Tahar Al-Zahar
CITIZEN - BOSTON
CITIZEN - BOSTON



0.06% du total / 8.47 messages par jour
avatar
Sujets créés SujetsMessages
Hors ligne | Dim 16 Sep - 21:13

/
Féminin
J'ai :
23
ans et je vis à :
boston, entre le kebab et tes quatre murs oppressants
. J'ai posé mes affaires ici le :
29/01/2018
et depuis, j'ai posté :
1965
messages et gagné :
-768
points. Actuellement, je suis :
employé au kebab du père babouche, j'sens la sauce harissa et l'agneau, j'traine aussi l'insta de photographie qui rapporte quedal parce que personne connait
et côté coeur, je suis :
le loup solitaire, celui qui resiste aux courbes et aux beaux sourires, les mauvais souvenirs qui twerkent dans la tête.
Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que :
j'suis l'arabe qui vend d'la fausse drogue de doliprane écrasés
. Oh et puis, on dit que je ressemble à :
joey london bb.
! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi :
lucie, neon cathedral
, et un grand merci à :
blue comet (av)
✽ DC/TC : :
personne, ouais.


HOTTER THAN HELL

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

i will come running
when you call my name

l’gamin à la peau grise, l’rebeu de boston. ton père l’algérien, son drapeau d’amour, l’amour de son pays. Il a rencontré sa femme, ta mère. cette déesse américaine. touriste, d’un jour. maintenant l’cœur pour l’algérie, pour toujours. t’es né là bas, l’alger avant d’t’envoler. Le nouveau monde, c’est là que t’as poussé, toi, t’es un putain de ricain. tes racines pour le maghreb, ouais les yeux qui voient gris. les yeux qui voient vert, rouge, blanc. l’algérie. ta mère a embarqué ton daron sur l’pays sauce burgy double steak direction boston, sa ville. tous les deux profs. la tête aux études. la mère mutée pour un concours à la con, l’missouri, t’avais à peine quinze ans (2010). le lycée dans le centre du pays. au lever de tes dix huit ans, c’est le macadam, poumons noirs de pollutions, tu retrouves ton terter, boston (2013). ton père a ouvert un kebab en ville à ce moment là, tu travailles là bas depuis toujours. (+) t’as un frère, grand frère (pnj), d’un an d’écart, vous êtes comme des jumeaux, à vous deux, si complémentaires, vous avez passés l’cap de vous parler pour vous comprendre. c’est lui qui t’a initié à l’audiovisuel et la photographie. votre passion à tous les deux, il tient son blog mode à la con, tu n’es que son photographe, son monteur vidéo. t’aimes cet univers, réalisation vidéo. c’est lui qui t’a trainé dans toutes ses bandes de potes, ouais, ton frère le populaire. tu suivais, sans jamais rien dire, t’en avais juste rien à branler d’être le beau mec tant envié, toi. le mystérieux, l’gars qu’est là, qui parle pas. (+) tu travailles au kebab de ton daron, t’as pas de diplôme en dehors du lycée. t’as pas b’soin de bout de papiers pour prouver ta valeur dans ce que t’aimes faire. ouais, t’as peut être ce petit bordel là. t’arrondis tes fins de mois avec ta vende de fausse drogue, putain de doliprane écrasé dans des petits sachets. tu vas finir par te faire buter. mais si tu savais. (+) mdr ouais, si tu savais que t’es daron. t’as une gamine dans ce pays d’merde. l’fruit d’une nuit, bourré, t’étais avec cette meuf, dans l’missouri. blonde de la bande de ton frère, ouais, deux ou trois regards. l’alcool, tu tiens pas. tahar fragile, hein. tu savais même pas qu’elle était vierge. tu savais pas qu’elle avait pas envie. t’en sais toujours rien.


TAHAR AL-ZAHAR
( you can find sunshine in the rain )



mystérieux, l’regard profond, trou noir. n’importe que pourrait se noyer dans tes prunelles. si charismatique. tu imposes ta présence, sans même le vouloir. tatouages le long de tes bras, cette expression si cynique sur ton visage. te voir sourire est un privilège. t’es pas méchant juste un peu violent, par moment, t’as déjà cassé des dents. tu fais l’fou, ouais, même si maintenant tu t’es calmé. les sujets sensibles qui peuvent te faire réagir au quart de tour, la famille, tes proches, tes amis, cette jalousie, celle qui t’a pourrie la vie. v’la aussi ce je m’en foutiste. t’en a rien à foutre des autres, les gens qui t’entourent, cette société de dépravée, de gros conards nés. tu ne vis que pour toi et ceux en qui tu crois. t’es pas mère theresa. t’as ces valeurs, au fond de toi, celles mises à mal dans c’te société que tu fais qu’observer, de loin. poumons noircis de la connerie humaine, tu déplores ce monde dans lequel tu vis. tu ne comprends rien, tu ne veux pas comprendre. qu’ils s’entretuent, tu seras entrain de photographier ta muse dans une usine désaffectée. tu survis, dans c’pays d’abrutis. t’es réaliste, l’mec avec les pieds enfouis sous terre, presque pessimiste parfois, juste des fatalités qui ne font que tomber. le karma t’y crois pas. tes quand même ce gars loyal, pas beaucoup de qualité, mais c’est quelque chose qu’on pourra pas t’enlever. cette rancune que tu cultives si longtemps, tu ne pardonnes rien. Tu te fais discret toi, t’es pas c’gars la, chercher les feux des projecteurs, plutôt dans l’ombre, dans l’coin d’la pièce. tu n’as pas de règles, seulement les tiennes. L’injustice que tu détestes, tu ne respectes que les règles qui te plaisent.
couleurs:
 
Ϟ DATE DE NAISSANCE :
20/05/1995
Envoyer un message privé
 
http://www.i-love-harvard.com/t94982-je-suis-seul-sur-une-plage-des-arctiques-tahar?nid=9#3478233
http://www.i-love-harvard.com/t95019-tahar-al-zahar-456-025-7878#3479694
 MEMBRE D UN CLUB ? :
 ANNÉE D'ÉTUDES :
 CURSUS SUIVI :
 MÉTIER :