Le Deal du moment : -54%
SanDisk Clé USB 3.0 256 Go
Voir le deal
30.51 €

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham


Aller à la page : 1, 2  Suivant

every breath you take.
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge
et j'y ai posé mes valises depuis : 14 ans
. Tu peux m'appeler : Joey, en priorité, Jo, à la rigueur
, j'ai : 29
ans, et si t'es curieux, je suis : en essaie de stabilité, avec un certain mister D.
Je viens de : New York, en dernier, mais de France en réalité,
Dans la vie, je suis : serveuse dans deux bordels, j'alterne pour ne pas me lasser
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Alexina Graham.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Leeloo
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 22/09/2020
, d'où les : 894
messages, dont : 165
rps. Merci aux doigts de fée de : March Hare.
. Pour finir, je joue également : T., S., H.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1574 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Gchc

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
| To the middle of my frustrated fears. |

INFOS l elle est née en france - sa mère est française, son père américain ● elle est obsédée par la perfection ● elle souffre d'anorexie/boulimie, de dépendance à la drogue et l'alcool, elle essaie de se sevrer depuis des années ● elle a été hospitalisée plusieurs fois ● elle était danseuse étoile ● elle a quitté la france à 14 ans, sa mère lui créant trop de tourments ● elle a vécu un an a New-york, avec son père avant qu'il ne se débarrasse d'elle ● elle a été en pensionnat à Boston ● elle porte en permanence des bracelets, cachant des cicatrices sur ses poignets. ● elle n'a jamais eu de relation sérieuse ● elle n'a pas le permis ● elle travaille de nuit au Nirvana comme barmaid, depuis récemment au Sidh à mi-temps ● elle développe pour Dutch, de vrais sentiments

CARACTÈRE l elle est lunatique ● orgueilleuse ● manipulatrice ● fumeuse ● borderline ● possessive ● jalouse ● prétentieuse ● haineuse ● bombe à retardement ● peut se montrer douce avec le temps ● égoïste ● obsessionnelle ● impudique ● charnelle ● hystérique ● tendances suicidaires ● comportement destructeur ● a essayé d'en finir plusieurs fois

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
| This must be a bad trip |



LIENS l

DUTCH | amant pour lequel elle vendrait son âme. Le seul qui anime sa flamme.
VAUGHN | meilleur ami, à la mort, à la vie.
MARLON | artiste préféré, one shot devenu amitié.
ULRIK | amitié possessive, malsaine, jalousie.
COREY | ami d'un autre temps, crush d'enfant.
ELE | amie avec laquelle elle a passé une nuit, regret.
LYRA | patronne du Sidh, protégée de Dutch.
GRESHAM | client qu'elle a croisé lors d'une thérapie, qu'elle n'a pas suivie
EMERSON | connaissance New-yorkaise retrouvée à Boston, il connait son passé et ses souffrances/
VESTA | ancienne collègue du Nirvana, véritable amie.
JEREMIAH | client insolent
ALBUS | croisé en soirée, étrange complicité.
NAELLE |

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1


et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham F76e1694670855.5e849fbf1bf21

WARNING // concernant Joey trouble du comportement alimentaire, troubles mentaux, pensées suicidaires, comportement destructeur, drogue, sexe, alcool. TRIGGER // refuse de jouer ; viol, pour les rapprochements physiques, me consulter.

EN COURS /
Gresham 1#; Albus 1#; Dutch 2#; Vesta 1#; Dutch 3#; Adam 1#; Dutch 4#; Emerson 1#; Dutch 5#; Dutch 6#; Ele #1; Vaughn 1#; Corey 1#; Lyra 1#; Dutch 7#

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Tumblr_p0skwffkmm1waknn1o1_250
« Ton image, ton parfum lié à celui du sexe, la douceur de ta peau sous mes caresses. Tout de toi. Tout sauf ce que tu portais... »
D.B.C.

LIEN DU POST
Mar 29 Sep - 21:25
★ ─ et mes rêves s'accrochent à tes phalanges.
w/ @Gresham O. Ewart

Elle n'a pas envie d'être ici, elle s'en torture une mèche de ses cheveux, elle trouve qu'il n'est pas bien drôle, ce jeu. Que vraiment dans la vie, il en existe des beaucoup mieux. A dire vrai, cela lui donne fortement envie de gerber. Ça tombe bien, puisque c'est pour cette raison qu'elle se trouve dans cette salle d'attente de l'angoisse. Elle se dit, en fermant ses paupières, qu'il en faut peu à présent pour qu'elle trépasse.

Il y a six jours, après un malaise, faute de nourriture dans son estomac et d'alcool dans le sang, elle a sombré dans le néant. Et dans les vapes, elle pensait, à toutes ces danses qu'elle ne fera jamais. A toutes ces vies qu'elle a du mettre de côté. A ce monde dans lequel elle ne sait pas si elle s'y plait. Mais ça n'aurait pas été un problème, dans un autre endroit si elle était devenue blême. Sauf que c'était au travail, et c'est bien évidemment là que ça déraille. Et son patron à défaut de la prendre en pitié, s'est demandé si elle se payait sa tronche à ne pas assumer le service de sa nuit.

Mais après cela, il a tout de même appeler les pompiers. Elle a failli, finir internée, en psychiatrie. A force, les filons pour manipuler, elle les connaît. Des médecins, elle en a amadouée depuis quelques années. Elle a su leur dire, tout ce qu'ils désiraient. Qu'elle irait mieux, qu'elle ferait attention. Que l'anorexie, elle s'en sortirait, par tous les moyens et toutes les façons. Elle a balancé des mensonges, à profusion. Le tout en souriant, s'aidant de ce visage d'ange, si bien que l'on croit qu'en elle, il ne peut rien y avoir de malveillant.

« Il vous faudra vous rendre à un groupe de parole. »
Un endroit où l'on parle de ses problèmes, où l'on défit les courbes de la dépression. Et il croyait qu'avec cette solution il lui offrait un moyen d'obtenir sa rédemption. Foutaises. Elle ne pense qu'à sa propre genèse. Mais elle a accepté, parce que son employeur lui a signifié que « T'as pas intérêt à me claquer entre les doigts. » alors, ça ne doit pas faire de mal, de le faire ne serait-ce qu'une fois.

Un nouveau soupir s'extirpe de ses lèvres parfaites, et sa mèche de cheveux se balade après sur son front, la chatouille et la force à loucher, elle se dit, oui, qu'elle doit paraître aliénée. Alors elle déplace de deux doigts, cette boucle rebelle pour la coller aux autres enflammées. Et ses belles prunelles se posent sur le visage de l'homme qui se tient face à elle. Instinctivement, elle le reconnaît, car elle n'a peut-être pas fait les plus grandes écoles, et appris des tas de choses, mais son cerveau fonctionne à l'envers et rapidement comme un éclair. Habituellement, elle est moins habillée, et lui, il est plus … « Vous ? » il est différent de la facette qu'elle connaît.


credits img/gif: pinterest
code by lumos s.



Heart Attack ; J’ai besoin de toi maintenant et demain, espérant malgré moi faire avec toi un bout de chemin.

    Dutch B. Cooper.

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham HVsn804z_o
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Along Charles River, dans le quartier de Fenway à Boston
et j'y ai posé mes valises depuis : mon départ de Londres en Angleterre
. Tu peux m'appeler : par mon prénom, Gresham, mais surtout professeur Ewart par mes étudiants
, j'ai : 36
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire. On me qualifie généralement d'homme froid ne possédant aucun cœur.
Je viens de : Grande-Bretagne, suis natif de la capitale et la plus grande ville d'Angleterre ainsi que du Royaume-Uni.
Dans la vie, je suis : professeur de psychologie à Havard et écrivain
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Giulio Berruti(ful).

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : BROWN-EYED ANGEL
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 04/04/2020
, d'où les : 3669
messages, dont : 123
rps. Merci aux doigts de fée de : endlesslove (a), ICE AND FIRE. (s), Gabriel's Inferno (texte s), gabriel-emerson.tumblr.com (PASSIONFLIX & HALLMARK) - darkcolinodonorgasm.tumblr.com (captain duckling) pour les gifs et BROWN-EYED ANGEL
. Pour finir, je joue également : Gabriella, Emerson et Grace-Ann.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham RSk6975I_o et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham WToEkRVy_o
PROFESSOR EWART et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f453
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||27 SEP 1984|| Je vois le jour, bien malheureusement. ||24 DÉC 1986|| Naissance d'Isolde, mon ange, ma petite sœur chérie. ||1991|| Je suis violenté pour la première fois par mon géniteur. ||DE 91 À 93|| L'enfer sur Terre : je me trouve rouer de coups. ||28 SEPT 1993|| Décès d'Isolde (accident domestique), décès du géniteur (par ma mère), décès de cette dernière (suicide). ||29 SEPT 1993|| Ma rencontre avec Helen, un ange envoyé sur ma route afin que je change de vie. ||DÉBUT 94|| Emménagement avec adoption au manoir d'Helen et Edmund Egerton, j'y rencontre ma nouvelle petite sœur : Katherine. ||2001|| Exclusion totale et définitive du lycée catholique où je poursuivais ma dernière année d'études, quelques jours plus tard, j'ai essayé de mettre fin à mon existence. Edmund m'a aidé, il m'a tendu sa main et je l'ai attrapé. Seul mon père adoptif a eu vent à l'époque que j'avais intenté à mes jours, puisqu'il m'a sauvé in extrémis. ||2006|| Nous apprenons qu'Edmund est souffrant, qu'il est atteint d'un cancer incurable. Je lui fais la promesse de prendre soin d'Helen et Katherine, les deux femmes de nos vies. Quelques mois plus tard, il décède. ||2007|| Après les funérailles d'Edmund, je prends à part ma petite sœur et ma mère adoptive afin de leur faire part de ce que j'ai vécu, pour leur signifier qu'Edmund, mon défunt et seul père m'a sauvé. Je leur fais la promesse de ne jamais plus faire de tentative de suicide, puis je leur fais également la promesse de me tourner vers elles si un jour, je venais à me sentir mal à nouveau, à avoir des idées noires. ||2012|| J'obtiens mon doctorat de psychologie, afin de pouvoir enseigner celle-ci à l'université. ||2015|| Helen me parle de déménager aux États-Unis afin que je puisse réaliser mon rêve : enseigner à Harvard. Avec Katherine, elles vont me suivre et ont déjà postulé à Boston, ceci dans mon dos et je les remercie. ||2016|| Il s'agit de ma première année d'enseignement à l'université d'Harvard en tant que professeur de psychologie. J'ai été accepté dans le corps professoral et je vis enfin mon rêve absolu. ||DE 2017 À 2020|| J'y suis toujours enseignant en psychologie et je réside à Fenway, dans un logement des plus coûteux donnant sur Fenway Stadium. Je prends des nouvelles d'Helen et Katherine tous les jours par téléphone et nous nous voyons le week-end afin d'échanger sur notre semaine.

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham NKTUdCxm_o
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
On me dit GUINDÉ et c'est le cas ! Je me montre POMPEUX, PINCÉ, n'arborant que des vêtements griffés que personne ne doit toucher et par-dessus tout salir, au risque de se prendre mes foudres et mon courroux pour une bonne année. Je ne supporte pas les personnes qui ne savent pas se vêtir convenablement et cela se remarque immédiatement au travers de mes expressions, comme mes pincements de nez. On me dit « CON », je le suis certes, mais ce qui prime dans ce terme est le fait que je sois LUNATIQUE à souhait. Je change d'humeur en un battement de cils, si bien que je donne parfois le vertige ainsi que la nausée à mes étudiants et collègues. Il ne faut pas grand-chose afin que mon regard se voile pour devenir sombre, tandis que la seconde d'après je peux retrouver mon calme, comme si l'orage n'était jamais passé. Mon côté HARGNEUX correspond également au fait que l'on me dise des plus « cons ». Je semble perpétuellement de MAUVAISE HUMEUR, je suis assez IMPRÉVISIBLE et souvent AGRESSIF dans mes propos, lorsque l'on me pousse à bout. Bien évidemment, je ne frappe pas la gent féminine, mais en ce qui concerne les mâles, je ne retiens pas les coups de poings lorsque cela s'avère des plus nécessaires. L'agressivité va de paire avec la colère et il va s'en dire que je suis des plus COLÉRIQUES lorsque quelque chose ne va pas dans mon sens ou lorsque quelque chose n'est pas prévu. Je déteste cela, l'imprévisibilité. À vrai dire, j'exècre plus que toutes les situations où je n'ai pas le CONTRÔLE sur absolument tout, puisque je me sens VULNÉRABLE, et cela, je ne le supporte pas. J'ai un FORT TEMPÉRAMENT, je M'EMPORTE aisément, je hais plus que tout que l'on me tienne tête sur l'un de mes sujets de prédilections et je pense que l'on pourrait me nommer « Thor » pour la simple idée que je suis le dieu du tonnerre, celui présent dans mon regard lorsque je suis en rogne. Autrement, on me qualifie de FROID, du moins, c'est ce que disent tout ceux avec qui je ne suis pas proche. La raison ? Mon rapport avec ceux-ci se fait sans la moindre affection, ni même SANS CORDIALITÉ. Je me contente de faire cours à mes étudiants, de répondre aux questions sans montrer la moindre once de compassion si l'un d'eux se montre en difficulté. Ce qui prime est de se montrer PROFESSIONNEL. Que l'on puisse penser que je n'ai pas de cœur ne m'atteins définitivement pas. En ai-je un, par ailleurs ? Je ne répondrais pas à cette question, vous vous ferez un avis par vous-même.

Les personnes qui sont chères à mon cœur me connaissent comme étant ATTENTIF. Je porte toute mon ATTENTION à ceux que j'aime et je décèle dans leur regard s'ils vont bien ou si quelque chose cloche. Je suis AFFECTUEUX, usant de gestes de tendresse, puis je suis SERVIABLE ainsi que PRÉVENANT et ATTENTIONNÉ. J'offre des présents à profusions à ceux que j'aime, ma mère adoptive ainsi que ma jeune sœur, que j'affectionne énormément même si je leur souffle peu, puisque je préfère les actes aux mots. De manière générale, les femmes me considèrent comme un PARFAIT GENTLEMAN. Je leur tiens la porte, je me permets de tirer sur leur chaise afin qu'elles puissent s'asseoir, entre autres choses. Je ne considère pas cela comme quelque chose d'extraordinaire puisqu'à mon sens, il s'agit d'éducation et mes parents adoptifs se sont très bien occupés de cette part de celle-ci, bien mieux que d'autres aspects, à mon plus grand regret. Autrement, on me qualifie d'AMBITIEUX, dans le bon sens du terme, ce qui peut sembler incroyable au vu des lignes précédentes, bien que je le sois également dans les mauvais sens du terme, puisque je me considère comme cupide bien qu'AUDACIEUX et TÉMÉRAIRE. À noter que je suis également PRÉSOMPTUEUX. Lorsque je courtise une femme – ce qui s'avère rare – je me démontre DÉSESPÉRÉMENT ROMANTIQUE. Suis-je de l'un de ses personnages caricaturaux des romans d'amour lorsque moi-même, je suis… Intéressé par une femme ? Malheureusement, la réponse est oui. Je suis le genre d'hommes à écrire des poèmes, des sonnets sur la femme qui hante mes pensées, même si je ne lui fais pas parvenir. Le dernier point de caractère dont je vais vous révélez la teneur en est un que très peu de personnes connaissent et qui fait celui que je suis aujourd'hui, celui que l'on dépeint. Je suis TORTURÉ, BRISÉ, au plus profond de mon âme, de mon être. J'ai vécu une enfance des plus désastreuse, des plus misérables et il est clair que j'ai garde des stigmates, des cicatrices qui ne se dissiperont jamais. Je suis comme marquée à jamais au fer rouge, au niveau même de ce que l'on nomme « cœur » et une plaie béante le traverse, ce dit palpitant, qui peine à battre sans me faire atrocement mal à chacun de ses dits battements.


et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Giq3vd4h_o
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||EDMUND EGERTON|| (père adoptif décédé - pnj) ★★★★ - ||HELEN EGERTON|| (mère adoptif - pnj) ★★★★ - ||KATHERINE EGERTON|| (sœur adoptive. - scénario) ★★★★ - ||BROWNIE|| (chiot femelle husky) ★★★★


||JAMES WINSLOW|| (meilleur-ami/comme un frère) ★★★★ - ||A. SNOW BURNS|| (meilleur-ami/bromance) ★★★★ - ||TAYLOR VEENA FOSTER|| (meilleure-amie/ex amour) ★★★★ - ||REBECCA WALSH|| (amie proche/collègue) ★★★★ - ||ANDREW T. SPECTOR|| (ami proche/ami de Londres) ★★★☆ - ||SLOANE JENKINS|| (amie proche/amie de Londres) ★★★☆ - ||ELLA MARRIOTT-W.|| (semblable à une sœur) ★★★☆ - ||LEANDRA T. CARREIRAO|| (amie proche/rapprochement) ★★★★ - ||IZZY BULGER|| (client/amie) ★★☆☆ - ||PRIMROSE BARLOW|| (auteure que je suis) ★★☆☆ - ||JOSÉPHINE PORTER|| (je ne sais pas quoi en penser) ★★☆☆ - ||TALLULAH WALTON|| (ma rédemption/protégée) ★★★☆ - ||BILLIE O'MALLEY|| (adorable curiosité) ★★★☆ - ||ALYSSIA VOLTURI|| (protégée/relation secrète car étudiante) ★★★☆ - ||HAIWEE WIND RIVER|| (complexe/étudiante) ★★★☆ - ||MICKEY AINSWORTH|| (ancien barman préféré) ★☆☆☆ - ||WILBY TREMBLAY|| (sdf/il me hait) ☆☆☆☆.

||WARNING CONCERNANT GRESHAM|| Violence + abus + accès de colère + suicide + mort.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||TRIGGER // REFUSE DE JOUER|| Pédophilie + zoophilie + cruauté animale + inceste + viol.

LIEN DU POST
Mer 7 Oct - 3:34
JOSÉPHINE & GRESHAM / & mes rêves s'accrochent à tes phalanges.
A BAD DREAM - KEANE
Why do I have to fly, Over every town up and down the line?
I'll die in the clouds above And you that I defend, I do not love
I wake up, it's a bad dream No one on my side
I was fighting But I just feel too tired to be fighting
Guess I'm not the fighting kind Where will I meet my fate?
Baby I'm a man, I was born to hate And when will I meet my end?
In a better time you could be my friend
I wake up, it's a bad dream No one on my side
I was fighting But I just feel too tired to be fighting
Guess I'm not the fighting kind
Wouldn't mind it If you were by my side But you're long gone
Yeah you're long gone now.

(( @Joséphine Porter ))

Je me retrouve au pied du mur et je n’ai plus d’autre choix que celui de me rendre au cabinet de mon thérapeute afin de suivre une psychanalyse. Passant mes mains dans mes cheveux bruns, fermant les yeux et poussant un soupir d’exaspération, je reste encrer sur le siège de mon véhicule, garer devant ce dernier. « Je n’ai pas le choix. » Je me répète à de multiples reprises, puisque Helen ne me le donne plus, ce dit choix. Il faut dire que je me suis trouvé dans une mauvaise posture et bien que cela ne soit pas arrivé depuis longtemps, ma chère mère adoptive à tirer la sonnette d’alarme. « Putain ! Comment ai-je pu être aussi con ? ! » Je m’interroge, frappant mon volant avec force si bien que mon Klaxon retentit et que j’en suis moi-même surpris. « Merde. » Je jure entre mes dents quand des images défilent sur ma rétine.

Je revois des verres de whisky s’emplirent à de multiples reprises. Une serveuse avec des ongles longs, recouverts d’un vernis rouge sang. Je perçois des rires, mais également le mien, puis la voix d’une personne que je connais et qui me demande de partir. Tout tourne autour de moi, je peine à marcher droit et ma vision se trouble. Je termine dans un véhicule à l’habitacle obscur, on me dépose devant mon immeuble et le portier m’aide à m’en extraire. Puis, une fois dans le vestibule, je chancelle jusqu’à la cabine d’ascenseur. Je ne comprends pas un traître mot que je parviens à prononcer et une fois au dernier étage qui est le mien, une fois à hauteur de ma porte d’entrée, je perds connaissance.

« Pourquoi a-t-il fallu qu’Helen en soit informé ? » Je m’interroge encore à ce propos, pour me demander qui a vendu la mèche dans l’immeuble, car lorsque j’ai rouvert les yeux, je me retrouvais allonger sur mon lit et Helen se tenait au-dessus de moi, l’air grave. J’avais une gueule de bois insupportable et Brownie laissait échapper des gémissements à la fois emprunt de peine, d'inquiétude et de douleurs. « Mais putain ! Qu’est-ce que j’ai foutu ? Pourquoi ai-je rechuté à ce point dans mes travers ? » Je me questionne, cherchant une raison à ce qui s’est passé, en vain. Suis-je en train de me voiler la face en m’imaginant aller bien ? Ai-je été assez sot en pensant qu’en adoptant ma Brownie, j’allais forcément aller mieux ? Sans nul doute puisqu’à l’évidence, lorsque l’on chasse le naturel, il revient toujours au galop, comme le dit l’adage. « Allô ? » Je prononce, une fois ayant pris l’appel sur mon smartphone qui vibrait dans ma poche. « Non… Je… » Je me pince les lèvres et ferme les yeux. « Je n’aurais pas de retard, je vais… » Je déglutis ce dernier mot : « Arriver. » Puis, raccrochant, je m’extirpe de ma Jaguar et la verrouille pour gonfler mes joues et pousser un long soupir. « Tu peux y arriver. » Je me murmure avant de sonner à la porte du cabinet et ainsi décliner mon identité.

Une fois à l’entrée, je deviens blême. Enfonçant mes mains dans mes poches, je m’avance jusqu’au secrétariat et je balbutie un « bonjour » alors qu’on m’indique de rejoindre la salle d’attente. « Bien sûr. » Je murmure, baissant la tête, soupirant une énième fois pour ouvrir la porte et la refermer en fixant la pointe de mes souliers Louboutin. « Bonjour. » Je laisse échapper tout bas avant de m’installer sur un siège et finalement déposer mon regard bleuté sur mes mains que je croise. Mes longs doigts fins s’entremêlent et je songe à ma présence dans cet endroit que j’exècre. Comment peut-on avoir poursuivi des études de psychologie et être incapable de se rendre dans le cabinet de l’un de ses confrères ? Sans doute, car j’en ai été dégoûté dès mon plus jeune âge, étant donné que j’ai commencé à en voir alors que j'avais dix ans. *Le fait est que je suis resté muet durant une grosse année.* Je songe, car effectivement, je n’ai pas prononcé le moindre son durant plus d’un an, inquiétant ainsi énormément ma « famille » d’accueil : les Egerton. « Seigneur. » Je laisse s’extirper d’entre mes lèvres, quand je perçois le timbre d’une voix qui me semble familière. Redressant mon visage, mes lèvres pincées, je vais à la rencontre de prunelles magnifiques, intenses ainsi que claires. « Je… » Je ne sais quoi prononcer et cela arrive très peu souvent pour ne pas dire jamais ! « Bonjour. » Je parviens à articuler, mes prunelles lapis-lazuli se plantant dans les siennes. « Hum… » Je regarde tout autour de nous en ayant extrait péniblement mon regard du sien et me rends compte que nous ne sommes que tous les deux dans la salle d’attente. « Vous… » Les mots me font défaut. « Vous… » Je secoue imperceptiblement ma tête de gauche à droite et soupire. « Pardonnez-moi, hum… Je ne sais quoi dire, je me sens… Gêner, pour être tout à fait franc. » Je termine de souffler, recouvrant ses yeux dont j’ai bien du mal à me défaire chaque fois que nous nous voyons, elle et moi.


(c) mars.


If I have a soul, it's yours. You're not my equal ; you're my better. You're my sticky little leaf.
every breath you take.
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge
et j'y ai posé mes valises depuis : 14 ans
. Tu peux m'appeler : Joey, en priorité, Jo, à la rigueur
, j'ai : 29
ans, et si t'es curieux, je suis : en essaie de stabilité, avec un certain mister D.
Je viens de : New York, en dernier, mais de France en réalité,
Dans la vie, je suis : serveuse dans deux bordels, j'alterne pour ne pas me lasser
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Alexina Graham.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Leeloo
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 22/09/2020
, d'où les : 894
messages, dont : 165
rps. Merci aux doigts de fée de : March Hare.
. Pour finir, je joue également : T., S., H.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1574 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Gchc

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
| To the middle of my frustrated fears. |

INFOS l elle est née en france - sa mère est française, son père américain ● elle est obsédée par la perfection ● elle souffre d'anorexie/boulimie, de dépendance à la drogue et l'alcool, elle essaie de se sevrer depuis des années ● elle a été hospitalisée plusieurs fois ● elle était danseuse étoile ● elle a quitté la france à 14 ans, sa mère lui créant trop de tourments ● elle a vécu un an a New-york, avec son père avant qu'il ne se débarrasse d'elle ● elle a été en pensionnat à Boston ● elle porte en permanence des bracelets, cachant des cicatrices sur ses poignets. ● elle n'a jamais eu de relation sérieuse ● elle n'a pas le permis ● elle travaille de nuit au Nirvana comme barmaid, depuis récemment au Sidh à mi-temps ● elle développe pour Dutch, de vrais sentiments

CARACTÈRE l elle est lunatique ● orgueilleuse ● manipulatrice ● fumeuse ● borderline ● possessive ● jalouse ● prétentieuse ● haineuse ● bombe à retardement ● peut se montrer douce avec le temps ● égoïste ● obsessionnelle ● impudique ● charnelle ● hystérique ● tendances suicidaires ● comportement destructeur ● a essayé d'en finir plusieurs fois

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
| This must be a bad trip |



LIENS l

DUTCH | amant pour lequel elle vendrait son âme. Le seul qui anime sa flamme.
VAUGHN | meilleur ami, à la mort, à la vie.
MARLON | artiste préféré, one shot devenu amitié.
ULRIK | amitié possessive, malsaine, jalousie.
COREY | ami d'un autre temps, crush d'enfant.
ELE | amie avec laquelle elle a passé une nuit, regret.
LYRA | patronne du Sidh, protégée de Dutch.
GRESHAM | client qu'elle a croisé lors d'une thérapie, qu'elle n'a pas suivie
EMERSON | connaissance New-yorkaise retrouvée à Boston, il connait son passé et ses souffrances/
VESTA | ancienne collègue du Nirvana, véritable amie.
JEREMIAH | client insolent
ALBUS | croisé en soirée, étrange complicité.
NAELLE |

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1


et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham F76e1694670855.5e849fbf1bf21

WARNING // concernant Joey trouble du comportement alimentaire, troubles mentaux, pensées suicidaires, comportement destructeur, drogue, sexe, alcool. TRIGGER // refuse de jouer ; viol, pour les rapprochements physiques, me consulter.

EN COURS /
Gresham 1#; Albus 1#; Dutch 2#; Vesta 1#; Dutch 3#; Adam 1#; Dutch 4#; Emerson 1#; Dutch 5#; Dutch 6#; Ele #1; Vaughn 1#; Corey 1#; Lyra 1#; Dutch 7#

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Tumblr_p0skwffkmm1waknn1o1_250
« Ton image, ton parfum lié à celui du sexe, la douceur de ta peau sous mes caresses. Tout de toi. Tout sauf ce que tu portais... »
D.B.C.

LIEN DU POST
Jeu 8 Oct - 15:45
★ ─ et mes rêves s'accrochent à tes phalanges.
w/ @Gresham O. Ewart

Elle ne prend pas souvent le temps de parler avec eux, lorsque ça lui arrive de croiser ses clients. Mais à l'évidence, aujourd'hui, elle fait le contraire de ce qu'elle fait habituellement, puisqu'elle se trouve bel et bien dans cette salle d'attente pour effectuer une thérapie et qu'elle a décidé de parler avec lui. Alors elle lui laisse le loisir de la détailler, de remettre en place le court de ses pensées. Qu'il en vienne à se souvenir de ce lieu de débauche dans lequel ils se sont déjà croisés. « Je… » Elle comprend directement qu'il ne s'attendait pas à une rencontre de ce genre, elle n'est pas dupe, elle entend l'embarra dans sa voix, c'est dans toutes ses terminaisons nerveuses qu'elle le perçoit. « Bonjour. » Il est vrai que c'est de cette façon que débutent normalement les conversations. Et non avec un pronom personnel de la deuxième personne du pluriel. « Hum… » Elle en arque ses sourcils, sans trop comprendre pourquoi il semble avoir donné sa langue à un chat affamé.

Elle l'observe, tandis que lui contemple les pourtours de la salle, constatant, comme Joséphine l'a déjà fait avant, qu'ils ne sont que tous les deux, et qu'il n'y a personne d'autre, juste eux. Mais ce n'est pas une des choses qui l'embête, bien au contraire, elle trouve même que cette journée devient finalement intéressante, à sa manière. « Vous… » Oui, elle. Elle n'a rien d'irréel. Elle aime bien le fait qu'il ait perdu ses mots. « Vous… » Il secoue le visage, elle incline le sien. Il soupire et pour sa part elle se fond en un énième sourire. Elle a envie de lui souffler qu'il ne faut pas qu'il s'inquiète, que dans la vie, il y a pire. « Pardonnez-moi, hum… Je ne sais quoi dire, je me sens… Gêner, pour être tout à fait franc. » Ses prunelles bleutées viennent retrouver celles de la belle, et elle les lève d'ailleurs au ciel, pour signifier qu'il n'y a pas de quoi l'être. Car cet homme n'est pas le premier, il n'est pas l'unique dans cette situation. Il y en a beaucoup des hommes qui vont jusqu'au Nirvana afin de perdre la raison.

A nouveau, de ses doigts, elle va entortiller l'une de ses mèches, tournicote, pince ses lèvres, comme une sotte. Innocente qu'elle n'est pas, et garde le regard de son interlocuteur dans le sien, d'ailleurs, elle a toujours ses airs taquins. « Gêné ? » elle interroge, parce qu'elle navigue dans un monde de dépravés, que rien ne peut, en profondeur, la choquer. Parce que ça lui ait arrivé maintes fois de se retrouver dans des ruelles, esseulées, afin de vomir son monde tout entier. Qu'elle connaît cette sensation de vouloir disparaître qui ronge, qui amène à la perdition. Alors il ne faut pas être honteux d'aimer la luxure et les femmes qui se prêtent au jeu. Le libertinage et les esprits volages. « Vous n'êtes pas obligé de parler. » qu'elle lui précise, un brin maligne. Elle décide même de ne plus le regarder, de faire comme si elle était perdue dans son esprit embué. « Je peux faire comme si je ne vous avais jamais vu. » elle souffle sur le côté, toujours en faisant semblant de l'ignorer, mais bien sur que ses paroles y sont adressées, étant donné qu'il n'y a aucune autre possibilité.

Mais alors qu'elle vient de lui dire cela, elle réalise qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Car elle sait pourquoi elle se trouve ici, pour parler de son étrange vie, est-ce donc la même chose pour lui ? Est-ce qu'il se demande aussi ce que ça pourrait faire de ne plus être là ? Est-ce qu'il se dit que ce serait bien de se sentir léger, pour une fois ? Est-ce que lui aussi, il n'a absolument pas envie de parler de la souffrance, celle qui n'a de cesse de poindre dans les entrailles de Joey ? Cette sensation qu'elle balaie le plus souvent pas un moment d'extase. Un éphémère naufrage. « Vous venez pour la thérapie ? » Parce qu'elle, oui. Elle a été vilaine alors, elle est punie.


credits img/gif: pinterest
code by lumos s.



Heart Attack ; J’ai besoin de toi maintenant et demain, espérant malgré moi faire avec toi un bout de chemin.

    Dutch B. Cooper.

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham HVsn804z_o
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Along Charles River, dans le quartier de Fenway à Boston
et j'y ai posé mes valises depuis : mon départ de Londres en Angleterre
. Tu peux m'appeler : par mon prénom, Gresham, mais surtout professeur Ewart par mes étudiants
, j'ai : 36
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire. On me qualifie généralement d'homme froid ne possédant aucun cœur.
Je viens de : Grande-Bretagne, suis natif de la capitale et la plus grande ville d'Angleterre ainsi que du Royaume-Uni.
Dans la vie, je suis : professeur de psychologie à Havard et écrivain
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Giulio Berruti(ful).

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : BROWN-EYED ANGEL
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 04/04/2020
, d'où les : 3669
messages, dont : 123
rps. Merci aux doigts de fée de : endlesslove (a), ICE AND FIRE. (s), Gabriel's Inferno (texte s), gabriel-emerson.tumblr.com (PASSIONFLIX & HALLMARK) - darkcolinodonorgasm.tumblr.com (captain duckling) pour les gifs et BROWN-EYED ANGEL
. Pour finir, je joue également : Gabriella, Emerson et Grace-Ann.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham RSk6975I_o et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham WToEkRVy_o
PROFESSOR EWART et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f453
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||27 SEP 1984|| Je vois le jour, bien malheureusement. ||24 DÉC 1986|| Naissance d'Isolde, mon ange, ma petite sœur chérie. ||1991|| Je suis violenté pour la première fois par mon géniteur. ||DE 91 À 93|| L'enfer sur Terre : je me trouve rouer de coups. ||28 SEPT 1993|| Décès d'Isolde (accident domestique), décès du géniteur (par ma mère), décès de cette dernière (suicide). ||29 SEPT 1993|| Ma rencontre avec Helen, un ange envoyé sur ma route afin que je change de vie. ||DÉBUT 94|| Emménagement avec adoption au manoir d'Helen et Edmund Egerton, j'y rencontre ma nouvelle petite sœur : Katherine. ||2001|| Exclusion totale et définitive du lycée catholique où je poursuivais ma dernière année d'études, quelques jours plus tard, j'ai essayé de mettre fin à mon existence. Edmund m'a aidé, il m'a tendu sa main et je l'ai attrapé. Seul mon père adoptif a eu vent à l'époque que j'avais intenté à mes jours, puisqu'il m'a sauvé in extrémis. ||2006|| Nous apprenons qu'Edmund est souffrant, qu'il est atteint d'un cancer incurable. Je lui fais la promesse de prendre soin d'Helen et Katherine, les deux femmes de nos vies. Quelques mois plus tard, il décède. ||2007|| Après les funérailles d'Edmund, je prends à part ma petite sœur et ma mère adoptive afin de leur faire part de ce que j'ai vécu, pour leur signifier qu'Edmund, mon défunt et seul père m'a sauvé. Je leur fais la promesse de ne jamais plus faire de tentative de suicide, puis je leur fais également la promesse de me tourner vers elles si un jour, je venais à me sentir mal à nouveau, à avoir des idées noires. ||2012|| J'obtiens mon doctorat de psychologie, afin de pouvoir enseigner celle-ci à l'université. ||2015|| Helen me parle de déménager aux États-Unis afin que je puisse réaliser mon rêve : enseigner à Harvard. Avec Katherine, elles vont me suivre et ont déjà postulé à Boston, ceci dans mon dos et je les remercie. ||2016|| Il s'agit de ma première année d'enseignement à l'université d'Harvard en tant que professeur de psychologie. J'ai été accepté dans le corps professoral et je vis enfin mon rêve absolu. ||DE 2017 À 2020|| J'y suis toujours enseignant en psychologie et je réside à Fenway, dans un logement des plus coûteux donnant sur Fenway Stadium. Je prends des nouvelles d'Helen et Katherine tous les jours par téléphone et nous nous voyons le week-end afin d'échanger sur notre semaine.

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham NKTUdCxm_o
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
On me dit GUINDÉ et c'est le cas ! Je me montre POMPEUX, PINCÉ, n'arborant que des vêtements griffés que personne ne doit toucher et par-dessus tout salir, au risque de se prendre mes foudres et mon courroux pour une bonne année. Je ne supporte pas les personnes qui ne savent pas se vêtir convenablement et cela se remarque immédiatement au travers de mes expressions, comme mes pincements de nez. On me dit « CON », je le suis certes, mais ce qui prime dans ce terme est le fait que je sois LUNATIQUE à souhait. Je change d'humeur en un battement de cils, si bien que je donne parfois le vertige ainsi que la nausée à mes étudiants et collègues. Il ne faut pas grand-chose afin que mon regard se voile pour devenir sombre, tandis que la seconde d'après je peux retrouver mon calme, comme si l'orage n'était jamais passé. Mon côté HARGNEUX correspond également au fait que l'on me dise des plus « cons ». Je semble perpétuellement de MAUVAISE HUMEUR, je suis assez IMPRÉVISIBLE et souvent AGRESSIF dans mes propos, lorsque l'on me pousse à bout. Bien évidemment, je ne frappe pas la gent féminine, mais en ce qui concerne les mâles, je ne retiens pas les coups de poings lorsque cela s'avère des plus nécessaires. L'agressivité va de paire avec la colère et il va s'en dire que je suis des plus COLÉRIQUES lorsque quelque chose ne va pas dans mon sens ou lorsque quelque chose n'est pas prévu. Je déteste cela, l'imprévisibilité. À vrai dire, j'exècre plus que toutes les situations où je n'ai pas le CONTRÔLE sur absolument tout, puisque je me sens VULNÉRABLE, et cela, je ne le supporte pas. J'ai un FORT TEMPÉRAMENT, je M'EMPORTE aisément, je hais plus que tout que l'on me tienne tête sur l'un de mes sujets de prédilections et je pense que l'on pourrait me nommer « Thor » pour la simple idée que je suis le dieu du tonnerre, celui présent dans mon regard lorsque je suis en rogne. Autrement, on me qualifie de FROID, du moins, c'est ce que disent tout ceux avec qui je ne suis pas proche. La raison ? Mon rapport avec ceux-ci se fait sans la moindre affection, ni même SANS CORDIALITÉ. Je me contente de faire cours à mes étudiants, de répondre aux questions sans montrer la moindre once de compassion si l'un d'eux se montre en difficulté. Ce qui prime est de se montrer PROFESSIONNEL. Que l'on puisse penser que je n'ai pas de cœur ne m'atteins définitivement pas. En ai-je un, par ailleurs ? Je ne répondrais pas à cette question, vous vous ferez un avis par vous-même.

Les personnes qui sont chères à mon cœur me connaissent comme étant ATTENTIF. Je porte toute mon ATTENTION à ceux que j'aime et je décèle dans leur regard s'ils vont bien ou si quelque chose cloche. Je suis AFFECTUEUX, usant de gestes de tendresse, puis je suis SERVIABLE ainsi que PRÉVENANT et ATTENTIONNÉ. J'offre des présents à profusions à ceux que j'aime, ma mère adoptive ainsi que ma jeune sœur, que j'affectionne énormément même si je leur souffle peu, puisque je préfère les actes aux mots. De manière générale, les femmes me considèrent comme un PARFAIT GENTLEMAN. Je leur tiens la porte, je me permets de tirer sur leur chaise afin qu'elles puissent s'asseoir, entre autres choses. Je ne considère pas cela comme quelque chose d'extraordinaire puisqu'à mon sens, il s'agit d'éducation et mes parents adoptifs se sont très bien occupés de cette part de celle-ci, bien mieux que d'autres aspects, à mon plus grand regret. Autrement, on me qualifie d'AMBITIEUX, dans le bon sens du terme, ce qui peut sembler incroyable au vu des lignes précédentes, bien que je le sois également dans les mauvais sens du terme, puisque je me considère comme cupide bien qu'AUDACIEUX et TÉMÉRAIRE. À noter que je suis également PRÉSOMPTUEUX. Lorsque je courtise une femme – ce qui s'avère rare – je me démontre DÉSESPÉRÉMENT ROMANTIQUE. Suis-je de l'un de ses personnages caricaturaux des romans d'amour lorsque moi-même, je suis… Intéressé par une femme ? Malheureusement, la réponse est oui. Je suis le genre d'hommes à écrire des poèmes, des sonnets sur la femme qui hante mes pensées, même si je ne lui fais pas parvenir. Le dernier point de caractère dont je vais vous révélez la teneur en est un que très peu de personnes connaissent et qui fait celui que je suis aujourd'hui, celui que l'on dépeint. Je suis TORTURÉ, BRISÉ, au plus profond de mon âme, de mon être. J'ai vécu une enfance des plus désastreuse, des plus misérables et il est clair que j'ai garde des stigmates, des cicatrices qui ne se dissiperont jamais. Je suis comme marquée à jamais au fer rouge, au niveau même de ce que l'on nomme « cœur » et une plaie béante le traverse, ce dit palpitant, qui peine à battre sans me faire atrocement mal à chacun de ses dits battements.


et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Giq3vd4h_o
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||EDMUND EGERTON|| (père adoptif décédé - pnj) ★★★★ - ||HELEN EGERTON|| (mère adoptif - pnj) ★★★★ - ||KATHERINE EGERTON|| (sœur adoptive. - scénario) ★★★★ - ||BROWNIE|| (chiot femelle husky) ★★★★


||JAMES WINSLOW|| (meilleur-ami/comme un frère) ★★★★ - ||A. SNOW BURNS|| (meilleur-ami/bromance) ★★★★ - ||TAYLOR VEENA FOSTER|| (meilleure-amie/ex amour) ★★★★ - ||REBECCA WALSH|| (amie proche/collègue) ★★★★ - ||ANDREW T. SPECTOR|| (ami proche/ami de Londres) ★★★☆ - ||SLOANE JENKINS|| (amie proche/amie de Londres) ★★★☆ - ||ELLA MARRIOTT-W.|| (semblable à une sœur) ★★★☆ - ||LEANDRA T. CARREIRAO|| (amie proche/rapprochement) ★★★★ - ||IZZY BULGER|| (client/amie) ★★☆☆ - ||PRIMROSE BARLOW|| (auteure que je suis) ★★☆☆ - ||JOSÉPHINE PORTER|| (je ne sais pas quoi en penser) ★★☆☆ - ||TALLULAH WALTON|| (ma rédemption/protégée) ★★★☆ - ||BILLIE O'MALLEY|| (adorable curiosité) ★★★☆ - ||ALYSSIA VOLTURI|| (protégée/relation secrète car étudiante) ★★★☆ - ||HAIWEE WIND RIVER|| (complexe/étudiante) ★★★☆ - ||MICKEY AINSWORTH|| (ancien barman préféré) ★☆☆☆ - ||WILBY TREMBLAY|| (sdf/il me hait) ☆☆☆☆.

||WARNING CONCERNANT GRESHAM|| Violence + abus + accès de colère + suicide + mort.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||TRIGGER // REFUSE DE JOUER|| Pédophilie + zoophilie + cruauté animale + inceste + viol.

LIEN DU POST
Ven 30 Oct - 3:31
ET MES RÊVES S'ACCROCHENT À TES PHALANGES.Joséphine et Gresham


Il y a des situations dans lesquelles je me trouve impuissant et c’est exactement dans l’une d’elle que je me suis embourbé en ce moment même, puisque je n’ai eu d’autre choix que de me rendre à ce fichu cabinet afin de voir un professionnel : l’un de mes confrères. Si j’agis ainsi, sans broncher - bien que je bouillonne intérieurement - c’est parce que je me retrouve au pied du mur et je n’ai d’autre choix que de me plier à la demande d’Helen car elle m’a offert une chance que personne d’autre n’aurait pu me faire. Elle m’a tendu sa main, tout comme Edmund ainsi que Katherine. Et bien qu’il soit parti, mon père adoptif, il reste perpétuellement présent dans mon cœur. C’est donc ce dernier, lourd et le pas hésitant, que je me rends dans le bâtiment, pour oser appuyer sur l’interphone et pénétrer le lieu dit. Me trouvant nerveux, ainsi qu’à bout de nerfs, je m’exécute lorsque la secrétaire me demande de rejoindre la salle d’attente et une fois que je m’y rends, que je la pénètre, je ne fais attention aux personnes alentours. Il faut dire que mon esprit se trouve préoccuper, ainsi qu’embrumer et ce n’est que lorsqu’elle prend la parole que je m’aperçois qu’elle est là, que je ne suis seul, comme je l’imaginais. À son « vous ? », je ne sais quoi dire, quel mot prononcer. Je me sens sot ainsi que démuni et surtout hébéter. Le souci n’est pas de me trouver là, devant une employée du Nirvana : il est tout autre. Le véritable souci se révèle que je sois vu dans un tel endroit, alors que je termine toujours par annuler mes rendez-vous. Je ne cesse de me défiler quand il s’agit de suivre une thérapie, car je sais que si je commence à parler, à tout révéler, jamais je ne pourrais m’en relever. Je serais fichu, vaincu.

« Hum… » Je baisse mon regard après un long contact visuel alors qu’elle a repris le terme que j’ai employé et un rictus déforme mon visage, mes lèvres, alors que de coutume, je n’arbore aucune expression. « Gêner, oui. » Je souffle, répondant ainsi à son interrogation, en fixant mes mains jointes, à présent. « Je… » Une fois encore, je ne trouve quoi dire. Ai-je réellement l’opportunité de ne rien prononcer ? De rester ici, sans lui accorder le moindre regard ainsi que la moindre parole ? Cela s’avère complexe, du moins, dans mon esprit. Je me sentirais plus mal à l’aise encore puis, je n’oserais remettre les pieds au Nirvana, ce qui me semble inconcevable, véritablement. Alors, m’apprêtant à prendre la parole, je suis surpris par sa façon d’agir, d’être, car elle regarde ailleurs, joignant à ses paroles un acte : celui de ne plus me regarder, de m’ignorer, comme si je n’étais pas présent dans cette salle d’attente, avec elle. « Mademoiselle… » Je me pince les lèvres et fronce les sourcils, afin de réfléchir et dénicher son prénom dans mes souvenirs. « Quel est votre prénom, déjà ? » Je m’arrête une nouvelle fois et cherche les termes les plus justes, pour lui préciser au mieux ma pensée. Le fait est que je suis pris au dépourvu et à son interrogation, je deviens soudainement livide. Passant mes mains sur ma nuque, pour ensuite tirer avec une légère pression sur ma chevelure de jais, je termine par prendre une grande inspiration et m’arme de courage. « Je… Ce qui me gêne n’est pas que vous vous trouviez devant moi. » Je me racle la gorge et fixe à présent le bout de mes souliers Louboutin. « À vrai dire, pour être tout à fait honnête avec vous… » Mon palpitant s’emballe et je clos un instant mes prunelles lapis-lazuli, afin de prononcer, d’un coup d’un seul, sans prendre le temps de m’arrêter : « Cette situation me gêne car je me trouve ici et que vous m’apercevez dans cette… Salle d’attente. » Je secoue imperceptiblement ma tête. « Je pourrais vous croiser dehors, cela ne me dérangerait guère, je veux dire… » J’ose esquisser un sourire et lui jeter un coup d’œil : « Vous êtes une ravissante jeune femme et puis, je me moque de ce que vous faites, de votre travail. Ce n’est cela qui compte à mes yeux. » La véracité de mes propos est réelle et j’en hausse les épaules, pour continuer : « Ce qui me trouble est d’être aperçu dans ce genre de cabinet, car oui, je viens pour suivre une... thérapie. » Ce dernier mot, je peine à le prononcer. Je le crache presque, pour finir, comme si j’étais finalement parvenu à le laisser s’extirper d’entre mes lèvres après bien des difficultés. « Je suis diplômé en psychologie et je dois consulter, voir l’un de mes confrères et j’admets que cela… M’embarrasse. » Puis, finalement, alors que je cesse de parler, je me rends compte que la situation pourrait être plus difficile pour moi, puisque ce pourrait être l’un de mes étudiants qui se trouve là, face à moi. « Pour être tout à fait honnête, je songe à prendre mes jambes à mon cou. » Cette fois, je la fixe, la couve de mon regard bleuté, azur, pour lui offrir un mince sourire. « Le fait est que pour des raisons personnelles, je n’en ai pas la force. » Ce qui est juste, puisque je songe d’ores et déjà à Helen, ainsi qu’à sa réaction. « Il me faudrait une personne qui m’entraîne dans sa folie afin que je quitte ce lieu, sans me retourner. Une personne qui me donne du courage, celui que je n’ai actuellement. » Sur mes mots, je me stoppe et c’est à présent une expression emprunte de tristesse ainsi que de tourment, que je lui offre.

(c) plùm


If I have a soul, it's yours. You're not my equal ; you're my better. You're my sticky little leaf.
every breath you take.
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge
et j'y ai posé mes valises depuis : 14 ans
. Tu peux m'appeler : Joey, en priorité, Jo, à la rigueur
, j'ai : 29
ans, et si t'es curieux, je suis : en essaie de stabilité, avec un certain mister D.
Je viens de : New York, en dernier, mais de France en réalité,
Dans la vie, je suis : serveuse dans deux bordels, j'alterne pour ne pas me lasser
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Alexina Graham.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Leeloo
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 22/09/2020
, d'où les : 894
messages, dont : 165
rps. Merci aux doigts de fée de : March Hare.
. Pour finir, je joue également : T., S., H.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1574 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Gchc

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
| To the middle of my frustrated fears. |

INFOS l elle est née en france - sa mère est française, son père américain ● elle est obsédée par la perfection ● elle souffre d'anorexie/boulimie, de dépendance à la drogue et l'alcool, elle essaie de se sevrer depuis des années ● elle a été hospitalisée plusieurs fois ● elle était danseuse étoile ● elle a quitté la france à 14 ans, sa mère lui créant trop de tourments ● elle a vécu un an a New-york, avec son père avant qu'il ne se débarrasse d'elle ● elle a été en pensionnat à Boston ● elle porte en permanence des bracelets, cachant des cicatrices sur ses poignets. ● elle n'a jamais eu de relation sérieuse ● elle n'a pas le permis ● elle travaille de nuit au Nirvana comme barmaid, depuis récemment au Sidh à mi-temps ● elle développe pour Dutch, de vrais sentiments

CARACTÈRE l elle est lunatique ● orgueilleuse ● manipulatrice ● fumeuse ● borderline ● possessive ● jalouse ● prétentieuse ● haineuse ● bombe à retardement ● peut se montrer douce avec le temps ● égoïste ● obsessionnelle ● impudique ● charnelle ● hystérique ● tendances suicidaires ● comportement destructeur ● a essayé d'en finir plusieurs fois

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
| This must be a bad trip |



LIENS l

DUTCH | amant pour lequel elle vendrait son âme. Le seul qui anime sa flamme.
VAUGHN | meilleur ami, à la mort, à la vie.
MARLON | artiste préféré, one shot devenu amitié.
ULRIK | amitié possessive, malsaine, jalousie.
COREY | ami d'un autre temps, crush d'enfant.
ELE | amie avec laquelle elle a passé une nuit, regret.
LYRA | patronne du Sidh, protégée de Dutch.
GRESHAM | client qu'elle a croisé lors d'une thérapie, qu'elle n'a pas suivie
EMERSON | connaissance New-yorkaise retrouvée à Boston, il connait son passé et ses souffrances/
VESTA | ancienne collègue du Nirvana, véritable amie.
JEREMIAH | client insolent
ALBUS | croisé en soirée, étrange complicité.
NAELLE |

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1


et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham F76e1694670855.5e849fbf1bf21

WARNING // concernant Joey trouble du comportement alimentaire, troubles mentaux, pensées suicidaires, comportement destructeur, drogue, sexe, alcool. TRIGGER // refuse de jouer ; viol, pour les rapprochements physiques, me consulter.

EN COURS /
Gresham 1#; Albus 1#; Dutch 2#; Vesta 1#; Dutch 3#; Adam 1#; Dutch 4#; Emerson 1#; Dutch 5#; Dutch 6#; Ele #1; Vaughn 1#; Corey 1#; Lyra 1#; Dutch 7#

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Tumblr_p0skwffkmm1waknn1o1_250
« Ton image, ton parfum lié à celui du sexe, la douceur de ta peau sous mes caresses. Tout de toi. Tout sauf ce que tu portais... »
D.B.C.

LIEN DU POST
Mer 4 Nov - 16:08
★ ─ et mes rêves s'accrochent à tes phalanges.
w/ @Gresham O. Ewart

« Hum… » Encore une fois, il est hésitant, et Joséphine, elle ne mentira pas, ça la surprend. Elle pensait, qu'il était sûr de lui, qu'il savait comment fendre la vie. Mais non, Gresham si grand, lui semble aujourd'hui, tout petit. « Gêner, oui. » Ce n'est pas si grave, à la vérité, de la croiser ici. Elle s'en moque, la Joey, elle ne lui en tiendra pas rigueur de connaître que parfois il vient au Nirvana dans l'espoir de « vider » son intérieur. « Je… » Elle a même envie de poser son index sur sa bouche pour lui intimer de se taire, qu'elle sait très bien feindre de ne pas connaître, d'ignorer. Parfaite petite idiote si c'est ce qu'on attend de la jolie poupée. Elle lui précise, d'ailleurs, en quelques mots, qu'elle ne dira pas, où elle a déjà croisé ce regard-là. « Mademoiselle… » Intérêt retrouvé, regard aussi, elle attend qu'il lui dise d'oublier ses allées et venues dans son Nirvana, étrange paradis. « Quel est votre prénom, déjà ? » Elle reste muette, ne comprend pas l'intérêt de la question, redresse sa silhouette. « Je… Ce qui me gêne n’est pas que vous vous trouviez devant moi. » Et dans le regard de Joséphine, il doit pouvoir y lire un « alors c'est quoi ? » car pour le coup, elle ne comprend plus ou tout simplement pas. « À vrai dire, pour être tout à fait honnête avec vous… » Il n'est pas obligé de l'être, après tout, ils ne se connaissent pas, il n'a aucune raison de faire preuve d'honnêteté, au contraire même, les hommes, avec elle, ils ne le sont jamais.

« Cette situation me gêne car je me trouve ici et que vous m’apercevez dans cette… Salle d’attente. » Non, elle ne voit toujours pas ce qui dérange dans cette rencontre-là. « Je pourrais vous croiser dehors, cela ne me dérangerait guère, je veux dire… » Il sourit et tente d'observer de Joey, son esprit. « Vous êtes une ravissante jeune femme et puis, je me moque de ce que vous faites, de votre travail. Ce n’est cela qui compte à mes yeux. » Elle en reste surprise de ses compliments, car elle n'en demandait pas tant. D'ailleurs, elle n'est pas sûre de les mériter, elle qui était prête à le taquiner sur le fait qu'il est perturbé. « Ce qui me trouble est d’être aperçu dans ce genre de cabinet, car oui, je viens pour suivre une... thérapie. » Alors c'est qu'on le sache atteint de folie, qui le dérange ? Et non le fait que charnellement parlant ce n'est pas un ange ? Encore une réaction des plus étranges. « Je suis diplômé en psychologie et je dois consulter, voir l’un de mes confrères et j’admets que cela… M’embarrasse. » Puis qu'est-ce que cela peut faire ? On en a tous des moments où comment ils disent, déjà ? Ah oui, des moments où ça ne va pas. Elle n'en a que faire Joséphine de ça. « Pour être tout à fait honnête, je songe à prendre mes jambes à mon cou. » Que d'honnêteté, encore, à croire qu'il aime préciser qu'il l'est, elle en mord sa lèvre inférieure pour ne pas lui dire des mots qui pourraient le vexer. « Le fait est que pour des raisons personnelles, je n’en ai pas la force. » Fuir, c'est la solution que Joey, de loin, elle préfère. Mais aujourd'hui elle était motivée à en avoir des bonnes, de manières. « Il me faudrait une personne qui m’entraîne dans sa folie afin que je quitte ce lieu, sans me retourner. Une personne qui me donne du courage, celui que je n’ai actuellement. » Et le monologue de l'homme en face d'elle touche à sa fin. Mais il n'a pas pour autant l'air à nouveau serein.

Et comme elle est restée sans mot dire tout au long de ses paroles, elle doit on ne peut plus passer pour une folle. Mais puisqu'elle se trouve face un homme qui craint plus de se faire surprendre en thérapie plutôt qu'avec une prostituée, elle se dit, qu'ici, ce n'est pas elle qui détient le record de la folie. Parce qu'elle, elle assume tout, le moindre de ses caprices, et aussi ses plus ignobles vices. Elle accepte de vomir, de boire à vouloir en mourir. Et au lieu de répondre à toutes ses réflexions, elle se permet une constatation. « Vous êtes bavard. » Pour quelqu'un de gêné, pour un homme qui ne veut pas parler. Quelqu'un qui refuse la thérapie. Elle trouve, elle, qu'il n'a pas de mal à lui déballer une partie de sa vie. « Mais si ça vous intéresse vraiment, je m'appelle Joey. » étant donné que c'est comme ça que son discours a commencé, avec une question destinée à Joey. « Et puis... » elle cale son dos contre la chaise, elle croise ses bras devant elle. Elle le jauge, la belle. « Vous n'avez pas de chance. J'suis pas courageuse. » Elle est du style plutôt menteuse. Et sa tombe, c'est toute seule qu'elle la creuse. Mais elle n'aime pas, l'idée de devoir le sauver. Parce que Joséphine est trop douée pour sombrer. « Ceci étant dit... » elle se lève, met la bandoulière de son sac sur son épaule, et c'est un peu qu'elle rigole. « J'ai eu ma dose de thérapie. » Certes, elle n'a même pas commencé, mais elle est déjà fatiguée. Elle marque un temps d'arrêt, lui laissant le loisir de réaliser ce qui est en train de se passer. De la suivre ou de rester.


credits img/gif: pinterest
code by lumos s.



Heart Attack ; J’ai besoin de toi maintenant et demain, espérant malgré moi faire avec toi un bout de chemin.

    Dutch B. Cooper.

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham HVsn804z_o
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Along Charles River, dans le quartier de Fenway à Boston
et j'y ai posé mes valises depuis : mon départ de Londres en Angleterre
. Tu peux m'appeler : par mon prénom, Gresham, mais surtout professeur Ewart par mes étudiants
, j'ai : 36
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire. On me qualifie généralement d'homme froid ne possédant aucun cœur.
Je viens de : Grande-Bretagne, suis natif de la capitale et la plus grande ville d'Angleterre ainsi que du Royaume-Uni.
Dans la vie, je suis : professeur de psychologie à Havard et écrivain
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Giulio Berruti(ful).

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : BROWN-EYED ANGEL
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 04/04/2020
, d'où les : 3669
messages, dont : 123
rps. Merci aux doigts de fée de : endlesslove (a), ICE AND FIRE. (s), Gabriel's Inferno (texte s), gabriel-emerson.tumblr.com (PASSIONFLIX & HALLMARK) - darkcolinodonorgasm.tumblr.com (captain duckling) pour les gifs et BROWN-EYED ANGEL
. Pour finir, je joue également : Gabriella, Emerson et Grace-Ann.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham RSk6975I_o et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham WToEkRVy_o
PROFESSOR EWART et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f453
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||27 SEP 1984|| Je vois le jour, bien malheureusement. ||24 DÉC 1986|| Naissance d'Isolde, mon ange, ma petite sœur chérie. ||1991|| Je suis violenté pour la première fois par mon géniteur. ||DE 91 À 93|| L'enfer sur Terre : je me trouve rouer de coups. ||28 SEPT 1993|| Décès d'Isolde (accident domestique), décès du géniteur (par ma mère), décès de cette dernière (suicide). ||29 SEPT 1993|| Ma rencontre avec Helen, un ange envoyé sur ma route afin que je change de vie. ||DÉBUT 94|| Emménagement avec adoption au manoir d'Helen et Edmund Egerton, j'y rencontre ma nouvelle petite sœur : Katherine. ||2001|| Exclusion totale et définitive du lycée catholique où je poursuivais ma dernière année d'études, quelques jours plus tard, j'ai essayé de mettre fin à mon existence. Edmund m'a aidé, il m'a tendu sa main et je l'ai attrapé. Seul mon père adoptif a eu vent à l'époque que j'avais intenté à mes jours, puisqu'il m'a sauvé in extrémis. ||2006|| Nous apprenons qu'Edmund est souffrant, qu'il est atteint d'un cancer incurable. Je lui fais la promesse de prendre soin d'Helen et Katherine, les deux femmes de nos vies. Quelques mois plus tard, il décède. ||2007|| Après les funérailles d'Edmund, je prends à part ma petite sœur et ma mère adoptive afin de leur faire part de ce que j'ai vécu, pour leur signifier qu'Edmund, mon défunt et seul père m'a sauvé. Je leur fais la promesse de ne jamais plus faire de tentative de suicide, puis je leur fais également la promesse de me tourner vers elles si un jour, je venais à me sentir mal à nouveau, à avoir des idées noires. ||2012|| J'obtiens mon doctorat de psychologie, afin de pouvoir enseigner celle-ci à l'université. ||2015|| Helen me parle de déménager aux États-Unis afin que je puisse réaliser mon rêve : enseigner à Harvard. Avec Katherine, elles vont me suivre et ont déjà postulé à Boston, ceci dans mon dos et je les remercie. ||2016|| Il s'agit de ma première année d'enseignement à l'université d'Harvard en tant que professeur de psychologie. J'ai été accepté dans le corps professoral et je vis enfin mon rêve absolu. ||DE 2017 À 2020|| J'y suis toujours enseignant en psychologie et je réside à Fenway, dans un logement des plus coûteux donnant sur Fenway Stadium. Je prends des nouvelles d'Helen et Katherine tous les jours par téléphone et nous nous voyons le week-end afin d'échanger sur notre semaine.

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham NKTUdCxm_o
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
On me dit GUINDÉ et c'est le cas ! Je me montre POMPEUX, PINCÉ, n'arborant que des vêtements griffés que personne ne doit toucher et par-dessus tout salir, au risque de se prendre mes foudres et mon courroux pour une bonne année. Je ne supporte pas les personnes qui ne savent pas se vêtir convenablement et cela se remarque immédiatement au travers de mes expressions, comme mes pincements de nez. On me dit « CON », je le suis certes, mais ce qui prime dans ce terme est le fait que je sois LUNATIQUE à souhait. Je change d'humeur en un battement de cils, si bien que je donne parfois le vertige ainsi que la nausée à mes étudiants et collègues. Il ne faut pas grand-chose afin que mon regard se voile pour devenir sombre, tandis que la seconde d'après je peux retrouver mon calme, comme si l'orage n'était jamais passé. Mon côté HARGNEUX correspond également au fait que l'on me dise des plus « cons ». Je semble perpétuellement de MAUVAISE HUMEUR, je suis assez IMPRÉVISIBLE et souvent AGRESSIF dans mes propos, lorsque l'on me pousse à bout. Bien évidemment, je ne frappe pas la gent féminine, mais en ce qui concerne les mâles, je ne retiens pas les coups de poings lorsque cela s'avère des plus nécessaires. L'agressivité va de paire avec la colère et il va s'en dire que je suis des plus COLÉRIQUES lorsque quelque chose ne va pas dans mon sens ou lorsque quelque chose n'est pas prévu. Je déteste cela, l'imprévisibilité. À vrai dire, j'exècre plus que toutes les situations où je n'ai pas le CONTRÔLE sur absolument tout, puisque je me sens VULNÉRABLE, et cela, je ne le supporte pas. J'ai un FORT TEMPÉRAMENT, je M'EMPORTE aisément, je hais plus que tout que l'on me tienne tête sur l'un de mes sujets de prédilections et je pense que l'on pourrait me nommer « Thor » pour la simple idée que je suis le dieu du tonnerre, celui présent dans mon regard lorsque je suis en rogne. Autrement, on me qualifie de FROID, du moins, c'est ce que disent tout ceux avec qui je ne suis pas proche. La raison ? Mon rapport avec ceux-ci se fait sans la moindre affection, ni même SANS CORDIALITÉ. Je me contente de faire cours à mes étudiants, de répondre aux questions sans montrer la moindre once de compassion si l'un d'eux se montre en difficulté. Ce qui prime est de se montrer PROFESSIONNEL. Que l'on puisse penser que je n'ai pas de cœur ne m'atteins définitivement pas. En ai-je un, par ailleurs ? Je ne répondrais pas à cette question, vous vous ferez un avis par vous-même.

Les personnes qui sont chères à mon cœur me connaissent comme étant ATTENTIF. Je porte toute mon ATTENTION à ceux que j'aime et je décèle dans leur regard s'ils vont bien ou si quelque chose cloche. Je suis AFFECTUEUX, usant de gestes de tendresse, puis je suis SERVIABLE ainsi que PRÉVENANT et ATTENTIONNÉ. J'offre des présents à profusions à ceux que j'aime, ma mère adoptive ainsi que ma jeune sœur, que j'affectionne énormément même si je leur souffle peu, puisque je préfère les actes aux mots. De manière générale, les femmes me considèrent comme un PARFAIT GENTLEMAN. Je leur tiens la porte, je me permets de tirer sur leur chaise afin qu'elles puissent s'asseoir, entre autres choses. Je ne considère pas cela comme quelque chose d'extraordinaire puisqu'à mon sens, il s'agit d'éducation et mes parents adoptifs se sont très bien occupés de cette part de celle-ci, bien mieux que d'autres aspects, à mon plus grand regret. Autrement, on me qualifie d'AMBITIEUX, dans le bon sens du terme, ce qui peut sembler incroyable au vu des lignes précédentes, bien que je le sois également dans les mauvais sens du terme, puisque je me considère comme cupide bien qu'AUDACIEUX et TÉMÉRAIRE. À noter que je suis également PRÉSOMPTUEUX. Lorsque je courtise une femme – ce qui s'avère rare – je me démontre DÉSESPÉRÉMENT ROMANTIQUE. Suis-je de l'un de ses personnages caricaturaux des romans d'amour lorsque moi-même, je suis… Intéressé par une femme ? Malheureusement, la réponse est oui. Je suis le genre d'hommes à écrire des poèmes, des sonnets sur la femme qui hante mes pensées, même si je ne lui fais pas parvenir. Le dernier point de caractère dont je vais vous révélez la teneur en est un que très peu de personnes connaissent et qui fait celui que je suis aujourd'hui, celui que l'on dépeint. Je suis TORTURÉ, BRISÉ, au plus profond de mon âme, de mon être. J'ai vécu une enfance des plus désastreuse, des plus misérables et il est clair que j'ai garde des stigmates, des cicatrices qui ne se dissiperont jamais. Je suis comme marquée à jamais au fer rouge, au niveau même de ce que l'on nomme « cœur » et une plaie béante le traverse, ce dit palpitant, qui peine à battre sans me faire atrocement mal à chacun de ses dits battements.


et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Giq3vd4h_o
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||EDMUND EGERTON|| (père adoptif décédé - pnj) ★★★★ - ||HELEN EGERTON|| (mère adoptif - pnj) ★★★★ - ||KATHERINE EGERTON|| (sœur adoptive. - scénario) ★★★★ - ||BROWNIE|| (chiot femelle husky) ★★★★


||JAMES WINSLOW|| (meilleur-ami/comme un frère) ★★★★ - ||A. SNOW BURNS|| (meilleur-ami/bromance) ★★★★ - ||TAYLOR VEENA FOSTER|| (meilleure-amie/ex amour) ★★★★ - ||REBECCA WALSH|| (amie proche/collègue) ★★★★ - ||ANDREW T. SPECTOR|| (ami proche/ami de Londres) ★★★☆ - ||SLOANE JENKINS|| (amie proche/amie de Londres) ★★★☆ - ||ELLA MARRIOTT-W.|| (semblable à une sœur) ★★★☆ - ||LEANDRA T. CARREIRAO|| (amie proche/rapprochement) ★★★★ - ||IZZY BULGER|| (client/amie) ★★☆☆ - ||PRIMROSE BARLOW|| (auteure que je suis) ★★☆☆ - ||JOSÉPHINE PORTER|| (je ne sais pas quoi en penser) ★★☆☆ - ||TALLULAH WALTON|| (ma rédemption/protégée) ★★★☆ - ||BILLIE O'MALLEY|| (adorable curiosité) ★★★☆ - ||ALYSSIA VOLTURI|| (protégée/relation secrète car étudiante) ★★★☆ - ||HAIWEE WIND RIVER|| (complexe/étudiante) ★★★☆ - ||MICKEY AINSWORTH|| (ancien barman préféré) ★☆☆☆ - ||WILBY TREMBLAY|| (sdf/il me hait) ☆☆☆☆.

||WARNING CONCERNANT GRESHAM|| Violence + abus + accès de colère + suicide + mort.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||TRIGGER // REFUSE DE JOUER|| Pédophilie + zoophilie + cruauté animale + inceste + viol.

LIEN DU POST
Lun 7 Déc - 2:05
" ET MES RÊVES S'ACCROCHENT À TES PHALANGES. "
Why do I have to fly, Over every town up and down the line? I'll die in the clouds above And you that I defend, I do not love I wake up, it's a bad dream No one on my side I was fighting But I just feel too tired to be fighting Guess I'm not the fighting kind Where will I meet my fate? Baby I'm a man, I was born to hate And when will I meet my end? In a better time you could be my friend I wake up, it's a bad dream No one on my side I was fighting But I just feel too tired to be fighting Guess I'm not the fighting kind Wouldn't mind it If you were by my side But you're long gone Yeah you're long gone now.
| @Joséphine Porter |

Mon malaise se fait ressentir au point que je désire m’enfuir, prendre mes jambes à mon cou, m’en aller sans me retourner, sans daigner accorder le moindre mot à la secrétaire et puis surtout, mettre le contact après avoir pénétré ma Jaguar et quitter l’une des parties de l’enfer que j’ai sur cette maudite Terre. Le fait est que nous sommes en accord sur la raison de mon mal-être, car la belle rousse songe immédiatement à son travail, au fait que je sois un client du Nirvana, alors que je m’en moque que l’on sache que je fréquente ce lieu, puisqu’au pire on me pensera pervers et au mieux, on me dira comme les autres hommes, d’une banalité affligeante à vouloir regarder des femmes se dénuder et pourquoi pas, me laisser aller à plus de promiscuité. De ce fait, comme chaque fois que je m trouve dans une telle situation, je commence à m’exprimer, difficilement et je peine à m’arrêter. Il me faut toujours me faire comprendre, puisque j’exècre l’idée que l’on ne sache pas ce que je désire dire et je balbutie, fixe mes mains, mes souliers Louboutin, pour retrouver son regard, plonger le mien dans le sien et finalement m’essayer à esquisser un sourire, tout en m’évertuant à communiquer et faire passer mon message de la manière la plus claire que je le puisse. Lorsque je réalise que je ne connais son prénom, je m’ose lui demander, sans détour, pour continuer mon laïus et trouver les mots - je crois - afin qu’elle comprenne le « pourquoi » je me sens sot d’être vu ici. Alors, tandis que je prononce que je suis diplômé en psychologie et que cela me gêne d’être vu ici, dans la salle d’attente d’un collègue, il me semble apercevoir dans son regard comme une sorte de moquerie mêlé à de l’incompréhension et pour cause : il faut savoir me suivre moi et mes démons, mes secrets que je cache, que je ne dévoile pas, jamais, ou seulement à quelques occasions, à demi-mots. Comment parler d’un suicide sous mes yeux d’enfant de dix ans seulement ? Comment pourrais-je décris l’horreur que j’ai ressenti en percevant ma petite sœur, inerte, sur le sol, décédée ? Comment puis-je un jour tout expliquer, parler, sans craquer et en devenir fou ? C’est pour cela que je ne pipe mot, que j’élude lorsqu’on désire aborder cet aspect de ma vie et que je m’énerve pour claquer les portes des salles de psychanalyses quand les thérapeutes resserrent l’étau et que je ne parviens plus à trouver mon souffle. C’est en y songeant, en avouant que j’aimerais avoir le courage de prendre mes jambes à mon cou que je termine de dire qu’il me faudrait de l’aide, une âme charitable qui m’entraîne à sa suite afin que je m’en aille, passe la porte sans le moindre « au revoir », sans un regard et une fois mon monologue enfin terminé, je ne peux m’empêcher d’avoir l’envie d’enfouir mon visage entre mes mains pour y disparaître à jamais, seulement, cela ne servira strictement à rien. De ce fait, je soupire, cesse de fixer ses prunelles et me dis que je ferais mieux de me taire, surtout lorsque la belle employée du Nirvana m’assure que je suis bavard, comme si elle n’était faite que d’honnêteté, que celle-ci coule dans ses veines et que cela ne la gêne en rien de l’être. Pinçant mes lèvres à sa réflexion, je hoche la tête lorsqu’elle me dit s’appeler Joey et sans y réfléchir, je la questionne : « Joey pour Joséphine ? » Mes prunelles lapis-lazuli pénétrant de nouveau les siennes, j’expire fortement à sa révélation, celle qui dit qu’elle n’est pas courageuse, ce qui sous-entend qu’elle ne sera pas CELLE qui me permettra de m’évader d’ici, de cet endroit où je n’ai envie d’être, de rester, surtout. « Oui ? » J’ose souffler pourtant à son « ceci étant dit », une lueur d’espoir habitant mon regard malgré ses précédents dires, car je n’en connais la raison, mais j’ai cette étrange sensation qu’elle peut être mon échappatoire. « Pardon ? » Je prononce, hébété, n’étant certain de comprendre quand je réalise à son air amusé, à son rire encore présent dans l’air et à son sac sur son épaule qu’elle va s’en aller, s’extirper et à présent, c’est à moi de choisir : rester ou partir. « Moi aussi. » Je me contente de prononcer, passant mes mains sur mon pantalon de costume afin de le lisser et alors que nous nous approchons de la porte de la salle d’attente, je la lui tiens, galant, c’est ainsi que l’on m’a éduqué. « Monsieur Ewart, mademoiselle Porter ? » La secrétaire nous interpelle et au lieu de dire quoi que ce soit, nous nous contentons de marcher et une nouvelle fois, je la laisse sortir la première pour goûter à l’air frais de l’extérieur, dont je prends une grande bouffé. « Merci. » Je me surprends à dire, quand dans un coup d’œil, j’aperçois la femme et qu’instinctivement, je m’empare de la main de miss Porter afin de l’attirer à ma suite et l’amener jusqu’à mon véhicule. « Montez. » Je prononce, donnant un ordre comme de coutume, ce que les personnes exècrent en général. « Si vous le souhaitez. » J’ajoute, lui ouvrant la portière côté passager pour faire le tour de mon véhicule et pénétrer l’habitacle avant de boucler ma ceinture, étant prêt à démarrer.


icon managarm code sleipnir.



If I have a soul, it's yours. You're not my equal ; you're my better. You're my sticky little leaf.
every breath you take.
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge
et j'y ai posé mes valises depuis : 14 ans
. Tu peux m'appeler : Joey, en priorité, Jo, à la rigueur
, j'ai : 29
ans, et si t'es curieux, je suis : en essaie de stabilité, avec un certain mister D.
Je viens de : New York, en dernier, mais de France en réalité,
Dans la vie, je suis : serveuse dans deux bordels, j'alterne pour ne pas me lasser
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Alexina Graham.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Leeloo
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 22/09/2020
, d'où les : 894
messages, dont : 165
rps. Merci aux doigts de fée de : March Hare.
. Pour finir, je joue également : T., S., H.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1574 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Gchc

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
| To the middle of my frustrated fears. |

INFOS l elle est née en france - sa mère est française, son père américain ● elle est obsédée par la perfection ● elle souffre d'anorexie/boulimie, de dépendance à la drogue et l'alcool, elle essaie de se sevrer depuis des années ● elle a été hospitalisée plusieurs fois ● elle était danseuse étoile ● elle a quitté la france à 14 ans, sa mère lui créant trop de tourments ● elle a vécu un an a New-york, avec son père avant qu'il ne se débarrasse d'elle ● elle a été en pensionnat à Boston ● elle porte en permanence des bracelets, cachant des cicatrices sur ses poignets. ● elle n'a jamais eu de relation sérieuse ● elle n'a pas le permis ● elle travaille de nuit au Nirvana comme barmaid, depuis récemment au Sidh à mi-temps ● elle développe pour Dutch, de vrais sentiments

CARACTÈRE l elle est lunatique ● orgueilleuse ● manipulatrice ● fumeuse ● borderline ● possessive ● jalouse ● prétentieuse ● haineuse ● bombe à retardement ● peut se montrer douce avec le temps ● égoïste ● obsessionnelle ● impudique ● charnelle ● hystérique ● tendances suicidaires ● comportement destructeur ● a essayé d'en finir plusieurs fois

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
| This must be a bad trip |



LIENS l

DUTCH | amant pour lequel elle vendrait son âme. Le seul qui anime sa flamme.
VAUGHN | meilleur ami, à la mort, à la vie.
MARLON | artiste préféré, one shot devenu amitié.
ULRIK | amitié possessive, malsaine, jalousie.
COREY | ami d'un autre temps, crush d'enfant.
ELE | amie avec laquelle elle a passé une nuit, regret.
LYRA | patronne du Sidh, protégée de Dutch.
GRESHAM | client qu'elle a croisé lors d'une thérapie, qu'elle n'a pas suivie
EMERSON | connaissance New-yorkaise retrouvée à Boston, il connait son passé et ses souffrances/
VESTA | ancienne collègue du Nirvana, véritable amie.
JEREMIAH | client insolent
ALBUS | croisé en soirée, étrange complicité.
NAELLE |

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1


et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham F76e1694670855.5e849fbf1bf21

WARNING // concernant Joey trouble du comportement alimentaire, troubles mentaux, pensées suicidaires, comportement destructeur, drogue, sexe, alcool. TRIGGER // refuse de jouer ; viol, pour les rapprochements physiques, me consulter.

EN COURS /
Gresham 1#; Albus 1#; Dutch 2#; Vesta 1#; Dutch 3#; Adam 1#; Dutch 4#; Emerson 1#; Dutch 5#; Dutch 6#; Ele #1; Vaughn 1#; Corey 1#; Lyra 1#; Dutch 7#

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Tumblr_p0skwffkmm1waknn1o1_250
« Ton image, ton parfum lié à celui du sexe, la douceur de ta peau sous mes caresses. Tout de toi. Tout sauf ce que tu portais... »
D.B.C.

LIEN DU POST
Lun 14 Déc - 17:28
★ ─ et mes rêves s'accrochent à tes phalanges.
w/ @Gresham O. Ewart

« Joey pour Joséphine ? » Elle en arque les sourcils en le regardant, alors que l'homme la fixe intensément. Elle le déteste, ce prénom-là, héroïne d'une mère qui s'est bien vite débarrassé de sa poupée. Elle n'aime pas l'idée qu'il l'utilise, ce Joséphine, aussi simplement que ça. Ici, et depuis toujours dans le fond, elle est une Joey, ils sont rares, même inexistants, ceux qui sont autorisés à lui donner son véritable baptême pour l'appeler.

De ce fait, elle ne répond pas, bien au contraire, elle lui expose les faits, elle lui dit qu'elle ne sera pas sa dose de courage pour la journée. D'ailleurs elle ne sera pas non plus sa psy, alors elle compte bien se faire la malle d'ici. Car même si elle se devrait de la faire, pour tenter de ne pas sombrer dans son propre enfer, maintenant, elle a juste envie de fuir avant que le thérapeute n'arrête le temps. « Pardon ? » Elle pensait être claire, pourtant. Elle se tire, tout bêtement. « Moi aussi. » Enfin. Top départ, en route pour leur destin.

Elle approuve d'un mouvement de tête satisfait alors qu'elle le regarde se lever. Elle en mord sa lèvre inférieure, un brin amusée. Elle a cette impression que même à présent qu'il est décidé à partir, il reste gêné. Alors ils s'approchent à deux de la porte de sortie, bercés par cette phrase qui lui donne encore plus envie de rigoler. « Monsieur Ewart, mademoiselle Porter ? » Mais aucun des deux ne répondra, non, bien au contraire, ils en accélèrent le pas.

A l'extérieur, elle laisse le froid lui mordre les joues, une envie de fumer sur le bout des doigts, elle l'efface quand Gresham prononce un ; « Merci. » qui lui semble peu nécessaire ici. Car elle n'a rien fait, elle en est intimement persuadée. Elle se laisse surprendre par cette main qui attrape la sienne et qui la force à le suivre. Marionnette désarticulée, il la contrôle et en son intérieur, elle dégringole, il l'entraîne à sa suite jusqu'à se poster face à sa voiture. « Montez. » Suivre un inconnu, enfin pas tout à fait inconnu... « Si vous le souhaitez. » Il ouvre la portière, et elle en incline le visage sur le côté. Elle hésite, enfin là encore, elle ne le fait pas tout à fait. Il pourrait, après tout, la tuer.

Elle n'a pas bougé d'un seul centimètre alors que l'homme lui a pris place derrière le volant. Joséphine pour le coup, elle est un peu paumée, mais l'aventure, c'est ce qu'elle préfère, alors elle se dit qu'elle n'a rien à perdre, de toutes les manières. Car elle a déjà tout perdu, plus que ce qu'elle ne l'aurait jamais cru. Elle pèse le pour, et puis le contre. Tout se chamboule en elle, comme si elle faisait une course contre la montre.

Ses prunelles observent, une seconde de trop, la rue, juste ce temps de prendre conscience qu'elle n'a pas d'autre programme et qu'elle ne veut se retrouver seule chez elle à affronter la noirceur de son âme. Alors elle s'enfonce dans la voiture, la rouquine, elle sourit franchement, tout en attachant sa ceinture et en observant le visage de son client. « Et on va où ? » Bien qu'ils ne soient plus en thérapie, l'on ne peut nier que les deux sont probablement un brin fous.  


credits img/gif: pinterest
code by lumos s.



Heart Attack ; J’ai besoin de toi maintenant et demain, espérant malgré moi faire avec toi un bout de chemin.

    Dutch B. Cooper.

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham HVsn804z_o
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Along Charles River, dans le quartier de Fenway à Boston
et j'y ai posé mes valises depuis : mon départ de Londres en Angleterre
. Tu peux m'appeler : par mon prénom, Gresham, mais surtout professeur Ewart par mes étudiants
, j'ai : 36
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire. On me qualifie généralement d'homme froid ne possédant aucun cœur.
Je viens de : Grande-Bretagne, suis natif de la capitale et la plus grande ville d'Angleterre ainsi que du Royaume-Uni.
Dans la vie, je suis : professeur de psychologie à Havard et écrivain
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Giulio Berruti(ful).

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : BROWN-EYED ANGEL
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 04/04/2020
, d'où les : 3669
messages, dont : 123
rps. Merci aux doigts de fée de : endlesslove (a), ICE AND FIRE. (s), Gabriel's Inferno (texte s), gabriel-emerson.tumblr.com (PASSIONFLIX & HALLMARK) - darkcolinodonorgasm.tumblr.com (captain duckling) pour les gifs et BROWN-EYED ANGEL
. Pour finir, je joue également : Gabriella, Emerson et Grace-Ann.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham RSk6975I_o et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham WToEkRVy_o
PROFESSOR EWART et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f453
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||27 SEP 1984|| Je vois le jour, bien malheureusement. ||24 DÉC 1986|| Naissance d'Isolde, mon ange, ma petite sœur chérie. ||1991|| Je suis violenté pour la première fois par mon géniteur. ||DE 91 À 93|| L'enfer sur Terre : je me trouve rouer de coups. ||28 SEPT 1993|| Décès d'Isolde (accident domestique), décès du géniteur (par ma mère), décès de cette dernière (suicide). ||29 SEPT 1993|| Ma rencontre avec Helen, un ange envoyé sur ma route afin que je change de vie. ||DÉBUT 94|| Emménagement avec adoption au manoir d'Helen et Edmund Egerton, j'y rencontre ma nouvelle petite sœur : Katherine. ||2001|| Exclusion totale et définitive du lycée catholique où je poursuivais ma dernière année d'études, quelques jours plus tard, j'ai essayé de mettre fin à mon existence. Edmund m'a aidé, il m'a tendu sa main et je l'ai attrapé. Seul mon père adoptif a eu vent à l'époque que j'avais intenté à mes jours, puisqu'il m'a sauvé in extrémis. ||2006|| Nous apprenons qu'Edmund est souffrant, qu'il est atteint d'un cancer incurable. Je lui fais la promesse de prendre soin d'Helen et Katherine, les deux femmes de nos vies. Quelques mois plus tard, il décède. ||2007|| Après les funérailles d'Edmund, je prends à part ma petite sœur et ma mère adoptive afin de leur faire part de ce que j'ai vécu, pour leur signifier qu'Edmund, mon défunt et seul père m'a sauvé. Je leur fais la promesse de ne jamais plus faire de tentative de suicide, puis je leur fais également la promesse de me tourner vers elles si un jour, je venais à me sentir mal à nouveau, à avoir des idées noires. ||2012|| J'obtiens mon doctorat de psychologie, afin de pouvoir enseigner celle-ci à l'université. ||2015|| Helen me parle de déménager aux États-Unis afin que je puisse réaliser mon rêve : enseigner à Harvard. Avec Katherine, elles vont me suivre et ont déjà postulé à Boston, ceci dans mon dos et je les remercie. ||2016|| Il s'agit de ma première année d'enseignement à l'université d'Harvard en tant que professeur de psychologie. J'ai été accepté dans le corps professoral et je vis enfin mon rêve absolu. ||DE 2017 À 2020|| J'y suis toujours enseignant en psychologie et je réside à Fenway, dans un logement des plus coûteux donnant sur Fenway Stadium. Je prends des nouvelles d'Helen et Katherine tous les jours par téléphone et nous nous voyons le week-end afin d'échanger sur notre semaine.

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham NKTUdCxm_o
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
On me dit GUINDÉ et c'est le cas ! Je me montre POMPEUX, PINCÉ, n'arborant que des vêtements griffés que personne ne doit toucher et par-dessus tout salir, au risque de se prendre mes foudres et mon courroux pour une bonne année. Je ne supporte pas les personnes qui ne savent pas se vêtir convenablement et cela se remarque immédiatement au travers de mes expressions, comme mes pincements de nez. On me dit « CON », je le suis certes, mais ce qui prime dans ce terme est le fait que je sois LUNATIQUE à souhait. Je change d'humeur en un battement de cils, si bien que je donne parfois le vertige ainsi que la nausée à mes étudiants et collègues. Il ne faut pas grand-chose afin que mon regard se voile pour devenir sombre, tandis que la seconde d'après je peux retrouver mon calme, comme si l'orage n'était jamais passé. Mon côté HARGNEUX correspond également au fait que l'on me dise des plus « cons ». Je semble perpétuellement de MAUVAISE HUMEUR, je suis assez IMPRÉVISIBLE et souvent AGRESSIF dans mes propos, lorsque l'on me pousse à bout. Bien évidemment, je ne frappe pas la gent féminine, mais en ce qui concerne les mâles, je ne retiens pas les coups de poings lorsque cela s'avère des plus nécessaires. L'agressivité va de paire avec la colère et il va s'en dire que je suis des plus COLÉRIQUES lorsque quelque chose ne va pas dans mon sens ou lorsque quelque chose n'est pas prévu. Je déteste cela, l'imprévisibilité. À vrai dire, j'exècre plus que toutes les situations où je n'ai pas le CONTRÔLE sur absolument tout, puisque je me sens VULNÉRABLE, et cela, je ne le supporte pas. J'ai un FORT TEMPÉRAMENT, je M'EMPORTE aisément, je hais plus que tout que l'on me tienne tête sur l'un de mes sujets de prédilections et je pense que l'on pourrait me nommer « Thor » pour la simple idée que je suis le dieu du tonnerre, celui présent dans mon regard lorsque je suis en rogne. Autrement, on me qualifie de FROID, du moins, c'est ce que disent tout ceux avec qui je ne suis pas proche. La raison ? Mon rapport avec ceux-ci se fait sans la moindre affection, ni même SANS CORDIALITÉ. Je me contente de faire cours à mes étudiants, de répondre aux questions sans montrer la moindre once de compassion si l'un d'eux se montre en difficulté. Ce qui prime est de se montrer PROFESSIONNEL. Que l'on puisse penser que je n'ai pas de cœur ne m'atteins définitivement pas. En ai-je un, par ailleurs ? Je ne répondrais pas à cette question, vous vous ferez un avis par vous-même.

Les personnes qui sont chères à mon cœur me connaissent comme étant ATTENTIF. Je porte toute mon ATTENTION à ceux que j'aime et je décèle dans leur regard s'ils vont bien ou si quelque chose cloche. Je suis AFFECTUEUX, usant de gestes de tendresse, puis je suis SERVIABLE ainsi que PRÉVENANT et ATTENTIONNÉ. J'offre des présents à profusions à ceux que j'aime, ma mère adoptive ainsi que ma jeune sœur, que j'affectionne énormément même si je leur souffle peu, puisque je préfère les actes aux mots. De manière générale, les femmes me considèrent comme un PARFAIT GENTLEMAN. Je leur tiens la porte, je me permets de tirer sur leur chaise afin qu'elles puissent s'asseoir, entre autres choses. Je ne considère pas cela comme quelque chose d'extraordinaire puisqu'à mon sens, il s'agit d'éducation et mes parents adoptifs se sont très bien occupés de cette part de celle-ci, bien mieux que d'autres aspects, à mon plus grand regret. Autrement, on me qualifie d'AMBITIEUX, dans le bon sens du terme, ce qui peut sembler incroyable au vu des lignes précédentes, bien que je le sois également dans les mauvais sens du terme, puisque je me considère comme cupide bien qu'AUDACIEUX et TÉMÉRAIRE. À noter que je suis également PRÉSOMPTUEUX. Lorsque je courtise une femme – ce qui s'avère rare – je me démontre DÉSESPÉRÉMENT ROMANTIQUE. Suis-je de l'un de ses personnages caricaturaux des romans d'amour lorsque moi-même, je suis… Intéressé par une femme ? Malheureusement, la réponse est oui. Je suis le genre d'hommes à écrire des poèmes, des sonnets sur la femme qui hante mes pensées, même si je ne lui fais pas parvenir. Le dernier point de caractère dont je vais vous révélez la teneur en est un que très peu de personnes connaissent et qui fait celui que je suis aujourd'hui, celui que l'on dépeint. Je suis TORTURÉ, BRISÉ, au plus profond de mon âme, de mon être. J'ai vécu une enfance des plus désastreuse, des plus misérables et il est clair que j'ai garde des stigmates, des cicatrices qui ne se dissiperont jamais. Je suis comme marquée à jamais au fer rouge, au niveau même de ce que l'on nomme « cœur » et une plaie béante le traverse, ce dit palpitant, qui peine à battre sans me faire atrocement mal à chacun de ses dits battements.


et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Giq3vd4h_o
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||EDMUND EGERTON|| (père adoptif décédé - pnj) ★★★★ - ||HELEN EGERTON|| (mère adoptif - pnj) ★★★★ - ||KATHERINE EGERTON|| (sœur adoptive. - scénario) ★★★★ - ||BROWNIE|| (chiot femelle husky) ★★★★


||JAMES WINSLOW|| (meilleur-ami/comme un frère) ★★★★ - ||A. SNOW BURNS|| (meilleur-ami/bromance) ★★★★ - ||TAYLOR VEENA FOSTER|| (meilleure-amie/ex amour) ★★★★ - ||REBECCA WALSH|| (amie proche/collègue) ★★★★ - ||ANDREW T. SPECTOR|| (ami proche/ami de Londres) ★★★☆ - ||SLOANE JENKINS|| (amie proche/amie de Londres) ★★★☆ - ||ELLA MARRIOTT-W.|| (semblable à une sœur) ★★★☆ - ||LEANDRA T. CARREIRAO|| (amie proche/rapprochement) ★★★★ - ||IZZY BULGER|| (client/amie) ★★☆☆ - ||PRIMROSE BARLOW|| (auteure que je suis) ★★☆☆ - ||JOSÉPHINE PORTER|| (je ne sais pas quoi en penser) ★★☆☆ - ||TALLULAH WALTON|| (ma rédemption/protégée) ★★★☆ - ||BILLIE O'MALLEY|| (adorable curiosité) ★★★☆ - ||ALYSSIA VOLTURI|| (protégée/relation secrète car étudiante) ★★★☆ - ||HAIWEE WIND RIVER|| (complexe/étudiante) ★★★☆ - ||MICKEY AINSWORTH|| (ancien barman préféré) ★☆☆☆ - ||WILBY TREMBLAY|| (sdf/il me hait) ☆☆☆☆.

||WARNING CONCERNANT GRESHAM|| Violence + abus + accès de colère + suicide + mort.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||TRIGGER // REFUSE DE JOUER|| Pédophilie + zoophilie + cruauté animale + inceste + viol.

LIEN DU POST
Dim 3 Jan - 14:24
" ET MES RÊVES S'ACCROCHENT À TES PHALANGES. "
Why do I have to fly, Over every town up and down the line? I'll die in the clouds above And you that I defend, I do not love I wake up, it's a bad dream No one on my side I was fighting But I just feel too tired to be fighting Guess I'm not the fighting kind Where will I meet my fate? Baby I'm a man, I was born to hate And when will I meet my end? In a better time you could be my friend I wake up, it's a bad dream No one on my side I was fighting But I just feel too tired to be fighting Guess I'm not the fighting kind Wouldn't mind it If you were by my side But you're long gone Yeah you're long gone now.
| @Joséphine Porter |

Nous sommes toujours en salle d’attente et j’ai cette forte impression de ne faire que parler, encore et encore, inlassablement. Est-ce cette jeune femme qui me répond si peu qu’elle me donne cette sensation ou suis-je devenu un véritable moulin à paroles ? J’imagine qu’il y a un peu des deux et soudain, je me souffle intérieurement de la laisser placer quelques mots, histoire qu’elle ne ressente pas « nos retrouvailles » comme étant une pièce de théâtre où je serais seul sur scène en train de faire un abominable monologue. Me pinçant les lèvres, songeur, je l’interroge sur son prénom, puisqu’elle me dit se nommer « Joey ». Est-ce seulement véritable ? N’use-t-elle pas d’un autre prénom afin que je ne sache pas quel est le sien ? Qu’en sais-je et comment pourrais-je le savoir ? Sans doute en me renseignant à l’endroit où elle travaille, mais le ferais-je ? Sans doute que non, à moins que je m’ennuie ferme et que je n’ai que cela à faire en m’y trouvant. Le fait est que ce serait bien épineux, voir fâcheux, d’être dans un tel lieu et de m'embêter ainsi. Même pour ses beaux yeux, je ne risquerais d’y revenir, si je ne faisais que boire pour boire. Les mains jointes, toujours présent dans mes pensées, je termine d’atterrir lorsqu’elle me dit qu’elle s’en va. Perdu, me trouvant dans la brume, je décide de faire de même pour me lever et la suivre, avant de ne daigner répondre à la secrétaire qui nous interpelle en nous voyant fuir. Sommes-nous en train d’agir comme des adultes puérils ? Sans nul doute ! Nous passons la porte aisément, rapidement, avant que je ne la remercie tandis qu’en réalité, elle n’a guère fait grand-chose. Vais-je avoir une conversation houleuse avec Helen ? Évidemment, mais ne suis-je pas un adulte, à présent ? Quand diable va-t-elle cesser d’agir avec moi comme si j’avais toujours dix ans et qu’elle venait de me trouver, errant dans l’hôpital ? Cet instant a été un traumatisme pour elle comme pour moi, mais nous nous devons d’avancer et quand bien même je sois saoul de temps à autre, cela arrive à bon nombre de personnes et il va donc falloir qu’elle comprenne que j’agis comme je le veux, dorénavant. C’est avec cette conclusion qui me convient parfaitement que je termine de m’emparer de sa main, car, Madame la Secrétaire, semble mécontente que nous prenions la poudre d’escampette. L’entraînant à ma suite, je nous dirige auprès de ma Jaguar, dernier modèle, pour lui ouvrir la portière côté passager et l’intime de monter, avant de reprendre et ajouter de le faire si elle le souhaite. L’autorité a toujours été naturel chez-moi, seulement, elle n’est guère appréciée par tous et je suppose que la rousse, bien qu’elle semble ingénue et enfantine, ne se laisse marcher sur les pieds. C’est donc en passant du côté conducteur que je patiente un instant, pour boucler ma ceinture. Va-t-elle monter ? Oui ? Non ? N’en ayant aucune idée, je souhaite seulement qu’elle claque la portière si sa réponse est négative, quand finalement, à ma surprise, elle s’installe à mes côtés et boucle la sienne. Esquissant un sourire, je fronce les sourcils à son interrogation lorsque mon regard se pose dans le rétroviseur. « Je n’en ai aucune idée, mais nous filons. » Dans un mouvement de tête, je lui indique la furie qui nous appelle et fait des signes de bras. « La secrétaire du cabinet risque de mettre des coups sur ma Jaguar si nous ne nous en allons. » Alors je démarre et rapidement, nous nous éloignons dudit cabinet ainsi que de cette personne qui en est venue à nous poursuivre, à cause de simples rendez-vous. Présentement arrêter au niveau d’un feu, je termine de fixer la jeune femme et prononce : « Vous ne m’avez répondu, au sujet de votre prénom. » Je suis coriace, comme toujours et lorsque je souhaite une réponse à une question posée, je persiste et signe. « Désirez-vous vous sustenter ? » J’ajoute, pour redémarrer et rouler sans savoir où nous allons pour le moment. Faire ainsi une virée en voiture en attendant de savoir ce que nous allons faire ne me dérange guère, puisque j’aime conduire, surtout lorsqu’il s’agit de ma superbe Jaguar.


icon managarm code sleipnir.



If I have a soul, it's yours. You're not my equal ; you're my better. You're my sticky little leaf.
every breath you take.
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge
et j'y ai posé mes valises depuis : 14 ans
. Tu peux m'appeler : Joey, en priorité, Jo, à la rigueur
, j'ai : 29
ans, et si t'es curieux, je suis : en essaie de stabilité, avec un certain mister D.
Je viens de : New York, en dernier, mais de France en réalité,
Dans la vie, je suis : serveuse dans deux bordels, j'alterne pour ne pas me lasser
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Alexina Graham.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Leeloo
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 22/09/2020
, d'où les : 894
messages, dont : 165
rps. Merci aux doigts de fée de : March Hare.
. Pour finir, je joue également : T., S., H.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1574 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Gchc

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
| To the middle of my frustrated fears. |

INFOS l elle est née en france - sa mère est française, son père américain ● elle est obsédée par la perfection ● elle souffre d'anorexie/boulimie, de dépendance à la drogue et l'alcool, elle essaie de se sevrer depuis des années ● elle a été hospitalisée plusieurs fois ● elle était danseuse étoile ● elle a quitté la france à 14 ans, sa mère lui créant trop de tourments ● elle a vécu un an a New-york, avec son père avant qu'il ne se débarrasse d'elle ● elle a été en pensionnat à Boston ● elle porte en permanence des bracelets, cachant des cicatrices sur ses poignets. ● elle n'a jamais eu de relation sérieuse ● elle n'a pas le permis ● elle travaille de nuit au Nirvana comme barmaid, depuis récemment au Sidh à mi-temps ● elle développe pour Dutch, de vrais sentiments

CARACTÈRE l elle est lunatique ● orgueilleuse ● manipulatrice ● fumeuse ● borderline ● possessive ● jalouse ● prétentieuse ● haineuse ● bombe à retardement ● peut se montrer douce avec le temps ● égoïste ● obsessionnelle ● impudique ● charnelle ● hystérique ● tendances suicidaires ● comportement destructeur ● a essayé d'en finir plusieurs fois

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1
| This must be a bad trip |



LIENS l

DUTCH | amant pour lequel elle vendrait son âme. Le seul qui anime sa flamme.
VAUGHN | meilleur ami, à la mort, à la vie.
MARLON | artiste préféré, one shot devenu amitié.
ULRIK | amitié possessive, malsaine, jalousie.
COREY | ami d'un autre temps, crush d'enfant.
ELE | amie avec laquelle elle a passé une nuit, regret.
LYRA | patronne du Sidh, protégée de Dutch.
GRESHAM | client qu'elle a croisé lors d'une thérapie, qu'elle n'a pas suivie
EMERSON | connaissance New-yorkaise retrouvée à Boston, il connait son passé et ses souffrances/
VESTA | ancienne collègue du Nirvana, véritable amie.
JEREMIAH | client insolent
ALBUS | croisé en soirée, étrange complicité.
NAELLE |

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 9uc1


et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham F76e1694670855.5e849fbf1bf21

WARNING // concernant Joey trouble du comportement alimentaire, troubles mentaux, pensées suicidaires, comportement destructeur, drogue, sexe, alcool. TRIGGER // refuse de jouer ; viol, pour les rapprochements physiques, me consulter.

EN COURS /
Gresham 1#; Albus 1#; Dutch 2#; Vesta 1#; Dutch 3#; Adam 1#; Dutch 4#; Emerson 1#; Dutch 5#; Dutch 6#; Ele #1; Vaughn 1#; Corey 1#; Lyra 1#; Dutch 7#

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Tumblr_p0skwffkmm1waknn1o1_250
« Ton image, ton parfum lié à celui du sexe, la douceur de ta peau sous mes caresses. Tout de toi. Tout sauf ce que tu portais... »
D.B.C.

LIEN DU POST
Sam 9 Jan - 22:00
★ ─ et mes rêves s'accrochent à tes phalanges.
w/ @Gresham O. Ewart

Partir dans la voiture d’un inconnu, c’est bien le style à Joey, une chose qui montre que son esprit n’est pas bien connecté. Parce qu’elle devrait fuir, elle devrait craindre de se retrouver découpée. Kidnappée. Craindre le pire, c'est vrai.

Mais voilà, elle, elle ne ressent que l’adrénaline qui ne peut s’arrêter de grimper. C’est du n’importe quoi, mais cela lui ressemble bien, c’est tout ce qu’elle croit. Alors tout de même dans sa perdition, elle demande quelle sera la finalité de cette excursion. Et elle ne peut empêcher son expression de se fendre en un sourire espiègle, quand il répond ; « Je n’en ai aucune idée, mais nous filons. » Elle hoche le visage par la positive, et suit ce que ses yeux désignent, un folle faisant des signes. « La secrétaire du cabinet risque de mettre des coups sur ma Jaguar si nous ne nous en allons. » Encore une fois, elle approuve d’un faible mouvement de tête, alors qu’il démarre et qu’elle reste toujours muette.

Le bitume défile sous les roues de la voiture de luxe et les prunelles bleutées de Joséphine regardent cette ville que par cœur, ou presque, elle connaît. A force de la parcourir en taxi mais aussi à pieds. Elle se laisse surprendre, quant à parler, il lui prend l’envie de reprendre ; « Vous ne m’avez répondu, au sujet de votre prénom. » Et elle ne comprend pas comment cela peut autant l’intéresser, après tout, elle aurait pu prétendre qu’elle se prénomme Marie, jamais il n’aurait pu savoir que c’était un mensonge et il ne se serait pas imaginé tout un tas de choses sur ce baptême qu’elle a bien du mal parfois à supporter. Taciturne, elle continue à laisser son regard parcourir le paysage qui ne s’arrête pas de défiler.

Elle ouvre la bouche, prête à répondre, quand il continue dans la suite de ses pensées. « Désirez-vous vous sustenter ? » Joséphine tourne le visage vers le sien, finalement, parce qu’il ne se doute même pas qu’il a mit le doigt sur un de ses tourments. La nourriture et sa capacité à la supporter. Elle n’a pas envie de mettre des aliments dans ce gosier. Et pourtant, elle s’entend prononcer « Pourquoi pas. » pour entrer dans le moule et ne pas passer pour une folle, enfin pas plus que ce qu’elle ne le fait déjà. « Je n’ai pas de préférence... » tous les entremets la mènent à l’errance.

Elle cale sa tête sur le siège, l’esprit totalement ailleurs, sur ce que ses doigts savent faire, à explorer les tréfonds de sa trachée, comme si elle n’arrivait pas à les contrôler. Parce qu’elle est venue dans cette thérapie pour se battre contre sa maladie, pour pallier l’anorexie. Mais elle est assise dans une jaguar et encline à la mélancolie, à croire que la guérison, ce n’est pas pour aujourd’hui. « Pour mon prénom… » elle reprend avec la lassitude dans son ton. « Joey ne vous convient pas ? » parce qu’à force de l’utiliser, c’est totalement devenu le sien, qu’il n’en doute pas. « Je n’ai rien dit, sur le vôtre. » Elle a juste accepté, sans juger. De toutes les manières, pour juger, elle est si mal placée. Enfin, elle mentirait, si elle disait, que c’est jamais, qu’elle ne le fait.
 


credits img/gif: pinterest
code by lumos s.



Heart Attack ; J’ai besoin de toi maintenant et demain, espérant malgré moi faire avec toi un bout de chemin.

    Dutch B. Cooper.

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham HVsn804z_o
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Along Charles River, dans le quartier de Fenway à Boston
et j'y ai posé mes valises depuis : mon départ de Londres en Angleterre
. Tu peux m'appeler : par mon prénom, Gresham, mais surtout professeur Ewart par mes étudiants
, j'ai : 36
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire. On me qualifie généralement d'homme froid ne possédant aucun cœur.
Je viens de : Grande-Bretagne, suis natif de la capitale et la plus grande ville d'Angleterre ainsi que du Royaume-Uni.
Dans la vie, je suis : professeur de psychologie à Havard et écrivain
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Giulio Berruti(ful).

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : BROWN-EYED ANGEL
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 04/04/2020
, d'où les : 3669
messages, dont : 123
rps. Merci aux doigts de fée de : endlesslove (a), ICE AND FIRE. (s), Gabriel's Inferno (texte s), gabriel-emerson.tumblr.com (PASSIONFLIX & HALLMARK) - darkcolinodonorgasm.tumblr.com (captain duckling) pour les gifs et BROWN-EYED ANGEL
. Pour finir, je joue également : Gabriella, Emerson et Grace-Ann.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham RSk6975I_o et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham WToEkRVy_o
PROFESSOR EWART et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f453
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||27 SEP 1984|| Je vois le jour, bien malheureusement. ||24 DÉC 1986|| Naissance d'Isolde, mon ange, ma petite sœur chérie. ||1991|| Je suis violenté pour la première fois par mon géniteur. ||DE 91 À 93|| L'enfer sur Terre : je me trouve rouer de coups. ||28 SEPT 1993|| Décès d'Isolde (accident domestique), décès du géniteur (par ma mère), décès de cette dernière (suicide). ||29 SEPT 1993|| Ma rencontre avec Helen, un ange envoyé sur ma route afin que je change de vie. ||DÉBUT 94|| Emménagement avec adoption au manoir d'Helen et Edmund Egerton, j'y rencontre ma nouvelle petite sœur : Katherine. ||2001|| Exclusion totale et définitive du lycée catholique où je poursuivais ma dernière année d'études, quelques jours plus tard, j'ai essayé de mettre fin à mon existence. Edmund m'a aidé, il m'a tendu sa main et je l'ai attrapé. Seul mon père adoptif a eu vent à l'époque que j'avais intenté à mes jours, puisqu'il m'a sauvé in extrémis. ||2006|| Nous apprenons qu'Edmund est souffrant, qu'il est atteint d'un cancer incurable. Je lui fais la promesse de prendre soin d'Helen et Katherine, les deux femmes de nos vies. Quelques mois plus tard, il décède. ||2007|| Après les funérailles d'Edmund, je prends à part ma petite sœur et ma mère adoptive afin de leur faire part de ce que j'ai vécu, pour leur signifier qu'Edmund, mon défunt et seul père m'a sauvé. Je leur fais la promesse de ne jamais plus faire de tentative de suicide, puis je leur fais également la promesse de me tourner vers elles si un jour, je venais à me sentir mal à nouveau, à avoir des idées noires. ||2012|| J'obtiens mon doctorat de psychologie, afin de pouvoir enseigner celle-ci à l'université. ||2015|| Helen me parle de déménager aux États-Unis afin que je puisse réaliser mon rêve : enseigner à Harvard. Avec Katherine, elles vont me suivre et ont déjà postulé à Boston, ceci dans mon dos et je les remercie. ||2016|| Il s'agit de ma première année d'enseignement à l'université d'Harvard en tant que professeur de psychologie. J'ai été accepté dans le corps professoral et je vis enfin mon rêve absolu. ||DE 2017 À 2020|| J'y suis toujours enseignant en psychologie et je réside à Fenway, dans un logement des plus coûteux donnant sur Fenway Stadium. Je prends des nouvelles d'Helen et Katherine tous les jours par téléphone et nous nous voyons le week-end afin d'échanger sur notre semaine.

et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham NKTUdCxm_o
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f498 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f496
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
On me dit GUINDÉ et c'est le cas ! Je me montre POMPEUX, PINCÉ, n'arborant que des vêtements griffés que personne ne doit toucher et par-dessus tout salir, au risque de se prendre mes foudres et mon courroux pour une bonne année. Je ne supporte pas les personnes qui ne savent pas se vêtir convenablement et cela se remarque immédiatement au travers de mes expressions, comme mes pincements de nez. On me dit « CON », je le suis certes, mais ce qui prime dans ce terme est le fait que je sois LUNATIQUE à souhait. Je change d'humeur en un battement de cils, si bien que je donne parfois le vertige ainsi que la nausée à mes étudiants et collègues. Il ne faut pas grand-chose afin que mon regard se voile pour devenir sombre, tandis que la seconde d'après je peux retrouver mon calme, comme si l'orage n'était jamais passé. Mon côté HARGNEUX correspond également au fait que l'on me dise des plus « cons ». Je semble perpétuellement de MAUVAISE HUMEUR, je suis assez IMPRÉVISIBLE et souvent AGRESSIF dans mes propos, lorsque l'on me pousse à bout. Bien évidemment, je ne frappe pas la gent féminine, mais en ce qui concerne les mâles, je ne retiens pas les coups de poings lorsque cela s'avère des plus nécessaires. L'agressivité va de paire avec la colère et il va s'en dire que je suis des plus COLÉRIQUES lorsque quelque chose ne va pas dans mon sens ou lorsque quelque chose n'est pas prévu. Je déteste cela, l'imprévisibilité. À vrai dire, j'exècre plus que toutes les situations où je n'ai pas le CONTRÔLE sur absolument tout, puisque je me sens VULNÉRABLE, et cela, je ne le supporte pas. J'ai un FORT TEMPÉRAMENT, je M'EMPORTE aisément, je hais plus que tout que l'on me tienne tête sur l'un de mes sujets de prédilections et je pense que l'on pourrait me nommer « Thor » pour la simple idée que je suis le dieu du tonnerre, celui présent dans mon regard lorsque je suis en rogne. Autrement, on me qualifie de FROID, du moins, c'est ce que disent tout ceux avec qui je ne suis pas proche. La raison ? Mon rapport avec ceux-ci se fait sans la moindre affection, ni même SANS CORDIALITÉ. Je me contente de faire cours à mes étudiants, de répondre aux questions sans montrer la moindre once de compassion si l'un d'eux se montre en difficulté. Ce qui prime est de se montrer PROFESSIONNEL. Que l'on puisse penser que je n'ai pas de cœur ne m'atteins définitivement pas. En ai-je un, par ailleurs ? Je ne répondrais pas à cette question, vous vous ferez un avis par vous-même.

Les personnes qui sont chères à mon cœur me connaissent comme étant ATTENTIF. Je porte toute mon ATTENTION à ceux que j'aime et je décèle dans leur regard s'ils vont bien ou si quelque chose cloche. Je suis AFFECTUEUX, usant de gestes de tendresse, puis je suis SERVIABLE ainsi que PRÉVENANT et ATTENTIONNÉ. J'offre des présents à profusions à ceux que j'aime, ma mère adoptive ainsi que ma jeune sœur, que j'affectionne énormément même si je leur souffle peu, puisque je préfère les actes aux mots. De manière générale, les femmes me considèrent comme un PARFAIT GENTLEMAN. Je leur tiens la porte, je me permets de tirer sur leur chaise afin qu'elles puissent s'asseoir, entre autres choses. Je ne considère pas cela comme quelque chose d'extraordinaire puisqu'à mon sens, il s'agit d'éducation et mes parents adoptifs se sont très bien occupés de cette part de celle-ci, bien mieux que d'autres aspects, à mon plus grand regret. Autrement, on me qualifie d'AMBITIEUX, dans le bon sens du terme, ce qui peut sembler incroyable au vu des lignes précédentes, bien que je le sois également dans les mauvais sens du terme, puisque je me considère comme cupide bien qu'AUDACIEUX et TÉMÉRAIRE. À noter que je suis également PRÉSOMPTUEUX. Lorsque je courtise une femme – ce qui s'avère rare – je me démontre DÉSESPÉRÉMENT ROMANTIQUE. Suis-je de l'un de ses personnages caricaturaux des romans d'amour lorsque moi-même, je suis… Intéressé par une femme ? Malheureusement, la réponse est oui. Je suis le genre d'hommes à écrire des poèmes, des sonnets sur la femme qui hante mes pensées, même si je ne lui fais pas parvenir. Le dernier point de caractère dont je vais vous révélez la teneur en est un que très peu de personnes connaissent et qui fait celui que je suis aujourd'hui, celui que l'on dépeint. Je suis TORTURÉ, BRISÉ, au plus profond de mon âme, de mon être. J'ai vécu une enfance des plus désastreuse, des plus misérables et il est clair que j'ai garde des stigmates, des cicatrices qui ne se dissiperont jamais. Je suis comme marquée à jamais au fer rouge, au niveau même de ce que l'on nomme « cœur » et une plaie béante le traverse, ce dit palpitant, qui peine à battre sans me faire atrocement mal à chacun de ses dits battements.


et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham Giq3vd4h_o
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f494 et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham 1f497
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||EDMUND EGERTON|| (père adoptif décédé - pnj) ★★★★ - ||HELEN EGERTON|| (mère adoptif - pnj) ★★★★ - ||KATHERINE EGERTON|| (sœur adoptive. - scénario) ★★★★ - ||BROWNIE|| (chiot femelle husky) ★★★★


||JAMES WINSLOW|| (meilleur-ami/comme un frère) ★★★★ - ||A. SNOW BURNS|| (meilleur-ami/bromance) ★★★★ - ||TAYLOR VEENA FOSTER|| (meilleure-amie/ex amour) ★★★★ - ||REBECCA WALSH|| (amie proche/collègue) ★★★★ - ||ANDREW T. SPECTOR|| (ami proche/ami de Londres) ★★★☆ - ||SLOANE JENKINS|| (amie proche/amie de Londres) ★★★☆ - ||ELLA MARRIOTT-W.|| (semblable à une sœur) ★★★☆ - ||LEANDRA T. CARREIRAO|| (amie proche/rapprochement) ★★★★ - ||IZZY BULGER|| (client/amie) ★★☆☆ - ||PRIMROSE BARLOW|| (auteure que je suis) ★★☆☆ - ||JOSÉPHINE PORTER|| (je ne sais pas quoi en penser) ★★☆☆ - ||TALLULAH WALTON|| (ma rédemption/protégée) ★★★☆ - ||BILLIE O'MALLEY|| (adorable curiosité) ★★★☆ - ||ALYSSIA VOLTURI|| (protégée/relation secrète car étudiante) ★★★☆ - ||HAIWEE WIND RIVER|| (complexe/étudiante) ★★★☆ - ||MICKEY AINSWORTH|| (ancien barman préféré) ★☆☆☆ - ||WILBY TREMBLAY|| (sdf/il me hait) ☆☆☆☆.

||WARNING CONCERNANT GRESHAM|| Violence + abus + accès de colère + suicide + mort.
et mes rêves s'accrochent à tes phalanges. | gresham C9AdfeL
||TRIGGER // REFUSE DE JOUER|| Pédophilie + zoophilie + cruauté animale + inceste + viol.

LIEN DU POST
Jeu 14 Jan - 3:40

ET MES RÊVES S'ACCROCHENT
À TES PHALANGES.
Pourquoi ai-je l’étrange sensation d’agir comme un enfant étant pris sur le point de faire une bêtise ? Ne suis-je pas un adulte, au jour d’aujourd’hui ? La réponse est évidente : si. Le fait est que je n’ai pour coutume de fuir de la sorte et je pense que ce que je suis en train de faire est « sot », seulement, avec cette Joey, je semble être pris par une sorte d’insouciance ou encore de désir de braver l’interdit. Vais-je m’en vouloir ? Sans doute. Je vais y songer, me remémorer cette journée ou plutôt, ce que je fais, là, tout de suite, mais pour le moment, mon seul souhait est de déguerpir le plus rapidement possible. Du coup, je m’empare de la main de cette jeune femme rousse et je l’entraîne à ma suite. Je nous conduis à ma Jaguar et lui ouvre galamment la portière côté passager puisque la secrétaire qui semble être une véritable furie nous court après, afin de nous rattraper. Mais que pourrait-elle faire, au juste ? Nous réprimander ? Je me ficherais de son monologue afin que l’on se sente coupable et que l’on réfléchisse à notre agissement. Je lui rappellerais que nous ne sommes obligés à rester, que nous pouvons annuler et que c’est nous qui déboursons de l’argent afin de voir le thérapeute et non elle. Puis, même si cela est impoli pour ce dernier, il ne vit pas grâce à deux consultations de plus, qui peuvent être éconduites, si ? Me sentant déjà moins coupable, je termine de rejoindre le côté conducteur et attends un instant afin de savoir si Joey va grimper ou non et lorsqu’elle le fait, je lui laisse le temps de boucler sa ceinture avant de filer. Bien sûr, par la suite, lorsque je prends la parole, elle ne me répond par des mots, mais fort heureusement pour moi, elle le fait dans des hochements de tête. *C’est déjà cela.* Je songe, pour finalement rouler jusqu’à notre arrêt à un feu tricolore et une nouvelle fois, je ne peux m’empêcher de prendre la parole. Ai-je du mal avec le silence ? Non, pas spécialement, seulement, lorsque je suis en compagnie d’une personne, j’aime converser et non composer avec le silence. C’est donc dans une sorte de « reproche » si je puis dire, que je lui affirme qu’elle ne m’a guère répondu au sujet de son prénom, car j’imagine sans mal que « Joey » est un diminutif, s’il s’agit bel et bien de son véritable identité. Après tout, comment faire confiance à une femme si taciturne ? Elle se joue des personnes, s’amuse ainsi, y prend sans doute du plaisir, et soudain, je m’interroge quant au « pourquoi » elle vient consulter ou plutôt, elle venait consulter. Ai-je commis une erreur en acceptant de fuir en le lui soufflant ? Après tout, que sais-je de ses problèmes ? Lèvres pincées, je termine de proposer à ce que nous dégustions un petit quelque chose, quand enfin, elle souffle un « pourquoi pas » qui pourtant, me semble être prononcé seulement pour rendre le change. Alors, lorsque je lui jette un coup d’œil, je note que sa silhouette est bien trop fine, pour ne pas dire mince et s’il ne s’agit pas de sa physiologie, jet m’imaginerais que c’est maladif. *Seigneur tout puissant !* Je jure dans mon esprit, mes mains pressant avec force mon volant, car je me rends compte de ce que je viens de faire si j’ai vu juste en réfléchissant. *Joey est anorexique.* Je songe, quand elle me sort de mes pensées en commençant au sujet de son prénom. Préférant ne lui lancer aucun regard puisque je me sens « con » et que je suis en rogne contre moi-même, je fixe la route se trouvant sous mes yeux tandis qu’elle continue et que j’en lève les yeux au ciel, à son interrogation. Ne pipant mot pour le moment, je finis par lui jeter un regard, perplexe, quant à ses ultimes dires. « Un prénom est un prénom, il n’a pas à me convenir ou non. C’est seulement de la curiosité de ma part. Je ne suis friand des surnoms. » Je fais une pause, relativement courte et reprends : « Quant au mien, qu’il soit un fardeau ou non pour moi, c’est ainsi que je me nomme et j’en porte le poids, sans que l’on m’affuble d’un autre. » Il faut dire que porter le poids du monde, de mes géniteurs, de tous ceux que j’aime est d’une facilité sans nom pour moi, puisque j’ai décidé à l’âge de mes sept ans que je prendrais les coups à sa place, afin qu’elle n’en prenne plus ou bien moins. C’est lors de cet instant, de cet événement que j’ai conditionnée en partie celui que je suis aujourd’hui : cet homme capable de tout prendre sur lui, de servir de bouclier pour les autres, ce genre de super-héros martyr, toujours prêt à mettre sa vie en péril afin d’expier ses pêchés et ceux de ses géniteurs.
@MADE BY ice and fire.


If I have a soul, it's yours. You're not my equal ; you're my better. You're my sticky little leaf.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: