informations
Cette nouvelle version est signée nympheas et persona. Comme vous pouvez le constater, des nouveaux codes ont été mis en place pour donner un petit vent de fraîcheur à notre beau forum et pour ce miracle, on remercie aussi persona. Merci aussi à dark dreams. pour l'installation et la personnalisation de plusieurs tutoriaux ainsi que pour son aide dans les réglages des nouveaux codes ainsi que leurs bugs. Nous remercions également cc crush (listings des membres), ange tuteur (messenger) et never utopia (barre latérale) pour leurs aides précieuse.



 

 ::  :: Archives 2012-2019 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The depress Room || Scarlan

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
PRESIDENT DE LA MATHER HOUSE
Alan Landrum
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t77833-alan-landrum-destiny-is-bullshit http://www.i-love-harvard.com/t95663-alan-landrum-456-598-2411 http://www.i-love-harvard.com/t85705-http-formspring-me-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77917-http-instagram-com-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77915-snap-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t83729-alan-landrum
The depress Room || Scarlan Us-flag-icon J'ai : 24 ans et je vis à : en colocation avec ma rouquine préférée et une brunette diablement sexy à la Mather House J'ai posé mes affaires ici le : 17/07/2017 et depuis, j'ai posté : 7147 messages et fait : 6 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiant et interne en médecine et côté coeur, je suis : amoureux d'une fille qui est à des kilomètres de moi désormais. . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : Je suis le mec qui garde le sourire en toutes circonstances et qui est toujours en train de bouffer sans prendre le moindre gramme. Oh et puis, on dit que je ressemble à : Dane DeHaan D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Kevin, Keke, Kev... , et un grand merci à : Acid Rain pour le profil ♥ ✽ DC/TC : : Dylan W. Thomas
The depress Room || Scarlan Original
ALAN LANDRUM
The depress Room || Scarlan 1467464190-signatest
Come here and read me,
I tell you a story.

Je ne saurais dire pourquoi je vous raconte tout ça, peut-être qu’en un sens ça me libère d’un poids, qu’en parler me donne l’impression de me débarrasser de tout ce poids qui peut peser sur mes épaules par moments. Certains trouveront surement cela ennuyeux et sans le moindre intérêt, partiront avant même la fin de cette histoire, mais vous ne saurez pas ce qui fait ce que je suis dans ce cas, vous ne connaitrez pas les péripéties qui ont forgés l’homme fragile qui se cache derrière ce visage que je montre au monde. Ce ne serait pas une grande perte, je vous l’accorde volontiers, mais s’il vous plaît, lisez ça jusqu’au bout…

Je suis un natif de la Grosse Pomme, New York pour ceux qui ne connaîtrait pas son surnom, et j’étais persuadé de vivre dans un environnement familiale stable, de recevoir tout l’amour dont un enfant a besoin. Mais ça, c’est jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre que le vrai visage de mon père n’était pas celui qu’il montrait tous les jours au monde. Une fois à la maison, la bouteille se vidait à une vitesse folle et finalement, les coups ont plu sur le visage de ma mère aussi vite que les gouttes s’écrasaient sur la fenêtre de ma chambre ce soir là. Vous avez idée ce que ça fait pour un enfant d’entendre le poing de son père s'écraser contre la mâchoire de sa Maman ? Un traumatisme, tout simplement. Il est amusant de se dire que j’ai peur de l’orage depuis ce jour, non pas à cause des éclairs ou du tonnerre, mais parce que cela me rappelle le bruit des coups et les cris de ma mère que j’ai pu entendre cette nuit là alors que je me réfugiais sous ma couette, n’osant pas aller lui venir en aide.

Il est beaucoup plus triste cependant de savoir qu’il a fallu que ma mère tombe gravement malade pour enfin fuir ce père indigne et violent, fuyant jusqu’en Californie à l’âge de mes 12 ans pour que ma mère soit hospitalisé dans un centre spécialisé adaptés à ses besoins. Étonnamment, c’est durant ces années là que nous avons été le plus heureu ma mère et moi, me glissant dans son lit d’hôpital chaque nuit tandis qu’elle me contait des histoires comme elle savait si bien le faire, ne parvenant même pas à m’endormir tant ces dernières étaient intéressantes. Cependant, quelques années plus tard, à mes 18 ans plus exactement, elle m’a forcé à suivre mon rêve, à la laisser et à intégrer le cursus de médecine à Harvard. Les séparations ont été difficiles, mais elle avait toujours le dernier mot, je ne pouvais lutter contre elle. J’ai donc accepté de mettre des milliers de kilomètres entre nous, non sans lui promettre de parvenir à trouver moi-même un moyen de la soigner le jour où je serais devenus médecin. Quel imbécile je faisais franchement… Je le suis sûrement encore aujourd’hui d’ailleurs.

Néanmoins, je ne peux nier que mes années à Harvard sont joyeuses, surtout les premières. Retrouver mon ami d’enfance en ces lieux fut une de mes plus grande joie après toutes ces années. Qui aurait cru que le modeste Landrum aurait pour meilleur ami l’héritière de la famille Kennedy ? Même moi j’ai encore du mal à y croire. Evidemment, il y a eu des hauts et des bas, surtout en amour. L’amour… Un concept étrange quand on y pense non ? J’ai eu ma première petite-amie très tard, elle était en premier lieu une très bonne amie puis cela a évolué dans une relation amoureuse que je pensais être la bonne. Le naïf que je suis s’est encore fait avoir, la demoiselle me laissant une simple lettre pour m’avouer qu’elle m’avait trompé et qu’elle quittait l’état, que je ne la reverrais plus jamais. Toujours est-il que je pourrais presque la remercier, parce que je n’aurais jamais rencontré celle que je considère désormais comme l’amour de ma vie: Rain. Je ne vous cacherais pas que cela a parfois était tumultueux, le voyage n’était pas de tout repos, des baffes dans la gueule, des cris, des secrets, des pleurs parfois même. Mais l’aboutissement en valait la peine. Certains diront que je suis fou, parce que je ne sais même plus où se trouve cette femme en ce moment même, mais je suis sûr de mes sentiments à son égard, tout comme je suis persuadé des siens envers moi. Notre histoire n’as jamais rien eu de conventionnel de toutes façon. Je suis juste certains que je ne pourrais jamais aimer une autre femme comme je l’aime, je me contenterais de cette solitude, me rassurant en me disant qu’une femme en ce monde m’aime d’amour et qui sait, elle se trouveras peut-être sur le pallier de ma porte un jour. Je suis prêt à attendre, peu importe le temps qu’il faudra.

Et pourtant… Des fois je me dis que tout serait plus simple si je mettais un terme à tout ça, une fois pour toutes. Plus de souffrance amoureuse, plus de trou noir dû à un alcoolisme démesuré et surtout, plus d'inquiétude persistante concernant une mère mourante. Je ne ferais que l'accompagner dans ce nouveau voyage que nous ferions une fois de plus côte à côte. Si vous tombez un jour sur ce message, ne vous en faites pas pour moi, réjouissez vous, je suis avec la personne à qui je tiens le plus au monde, et ce pour l'éternité.

(message écrit dans un journal très bien caché pour le moment)




The depress Room || Scarlan Empty
LINK THIS POSTSam 8 Sep 2018 - 19:06


The depress room
Scarlan




Mouais... En ce moment c'est vraiment pas la grande forme. J'ai bien tenté de m'enlever de la tête cette histoire de petite-amie qui se retrouve incarcérée et qui refuse que je lui rende visite mais je n'y parviens pas. Cette histoire tourne en boucle dans mon esprit à la recherche d'un indice dans le passé de notre relation qui aurait pu me mener sur ce secret de Rain. Je commence à me résigner, à me dire que c'était finalement une très bonne menteuse et que je me suis fait avoir comme un imbécile, me faisant mener par le bout du nez pendant des mois. Ces derniers jours, j'ai trouvé des amis, des nouvelles connaissances pour me tenir compagnie et me changer les idées, mais ce soir, personne de disponible et je m'essaye donc à frapper à la porte de la chambre de ma meilleure ennemie et passe ma tête dans l’entrebâillement de la porte quand ma colocataire me précise que je peux entrer. Je ne sais pas vraiment ce que je fous là, j'ai la tête des mauvais jours et le silence qui suit mon intrusion dans sa chambre est la preuve que je viens vraiment à l'improviste. Tout comme la question qui suit et qui vient briser ce silence: "Tu fais quoi rouquine ?".


CODE BY MAY.


@Scarlett R.-Strudwick


Now the day bleeds into nightfall and you're not here to get me through it all. I let my guard down and then you pulled the rug. I was getting kinda used to being someone you loved...

Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DE LA MATHER HOUSE
Scarlett R.-Strudwick
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t76560-scarlett-r-strudwick-karen-gillan http://www.i-love-harvard.com/t76689-elle-est-pas-mechante-mais-putain-qu-est-ce-qu-elle-est-chiante-scarlett http://www.i-love-harvard.com/t77102-scarlett-strudwick-456-088-9678
The depress Room || Scarlan Us-flag-icon J'ai : 26 ans et je vis à : la mather house, avec Alan, pour le meilleur et pour le pire. Puis y a aussi Iris, la sublime J'ai posé mes affaires ici le : 18/06/2017 et depuis, j'ai posté : 711 messages et fait : 6 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiante en biochimie et côté coeur, je suis : en cours de cicatrisation. . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis la gamine effrontée, qui ne prend jamais rien au sérieux ; la dernière Strudwick du campus Oh et puis, on dit que je ressemble à : Karen Gillan D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : GLEEK! ou Annabelle, c'est sympa aussi , et un grand merci à : plum pour la signature, CENTURY SEX la talentueuse, pour l'avatar ✽ DC/TC : : Alexis & Jasp
The depress Room || Scarlan Tumblr_o40s0q1syX1rg559so2_250
Née Matthews, ses parents sont morts dans un accident de voiture quand elle avait deux ans • placée chez les Strudwick -New-York-, elle y est restée jusqu'à ses cinq ans ; ils la battaient, comme les autres enfants là-bas • ALEXANDER est son frangin de galère, le mec qu'elle admire, son protecteur, leurs parents adoptifs se connaissent, ce qui leur a permit de garder le contact, AZRAEL ET SPENCER, les autres soeurs. AZRAEL, sa préférée. • placée ensuite chez les Rowan -Manhattan-, des bourgeois aisés • à Harvard depuis la rentrée 2014, elle prenait des cours particuliers avant • en 4ème année de biochimie • célibataire, bisexuelle • a intégré les Némésis • a surtout fréquenté des femmes, n'a passé la nuit qu'avec un homme, juste histoire de se débarrasser de ce fardeau de la virginité • provocatrice, séductrice parfois, elle drague mais ne va jamais jusqu'au bout, trouvant toujours une bonne excuse pour se défiler • ne supporte pas la violence des hommes, qui lui fait peur • excessive dans ses réactions • ses parents ont honte de son passé, alors elle n'en parle jamais • gamine casse-cou et imprudente, effrontée • fêtarde, gourmande, espiègle • cache un côté révoltée, le genre de fille qui un jour va se réveiller et faire sauter le monde • ses amis n'en sont pas vraiment, et ceux qui la connaissent vraiment se comptent sur le doigt d'une main • n'a jamais eu de petit-ami, même si elle s'en invente pleins • sarcastique et détachée, elle a du mal à s'attacher aux gens, et vraiment s'intéresser à leurs vies • de toute façon, ils ne voient pas plus loin que ses longs cheveux et ses faux ongles • son corps est recouvert de quelques cicatrices, qu'elle cache avec du fond de teint • les Strudwick, pour la punir, lui avaient coupé les cheveux étant gamine, elle s'entête à les couper elle-même courts depuis, pour se rappeler d'où elle vient • ses parents tenaient à ce qu'elle soit parfaite, alors elle l'est devenu : a fait refaire son nez et sa poitrine •
Depuis son accident : Une voiture qui passe, et qui ne s'arrête pas. Quatre mois de coma, un réveil. Au revoir les seins en plastique et le vernis rose, demoiselle ne s'est pas reconnue dans la glace, quand son regard s'est posé sur son reflet surfait. Réveillée, c'est le mot. Il est temps de vivre pour elle désormais, vivre intensément, souffrir et aimer intensément. Vivre pour Az' qui est partie, et pour ces années qu'elle a perdue.


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Friends ☁️
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
The depress Room || Scarlan Tumblr_oaypbkF96A1qlgpk0o8_250
[b">TAMSIN, c'est sa personne. S'il ne devait en rester qu'une, ça serait elle et son cœur malade. Se connaissent, et s'aiment quand même, au-delà de leur sacrée amitié. ∇ SKYE, oh Skye, elle est bancale, elle est pas stable, ils diront que faire d'elles des meilleures amies, c'est de loin la pire idée qu'on ai eu, et pourtant, Scar, elle, elle saurait plus quoi faire sans cette belle brisée. ∇ AARON, c'est son complice. Ca a commencé par lui qui la veut dans son lit et elle qui dit non. Puis, il l'a sortit d'un mauvais pas, gérant une de ses crises d'angoisses. Ils n'en sont pas à se confier sur leurs petites vie, mais elle l'aime bien ce vert. ∇ CAMILLE, c'est le mec qu'elle drague avec des copines, dont elle aime le regard, prend son numéro et l'oublie. L'assume pas, quand y a plus la bande ; redevient la demoiselle maladroite, mal à l'aise. Et lui ? Oh, lui en joue, évidemment. ∇ ALAN, le colocataire, l'autre partie de cette guéguerre éternelle se passant dans leur chambre. Elle l'adore, c'est pas le problème. Le soucis, c'est qu'ils ne peuvent pas s'empêcher de pourrir le quotidien de l'autre. ∇ Avec RAPHAEL, c'est la simplicité d'une rencontre, la complicité dans le chaos, l'art subtile d'avoir des idées foireuses. Ils se sont rencontrés au début de leurs bizutages respectifs, et depuis c'est le bordel dès qu'ils se croisent. ∇ MADISON, bizutrice de l'ombre, l'excessive qui lui assène de nouveaux défis, qui l'aide à sortir de sa coquille, à devenir sa meilleure version, celle qui vit. ∇
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Enemies ☁️
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
The depress Room || Scarlan Tumblr_nmi9eaPPUV1u78b5io9_r1_250



The depress Room || Scarlan Empty


The depress room
Scarlan




On va pas se mentir, en ce moment, c'est pas la grande joie dans la chambre Scarlan. Ca se taquine moins, ça hurle moins, aussi. Ca fait du bien aux voisins, en somme. Ca témoigne du problème, aussi. Largués, entièrement ou à moitié, voilà ce qu'ils sont. La Strudwick n'a pas tout suivi du drame du colocataire, et a peur d'insister, de demander, de ne pas savoir gérer en face. Elle essaye déjà de supporter son drame à elle, afin d'être solide pour lui. T'es plus un inconnu, Landrum, voit comme je me soucis de toi, voit comme tu es entré dans ma vie. Et, ça tape à la porte, et t'es à moitié penaud dans ma chambre, là. Je comprends le silence, je comprends aussi la suite. Lève la tête de sa feuille sur laquelle elle était entrain de gribouiller. « J'suis entrain de faire la liste des gens que j'peux me taper, maintenant que je suis célibataire. » Ses lèvres s'écartent doucement, dans un sourire amusé. Ouais, j'essaye de lister les choses positives du célibat. Faut tenter de se raccrocher aux branches, avant de se viander définitivement sur le sol, misérable. « T'inquiète pas, t'es sur la liste. » Qu'elle pouffe, les sourcils se jouant de façon suggestive, tapotant sa bouche de son stylo licorne.




CODE BY MAY.


@Alan Landrum


-> absence jusqu'au 30 juin 2019

Revenir en haut Aller en bas
PRESIDENT DE LA MATHER HOUSE
Alan Landrum
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t77833-alan-landrum-destiny-is-bullshit http://www.i-love-harvard.com/t95663-alan-landrum-456-598-2411 http://www.i-love-harvard.com/t85705-http-formspring-me-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77917-http-instagram-com-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77915-snap-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t83729-alan-landrum
The depress Room || Scarlan Us-flag-icon J'ai : 24 ans et je vis à : en colocation avec ma rouquine préférée et une brunette diablement sexy à la Mather House J'ai posé mes affaires ici le : 17/07/2017 et depuis, j'ai posté : 7147 messages et fait : 6 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiant et interne en médecine et côté coeur, je suis : amoureux d'une fille qui est à des kilomètres de moi désormais. . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : Je suis le mec qui garde le sourire en toutes circonstances et qui est toujours en train de bouffer sans prendre le moindre gramme. Oh et puis, on dit que je ressemble à : Dane DeHaan D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Kevin, Keke, Kev... , et un grand merci à : Acid Rain pour le profil ♥ ✽ DC/TC : : Dylan W. Thomas
The depress Room || Scarlan Original
ALAN LANDRUM
The depress Room || Scarlan 1467464190-signatest
Come here and read me,
I tell you a story.

Je ne saurais dire pourquoi je vous raconte tout ça, peut-être qu’en un sens ça me libère d’un poids, qu’en parler me donne l’impression de me débarrasser de tout ce poids qui peut peser sur mes épaules par moments. Certains trouveront surement cela ennuyeux et sans le moindre intérêt, partiront avant même la fin de cette histoire, mais vous ne saurez pas ce qui fait ce que je suis dans ce cas, vous ne connaitrez pas les péripéties qui ont forgés l’homme fragile qui se cache derrière ce visage que je montre au monde. Ce ne serait pas une grande perte, je vous l’accorde volontiers, mais s’il vous plaît, lisez ça jusqu’au bout…

Je suis un natif de la Grosse Pomme, New York pour ceux qui ne connaîtrait pas son surnom, et j’étais persuadé de vivre dans un environnement familiale stable, de recevoir tout l’amour dont un enfant a besoin. Mais ça, c’est jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre que le vrai visage de mon père n’était pas celui qu’il montrait tous les jours au monde. Une fois à la maison, la bouteille se vidait à une vitesse folle et finalement, les coups ont plu sur le visage de ma mère aussi vite que les gouttes s’écrasaient sur la fenêtre de ma chambre ce soir là. Vous avez idée ce que ça fait pour un enfant d’entendre le poing de son père s'écraser contre la mâchoire de sa Maman ? Un traumatisme, tout simplement. Il est amusant de se dire que j’ai peur de l’orage depuis ce jour, non pas à cause des éclairs ou du tonnerre, mais parce que cela me rappelle le bruit des coups et les cris de ma mère que j’ai pu entendre cette nuit là alors que je me réfugiais sous ma couette, n’osant pas aller lui venir en aide.

Il est beaucoup plus triste cependant de savoir qu’il a fallu que ma mère tombe gravement malade pour enfin fuir ce père indigne et violent, fuyant jusqu’en Californie à l’âge de mes 12 ans pour que ma mère soit hospitalisé dans un centre spécialisé adaptés à ses besoins. Étonnamment, c’est durant ces années là que nous avons été le plus heureu ma mère et moi, me glissant dans son lit d’hôpital chaque nuit tandis qu’elle me contait des histoires comme elle savait si bien le faire, ne parvenant même pas à m’endormir tant ces dernières étaient intéressantes. Cependant, quelques années plus tard, à mes 18 ans plus exactement, elle m’a forcé à suivre mon rêve, à la laisser et à intégrer le cursus de médecine à Harvard. Les séparations ont été difficiles, mais elle avait toujours le dernier mot, je ne pouvais lutter contre elle. J’ai donc accepté de mettre des milliers de kilomètres entre nous, non sans lui promettre de parvenir à trouver moi-même un moyen de la soigner le jour où je serais devenus médecin. Quel imbécile je faisais franchement… Je le suis sûrement encore aujourd’hui d’ailleurs.

Néanmoins, je ne peux nier que mes années à Harvard sont joyeuses, surtout les premières. Retrouver mon ami d’enfance en ces lieux fut une de mes plus grande joie après toutes ces années. Qui aurait cru que le modeste Landrum aurait pour meilleur ami l’héritière de la famille Kennedy ? Même moi j’ai encore du mal à y croire. Evidemment, il y a eu des hauts et des bas, surtout en amour. L’amour… Un concept étrange quand on y pense non ? J’ai eu ma première petite-amie très tard, elle était en premier lieu une très bonne amie puis cela a évolué dans une relation amoureuse que je pensais être la bonne. Le naïf que je suis s’est encore fait avoir, la demoiselle me laissant une simple lettre pour m’avouer qu’elle m’avait trompé et qu’elle quittait l’état, que je ne la reverrais plus jamais. Toujours est-il que je pourrais presque la remercier, parce que je n’aurais jamais rencontré celle que je considère désormais comme l’amour de ma vie: Rain. Je ne vous cacherais pas que cela a parfois était tumultueux, le voyage n’était pas de tout repos, des baffes dans la gueule, des cris, des secrets, des pleurs parfois même. Mais l’aboutissement en valait la peine. Certains diront que je suis fou, parce que je ne sais même plus où se trouve cette femme en ce moment même, mais je suis sûr de mes sentiments à son égard, tout comme je suis persuadé des siens envers moi. Notre histoire n’as jamais rien eu de conventionnel de toutes façon. Je suis juste certains que je ne pourrais jamais aimer une autre femme comme je l’aime, je me contenterais de cette solitude, me rassurant en me disant qu’une femme en ce monde m’aime d’amour et qui sait, elle se trouveras peut-être sur le pallier de ma porte un jour. Je suis prêt à attendre, peu importe le temps qu’il faudra.

Et pourtant… Des fois je me dis que tout serait plus simple si je mettais un terme à tout ça, une fois pour toutes. Plus de souffrance amoureuse, plus de trou noir dû à un alcoolisme démesuré et surtout, plus d'inquiétude persistante concernant une mère mourante. Je ne ferais que l'accompagner dans ce nouveau voyage que nous ferions une fois de plus côte à côte. Si vous tombez un jour sur ce message, ne vous en faites pas pour moi, réjouissez vous, je suis avec la personne à qui je tiens le plus au monde, et ce pour l'éternité.

(message écrit dans un journal très bien caché pour le moment)




The depress Room || Scarlan Empty
LINK THIS POSTMar 11 Sep 2018 - 17:22


The depress room
Scarlan




Ma tête passe dans sans sa chambre et la belle relève son visage vers moi, me redonnant le sourire avec ses premiers mots seulement. Je suis content de voir qu'elle prenne sa déconvenue avec humour et nul doute que bon nombre de célibataire se bousculeraient pour obtenir ce rôle du prochain ou de la prochaine que tu vas te taper. Sans un mot, je me permets de pénétrer dans sa chambre et je vais m'installer sur sa chaise de bureau en face de son lit tandis que j'entends avec amusement sa remarque. "Ah bah j'espère bien que ton coloc super sexy est dans la liste !", lui répondais-je sur le même ton. La rouquine est sexy mais de là à ce qu'ils se passent quelque chose entre nous, il va falloir en faire du chemin. Rien que cette idée me fait sourire et je lui demande: "T'imagines nous deux dans une relation ? Mon Dieu on se disputerait tellement souvent !". Surement sans arrêt même, notre relation est basé là-dessus et c'est comme ça qu'on se dit qu'on s'adore, je ne préfère donc pas savoir comment on montrerait notre affection dans une relation amoureuse. "Et donc... Qui est au top de ta liste ?". Je lui offrais le même jeu de sourcils qu'elle m'as fait un peu plus tôt, j'aimerais bien qui est sa prochaine cible. Ma parole je deviens une meuf, je vais commencer à parler de trucs de meufs avec Scar'...


CODE BY MAY.


Now the day bleeds into nightfall and you're not here to get me through it all. I let my guard down and then you pulled the rug. I was getting kinda used to being someone you loved...

Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DE LA MATHER HOUSE
Scarlett R.-Strudwick
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t76560-scarlett-r-strudwick-karen-gillan http://www.i-love-harvard.com/t76689-elle-est-pas-mechante-mais-putain-qu-est-ce-qu-elle-est-chiante-scarlett http://www.i-love-harvard.com/t77102-scarlett-strudwick-456-088-9678
The depress Room || Scarlan Us-flag-icon J'ai : 26 ans et je vis à : la mather house, avec Alan, pour le meilleur et pour le pire. Puis y a aussi Iris, la sublime J'ai posé mes affaires ici le : 18/06/2017 et depuis, j'ai posté : 711 messages et fait : 6 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiante en biochimie et côté coeur, je suis : en cours de cicatrisation. . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis la gamine effrontée, qui ne prend jamais rien au sérieux ; la dernière Strudwick du campus Oh et puis, on dit que je ressemble à : Karen Gillan D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : GLEEK! ou Annabelle, c'est sympa aussi , et un grand merci à : plum pour la signature, CENTURY SEX la talentueuse, pour l'avatar ✽ DC/TC : : Alexis & Jasp
The depress Room || Scarlan Tumblr_o40s0q1syX1rg559so2_250
Née Matthews, ses parents sont morts dans un accident de voiture quand elle avait deux ans • placée chez les Strudwick -New-York-, elle y est restée jusqu'à ses cinq ans ; ils la battaient, comme les autres enfants là-bas • ALEXANDER est son frangin de galère, le mec qu'elle admire, son protecteur, leurs parents adoptifs se connaissent, ce qui leur a permit de garder le contact, AZRAEL ET SPENCER, les autres soeurs. AZRAEL, sa préférée. • placée ensuite chez les Rowan -Manhattan-, des bourgeois aisés • à Harvard depuis la rentrée 2014, elle prenait des cours particuliers avant • en 4ème année de biochimie • célibataire, bisexuelle • a intégré les Némésis • a surtout fréquenté des femmes, n'a passé la nuit qu'avec un homme, juste histoire de se débarrasser de ce fardeau de la virginité • provocatrice, séductrice parfois, elle drague mais ne va jamais jusqu'au bout, trouvant toujours une bonne excuse pour se défiler • ne supporte pas la violence des hommes, qui lui fait peur • excessive dans ses réactions • ses parents ont honte de son passé, alors elle n'en parle jamais • gamine casse-cou et imprudente, effrontée • fêtarde, gourmande, espiègle • cache un côté révoltée, le genre de fille qui un jour va se réveiller et faire sauter le monde • ses amis n'en sont pas vraiment, et ceux qui la connaissent vraiment se comptent sur le doigt d'une main • n'a jamais eu de petit-ami, même si elle s'en invente pleins • sarcastique et détachée, elle a du mal à s'attacher aux gens, et vraiment s'intéresser à leurs vies • de toute façon, ils ne voient pas plus loin que ses longs cheveux et ses faux ongles • son corps est recouvert de quelques cicatrices, qu'elle cache avec du fond de teint • les Strudwick, pour la punir, lui avaient coupé les cheveux étant gamine, elle s'entête à les couper elle-même courts depuis, pour se rappeler d'où elle vient • ses parents tenaient à ce qu'elle soit parfaite, alors elle l'est devenu : a fait refaire son nez et sa poitrine •
Depuis son accident : Une voiture qui passe, et qui ne s'arrête pas. Quatre mois de coma, un réveil. Au revoir les seins en plastique et le vernis rose, demoiselle ne s'est pas reconnue dans la glace, quand son regard s'est posé sur son reflet surfait. Réveillée, c'est le mot. Il est temps de vivre pour elle désormais, vivre intensément, souffrir et aimer intensément. Vivre pour Az' qui est partie, et pour ces années qu'elle a perdue.


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Friends ☁️
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
The depress Room || Scarlan Tumblr_oaypbkF96A1qlgpk0o8_250
[b">TAMSIN, c'est sa personne. S'il ne devait en rester qu'une, ça serait elle et son cœur malade. Se connaissent, et s'aiment quand même, au-delà de leur sacrée amitié. ∇ SKYE, oh Skye, elle est bancale, elle est pas stable, ils diront que faire d'elles des meilleures amies, c'est de loin la pire idée qu'on ai eu, et pourtant, Scar, elle, elle saurait plus quoi faire sans cette belle brisée. ∇ AARON, c'est son complice. Ca a commencé par lui qui la veut dans son lit et elle qui dit non. Puis, il l'a sortit d'un mauvais pas, gérant une de ses crises d'angoisses. Ils n'en sont pas à se confier sur leurs petites vie, mais elle l'aime bien ce vert. ∇ CAMILLE, c'est le mec qu'elle drague avec des copines, dont elle aime le regard, prend son numéro et l'oublie. L'assume pas, quand y a plus la bande ; redevient la demoiselle maladroite, mal à l'aise. Et lui ? Oh, lui en joue, évidemment. ∇ ALAN, le colocataire, l'autre partie de cette guéguerre éternelle se passant dans leur chambre. Elle l'adore, c'est pas le problème. Le soucis, c'est qu'ils ne peuvent pas s'empêcher de pourrir le quotidien de l'autre. ∇ Avec RAPHAEL, c'est la simplicité d'une rencontre, la complicité dans le chaos, l'art subtile d'avoir des idées foireuses. Ils se sont rencontrés au début de leurs bizutages respectifs, et depuis c'est le bordel dès qu'ils se croisent. ∇ MADISON, bizutrice de l'ombre, l'excessive qui lui assène de nouveaux défis, qui l'aide à sortir de sa coquille, à devenir sa meilleure version, celle qui vit. ∇
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Enemies ☁️
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
The depress Room || Scarlan Tumblr_nmi9eaPPUV1u78b5io9_r1_250



The depress Room || Scarlan Empty


The depress room
Scarlan




On est dans la même équipe, même si ça ne se voit pas toujours. Souvent, on passe pour les ennemis, on en a l'apparence, tout du moins. On excelle en combat, on est brillant en duel, plus doués pour se battre l'un contre l'autre que dans un même camp. Mais, quand le monde sera en feu, ils seront côte à côte, et gare à ceux qui s'attaqueront à leur meilleur ennemi. « J'crois qu'on s'auto-détruirait, la terre tournerait dans l'autre sens, il se passerait forcément des trucs bizarres. » Qu'elle s'amuse d'un sourire, à sa mention d'une relation composée de ces deux êtres emmerdeurs. Toi, t'es celui qui m'annonce que ma relation est foutue, t'es celui qui me tiendra les cheveux quand je vomirai ma haine, et qui me poussera quand je stagnerai. « Mais, si je ferme un œil et que je plisse l'autre, j'peux t'envisager. » S'exécute la Taquine, ce qui donne une espèce de grimace ridicule, ces yeux à moitié clos, et une moue qui se veut séductrice. Raté. J'exagère, évidemment. J'laisse traîner mes billes quand l'homme oublie quelques vêtements, j'avoue. Et, j'me moque après, aussi, juste pour éviter qu'il ne passe plus les portes. C'est embêtant de grosses chevilles, remercie-moi. « C'est top secret ! » Serre sa liste contre sa poitrine ; son document ultra secret. « Sauf si tu me donnes ton top 3 des filles que tu pourrais mettre dans ton lit. » Ca m'intrigue, j'arrive pas à imaginer qui te plait, en fait. « On fait comme si elles étaient d'accord et que t'as pas besoin de LSD. » Qu'elle rajoute avec un léger rire, éternellement gamine.



CODE BY MAY.


@Alan Landrum


-> absence jusqu'au 30 juin 2019

Revenir en haut Aller en bas
PRESIDENT DE LA MATHER HOUSE
Alan Landrum
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t77833-alan-landrum-destiny-is-bullshit http://www.i-love-harvard.com/t95663-alan-landrum-456-598-2411 http://www.i-love-harvard.com/t85705-http-formspring-me-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77917-http-instagram-com-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77915-snap-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t83729-alan-landrum
The depress Room || Scarlan Us-flag-icon J'ai : 24 ans et je vis à : en colocation avec ma rouquine préférée et une brunette diablement sexy à la Mather House J'ai posé mes affaires ici le : 17/07/2017 et depuis, j'ai posté : 7147 messages et fait : 6 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiant et interne en médecine et côté coeur, je suis : amoureux d'une fille qui est à des kilomètres de moi désormais. . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : Je suis le mec qui garde le sourire en toutes circonstances et qui est toujours en train de bouffer sans prendre le moindre gramme. Oh et puis, on dit que je ressemble à : Dane DeHaan D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Kevin, Keke, Kev... , et un grand merci à : Acid Rain pour le profil ♥ ✽ DC/TC : : Dylan W. Thomas
The depress Room || Scarlan Original
ALAN LANDRUM
The depress Room || Scarlan 1467464190-signatest
Come here and read me,
I tell you a story.

Je ne saurais dire pourquoi je vous raconte tout ça, peut-être qu’en un sens ça me libère d’un poids, qu’en parler me donne l’impression de me débarrasser de tout ce poids qui peut peser sur mes épaules par moments. Certains trouveront surement cela ennuyeux et sans le moindre intérêt, partiront avant même la fin de cette histoire, mais vous ne saurez pas ce qui fait ce que je suis dans ce cas, vous ne connaitrez pas les péripéties qui ont forgés l’homme fragile qui se cache derrière ce visage que je montre au monde. Ce ne serait pas une grande perte, je vous l’accorde volontiers, mais s’il vous plaît, lisez ça jusqu’au bout…

Je suis un natif de la Grosse Pomme, New York pour ceux qui ne connaîtrait pas son surnom, et j’étais persuadé de vivre dans un environnement familiale stable, de recevoir tout l’amour dont un enfant a besoin. Mais ça, c’est jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre que le vrai visage de mon père n’était pas celui qu’il montrait tous les jours au monde. Une fois à la maison, la bouteille se vidait à une vitesse folle et finalement, les coups ont plu sur le visage de ma mère aussi vite que les gouttes s’écrasaient sur la fenêtre de ma chambre ce soir là. Vous avez idée ce que ça fait pour un enfant d’entendre le poing de son père s'écraser contre la mâchoire de sa Maman ? Un traumatisme, tout simplement. Il est amusant de se dire que j’ai peur de l’orage depuis ce jour, non pas à cause des éclairs ou du tonnerre, mais parce que cela me rappelle le bruit des coups et les cris de ma mère que j’ai pu entendre cette nuit là alors que je me réfugiais sous ma couette, n’osant pas aller lui venir en aide.

Il est beaucoup plus triste cependant de savoir qu’il a fallu que ma mère tombe gravement malade pour enfin fuir ce père indigne et violent, fuyant jusqu’en Californie à l’âge de mes 12 ans pour que ma mère soit hospitalisé dans un centre spécialisé adaptés à ses besoins. Étonnamment, c’est durant ces années là que nous avons été le plus heureu ma mère et moi, me glissant dans son lit d’hôpital chaque nuit tandis qu’elle me contait des histoires comme elle savait si bien le faire, ne parvenant même pas à m’endormir tant ces dernières étaient intéressantes. Cependant, quelques années plus tard, à mes 18 ans plus exactement, elle m’a forcé à suivre mon rêve, à la laisser et à intégrer le cursus de médecine à Harvard. Les séparations ont été difficiles, mais elle avait toujours le dernier mot, je ne pouvais lutter contre elle. J’ai donc accepté de mettre des milliers de kilomètres entre nous, non sans lui promettre de parvenir à trouver moi-même un moyen de la soigner le jour où je serais devenus médecin. Quel imbécile je faisais franchement… Je le suis sûrement encore aujourd’hui d’ailleurs.

Néanmoins, je ne peux nier que mes années à Harvard sont joyeuses, surtout les premières. Retrouver mon ami d’enfance en ces lieux fut une de mes plus grande joie après toutes ces années. Qui aurait cru que le modeste Landrum aurait pour meilleur ami l’héritière de la famille Kennedy ? Même moi j’ai encore du mal à y croire. Evidemment, il y a eu des hauts et des bas, surtout en amour. L’amour… Un concept étrange quand on y pense non ? J’ai eu ma première petite-amie très tard, elle était en premier lieu une très bonne amie puis cela a évolué dans une relation amoureuse que je pensais être la bonne. Le naïf que je suis s’est encore fait avoir, la demoiselle me laissant une simple lettre pour m’avouer qu’elle m’avait trompé et qu’elle quittait l’état, que je ne la reverrais plus jamais. Toujours est-il que je pourrais presque la remercier, parce que je n’aurais jamais rencontré celle que je considère désormais comme l’amour de ma vie: Rain. Je ne vous cacherais pas que cela a parfois était tumultueux, le voyage n’était pas de tout repos, des baffes dans la gueule, des cris, des secrets, des pleurs parfois même. Mais l’aboutissement en valait la peine. Certains diront que je suis fou, parce que je ne sais même plus où se trouve cette femme en ce moment même, mais je suis sûr de mes sentiments à son égard, tout comme je suis persuadé des siens envers moi. Notre histoire n’as jamais rien eu de conventionnel de toutes façon. Je suis juste certains que je ne pourrais jamais aimer une autre femme comme je l’aime, je me contenterais de cette solitude, me rassurant en me disant qu’une femme en ce monde m’aime d’amour et qui sait, elle se trouveras peut-être sur le pallier de ma porte un jour. Je suis prêt à attendre, peu importe le temps qu’il faudra.

Et pourtant… Des fois je me dis que tout serait plus simple si je mettais un terme à tout ça, une fois pour toutes. Plus de souffrance amoureuse, plus de trou noir dû à un alcoolisme démesuré et surtout, plus d'inquiétude persistante concernant une mère mourante. Je ne ferais que l'accompagner dans ce nouveau voyage que nous ferions une fois de plus côte à côte. Si vous tombez un jour sur ce message, ne vous en faites pas pour moi, réjouissez vous, je suis avec la personne à qui je tiens le plus au monde, et ce pour l'éternité.

(message écrit dans un journal très bien caché pour le moment)




The depress Room || Scarlan Empty
LINK THIS POSTMer 12 Sep 2018 - 0:54


The depress room
Scarlan




Si jamais on se mettait en couple un jour, la Terre serait effectivement en grand danger. A coup sûr on aurait le droit à une apocalypse zombie et notre fonctionnement me forcerait à lui dire que je la laisserais se démerder alors qu'en vérité, on se battrait côte à côte contre les monstres voulant bouffer notre duo plus solide qu'il n'y parait. Regarde toi espèce de gamine, entrain de me grimacer en déformant ton visage déjà pas bien charmant, du moins c'est ce que j'aime te faire croire, mais que j'apprécie parce qu'il sait me redonner le sourire quand j'en ai besoin. Parfois à coup de blague puérile comme ce soir, parfois en me sortant des insultes qui blesse profondément mon petit cœur mais qui me font rire. Et moi je suis là, je souris comme un imbécile a ta grimace et profite de tes yeux quasiment fermé pour sortir mon téléphone et te prendre en photo. "Celle là elle est collector !", que je dis fièrement avant de refuser de l'effacer et de te demander qui trône sur la première marche de ta liste. Evidemment, il te faut une contre partie, plutôt simple en vérité, je ne suis pas le moins du monde gêné par ça. Je t'offres la moue du mec le plus blasé du monde après ta remarque puis te demande: "Et tu me diras tes 3 personnes après ?". Juste pour être sûr, ne pas me faire avoir, ce ne serait clairement pas la première fois. "Je fais pas de top mais les trois, je dirais Serah Winters de notre confrérie que je trouve super canon, Macy Rowan avec qui je sympathise pas mal en ce moment et...", je fais mine de chercher, un jeu d'acteur horrible avant de reprendre: " Ah si ! Il y a une petite rouquine un peu gueularde à la Mather House, c'est un avion de chasse la meuf ! ". C'est de la triche ? Je sais pas trop, parce que c'est quand même un joli compliment non ? Profite rouquemoute, je ne t'en fais pas souvent.


CODE BY MAY.


Now the day bleeds into nightfall and you're not here to get me through it all. I let my guard down and then you pulled the rug. I was getting kinda used to being someone you loved...

Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DE LA MATHER HOUSE
Scarlett R.-Strudwick
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t76560-scarlett-r-strudwick-karen-gillan http://www.i-love-harvard.com/t76689-elle-est-pas-mechante-mais-putain-qu-est-ce-qu-elle-est-chiante-scarlett http://www.i-love-harvard.com/t77102-scarlett-strudwick-456-088-9678
The depress Room || Scarlan Us-flag-icon J'ai : 26 ans et je vis à : la mather house, avec Alan, pour le meilleur et pour le pire. Puis y a aussi Iris, la sublime J'ai posé mes affaires ici le : 18/06/2017 et depuis, j'ai posté : 711 messages et fait : 6 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiante en biochimie et côté coeur, je suis : en cours de cicatrisation. . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis la gamine effrontée, qui ne prend jamais rien au sérieux ; la dernière Strudwick du campus Oh et puis, on dit que je ressemble à : Karen Gillan D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : GLEEK! ou Annabelle, c'est sympa aussi , et un grand merci à : plum pour la signature, CENTURY SEX la talentueuse, pour l'avatar ✽ DC/TC : : Alexis & Jasp
The depress Room || Scarlan Tumblr_o40s0q1syX1rg559so2_250
Née Matthews, ses parents sont morts dans un accident de voiture quand elle avait deux ans • placée chez les Strudwick -New-York-, elle y est restée jusqu'à ses cinq ans ; ils la battaient, comme les autres enfants là-bas • ALEXANDER est son frangin de galère, le mec qu'elle admire, son protecteur, leurs parents adoptifs se connaissent, ce qui leur a permit de garder le contact, AZRAEL ET SPENCER, les autres soeurs. AZRAEL, sa préférée. • placée ensuite chez les Rowan -Manhattan-, des bourgeois aisés • à Harvard depuis la rentrée 2014, elle prenait des cours particuliers avant • en 4ème année de biochimie • célibataire, bisexuelle • a intégré les Némésis • a surtout fréquenté des femmes, n'a passé la nuit qu'avec un homme, juste histoire de se débarrasser de ce fardeau de la virginité • provocatrice, séductrice parfois, elle drague mais ne va jamais jusqu'au bout, trouvant toujours une bonne excuse pour se défiler • ne supporte pas la violence des hommes, qui lui fait peur • excessive dans ses réactions • ses parents ont honte de son passé, alors elle n'en parle jamais • gamine casse-cou et imprudente, effrontée • fêtarde, gourmande, espiègle • cache un côté révoltée, le genre de fille qui un jour va se réveiller et faire sauter le monde • ses amis n'en sont pas vraiment, et ceux qui la connaissent vraiment se comptent sur le doigt d'une main • n'a jamais eu de petit-ami, même si elle s'en invente pleins • sarcastique et détachée, elle a du mal à s'attacher aux gens, et vraiment s'intéresser à leurs vies • de toute façon, ils ne voient pas plus loin que ses longs cheveux et ses faux ongles • son corps est recouvert de quelques cicatrices, qu'elle cache avec du fond de teint • les Strudwick, pour la punir, lui avaient coupé les cheveux étant gamine, elle s'entête à les couper elle-même courts depuis, pour se rappeler d'où elle vient • ses parents tenaient à ce qu'elle soit parfaite, alors elle l'est devenu : a fait refaire son nez et sa poitrine •
Depuis son accident : Une voiture qui passe, et qui ne s'arrête pas. Quatre mois de coma, un réveil. Au revoir les seins en plastique et le vernis rose, demoiselle ne s'est pas reconnue dans la glace, quand son regard s'est posé sur son reflet surfait. Réveillée, c'est le mot. Il est temps de vivre pour elle désormais, vivre intensément, souffrir et aimer intensément. Vivre pour Az' qui est partie, et pour ces années qu'elle a perdue.


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Friends ☁️
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
The depress Room || Scarlan Tumblr_oaypbkF96A1qlgpk0o8_250
[b">TAMSIN, c'est sa personne. S'il ne devait en rester qu'une, ça serait elle et son cœur malade. Se connaissent, et s'aiment quand même, au-delà de leur sacrée amitié. ∇ SKYE, oh Skye, elle est bancale, elle est pas stable, ils diront que faire d'elles des meilleures amies, c'est de loin la pire idée qu'on ai eu, et pourtant, Scar, elle, elle saurait plus quoi faire sans cette belle brisée. ∇ AARON, c'est son complice. Ca a commencé par lui qui la veut dans son lit et elle qui dit non. Puis, il l'a sortit d'un mauvais pas, gérant une de ses crises d'angoisses. Ils n'en sont pas à se confier sur leurs petites vie, mais elle l'aime bien ce vert. ∇ CAMILLE, c'est le mec qu'elle drague avec des copines, dont elle aime le regard, prend son numéro et l'oublie. L'assume pas, quand y a plus la bande ; redevient la demoiselle maladroite, mal à l'aise. Et lui ? Oh, lui en joue, évidemment. ∇ ALAN, le colocataire, l'autre partie de cette guéguerre éternelle se passant dans leur chambre. Elle l'adore, c'est pas le problème. Le soucis, c'est qu'ils ne peuvent pas s'empêcher de pourrir le quotidien de l'autre. ∇ Avec RAPHAEL, c'est la simplicité d'une rencontre, la complicité dans le chaos, l'art subtile d'avoir des idées foireuses. Ils se sont rencontrés au début de leurs bizutages respectifs, et depuis c'est le bordel dès qu'ils se croisent. ∇ MADISON, bizutrice de l'ombre, l'excessive qui lui assène de nouveaux défis, qui l'aide à sortir de sa coquille, à devenir sa meilleure version, celle qui vit. ∇
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Enemies ☁️
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
The depress Room || Scarlan Tumblr_nmi9eaPPUV1u78b5io9_r1_250



The depress Room || Scarlan Empty


The depress room
Scarlan




On sera comme Rick et Daryl, ces espèces de frères, tantôt alliés, tantôt ennemis, mais jamais loin l’un de l’autre. Sauf qu’on sera moins doué, et que la série durera deux épisodes, le temps qu’on se fasse exterminer misérablement. Puis, je m’attends pas à ta fourberie, moi je grimace en toute naïveté, je regarde même pas ce que tu fais, je fais confiance tu vois. C’est juste quand ta fierté jaillie, que mes prunelles reprennent leur forme la plus habituelle, c’est à dire grandes ouvertes, que je percute. La demande de suppression est évidemment un échec. J’y reviendrai plus tard, quand tu auras oublié. « Évidemment. » C’est la réponse que tu veux entendre, alors, c’est celle que je te sers. Je réfléchirai après, si je mets vraiment à exécution cette déclaration. Pour l’instant, je suis carrément attentive à ta petite liste. Serah, c’est la blonde qui transpire les MST là ? Hum, ouais, elle est canon, mais trop libérée à mon goût. Quand à Macy, elle fait s’élever un sourcil intéressé. Surtout car on ne parle pas que d’un physique. Et, demoiselle s’accroche aux points de suspension, jusqu’à ouvrir les lèvres dans une expression surprise/réjouie/qui en fait des caisses. Un avion de chasse ? Un pigeon de combat plutôt ouais. Et réaliste : « Tu savais pas qui mettre et tu t’es rappelé soudainement que t’avais le plus beau physique de tout Harvard dans ta piaule ? » Qu’elle s’amuse en repoussant sa rousseur derrière ses épaules, dans un geste exagérément altier. J'te crois qu'à moitié, mais je prends le compliment. Puis se pince les lèvres, gloussant un : « C’est qui Macyyy ? » T’as trop parlé Alan, et moi je suis une enfant qui veut toujours tout savoir. « Tu l’as rencontré comment ? Elle est jolie ? » Si en plus ça peut dévier l’attention, c’est parfait.



CODE BY MAY.


@Alan Landrum


-> absence jusqu'au 30 juin 2019

Revenir en haut Aller en bas
PRESIDENT DE LA MATHER HOUSE
Alan Landrum
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t77833-alan-landrum-destiny-is-bullshit http://www.i-love-harvard.com/t95663-alan-landrum-456-598-2411 http://www.i-love-harvard.com/t85705-http-formspring-me-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77917-http-instagram-com-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77915-snap-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t83729-alan-landrum
The depress Room || Scarlan Us-flag-icon J'ai : 24 ans et je vis à : en colocation avec ma rouquine préférée et une brunette diablement sexy à la Mather House J'ai posé mes affaires ici le : 17/07/2017 et depuis, j'ai posté : 7147 messages et fait : 6 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiant et interne en médecine et côté coeur, je suis : amoureux d'une fille qui est à des kilomètres de moi désormais. . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : Je suis le mec qui garde le sourire en toutes circonstances et qui est toujours en train de bouffer sans prendre le moindre gramme. Oh et puis, on dit que je ressemble à : Dane DeHaan D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Kevin, Keke, Kev... , et un grand merci à : Acid Rain pour le profil ♥ ✽ DC/TC : : Dylan W. Thomas
The depress Room || Scarlan Original
ALAN LANDRUM
The depress Room || Scarlan 1467464190-signatest
Come here and read me,
I tell you a story.

Je ne saurais dire pourquoi je vous raconte tout ça, peut-être qu’en un sens ça me libère d’un poids, qu’en parler me donne l’impression de me débarrasser de tout ce poids qui peut peser sur mes épaules par moments. Certains trouveront surement cela ennuyeux et sans le moindre intérêt, partiront avant même la fin de cette histoire, mais vous ne saurez pas ce qui fait ce que je suis dans ce cas, vous ne connaitrez pas les péripéties qui ont forgés l’homme fragile qui se cache derrière ce visage que je montre au monde. Ce ne serait pas une grande perte, je vous l’accorde volontiers, mais s’il vous plaît, lisez ça jusqu’au bout…

Je suis un natif de la Grosse Pomme, New York pour ceux qui ne connaîtrait pas son surnom, et j’étais persuadé de vivre dans un environnement familiale stable, de recevoir tout l’amour dont un enfant a besoin. Mais ça, c’est jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre que le vrai visage de mon père n’était pas celui qu’il montrait tous les jours au monde. Une fois à la maison, la bouteille se vidait à une vitesse folle et finalement, les coups ont plu sur le visage de ma mère aussi vite que les gouttes s’écrasaient sur la fenêtre de ma chambre ce soir là. Vous avez idée ce que ça fait pour un enfant d’entendre le poing de son père s'écraser contre la mâchoire de sa Maman ? Un traumatisme, tout simplement. Il est amusant de se dire que j’ai peur de l’orage depuis ce jour, non pas à cause des éclairs ou du tonnerre, mais parce que cela me rappelle le bruit des coups et les cris de ma mère que j’ai pu entendre cette nuit là alors que je me réfugiais sous ma couette, n’osant pas aller lui venir en aide.

Il est beaucoup plus triste cependant de savoir qu’il a fallu que ma mère tombe gravement malade pour enfin fuir ce père indigne et violent, fuyant jusqu’en Californie à l’âge de mes 12 ans pour que ma mère soit hospitalisé dans un centre spécialisé adaptés à ses besoins. Étonnamment, c’est durant ces années là que nous avons été le plus heureu ma mère et moi, me glissant dans son lit d’hôpital chaque nuit tandis qu’elle me contait des histoires comme elle savait si bien le faire, ne parvenant même pas à m’endormir tant ces dernières étaient intéressantes. Cependant, quelques années plus tard, à mes 18 ans plus exactement, elle m’a forcé à suivre mon rêve, à la laisser et à intégrer le cursus de médecine à Harvard. Les séparations ont été difficiles, mais elle avait toujours le dernier mot, je ne pouvais lutter contre elle. J’ai donc accepté de mettre des milliers de kilomètres entre nous, non sans lui promettre de parvenir à trouver moi-même un moyen de la soigner le jour où je serais devenus médecin. Quel imbécile je faisais franchement… Je le suis sûrement encore aujourd’hui d’ailleurs.

Néanmoins, je ne peux nier que mes années à Harvard sont joyeuses, surtout les premières. Retrouver mon ami d’enfance en ces lieux fut une de mes plus grande joie après toutes ces années. Qui aurait cru que le modeste Landrum aurait pour meilleur ami l’héritière de la famille Kennedy ? Même moi j’ai encore du mal à y croire. Evidemment, il y a eu des hauts et des bas, surtout en amour. L’amour… Un concept étrange quand on y pense non ? J’ai eu ma première petite-amie très tard, elle était en premier lieu une très bonne amie puis cela a évolué dans une relation amoureuse que je pensais être la bonne. Le naïf que je suis s’est encore fait avoir, la demoiselle me laissant une simple lettre pour m’avouer qu’elle m’avait trompé et qu’elle quittait l’état, que je ne la reverrais plus jamais. Toujours est-il que je pourrais presque la remercier, parce que je n’aurais jamais rencontré celle que je considère désormais comme l’amour de ma vie: Rain. Je ne vous cacherais pas que cela a parfois était tumultueux, le voyage n’était pas de tout repos, des baffes dans la gueule, des cris, des secrets, des pleurs parfois même. Mais l’aboutissement en valait la peine. Certains diront que je suis fou, parce que je ne sais même plus où se trouve cette femme en ce moment même, mais je suis sûr de mes sentiments à son égard, tout comme je suis persuadé des siens envers moi. Notre histoire n’as jamais rien eu de conventionnel de toutes façon. Je suis juste certains que je ne pourrais jamais aimer une autre femme comme je l’aime, je me contenterais de cette solitude, me rassurant en me disant qu’une femme en ce monde m’aime d’amour et qui sait, elle se trouveras peut-être sur le pallier de ma porte un jour. Je suis prêt à attendre, peu importe le temps qu’il faudra.

Et pourtant… Des fois je me dis que tout serait plus simple si je mettais un terme à tout ça, une fois pour toutes. Plus de souffrance amoureuse, plus de trou noir dû à un alcoolisme démesuré et surtout, plus d'inquiétude persistante concernant une mère mourante. Je ne ferais que l'accompagner dans ce nouveau voyage que nous ferions une fois de plus côte à côte. Si vous tombez un jour sur ce message, ne vous en faites pas pour moi, réjouissez vous, je suis avec la personne à qui je tiens le plus au monde, et ce pour l'éternité.

(message écrit dans un journal très bien caché pour le moment)




The depress Room || Scarlan Empty
LINK THIS POSTVen 14 Sep 2018 - 18:10


The depress room
Scarlan




Mouais... Depuis un an je commence quand même à te connaitre un peu, mais je n'oublierais pas, et je te demanderais qui sont les prétendants pour se taper la rouquine. Pas que ça m’intéresse, mais c'est un échange de bons procédés comme on dit. Mine de rien, en quelques minutes seulement, tu es parvenus à me faire oublier ma baisse de moral. Ouais, tu as ce pouvoir sur moi Scarlett, tu peux en être fier. Un sourcil se lève à l'évocation de Macy et je souris avant de laisser filtrer ton nom dans ce top 3. "Bah grave ! Tes tâches de rousseurs et tes poils de carottes ça te place loin devant toutes les autres filles !", en rajoutais-je encore plus pour satisfaire l'égo de la maîtresse des lieux. Je te vois repoussais tes cheveux d'un geste fortement exagéré puis ce qui devais arriver, arriva. Je me doutais bien que le prénom de Macy reviendrait sur le tapis et je n'y échappe pas. Un torrent de question se déverse sur moi et je baisse la tête en me grattant la nuque, un poil gêné parce que je n'ai parlé d'elle à personne pour le moment et je ne m'étais pas préparé à le faire ce soir non plus... "Je l'ai rencontré au Summer Camp.", me contentais-je de dire avant de relever les yeux sur toi, sur ton visage qui meurt d'envie d'en savoir plus. Après un mix entre un soupir et un rire qui donne lieu à un son très étrange, je te livrais ce que tu attendais: "Elle a fait un portrait de moi, puis après j'ai pris des cours de peinture avec elle. On s'entends bien, mais il n'y a rien pour le moment.". Contente ? Ah non j'oubliais: "Et oui elle est mignonne.". Si tu continue à me faire parler de ça, mon visage va finir par prendre une teinte encore plus rousse que tes cheveux ! Surtout que je n'aime pas penser à ça, avec Rain en prison, il m'arrive de m'en vouloir d'avoir des vues sur une autre fille.


CODE BY MAY.


Now the day bleeds into nightfall and you're not here to get me through it all. I let my guard down and then you pulled the rug. I was getting kinda used to being someone you loved...

Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DE LA MATHER HOUSE
Scarlett R.-Strudwick
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t76560-scarlett-r-strudwick-karen-gillan http://www.i-love-harvard.com/t76689-elle-est-pas-mechante-mais-putain-qu-est-ce-qu-elle-est-chiante-scarlett http://www.i-love-harvard.com/t77102-scarlett-strudwick-456-088-9678
The depress Room || Scarlan Us-flag-icon J'ai : 26 ans et je vis à : la mather house, avec Alan, pour le meilleur et pour le pire. Puis y a aussi Iris, la sublime J'ai posé mes affaires ici le : 18/06/2017 et depuis, j'ai posté : 711 messages et fait : 6 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiante en biochimie et côté coeur, je suis : en cours de cicatrisation. . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis la gamine effrontée, qui ne prend jamais rien au sérieux ; la dernière Strudwick du campus Oh et puis, on dit que je ressemble à : Karen Gillan D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : GLEEK! ou Annabelle, c'est sympa aussi , et un grand merci à : plum pour la signature, CENTURY SEX la talentueuse, pour l'avatar ✽ DC/TC : : Alexis & Jasp
The depress Room || Scarlan Tumblr_o40s0q1syX1rg559so2_250
Née Matthews, ses parents sont morts dans un accident de voiture quand elle avait deux ans • placée chez les Strudwick -New-York-, elle y est restée jusqu'à ses cinq ans ; ils la battaient, comme les autres enfants là-bas • ALEXANDER est son frangin de galère, le mec qu'elle admire, son protecteur, leurs parents adoptifs se connaissent, ce qui leur a permit de garder le contact, AZRAEL ET SPENCER, les autres soeurs. AZRAEL, sa préférée. • placée ensuite chez les Rowan -Manhattan-, des bourgeois aisés • à Harvard depuis la rentrée 2014, elle prenait des cours particuliers avant • en 4ème année de biochimie • célibataire, bisexuelle • a intégré les Némésis • a surtout fréquenté des femmes, n'a passé la nuit qu'avec un homme, juste histoire de se débarrasser de ce fardeau de la virginité • provocatrice, séductrice parfois, elle drague mais ne va jamais jusqu'au bout, trouvant toujours une bonne excuse pour se défiler • ne supporte pas la violence des hommes, qui lui fait peur • excessive dans ses réactions • ses parents ont honte de son passé, alors elle n'en parle jamais • gamine casse-cou et imprudente, effrontée • fêtarde, gourmande, espiègle • cache un côté révoltée, le genre de fille qui un jour va se réveiller et faire sauter le monde • ses amis n'en sont pas vraiment, et ceux qui la connaissent vraiment se comptent sur le doigt d'une main • n'a jamais eu de petit-ami, même si elle s'en invente pleins • sarcastique et détachée, elle a du mal à s'attacher aux gens, et vraiment s'intéresser à leurs vies • de toute façon, ils ne voient pas plus loin que ses longs cheveux et ses faux ongles • son corps est recouvert de quelques cicatrices, qu'elle cache avec du fond de teint • les Strudwick, pour la punir, lui avaient coupé les cheveux étant gamine, elle s'entête à les couper elle-même courts depuis, pour se rappeler d'où elle vient • ses parents tenaient à ce qu'elle soit parfaite, alors elle l'est devenu : a fait refaire son nez et sa poitrine •
Depuis son accident : Une voiture qui passe, et qui ne s'arrête pas. Quatre mois de coma, un réveil. Au revoir les seins en plastique et le vernis rose, demoiselle ne s'est pas reconnue dans la glace, quand son regard s'est posé sur son reflet surfait. Réveillée, c'est le mot. Il est temps de vivre pour elle désormais, vivre intensément, souffrir et aimer intensément. Vivre pour Az' qui est partie, et pour ces années qu'elle a perdue.


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Friends ☁️
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
The depress Room || Scarlan Tumblr_oaypbkF96A1qlgpk0o8_250
[b">TAMSIN, c'est sa personne. S'il ne devait en rester qu'une, ça serait elle et son cœur malade. Se connaissent, et s'aiment quand même, au-delà de leur sacrée amitié. ∇ SKYE, oh Skye, elle est bancale, elle est pas stable, ils diront que faire d'elles des meilleures amies, c'est de loin la pire idée qu'on ai eu, et pourtant, Scar, elle, elle saurait plus quoi faire sans cette belle brisée. ∇ AARON, c'est son complice. Ca a commencé par lui qui la veut dans son lit et elle qui dit non. Puis, il l'a sortit d'un mauvais pas, gérant une de ses crises d'angoisses. Ils n'en sont pas à se confier sur leurs petites vie, mais elle l'aime bien ce vert. ∇ CAMILLE, c'est le mec qu'elle drague avec des copines, dont elle aime le regard, prend son numéro et l'oublie. L'assume pas, quand y a plus la bande ; redevient la demoiselle maladroite, mal à l'aise. Et lui ? Oh, lui en joue, évidemment. ∇ ALAN, le colocataire, l'autre partie de cette guéguerre éternelle se passant dans leur chambre. Elle l'adore, c'est pas le problème. Le soucis, c'est qu'ils ne peuvent pas s'empêcher de pourrir le quotidien de l'autre. ∇ Avec RAPHAEL, c'est la simplicité d'une rencontre, la complicité dans le chaos, l'art subtile d'avoir des idées foireuses. Ils se sont rencontrés au début de leurs bizutages respectifs, et depuis c'est le bordel dès qu'ils se croisent. ∇ MADISON, bizutrice de l'ombre, l'excessive qui lui assène de nouveaux défis, qui l'aide à sortir de sa coquille, à devenir sa meilleure version, celle qui vit. ∇
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Enemies ☁️
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
The depress Room || Scarlan Tumblr_nmi9eaPPUV1u78b5io9_r1_250



The depress Room || Scarlan Empty


The depress room
Scarlan




C'est comme ça, j'te tends ma main quand tu commences à louper une marche, j't'empêche de te manger le bois de l'escalier dans les gencives. J'essaye, du moins. Ce sourire là, sur tes lèvres, c'est juste le signe que j'ai un peu réussi. J'me suis habituée à ta présence, j'me suis même habituée à l'apprécier. Faut pas que tu te brises, toi, t'as pas le droit. Alors, je fais ce que je peux pour empêcher ton battant de se fissurer de trop. Je sais qu'elle est plus là, je sais pas trop pourquoi, ni comment, je sais juste qu'elle est plus la fille qui frappe à notre porte, ni celle qui tenait ta main pendant de longs mois maintenant. Je te parle d'autres mains, peut-être moins douces ; mais pendant ce temps, tu détournes ton regard du désastre sentimental. « Mes poils de carotte ?! » Qu'elle s'étrangle. « Où ça ? J'me suis mal épilée ? » J'suis presque premier degré, là. J'ai pas de poils moi oh. Ou mes sourcils, d'accord. Checke quand même d'un rapide coup d'oeil ses jambes nues.. on sait jamais. Et, le second sujet la sort de son inspection, bien plus intéressant. "Je l'ai rencontré au Summer Camp.", Mon regard vert en réclame plus, davantage de détails. Mes lèvres se pincent, pour retenir les questions. Et la suite entraîne un immature : « Elle tenait ton pinceau ? » Qu'elle glousse telle une gamine, comme incapable de retenir sa bêtise. Tu traînes trop avec Maverick, Scar', ça va plus du tout. «Non 'scuse moi, je suis sûre que tu sais le tenir tout seul. » C'est pas mieux, Strudwick. « Elle te plait ? » J'y crois pas, au « y a rien pour le moment », moi, j'crois que tu l'aimes bien. « Rain est pas là, t'as le droit des fois de regarder d'autres filles. » C'est humain. Croise ses jambes en tailleur, et interpelle le regard d'en face. « Vous êtes toujours ensemble ? » Pour toi, j'veux dire, est-ce que tu te sens encore lié à elle.  



CODE BY MAY.


@Alan Landrum


-> absence jusqu'au 30 juin 2019

Revenir en haut Aller en bas
PRESIDENT DE LA MATHER HOUSE
Alan Landrum
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t77833-alan-landrum-destiny-is-bullshit http://www.i-love-harvard.com/t95663-alan-landrum-456-598-2411 http://www.i-love-harvard.com/t85705-http-formspring-me-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77917-http-instagram-com-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77915-snap-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t83729-alan-landrum
The depress Room || Scarlan Us-flag-icon J'ai : 24 ans et je vis à : en colocation avec ma rouquine préférée et une brunette diablement sexy à la Mather House J'ai posé mes affaires ici le : 17/07/2017 et depuis, j'ai posté : 7147 messages et fait : 6 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiant et interne en médecine et côté coeur, je suis : amoureux d'une fille qui est à des kilomètres de moi désormais. . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : Je suis le mec qui garde le sourire en toutes circonstances et qui est toujours en train de bouffer sans prendre le moindre gramme. Oh et puis, on dit que je ressemble à : Dane DeHaan D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Kevin, Keke, Kev... , et un grand merci à : Acid Rain pour le profil ♥ ✽ DC/TC : : Dylan W. Thomas
The depress Room || Scarlan Original
ALAN LANDRUM
The depress Room || Scarlan 1467464190-signatest
Come here and read me,
I tell you a story.

Je ne saurais dire pourquoi je vous raconte tout ça, peut-être qu’en un sens ça me libère d’un poids, qu’en parler me donne l’impression de me débarrasser de tout ce poids qui peut peser sur mes épaules par moments. Certains trouveront surement cela ennuyeux et sans le moindre intérêt, partiront avant même la fin de cette histoire, mais vous ne saurez pas ce qui fait ce que je suis dans ce cas, vous ne connaitrez pas les péripéties qui ont forgés l’homme fragile qui se cache derrière ce visage que je montre au monde. Ce ne serait pas une grande perte, je vous l’accorde volontiers, mais s’il vous plaît, lisez ça jusqu’au bout…

Je suis un natif de la Grosse Pomme, New York pour ceux qui ne connaîtrait pas son surnom, et j’étais persuadé de vivre dans un environnement familiale stable, de recevoir tout l’amour dont un enfant a besoin. Mais ça, c’est jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre que le vrai visage de mon père n’était pas celui qu’il montrait tous les jours au monde. Une fois à la maison, la bouteille se vidait à une vitesse folle et finalement, les coups ont plu sur le visage de ma mère aussi vite que les gouttes s’écrasaient sur la fenêtre de ma chambre ce soir là. Vous avez idée ce que ça fait pour un enfant d’entendre le poing de son père s'écraser contre la mâchoire de sa Maman ? Un traumatisme, tout simplement. Il est amusant de se dire que j’ai peur de l’orage depuis ce jour, non pas à cause des éclairs ou du tonnerre, mais parce que cela me rappelle le bruit des coups et les cris de ma mère que j’ai pu entendre cette nuit là alors que je me réfugiais sous ma couette, n’osant pas aller lui venir en aide.

Il est beaucoup plus triste cependant de savoir qu’il a fallu que ma mère tombe gravement malade pour enfin fuir ce père indigne et violent, fuyant jusqu’en Californie à l’âge de mes 12 ans pour que ma mère soit hospitalisé dans un centre spécialisé adaptés à ses besoins. Étonnamment, c’est durant ces années là que nous avons été le plus heureu ma mère et moi, me glissant dans son lit d’hôpital chaque nuit tandis qu’elle me contait des histoires comme elle savait si bien le faire, ne parvenant même pas à m’endormir tant ces dernières étaient intéressantes. Cependant, quelques années plus tard, à mes 18 ans plus exactement, elle m’a forcé à suivre mon rêve, à la laisser et à intégrer le cursus de médecine à Harvard. Les séparations ont été difficiles, mais elle avait toujours le dernier mot, je ne pouvais lutter contre elle. J’ai donc accepté de mettre des milliers de kilomètres entre nous, non sans lui promettre de parvenir à trouver moi-même un moyen de la soigner le jour où je serais devenus médecin. Quel imbécile je faisais franchement… Je le suis sûrement encore aujourd’hui d’ailleurs.

Néanmoins, je ne peux nier que mes années à Harvard sont joyeuses, surtout les premières. Retrouver mon ami d’enfance en ces lieux fut une de mes plus grande joie après toutes ces années. Qui aurait cru que le modeste Landrum aurait pour meilleur ami l’héritière de la famille Kennedy ? Même moi j’ai encore du mal à y croire. Evidemment, il y a eu des hauts et des bas, surtout en amour. L’amour… Un concept étrange quand on y pense non ? J’ai eu ma première petite-amie très tard, elle était en premier lieu une très bonne amie puis cela a évolué dans une relation amoureuse que je pensais être la bonne. Le naïf que je suis s’est encore fait avoir, la demoiselle me laissant une simple lettre pour m’avouer qu’elle m’avait trompé et qu’elle quittait l’état, que je ne la reverrais plus jamais. Toujours est-il que je pourrais presque la remercier, parce que je n’aurais jamais rencontré celle que je considère désormais comme l’amour de ma vie: Rain. Je ne vous cacherais pas que cela a parfois était tumultueux, le voyage n’était pas de tout repos, des baffes dans la gueule, des cris, des secrets, des pleurs parfois même. Mais l’aboutissement en valait la peine. Certains diront que je suis fou, parce que je ne sais même plus où se trouve cette femme en ce moment même, mais je suis sûr de mes sentiments à son égard, tout comme je suis persuadé des siens envers moi. Notre histoire n’as jamais rien eu de conventionnel de toutes façon. Je suis juste certains que je ne pourrais jamais aimer une autre femme comme je l’aime, je me contenterais de cette solitude, me rassurant en me disant qu’une femme en ce monde m’aime d’amour et qui sait, elle se trouveras peut-être sur le pallier de ma porte un jour. Je suis prêt à attendre, peu importe le temps qu’il faudra.

Et pourtant… Des fois je me dis que tout serait plus simple si je mettais un terme à tout ça, une fois pour toutes. Plus de souffrance amoureuse, plus de trou noir dû à un alcoolisme démesuré et surtout, plus d'inquiétude persistante concernant une mère mourante. Je ne ferais que l'accompagner dans ce nouveau voyage que nous ferions une fois de plus côte à côte. Si vous tombez un jour sur ce message, ne vous en faites pas pour moi, réjouissez vous, je suis avec la personne à qui je tiens le plus au monde, et ce pour l'éternité.

(message écrit dans un journal très bien caché pour le moment)




The depress Room || Scarlan Empty
LINK THIS POSTDim 23 Sep 2018 - 1:07


The depress room
Scarlan




Ne t'en fais pas rouquine, je suis sûr que ton pelage est très doux et que tu ferais une très bonne peluche à laquelle on aime se blottir pour s'endormir. Je m'amuse à voir ta réaction, inspectant même tes jambes. Du coup je m'approche et vient glisser mon index sur l'une d'elle avant de te dire: "Tu vois ! Là c'est mal épilé je crois !". Pas du tout, c'est juste pour te taquiner ma rouquemoute. Evidemment, tu ne reste pas sans te venger en répondant à mes gamineries par une autre, même plusieurs. J'affiche une moue affligée alors qu’intérieurement j'en rigole. Ouais il m'en faut peu pour rire et tu le sais bien depuis le temps qu'on se connait maintenant. Cependant, tes questions suivantes balancés si vite l'une après l'autre me désarçonne quelques peu et tu as surement aperçus ce léger rictus sur mes lèvres que je dissimule rapidement avec un sourire. "Je sais plus où j'en suis avec Rain...", dis-je d'une voix morne. C'est cette question qui me revient le plus en tête dernièrement, qui m'empêche parfois de dormir, qui m’énerve à en vouloir frapper du poing contre un mur. Du jour au lendemain, je me suis retrouvé dans l'inconnue concernant notre relation. D'ailleurs, ta question me replonge dans mes pensées négatives. Les yeux dans le vide, je ne te calcule même plus pendant de longues secondes, jusqu'à ce que je relève les yeux vers toi. "Je suis fatigué, je vais me coucher...". Le ton blasé de ma voix ne t'échappe surement pas alors que je me lève et prends la direction de ta porte. Mais tu n'y es pour rien ma petite rouquine préférée, c'est moi qui n'est pas dans mon assiette en ce moment, je ne veux juste pas te faire subir ma mauvaise humeur plus que d'habitude.


CODE BY MAY.


Now the day bleeds into nightfall and you're not here to get me through it all. I let my guard down and then you pulled the rug. I was getting kinda used to being someone you loved...

Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DE LA MATHER HOUSE
Scarlett R.-Strudwick
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t76560-scarlett-r-strudwick-karen-gillan http://www.i-love-harvard.com/t76689-elle-est-pas-mechante-mais-putain-qu-est-ce-qu-elle-est-chiante-scarlett http://www.i-love-harvard.com/t77102-scarlett-strudwick-456-088-9678
The depress Room || Scarlan Us-flag-icon J'ai : 26 ans et je vis à : la mather house, avec Alan, pour le meilleur et pour le pire. Puis y a aussi Iris, la sublime J'ai posé mes affaires ici le : 18/06/2017 et depuis, j'ai posté : 711 messages et fait : 6 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiante en biochimie et côté coeur, je suis : en cours de cicatrisation. . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis la gamine effrontée, qui ne prend jamais rien au sérieux ; la dernière Strudwick du campus Oh et puis, on dit que je ressemble à : Karen Gillan D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : GLEEK! ou Annabelle, c'est sympa aussi , et un grand merci à : plum pour la signature, CENTURY SEX la talentueuse, pour l'avatar ✽ DC/TC : : Alexis & Jasp
The depress Room || Scarlan Tumblr_o40s0q1syX1rg559so2_250
Née Matthews, ses parents sont morts dans un accident de voiture quand elle avait deux ans • placée chez les Strudwick -New-York-, elle y est restée jusqu'à ses cinq ans ; ils la battaient, comme les autres enfants là-bas • ALEXANDER est son frangin de galère, le mec qu'elle admire, son protecteur, leurs parents adoptifs se connaissent, ce qui leur a permit de garder le contact, AZRAEL ET SPENCER, les autres soeurs. AZRAEL, sa préférée. • placée ensuite chez les Rowan -Manhattan-, des bourgeois aisés • à Harvard depuis la rentrée 2014, elle prenait des cours particuliers avant • en 4ème année de biochimie • célibataire, bisexuelle • a intégré les Némésis • a surtout fréquenté des femmes, n'a passé la nuit qu'avec un homme, juste histoire de se débarrasser de ce fardeau de la virginité • provocatrice, séductrice parfois, elle drague mais ne va jamais jusqu'au bout, trouvant toujours une bonne excuse pour se défiler • ne supporte pas la violence des hommes, qui lui fait peur • excessive dans ses réactions • ses parents ont honte de son passé, alors elle n'en parle jamais • gamine casse-cou et imprudente, effrontée • fêtarde, gourmande, espiègle • cache un côté révoltée, le genre de fille qui un jour va se réveiller et faire sauter le monde • ses amis n'en sont pas vraiment, et ceux qui la connaissent vraiment se comptent sur le doigt d'une main • n'a jamais eu de petit-ami, même si elle s'en invente pleins • sarcastique et détachée, elle a du mal à s'attacher aux gens, et vraiment s'intéresser à leurs vies • de toute façon, ils ne voient pas plus loin que ses longs cheveux et ses faux ongles • son corps est recouvert de quelques cicatrices, qu'elle cache avec du fond de teint • les Strudwick, pour la punir, lui avaient coupé les cheveux étant gamine, elle s'entête à les couper elle-même courts depuis, pour se rappeler d'où elle vient • ses parents tenaient à ce qu'elle soit parfaite, alors elle l'est devenu : a fait refaire son nez et sa poitrine •
Depuis son accident : Une voiture qui passe, et qui ne s'arrête pas. Quatre mois de coma, un réveil. Au revoir les seins en plastique et le vernis rose, demoiselle ne s'est pas reconnue dans la glace, quand son regard s'est posé sur son reflet surfait. Réveillée, c'est le mot. Il est temps de vivre pour elle désormais, vivre intensément, souffrir et aimer intensément. Vivre pour Az' qui est partie, et pour ces années qu'elle a perdue.


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Friends ☁️
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
The depress Room || Scarlan Tumblr_oaypbkF96A1qlgpk0o8_250
[b">TAMSIN, c'est sa personne. S'il ne devait en rester qu'une, ça serait elle et son cœur malade. Se connaissent, et s'aiment quand même, au-delà de leur sacrée amitié. ∇ SKYE, oh Skye, elle est bancale, elle est pas stable, ils diront que faire d'elles des meilleures amies, c'est de loin la pire idée qu'on ai eu, et pourtant, Scar, elle, elle saurait plus quoi faire sans cette belle brisée. ∇ AARON, c'est son complice. Ca a commencé par lui qui la veut dans son lit et elle qui dit non. Puis, il l'a sortit d'un mauvais pas, gérant une de ses crises d'angoisses. Ils n'en sont pas à se confier sur leurs petites vie, mais elle l'aime bien ce vert. ∇ CAMILLE, c'est le mec qu'elle drague avec des copines, dont elle aime le regard, prend son numéro et l'oublie. L'assume pas, quand y a plus la bande ; redevient la demoiselle maladroite, mal à l'aise. Et lui ? Oh, lui en joue, évidemment. ∇ ALAN, le colocataire, l'autre partie de cette guéguerre éternelle se passant dans leur chambre. Elle l'adore, c'est pas le problème. Le soucis, c'est qu'ils ne peuvent pas s'empêcher de pourrir le quotidien de l'autre. ∇ Avec RAPHAEL, c'est la simplicité d'une rencontre, la complicité dans le chaos, l'art subtile d'avoir des idées foireuses. Ils se sont rencontrés au début de leurs bizutages respectifs, et depuis c'est le bordel dès qu'ils se croisent. ∇ MADISON, bizutrice de l'ombre, l'excessive qui lui assène de nouveaux défis, qui l'aide à sortir de sa coquille, à devenir sa meilleure version, celle qui vit. ∇
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Enemies ☁️
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
The depress Room || Scarlan Tumblr_nmi9eaPPUV1u78b5io9_r1_250



The depress Room || Scarlan Empty


The depress room
Scarlan




La succession d'action est rapide. Tu touches sa jambe, et elle ouvre grand la bouche, sa jambe se raidissant pour te flanquer un léger coup de pied. T'inquiète, ça fait un peu ça dès qu'un homme la touche sans qu'elle s'y attende. Et encore, d'habitude, elle couine. Là, elle se contente de râler dans sa barbe qu'elle n'a pas, et ça fini dans un rire. Parce que ouais, t'es drôle. Tu me fais rire, en tout cas, c'est déjà pas mal. J'parlerai pas au nom des autres. J'suis du genre à trop parler. J'arrive pas à retenir mes questions, j'arrive pas à fermer les lèvres quand il le faut. Ca s’enchaîne plus rapidement que prévu, et j'en arrive à toucher là où ça fait mal. Je le regrette, à peine ça a flirté avec ton cœur. Je te jure que si je pouvais, je gommerai tout ça. Je me contenterai de te dire que t'es un peu mignon, avec ton air de gamin idiot, et que tu la mérites, ta place dans mon top 3. Parce que là, tu ne me vois plus. Je sais, qu'il fait désormais trop sombre autour de toi, pour que ma rousseur se distingue. Tu vois même pas ma main que je te tends. Attrape là à l'aveugle. « Hé ! » T'es presque à la porte, et moi, je vais pas te laisser sortir de ma taverne de lumière. J'veux bien te mettre en colère, j'veux bien attiser ta rage ; mais ne compte pas sur moi pour que tu sortes de cette chambre sans un rire accroché à la bouche. « Il est même pas vingt-deux heures espèce de marmotte! » Et, un coussin atteins ta nuque. J'essaye avec mes armes.


CODE BY MAY.


@Alan Landrum


-> absence jusqu'au 30 juin 2019

Revenir en haut Aller en bas

The depress Room || Scarlan Empty
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: Archives 2012-2019-
Sauter vers: