Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Le Deal du moment : -30%
JBL LIVE 300TWS – Écouteurs ...
Voir le deal
105 €

(FB) Nathaniel - Tu ne peux pas sauver tout le monde, mais tu peux au moins te sauver


(FB) Nathaniel - Tu ne peux pas sauver tout le monde, mais tu peux au moins te sauver De5344189b55247ff2fa375df1ef1a23ba9b1c52
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston, Centre Ville, dans mon appartement avec mon petit frère, sinon il m'arrive de dormir à l'hôtel de temps en temps
et j'y ai posé mes valises depuis : quelques mois seulement, septembre 2020 exactement
. Tu peux m'appeler : Léo, comme tout le monde
, j'ai : 22
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire
Je viens de : du Liechtenstein
Dans la vie, je suis : étudiant en lettres et politique
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Adam Gallagher

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Marchand de Sable
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 24/03/2021
, d'où les : 1325
messages, dont : 91
rps. Merci aux doigts de fée de : ultraviolences (ic) endlesslove (av) Boleynmess (gif) killing boys (profil)
. Pour finir, je joue également : J. Jo Hong-West (B. Suarez)
(FB) Nathaniel - Tu ne peux pas sauver tout le monde, mais tu peux au moins te sauver 6eba86f0b9aa204a2dff189f68a4ef8a (FB) Nathaniel - Tu ne peux pas sauver tout le monde, mais tu peux au moins te sauver 3e7586ccf80f14136f51781970c7a979 (FB) Nathaniel - Tu ne peux pas sauver tout le monde, mais tu peux au moins te sauver 5b2fd906734611f83defea36a323f99b
ALOI S LEO DE
LIECHTENSTEIN

(STRANGE LIFE) -- Zéro Je suis le premier d'une lignée de deux enfants. Cela n'est pas beaucoup mais bien assez pour devoir subvenir aux besoins de mon petit frère. Enfin, disons que tu sais que c'est lui qui va plus s'occuper de moi à cause de la maladie Un Petit, j'étais déjà un enfant compliqué, la maladie n'était pas encore découvert, je fuyais toujours les jours de mes devoirs royaux. Normal pour un enfant de quelques années non ? Mais tu sais un prince ne doit jamais fuir ses devoirs, bien au contraire. Alors je fis avec. Deux Mon petit frère est arrivé deux ans après moi, une joie pour moi mais de courte durée. Je n'aimais pas réellement un bébé qui pleurait tout le temps, qui mangeait et qui ne jouait pas au ballon avec moi. Mais qui peut en vouloir à un enfant ? Trois J'ai toujours été un enfant pleine de vie, venant faire pas mal de blagues, pas mal de bêtises aussi. Tous les enfants de mon âge sont ainsi malheureusement. J'ai souvent été puni avec mon frère mais cela a beaucoup renforcé notre lien fraternel. Faisant de nouveau un duo important à mes yeux.  Quatre La maladie s'est installée petite à petit dans mon corps, personne ne sait réellement comment elle est apparu. Certains médecins disent que cela provient de l'environnement, d'autres de l'adn et enfin d'autres de ma vie quotidienne. Mais tout ce que je sais c'est que j'étais malade. Une maladie a très grave, pas mourrante mais une maladie quand même. Et toi et Dieu savent que les maladies, je les hais réellement. Cinq L’hôpital n’était pas ma tasse, en même temps c’était la tasse de thé à qui ? Toi peut-être ? Un peu psychopathe alors sur les bords non ? T’es du genre à aimer les films d’horreur et adorer voir les gens à l’hôpital.. Taré. Mais le truc qui m’avait le plus marqué pendant mon séjour, c’était mon frère, chaque jour ici dans cette chambre d’hôpital privé ou clairement il n’avait pas sa place. Il venait me raconter sa journée, me faire comprendre que tout le monde a la maison le soûlait. Bref, le bon temps pour moi. Six Rester à l’hôpital s’était bien, mais faire les cours à l’hôpital s’était naze. J’ai connu ça, la fatigue, les piqûres, les cours, les lectures, les soirées seuls, bref, les moments gênants à l’hôpital mais j’y suis resté que quelques mois avant de pouvoir rentrer à la maison. Sept La maison était différente malgré mon retour. Elle n’était plus comme avant, ce n’était plus comme avant. En même temps, cela ne sera plus comme avant. Toi, tu as bien compris, tu sais ce que c’est clairement, quand tu passes d’un enfant pleine de vie, à un enfant malade finalement. Mais ne t’imagines pas que tout m’était pardonné. Bon, très bien, presque quand même. Huit Comme la maladie, j’ai eu mes hauts et mes bas. Je suis du genre à être quelqu’un qui aime l’extérieur, qui aime la nature, les pacs. Alors mes parents étaient toujours derrière moi pour me pousser à aller vers l’extérieur. C’est compliqué quand on doit vivre avec quelque chose que l’on a pas décider. Mon frère était là, à chaque crise, à chaque hurlement, à chaque pleur ou même à chaque joie. Il a tout connu de moi, devenant limite mon protecteur. Neuf Mes parents ont décidé de renoncer à l’école au palais, trouvant cela trop enfermant pour moi. J’ai donc intégré une école normale mais au même niveau que mon frère afin de pouvoir me contenir. Disons surtout que mon frère avait plus de chances de me calmer que de simples inconnus. Quoi de mieux que de me mettre à son niveau ? Dix Le plus dur à sans doute été les hurlements. Ma mère ne les supportait plus. Un choix pour elle, de fermer les yeux à chaque crise, de ne pas me mettre cela sur le dos, d’essayer de comprendre mes besoins. Mais cette maladie ne se gère pas avec des médicaments et de besoin soudain câlins ou discussions. Honnêtement, mon père essayait de faire comme les dires des médecins mais sérieusement, c’est plus facile à dire qu’à faire. Onze Ma passion pour la lecture et les cheveux se sont faits ressentir à ma xième crise. J’ai été retrouvé aux écuries en silence dans un des box de mes cheveux, prouvant encore une fois le calme et la tempête que cela peut engendrer en moi. Mon chien a toujours été là aussi, un bon chien adorable, toujours à mes côtés et aux côtés de mon frère pour notre plaisir personnel. La lecture pouvait me faire oublier tout ceci, ce monde si peu intéressant pour moi et qui ne trouvait guerre d’intérêt. Douze C’est à l’âge de quatorze ans que mes parents m’ont petit à petit enlever de la vie princière du pays. C’est difficile parce que y’a des jours je pouvais faire les sorties, je pouvais être là à visiter le monde, le pays, et d’autres ou il était impossible pour moi de sortir de ma chambre, restant en pleurant des yeux ou simplement en hurlant de douleur. C’est mon frère qui fut promu à ce rang. En plus de ses principaux travaux, il dut réaliser les miens, m’emmenant également, de temps en temps quand j’étais en bonne santé. La joie de voir le sourire de certains, très ému de me voir alors qu’il s’attendait à voir le deuxième prince. Treize Entre l’hôpital, l’école, le palais, je n’avais pas beaucoup d’amis. A l’école, tout le monde avait peur de moi car j’étais un enfant turbulent et très compliqué à comprendre. Au palais, personne ne voulait me parler pour m’énerver ou me faire changer d’humeur. Et à l’hôpital, tout le monde était au petit soin. Donc complexe d’avoir des gens sur qui compter. Y’avait toujours mon frère, et le chien qui me rendait compagnie mais c’est tout. Quatorze J’ai été admins à l’université du pays. Une université des plus corrects pour habiter les deux princes royaux dirons nous. Mais cela n’était pas assez pour mes parents, comme si l’école n’était pas faite pour nous, comme si la réputation, la sécurité tout ceci n’étaient pas fait pour nous. Nous avons quand même étudié deux ans à l’intérieur avant que mes parents décident de nous inscrire à Harvard. Quinze Une inscription spéciale avec des horaires aménagées, voilà ce que voulait mon père. Des horaires aménagées, tu entends ? Comme si, moi, Alois, je pouvais décider de quand je serai en cours. Grosse connerie. Mais ils ont négocié, assez et pas mal même pour pouvoir obtenir quatre-quinze pourcents de ce qu’ils voulaient. Seize Nous avons donc passés les statistiques avec mon frère, difficile de se concentrer, difficile de se rendre compte mais j’avais plutôt bien réussi. J’avais essayé de mettre tout ce que je pouvais pour obtenir des bonnes notes. Mais la phase fut plus compliqué. Devoir s’exprimer sur une thèse était un moins facile pour moi. Mon frère savait, il s’était exercé pendant des années avec les discours, les journalistes ou même les gens autour. Autant dire qu’il avait plus l’étoffe du prince royal que moi. Dix-Sept La lettre d’acceptation fut arrivée au palais, nous étions deux acceptés et cela avait de quoi réjouir maman qui était aux anges. Oui, tout ce qu’elle voulait, c’était de savoir que ses fils soient en sécurité et ensemble. Oui, tu vois même les Reines pouvaient être un peu maman poule, comme quoi… Cela arrive de temps en temps. Dix-Huit Nous sommes donc arrivés en Janvier 2021 à Boston, a la plus grande joie de mon frère. Nous avions réussi à négocier le deuxième semestre en immersion dans l’université afin que je m’adapte aux nombres, aux salles, aux professeurs. Dix-Neuf Au vue de tout ce qui se passait, j’ai décidé de m’inscrire dans une confrérie. Avec mon frère, nous avons décidé de nous inscrire à la pforzheimer house. L’élite de l’élite il faut dire. Il avait besoin de voir du monde, parce qu’avoir son grand frère malade, ce n’est actuellement pas la meilleure des compagnie surtout avec sa maladie. Mais comment je peux lui en vouloir de vouloir voir du monde ? Je suis incapable de lui en vouloir. Vingt Nous vivons donc à la pforzheimer house mais aussi dans notre appartement à Boston avec notre petit chien. C’était vraiment une petit coin de paradis, simple, et efficace avec deux gosses du Liechtenstein qui n’attendait que de voir le monde de leurs propres yeux



personne ne peut comprendre quand on ne l'a pas vécut nous même...



(FB) Nathaniel - Tu ne peux pas sauver tout le monde, mais tu peux au moins te sauver B110b872f6899b49fc513fc2b1e3e9cc43328396 (FB) Nathaniel - Tu ne peux pas sauver tout le monde, mais tu peux au moins te sauver Tumblr_np2lcuLPvI1r79dgro1_250 (FB) Nathaniel - Tu ne peux pas sauver tout le monde, mais tu peux au moins te sauver 10dc37b8247b29de40ae871a6d1940dc--style-icons-mens-style

f a m i l y p o r t r a i t ,, prénom de liechtenstein petit frère

w h a t l o v e r s d o ,, capucine beauregard ex petite amie (deux mois de relation)  alba keene crush freya gates crush karma maxwell relation toxique

f r i e n d s o r n o t ,, cléo salazar (famine), reyes rothschild (guerre) , astra deauclaire (conquête) amis proches, le groupe de la vie, alexander windsor et jessie grimaldi meilleurs amis nathaniel ducret ami de la pfo jayden hong-west ami grâce à l'hôpital taylor froster médecin attitré haiwee wind river ami de longue date et aide pour les cours fallon davenport amie de longue date depuis l'entrée à la pfo jihyo hong-west rencontre à l'hôpital, nous sommes venus à devenu rapidement amie.

lyse benitez inconnu (rp en cours) livia lodges inconnu (rp en cours) novi rosenwald inconnu (rp en cours) crystal burrows inconnu (rp en cours) diego jimenez inconnu (rp en cours) magicka blossom inconnu (rp en cours) flora walmsley inconnu (rp en cours



JUST WORDS..

(TRIGGER) » rien mais venez demander avant
(WARNING) » maladie (bipolarité), violence



write your own story ,,

(RP) » Ouvert
freya » cléo » alba » livia » novi » chrissy » reyes » cavaliers de l'apocalypse » nathaniel  » tg pfo » karma » crystal » magicka » haiwee » taylor » karma 2 » flora » [url=rp]diego[/url]
LIEN DU POST
Mer 7 Avr - 15:15
Je n'avais pas passé une bonne journée, je n'étais pas dans un bon mood aujourd'hui et pourtant j'étais déterminé à reprendre le dessus sur ma maladie. J'avais quitté les cours, un peu difficilement tout à l'heure, venant ne pas parler dans la voiture qui me ramenait à la pfo. C'était difficile de devoir gérer mes émotions, si déjà je ne les controlais pas d'avance. Je soupire, je viens à passer ma main dans mes cheveux et je soupire fortement à l'idée de devoir passer du temps en compagnie de personnes. Quand je suis dans cet état, rien ne va, rien ne me plait et le pire, rien n'est plus important que le silence.

Je sors de la voiture en direction de la confrérie, venant souffler le plus possible dans l'espoir d'être clame quand je passe la porte. Manque de bol, c'est tout le contraire. Le bruit, les gens, tout cela me rend mal à l'aise et je finis par monter direction ma chambre en silence, sans croiser le regard de personne. Je ne sais pas combien de temps je passe dans cette chambre mais quand je redescends, tout le monde ou presque est partit, il y a du monde dans la salle commune et je vais directement à la cuisine pour prendre mes gateaux préférés. Je suis un peu plus calme, mais toujours un peu érité, je ne supporte pas réellement cet état.

L'état dans lequel j'étais, était difficile de celui de la semaine dernière ou des mois derniers. Il est entre les deux, près à sombrer dans cette colère noire destructrice mais aussi près à finir en sanglots et à me faire mal ou x ou y raisons finalement. Je soupire fortement, le monde se calme autour de moi et je prends une bouchée de gateau. Je pense que cette journée va encore mal finir si je ne me calme pas, mais je reste calme quand même, je souffle et je deviens plus fort comme ça. C'est important pour moi mais aussi pour mes camarades..


@Nathaniel Ducret
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: