 ✦ Se fait agresser et crois
avoir perdu sa chaine qui comprend sa bague de fiançailles ✦ Sort de la bagarre avec de nombreux bleu aux visage et au corps, le poignet droit affaibli il porte donc une atèle pendant une dizaine de jours ✦ Anton disparait le lendemain, ce qui le fait totalement vriller, avec de véritable envie de meurtre ✦


your life isn’t your if you
always care what others think.

−·−− −−− ··− ·− ·−· · ··· − ·−· −−− −· −−·
My distinctive signs

✦ Sa première guitare étant détruite en janvier 2020, il en a acheté une nouvelle, elle porte le nom de [i]Neal, gravé au dos de la caisse de résonance ✦ Porte un bracelet un bracelet au poignet gauche avec les initiales L & N offert par Neal pour ses 25 ans ✦ Porte les cicatrices de l’accident du métro dans les paumes de ses mains ✦ A fait mettre sous résine le trèfle à quatre feuille offert par Hugo lors de l'épreuve du labyrinthe et le garde en porte clé ✦ A force d'avoir écris « L&T » entouré d'un Neakas infini dans la paume de sa main l'ancre à laissé une marque ✦ Porte un second bracelet au poignet offert par Neal, un souvenir de Cape Code ✦ Porte clé agrémenté d'une pièce de puzzle en bois offert par Neal à Noël ✦ A un tatouage à l'annulaire gauche un "N" sur le dessus du doigt et un "T" à l'intérieur depuis février 2021 ✦ Pour ses 26 ans il recevra des objets qui ne le quitteront plus : une médaille et une plaque rejoigne son porte clé, une pochette contenant une pièce qui se trouve dans la poche intérieur de sa veste, un médiator qui s’il n’est pas utilisé est dans son portefeuille, un carnet en cuir et un stylo constamment dans mon sac à dos ✦ Porte une chaine au cou avec une bague de femme offert par Neal lors de la demande en "mariage"✦ ✦ Se fait tatouer le logo du SunRock à l'intérieur de l'avant bras droit et "Prosto" sous le "T" en Mai 2021 ✦ Porte une alliance gravée ✦ tatouage sur l'omoplatte gauche d'une Colombe aux ailes de fée en décembre 2021 ✦ Tatouage "you can go the distance, you can run the mile, you can walk straight through hell with a smile, you can be a hero, you can get the gold, breakin' all the records they thought never could be broke, do it for your people, do it for your pride" sur les côtés en mai 2022 ✦ [/i]

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307010926939059
” A BIT OF ME A PIECE OF YOU "
” love makes a family "

Horaire des cours
Du lundi, Mercredi, Jeudi Vendredi: 7h45 - 11h45
Mardi: 12h - 16h
Horaire du SunRock
Mardi - Mercredi - Jeudi : 17h - 22h30
Vendredi - Samedi : 18h - 23h30.

<iframe width="50" height="20" src="https://www.youtube.com/embed/uCUpvTMis-Y?start=5" title="YouTube video player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>

• Meeko en Kat Sitting (emo)
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Tumblr_oyldxcjyMy1ug9tt2o1_1280
• Demoiselles en détresses en court de sauvetage (emo)
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Tumblr_o17ow1XtXM1r2xr06o7_500
• Melu' et Meeko Perfect date :heaart:
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   7PQ1Eq38_o
• Cadeau de Neal pour les 25 ans (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   2511619667
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Cadeau11
• Têtes de Mules
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   200327113946269016(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   200328021133309071
• #KLM
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   FzbcgUN
• NeaKas nique le temps
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   200616094954436404
• Porte Clé Souvenir du labyrinthe
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Pendentif-trefle-a-4-feuilles-01
• KaNeakas <3
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   2oor
• Souvenir de Cap Code
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   CapeCod_Silver_Navy_1024x1024
• New Familly
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210418091627249975
• Tentation
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Neakas-4

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   20021608055864050


(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   1116103942 Qui chaque jour sauvera le rêve de la Chatbox ?
Qui chaque jour brandira le drapeau de la Chatbox ?
C’est notre héros Lukaman.
Qui portera l’espoir de la Chatbox ?
Qui prouvera que l’on peut gagner ?
C’est notre héros, Lukaman.
Qui fera peur à ces sirènes qui nous noient ?
Qui vaincra l’ennemi juré de la Chatbox ?
C’est le porteur du drapeau de nos valeurs.
Qui parrainera nos fidèles petits nouveaux ?
Qui par son amour et sa mignonnerie saura nous montre le chemin du rp ?
C’est notre cher Lukaman.
Notre grand héros de la Chatbox,
Entendra nos souhaits de liens.
Qui est le petit cul, héros de notre Chatbox ?
Qui tombe sous le charme de Neal adoré ?
Notre héros qui porte les couleurs d’Harvard,
Le porte bannière de nos étudiants
C’est notre héros Lukaman,
Notre meilleur ami, celui qui fais peur aux sirènes du fond de la Chatbox,
Notre héros fidèle,
Notre Lukaman adoré.
Même lorsqu’il n’est pas là,
Il hante les couloirs de notre grande maison,
Il veille sur nous, même endormi,
Notre héros, Lukaman.
Comment oublier l’amour de ce héros ?
Je t’aime, je t’aime, Lukaman,
Il nous aime à chaque venue à la maison,
Notre grand héros,
Lukaman, le seul et l’unique pêcheur,
De nos corps attirés par Timmy,
Timeout cruel de notre Chatbox.
Notre Héros,
Lukaamaaan. (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   1116103942

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   NpszQwXL_o

WARNING // concernant (Lukas)
Sexe (termes érotiques), Addiction (tabac), Kidnapping, Marqué psychologiquement par la violence de certain événement.

TRIGGER // refuse de jouer ;
Aucun pour le moment.


Meetsacgussets
The SunRock
oWen
LIEN DU POST
Jeu 14 Avr - 23:26
22 Mars

Le sourire que j'avais affiché en voyant que mère s'était bien rapidement dissipé quand, j'avais entendu le son de sa voix. Tremblant incertaine, inquiète. Elle ne savait pas comment m'annoncer la terrible nouvelle. Une nouvelle qui m'avait tordu le ventre et la gorge immédiatement. Une nouvelle qui avait envoyé tellement les inquiétudes du quotidiens pourtant si présente et importante. La santé de mon partenaire de vie, de l'homme que j'aime, une santé qui n'arrivait pas à se stabiliser tant les choses étaient compliquées dans sa vie. Cette santé qui m'inquiétait depuis le premier jour dans cette chambre d'hôpital, et qui ne me quittera qu'une fois que la mort nous séparera. Une santé qui à l'instant était renvoyé au second plan, tant elle me paraissait moins importante face à cette nouvelle qui m'annonçait que Nonna avait eu un accident. J'avoue tout envoyer au loin, parce qu'elle était de l'autre côté de l'océan et que je n'avais pas une minute à perdre. Et pourtant ... Bien sûr ma mère avait tenté de me rassurer mais rien n'y faisait. Il n'y aurait rien qui y ferait tant que je n'aurai pas mis les pieds et que je n'aurai pas vu les choses en face, j'avais besoin de ça, au moins pour être sûr, être sûr que ce n'était pas seulement un mauvais rêve. Les choses s'étaient enchaînées alors, le téléphone en main, je ne me sentais pas capable d'ouvrir la bouche, pas capable de d'aligner trois mots sans m'écrouler. Alors c'était les doigts tremblants que j'avais prévenu mon mari. Un mari au travail qui n'avait pas tardé à répondre, un mari qui avait probablement mieux à faire qu'à venir m'aider et pas prendre sur lui le poids de ma détresse. Un mari qui quoiqu'il arrive venait toujours à mon secours et qui sera là pour m'aider à me relever, qu'importe le temps que ça prendrait. Un mari qui me retrouvais en train de tourner en rond dans la chambre, a faire des aller/retour dans la chambre pour chercher des affaires, il fallait partir, j'avais besoin de partir, c'est la seule chose que j'avais en tête. Partir, aller en Italie, rejoindre Nonna, c'est la seule chose qui comptait. J'avais l'impression d'une folle course contre la montre dans ma tête, une course qui ne se stoppait qu'une fois la voix de mon homme dans les oreilles. J'avais tout lâché pour m'enfouir dans ses bras, me laisser bercer par sa voix et ses caresses, ses baisers et ses mots qui se voulaient rassurants. Des mots qui fonctionnaient quelque part, et qui envoyaient l'angoisse un peu plus loin, des mots dans lesquels je m'enfermais parce que j'avais envie d'y croire.
C'est dans cette bulle que j'avais recommencé les valises, rangés soigneusement, chaque change que nous aurions besoin pour ce voyage à durée indéterminé, l'aller était pris ... mais le retour ... Il n'en était pas question, pas pour le moment, pas à cet instant alors que chaque chose était à sa place, comme l'aura de Nona au-dessus de moi. Tito, si tu veux pouvoir mettre tes jouets dans la valise, plie comme ci, et ça comme ça. Concentré sur ces seuls souvenirs. Les billet était pris, nous étions parti, prévenu Summer pour qu'elle sache que nous ne serions pas disponible. La peur se lisait dans mes yeux, l'inquiétude pulsait partout autour de moi, et je ne lâchais pas mon amoureux de peur de défaillir, et de ne pas être capable de me relever au milieu de la foule qui se trouvait dans l'aéroport. J'avançais, j'avançais jusqu'à m'installer dans l'avion. Et laisser les heures filer. Enfermé dans cette bulle que mon mari avait créé et qui me permettait de lui faire de faible sourire quand nos regards se croisaient. J'avais tellement envie de croire que tout ceci était possible qu'au final les choses pourraient s'arranger, j'avais tellement envie de m'y accrocher. Une bulle qui me permettait de m'éloigner quelque peu quand je retrouvais mon grand-père et d'engager les heures à venir, quand bien même elles me paraissaient infinies.


23 mars

Le soleil au zénith me fait ouvrir les yeux, endormi sur la terrasse. Cette terrasse qui comportait tant de souvenirs, et où j'avais ressenti quelque part l'aura de Nona, tout autant que le regard inquiet de mon mari. Nous avions pris la route, rapidement, comme si c'était nécessaire, ça l'était pour moi. Et plus nous nous rapprochions de l'hôpital, plus je sentais la bulle que mon amoureux m'avait créée se fissurer. Plus nous approchions du moment fatidique où je poserai mes yeux sur Nona plus je sentais les battements de mon cœur devenir douloureux. J'crois que c'est pour cette raison que je me suis arrêté en plein milieu du couloir, suppliant mon amour de faire en sorte que les choses se passent bien. Mais je le voyais, je le savais, que je demandais l'impossible, je le lisais bien dans ses yeux qu'il aimerait réaliser ce que je demande. Que s'il en avait le pouvoir il le ferait, je le savais. Assis, dans ses bras, je me laissais bercer, fermant les yeux, afin de puiser dans la magie qu'il m'offre, suivre sa respiration, s'emparer de son odeur rassurante qui contraste tellement avec celle de l'hôpital, stérile. Blotti dans les bras de l'homme que j'aime, je laissais ses caresses et ses baisers de réconfort m'atteindre. Ces touches de magies à lui, son pouvoir, quand bien même il ne pouvait pas changer totalement les choses, il parvenait à reconstruire cette bulle, qui me permettait d'avancer. Qui me donnait la force de me relever, de passer la porte de la chambre et de lâcher finalement sa main pour celle de Nona.
Enfermé dans ma bulle, ça me permettait d'effacer le bruit des machines, d'effacer ce silence assourdissant. De juste m’enfermer dans cette bulle et de profiter des quelques instants d’espoir qu’il me restaient. Quelques instants seulement. Traduit en heure probablement pour d'autres. La nouvelle était définitive, elle était fatale, douloureuse, et me tairais encore plus dans le silence. Ça fourmille dans ma tête, trop de choses étaient dites et je ne savais plus les entendre. Trop. Nous étions restés encore un long moment, comme une difficulté à me séparer de Nona. Parce que tant que les machines étaient toujours en route, le souffle était toujours là. Non ? C’était plus compliqué que ça. Bien plus compliqué. Un simple regard en direction de mon mari, un regard vide, un regard triste, épuisé, par toutes ces heures sombres, lui demandait de rentrer, un regard que j’aurai aimé ne jamais lui lancer, un qu’il n'aurait pas préféré recevoir non plus, mais il était là, incapable d’ouvrir la bouche pour parler sans avoir l’impression que le monde s’effondre sous mes pieds. Amore j’suis désolé Je crois que c’est pour me faire pardonner ce regard, ce voyage non prémédité, cette terrible nouvelle, que j’avais conduit mon amoureux sous la douche et affiché ce regard suppliant. Une demande de pardon et une supplique d'oubli. Je voulais oublier cette journée, je voulais oublier ces heures passées à l'hôpital, je voulais me rappeler qu’il y avait d’autre chose que cette horreur, et sentir l’amour que mon homme me portait, même si je le savais, même s’il me l’avait prouvé toute la journée, tous les jours depuis si longtemps. Je crois que j’avais besoin de cet amour qu’il me porte au quotidien, une dose délicieuse de plaisir tendre et douce, pour m’échapper quelques instants.Et ça faisait du bien de sentir mon coeur battre pour autre chose que pour l'angoisse, de perdre mon souffle pour autre chose qu’une sensation étouffante, de toucher d’autre parti du corps de mon mari que sa main aussi forte soit’elle. Sous cette douche j’avais lâché prise, il avait su me transporter loin de cette réalité.

La réalité était là cependant, où l'absence de Nona était accompagné de tant de personnes de ma famille. La réalité où ses histoires n'existerai plus que dans nos souvenirs, où l'odeur de ses plats ne se retrouveront que si nous mettions la mains sur son cahier de recette, son parfum ne serai plus qu'en bouteille et il manquerait la douceur de ses bras. Une grande partie de la famille nous avais rejoint pour le weekend, se soutenir tous ensemble pour traverser cette épreuve. Et pourtant ils reprenaient tous bien vite leur vie. Et moi j'étais incapable de partir, de reenclancher la marche de ma vie. Retrouver ma fille, ma famille de coeur, je n'étais pas prêt à remettre les pieds a Boston et pourtant ici j'errais plus qu'autre chose. Je laissais filer le temps entre la plage où je me plaisait a écouter le bruit des vagues, la terrasse où je regardais la mer au loin espérant le retour de Nona comme par habitude, la voir surgir de la porte d'entrée avec l'un de ses desserts. Je laissais filer le temps dans la cuisine, parce que c'était son monde à elle et que c'était dans cet endroit que j'avais commencé la cuisine, à ses côtés. Des dizaines de recettes avaient été faites à ses côtés et déjà à l'époque je cuisinais pour celui qui partage ma vie. Cet homme que je laisse bien trop seul ici, cet homme contre lequel je me couche chaque nuit, m'enfermant dans ses bras et me laissant bercer par chacune de ses respirations, je me laisse happer par ses baisers et ses caresses avant de sombrer. Chaque nuits, toutes identiques avec le même rêve qui revient. Cette demande en mariage que j'avais rêvé et qui m'avait fait tellement de bien alors que j'étais enfermé dans ma cage, cette cage où je me croyais enfermé après chaque réveil avant de me réveiller totalement. Le réveil se faisait toujours en sursaut, en sueur, le souffle court et le cœur battant trop fort avant que la réalité ne se remette suffisamment en place. J'étais bel et bien à Porto Istana, dans les bras de mon mari et Nona nous avais quitté. Cette dernière mise en place me faisait toujours soupirer, me rendant a la salle de bain avant de replacer ma tête contre le torse de l'homme que j'aime et écoutant son coeur pour me calmer, appréciant ses caresses apaisantes. Toutes les nuits étaient les mêmes depuis des jours.

Mais pas cette nuit. Cette nuit je sortais du lit parce que je n'en pouvais plus de ses cauchemars, de ces sueurs qui me collaient à la peau. Alors je sortais du lit pour passer à la salle de bain, me passer de l'eau sur le visage avant de revenir dans la chambre, mais pas dans les bras de mon mari. Non je me rendais au pieds de l'armoire qui se trouvait là. Une armoire qui renfermait des trésors d'une autre temps, je le savais. Ces souvenirs d'enfance que j'avais partagé avec mon mari il y a tant d'années. Des souvenirs qui me faisaient sourire, certain plus que d'autres, des petits soldats qui avait été enterrés plus d'une fois et qui avaient perdu un paquet de leur amis dans le sable, probablement à l'autre bout du monde maintenant, un trousse de couture que je n'avais jamais utilisé mais qui avait réparé quelques boutons de pyjama je crois, des sprays a eau qui nous servait à nous battre avant de terminer dans l'eau, des déguisements qui avaient vus tant de nos aventures, des épées de bois pour nos combats que l'on voulait épique. Amore déjà à l'époque on se chamaillait, et on finissait toujours dans les bras l'un de l'autre pour un câlin afin de se montrer à quel point on tenait l'un à l'autre…. ça me faisait tendrement sourire, mais pas autant que ce livre. Il avait été l'inspiration de tellement d'histoire, il avait comblé tellement de nuit. L'avoir dans les mains était comme un nouveau souffle et me faisait sortir du silence. Un silence qui avait trop duré je le savais, un silence que je ne pensais pas rompre en appelant mon amoureux Téo, et avoir cette demande automatique. Je ne pensais pas qu'ouvrir la bouche ainsi me soulagerai d'un poids qui me pesait depuis des jours. Je venais de quitter ma bulle de silence et ça faisait du bien. L'invitation à rejoindre mon homme me surprenait tout de même un peu. Oh oui je savais qu'il ne me quittait pas des yeux depuis que j'avais quitté ses bras bras, mais je ne m'attendais pas à une réponse. Et sans vraiment savoir pourquoi, je remettais la totalité de mes trouvailles dans le carton et emportait le tout sur le lit. Fatigué et épuisé par toutes ces courtes nuits j'avais envie de partager mes découvertes avec lui. Installé tout contre lui la tête contre son épaule, j'étais prêt à écouter, à fouiller et à retourner dans nos souvenirs d'enfance. Tournant la tête, pour capter son regards un sourire enfantin sur les lèvres. Tu sais laquelle je veux… affirmation dans mes mots, l'usure des pages surpassaient toutes les autres, mais c'était celle qu'il me laissais toujours après un cauchemar.

@Neal T. hood-spritz




You can go the distance, you can run the mile, You can walk straight through hell with a smile, You can be a hero, you can get the gold, Breakin' all the records they thought never could be broke, Do it for your people, do it for your pride

Titre de propriété :


Lukas O. Spritz-Hood omg mes feels

I am an angel with a shootgun
Je m'appelle : Neal
j'ai : 29
ans et j'habite actuellement à : Winthrop au 10 Cottage Ave avec mon mari
Je viens de : Naples en Italie
Dans la vie, je suis : barman au Lord Hobo & mécanicien au Holy Motors
et niveau sentimental je suis : marié avec Lukas
On dit de moi que je suis : Étrange, infidèle
et que je ressemble à : Thomas Brodie-Sangster.

Hors jeu, mon pseudo est : Nagini
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 23/11/2019
avec : 42144
messages à mon actif, dont : 200
rps. Les créations de mon profil viennent de : Joemaw & Nagini
Pour finir, je joue également : Ange K. Murray
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   59ed1abd857d9b0dd6ba8b2451b6d156

Fils d'un commissaire Irlandais et d'une mannequin Italienne ● Harcelé à l'école primaire et au collège ● Témoin du meurtre de sa mère le 25 Avril 2005 ● Battu par son père qui a disparu à ses dix-huit ans après l'avoir laissé pour mort ● A rejoint la mafia Italienne et a été utilisé en tant que prostitué pendant plusieurs années ● A tué un homme de sang froid avant de se tirer dessus pour faire passer cette histoire pour un accident et quitter la Mafia ● A voyagé un moment trop incapable de se poser dans un endroit ● A fini par s'installer à Boston en Novembre 2018 ● Est retourné en Italie en Janvier 2021 pour mettre fin à son deal et travaillait comme indic pour la Mafia Italienne ● Victime d'une blessure par balle à la tête le Vendredi 23 Avril 2021 lors d'une attaque au Lord Hobo ● A perdu une partie de sa mémoire tous les événements après 2014 avant de les retrouver ● A été kidnappé du 18 Juin 2021 au 23 Juin 2021 à Naples par le père de Côme • A été opéré le 4 Octobre 2021 pour extraire le morceau de balle restant dans sa tête avec succès • S’est marié à Lukas le 7 Novembre 2021 • A acheté une maison avec Lukas fin 2021 •

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   MOkWYp

LOVE
◆ Lukas : my husband
◆ Côme : my mafia boy

FAMILY
◆ Aurore : daughter
◆ Katalia : little angel sister
◆ Summer : wifey, mom of Aurore
◆ Léan : half brother

SEX
◆ Albus : ex client
◆ Félix : ex sex friend
◆ Jace : intense friendship, sexual tension

FRIENDS
◆ Alma : adorable friend
◆ Georgie : special friend
◆ Jeremy : masseur
◆ Kassidy : friend & boss
◆ Ryles : my baby, bromance

HATE
nobody

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   8DCqo3D

Accro au sexe ■ Fait des cauchemars violents ■ Fume et boit ■ Suit un traitement pour son trouble Borderline ■ Boite de la jambe droite (blessure au genou infligée par son père en 2011 + blessure au mollet lors de l'accident du métro en Janvier 2020) ■ A de nombreuses cicatrices sur le corps ■ Porte un collier en argent offert par Lukas en Février 2020 avec une bague de femme dessus depuis Février 2021 ■ Porte un bracelet offert par Lukas depuis Août 2021 ■ A un piercing à l'oreille gauche ■ Possède un tatouage sur le bas-ventre gauche fait en 2016 en commun avec Nathaniel ■ Possède un tatouage au poignet en commun avec Côme fait en Avril 2020 ■ Porte une bague de fiançailles à la main gauche offerte par Côme en Janvier 2021 ■ A un tatouage derrière l'oreille droite représentant une bombe de peinture soufflant de la peinture noire qui se transforme en peinture colorée jusqu'à un N bleu fait en Février 2021 ■ A un tatouage à l'annulaire gauche avec un 'L' fait en Février 2021 ■ A demandé Lukas en mariage le Lundi 12 Avril 2021 ■ A un tatouage à la cheville droite représentant un code barre depuis le 8 Juin 2021 pour recouvrir le tatouage ‘Dans cette vie et les suivantes’ fait en commun avec Nate le 3 Juin 2021 ■ A un tatouage sur l’omoplate représentant un tournesol depuis Novembre 2021 ■ Pratiquait la boxe pendant dix ans avant d’arrêter à cause de sa jambe et de reprendre dans des combats illégaux depuis Novembre 2021 ■ A déjà tué quatre hommes (Antonio de la Mafia, un homme sur ordre de la Mafia, le violeur de Tova et son père)

A strong past for a relationship that is a little too unique
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Jnijkv10

Travail au Lord Hobo
Lundi : 11:00 pm – 02:00 am
Mardi : 09:00 pm – 12:00 am
Mercredi : soirée off
Jeudi :  07:00 pm – 10:30 pm
Vendredi : 10:00 pm – 03:00 am
Samedi :  12:00 am – 03:00 am
Dimanche : soirée off ou 06:00 pm – 08:30 pm

Travail au Holy Motors
Lundi : 08:00 am – 12:00 pm
Mardi : 09:00 am – 12:00 pm
Mercredi : off
Jeudi :  08:30 am – 04:30 pm
Vendredi : 12:00 pm – 05:00 pm
Samedi :  off
Dimanche : off

WARNING // concernant (personnage) : violence physiques et psychologiques, meurtre, trouble borderline, prostitution, sexe, addictions à l'alcool et au sexe, Mafia, autodestruction, blessure par balle, traumatisme, perte de mémoire, kidnapping

TRIGGER // refuse de jouer : cruauté animale

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Tenor

RPs OUVERTSS - 7/10
Lukas (20)
Lukas (21)
Lukas (22)
Nathaniel (8)
Albus (1)
Côme (6)
Jace (1)

QnT OUVERTS - 1/5
Lukas (9)
LIEN DU POST
Dim 15 Mai - 18:56
Mardi 22 Mars.

Je ne veux pas partir. Je ne peux pas partir. Les propos tournaient en boucle à l’intérieur de mon esprit à l’instant même où j’avais franchi la porte de notre maison découvrant la tornade qu’était devenu Mio Amore suite à la nouvelle de l’accident de Nonna. Nouvelle soudaine qui venait chambouler notre quotidien. Réalité instable qui venait nous enfoncer encore plus loin sous terre. Mon mari courrait dans tous les sens pour faire les valises le plus rapidement possible tandis qu’il ne cessait jamais de répéter qu’il fallait partir en Italie. Putain, pitié non… Je comprenais le désir de mon amoureux. Je comprenais sa tristesse et son désarroi. Mais, bordel, je n’étais pas prêt à partir comme ça moi. Je n’avais aucune envie de remettre les pieds en Italie. Rien qu’entendre le nom de mon pays savait me tordre le ventre. Qu’en serait-il une fois sur place ? Les iris rivés sur mon mari, je m’empressais de le stopper dans sa course folle. Je le stoppais pour l’enfermer dans une bulle d’apaisement. Quelques instants. Quelques minutes. Quelques heures. Allez savoir… J’ignorais combien de temps nous avions passé l’un contre l’autre. Aucun mot n’avait glissé entre mes lèvres. Et, après cette étreinte, Mio Amore s’était remis à la préparation des valises. L’idée de s’envoler pour l’Italie demeurait toujours bien trop présente. J’aurai aimé le stopper dans la préparation et le supplier sur le champs. Le supplier de ne pas aller en Italie et d’attendre plus de nouvelles. Le supplier de ne pas me faire partir là-bas. Le supplier de ne pas me forcer. Cependant, c’était mon mari et sa famille et je ne pouvais guère faire ça. Je n’avais pas le droit de le retenir et de l’enfermer dans une cage à Boston sous prétexte que je ne me sentais pas capable de remettre les pieds sur ma terre natale. Je ne pouvais pas faire ça tout comme je savais que je ne pouvais guère me résoudre à le laisser partir seul. Il en était hors de question. Il fallait que je le suive. Gamin incapable de le laisser partir seul là-bas. Encore moins lorsque la date de retour ne tombait jamais dans la conversation. Gosse incapable de le laisser s’échapper. Pas alors que mon amoureux allait aussi mal. Alors je n’avais rien dit malgré la douloureuse litanie dans ma tête. J’avais gardé le silence et j’avais même fini par aider mon amoureux à préparer ce voyage qui me rendait malade. Malade pour moi. Malade pour lui. Malade pour nous. Le voyage s’était alors lancé bien trop rapidement. La gorge nouée par l’angoisse, le ventre tordu par la peur, je n’avais pas été fichu de prononcer un seul mot depuis notre départ. J’étais simplement là pour mon mari. Je me montrais juste présent pour maintenir notre bulle. Une bulle au sein de laquelle Mio Amore pouvait peut-être un peu mieux respirer. Une bulle d’amour qui nous isolait du reste du monde. Une bulle à nous que je m’efforçais de maintenir. La totalité du voyage se déroulait dans le flou pour moi. Je savais que j’étais fort pour l’homme que j’aimais. Je savais que je le touchais, que je le câlinais, que je l’embrassais… Mais, tout le reste du monde me semblait insaisissable. Et finalement, nous arrivions sur place. Nous arrivions à l’aéroport où l’horreur me prenait encore plus aux tripes. Nous arrivions à l’aéroport et je restais en retrait. Prêt à soutenir tout en restant un peu trop effacé. Gamin qui espérait ainsi pouvoir être invisible. Il était trop tard pour aller à l’hôpital sur le champ alors nous avions fini dans la maison, dans la chambre. Et j’avais fini seul dans le lit. Seul tordu de cette douleur intérieure. Seul bouffé de cette peur. Seul pendant que mon amoureux s’était endormi sur la terrasse. Je n’avais pas osé aller le chercher. Je ne voulais pas le réveiller. Je ne voulais pas le blesser. Lui qui avait préféré fuir notre lit.

Mercredi 23 Mars.

La journée fatidique était bien trop vite arrivée. La nuit avait été courte. Elle avait été peuplée de cauchemar mafieux et de surveillance de mon amoureux. Elle avait été douloureuse à charcuter l’être et à ouvrir un peu trop le cœur. Mais, putain, ce n’était qu’une première épreuve dans tout ce qui m’attendait dans les jours à venir. Le soleil était à peine levé que mon amoureux était déjà prêt à rejoindre la cage blanche. Alors, nous avions pris la route et quand bien même j’aurai aimé faire demi-tour et fuir cet hôpital où il y avait bien trop de monde, je ne pouvais pas le faire. Je n’avais pas le droit de le faire. Gamin silencieux qui serrait fermement la main de l’homme qu’il aimait tant. J’étais la béquille de Mio Amore. J’étais présent à ses côtés quand bien même le silence demeurait entre nous. Je restais là prêt à l’aider à chaque instant. Cet instant arrivait d’ailleurs. Mon mari s’arrêtait soudainement dans le couloir et je tentais de l’aider. Les doigts glissaient sur sa peau avec douceur et tendresse. Les baisers se posaient sur ses lèvres et son front avec tant d’amour. Les mots passaient la barrière de mes lèvres pour l’encourager et le soutenir. Et le temps s’écoulait comme ça. Je me fichais des minutes qui passaient. Je me fichais du spectacle qu’on pouvait être en train de donner. Pendant un temps, j’oubliais tout ça. J’oubliais tout ça et je soutenais simplement ce garçon que j’aimais tellement. J’aurai aimé lui dire que tout allait s’arranger, mais je ne pouvais guère lui mentir. Je n’avais pas le pouvoir de changer les choses et nous savions tous les deux à quel point le Destin était ravageur dans nos vies. Les pas ne tardaient pas à reprendre. La porte de la chambre d’hôpital s’ouvrait. Et heureusement que je n’avais pas fait la promesse que tout s’arrangerait car, dans cette chambre trop blanche, l’image n’était pas bonne. Je le pressentais. Ça allait mal finir. L’horreur allait encore une fois s’abattre sur nous. Sur Mio Amore surtout. Un Mio Amore qui s’éloignait de moi et se perdait lentement dans sa bulle auprès de Nonna. Un mari que j’abandonnais sans même qu’il ne s’en rende compte quand le besoin de nicotine devenait bien trop intense.

J’aurai mieux fait de ne jamais sortir de l’hôpital. Cigarette coincée entre les lèvres, je tentais d’occuper la tête. Je tentais de trouver une diversion alors que je tournais en rond. Et, bordel, cette diversion arrivait me foutant à terre en un rien de temps. Le téléphone tiré de la poche affichait un message glaçant et une photo qui me retournait le ventre. Les iris sombres se relevaient aussitôt cherchant autour le temps d’un instant. Le souffle était court. Le cœur était douloureux. Le ventre était tordu. Rien n’apparaissait sous mes yeux, mais je les savais foutrement doué. Alors, rapidement, le mobile était coupé et la clope balancée tandis que je m’enfonçais de nouveau dans l’hôpital. Je retournais dans la chambre de Nonna trouvant mon amoureux à la même place que quelques minutes plus tôt. Une place qu’il occupa pendant de trop longues heures tandis que je m’étais installé dans un coin de la pièce bien trop silencieux et invisible. Les heures avaient filés jusqu’à ce que mon mari ne pose son regard sur moi. Un regard vide qui me faisait frissonner d’effroi. Un regard triste qui craquelait mon cœur. Un regard épuisé qui voulait dire que c’était l’heure de rentrer. Le regard était douloureux à recevoir alors que je savais que je ne pouvais rien faire pour l’aider. Encore moins alors que je me sentais de plus en plus sombrer. Gamin aux blessures ravivés. Gosse au passé qui revenait. Je prenais pourtant sur moi me dirigeant vers mon mari pour l’aider à se remettre sur pied et à trouver le courage de quitter la chambre et la cage blanche. Le trajet du retour me semblait lent et flou. Et, une fois rentré dans la maison familiale, je me contentais de graviter autour de mon mari en silence. J’étais simplement là à le suivre comme une ombre constante prêt à le ramasser s’il chutait. Je le suivais dans chacun de ses déplacements. Je restais silencieux pour ne pas le déranger. Et, finalement, Mio Amore finissait par m’entraîner dans la salle de bain puis sous la douche. Cette douche où nos deux corps nus se collaient. Cette douche où Mio Amore me suppliait de lui faire oublier la réalité affreuse de l’Italie. Je voulais être utile. Je voulais l’aider. Et, putain, je n’étais qu’un homme aux besoins bien trop refoulés depuis de longues heures. Même si je savais que mon besoin ne saurait être correctement comblé dans les jours à venir, j’acceptais de céder quitte à rester frustré. Alors, sous cette douche, Mio Amore et moi nous enfermions dans une douce parenthèse. Une parenthèse au cours de laquelle je lui faisais l’amour comme si cela avait le pouvoir de le guérir de ces maux. Stupide idée. Je n’avais pas ce pouvoir.

Du 24 Mars au 28 Mars.

Les jours suivants s’étaient écoulés rapidement, mais bien trop douloureusement. Nonna n’était plus. Le deuil était là. Il était bien trop présent au cours de ces jours. Les individus s’étaient succédés les uns après les autres dans la demeure. Ils étaient tous emplis de cette tristesse qui me tordait désagréablement le ventre. Ils débarquaient tous avec leurs vagues d’émotions qui me submergeaient un peu trop. Gamin qui ne prenait plus de médicaments depuis des semaines. Gosse qui ne savait pas gérer l’afflux des émotions. C’était trop pour moi. Il était foutrement compliqué de faire face à cette douloureuse réalité. C’était si difficile de faire face à cet instant. Cet instant qui ramenait des souvenirs à la tête. Cet instant qui bousillait encore plus l’être. Je me rappelais un peu trop de maman et de sa mort. Les images tournaient en boucle dans mon esprit me réveillant la nuit et m’empêchant de manger sans rendre la moitié du repas quelques minutes après. Les images étaient bien trop puissantes dans ma tête. Gosse ravagé par l’absence de médicaments et par autrui. Gamin détruit par l’Italie et son aura malfaisante. Mon téléphone était toujours éteint et posé sur ma table de nuit. Je ne pouvais pas m’empêcher de regarder autour de moi avec trop d’attention. Je restais sur mes gardes. Je sursautais si aisément. Je sombrais si facilement. Ça me foutait en l’air totalement. Mais, putain, ce n’était pas le pire dans tout ça. Enfin… Je ne savais plus. D’un côté, il y avait la Mafia, le deuil des autres, les souvenirs de ma mère, la douleur de la perte d’une personne qui comptait pour moi. Néanmoins, de l’autre côté, il y avait mon amoureux. Et ouais, c’était sans doute le pire. Un amoureux trop loin de moi. Il ne l’était pas physiquement car il revenait régulièrement se blottir contre moi. Néanmoins, je me sentais seul dans le paysage. Je me sentais abandonné aux flammes ravageuses et aux démons destructeur. J’étais là à devoir porter beaucoup plus de poids que je ne le pouvais. Mon amoureux disparaissait si souvent. Mon amoureux était toujours dans mon champ de vision, mais j’avais l’impression que la barrière était là entre lui et moi. Il n’était pas vraiment là. Il était toujours si silencieux. Et moi, je me sentais chuter. Et moi, je me sentais sombrer sans savoir combien de temps je pourrais tenir encore. Putain, combien de temps allions-nous rester ici encore ? Serais-je capable de remonter la pente une fois éloigné de l’Italie ? Serais-je capable d’enterrer de nouveau les démons ? Rien n’était certain. Tout était juste destructeur.

Mardi 29 Mars. 02:58 am

L’Italie… Nous y étions toujours et il n’y avait toujours aucune date de retour affichée. Mon mari était toujours silencieux et je sombrais chaque jour un peu plus. Cette nuit n’était guère différente des autres. Je ne parvenais pas à trouver le sommeil bien trop dévoré par mille et une pensées. Je pensais à ma mère et à sa mort. Je pensais à mon mari, son silence et sa peine. Je pensais à la Mafia qui avait conscience de ma présence ici. Je pensais à ce manque qui vibrait dans mes veines. Manque de fuite, manque de contrôle, manque de sexe, manque de bien-être. Je ne bougeais pas dans le lit. Je n’osais pas bouger alors que mon amoureux semblait avoir trouvé le sommeil à mes côtés. Néanmoins, l’esprit cognait de plus en plus. Il fallait que je vérifie. Il fallait que je sois certain de ne pas avoir halluciné les choses. Alors, tendant le bras, j’étais prêt à prendre le téléphone pour le rallumer et faire face à mon destin. J’étais prêt à voir si ça n’avait été qu’une hallucination ou si la réalité était dangereuse. Cependant, avant même que je ne fasse un réel mouvement, mon mari s’éveillait en sursaut me poussant à me tendre aussitôt. Réaction du passé. Réaction que je ne savais plus contrôler après tous ces jours passés ici et tout ce danger qui semblait planer au-dessus de moi. De nous. Mio Amore ne tardait pas à quitter le lit. Je l’observais disparaître dans la salle de bain et j’attendais sagement son retour à mes côtés. Si c’était comme les autres nuits, il allait revenir se blottir contre moi et s’endormir de nouveau après de longues caresses apaisantes dans le silence. Un putain de silence qui me broyait le cœur et que je n’osais pas rompre. Gamin qui avait peur de mal faire. Gosse qui était effrayé à l’idée de ce qui pourrait arriver. Contrairement à mon attente, Mio Amore ne revenait guère à mes côtés. Je l’entendais bouger dans la chambre et ouvrir l’armoire. Je l’entendais se mettre à fouiller dans celle-ci et ça me poussait à me redresser pour l’observer. Mes iris sombres ne le quittaient pas et aucun mot ne franchissait mes lèvres. Je l’observais et j’attendais de voir où allait mener cette situation un peu trop inédite. Cette situation où nos souvenirs d’enfance se retrouvaient étalés au pied de l’armoire par les doigts de mon amoureux.

Soudainement, la voix de mon mari résonnait dans la pièce. Le sursaut survenait sans le moindre contrôle. J’avais l’impression que cela faisait une éternité que je n’avais pas entendu sa voix. Pas comme ça. Pas s’adressant à moi. Je ne m’y attendais pas. Certainement pas en plein milieu de la nuit après un réveil en sursaut de mon mari qui avait pris l’habitude de simplement revenir se blottir dans mes bras. La demande tombait un peu trop surprenante donc comme ce surnom qui, malgré lui, appuyait un peu trop fort sur les cicatrices mises à vif à cause de ce séjour. Je ne rétorquais pas face au surnom. Je ne grimaçais même pas. J’acceptais juste. Je laissais faire. Et j’invitais mon mari à me rejoindre dans le lit. Mes iris sombres l’observaient ranger les affaires dans le carton qu’il emmenait sur le lit. Puis, Mio Amore venait s’installer contre moi. Sa tête se déposait sur mon épaule déclenchant les frissons du corps sans que je ne puisse les contrôler. Mon bras passait autour de lui lorsqu’il bougeait un peu pour capter mon regard. Yeux dans les yeux, j’oubliais un bref instant que nous n’étions pas chez nous et que le malheur s’abattait sur nous. Yeux dans les yeux, je me sentais bien un instant oubliant tout ce qui me tordait le ventre et charcutait mon être. Son sourire était enfantin lorsqu’il soufflait quelques mots. Des propos qui me faisaient sourire avec douceur. Des propos qui accéléraient mon cœur. Des propos qui réveillaient les souvenirs d’autrefois. De bons souvenirs. De bons souvenirs qui, malheureusement, étaient bien trop vite tâchés par des souvenirs mauvais qui s’étaient déroulés après. Acquiesçant doucement, j’utilisais ma main libre pour tourner les pages et arriver à l’histoire désirée. Cette histoire qu’il voulait. Cette histoire que j’avais déjà tant lu. Et, sans perdre de temps, je me lançais dans la lecture à haute voix replongeant des années en arrière. Je tournais les pages avec une seule main tandis que, de mon autre main, je caressais avec lenteur le bras de mon amoureux. Les minutes s’écoulaient ainsi. L’histoire était contée dans un doux murmure. Les caresses étaient prodiguées avec tant de tendresse. Le temps filait et l’histoire finissait par arriver à sa fin. Ma voix se taisait. Mes caresses ne se stoppaient pas. Et, même si la fin était arrivée, je n’osais pas bouger. Peut-être que mon amoureux s’était endormi et je ne voulais pas prendre le risque de le réveiller. Alors, je restais juste là le livre ouvert sur la dernière page de l’histoire contée. Je restais là silencieux à observer devant moi et à écouter. Écouter la respiration de mon mari. Écouter si sa voix allait s’élever ou si le sommeil l’avait emporté.

@Lukas O. Spritz-Hood

Neal T. Hood-Spritz omg mes feels

Piou
Je m'appelle : Lu/P'tit Lu/Owi/ ou ce que tu veux
j'ai : 27
ans et j'habite actuellement à : Winthrop
Je viens de : St Pettersbourg
Dans la vie, je suis : co gérant du SunRock
et niveau sentimental je suis : Marié à Neal
On dit de moi que je suis : Un prince charmant, parfait, une fée, une colombe, trop bien pour ce monde qui ne me mérite pas. Sauf que j'ai un peu de mal avec tout ça.
et que je ressemble à : Finn Cole

Hors jeu, mon pseudo est : Bab
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 13/11/2019
avec : 35866
messages à mon actif, dont : 491
rps. Les créations de mon profil viennent de : Bab: iconn, giff, Joemaw: ava
Pour finir, je joue également : /.

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011101321484 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011100239403 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011132892730
LUKAS OWEN SPRITZ
✧ ✦ ✧
” who is he "
Loyal ✦ Unique✦ Kafkaïen ✦ Altruiste ✦ Saltimbanque ✦ Optimiste ✦ Waouh ✦ Enthousiaste ✦ Nuancé ✦ Spontané ✦ Passionné ✦ Résilient ✦ Inspiré ✦ Tendre ✦ Zen

✧ ✦ ✧

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307010918770936 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011001575388 (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307011002251164
” if you need more "

✦ Né à Saint Petersbourg le 6 Mars 1995 ✦ Fils de Léna Ballerine Russe et d’Alessio Architecte Italien ✦ A suivis sa mère lors de toutes ses représentations autour du monde ✦ S'inspire depuis toujours de ses voyages pour composer de nouvelles chansons, de nouveaux écrits ✦ Reçoit son premier instrument à 5 ans un accordéon, qu'il maîtrise parfaitement ✦ Joue de la guitare depuis ses 15 ans, sa première guitare s'appelle Nadia, du nom de sa meilleure amie à l'époque ✦ A une grande collection d'instrument de musique rare exposé dans l'appartement de ses parent à NYC ✦ A vingt ans il fait le pari de vivre une année sans carte bleu et sans aide de personne, il vivra à la rue sept mois avant de terminer son expérience à l'hôpital pour une pneumopathie ✦ Devient accro à la clope ✦ A découvert un relation extra conjugal de son père avec la mère de son meilleur ami ✦ Sa première fois fus en 2011 avec Nadia sa meilleure amie à l'époque ça a tout brisé en eux ✦ A étudié trois ans à l'Institut de littérature Maxime Gorki à Moscou ✦ Tous les 24 Décembre au soir il assiste à un concert d'orchestre symphonique ✦ Est devenu claustrophobe après avoir été enfermé par d'autres enfants dans un placard ✦ Pratique le langage des signes, son préféré: Histoire ✦ Son chat est un Main Coon Meeko ✦ A une démarche personnel pour le zéro déchet ✦ Se pose la question de rejoindre Youth for Climate ✦ Boycott les grandes enseignes et essaye le vrac autant que possible ✦ Est un homme de valeur, sa vie est régie par des règles d'ors ✦ Prend son temps pour TOUT, il veut connaître, savoir pour comprendre ✦ Ne couche pas le premier soir, et ne couche pas tant qu'il ne connaît pas ✦ Ne sais pas se battre mais s'interpose toujours lors d'une agression, même au risque de sa vie ✦ Exprime ses émotions et pour lui ce n'est pas une faiblesse que de pleurer ✦ L'écriture est un exutoire, il y dépose tout ✦ Un homme entier et prêt à tout pour ceux qu'il aime ✦ Après chaque voyage il ramène une bouteille d'alcool typique de la région visitée, elle sera consommé avec Naëlle exclusivement ✦ Ouvre un Meetssenger professionnel en juin pour partager ses enregistrements ✦ A la rentrée 2020 il arrête ses études de littérature pour prendre la musique en majeur ✦ Se met en couple avec Neal à la rentrée de manière exclusive ✦ Subit une agression lors du saccage de son studio d'enregistrement, il ressort avec des côtés cassé, un plâtre, des ecchymoses ✦ S'inscrit au concours de talent auquel il est sélectionné ✦ Accepte les clés que l'appartement de son père qu'il lui à acheté ✦ A été le premier enlevé par Keith en octobre, retrouvé en fin de mois il souffre de cauchemars, et d'angoisse. A des difficultés à se remettre à la musique et à l'écriture. ✦ Le retour à la réalité est difficile passe plusieurs à l'hôpital, avant d'emménager chez Neal ✦ N'obtiendra pas son semestre ✦ Ouvre le SunRock avec Lana le 29 janvier 2021 ✦ Offre à Neal la bague de sa mère lors de la saint valentin en signe d’être toujours là pour lui qu’importe la direction que prendra la relation ✦ Naissance d’Aurore le 20 février 2021✦ ✦ Reçoit une lettre des organisateurs de Coachella le jour de son anniversaire: le SunRock y est invité ✦ Remonte sur scéne pour la première vrai fois et pleinement au Spring Break ✦ Montra sur scéne à Coachella ✦ Futur parrain de bébé de Gemma ✦ Accepte le demande en "mariage" de Neal ✦ ✦ Se renseigne pour l'adoption d'Aurore ✦ Vis mal la perte de mémoire de Neal ✦ Demande à sa cousine Kira de venir en renfort fin mai pour m'aider à gérer le SunRock ✦ Part en Road trip avec Katalia courant juin ✦ Décide de changer d'appartement avec Neal et de lancer le mariage quand celui ci retrouve ses souvenirs ✦ Monte sur Scéne à Lollapalooza en Juillet à Chicago ✦ Part au Summer Camp en Aout ✦ Se foule la cheville à la fin du Summer Camp ✦ Mariage le 7 Novembre ✦ Achat d'une maison à Winthrop ✦ Invité par Aaron et Eros pour Thanksgiving ✦ S'occupe d'Aurore en compagnie de Neal parce que Summer est à l'hôpital ✦ Organise avec Lana un week end à la montagne pour les un ans du SunRock en compagnie de tout les employés ✦ Frappe un homme qui viens l'embrasser sans autorisation lors du Kiss Killer à Coachella ✦ Est Co président au Summer Camp 2022 ✦ Se fait agresser et crois
avoir perdu sa chaine qui comprend sa bague de fiançailles ✦ Sort de la bagarre avec de nombreux bleu aux visage et au corps, le poignet droit affaibli il porte donc une atèle pendant une dizaine de jours ✦ Anton disparait le lendemain, ce qui le fait totalement vriller, avec de véritable envie de meurtre ✦


your life isn’t your if you
always care what others think.

−·−− −−− ··− ·− ·−· · ··· − ·−· −−− −· −−·
My distinctive signs

✦ Sa première guitare étant détruite en janvier 2020, il en a acheté une nouvelle, elle porte le nom de [i]Neal, gravé au dos de la caisse de résonance ✦ Porte un bracelet un bracelet au poignet gauche avec les initiales L & N offert par Neal pour ses 25 ans ✦ Porte les cicatrices de l’accident du métro dans les paumes de ses mains ✦ A fait mettre sous résine le trèfle à quatre feuille offert par Hugo lors de l'épreuve du labyrinthe et le garde en porte clé ✦ A force d'avoir écris « L&T » entouré d'un Neakas infini dans la paume de sa main l'ancre à laissé une marque ✦ Porte un second bracelet au poignet offert par Neal, un souvenir de Cape Code ✦ Porte clé agrémenté d'une pièce de puzzle en bois offert par Neal à Noël ✦ A un tatouage à l'annulaire gauche un "N" sur le dessus du doigt et un "T" à l'intérieur depuis février 2021 ✦ Pour ses 26 ans il recevra des objets qui ne le quitteront plus : une médaille et une plaque rejoigne son porte clé, une pochette contenant une pièce qui se trouve dans la poche intérieur de sa veste, un médiator qui s’il n’est pas utilisé est dans son portefeuille, un carnet en cuir et un stylo constamment dans mon sac à dos ✦ Porte une chaine au cou avec une bague de femme offert par Neal lors de la demande en "mariage"✦ ✦ Se fait tatouer le logo du SunRock à l'intérieur de l'avant bras droit et "Prosto" sous le "T" en Mai 2021 ✦ Porte une alliance gravée ✦ tatouage sur l'omoplatte gauche d'une Colombe aux ailes de fée en décembre 2021 ✦ Tatouage "you can go the distance, you can run the mile, you can walk straight through hell with a smile, you can be a hero, you can get the gold, breakin' all the records they thought never could be broke, do it for your people, do it for your pride" sur les côtés en mai 2022 ✦ [/i]

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210307010926939059
” A BIT OF ME A PIECE OF YOU "
” love makes a family "

Horaire des cours
Du lundi, Mercredi, Jeudi Vendredi: 7h45 - 11h45
Mardi: 12h - 16h
Horaire du SunRock
Mardi - Mercredi - Jeudi : 17h - 22h30
Vendredi - Samedi : 18h - 23h30.

<iframe width="50" height="20" src="https://www.youtube.com/embed/uCUpvTMis-Y?start=5" title="YouTube video player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>

• Meeko en Kat Sitting (emo)
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Tumblr_oyldxcjyMy1ug9tt2o1_1280
• Demoiselles en détresses en court de sauvetage (emo)
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Tumblr_o17ow1XtXM1r2xr06o7_500
• Melu' et Meeko Perfect date :heaart:
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   7PQ1Eq38_o
• Cadeau de Neal pour les 25 ans (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   2511619667
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Cadeau11
• Têtes de Mules
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   200327113946269016(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   200328021133309071
• #KLM
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   FzbcgUN
• NeaKas nique le temps
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   200616094954436404
• Porte Clé Souvenir du labyrinthe
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Pendentif-trefle-a-4-feuilles-01
• KaNeakas <3
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   2oor
• Souvenir de Cap Code
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   CapeCod_Silver_Navy_1024x1024
• New Familly
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   210418091627249975
• Tentation
(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   Neakas-4

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   20021608055864050


(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   1116103942 Qui chaque jour sauvera le rêve de la Chatbox ?
Qui chaque jour brandira le drapeau de la Chatbox ?
C’est notre héros Lukaman.
Qui portera l’espoir de la Chatbox ?
Qui prouvera que l’on peut gagner ?
C’est notre héros, Lukaman.
Qui fera peur à ces sirènes qui nous noient ?
Qui vaincra l’ennemi juré de la Chatbox ?
C’est le porteur du drapeau de nos valeurs.
Qui parrainera nos fidèles petits nouveaux ?
Qui par son amour et sa mignonnerie saura nous montre le chemin du rp ?
C’est notre cher Lukaman.
Notre grand héros de la Chatbox,
Entendra nos souhaits de liens.
Qui est le petit cul, héros de notre Chatbox ?
Qui tombe sous le charme de Neal adoré ?
Notre héros qui porte les couleurs d’Harvard,
Le porte bannière de nos étudiants
C’est notre héros Lukaman,
Notre meilleur ami, celui qui fais peur aux sirènes du fond de la Chatbox,
Notre héros fidèle,
Notre Lukaman adoré.
Même lorsqu’il n’est pas là,
Il hante les couloirs de notre grande maison,
Il veille sur nous, même endormi,
Notre héros, Lukaman.
Comment oublier l’amour de ce héros ?
Je t’aime, je t’aime, Lukaman,
Il nous aime à chaque venue à la maison,
Notre grand héros,
Lukaman, le seul et l’unique pêcheur,
De nos corps attirés par Timmy,
Timeout cruel de notre Chatbox.
Notre Héros,
Lukaamaaan. (TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   1116103942

(TW) "One Day The Shadow Will Surrround Me" Neakas   NpszQwXL_o

WARNING // concernant (Lukas)
Sexe (termes érotiques), Addiction (tabac), Kidnapping, Marqué psychologiquement par la violence de certain événement.

TRIGGER // refuse de jouer ;
Aucun pour le moment.


Meetsacgussets
The SunRock
oWen
LIEN DU POST
Lun 20 Juin - 15:26
Les bras plongés dans le carton je savais ce que je cherchais, quand bien même je retombait sur certaine choses. Je cherchais ce livre qui nous avait tant accompagné il y a tellement d'année, la où notre couple en formait un autre. Meilleurs ami ... Toujours là l'un pour l'autre. Toujours à d'entre aider pour remonter la pente. Mais la hauteur de celui ci ... C'est plus une pente c'est une montagne, non? Des proches avaient quitté ma vie, mais ce n'était pas Nonna ... Il y avait tant de choses qui me raccrochait a elle. A commencer par cette île, cette villa, et puis ce livre que je venais saisir.

Un recueil de contes, usé par les gosses que nous étions, abîmé d'avoir été lu encore et toujours, ces même pages toujours tourné, pour s'endormir par une nuit d'orage, pour s'endormir de nouveau suite à un cauchemar ... du plus loin que je me souvienne Nonna nous l'avais confié, quand nous étions en âge de lire. Avant elle en était la gardienne. Je restais un instant la main sur la couverture, sourire maigrement en souvenir, je ne voulais pas pleurer et pourtant je sentais une larme monter.

Sans trop savoir comment, et pour la première fois depuis longtemps ma voix s'élevait, c'était étrange, c'était bizarre, elle était faible pour ne pas réveiller la maison, elle était enfantine pour correspondre aux qui la traversée, elle était identique au passé. Elle était identique à toute ces nuits d'enfance. Mots pour mots, trait pour trait. A la fois étrange et agréable. Des mots auxquels mon amoureux répondait par une invitation, la même que d'habitude quand ça ne va pas dans cette vie d'adulte, ces murmures qui rassure en qui envoie aux loin les angoisse et la peur, ces murmures qui promettent une instant en dehors de temps.

Carton sous le bras, et remplis de souvenirs je rejoignais la couche, je venais me blottir contre mon mari, croiser son regard et ne laisser paraître que la reconnaissance de sa présence et l'envie de partir dans une bulle rien qu'à nous. Quand bien même je sais ce que ça lui coûte. En deuil mais pas inconscient, même si depuis notre arrivée c'était plus lui qui prenais soin de moi que l'inverse. J'étais conscient de l'énorme effort que je lui demandais, je savais que s'il était ici c'est simplement parce que je ne lui avait pas réellement laisse le choix. Pour qu'il soit le créateur de bulles de soutien dans lesquels je pourrais me réfugier.

Blotti contre l'homme qui faisait battre mon cœur, la main sur son ventre, je me laissais bercer par sa respiration, par ses caresses et par l'histoire, je me laissais happer par cette aventure, en silence et bien plus serein, heureux d'entendre l'italien de mon mari. Je récitais tout de même l'histoire, chacun des mots gravé dans la tête, comme quelque chose qui ne s'oubliera jamais. A la fin de l'histoire, j'avais toujours les yeux ouverts, rivé sur les images, et je profitais du silence apaisant. C'était plus agréable que les nuit précédentes et que tout ces réveil. Tournant les yeux sur mon mari, je venais m'accrocher à ses yeux, avant de monter ma main a sa joue pour la caresser lentement en murmurant un Ti Amo Moya Lyubov' … Ti Amo … des plus sincères, avant d'ajouter. … Grazie … contre ses lèvres, avant de l'embrasser Merci d'être là, merci de suporter, merci de tenir, merci pour cette histoire, merci de m'aimer si fort, merci pour toute ces choses et tellement encore Amore.

@Neal T. Hood-spritz
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: