Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility
Le Deal du moment : -16%
Promotion sur le kit d’entretien K&N pour ...
Voir le deal
15.37 €

Deuxième bataille. Teal#2

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Deuxième bataille. Teal#2 ComplexWeirdKob-size_restricted
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : cambridge, près du campus. Dans un duplex.
et j'y ai posé mes valises depuis : Septembre 2017
. Tu peux m'appeler : Nate, le plus beau, mon coeur, mon mignon, ce qui te fera vibrer
, j'ai : 22
ans, et si t'es curieux, je suis : à toutes les courbes
Je viens de : Monaco, france
Dans la vie, je suis : etudiant en medecine
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Martin Garrix

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Patate Douce
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 28/03/2021
, d'où les : 2922
messages, dont : 106
rps. Merci aux doigts de fée de : dayanafrias01, hedgekey (avatar) ; eticons (icon)
. Pour finir, je joue également : Kassim (momoa), Llhéva (moner), Aaron (hendry)
[en construction]

Liens :
Colocataire : Eros
Cousin : Jessie
Ex : Neal
Meilleur ami : Celio
Ami.e.s : Callie
Connaissance : Meloe, Solis, Cleo
Fuckbestfriend : Nevada, Loic
Employé : Mingi (cuisinier),



WARNING // concernant (nate) pression psychologique, homicide involontaireTRIGGER // refuse de jouer ; violence sur enfant, agression sexuelle et fetichisme en tous genres.

Neal T. Hood FIRE OHEHO

LIEN DU POST
Dim 4 Avr - 1:42
A la guerre comme au lit, tous les coups sont permis.

Mardi 06.04

En ce moment, je m’insupporte. J’ai envie de briser mon miroir chaque fois que je recroise mon reflet. Je cours après mon passé. Je cours après des bras pour oublier. Pour l’oublier. Mais qui peut rivaliser ? Et je le sens, je vais encore me noyer. Je me complaisais dans la félicité avec lui, une drogue, qu’aucun créateur de plaisir n’a su me redonner.  Compagnon de mille projets, gardien d’adrénaline permanente. Qui peut rivaliser ? Il est la raison de ce besoin irrépressible de me lancer dans des défis, toujours plus, frôler ce qu’on a vécu sans jamais l’atteindre. La frustration comme amie. Je résiste autant que je cède. Inutile. Parce que … Depuis l’hôpital, depuis le jour où je ne l’ai pas ignoré, je savais que j’avais abdiqué. Et pourtant je suis là encore à me battre, distillant un faux semblant contradictoire. C’était houleux entre nous. Le mot est faible. Le Nate qui s’en foutait dès que les gens n’alimentaient plus une conversation avait disparu. Avec lui, même n’importe quoi me faisait douloureusement du bien.

Mais le monde n’avait pas cessé de tourner. Et je refusais de dire à quiconque, que j’étais en train de nager à contrecourant. Que je me faisais du mal pour des secondes de répit. Et j’étais encore en train de chercher la confrontation. Je me fatigue. Cette situation m’épuise et me broie les entrailles parce que le manque de sa personne mordait ma conscience et ruinait tous mes efforts de m’être convaincu d’avoir fait le bon choix. Il avait remporté la première bataille mais une guerre se gagne à long terme. Mais quand le pauvre soldat que je suis, ne sait pas quelle victoire il veut, c’est difficile de combattre. Entre me taire et lui dire la vérité, je tangue comme un saoulard.  

Je me raccroche à mes cours. Parce que le Rocher n’allait pas me louper si j’avais une baisse dans mes notes. Et je venais d’en finir un de trois heures, à me donner un mal de crane. J’étais en train de rigoler avec des potes de la promo, se taquiner, se charrier. Des pitreries encore et toujours. On me hèle à l’autre bout du couloir puis une jeune fille se met à courir pour me sauter dessus. Sauf qu'en me retournant, j’étais tétanisé. Mon enfer était bel et bien là. Yeux écarquillés. Et je me mange la jeune fille en pleine gueule au point de tomber. Je grimace de douleur, sur le moment. Nate ça va ? Je suis désolé, je pensais que tu m’avais vu. Un peu sonné, je hoche la tête. Elle se détache de moi pour se relever. Je joins mes mains pour les faire tourner. Plus de peur que de mal. Je me relève à mon tour, remettant mon sac à dos, sur une épaule. Ça va aller, ne t’en fais pas. Partez devant, j’arrive. Je ne sais pas quand ni dans quel état mais je vais arriver un moment donné.

Je n’ai pas rêvé, il est toujours là. Je souffle pour me donner du courage. Lui mettre une droite, c’est que je ne devais rien et rien d’autres. Fuir… fuir comme un lâche. Mais lui et moi savions parfaitement que je ne pourrais jamais le violenter. J’avais bien assez mal au cœur de l’avoir laissé tomber. Autant que ça me faisait peur de le voir revenir. J’avais la haine contre moi. Haine viscérale de rêver d'un passé qui ne doit plus exister. Haine insidieuse de rêver de sa peau. J’avançais autant que je reculais. Je sentais que les larmes allaient venir. Encore. Peut-être pas devant lui, pas en public. Je regarde autour de nous. De peur qu’on nous voie ensemble. Je réduis la distance entre nous. Tout en la maintenant. Par sécurité ? Par protection ? Main gauche sur la lanière de mon sac à dos et je le couve du regard. J’étais misérable. Je me racle la gorge. Je suppose que tu as tout vu ?  
(c) AMIANTE



@Neal T. Hood desole pour l'attente !


Deuxième bataille. Teal#2 1365206064-bowtaken2 cavalier de Nevada
I am just an angel with a shootgun
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Putnam Manor dans Cambridge (Near The Campus) - Appartement n°5
et j'y ai posé mes valises depuis : Novembre 2018
. Tu peux m'appeler : Neal suffira
, j'ai : 28
ans, et si t'es curieux, je suis : en couple avec Lukas, même si l'exclusivité c'est pas mon truc.
Je viens de : Naples, en Italie
Dans la vie, je suis : étudiant en ingénierie mécanique, barman au Lord Hobo, indic pour la Mafia Italienne et anciennement prostitué
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Thomas Brodie-Sangster.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 23/11/2019
, d'où les : 28527
messages, dont : 407
rps. Merci aux doigts de fée de : Joemaw & Nagini
. Pour finir, je joue également : nobody.
Deuxième bataille. Teal#2 PLCFdyU

Borderline ● Fils d'un commissaire Irlandais et d'une mannequin Italienne ● Harcelé à l'école primaire et au collège ● Témoin du meurtre de sa mère ● Battu par son père qui a disparu à ses dix-huit ans après l'avoir laissé pour mort ● A rejoint la mafia Italienne et a été utilisé en tant que prostitué pendant plusieurs années ● A tué un homme de sang froid avant de se tirer dessus pour faire passer cette histoire pour un accident et quitter la Mafia ● A voyagé un moment trop incapable de se poser dans un endroit ● A fini par s'installer à Cambridge ● Pratiquait la boxe depuis plus de dix ans, mais a dû arrêter à cause de sa jambe droite ● Est retourné en Italie en Janvier 2021 pour mettre fin à son deal et travaille maintenant comme indic pour la Mafia Italienne ●

Deuxième bataille. Teal#2 MOkWYp

LOVE
◆ Lukas : my complicated boyfriend
◆ Nathaniel : my treasure, my baby
◆ Nixon : ex everything forever
◆ Laurys : my mafia boy
◆ Tom : special best friend
◆ Caesar : ex honey (flirt/confidences)

FAMILY
◆ Katalia : little angel, little sister
◆ Summer : my wifey, mom of Aurore
◆ Aurore : daughter

SEX
◆ Tova : insatiable ex lover
◆ Albus : (ex?) special client
◆ Jo Hee : goddess

FRIENDS
◆ Jellal : childhood lover
◆ Alma : adorable friend
◆ Kassidy : boss
◆ Caelum : ex flirt, important friend
◆ Crystal : ex sexfriend, confidante
◆ Archer : friend
◆ Alexander : tinder friend
◆ Naëlle : friend, Aurore's godmother

HATE
◆ Roxy : Real hate, virtual confidante
◆ Elia : Nixon's ex fiancee
◆ Nadia : Nixon's sister hates me

Deuxième bataille. Teal#2 8DCqo3D

Accro au sexe ■ Fait souvent des cauchemars violents ■ Fume souvent, boit régulièrement et consomme de la drogue ■ Suit un traitement pour son trouble Borderline avec du Risperdal (agressivité), du Deroxat (dépression) et du Solian (hallucinations/anxiété) ■ Boite de la jambe droite (blessure au genou infligée par son père en 2011 + blessure au mollet lors de l'accident du métro en Janvier 2020) ■ A de nombreuses cicatrices sur le corps ■ Porte un collier en argent offert par Lukas en Février 2020 avec une bague de femme dessus depuis Février 2021 ■ A un piercing à l'oreille gauche ■ Possède un tatouage sur le bas-ventre gauche fait en 2016 en commun avec Nathaniel ■ Possède un tatouage au poignet en commun avec Laurys fait en Avril 2020 ■ Porte une bague de fiançailles à la main gauche offerte par Laurys en Janvier 2021 ■ A un tatouage derrière l'oreille droite représentant une bombe de peinture soufflant de la peinture noire qui se transforme en peinture colorée jusqu'à un N bleu fait en Février 2021 ■ A un tatouage à l'annulaire gauche avec un 'L' fait en Février 2021 ■

What's wrong with me?
Deuxième bataille. Teal#2 Tumblr_pz2lssjIL51tv9ctro3_500

Cours à la fac
Lundi : 10:00 am – 03:00 pm ; Mardi : 11:00 am – 04:00 pm ; Mercredi : 11:00 am – 01:00 pm ; Jeudi : 12:00 pm – 02:00 pm ; Vendredi : 08:00 am – 10:00 am.

Travail au Lord Hobo
Lundi : 11:00 pm – 02:00 am (parfois avec Tom) ; Mardi : 09:00 pm – 12:00 am (avec Sana) ; Mercredi : soirée off ; Jeudi :  07:00 pm – 10:30 pm (avec Sana) ; Vendredi : 10:00 pm – 03:00 am (avec Tom) ; Samedi :  12:00 am – 03:00 am (avec Tom) ; Dimanche : soirée off sauf besoin 06:00 pm – 08:30 pm (avec Sana).

Deuxième bataille. Teal#2 REBtjjBb_o

WARNING // concernant (personnage) : violence physiques et psychologiques, meurtre, prostitution, sexe, trouble Borderline, addictions à la drogue et à l'alcool, Mafia, autodestruction, pensées suicidaires

TRIGGER // refuse de jouer : cruauté animale

Deuxième bataille. Teal#2 Tenor

19 RP
Laurys (1)
Summer (1)
Laurys (2)
Tom (1)
Laurys (3)
Albus (2)
Lukas (12)
Inauguration Sun Rock
Yance (1)
TG Anniversaire Lukas
Lukas (14)
Roxy (1)
Nathaniel (1)
Nathaniel (2)
Coachella (1)
Coachella (2)
Event Neal
Jo Hee (1)
Katalia (3)
• Nixon (5)
• Nathaniel (3)
• Nathaniel (4)


9 QnT
Tom (1)
Laurys (2)
Lukas (2)
Rob (1)
Jo Hee (2)
Caesar (2)
Nathaniel (1)
Jo Hee (3)
Lukas (3)

Nathaniel Ducret FIRE OHEHO

LIEN DU POST
Dim 4 Avr - 23:14
Mardi 6 Avril.

Nathaniel. J’avais beau tenter de faire tous les efforts du monde, le prénom finissait toujours par revenir hanter mon esprit. Nathaniel. J’avais beau essayer de l’effacer et de tourner la page pour passer à autre chose, il savait s’imposer sur le devant de la scène. Nathaniel. J’avais osé reprendre contact avec lui en l’apercevant sur le campus. J’avais même osé me pointer à l’hôpital pour l’approcher une première fois sans qu’il puisse me fuir. Depuis, nous discutions presque tous les jours. Discussions tantôt houleuses tantôt si chaleureuses. Discussions dont je ne savais juste pas me passer. L’addiction revenait lentement. Poison s’infiltrant dans les veines pour atteindre le cœur. Aujourd’hui en repensant à ces dernières semaines, je m’en mordais un peu les doigts en fait. Nathaniel. Il était cette addiction du passé qui refaisait surface. Il m’avait abandonné et pourtant j’étais là à lui courir après. Gamin qui ne savait pas se défaire. Mes veines bouillonnaient lorsque son prénom cognait dans mon esprit. Mon cœur cognait de plus en plus fort lorsque son image glissait dans ma tête. Mon désir montait en flèche dès lors que j’osais l’imaginer. Putain… Nate… J’étais accro de nouveau même s’il n’y avait encore rien eu de réellement chamboulant. Juste des mots. Juste un trop bref rapprochement. Juste des images dans ma tête. En quelques jours à peine, j’avais l’impression d’avoir la tête à l’envers. J’étais bouffé par ce désir inassouvi qui ne faisait que grandir. J’étais bouffé par ces envies qui dominaient ma tête. J’étais bouffé par ce besoin de le revoir. Encore et encore. Alors, en ce mardi du mois d’Avril, mes prunelles fixaient le bâtiment qui se trouvait face à moi. Clope coincée aux coins des lèvres, je me perdais dans l’observation de la faculté de médecine. Je n’y avais encore jamais mis les pieds. Mais, aujourd’hui, j’étais prêt à pénétrer ces lieux inconnus. Je séchais mes cours pour venir ici dans un but précis. Quelques jours plus tôt, j’avais réussi à récupérer l’emploi du temps de mon trésor. Je savais de façon très précise où il se trouverait aujourd’hui et à quelle heure. Alors, balançant ma cigarette à moitié consommée sous le stress et l’envie qui me dévoraient, je finissais par me glisser dans ce couloir où j’allais l’attendre. Ce couloir à la sortie de son cours. Aujourd’hui, j’allais revoir Nate. Aujourd’hui, il ne m’échapperait pas. Enfin… Je l’espérais. Ici, ce n’était pas comme l’hôpital. Ici, il pouvait me voir et me fuir bien trop rapidement. Est-ce que je le laisserai m’échapper aussi aisément ? Non, hors de question. Pas avec cette envie inassouvie qui me bouffait le ventre. Pas avec ces sentiments envoûtant mon être. Je lui avais dit qu’on finirait par se revoir lui et moi. C’était obligatoire. C’était aujourd’hui. Parce que j’étais incapable de rester loin. Beaucoup trop accro à celui qui avait enchanté ma vie.

Appuyé contre un mur, mes iris sombres guettaient la sortie de celui que j’étais venu voir. Celui que j’attendais avec une impatience grandissante. Pour une droite. Pour parler. Pour un corps à corps. Les trois options se trouvaient sur la table. Elles pouvaient toutes les trois se dérouler aujourd’hui. Me manger une droite ne m’arrêterait pas. Je crois même que ça me donnerait encore plus envie de plaquer Nate contre un mur pour lui prouver que, même si le temps s’était écoulé et qu’il avait grandi, rien n’avait réellement changé. J’étais toujours celui qui tenait les reines. J’étais toujours celui qui savait dominer. Celui qui contrôlait la situation. Je me redressais un peu lorsque la silhouette du jeune homme franchissait la porte de la salle. Je l’observais s’éloigner entouré de plusieurs personnes et je mordillais ma lèvre sous l’envie qui cognait. Il riait. Si beau. Il parlait. Tellement parfait. J’aurai pu rester là à l’observer pendant de trop longues minutes avant d’oser l’interpeller pour provoquer le changement. J’aurai pu ouais. Cependant, son prénom résonnait soudainement non loin de moi. Voix féminine qui me poussaient à serrer la mâchoire tournant mon regard pour apercevoir la fille qui venait de l’appeler. Cette fille qu’il ne regardait même pas d’ailleurs. Oh non… Mon trésor avait posé ses yeux sur moi et mes prunelles ne le lâchaient plus. Il était bien le seul qui m’importait ici. L’étrangère se précipitait sur Nate qui chutait bien trop réellement. J’aurai pu me précipiter inquiet de son état. Néanmoins, je ne bougeais pas de ma place laissant le sourire amusé se dessiner sur mon visage. Je le déconcentrais à ce point-là. C’était intéressant à savoir. J’observais l’échange qu’il avait avec la jeune fille et les autres avant de s’approcher de moi. Il venait de lui-même. Il réduisait la distance nous séparant comme s’il acceptait de plonger dans la gueule du loup. Il avançait et je ne le quittais pas du regard. Je le mâtais sans la moindre gêne sentant le désir brûler dans mes veines. Bien vite, il était là. Proche et pourtant encore trop loin comme hésitant à réellement s’offrir. Son regard balayait autour de nous alors que le mien ne le quittait pas. J’acquiesçais à l’interrogation qui tombait. Bien sûr que j’avais tout vu. Je voyais tout depuis qu’il était sorti de cette salle. Désignant de la tête la place qu’il occupait tout à l’heure, je demandais « C’qui elle ? » Question banale qui semblait glisser entre mes lèvres. Curiosité malsaine alors que la jalousie mordait ma peau. Et je soupirais parce que cela ne me regardait pas. Il était libre. Je n’avais pas à être jaloux. Mes yeux se baissaient avant que je ne lui fasse signe de me suivre. J’aurai aimé lui prendre la main et l’attirer à ma suite, mais je n’osais pas le faire de peur qu’il ne s’échappe bien trop vite. Je me mettais en chemin pour parcourir quelques mètres et je bifurquais dans un amphithéâtre vide. Lorsque Nate fut entré, je m’empressais d’attraper une chaise afin de la glisser sous la poignée et ainsi bloquer toute entrée. Me retournant vers le jeune homme, je le mâtais un instant mordillant ma lèvre sous l’envie. Et, sans perdre de temps, je déboutonnais ma chemise avant de la lancer sur le bureau du prof. Reposant mon regard sur Nate, j’écartais les bras en soufflant « T’peux me foutre une droite maintenant trésor… » Sourire amusé accroché aux lèvres, j’étais prêt à ce qu’il me prouve qu’il était prêt à faire ça. J’avais retiré ma chemise pour éviter de la tâcher ou peut-être que je l’avais fait juste pour l’allumer un peu. Allez savoir. Je n’étais qu’un diable tentateur qui ne quittait pas son trésor des yeux. J’attendais ce coup censé venir qui ne viendrait pas sans doute. Parce que je le connaissais et il n’était pas capable de faire ça.

@Nathaniel Ducret
Deuxième bataille. Teal#2 ComplexWeirdKob-size_restricted
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : cambridge, près du campus. Dans un duplex.
et j'y ai posé mes valises depuis : Septembre 2017
. Tu peux m'appeler : Nate, le plus beau, mon coeur, mon mignon, ce qui te fera vibrer
, j'ai : 22
ans, et si t'es curieux, je suis : à toutes les courbes
Je viens de : Monaco, france
Dans la vie, je suis : etudiant en medecine
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Martin Garrix

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Patate Douce
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 28/03/2021
, d'où les : 2922
messages, dont : 106
rps. Merci aux doigts de fée de : dayanafrias01, hedgekey (avatar) ; eticons (icon)
. Pour finir, je joue également : Kassim (momoa), Llhéva (moner), Aaron (hendry)
[en construction]

Liens :
Colocataire : Eros
Cousin : Jessie
Ex : Neal
Meilleur ami : Celio
Ami.e.s : Callie
Connaissance : Meloe, Solis, Cleo
Fuckbestfriend : Nevada, Loic
Employé : Mingi (cuisinier),



WARNING // concernant (nate) pression psychologique, homicide involontaireTRIGGER // refuse de jouer ; violence sur enfant, agression sexuelle et fetichisme en tous genres.

Neal T. Hood FIRE OHEHO

LIEN DU POST
Lun 5 Avr - 21:12
A la guerre comme au lit, tous les coups sont permis.

Sourcil qui se hausse quand il me questionne. Sourire en coin qui se dessine.  Ne te fais pas d’idée Nate. Ça me fait quand même rire. C’est une pote d’un cours d’études. Elle m’aide à réviser parfois. Sans une once d’ambiguïté d’ailleurs. Mais ça, il ne peut pas le savoir. Adorable comme tout. D’habitude, je la réceptionne mais faut croire que j’ai été … Déstabilisé. Pourquoi je lui explique ? On n’a aucun compte à se rendre. Piquer sa jalousie ? Ressentir une quelconque possessivité ? Qu’importe.

Regard qui se fronce quand je le suis. J’avais envie de faire demi-tour autant de que savoir ce qu’il allait se passer. Des jours à me bousiller l’imagination. A distiller la tentation, une graine qui germe. Puis, on entre dans un amphi et je n’ai pas le temps de protester - Est-ce que je l’aurais fait ? - qu’il verrouille avec une chaise. Et je déglutis, faisant quelque pas en arrière. M’échapper par la fenêtre m’a parcouru l’esprit. Mais j’avais repoussé la confrontation trop de fois. Mais je ne sais pas … Enfaite, je ne sais jamais rien le concernant. Ca allait arriver. Merde. Je le suis du regard. Il s’arrête. Et maintenant, on fait quoi ?

Premier bouton. Oh. Deuxième bouton. Putain. La chemise entière. Merde. Numéro de charme qui m’hypnotise, je sais plus comment je m’appelle. Cœur galopant. Je me mords la lèvre, reflexe pour éteindre un désir naissant. Essayer. Rester stoïque. On est civilisé. Dans d’autres conditions, on n’aurait pas tergiversé. Mais pas là. Non, on ne se connait plus tant que ça. Système nerveux qui, progressivement, cesse de fonctionner. Ne plus réfléchir, j’avais dit que j'allais tenter de faire. Mains qui serrent davantage cette putain de lanière, qui sait, je pourrais la transformer en liane et jouer à tarzan sans couilles.

Il parle. Il joue. Le fauve tourne autour de sa proie. Cela fait longtemps que je ne m’étais senti dans cette position-là. Mais ego construit au fil des ans, reprend rapidement sa place. Je lâche mon sac. C’est plus maintenant qu’il faut jouer les enfants. Je lui ai dit que je n’étais plus un bebe, il est temps de lui montrer. Les deux pieds dans l'arène, c'était nous et personne d'autres. Y'a pas de cours avant deux heures dans cette salle. Et j'allais certainement loupé le repas.  

Je réduis la distance entre nous. Luxure se tapissant dans le fond de mes orbes. Il ne tient qu’à moi de tout briser. De me défaire cette pression sur mes épaules. Je lève ma main droite, contenir mes tremblements. Main qui se referme pour former un poing, que je dépose lentement sur sa joue. Je refuse de me battre avec toi. Jamais, je te violenterais. Y’en a eu assez comme ça. Poing qui disparait, et paume caressant sa joue. Putain t’es réel. Ma seconde main se rajoutent sur l'autre joue, pour être sûr puis elles descendent dans son cou. J’ai l’impression de découvrir une poupée. Un mirage ? Une caméra cachée ? Encore un test ?

Elan d’audace quand mes pulpeuses se déposent dans le creux de son cou, baiser appuyé, le mordillant. C’était plus fort que moi. Tentation personnifiée. Il allait me faire perdre la raison. Et pourtant, ce n’était pas suffisant. Mes mains redescendent sur son torse, touchant chaque relief que la Vie lui avait fait subir. T’es vraiment là. Et dire que je connaissais chaque partie de son corps. Ou presque.

Regard qui glisse sur ses lèvres. En ai-je le droit ? N’est-ce pas le fruit défendu ? Je m’étais battu pour lui. Qu’allais-je provoquer ? Ou qui. Mais j’étais fatigué de lutter. Je voulais le retrouver. Je crois. Etais-je si prêt que ça ? Stop de réfléchir. Il était venu. N'était-ce pas suffisant ? Mes pulpeuses rejoignent les siennes. Timides.  Advienne ce qui pourra. Fougueuses. Eclat de bonheur. Affamées. De quiétude. De désir.

Maelstrom des sentiments. Soldats dépose les armes, pour le moment.   
(c) AMIANTE





Deuxième bataille. Teal#2 1365206064-bowtaken2 cavalier de Nevada
I am just an angel with a shootgun
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Putnam Manor dans Cambridge (Near The Campus) - Appartement n°5
et j'y ai posé mes valises depuis : Novembre 2018
. Tu peux m'appeler : Neal suffira
, j'ai : 28
ans, et si t'es curieux, je suis : en couple avec Lukas, même si l'exclusivité c'est pas mon truc.
Je viens de : Naples, en Italie
Dans la vie, je suis : étudiant en ingénierie mécanique, barman au Lord Hobo, indic pour la Mafia Italienne et anciennement prostitué
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Thomas Brodie-Sangster.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 23/11/2019
, d'où les : 28527
messages, dont : 407
rps. Merci aux doigts de fée de : Joemaw & Nagini
. Pour finir, je joue également : nobody.
Deuxième bataille. Teal#2 PLCFdyU

Borderline ● Fils d'un commissaire Irlandais et d'une mannequin Italienne ● Harcelé à l'école primaire et au collège ● Témoin du meurtre de sa mère ● Battu par son père qui a disparu à ses dix-huit ans après l'avoir laissé pour mort ● A rejoint la mafia Italienne et a été utilisé en tant que prostitué pendant plusieurs années ● A tué un homme de sang froid avant de se tirer dessus pour faire passer cette histoire pour un accident et quitter la Mafia ● A voyagé un moment trop incapable de se poser dans un endroit ● A fini par s'installer à Cambridge ● Pratiquait la boxe depuis plus de dix ans, mais a dû arrêter à cause de sa jambe droite ● Est retourné en Italie en Janvier 2021 pour mettre fin à son deal et travaille maintenant comme indic pour la Mafia Italienne ●

Deuxième bataille. Teal#2 MOkWYp

LOVE
◆ Lukas : my complicated boyfriend
◆ Nathaniel : my treasure, my baby
◆ Nixon : ex everything forever
◆ Laurys : my mafia boy
◆ Tom : special best friend
◆ Caesar : ex honey (flirt/confidences)

FAMILY
◆ Katalia : little angel, little sister
◆ Summer : my wifey, mom of Aurore
◆ Aurore : daughter

SEX
◆ Tova : insatiable ex lover
◆ Albus : (ex?) special client
◆ Jo Hee : goddess

FRIENDS
◆ Jellal : childhood lover
◆ Alma : adorable friend
◆ Kassidy : boss
◆ Caelum : ex flirt, important friend
◆ Crystal : ex sexfriend, confidante
◆ Archer : friend
◆ Alexander : tinder friend
◆ Naëlle : friend, Aurore's godmother

HATE
◆ Roxy : Real hate, virtual confidante
◆ Elia : Nixon's ex fiancee
◆ Nadia : Nixon's sister hates me

Deuxième bataille. Teal#2 8DCqo3D

Accro au sexe ■ Fait souvent des cauchemars violents ■ Fume souvent, boit régulièrement et consomme de la drogue ■ Suit un traitement pour son trouble Borderline avec du Risperdal (agressivité), du Deroxat (dépression) et du Solian (hallucinations/anxiété) ■ Boite de la jambe droite (blessure au genou infligée par son père en 2011 + blessure au mollet lors de l'accident du métro en Janvier 2020) ■ A de nombreuses cicatrices sur le corps ■ Porte un collier en argent offert par Lukas en Février 2020 avec une bague de femme dessus depuis Février 2021 ■ A un piercing à l'oreille gauche ■ Possède un tatouage sur le bas-ventre gauche fait en 2016 en commun avec Nathaniel ■ Possède un tatouage au poignet en commun avec Laurys fait en Avril 2020 ■ Porte une bague de fiançailles à la main gauche offerte par Laurys en Janvier 2021 ■ A un tatouage derrière l'oreille droite représentant une bombe de peinture soufflant de la peinture noire qui se transforme en peinture colorée jusqu'à un N bleu fait en Février 2021 ■ A un tatouage à l'annulaire gauche avec un 'L' fait en Février 2021 ■

What's wrong with me?
Deuxième bataille. Teal#2 Tumblr_pz2lssjIL51tv9ctro3_500

Cours à la fac
Lundi : 10:00 am – 03:00 pm ; Mardi : 11:00 am – 04:00 pm ; Mercredi : 11:00 am – 01:00 pm ; Jeudi : 12:00 pm – 02:00 pm ; Vendredi : 08:00 am – 10:00 am.

Travail au Lord Hobo
Lundi : 11:00 pm – 02:00 am (parfois avec Tom) ; Mardi : 09:00 pm – 12:00 am (avec Sana) ; Mercredi : soirée off ; Jeudi :  07:00 pm – 10:30 pm (avec Sana) ; Vendredi : 10:00 pm – 03:00 am (avec Tom) ; Samedi :  12:00 am – 03:00 am (avec Tom) ; Dimanche : soirée off sauf besoin 06:00 pm – 08:30 pm (avec Sana).

Deuxième bataille. Teal#2 REBtjjBb_o

WARNING // concernant (personnage) : violence physiques et psychologiques, meurtre, prostitution, sexe, trouble Borderline, addictions à la drogue et à l'alcool, Mafia, autodestruction, pensées suicidaires

TRIGGER // refuse de jouer : cruauté animale

Deuxième bataille. Teal#2 Tenor

19 RP
Laurys (1)
Summer (1)
Laurys (2)
Tom (1)
Laurys (3)
Albus (2)
Lukas (12)
Inauguration Sun Rock
Yance (1)
TG Anniversaire Lukas
Lukas (14)
Roxy (1)
Nathaniel (1)
Nathaniel (2)
Coachella (1)
Coachella (2)
Event Neal
Jo Hee (1)
Katalia (3)
• Nixon (5)
• Nathaniel (3)
• Nathaniel (4)


9 QnT
Tom (1)
Laurys (2)
Lukas (2)
Rob (1)
Jo Hee (2)
Caesar (2)
Nathaniel (1)
Jo Hee (3)
Lukas (3)

Nathaniel Ducret FIRE OHEHO

LIEN DU POST
Mar 6 Avr - 18:29
Contrairement à toute attente, mon trésor s’approchait de moi. Il franchissait cette distance qui nous séparait. Il osait faire le premier pas tandis que je l’attendais. Je l’attendais sans la moindre parole et sans le moindre geste pour lui laisser le choix. Venir jusqu’à moi et s’enivrer dans notre histoire. S’effacer avant et m’abandonner là une nouvelle fois. Nate possédait la liberté absolue. Il pouvait sauter dans la gueule du loup ou rester sagement en sécurité. J’étais impatient de savoir quel chemin il allait emprunter. Et, heureusement pour moi, je n’avais pas à attendre longtemps. Le choix tombait lorsqu’il s’adressait à moi. Il avait choisi de plonger. Sauter avec moi. Plonger dans les entrailles de l’Enfer. Glisser dans ce nous peut-être trop instable. Ce nous régisseur de chaos. Tantôt trop destructeur. Tantôt si délicieux. J’acquiesçais sagement à son interrogation prouvant que je plongeais avec lui. J’étais prêt à cet échange. Et ouais, j’avais tout vu de la scène qui venait de se dérouler. Nate avec ses amis qui semblait si heureux. Nate et son agitation que me donnait envie de me glisser dans son dos pour le câliner. Nate et son sourire qui me donnait envie de l’embrasser. Nate et cette fille qui me donnait envie de la massacrer. Homme un peu trop possessif qui désirait garder son trésor rien que pour lui. Incapable de me retenir, la question filtrait entre mes lèvres. Je désirais savoir qui elle était. Cette fille qui s’était approchée un peu trop vite en espérant être reçue dans le bras de Nate. La question semblait banale. Elle aurait pu l’être dans la bouche de n’importe quelle personne. N’importe qui qui était un peu trop curieux d’en savoir plus sur la vie d’une personne qui comptait. Néanmoins, je n’étais pas n’importe qui et ma question n’avait rien de banale. Elle sortait de ma bouche à cause de cette curiosité maladive qui cognait dans ma tête. Elle glissait entre mes lèvres à cause de cette jalousie qui cognait dans mon être. Cette jalousie qui enflammait mes veines. Cette jalousie qui me donnait follement envie d’attraper Nate pour le bloquer contre un mur et l’embrasser à pleine bouche en espérant que cette fille serait là pour tout voir. Pour comprendre qu’il était mien. Mon Nate. Mon trésor. Mon bébé. À moi. Stupide idée n’est-ce pas ? Ça l’était parce qu’il m’avait abandonné. Il n’était plus mien. Il avait mis fin à tout comme si je n’étais rien. C’était bien pour cette raison que je ne faisais rien. Je ne bougeais pas attendant la réponse en contentant la flamme de jalousie et de possessivité qui voulait enflammer mon être. Nate haussait un sourcil laissant le sourire en coin apparaître. Ce sourire en coin qui ne présageait rien de bon. Le terrain de jeu se dessinait. La deuxième bataille commençait. La réponse tombait. Je ne m’attardais guère sur la possible déstabilisation dont j’avais été responsable. Non. Les autres propos grondaient en moi. Ma langue glissait sur mes lèvres. Mon regard se perdait sur l’endroit où la fille s’était trouvée alors que je soufflais « Bien… Alors cela ne te dérange pas que j’aille la draguer hein ? » Sourire joueur collé aux lèvres, mes prunelles se reposaient sur Nate. La douce provocation glissait parce que si j’étais jaloux, Nate lui était possessif et j’avais bien envie de jouer. Gardant le sourire aux lèvres, je faisais signe au jeune homme de me suivre. Je ne voulais pas jouer ici. Trop limité dans les actes. Trop peu isolés.

Je bifurquais dans cet amphithéâtre désert que j’avais remarqué. Cet amphithéâtre qui était censé être vide pendant des heures. Ça me laissait du temps pour ce tête à tête. Ça me laissait un moment en compagnie de mon trésor qui m’avait suivi. Avant de faire quoi que ce soit à l’attention du jeune homme, je m’empressais de bloquer l’entrée peu désireux d’être dérangé si jamais la température venait à augmenter. Me retournant vers Nate, je l’observais. Mes prunelles le détaillaient sans gêne. Je le dévorais du regard cherchant déjà comment jouer dans cette arène. Cette arène au sein de laquelle Nate était une proie peut-être un peu trop désireuse de s’échapper. Cette arène dont il ne pourrait pas s’échapper aussi aisément qu’il le pensait. Je déboutonnais ma chemise lentement concentré sur mon acte avant de balancer le bout de tissu et de relever le regard. Nate se mordait la lèvre me donnant follement envie de lui sauter dessus tout de suite. J’avais envie de m’approcher et de l’attraper sans lui laisser le temps de me filer entre les doigts. Contre toute attente, je restais à ma place écartant les bras et l’invitant à me foutre une droite. Cette droite dont nous avions parlé. Cette droite qu’il était censé me mettre pour peut-être tourner la page. Sourire amusé accroché aux lèvres, je le fixais dans l’attente. Le sac tombait au sol. Bruit que je n’écoutais pas. Iris perdues sur le corps s’approchant du mien. Sur cet être qui, même après toutes ces années, même après cet abandon, me rendait dingue. Sa main droite se levait transformée en poing et je la fixais sans tressaillir. Les coups ne me faisaient pas peur. Ils ne me faisaient plus peur après tout ce que j’avais subi dans ma vie. Mais, surtout, je savais que Nate ne me frapperait jamais. Son poing se déposait sur ma joue alors que les mots glissaient entre ses lèvres. Des propos qui me poussaient à fermer les yeux en soufflant un « J’sais… » un peu trop sincère. J’aurai pu me montrer beaucoup plus joueur face à cette victoire. Mais, je ne pouvais pas. Pas avec cette paume qui caressait ma joue et qui me faisait défaillir. Je voulais pleurer. Je voulais gueuler que je l’aimais. Je voulais l’embrasser. Je voulais me blottir contre lui. Et je restais là. Silencieux. Immobile. Mes prunelles s’ouvraient lorsqu’il s’exclamait quant à ma réalité. Plantant mon regard dans le sien, j’acquiesçais. Ouais j’étais réel. Sa seconde main bougeait pour se déposer sur ma joue. Mon souffle se coupait. Envoûtement instantané qui poussait le cœur à s’accélérer. Et les mains glissaient dans mon cou me poussant à frémir. La température augmentait trop vite. Mon cœur s’affolait trop réellement. J’avais envie de poser mes mains sur Nate. Je voulais le toucher. Retrouver sa peau. Cependant, je ne voulais pas prendre le risque de le faire fuir. Je ne voulais pas bousculer nos retrouvailles alors je me contenais. Pour combien de temps ? Les lèvres de Nate glissaient dans le creux de mon cou et le « F*ck » était lâché. Soudain. Incontrôlable. Tout ça c’était trop. Tout ça ce n’était pas assez. Son baiser dans mon cou. Ce mordillement sur ma peau. Oh bordel, je perdais la tête. Je déraillais. Je sombrais. Le contrôle m’échappait. Les mains de mon trésor glissaient sur mon torse accélérant encore plus ma respiration alors qu’il redessinait les marques de ma peau. J’acquiesçais aux propos murmurant « J’suis vraiment là… » J’étais réellement là face à lui. Nos regards se retrouvaient un instant. Bref puisque le sien se perdait sur mes lèvres. Je déglutissais difficilement. Je me sentais comme ce gamin qui se retrouvait devant son crush. Je perdais tous mes moyens. En un instant, nos lèvres se retrouvaient pour la première fois depuis des années. Mes mains se déposaient sur les hanches de mon trésor alors je me laissais happer dans ce baiser. La fougue me dévorait. Le bonheur cognait si agréablement partout. La faim pulsait. Le désir grondait. Un désir que je ne savais pas contenir. Pas face à lui. Jamais. Alors, incapable de me contrôler, je laissais mes mains glisser un peu plus. Des mains qui frôlaient les fesses de mon trésor pour s’inviter dessous et le soulever. Oublié le genoux douloureux. Oublié ces efforts interdits. Ne décollant pas mes lèvres de celles de Nate, je me dirigeais à l’aveugle vers ce bureau que j’avais remarqué. Ce bureau sur lequel je déposais le jeune homme me faufilant entre ses jambes. À bout de souffle, mes lèvres quittaient les siennes. Mon front se déposait contre le sien. Mes doigts glissaient de ses hanches à ses cuisses en une lente caresse alors que je murmurais « T’peux réapprendre à connaître chaque partie de mon corps… » Ce n’était pas moi qui allait dire non à ça. Ce n’était pas moi qui allait refuser cette redécouverte. Je me reculais un peu plus cherchant son regard. Le souffle toujours trop court. Le cœur courant toujours une couse folle. Je mordillais ma lèvre en l’observant. Lui. Nate. Mon trésor si précieux que j’avais envie de posséder une nouvelle fois.

@Nathaniel Ducret
Deuxième bataille. Teal#2 ComplexWeirdKob-size_restricted
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : cambridge, près du campus. Dans un duplex.
et j'y ai posé mes valises depuis : Septembre 2017
. Tu peux m'appeler : Nate, le plus beau, mon coeur, mon mignon, ce qui te fera vibrer
, j'ai : 22
ans, et si t'es curieux, je suis : à toutes les courbes
Je viens de : Monaco, france
Dans la vie, je suis : etudiant en medecine
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Martin Garrix

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Patate Douce
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 28/03/2021
, d'où les : 2922
messages, dont : 106
rps. Merci aux doigts de fée de : dayanafrias01, hedgekey (avatar) ; eticons (icon)
. Pour finir, je joue également : Kassim (momoa), Llhéva (moner), Aaron (hendry)
[en construction]

Liens :
Colocataire : Eros
Cousin : Jessie
Ex : Neal
Meilleur ami : Celio
Ami.e.s : Callie
Connaissance : Meloe, Solis, Cleo
Fuckbestfriend : Nevada, Loic
Employé : Mingi (cuisinier),



WARNING // concernant (nate) pression psychologique, homicide involontaireTRIGGER // refuse de jouer ; violence sur enfant, agression sexuelle et fetichisme en tous genres.

Neal T. Hood FIRE OHEHO

LIEN DU POST
Mar 13 Avr - 18:53
A la guerre comme au lit, tous les coups sont permis.

Libération. Premier mot qui me vient en tête. Ce baiser. Cet interdit. Il était là. Cœur qui galope. Cœur aux bords des lèvres. Perles salées qui coulent malgré moi. Joie qui explose. Merde, il était la. Ce n’était pas un leurre de mon esprit. Je n’étais pas en crise. Plus maintenant. Je tire légèrement sur sa tignasse. Ne plus le quitter.

Ses mains me brulent. M’électrisent. Enfer. Damnation. Paradis. Soupir qui m’échappent. Je quitte le sol. Et je le regarde surpris, me tenant malgré tout autour de son cou. Inquiétude exprimée concernant sa jambe et on finit sur le bureau.

Sourire à sa phrase puis je hoche la tête. C’est vrai, je peux ? Question rhétorique. Je n’allais plus me priver. Je resserre mes cuisses pour l’approcher davantage de moi. Ne faire qu'un. Désir. Brulant. Etouffant. Ardent. Je crois que j’ai un problème pour reprendre ses propos. Et toi aussi. Bientôt. Mes doigts se promènent sur sa peau. Encore fébrile. Je m’arrête au niveau de la boucle de sa ceinture. As tu perdu en vigueur en vieillissant ? Taquinerie faisant place à la stupeur.


(c) AMIANTE



Deuxième bataille. Teal#2 1365206064-bowtaken2 cavalier de Nevada
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: