Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
/
i love harvard ✧. ❛ toute reproduction interdite

drunk dazed (billie)


Aller à la page : Précédent  1, 2
drunk dazed (billie) - Page 2 18058a830c6dabbf390c543eadba9525aedda592
Je m'appelle : taeil
j'ai : 20
ans et j'habite actuellement à : cambridge, à la adams.
Je viens de : busan et chicago, dix ans d'un côté et presque dix ans de l'autre.
Dans la vie, je suis : étudiant ingénieur et livreur de pizza pour payer les factures
et niveau sentimental je suis : pas intéressé ?
On dit de moi que je suis : trop souvent le nez fourré dans les livres
et que je ressemble à : choi soobin (txt).

Hors jeu, mon pseudo est : Faustine
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/01/2021
avec : 2231
messages à mon actif, dont : 117
rps. Les créations de mon profil viennent de : sakte vibe (av)
Pour finir, je joue également : kieran (w. yukhei) ; dea (yeji) & hardin (bright)
WARNING // concernant (personnage) aucun
TRIGGER // refuse de jouer ; ouverte à tout, à discuter ensemble avant pour la mise en place d'un sujet sensible

LIEN DU POST
Ven 13 Aoû - 21:00
Et pour une fois dans sa vie il est bien content d'avoir affaire à quelqu'un d'aussi bavard. Qu'elle se plaigne autant qu'elle veut Bille, ça l'arrange. Parce que tant que madame parle, lui n'a pas à passer à l'action. Parce que tant qu'elle est occupée, lui peut rester planté là dans l'eau, les bras paralysés et les neurones en alerte. Allez Taeil, déshabille-la. Les yeux encore plus ronds, le rire qu'il feint en sentant la chaleur sur ses joues. N'importe quel autre mec rêverait d'être à sa place et se serait déjà exécuté depuis longtemps. Mais T, c'est pas n'importe quel mec. Taeil, c'est celui qui méprise les codes de la société, celui qui ne fait partie de rien et n'a besoin de personne. Mais c'est surtout un gamin ce dix-neuf ans incollable sur les livres plutôt que sur les filles. Ouvrir un bouton et descendre une fermeture éclair, bien sûr qu'il sait le faire. Parce que y a absolument rien de compliqué là-dedans. Sauf quand c'est Billie qui lui demande aka sa plus grande rivale. Pfff, c'est dans ces moments là qu'il aimerait bien voir débarquer Leon et son trop plein de bonne humeur. Aucun doute qu'il se serait porté volontaire pour lui enlever sa robe à sa place et s'en vanter pendant dix jours après. Mais ce soir, y a que lui, l'insolente assurance portée disparue. Soudain retour à la réalité lorsque son regard vient le frapper de plein fouet. Et merde. Merde, merde, merde. "Ok, c'est bon. Arrête de bouger." Et ce sont presque des éclairs qui traversent ses perles noires lorsqu'il met fin à cet échange de regards, les doigts qui se posent enfin, délicates, sur le bouton pour l'en retirer. Puis sur la fermeture qu'il fait glisser trop lentement. Pourquoi est-ce qu'il fait si chaud tout à coup ? "Me remercie pas de t'avoir sauvé la vie surtout." Lâche-t-il, regard qu'il s'empresse de détourner de la blonde, s'éloignant même un peu d'elle pour s'approcher du bord le plus proche. Longue veste qu'il retire, prétexte pour cette distance qu'il instaure à nouveau. "J'espère pour toi qu'elle t'a pas coûté cher cette robe." Quand en réalité, il n'en a rien à faire. Ce qui est fait est fait.





☾ i don’t know who loves me and i don’t care, it’s a waste anyway, this romantic feeling i feel a little scared.  sorry i'm an anti-romantic i want to run far away.
drunk dazed (billie) - Page 2 069a227882891fd8b475967fe3e1e430b4d4e2f0
Je m'appelle : Billie, c'est bien Billie
j'ai : 24
ans et j'habite actuellement à : Manchester-by-the-Sea, avec Alexander et les souvenirs de Maverick.
Je viens de : Glencolmcille, cherche pas sur Google, c'est en Irlande.
Dans la vie, je suis : étudiante en sciences environnementales et barmaid au Drink.
et niveau sentimental je suis : volage, le cœur interdit mais le regard souvent posé sur une rousse.
On dit de moi que je suis : la fille bizarre qu'on entend rire trop fort
et que je ressemble à : Florence Pugh

Hors jeu, mon pseudo est : GLEEK! ou Annabelle, c'est sympa aussi
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 18/06/2017
avec : 3798
messages à mon actif, dont : 81
rps. Les créations de mon profil viennent de : hoodwink (avatar) lovebug la talentueuse (crackship)
Pour finir, je joue également : Alexis & Jasper & Horace
drunk dazed (billie) - Page 2 41669bb0e8036d37cb1a63cb1387d5a716b1fc0f
drunk dazed (billie) - Page 2 1506444243-1504988286-ligne1
Infos ● irlandaise, et new-yorkaise depuis ses douze ans ● brillante étudiante en sciences environnementales ● bisexuelle ● ses parents tiennent une librairie à New-York, qui périclite depuis plusieurs années ● a obtenu une bourse pour rentrer à Harvard, et travaille comme serveuse ● son petit frère a disparu alors qu’elle avait quinze ans, et n’a jamais été retrouvé ● son frère Zach et elles étaient similaires en de si nombreux points qu’on les prenait pour des jumeaux ● vit avec son fantôme depuis, qui lui est apparu plusieurs semaines après sa disparition ● ses parents n’ont jamais accepté l’idée de sa mort, et gardent espoir de le retrouver un jour ● ses yeux sont verts clairs ● vit intensément, se nourrissant d’adrénaline ● se coupe les cheveux elle-même, et devient une experte du carré bordélique ● fait la collection des peluches Aristochats, et particulièrement O’Malley pour des raisons évidentes ● cuisine souvent, pas toujours très bien, mais adore essayer des plats de tous les horizons, surtout quand le nom est imprononçable ● déteste le café et ne boit que du chocolat ● fervente défenseure de la cause animale et de l’écologie, elle donne régulièrement de la voix dans les manifestations ● apprentie passeuse d’âmes, elle développe une capacité à communiquer avec les personnes décédées ; ce don la rassure plus qu’il ne l’effraie, même si elle ne le maîtrise pas encore très bien ● ses parents lui ont collé le mot « folie », si bien qu’elle n’a plus jamais parlé à personne de sa petite particularité ● prends toutes les nouvelles avec un optimisme et une légèreté déconcertante ● galère à s’accrocher aux autres, à accorder sa confiance, ne voyant que le temporaire de la vie ● son corps est jonché de cicatrices causées par ses escapades nocturnes avec son frère ● se met rarement en colère ; du moins pas publiquement ● tantôt négligée, tantôt féminine, elle s’adapte à son environnement ● la plupart de ses vêtements ont été trouvés dans des friperies, ou achetés d'occasion sur internet ● bénévole pour la SPA ● incapable de montrer ses failles ● si on l’interroge sur son futur, elle vous parlera de son métier, jamais d’enfant ou de mariage ● Billie, elle s’en fout ; de toi, de moi, de son futur et de son passé. Elle se moque de s’écorcher les genoux sur le sol, des mots qu’on dit sur son chemin et d’écraser ses lèvres contre des bouches inconnues.

Présent : UC

Son caractèremaladroite les jambes qui courent trop vite, les épaules qui se cognent, les genoux qui rencontrent les graviers ; l’esprit virevolte et va souvent là où il ne faut pas. La concentration s’évapore, et elle se perdrait dans sa propre chambre ● obstinée l’idée qui vire à l’obsession, et plus rien ne compte pour o’malley. allez-y, gueulez, ligotez-lui les poignets, essayez et regardez-la se défaire, s’enfuir pour se vautrer dans son objectif ● imprudente ce qui a perdu le petit frère, ce qui perdra la grande sœur. le corps demande sa dose d’adrénaline, l’esprit veut toujours plus de nouveautés, de découvertes, il veut voir jusqu’où elle tiendra. jusqu’à quand elle flirtera avec la ligne, sans s’y étrangler. ● lunaire les yeux se perdent à côté, te loupent, regardent ailleurs. l’attention saute et s’évade, s’invente d’autres réalités. billie, elle est ailleurs, mais elle essaye de vivre autant qu’elle rêve ● effrontée les mots se moquent bien de la barrière de ses lèvres fines, ils passent les protections et se balancent là, contre les gens ; ils blessent, parfois, ils font rougir d’autres fois. l’insolence dans les prunelles qui fixent, et la rébellion est proche. l’autorité la dérange, elle ne s’y plie que lorsque ça l’arrange ● ambitieuse un jour, elle changera le monde. Ou peut-être le prochain, pour le rendre plus beau, plus humain, plus solidaire. car oui, o’malley a de grandes idées ● maline, elle a aussi une très bonne mémoire, surtout pour les choses qui ne servent à rien. L’ingénue se sort des situations par des tours, des esquives, jamais par la violence ● menteuse avec elle, avec les autres. billie dissimule son don, ou sa punition comme vous voulez, elle dissimule ses états d’âmes, ses fragilités, elle barricade l’ensemble derrière un sourire dégoulinant de malice ● solitaire ses alliés fidèles sont rares, tellement elle est sélective. Les gens l’ennuient la plupart du temps. Il lui faut ce truc dans le regard, ce sourire qui s’éternise, cette rage qui perle, il lui faut ce truc qui fera qu’elle attardera ses prunelles transparentes sur vous ● fragile comme ce fil qu’on tend trop fort, sur lequel on s’acharne, pour qu’il forme une tête de smiley souriant. demoiselle à la famille décimée, aux parents qui s’éloignent, et entourée de bien trop de personnes d’un monde éteint, tient sur sa corde, manquant à chaque pas de s’enfoncer dans la dépression qui habite ses patriarches. mais, écoutez-la déblatérez ses conneries, faites-vous berner, aidez-la

drunk dazed (billie) - Page 2 Tumblr_inline_pdu6w42HEn1ricaxd_540
drunk dazed (billie) - Page 2 1506444243-1504988286-ligne1
liens a rajouter : maverick - eowyn - orphéa - mickey - alyssia - archer - alan

WARNING // concernant Billie : état dépressif avec prise occasionnelle d'anxiolytiques et somnifères, morts/esprits/fantômes, disparition d’un proche

TRIGGER // refuse de jouer ; sexe détaillé, sauf exception intéressant l'intrigue entre les personnages (ellipse favorisée)

LIEN DU POST
Sam 28 Aoû - 18:38
Il te faut ça, n'est-ce pas ? Les regards qui se croisent, et le mien qui pique un peu, qui provoque d'une esquisse de sourire. Tu le connais, celui-là. Il équivaut à un revers bien senti, la balle qui passe le filet et vient t'effleurer. C'est la première fois qu'on tarde à vouloir m'ôter un vêtement. Alors, c'est peut-être pour ça que j'insiste. Pour voir combien le feu de tes joues peut s'accentuer, pour voir si tes doigts vont trembler ; pour voir si juste pour renvoyer cette foutue balle, t'es capable de le faire. Par insouciance, aussi, sûrement. Parce que j'en ai rien à foutre de tout, que rien n'est jamais grave. Surtout pas tes billes obscurcies. Surtout pas tes doigts sur la fermeture éclair de ma robe, qui met un temps infini à atteindre mes reins. J'nage en même temps. J'me cambre sûrement un peu, pour éviter que t'ai à toucher la peau. Pour éviter, aussi, que tu vois que j'étais un peu trop serrée dans ma robe. Ventre serré – gamine qui regarde trop, parfois, les plastiques parfaites des filles autour. Ventre qui se relâche, quand il se rend compte de ce qu'il fait. Ridicule. « T'inquiète, j'comptais pas le faire. » Regards qui s'détournent, sans se croiser. Seules les répliques se heurtent. « Une fortune. » Cette robe vaut à elle seule le double de mon dressing. Puisque je cherche le déjà porté, le recyclé, mais que pour cette fois, je voulais me distinguer. Me trouver plus belle que je ne l’ai jamais été. Et regarde ce que j’en fais, de cet excès de vanité. Robe délicate noyée, trop lourde, déshabillée et extirpée de mon corps encore marqué de quelques imprudences. Robe dégagée sur le bord de la piscine comme une vulgaire serpillière. Soupire de soulagement. Le corps qui bouge mieux, ainsi seulement vêtu d'un maillot de bain de la même couleur que ta crinière. Ode aux Adams. J’ai même le regard qui stagne deux-trois secondes, sur toi. Puisque pendant ces deux-trois secondes, avec ta chemise qui prend l’eau et tes cheveux dégoulinant, t’es plus beau que t’habitue. Peut-être parce que tu te tais, aussi. Peut-être parce qu'il y a pas mal de verres dans mon sang, aussi. Ca dure pas bien longtemps ; et j'ai les lèvres qui se déchirent en un sourire déjà amusé. Jamais bon signe. « Je suis sure que t’es le genre de personne a bien couler. » Tu sais, avec grâce et cri aiguë. J'ai déjà hâte de te faire disparaître sous la surface de la flotte. Sirène bleutée abîmée, qui prendra d’avantage des traits d'Ursula quand elle s'approche. Jeux de main, jeux de vilains.



☾ ☾ ☾  Tu reviendras toutes les nuits même si je ne t'appelle pas, je te rêve l'après-midi, je te cherche dans les draps, on t'appelle Mélancolie. Tu repars comme bon te va. On se croira toujours heureux, nos cœurs sont pourtant gris foncé
drunk dazed (billie) - Page 2 18058a830c6dabbf390c543eadba9525aedda592
Je m'appelle : taeil
j'ai : 20
ans et j'habite actuellement à : cambridge, à la adams.
Je viens de : busan et chicago, dix ans d'un côté et presque dix ans de l'autre.
Dans la vie, je suis : étudiant ingénieur et livreur de pizza pour payer les factures
et niveau sentimental je suis : pas intéressé ?
On dit de moi que je suis : trop souvent le nez fourré dans les livres
et que je ressemble à : choi soobin (txt).

Hors jeu, mon pseudo est : Faustine
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/01/2021
avec : 2231
messages à mon actif, dont : 117
rps. Les créations de mon profil viennent de : sakte vibe (av)
Pour finir, je joue également : kieran (w. yukhei) ; dea (yeji) & hardin (bright)
WARNING // concernant (personnage) aucun
TRIGGER // refuse de jouer ; ouverte à tout, à discuter ensemble avant pour la mise en place d'un sujet sensible

LIEN DU POST
Dim 12 Sep - 19:55
C'est donc ça que ça fait, d'avoir (trop) bu ? Plus jovial, plus bavard, plus téméraire. Plus fou aussi, probablement. Suffisamment pour se trouver dans une piscine de deux mètres de profondeur avec Billie O'Malley. La seule qui oserait lui faire toucher le sol sans jauger le risque pour une simple histoire de rivalité. Et de fierté. La seule capable de lui faire poser les yeux sur elle plus de cinq secondes et de lui décrocher un sourire sincère, pour ce soir du moins. Et surtout la première et seule fille assez ambitieuse pour parvenir à lui faire retirer sa robe. Cette putain de soirée n'a aucun sens et à l'heure actuelle, ils se trouvent tous deux à des milliers de lieux de toute réalité. Leon hallucinerait et Taeil se planterait lui-même un pieu dans le coeur s'ils voyaient ça. Étrange moment auquel il tente d'échapper sans grand succès, les réponses de la belle qui fusent un peu trop rapidement à son goût et sa silhouette qui se rapproche déjà, sans lui laisser plus de quelques secondes de répit. Appel à l'aide qu'il tente d'envoyer à son meilleur ami par la pensée, sans succès. Ça se saurait si la télépathie existait. Et ça se saurait aussi, si Billie n'était pas aussi machiavélique et compliquée. "Compte pas sur moi pour te laisser le découvrir." Éclair de malice qui parcelle ses prunelles avant lui envoyer, une fois de plus, une vague d'eau en pleine figure. Il n'a jamais autant forcé dans ses mouvements qu'en cet instant, s'enfuyant le plus vite possible à la force de ses bras et ses jambes. S'agrippant à la première grosse bouée qu'il trouve comme s'il s'agissait d'un bouclier. Il ne sait pas ce qu'il fait, mais il le fait. "Tu peux arrêter de me regarder comme ça ? On dirait que tu réfléchis à la meilleure manière de me tuer." Et c'est peut-être parce que c'est le cas Taeil, tu ne crois pas ? Les jambes qui remuent pour prendre encore de la distance jusqu'à heurter le dos contre le coin de la piscine. Pire idée du siècle, il va se retrouver pris au piège. "J'ai toujours su que t'avais ce genre d'instinct en toi, depuis le début..." À parler pour ne rien dire et combler le vide, retarder du mieux qu'il le peut sa sentence.





☾ i don’t know who loves me and i don’t care, it’s a waste anyway, this romantic feeling i feel a little scared.  sorry i'm an anti-romantic i want to run far away.
drunk dazed (billie) - Page 2 069a227882891fd8b475967fe3e1e430b4d4e2f0
Je m'appelle : Billie, c'est bien Billie
j'ai : 24
ans et j'habite actuellement à : Manchester-by-the-Sea, avec Alexander et les souvenirs de Maverick.
Je viens de : Glencolmcille, cherche pas sur Google, c'est en Irlande.
Dans la vie, je suis : étudiante en sciences environnementales et barmaid au Drink.
et niveau sentimental je suis : volage, le cœur interdit mais le regard souvent posé sur une rousse.
On dit de moi que je suis : la fille bizarre qu'on entend rire trop fort
et que je ressemble à : Florence Pugh

Hors jeu, mon pseudo est : GLEEK! ou Annabelle, c'est sympa aussi
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 18/06/2017
avec : 3798
messages à mon actif, dont : 81
rps. Les créations de mon profil viennent de : hoodwink (avatar) lovebug la talentueuse (crackship)
Pour finir, je joue également : Alexis & Jasper & Horace
drunk dazed (billie) - Page 2 41669bb0e8036d37cb1a63cb1387d5a716b1fc0f
drunk dazed (billie) - Page 2 1506444243-1504988286-ligne1
Infos ● irlandaise, et new-yorkaise depuis ses douze ans ● brillante étudiante en sciences environnementales ● bisexuelle ● ses parents tiennent une librairie à New-York, qui périclite depuis plusieurs années ● a obtenu une bourse pour rentrer à Harvard, et travaille comme serveuse ● son petit frère a disparu alors qu’elle avait quinze ans, et n’a jamais été retrouvé ● son frère Zach et elles étaient similaires en de si nombreux points qu’on les prenait pour des jumeaux ● vit avec son fantôme depuis, qui lui est apparu plusieurs semaines après sa disparition ● ses parents n’ont jamais accepté l’idée de sa mort, et gardent espoir de le retrouver un jour ● ses yeux sont verts clairs ● vit intensément, se nourrissant d’adrénaline ● se coupe les cheveux elle-même, et devient une experte du carré bordélique ● fait la collection des peluches Aristochats, et particulièrement O’Malley pour des raisons évidentes ● cuisine souvent, pas toujours très bien, mais adore essayer des plats de tous les horizons, surtout quand le nom est imprononçable ● déteste le café et ne boit que du chocolat ● fervente défenseure de la cause animale et de l’écologie, elle donne régulièrement de la voix dans les manifestations ● apprentie passeuse d’âmes, elle développe une capacité à communiquer avec les personnes décédées ; ce don la rassure plus qu’il ne l’effraie, même si elle ne le maîtrise pas encore très bien ● ses parents lui ont collé le mot « folie », si bien qu’elle n’a plus jamais parlé à personne de sa petite particularité ● prends toutes les nouvelles avec un optimisme et une légèreté déconcertante ● galère à s’accrocher aux autres, à accorder sa confiance, ne voyant que le temporaire de la vie ● son corps est jonché de cicatrices causées par ses escapades nocturnes avec son frère ● se met rarement en colère ; du moins pas publiquement ● tantôt négligée, tantôt féminine, elle s’adapte à son environnement ● la plupart de ses vêtements ont été trouvés dans des friperies, ou achetés d'occasion sur internet ● bénévole pour la SPA ● incapable de montrer ses failles ● si on l’interroge sur son futur, elle vous parlera de son métier, jamais d’enfant ou de mariage ● Billie, elle s’en fout ; de toi, de moi, de son futur et de son passé. Elle se moque de s’écorcher les genoux sur le sol, des mots qu’on dit sur son chemin et d’écraser ses lèvres contre des bouches inconnues.

Présent : UC

Son caractèremaladroite les jambes qui courent trop vite, les épaules qui se cognent, les genoux qui rencontrent les graviers ; l’esprit virevolte et va souvent là où il ne faut pas. La concentration s’évapore, et elle se perdrait dans sa propre chambre ● obstinée l’idée qui vire à l’obsession, et plus rien ne compte pour o’malley. allez-y, gueulez, ligotez-lui les poignets, essayez et regardez-la se défaire, s’enfuir pour se vautrer dans son objectif ● imprudente ce qui a perdu le petit frère, ce qui perdra la grande sœur. le corps demande sa dose d’adrénaline, l’esprit veut toujours plus de nouveautés, de découvertes, il veut voir jusqu’où elle tiendra. jusqu’à quand elle flirtera avec la ligne, sans s’y étrangler. ● lunaire les yeux se perdent à côté, te loupent, regardent ailleurs. l’attention saute et s’évade, s’invente d’autres réalités. billie, elle est ailleurs, mais elle essaye de vivre autant qu’elle rêve ● effrontée les mots se moquent bien de la barrière de ses lèvres fines, ils passent les protections et se balancent là, contre les gens ; ils blessent, parfois, ils font rougir d’autres fois. l’insolence dans les prunelles qui fixent, et la rébellion est proche. l’autorité la dérange, elle ne s’y plie que lorsque ça l’arrange ● ambitieuse un jour, elle changera le monde. Ou peut-être le prochain, pour le rendre plus beau, plus humain, plus solidaire. car oui, o’malley a de grandes idées ● maline, elle a aussi une très bonne mémoire, surtout pour les choses qui ne servent à rien. L’ingénue se sort des situations par des tours, des esquives, jamais par la violence ● menteuse avec elle, avec les autres. billie dissimule son don, ou sa punition comme vous voulez, elle dissimule ses états d’âmes, ses fragilités, elle barricade l’ensemble derrière un sourire dégoulinant de malice ● solitaire ses alliés fidèles sont rares, tellement elle est sélective. Les gens l’ennuient la plupart du temps. Il lui faut ce truc dans le regard, ce sourire qui s’éternise, cette rage qui perle, il lui faut ce truc qui fera qu’elle attardera ses prunelles transparentes sur vous ● fragile comme ce fil qu’on tend trop fort, sur lequel on s’acharne, pour qu’il forme une tête de smiley souriant. demoiselle à la famille décimée, aux parents qui s’éloignent, et entourée de bien trop de personnes d’un monde éteint, tient sur sa corde, manquant à chaque pas de s’enfoncer dans la dépression qui habite ses patriarches. mais, écoutez-la déblatérez ses conneries, faites-vous berner, aidez-la

drunk dazed (billie) - Page 2 Tumblr_inline_pdu6w42HEn1ricaxd_540
drunk dazed (billie) - Page 2 1506444243-1504988286-ligne1
liens a rajouter : maverick - eowyn - orphéa - mickey - alyssia - archer - alan

WARNING // concernant Billie : état dépressif avec prise occasionnelle d'anxiolytiques et somnifères, morts/esprits/fantômes, disparition d’un proche

TRIGGER // refuse de jouer ; sexe détaillé, sauf exception intéressant l'intrigue entre les personnages (ellipse favorisée)

LIEN DU POST
Lun 20 Sep - 23:06
Et peut-être que ce soir, il peut rien m'arriver. Peut-être que ce soir, cette robe, ces trucs dans mes cheveux qui se cassent la gueule, ça m'rend plus que jamais, proche d'être une héroïne. Peut-être que j'ai pas envie de faire gaffe à tes doigts hésitants, ni de freiner les conneries que j'balance. Y a pleins d'autres emmerdeurs, mais tu vois, j'crois que c'est toi que je préfère. Et au fonds, j'le sens qu'il y a une péremption à ta légèreté. La date c'est juste dans quelques heures, quand l'eau sera suffisamment fraîche pour te faire retourner à ta torpeur, et surtout, quand le sommeil aura remplacé l'alcool comme moteur de ton corps. M'en veut pas si j'en profite un peu. J'l'aime bien ton sourire, quand il est esquissé l'air de rien, avec plus de sincérité que tu m'en a jamais balancé jusqu'à présent. Gamins accros à la dispute. Laisse-moi remplacer mon verbe par mes mains, ce soir, laisse-moi changer d'arme, m'adapter à ce que tu m'offres. Et se marrer quand tu fuis, curieux poisson qui se barre dans un fouillis général. « Reviens-là ! » Gueulé, à moitié de la flotte dans la bouche, Ursula sous l'eau qui balance les bras dans ce qui devrait ressembler à du crawl. Y a bien deux-trois costumés qui s'prennent des coups au passage. Faut pas se mettre sur le chemin des enragés. Séparés par une bouée donuts. « Tu lis en moi comme dans un livre ouvert. » Et mon sourire exagéré, digne d'une grimace horrifique. Te poursuivre, encore, à croire que t'aimes m'épuiser. Que t'aimes te coincer, étriqué dans ce coin de piscine. Que j'aime à m'avancer doucement, pour faire durer le plaisir. « T'aurais pas dû gagner à Mario Kart. » Ouais, d'accord, c'est rarement ce que balance le grand méchant, avant d'en finir avec le héros. Mais faut évoluer les gars. Les mains féminines, qui se posent de chaque côté de cet angle. Parfait le triangle de son corps dénudé. « T'as une dernière réplique ? » Puisque j'ai déjà des doigts qui se libèrent, et viennent saisir le bord de ta chemise. Moue amusée. « Si tu dis haut et fort que j'suis la plus forte et que tu m'admires, je peux éventuellement être clémente. » Et, oui, clairement, j'devrais agir plutôt que parler, c'est comme ça que les méchants se font avoir.



☾ ☾ ☾  Tu reviendras toutes les nuits même si je ne t'appelle pas, je te rêve l'après-midi, je te cherche dans les draps, on t'appelle Mélancolie. Tu repars comme bon te va. On se croira toujours heureux, nos cœurs sont pourtant gris foncé
drunk dazed (billie) - Page 2 18058a830c6dabbf390c543eadba9525aedda592
Je m'appelle : taeil
j'ai : 20
ans et j'habite actuellement à : cambridge, à la adams.
Je viens de : busan et chicago, dix ans d'un côté et presque dix ans de l'autre.
Dans la vie, je suis : étudiant ingénieur et livreur de pizza pour payer les factures
et niveau sentimental je suis : pas intéressé ?
On dit de moi que je suis : trop souvent le nez fourré dans les livres
et que je ressemble à : choi soobin (txt).

Hors jeu, mon pseudo est : Faustine
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/01/2021
avec : 2231
messages à mon actif, dont : 117
rps. Les créations de mon profil viennent de : sakte vibe (av)
Pour finir, je joue également : kieran (w. yukhei) ; dea (yeji) & hardin (bright)
WARNING // concernant (personnage) aucun
TRIGGER // refuse de jouer ; ouverte à tout, à discuter ensemble avant pour la mise en place d'un sujet sensible

LIEN DU POST
Dim 26 Sep - 16:38
S'il avait su qu'un peu d'alcool le mettrait dans un état pareil, il ne se serait certainement pas laissé convaincre d'essayer par son meilleur ami. Parce que si à l'heure actuelle il est capable de sourire et même de rigoler, demain matin c'est la tête enfouie dans l'oreiller, embarrassé et honteux qu'il sera. Y a rien de pire que de rivaliser avec l'ennemi et de se dévoiler sous un nouveau jour. Il le sait qu'elle laissera rien passer Billie, il le sait qu'elle en profitera jusqu'à son dernier souffle pour lui rappeler ce moment comme s'il s'agissait du plus important de sa vie. Comme si elle avait pu apprécier pour de vrai cet étrange instant passé en sa compagnie. Les mains agrippées à cette bouée pour seul bouclier, c'est la méfiance et surtout la curiosité que l'on peut lire dans ses yeux noirs, incapables de la quitter des yeux au risque de finir déjà sous l'eau. "Donc t'avoues enfin que t'as perdu et que j'ai gagné ?" Qu'il rétorque, les lèvres qui s'étirent en un sourire satisfait tant qu'il le peut. Incapable de laisser passer cette occasion supplémentaire de les mettre sur un piédestal. C'est l'histoire de leur vie après tout. Mais le sourire s'efface aussitôt qu'il est apparu quand la bouée l'abandonne, laissant le champ libre à la blonde de prendre sa revanche. Gêné et sans défense, monsieur ne fait clairement plus le malin quand les mains féminines viennent tirer sur sa chemise. Pourtant c'est son regard menaçant qu'il soutiendra jusqu'au bout, préservant l'honneur à toute épreuve. "Plutôt mourir..." Que de flatter son ego et de lui céder la première place. Plutôt finir la tête sous l'eau que de lui donner ce qu'elle veut. L'air qui entre dans ses poumons, il est prêt à se faire couler, conscient qu'il n'y a d'autre échappatoire que de s'avouer vaincu, pour cette fois.





☾ i don’t know who loves me and i don’t care, it’s a waste anyway, this romantic feeling i feel a little scared.  sorry i'm an anti-romantic i want to run far away.

Taeil Winston FIRE OHEHO

drunk dazed (billie) - Page 2 069a227882891fd8b475967fe3e1e430b4d4e2f0
Je m'appelle : Billie, c'est bien Billie
j'ai : 24
ans et j'habite actuellement à : Manchester-by-the-Sea, avec Alexander et les souvenirs de Maverick.
Je viens de : Glencolmcille, cherche pas sur Google, c'est en Irlande.
Dans la vie, je suis : étudiante en sciences environnementales et barmaid au Drink.
et niveau sentimental je suis : volage, le cœur interdit mais le regard souvent posé sur une rousse.
On dit de moi que je suis : la fille bizarre qu'on entend rire trop fort
et que je ressemble à : Florence Pugh

Hors jeu, mon pseudo est : GLEEK! ou Annabelle, c'est sympa aussi
fidèle au poste sous ce compte depuis le : 18/06/2017
avec : 3798
messages à mon actif, dont : 81
rps. Les créations de mon profil viennent de : hoodwink (avatar) lovebug la talentueuse (crackship)
Pour finir, je joue également : Alexis & Jasper & Horace
drunk dazed (billie) - Page 2 41669bb0e8036d37cb1a63cb1387d5a716b1fc0f
drunk dazed (billie) - Page 2 1506444243-1504988286-ligne1
Infos ● irlandaise, et new-yorkaise depuis ses douze ans ● brillante étudiante en sciences environnementales ● bisexuelle ● ses parents tiennent une librairie à New-York, qui périclite depuis plusieurs années ● a obtenu une bourse pour rentrer à Harvard, et travaille comme serveuse ● son petit frère a disparu alors qu’elle avait quinze ans, et n’a jamais été retrouvé ● son frère Zach et elles étaient similaires en de si nombreux points qu’on les prenait pour des jumeaux ● vit avec son fantôme depuis, qui lui est apparu plusieurs semaines après sa disparition ● ses parents n’ont jamais accepté l’idée de sa mort, et gardent espoir de le retrouver un jour ● ses yeux sont verts clairs ● vit intensément, se nourrissant d’adrénaline ● se coupe les cheveux elle-même, et devient une experte du carré bordélique ● fait la collection des peluches Aristochats, et particulièrement O’Malley pour des raisons évidentes ● cuisine souvent, pas toujours très bien, mais adore essayer des plats de tous les horizons, surtout quand le nom est imprononçable ● déteste le café et ne boit que du chocolat ● fervente défenseure de la cause animale et de l’écologie, elle donne régulièrement de la voix dans les manifestations ● apprentie passeuse d’âmes, elle développe une capacité à communiquer avec les personnes décédées ; ce don la rassure plus qu’il ne l’effraie, même si elle ne le maîtrise pas encore très bien ● ses parents lui ont collé le mot « folie », si bien qu’elle n’a plus jamais parlé à personne de sa petite particularité ● prends toutes les nouvelles avec un optimisme et une légèreté déconcertante ● galère à s’accrocher aux autres, à accorder sa confiance, ne voyant que le temporaire de la vie ● son corps est jonché de cicatrices causées par ses escapades nocturnes avec son frère ● se met rarement en colère ; du moins pas publiquement ● tantôt négligée, tantôt féminine, elle s’adapte à son environnement ● la plupart de ses vêtements ont été trouvés dans des friperies, ou achetés d'occasion sur internet ● bénévole pour la SPA ● incapable de montrer ses failles ● si on l’interroge sur son futur, elle vous parlera de son métier, jamais d’enfant ou de mariage ● Billie, elle s’en fout ; de toi, de moi, de son futur et de son passé. Elle se moque de s’écorcher les genoux sur le sol, des mots qu’on dit sur son chemin et d’écraser ses lèvres contre des bouches inconnues.

Présent : UC

Son caractèremaladroite les jambes qui courent trop vite, les épaules qui se cognent, les genoux qui rencontrent les graviers ; l’esprit virevolte et va souvent là où il ne faut pas. La concentration s’évapore, et elle se perdrait dans sa propre chambre ● obstinée l’idée qui vire à l’obsession, et plus rien ne compte pour o’malley. allez-y, gueulez, ligotez-lui les poignets, essayez et regardez-la se défaire, s’enfuir pour se vautrer dans son objectif ● imprudente ce qui a perdu le petit frère, ce qui perdra la grande sœur. le corps demande sa dose d’adrénaline, l’esprit veut toujours plus de nouveautés, de découvertes, il veut voir jusqu’où elle tiendra. jusqu’à quand elle flirtera avec la ligne, sans s’y étrangler. ● lunaire les yeux se perdent à côté, te loupent, regardent ailleurs. l’attention saute et s’évade, s’invente d’autres réalités. billie, elle est ailleurs, mais elle essaye de vivre autant qu’elle rêve ● effrontée les mots se moquent bien de la barrière de ses lèvres fines, ils passent les protections et se balancent là, contre les gens ; ils blessent, parfois, ils font rougir d’autres fois. l’insolence dans les prunelles qui fixent, et la rébellion est proche. l’autorité la dérange, elle ne s’y plie que lorsque ça l’arrange ● ambitieuse un jour, elle changera le monde. Ou peut-être le prochain, pour le rendre plus beau, plus humain, plus solidaire. car oui, o’malley a de grandes idées ● maline, elle a aussi une très bonne mémoire, surtout pour les choses qui ne servent à rien. L’ingénue se sort des situations par des tours, des esquives, jamais par la violence ● menteuse avec elle, avec les autres. billie dissimule son don, ou sa punition comme vous voulez, elle dissimule ses états d’âmes, ses fragilités, elle barricade l’ensemble derrière un sourire dégoulinant de malice ● solitaire ses alliés fidèles sont rares, tellement elle est sélective. Les gens l’ennuient la plupart du temps. Il lui faut ce truc dans le regard, ce sourire qui s’éternise, cette rage qui perle, il lui faut ce truc qui fera qu’elle attardera ses prunelles transparentes sur vous ● fragile comme ce fil qu’on tend trop fort, sur lequel on s’acharne, pour qu’il forme une tête de smiley souriant. demoiselle à la famille décimée, aux parents qui s’éloignent, et entourée de bien trop de personnes d’un monde éteint, tient sur sa corde, manquant à chaque pas de s’enfoncer dans la dépression qui habite ses patriarches. mais, écoutez-la déblatérez ses conneries, faites-vous berner, aidez-la

drunk dazed (billie) - Page 2 Tumblr_inline_pdu6w42HEn1ricaxd_540
drunk dazed (billie) - Page 2 1506444243-1504988286-ligne1
liens a rajouter : maverick - eowyn - orphéa - mickey - alyssia - archer - alan

WARNING // concernant Billie : état dépressif avec prise occasionnelle d'anxiolytiques et somnifères, morts/esprits/fantômes, disparition d’un proche

TRIGGER // refuse de jouer ; sexe détaillé, sauf exception intéressant l'intrigue entre les personnages (ellipse favorisée)

LIEN DU POST
Dim 26 Sep - 17:20
Tout autour les drames se nouent, les cœurs se dénouent, et nous, on se moque de tout ce qui se joue, de tout ce qui a l'air important, pour n'accorder une attention totale qu'à nos gestes maladroits. J'crois que j'ai oublié que j'avais une cavalière à retrouver, et que c'est sûrement à elle que j'aurais dû demander d'ôter ma robe. Mais, moi, j'ai pas l'habitude de tout ça. De ces soirées étudiantes où il faut être plus adultes qu'on ne l'est. J'ai tout donné à table, j'ai joué à la compagnie parfaite, j'ai même été polie avec le Pforzheimer. J'me suis baladée en talons, j'ai arboré maquillage et coiffure, j'ai tout fais comme il fallait. Jusqu'à maintenant. Plus légère, le corps libéré du tissu et de ce rôle ridicule. Il fallait un adversaire, et t'es celui tout désigné. T'es celui qui se désigne tout seul, tes traits à nu. Peut-être qu'il y a quelques filtres qui ont sauté, et que j'fais mine de pas avoir remarqué, de ne pas en jouer un peu. Tu me confies quelques armes pour des batailles futures, sans t'en rendre compte. Et, sans m'en rendre compte, encore, j'balance ce que j'aurais dû taire. Une-deux secondes de réflexion. D'instant où je peste contre moi-même, aussi. « T'as triché, est-ce que c'est vraiment gagner ? » Où l'art de retomber sur ses pattes malgré tout. Faut renvoyer la balle, qu'importe si c'est mal exécuté. Puis, faut s'élancer pour garder la face, reprendre quelques points dans cette compétition imaginaire où nous sommes les seuls participants. J'suis même pas sûre qu'on gagne quelque-chose à la fin. Mais ça m'empêche pas de décocher un sourire, quand mes doigts se ferment sur ta chemise, et que tu te la joues drama. Le rire n'est pas loin. « C'est tout, tu te débats même pas ? » La main libre, sur l'autre épaule. Une victoire est une victoire, même sans éclat. Alors, de mon air le plus grave possible, j'énonce : « Ainsi soit-il, adieu. » T'entendras un cri de guerre, quand mon corps s'appuiera en entier sur tes épaules pour te faire disparaître sous la surface de l'eau. Que je m'éloigne, un peu, pour te laisser revenir parmi les vivants. Y a Orphéa derrière, qui hèle mon prénom. Mes prunelles valsent, sur elle, sur toi. « On est à égalité désormais. » Ma langue tirée en ta direction, et mon corps qui plonge de l'autre côté pour la rejoindre. La soirée est trop belle pour que nous ne soyons pas tous les deux sur la première place, au moins ce soir.


fin  :heaart:



☾ ☾ ☾  Tu reviendras toutes les nuits même si je ne t'appelle pas, je te rêve l'après-midi, je te cherche dans les draps, on t'appelle Mélancolie. Tu repars comme bon te va. On se croira toujours heureux, nos cœurs sont pourtant gris foncé
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: