::  :: RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Calya ≈ In hell you're my only hope

Aller à la page : Précédent  1, 2
MEMBRE DE L'ELIOT HOUSE
Cléolya A. Strauss
MEMBRE DE L'ELIOT HOUSE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t75528-cleolya-anais-strauss-miranda-kerr http://www.i-love-harvard.com/t80440-cleolya-anais-lhistoire-est-ecrite-par-les-vainqueurs http://www.i-love-harvard.com/t94044-cleolya-a-strauss-456-100-5209#3453133 http://www.i-love-harvard.com/t77043-http-instagram-com-cleopatre http://www.i-love-harvard.com/t75547-snap-cleolya#2644928 http://www.i-love-harvard.com/t89292-cleolya-anais-strauss
avatar
Anglaise J'ai : 25 ans et je vis à : Temple St à Beacon Hill, boston, dans un magnifique open space . J'ai posé mes affaires ici le : 20/05/2017 et depuis, j'ai posté : 21848 messages et gagné : 2347 points. Actuellement, je suis : obnubilée par mes études et ma place dans l'entreprise et côté coeur, je suis : complètement amoureuse de ma nièce Shayleen, ma raison de vivre Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : j'écoute justement pas les rumeurs . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Miranda Kerr ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : BLACK CHERRY (Justine) , et un grand merci à : acid rain (a et profil) ANESIDORA (s) ✽ DC/TC : : Lana Lisina (s)
⋆ — Be yourself because an
original is worth more than a copy

CLÉOLYA ANAÏS STRAUSS
(Cléolya Strauss) —  Cléolya, c'est avant tout le combo parfait d'une jeune française et d'un richissime Anglais. Elle n'aura jamais l'occasion de rencontrer sa mère (†) Anaïs. C'est le prénom qu'Harvey son père lui donnera le jour de sa naissance le huit mars mille neuf cent quatre-vingt-treize. Elle ne connaîtra pas une enfance bercée par les fléaux de l'école. Non, elle, elle voyagera de pays en pays, suivant son père à travers le monde, ayant comme nounou, une prof particulière. Déjà destiné à être à la tête de l'empire que son père a construit, elle rêvera pourtant de devenir tireuse d'élite. À 10 ans déjà, assises dans le coin de la pièce, elle tend l'oreille, elle analyse, les moindres faits et gestes de son père, parce que douce Anaïs, elle rêve d'être comme lui maintenant et travail tout les jours d'arrache-pied pour un jour lui arriver à la cheville. C'est à l'adolescence, qu'elle découvre que son père, qu'elle idolâtre, n'est autre que son oncle, leur relation ne changera pas malgré tout et c'est à ce moment précis qu'elle décide de changer de prénom. Hors de question pour elle de porter le nom de sa salope de mère. Belle Anaïs, devient donc Cléolya.
(Blood) — Aussi volcanique qu'un volcan en éruption, ma relation avec Aymalyne n'est sans doute pas de tout repos. Des années pourtant, celle que je pensais être ma cousine, était en réalité ma demi-sœur. Présente l'une pour l'autre, on se renvoie pourtant la balle à coup de mot. Les disputes font sûrement partie de notre quotidien, mais pourtant, on n'oublie pas d'où l'on vient.


« Cléolya : Plus solide que le diamant n'est-ce pas ? Promets-le-moi, encore une fois..
Hadès : Plus fort que le diamant. Même l'enfer n'est pas prêt. »


⋆ — Follow your heart, but
take your brain with you

(Present) — Le cœur lourd, encore tourmentée par ces deux mâles qui ont fait chaviré mon cœur, pour finalement l'abandonner. Ils ont gratté la carapace, ils ont fait leur place, pour finalement repartir aussi vite qu'ils étaient venus. Ce n'est plus qu'un trou béant, incapable d'y accueillir la moindre âme.
(Past) — Après de nombreuses années d'amitié avec Brent j'ai commencé à développer des sentiments pour lui et nous avons eu 3 mois de relation. À cause de mon caractère, l'histoire s'est terminée. — C'est l'amour qu'on ne rencontre qu'une fois, l'impossible, l'unique. Hadès, c'est ma faiblesse, mon ombre, mon sourire, mais aussi mes pleurs. C'est mon tout en réalité, mais je fuis. Je fuis, par amour, par amitié, pour cette relation nocive qu'est la nôtre. Je le laisse me consumer de l'intérieur par le vide qu'il a laissé, même si j'arrive pas à tourner la page, parce que chaque histoire mérite un point final. — Elliot
(Sex list) — Wolfgang


« Elliot : C’est parce que t’es une tornade Cléo... Tu débarques par hasard, t’arrives à te faire une place, à t’immiscer dans nos vies sans même qu’on s’en rende compte. Et la tornade, elle est si forte qu’on est tout excité, un trop-plein d’adrénaline auquel on prend goût parce que ça nous dérange pas de se risquer un peu pour voir la tornade de près, la voir de l’intérieur, parce qu’on aime un peu trop le danger. »


⋆ — All you need is someone
who joins in on your weirdness

(Best)CamilaLennyNoah
(Friends)Dimitri — HacateLiam — Sullivan — Maxine — Deirdre — MeghanPluton Yaël


Ma poupée :heaart:

(Coca) Cola :heaart:

Lenolya :heaart:

Cléadès :heaart:



(#) Jeu 7 Juin - 7:58

» ☆ In hell you're my only hope ≈
    ───────

C'était ce que t'attendais de moi non ? Que j'sois horrible pour réellement en finir. Parce que dans le fond, tu me connaissais, et je n'allais certainement pas me laisser me rabaisser par toi, qu'était sensé me soutenir envers et contre tous. Je n'aurais pas dû. On le savait que je n'aurai pas dû, mais je n'arrivais simplement pas à canaliser le manque de tout, que ma colère prenait le dessus, comme décuplé par un manque d'oxygène dans mon esprit qui me faisait être ce que je detestais le plus. J'valais pas mieux que c'est type qui nous retenaient captives, puisque que moi, c'était psychologiquement que j'avais frappé. Alors une fois, le scotch mit sur nos bouches, c'était le silence qui me ramenait à la réalité. Je ne te regardais pas, ne voyant même pas que tu t'éloignais le plus possible de moi. Je me retrouvais seule, avec ma conscience, me rendant compte de l'ampleur que mes mots avaient pu avoir sur toi, et le bruit de tes pleurs pour me rappeler ce que j'avais fait.

[...]

Je crois que je comptais plus les heures passé, je ne la regardais même plus cette foutue horloge, qui me rendait dingue avec c'est tic tac tic tac. Ils réapparaissaient, réclamant toujours plus d'argent, en nous balançant de l'eau en pleine tête, nous forçant à boire. Sauf que je préférais devenir folle et mourir que de boire, alors une fois partie, je recrachais l'eau que j'avais pu ne pas avaler, pour continuer à me laisser mourir et probablement qu'avec un peu de chance, je perdrais conscience, ou du moi, je perdrais le peu de conscience qu'il me restait. Mais c'était un bruit qui me sortait de mes idées noires, entendant ta tête taper contre le mur. Je me levais, manquant de tomber à plusieurs reprise pour venir jusqu'à toi. Ton regard, ton regard de dégoût, je le voyais bien et encore une fois t'avais raison, je provoquais moi-même mon destin.

« Arrête. » Que je soufflais simplement.

Et probablement que t'allais me cracher à la gueule, ou simplement m'ignorer, parce que tu ne voulais plus rien avoir à faire avec moi, mais je crois que j'avais simplement besoin de m'excuser, même si ça n'allait plus avoir de valeur à tes yeux.

« Je suis désolée.. Et que tu me crois ou non, j'ai jamais pensé une seule seconde ce que j'ai dit. » Que je disais en me laissant tomber en arrière pour observer le plafond. « Il n'y a pas de mots pour décrire l'horreur de mes mots, et sûrement que jamais tu me pardonneras, mais j'ai besoin que tu entendes ça. » Que je soufflais en tournant la tête vers toi. « J'ai voulu le tuer de t'avoir fait ça Camila. J'ai réellement voulu le tuer, parce que dans aucun monde, je ne voulais te voir souffrir, et voilà que c'est sûrement moi qui te fais le plus de mal. Je n'ai pas seulement honte, je n'avais pas conscience de ce que je disais, mais sans toi, je ne peux pas. Je ne peux pas et je pourrais jamais avancer, quand la seule personne qui a toujours été là pour moi, c'est toi. J'ai fait des erreurs, beaucoup, mais celle-ci, c'est sûrement la pire. » Que je disais à bout de souffle. « Je ne peux pas revenir en arrière, et je pourrais jamais effacer ça, mais j'étais sincère quand je disais que sans toi, je n'arriverais pas à vivre. Je regrette, et c'est facile à dire maintenant que je l'ai dit, mais je pensais sincèrement me tuer, si c'était ce que tu voulais, parce que je donnerais ma vie pour la tienne s'il le fallait. Alors excuses moi, excuses moi d'être conne, d'être énervé et d'être cette foutue tempête qui ravage tout sur son passage, parce que Camila Wildingham, si je pensais une seule seconde ce que j'ai dit, jamais je n'aurais porté fièrement ton nom et jamais j'aurais promis d'être là dans les meilleures comme dans les pires moments.. »

Alors je me taisais, je me taisais avant de fredonner un couplet de musique.
Yes I do, I believe
That one day I will be, where I was
Right there, right next to you
And it's hard, the days just seem so dark
The moon, the stars, are nothing without you
Your touch, your skin, where do I begin?
No words can explain, the way I’m missing you
The night, this emptiness, this hole that I’m inside
These tears, they tell their own story




sometimes we take it too far and go in at the deep end. no matter what the deal babe you know that i'll be there. if we lose our way, let the world start to creep in can't let nobody's words be the why we ain't speakin'. 'cause nothing else matters like us and nothing else matters like love

Coucou toi:
 
Revenir en haut Aller en bas
STAFF D'I LOVE HARVARD  HARVARD'S STUDENT
Naeun Min
STAFF D'I LOVE HARVARD
HARVARD'S STUDENT
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t97850-naeun-min-lalisa-manoban?nid=12#3586870 http://www.i-love-harvard.com/t97856-naeun-you-catatonic-bimbos#3587031 http://www.i-love-harvard.com/t97860-naeun-min-456-759-8463#3587082 http://www.i-love-harvard.com/t97858-http-instagram-com-mochinae#3587071
avatar
J'ai : 21 ans et je vis à : boston . J'ai posé mes affaires ici le : 10/03/2014 et depuis, j'ai posté : 24813 messages et gagné : 1346 points. Actuellement, je suis : étudiante en langues étrangère et côté coeur, je suis : dans la merde, ou ddong comme on dirait en corée. Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : j'ai un caractère de chiotte mais une bouille de mochi (wtf?) . Oh et puis, on dit que je ressemble à : lalisa cutie manoban ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : acid rain (jen) , et un grand merci à : kane ✽ DC/TC : : meghan, taehyun, camila


naeun baby min
《﹡*✶☽ lick me up i’m sweet and salty 》
imprévisible ; naeun elle n'est jamais là où on l'attends. et si on se persuade qu'elle ne pourra jamais faire telle ou telle chose, elle prouvera forcément le contraire. c'est une force tranquille qui aime de loin dicter sa propre vie sans prendre en compte ce que le monde pourrait exiger d'elle. pétillante ; c'est une vraie boule d'énergie. toujours un sourire radieux sur les lèvres et une envie de se dépenser. elle saupoudre la tristesse ambiante par des rires et des blagues très souvent de mauvais goût. dad jokes ? totally her. tempérament de feu ; naeun, elle réagit au quart de tour, tout le temps. si certains ont tendance à se prendre pour les "reines des glaces" -qualification visiblement en vogue puisqu'il est facile d'en trouver une vingtaine sur harvard- sa spécialité à elle c'est plutôt le feu. attention à ne pas s'y brûler. n’a aucun filtre ; le souci chez nae, c'est qu'elle dit constamment ce qu'elle pense, sans filtre, sans prendre de disposition. et si c'est une facette qui lui permet de charmer beaucoup de personne en règle générale, c'est aussi ce qui lui apporte pas mal d'ennui. note à elle même : apprendre à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. naturelle ; elle a beau aimer les belles choses, les produits de beauté et la mode, elle déteste les mean girls qui se sentent supérieur à tout sous prétexte qu'elles ont la dernière paire de chaussure à la mode. et naeun, il n'est pas rare de la voir sans maquillage, en jean et basket sans se soucier une seule seconde de ce que l'on pourra penser.

seung-gi - mickey - freya - zed - yuri - lara-jean - soo-jin - hae-won - simone

(#) Mar 12 Juin - 16:57
j’en étais de toute manière à un point ou je n’arrivais même plus à me rendre compte de si ça faisait mal ou non. peut être que c’était le cas mais je ne le ressentais pas assez pour avoir envie d’arrêter. non. je voulais me fracasser la tête contre ce mur jusqu’à ce que mon esprit se taise enfin. parce que je détestais tout en ce moment. toi, ma vie, moi. surtout moi. j’crois que t’avais pas idée d’à quel point je pouvais me haïr. mais c’était violent, vraiment. comme si j’étais la pire personne de l’univers. et cette altercation que l’on venait d’avoir alors qu’on était supposée s’épauler dans un moment comme celui-là, c’était sûrement le pire. alors ouais, tant pis. j’voulais juste en finir. être assez amochée pour être irrécupérable et crever ici en silence sans que personne ne bronche. j’avais plus envie d’essayer en fait. et même si par miracle quelqu’un venait nous sauver, j’te jure que je trouverais le moyen de me foutre en l’air plus tard. parce que ouais, j’avais juste plus envie de me battre dans le vide. j’trouvais plus de raison suffisante pour essayer. et puis pourquoi j’arrêterais, hein ? parce qu’en accord avec ce que tu avais dis, j’aurais du choisir autre chose que mes cuisses. probablement mes avant-bras, pas vrai ? c’est ça que t’insinuais. que j’aurais du faire une incision nette pile à l’endroit où se trouve mes veines et laisser couler jusqu’à ce que je sois vidée de mon sang. alors pourquoi j’arrêterais quand même toi tu me dis que j’aurais dû le faire ? j’fermais les yeux laissant juste tes mots me bercer. j’savais pas si je devais les prendre en compte ou non. ce qui était horrible, c’était sûrement que quelque part, je m’en foutais. je me fichais totalement de ce que tu étais en train de dire. comme si plus rien n’avait d’importance en fait. mais quelque part, ça devait avoir un minimum d’effet puisque je finissais par me rendre compte que ma tête était désormais juste posée contre le mur. est-ce que tu attends que je te dise quelque chose ? parce que j’suis juste vidée en fait. mais quand tu chantes, quand tu fredonnes, je me laisse glisser, posant ma tête sur tes genoux, fermant les yeux comme si j’avais le droit de dormir. j’ai les lèvres tellement sèche à cause de la déshydrations que je peine à prendre la parole mais finalement, je finis par murmurer « laisse moi m’en aller, s’il te plaît » et c’est une vraie supplique parce que je suis à bout, parce que je ne veux plus, parce que j’ai besoin plus que de n’importe quoi d’autre au monde que ça s’arrête.





take off all my make-up cause i love what's under it. rub off all your words, don't give a uh, i'm over it. jiggle all this weight yeah, you know i love all of this. finally love me naked, sexiest when i'm confident.


quand tes potes te connaissent par coeur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: RPs-
Sauter vers: