::  :: City center :: Les habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Souvenir amer d'un amour menthe à l'eau. -- Ef

BIZUT DE LA LOWELL HOUSE
T. Noé Timchenko
BIZUT DE LA LOWELL HOUSE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t96250-t-noe-timchenko-camilla-christensen http://www.i-love-harvard.com/t96315-noe-d-extase-et-d-amour-feroce http://www.i-love-harvard.com/t96317-t-noe-timchenko-456-647-0082 http://www.i-love-harvard.com/t97947-http-formspring-me-noetimchenko http://www.i-love-harvard.com/t96322-t-noe-timchenko
avatar
J'ai : 24 ans et je vis à : Boston. . J'ai posé mes affaires ici le : 06/03/2016 et depuis, j'ai posté : 2948 messages et gagné : 410 points. Actuellement, je suis : étudiante en médecine et sport. et côté coeur, je suis : célibataire. Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis la lesbienne qu'il ne faut pas emmerder. . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Camilla Christensen. ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Alex , et un grand merci à : morrigan ✽ DC/TC : : .



Tarja Noé Timchenko
(hello world !)
bio : 23 ans. Franco-russe. Noé est née à St Petersbourg en Russie. A vécu dans un orphelinat jusqu'à ses 12 ans. A été enlevé à la naissance puis abandonnée pour morte. A apprit tardivement que sa mère était une étoile montante de la politique en Russie, et qu'elle a été assassinée le jour de son enlèvement. A été repérée dans la rue à ses 12 ans pour entrer dans une équipe de hockey sur glace. A d'abord joué avec des hommes, puis a intégré une équipe féminine de haut niveau. Son entraîneur l'a adoptée. Il possède une grande fortune, G. Timchenko est propriétaire du groupe d’investissement privé Volga Group, qui investit principalement dans les secteurs de l’énergie, de l’infrastructure, et du transport. Il est le seul homme qu'elle aimera dans sa vie.
A gagné la Coupe d'Europe des clubs champions de hockey sur glace féminin en 2014.
Surnommée TNT à cause de sa violence dans le jeu. Grande fan de roller derby, elle le pratique depuis deux ans. Etudie la médecine et le sport. Danse régulièrement, presque secrètement.
C'est une tête, mais elle n'a jamais révisé de sa vie. Elle a une très bonne mémoire visuelle.
Une peste, elle n'hésitera pas à insulter et se battre si on la cherche, ou pas d'ailleurs. Se fait passer pour une lesbienne pour ne pas qu'on s'intéresse à elle. A peur de tomber amoureuse. Très peur. A peur de l'abandon mais ne l'avouera jamais.
A décidé de continuer ses études à Harvard pour rejoindre l'équipe de Boston de hockey sur glace, mais aussi pour fuir son ex petit ami. Elle cache son passé, et n'en parle à personne.


caractère - Autonome ✰ Aventureuse ✰ Bonne vivante ✰ Boute-en-train ✰ Captivante ✰ Caractérielle ✰ Charismatique ✰ Courageuse ✰ Cultivée ✰ Déterminée ✰ Directe ✰ Dynamique ✰ Extravertie ✰ Forte de caractère ✰ Indépendante ✰ Leader ✰ Sportive ✰ Tenace

Agressive ✰ Arrogante ✰ Colérique ✰ Compétitive ✰ Cynique ✰ Impulsive ✰ Infernale ✰ Lunatique ✰ Méchante si on la cherche ✰ Menteuse ✰ Obstinée ✰ Profiteuse ✰ Râleuse ✰ Rancunière ✰ Snob parfois ✰ Susceptible ✰ Têtue ✰ Vulgaire

en plus : Noé est une femme mystérieuse, avec deux facettes : un visage doux, un caractère de merde. Elle ment comme elle respire, surtout pour cacher son passé et sa vie amoureuse de Russie. Elle boit en soirée, ne fume que quand elle est extrêmement énervée. Elle est ambidextre. Est aussi douée sur la glace qu'en salle d'opération. Extrêmement consciencieuse quand il s'agit de ses études. Ne donne pas sa confiance facilement et ne parle pas de son passé. Son ex petit ami était violent avec elle.




happy family  or not
(No lies)
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte



Do you want play with me ?
(love is in the air ? Or just oxygen ?)
PRESENT - /




one, two three drink
(frients only)
BEST -
FRIENDS - .





fuck you baby
(it's true, I don't like you !)
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte.



(#) Mer 24 Oct - 20:04

Ce soir, je n'ai vraiment pas la forme. Je rentre d'une soirée un peu trop alcoolisée en ville. Elle était vraiment sympa, la musique était bonne et j'ai pas mal bu. Et je ne sais pas pourquoi, mais dès que mes paupières se ferment je vois Efrain. Et ce soir, ça m'agace. Parce que je ne veux pas penser à lui, que j'ai envie de profiter de ma nouvelle vie sur Boston, de mes nouvelles rencontres. Ce soir, j'ai l'impression de repasser en boucle la perte de mon bébé, le sang qui coule le long de mes jambes, Rio qui me récupère dans la rue pour m'accompagner à l’hôpital de Moscou, et les lèvres d'Ef qui se posent sur les miennes juste avant . Et toutes mes pensées vers lui me font revivre les histoires avec Demyan. J'ai besoin de lui en parler, j'ai besoin de partager mon lit ce soir. Il est 4h30 du matin, et j'ai oublié ma veste à la soirée. J'erre un moment dans la rue, et finis par me retrouver en bas de chez lui. Comment entrer ? La solution de facilité, attendre. La patience n'est pas ma plus grande qualité. Les mains frottent les bras pour essayer de me réchauffer, sans grand succès. La délivrance arrive enfin, et je me faufile par la porte entre ouverte. Prendre les escaliers en courant, pour me réchauffer un peu. Je fouille dans le bordel de mon sac et trouve une petite clé pour ouvrir l'appartement. « Au cas où. » Demyan, ou un autre problème. J'avance dans le noir, je ne veux pas le réveiller. Je me dirige dans sa salle de bain et prends une douche rapidement, à l'aise. En sortant, juste couverte par la serviette, je file à sa penderie et lui vole un caleçon et un pull moche que j'enfile. Un coup d’œil dans le miroir juste éclairé par la lune au dessus des volets. Oui, il est vraiment moche Ef, comment tu peux porter ça ? Il me va clairement bien mieux à moi. Je laisse mes vêtements sur une chaise. Je me rapproche du lit, soulève un côté de la couette et me faufile dans le lit avec lui. Mes cheveux humides laissent glisser quelques gouttes d'eau sur le drap, et même peut-être sur mon ami. Dos à moi, je le prends dans mes bras, pose mon nez sur son omoplate et respire son odeur. Oui, je crois que ce soir, j'avais besoin de toi.

@Efrain Delarosa J'me suis permise de faire quelques suppositions, mpotte moi si tu veux que je change quelque chose <3




   
T. Noé Timchenko
   C'est comme un parfum de nocturnes qui auraient le goût des levers du jour. Parce qu'elle elle dit jamais je t'aime, parce que sans équivoque aucune, la liberté au bout des doigts entre le marteau et l'enclume. C'est la luciole au fond des nuits, c'est comme rouler sans le permis
   
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT DE LA WINTHROP HOUSE
Efrain Delarosa
BIZUT DE LA WINTHROP HOUSE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t97057-efrain-delarosa-trevor-signorino http://www.i-love-harvard.com/t97164-efraim-what-do-you-call-a-fat-pumpkin-a-plumpkin http://www.i-love-harvard.com/t97186-efrain-delarosa-456-747-6815#3559108 http://www.i-love-harvard.com/t97185-http-formspring-me-efraindelarosa#3559106 http://www.i-love-harvard.com/t97188-snap-ehfreine#3559121 http://www.i-love-harvard.com/t97187-efrain-delarosa#3559112
avatar
(double nationalité : mexicain) J'ai : 24 ans et je vis à : Boston . J'ai posé mes affaires ici le : 16/10/2018 et depuis, j'ai posté : 176 messages et gagné : 413 points. Actuellement, je suis : étudiant en sixième année de médecine et côté coeur, je suis : célibataire, mais pas pour autant seul dans mon lit. Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis le mec mignon qui sait comment jouer de ses charmes pour obtenir ce qu'il veut. Ils ont raison . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Trevor Signorino ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Redpix (ou lolo) , et un grand merci à : Hoodwink ✽ DC/TC : : aucun DC

Qui suis-je ? Quelle drôle de question. Dans le coin, tout le monde me connait. Les gens me surnomment Frain parce qu’ils n’apprécient pas des masses mon prénom (Efrain). Je crois surtout qu’ils sont agacés d’être repris sur leur prononciation à chaque fois qu’ils tentent de m’appeler par mon prénom. J’ai soufflé ma vingt-quatrième bougie au début du mois d’octobre (le 09 pour ceux qui aiment célébrer les anniversaires de tous leurs amis Facebook) et j’ai passé une bonne partie de mon enfance à Los Angeles avant d’atterrir à Cambridge pour mes études universitaires. Issu d’une famille aisée, j’estime tout de même en avoir bavé puisque j’ai été confronté au racisme toute ma vie et que rien n’est sur le point de s’arranger avec un clown comme Trump au pouvoir. Comment être respecté par les autres quand votre Président veut ériger un mur entre le Mexique et les États-Unis ? Ah oui, parce que j’ai la double nationalité (Américain et Mexicain), ma mère est une américaine pure souche, elle est journaliste d’investigation et a énormément voyagé pour couvrir les sujets les plus brûlants. Mon père est un immigré mexicain qui a gagné le respect des habitants de notre quartier à travers son métier, oui, parce qu’il est pompier… Bientôt à la retraite, il demeure mon héros et un exemple digne de ce nom pour moi. Le racisme auquel j’ai été confronté toute ma vie n’a fait que renforcer mon caractère. Je me suis endurci et j’ai appris à me servir de ma différence et à en faire une force. Étudiant en sixième année de médecine (mineur : langues étrangères français et russe), j’ai eu l’opportunité de partir étudier une année en Russie lorsque j’étais au lycée et de retourner en Russie une année supplémentaire dans le cadre d’un programme de Teacher Assistant entre ma cinquième et ma sixième année de médecine (année scolaire 2017-2018). J’ai profité de cette année pour faire du bénévolat dans des associations d’aide aux adolescents homosexuels rejetés par leur famille car… Oui, la situation en Russie est assez critique lorsqu’il est question d’homosexualité. Encore plus qu’aux États-Unis.


On me juge souvent à tort, sous prétexte que j’ai beaucoup d’argent grâce à mes parents et pas eu besoin de travailler jusqu’à maintenant pour financer mes études, sous prétexte que j’ignore ce qu’est l’échec. Ceux qui ne me connaissent pas, partirons du principe que je ne suis qu’un gosse de riche de plus, un mec qui a le melon, qui est présomptueux, égocentrique et détestable. Loin de tous ces clichés, je suis en réalité un garçon très empathique et à l’écoute. Mes parents ont galéré avant de gagner de l’argent et ils m’ont appris à économiser, à ne pas prendre mon statut pour acquis. Ils m’ont transmis des valeurs humanistes, m’ont appris à respecter mon prochain, à ne jamais me baser sur mes aprioris et à systématiquement nuancer mon propos. Je sais reconnaitre lorsque j’ai tort, même si je suis têtu et que je me bats pour mes convictions, et je ne reste jamais très longtemps en colère contre quelqu’un. D’un naturel optimiste, j’ai le regard constamment porté vers le futur plutôt que dans le passé qui, à mes yeux, n’a plus rien à m’apporter si ce n’est des leçons pour ne pas répéter les mêmes erreurs. Incapable de m’appuyer sur mes acquis, je me remets constamment en question et c’est de là que je tiens ma rigueur. Observateur, j’ai souvent tendance à être trop curieux et intrusif. Incapable de mentir, je suis abrupt et j’éprouve beaucoup de difficultés à mettre les formes lorsque je sais que je marche sur des œufs.





(#) Sam 27 Oct - 21:23
souvenir amer d'un amour menthe à l'eau
Nofrain
J’erre depuis plusieurs dizaines de minutes sans but réel, sans direction précise à suivre. Ce sont mes pieds qui me guident, ils semblent vouloir m’indiquer un chemin, ils me mènent quelque part sans que je puisse anticiper sur ce qui est sur le point de se produire. La lumière, d’abord tamisée, disparait complètement dans un court tintement. Est-ce à cause d’une explosion ? Une sirène commence à retentir et j’entends des cris partout dans la rue. Quelques marches me mènent en dehors de mon immeuble et mes yeux sont immédiatement attirés par le spectacle apocalyptique qui se joue dans le ciel. Point d’obscurité, ni même d’étoiles pour éclairer un paysage qui, à cette heure de la nuit, devrait être sombre. Il n’y a qu’un ciel rouge sang, de nombreux vaisseaux flottant dans les airs et… Et ces morts vivants, des êtres affamés de chair. Ils hurlent, grognent et dévorent de pauvres innocents au milieu de la rue. Leurs vêtements sont tâchés de sang, ils ont le visage complètement défiguré, baignent dans une marre de liquide rouge foncé qui, et je le devine assez aisément, ne leur appartient pas. C’est l’Enfer, les plus grands acolytes de Lucifer ont décidé qu’il était temps d’inonder la terre et d’embraser notre planète. Je tente de prendre la fuite mais tous ces macchabés se multiplient au fur et à mesure que j’avance, ils sont partout… J’ai beau courir, ils parviennent toujours à me surprendre en surgissant d’une rue, d’en dessous d’une voiture, d’une vitrine… Ils m’encerclent à une allure stupéfiante et bondissent sur moi. Mes cris sont bientôt étouffés par la symphonie glaçante de leurs mâchoires s’enfonçant dans ma chair pour en arracher de gros fragments. Quelqu’un me touche et m’arrache à un sommeil d’une violence sans nom. Il ne s’agissait que d’un mauvais rêve. Je suis en sueur, mes muscles tendus et encore sous pression après un cauchemar d’une telle intensité. Un élément demeure cependant bel et bien réel. Quelqu’un se trouve là, contre moi, allongé dans l’obscurité alors que je me suis couché seul. Je n’ai aucun doute là-dessus, il est peut-être samedi soir mais je ne suis pas sorti et je n’ai pas consommé la moindre goutte d’alcool. Impossible que je ne me souvienne pas d’avoir escorté quelqu’un jusque dans mon lit. J’attrape mon téléphone pour pouvoir le déverrouiller et m’offrir une source de lumière suffisamment forte pour pouvoir jeter un coup d’œil à la personne qui se trouve dans mon dos. Mes traits s’adoucissent immédiatement, ce n’est que Noé. « Nono, tout va bien ? » Je suis surpris de la voir ici, surtout à cette heure-là. Je suis pourtant loin de m’en agacer, au contraire, je me retourne pour pouvoir glisser mon bras contre sa tête et me blottir contre elle.  
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT DE LA LOWELL HOUSE
T. Noé Timchenko
BIZUT DE LA LOWELL HOUSE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t96250-t-noe-timchenko-camilla-christensen http://www.i-love-harvard.com/t96315-noe-d-extase-et-d-amour-feroce http://www.i-love-harvard.com/t96317-t-noe-timchenko-456-647-0082 http://www.i-love-harvard.com/t97947-http-formspring-me-noetimchenko http://www.i-love-harvard.com/t96322-t-noe-timchenko
avatar
J'ai : 24 ans et je vis à : Boston. . J'ai posé mes affaires ici le : 06/03/2016 et depuis, j'ai posté : 2948 messages et gagné : 410 points. Actuellement, je suis : étudiante en médecine et sport. et côté coeur, je suis : célibataire. Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis la lesbienne qu'il ne faut pas emmerder. . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Camilla Christensen. ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Alex , et un grand merci à : morrigan ✽ DC/TC : : .



Tarja Noé Timchenko
(hello world !)
bio : 23 ans. Franco-russe. Noé est née à St Petersbourg en Russie. A vécu dans un orphelinat jusqu'à ses 12 ans. A été enlevé à la naissance puis abandonnée pour morte. A apprit tardivement que sa mère était une étoile montante de la politique en Russie, et qu'elle a été assassinée le jour de son enlèvement. A été repérée dans la rue à ses 12 ans pour entrer dans une équipe de hockey sur glace. A d'abord joué avec des hommes, puis a intégré une équipe féminine de haut niveau. Son entraîneur l'a adoptée. Il possède une grande fortune, G. Timchenko est propriétaire du groupe d’investissement privé Volga Group, qui investit principalement dans les secteurs de l’énergie, de l’infrastructure, et du transport. Il est le seul homme qu'elle aimera dans sa vie.
A gagné la Coupe d'Europe des clubs champions de hockey sur glace féminin en 2014.
Surnommée TNT à cause de sa violence dans le jeu. Grande fan de roller derby, elle le pratique depuis deux ans. Etudie la médecine et le sport. Danse régulièrement, presque secrètement.
C'est une tête, mais elle n'a jamais révisé de sa vie. Elle a une très bonne mémoire visuelle.
Une peste, elle n'hésitera pas à insulter et se battre si on la cherche, ou pas d'ailleurs. Se fait passer pour une lesbienne pour ne pas qu'on s'intéresse à elle. A peur de tomber amoureuse. Très peur. A peur de l'abandon mais ne l'avouera jamais.
A décidé de continuer ses études à Harvard pour rejoindre l'équipe de Boston de hockey sur glace, mais aussi pour fuir son ex petit ami. Elle cache son passé, et n'en parle à personne.


caractère - Autonome ✰ Aventureuse ✰ Bonne vivante ✰ Boute-en-train ✰ Captivante ✰ Caractérielle ✰ Charismatique ✰ Courageuse ✰ Cultivée ✰ Déterminée ✰ Directe ✰ Dynamique ✰ Extravertie ✰ Forte de caractère ✰ Indépendante ✰ Leader ✰ Sportive ✰ Tenace

Agressive ✰ Arrogante ✰ Colérique ✰ Compétitive ✰ Cynique ✰ Impulsive ✰ Infernale ✰ Lunatique ✰ Méchante si on la cherche ✰ Menteuse ✰ Obstinée ✰ Profiteuse ✰ Râleuse ✰ Rancunière ✰ Snob parfois ✰ Susceptible ✰ Têtue ✰ Vulgaire

en plus : Noé est une femme mystérieuse, avec deux facettes : un visage doux, un caractère de merde. Elle ment comme elle respire, surtout pour cacher son passé et sa vie amoureuse de Russie. Elle boit en soirée, ne fume que quand elle est extrêmement énervée. Elle est ambidextre. Est aussi douée sur la glace qu'en salle d'opération. Extrêmement consciencieuse quand il s'agit de ses études. Ne donne pas sa confiance facilement et ne parle pas de son passé. Son ex petit ami était violent avec elle.




happy family  or not
(No lies)
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte



Do you want play with me ?
(love is in the air ? Or just oxygen ?)
PRESENT - /




one, two three drink
(frients only)
BEST -
FRIENDS - .





fuck you baby
(it's true, I don't like you !)
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte.



(#) Lun 29 Oct - 14:41

Fermer les yeux. C'est pire. Tout tourne dès que mes paupières sont closes, et mes pensées vaquent à leur occupation favorite : me faire souffrir en me rappelant les mauvais moment de mon existence. Je me force, ferme les paupières encore plus fermement pour faire fuir les mauvaises pensées, serre ce corps contre le mien. Son odeur m'envahit et me calme petit à petit, sa chaleur détend mon corps. Penser à Ef dans mes bras, me recentrer sur le présent me fait du bien. Lui, il n'a pas l'air si paisible non plus, et comme un transfert entre nos corps, sa détresse semble m'envahir un peu plus. L'alcool n'aide pas mes pensées dépressives. Il gémit, bouge un peu, tremble parfois. La bouillotte entre mes bras se contracte, transpire. Son rêve n'est pas mieux que ma réalité apparemment. J'aimerai pouvoir le soutenir, calmer son angoisse, le faire revenir dans le monde réel qui ne le sauvera peut-être pas de ses mauvaises pensées. Je me blottis encore un peu plus contre lui, laisse glisser mes doigts sur son bras dans un frôlement presque imperceptible. Je suis nulle pour être douce parce que je préfère que personne ne connaisse cette capacité. D'habitude, je reste froide et stoïque devant la détresse mais sentir Ef dans cet état me rend malade. J'ai encore plus envie de vomir. Ses muscles se tendent encore plus, et le sursaut le réveille dans un état second. Il a l'air perdu, j'ai l'air sans consistance. La tête dans le brume contre le sang brûlant dans ses veines. Il est le volcan quand je suis l'iceberg. Il doit se demander ce que je fais chez lui, mais sans plus aucune panique, il se retourne et s'installe contre moi. Mon visage trouve une place au creux de son cou alors que mon corps lourd se dandine maladroitement pour me rapprocher encore plus de lui. « Nan, ça ne va pas. » Le silence s'installe, le noir nous entoure dans cette ambiance cotonneuse de mon cerveau brouillé par l'alcool. « J'ai trop bu, et ça n'aide pas pour oublier Ef. » Mes pensées me parlent, intérieurement, comme cette seconde personne, ou plus encore, qui parle à la vraie moi. Comme un mode schizophrène enclenché. T'avais besoin de le voir, besoin de le sentir contre toi pour la fin de la nuit. T'avais besoin de lui parler de son angoisse à l'hôpital ce jour là, à ce soutien sans faille. T'avais besoin de lui demander ce que ce baiser signifiait, et puis, pourquoi autant d'aide apportée. Mais pour le moment, je laisse le calme s'installer de peur de créer une tempête. « T'as fait un cauchemar ? » Pour faire taire cette voix dans ma tête qui me rappelle mes objectifs premiers, et les sensations de notre baiser que mes lèvres ne semblent pas avoir oubliées. Je ferme les yeux, me retiens d'embrasser son cou. « J'suis désolée, j'aurai du m'installer dans le canapé pour ne pas te réveiller. » Fuir ses idées étranges tout en le serrant encore plus contre moi. Je suis une imbécile, je n'aurais jamais du venir ici.

@Efrain Delarosa




   
T. Noé Timchenko
   C'est comme un parfum de nocturnes qui auraient le goût des levers du jour. Parce qu'elle elle dit jamais je t'aime, parce que sans équivoque aucune, la liberté au bout des doigts entre le marteau et l'enclume. C'est la luciole au fond des nuits, c'est comme rouler sans le permis
   
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT DE LA WINTHROP HOUSE
Efrain Delarosa
BIZUT DE LA WINTHROP HOUSE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t97057-efrain-delarosa-trevor-signorino http://www.i-love-harvard.com/t97164-efraim-what-do-you-call-a-fat-pumpkin-a-plumpkin http://www.i-love-harvard.com/t97186-efrain-delarosa-456-747-6815#3559108 http://www.i-love-harvard.com/t97185-http-formspring-me-efraindelarosa#3559106 http://www.i-love-harvard.com/t97188-snap-ehfreine#3559121 http://www.i-love-harvard.com/t97187-efrain-delarosa#3559112
avatar
(double nationalité : mexicain) J'ai : 24 ans et je vis à : Boston . J'ai posé mes affaires ici le : 16/10/2018 et depuis, j'ai posté : 176 messages et gagné : 413 points. Actuellement, je suis : étudiant en sixième année de médecine et côté coeur, je suis : célibataire, mais pas pour autant seul dans mon lit. Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis le mec mignon qui sait comment jouer de ses charmes pour obtenir ce qu'il veut. Ils ont raison . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Trevor Signorino ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Redpix (ou lolo) , et un grand merci à : Hoodwink ✽ DC/TC : : aucun DC

Qui suis-je ? Quelle drôle de question. Dans le coin, tout le monde me connait. Les gens me surnomment Frain parce qu’ils n’apprécient pas des masses mon prénom (Efrain). Je crois surtout qu’ils sont agacés d’être repris sur leur prononciation à chaque fois qu’ils tentent de m’appeler par mon prénom. J’ai soufflé ma vingt-quatrième bougie au début du mois d’octobre (le 09 pour ceux qui aiment célébrer les anniversaires de tous leurs amis Facebook) et j’ai passé une bonne partie de mon enfance à Los Angeles avant d’atterrir à Cambridge pour mes études universitaires. Issu d’une famille aisée, j’estime tout de même en avoir bavé puisque j’ai été confronté au racisme toute ma vie et que rien n’est sur le point de s’arranger avec un clown comme Trump au pouvoir. Comment être respecté par les autres quand votre Président veut ériger un mur entre le Mexique et les États-Unis ? Ah oui, parce que j’ai la double nationalité (Américain et Mexicain), ma mère est une américaine pure souche, elle est journaliste d’investigation et a énormément voyagé pour couvrir les sujets les plus brûlants. Mon père est un immigré mexicain qui a gagné le respect des habitants de notre quartier à travers son métier, oui, parce qu’il est pompier… Bientôt à la retraite, il demeure mon héros et un exemple digne de ce nom pour moi. Le racisme auquel j’ai été confronté toute ma vie n’a fait que renforcer mon caractère. Je me suis endurci et j’ai appris à me servir de ma différence et à en faire une force. Étudiant en sixième année de médecine (mineur : langues étrangères français et russe), j’ai eu l’opportunité de partir étudier une année en Russie lorsque j’étais au lycée et de retourner en Russie une année supplémentaire dans le cadre d’un programme de Teacher Assistant entre ma cinquième et ma sixième année de médecine (année scolaire 2017-2018). J’ai profité de cette année pour faire du bénévolat dans des associations d’aide aux adolescents homosexuels rejetés par leur famille car… Oui, la situation en Russie est assez critique lorsqu’il est question d’homosexualité. Encore plus qu’aux États-Unis.


On me juge souvent à tort, sous prétexte que j’ai beaucoup d’argent grâce à mes parents et pas eu besoin de travailler jusqu’à maintenant pour financer mes études, sous prétexte que j’ignore ce qu’est l’échec. Ceux qui ne me connaissent pas, partirons du principe que je ne suis qu’un gosse de riche de plus, un mec qui a le melon, qui est présomptueux, égocentrique et détestable. Loin de tous ces clichés, je suis en réalité un garçon très empathique et à l’écoute. Mes parents ont galéré avant de gagner de l’argent et ils m’ont appris à économiser, à ne pas prendre mon statut pour acquis. Ils m’ont transmis des valeurs humanistes, m’ont appris à respecter mon prochain, à ne jamais me baser sur mes aprioris et à systématiquement nuancer mon propos. Je sais reconnaitre lorsque j’ai tort, même si je suis têtu et que je me bats pour mes convictions, et je ne reste jamais très longtemps en colère contre quelqu’un. D’un naturel optimiste, j’ai le regard constamment porté vers le futur plutôt que dans le passé qui, à mes yeux, n’a plus rien à m’apporter si ce n’est des leçons pour ne pas répéter les mêmes erreurs. Incapable de m’appuyer sur mes acquis, je me remets constamment en question et c’est de là que je tiens ma rigueur. Observateur, j’ai souvent tendance à être trop curieux et intrusif. Incapable de mentir, je suis abrupt et j’éprouve beaucoup de difficultés à mettre les formes lorsque je sais que je marche sur des œufs.





(#) Mar 6 Nov - 17:55
souvenir amer d'un amour menthe à l'eau
Nofrain
Un cauchemar comme un autre, récurrent, toujours plus détaillé, plus sanglant, plus effrayant que la fois précédente. Un peu comme si je me retournais pour prendre en compte les rêves précédents et que j’essayais d’en produire une suite toujours plus immense pour me surprendre moi-même. La conclusion est la même qu’à chaque fois, je suis interrompu en plein milieu de mon expérience horrifique – et heureusement – pour X ou Y raison. Parfois c’est mon réveil qui sonne et m’arrache à ce cauchemar, d’autres fois il s’agit simplement d’un bruit divers qui m’arrache à un sommeil beaucoup trop léger. Cette nuit, c’est surtout la présence d’une autre personne dans mon lit qui me réveille. Inhabituel, je n’utiliserais pas ce terme. Je partage régulièrement mes nuits avec mes conquêtes du moment, des potes qui crèchent à la maison après des fêtes trop arrosées ou ces amis qui viennent à la maison pour une soirée tranquille, Netflix and Chill, ceux avec qui je ne vois pas le temps passer et à qui je propose systématiquement de dormir à la maison pour leur éviter de rentrer en plein milieu de la nuit. Hier, je ne me suis pas endormi aux côtés d’une personne, j’étais seul, d’où ma surprise lorsque je sens que l’on tente de m’étreindre. La douceur me rassure, parce qu’un tueur en série ne viendrait pas se blottir contre moi s’il voulait simplement me trouer la peau. Qui que ce soit, la personne risque d’être repoussée par la sueur qui recouvre une bonne partie de mon corps, la faute à un cauchemar d’une intensité étouffante. J’ai le souffle court, à moitié réveillé et à moitié endormi, prisonnier de ce rêve glauque. J’échappe à la mort de justesse mais je pourrais encore vous décrire avec précision les sensations que procuraient les mâchoires de ces zombies lorsqu’elles s’abattaient sur ma peau. Je me retourne et me rend compte qu’il ne s’agit que de Noé. Cette révélation contribue à tranquilliser mon cœur, à m’apaiser. La surprise reste la même mais le plaisir prend bientôt le dessus sur tout le reste. Je la serre tendrement contre moi, frissonne lorsque son visage vient lentement se caller contre ma poitrine, tout près de mon cœur qui bat régulièrement sous ma cage thoracique. Vous pensez qu’elle l’entend battre la mesure là-dessous ? L’oreille appuyée contre ma peau brûlante. « T’es sortie cette nuit ? » Je tarde à réagir en fronçant les sourcils, l’odeur alcoolisée de son haleine m’arrachant un grommellement partiellement dégouté. « Tu sais pourtant que l’alcool et toi, ça ne fait pas bon ménage ! » Je ne la dispute pas, il s’agit plutôt d’une remarque détachée, d’un constat un brin moqueur. « Sur une échelle d’un à dix, un correspondant à une envie de vomir quasi-inexistante et dix correspondant à l’envie de vomir ultra imminente… Où tu estimes te trouver ? » Simple curiosité, que je prévois la bassine au plus vite pour éviter un affreux jet de vomi partout sur mes draps. Ses propos m’interpellent et j’oublie presque de répondre aux questions qu’elle me pose, on s’en fiche de savoir si j’ai fait un cauchemar, non ? « Il ne pourra plus jamais te faire de mal, Nono. Il ignore que tu es là, il ne le saura jamais… Je m’en suis assuré, j’ai fait le nécessaire, tu m’entends ? » Mes doigts se perdent tendrement dans sa chevelure que je caresse avec douceur pour la rassurer, pour la calmer. Elle semble encore plus crispée que moi quand j'ai été arraché à mon cauchemar.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: City center :: Les habitations-
Sauter vers: