::  :: RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MAGDA ♧ Au feu les pompiers, il y a la maison qui brûle !

MEMBRE DE LA DUNSTER HOUSE
Roxanne L. Bates
MEMBRE DE LA DUNSTER HOUSE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t93231-roxanne-l-bates-beatrice-martin http://www.i-love-harvard.com/t97378-roxanne-ocean-s-brawl http://www.i-love-harvard.com/t93267-roxanne-ne-me-laisse-jamais-seule-avec-le-temps http://www.i-love-harvard.com/t93323-roxanne-bates-456-1392-7586#3427501 http://www.i-love-harvard.com/t93607-http-instagram-com-roxannebates
Roxanne L. Bates
J'ai : 23 ans et je vis à : Cambridge, dans mon petit appart avec ma princesse et Callum J'ai posé mes affaires ici le : 10/05/2018 et depuis, j'ai posté : 813 messages et fait : 3 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiante en mathématiques appliquées, pour payer mes études, je travaille aussi au Luna Caffe et côté coeur, je suis : amoureuse d'un petit Winthrop Sur mon compte en banque, on peut trouver $ : 0 . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis une fille louche, trop jeune pour être maman, trop tatouée pour être maman, trop fumeuse pour être maman mais qu'importe Oh et puis, on dit que je ressemble à : Coeur de Pirate D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : liesou , et un grand merci à : sparkle avatars et marielutine & astra (signature) ✽ DC/TC : : Michelle Ford (alisha boe)

⋆ — roxanne you don't have to wear that dress tonight
ROXANNE BATES
Les cris du coeur guident les pas de Rox. Depuis toujours. Elle n’a jamais écouté ni sa tête, ni les élans de sa raison. Elle vit, guidée par ses sens, par ses émotions. Rox ne voit jamais plus loin que le bout de son nez, d’une impulsivité pathologique. Un coeur énorme, qui prend toute la place. Elle aime d’un coup, à la folie, elle garde plus rien pour elle. Si elle aime quelqu’un, deux mois à peine et elle lui passera la bague au doigt. Rox se donne toute entière, se donne malgré sa pudeur, malgré ses faiblesses. Quand elle aime, elle n’a plus peur, de rien. Enchaînée à la volonté de ses nerfs, de son sang chaud, de son organisme faible, Rox n’est jamais maîtresse à bord : son corps prend toujours le relais, son cerveau se barre en courant. Elle traîne des addictions depuis son adolescence. Des saloperies. Fumeuse, tendance alcoolique, Rox se bat contre elle-même, elle en peut plus de ces tares. Fêtarde repentie, son adolescence rebelle elle se la prend en pleine face chaque jour, elle en veut plus, vingt-trois piges et elle se sent vieille. Nevrosée, Rox est toujours sur le qui-vive, l’épiderme brûlant. Ce monde est un connard, elle le sait. Elle montre les crocs, toujours sur la défensive, à protéger ceux qu’elle aime coûte que coûte, elle peut se transformer en tigresse si l’on ose toucher à un seul cheveu de sa fille. Si elle est profondément empathique, elle n’est pas une sainte. Elle fera toujours passer son bonheur, puis celui de ceux qui l’entourent avant le bien commun. Le monde a toujours été ingrat avec elle, elle lui rend bien. Et puis elle peut se montrer particulièrement dure, avec des gens qui lui veulent du bien. C’est peut-être pour l’enfermer un peu, ce coeur envahissant. Rox connaît la valeur des choses, elle a toujours connu une vie modeste, terre-à-terre, elle se permet rarement de grandes extravagances, toujours un oeil sur le porte-monnaie.


⋆ — ne me laisse jamais seule avec le temps
(roxanne lauren bates) - naissance : Easington, Angleterre - vingt-trois ans - hétérosexuelle - maman d’une petite fille de deux ans (Jane Loïs Bates) - cinquième année de mathématiques appliquées - un mètre soixante-six - protestante - génie des maths, talent brut - grandit à la Nouvelle-Orléans, Louisiane - perd son père quand elle a quatre ans - adolescence tumultueuse et orgiaque, des conneries sans nom - ancienne femme battue - tatouée de partout, plus volonté de rébellion que véritable conviction artistique - fan de rock’n’roll - rêve en Disney - championne de sudokus et rubik’s cube - parle anglais (& espagnol comme une vache norvégienne) - amie des bêtes, elle rêve d’adopter un chiot, mais elle manque de sous - toujours un peu étrangère à sa vie -

(chronologie)- rencontre caleb le 8 décembre 2015 → se marie le 3 février 2016 → accouche de sa fille le 12 juin 2016 → divorce le 2 janvier 2017 → intègre Harvard en septembre 2017 → bizut dunster en septembre 2018 → rencontre callum le 3 septembre 2018 → membre dunster en octobre 2018 → retour de caleb à Harvard en octobre 2018 →


⋆ — si la terre est sombre et si la pluie te noit, raconte moi qu’on puisse trembler ensemble
(blood)rosemary bates femme amoureuse de son gars d’easington, quand il est emporté par la maladie, lui laissant sa fille à élever seule, elle fait tout pour lui assurer la meilleure vie possible. la mère de rox s’est toujours taillée les veines pour offrir à sa fille le meilleur, même si rox n’a jamais voulu s’en rendre compte. elle a fait face aux lubies rebelles de sa fille, s’est toujours opposée à son tempérament impulsif mais au final, elle explose d’amour pour roxanne. sa maman chérie avec qui elle est en relation perpétuellement conflictuelle. jane la princesse de la vie de rox. sa petite fille, son amour. physiquement, y a guère que ce petit nez en trompette qui rapproche la mère de sa fille, elle est le portrait craché de son papa. mais jane c’est un bout de rox, plus que sa fille, ça a été une inspiration, ce qui l’a gardé en vie, ce qu’a donné un sens, tout d’un coup.
(friends)daya sa meilleure amie, la marraine de sa fille. cette fille c’est l’épaule sur laquelle pleurer, le rire qui fait oublier tout ce qui ne va pas. lily se sont connues pendant leur bizutage et les deux oustideuses se sont alliées. meghan la fille qui comprend, tout. les galères de maman, le regard des autres. megh elle jugera pas, jamais, et putain, elle s’est fait une place dans la vie de rox.


ROXUM
(roxum)callum je l’aime. le père biologique de jane, celui à qui j’ai annoncé sa paternité en septembre 2018. j’ai débarqué dans sa vie, lui a chamboulé la mienne. il y a chassé la morosité, la névrose, la peur par le rire, la tendresse, le goût de l’aventure. je pourrais l’épouser, là, maintenant. je le ferais les yeux fermés parce que je sais que je l’aime, qu’il me fera toujours du bien. j’suis une meilleure personne avec lui.

CALANNE
(calanne)caleb je l’ai trop aimé, c’était pas raisonnable. caleb je l’ai rencontré un soir de décembre, et ma vie hurle révolution. je l’épouse deux mois plus tard, je suis enceinte, il se jure de devenir le papa de l’enfant. alors je le fais signer les papiers d’adoption. putain, je m’en bouffe les doigts aujourd’hui. je commettai l’irréparable. parce qu’il m’a aimé aussi intensément que nous nous sommes haïs. parce que dans les moments de colère, je me mangeais ses poings, ses genoux, le mur contre lequel il me projetait. une violence à la hauteur de qu’on a ressenti l’un pour l’autre. j’ai fini par m’enfuir.



Spoiler:
 



(#) Mar 5 Juin - 16:46

     
   
Magdalena & Pia
   Au feu les pompiers !
mise en page par mad love
   Cette fois-ci, c'était la bonne : Pia se mettait à la cuisine. Après tout, elle avait hérité du gène italien, et puis il y avait une tradition familiale qui voulait que les Ciantelli soient des chefs cuisiniers. Seulement voilà, l'incapacité de Pia à exécuter les recettes les plus faciles (il faut dire qu'elle y mettait de la mauvaise volonté...) avait provoqué chez la jeune femme une remise en question profonde : était-elle vraiment de la famille ?
Mais cette fois, c'était la bonne ! Les beaux jours étaient de retour et Pia n'avait pas daigné s'approcher d'une casserole de tout l'hiver, enfin sauf quand il s'agissait de faire la vaisselle une fois les exploits culinaires passés et elle imaginait le calvaire qu'avait dû endurer sa colocataire Magdalena avec qui elle avait récemment emménagé à la Quincy. Pia avait enfilé un tablier, recherché sur Internet "recette pour épater des convives" et s'était lancée tête la première dans la conception d'un bon petit plat pour Magda et elle.
Pia beurre la poêle à frire, découpe des oignons, fait chauffer les spaghettis... Absorbée dans sa julienne de légumes, la jeune femme ne remarque qu'un peu tard "cette étrange odeur de cramé". Pia lève la tête et découvre avec horreur les flammes qui jaillissent d'une des casseroles. "Oh merde, merde, merde !!!" Paniquée, la brune remplit un verre d'eau et le renverse en un gros SPLASH sur la poêle... ce qui ne fait qu'alimenter le brasier. Les flammes montent de plus en plus haut et gagnent le rideau bariolé qui pend à proximité : quelle idée d'avoir une fenêtre juste à côté de plaques à gaz ! Le rideau s'enflamme lentement mais sûrement... Après tout, c'est vrai qu'il était affreux ce rideau, des couleurs immondes, un truc sorti des années 70, certainement la pire décennie en terme de design d'intérieur. N'empêche que ça n'arrangeait pas beaucoup la situation ! Pia tente de le secouer dans tous les sens afin d'éteindre les petites flammes qui se répandent mais sans grand succès. "Raaaah mais où est Magda quand j'ai besoin d'elle ??!!" Pia allait sans le moindre doute se faire arracher les yeux mais il valait encore mieux ça que d'incendier l'appartement avant même d'avoir été acceptée au sein de la confrérie.
   

@Magdalena Powell


❝I'll never love again❞ - and I want to pretend that it's not true that you're gone. 'cause my world keeps turning and turning and I'm not moving on. don't wanna feel another touch, don't wanna start another fire. don't wanna know another kiss, no other name falling off my lips.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Mar 5 Juin - 22:45
Invité
Les examens étaient officiellement terminés, pour mon plus grand plaisir. J'aimais mes études et je prenais plaisir à réviser et à apprendre de nouvelles choses, mais je détestais vraiment cette période de l'année. Celle où j'étais obligée d'avoir le nez dans les bouquins toutes la journée, mais aussi, la soirée quand je rentrais à la confrérie à laquelle j'appartenais. Le pire, c'était surement les week-end qui ne ressemblaient plus à ces moments de détente et à toutes ces soirées que j'étais dans l'obligation de refuser pour ne pas m'en vouloir en cas d'échec. Mais aujourd'hui, je pouvais souffler. Enfin, j'allais reprendre ma vie de jeune étudiante, celle de la fin d'année, avec le summer camp en approche. J'avais tellement hâte de partir en voyage que dans ma tête, les examens étaient déjà loin derrière moi. Je rentrais à la Quincy House en espérant retrouver un peu de monde et passer un moment tranquille désormais que toute la pression de ces derniers temps commençait à retomber tout doucement. Sauf qu'à peine j'avais mis un orteil dans les cuisines de ma confrérie pour suivre le bruit de panique, que mon cœur se mit à battre à une vitesse folle. « Qu'est-ce que... » que je commence en écarquillant mes grands yeux. En voulant faire la cuisine, Pia semblait avoir mis le feu à cette dernière. Ni une, ni deux, j'attrapais l'extincteur pour arrêter les flammes et limiter les dégâts. Bordel. « Tu n'as rien ? » que je demandais à ma colocataire, sans doute apeurée.
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DE LA DUNSTER HOUSE
Roxanne L. Bates
MEMBRE DE LA DUNSTER HOUSE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t93231-roxanne-l-bates-beatrice-martin http://www.i-love-harvard.com/t97378-roxanne-ocean-s-brawl http://www.i-love-harvard.com/t93267-roxanne-ne-me-laisse-jamais-seule-avec-le-temps http://www.i-love-harvard.com/t93323-roxanne-bates-456-1392-7586#3427501 http://www.i-love-harvard.com/t93607-http-instagram-com-roxannebates
Roxanne L. Bates
J'ai : 23 ans et je vis à : Cambridge, dans mon petit appart avec ma princesse et Callum J'ai posé mes affaires ici le : 10/05/2018 et depuis, j'ai posté : 813 messages et fait : 3 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiante en mathématiques appliquées, pour payer mes études, je travaille aussi au Luna Caffe et côté coeur, je suis : amoureuse d'un petit Winthrop Sur mon compte en banque, on peut trouver $ : 0 . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis une fille louche, trop jeune pour être maman, trop tatouée pour être maman, trop fumeuse pour être maman mais qu'importe Oh et puis, on dit que je ressemble à : Coeur de Pirate D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : liesou , et un grand merci à : sparkle avatars et marielutine & astra (signature) ✽ DC/TC : : Michelle Ford (alisha boe)

⋆ — roxanne you don't have to wear that dress tonight
ROXANNE BATES
Les cris du coeur guident les pas de Rox. Depuis toujours. Elle n’a jamais écouté ni sa tête, ni les élans de sa raison. Elle vit, guidée par ses sens, par ses émotions. Rox ne voit jamais plus loin que le bout de son nez, d’une impulsivité pathologique. Un coeur énorme, qui prend toute la place. Elle aime d’un coup, à la folie, elle garde plus rien pour elle. Si elle aime quelqu’un, deux mois à peine et elle lui passera la bague au doigt. Rox se donne toute entière, se donne malgré sa pudeur, malgré ses faiblesses. Quand elle aime, elle n’a plus peur, de rien. Enchaînée à la volonté de ses nerfs, de son sang chaud, de son organisme faible, Rox n’est jamais maîtresse à bord : son corps prend toujours le relais, son cerveau se barre en courant. Elle traîne des addictions depuis son adolescence. Des saloperies. Fumeuse, tendance alcoolique, Rox se bat contre elle-même, elle en peut plus de ces tares. Fêtarde repentie, son adolescence rebelle elle se la prend en pleine face chaque jour, elle en veut plus, vingt-trois piges et elle se sent vieille. Nevrosée, Rox est toujours sur le qui-vive, l’épiderme brûlant. Ce monde est un connard, elle le sait. Elle montre les crocs, toujours sur la défensive, à protéger ceux qu’elle aime coûte que coûte, elle peut se transformer en tigresse si l’on ose toucher à un seul cheveu de sa fille. Si elle est profondément empathique, elle n’est pas une sainte. Elle fera toujours passer son bonheur, puis celui de ceux qui l’entourent avant le bien commun. Le monde a toujours été ingrat avec elle, elle lui rend bien. Et puis elle peut se montrer particulièrement dure, avec des gens qui lui veulent du bien. C’est peut-être pour l’enfermer un peu, ce coeur envahissant. Rox connaît la valeur des choses, elle a toujours connu une vie modeste, terre-à-terre, elle se permet rarement de grandes extravagances, toujours un oeil sur le porte-monnaie.


⋆ — ne me laisse jamais seule avec le temps
(roxanne lauren bates) - naissance : Easington, Angleterre - vingt-trois ans - hétérosexuelle - maman d’une petite fille de deux ans (Jane Loïs Bates) - cinquième année de mathématiques appliquées - un mètre soixante-six - protestante - génie des maths, talent brut - grandit à la Nouvelle-Orléans, Louisiane - perd son père quand elle a quatre ans - adolescence tumultueuse et orgiaque, des conneries sans nom - ancienne femme battue - tatouée de partout, plus volonté de rébellion que véritable conviction artistique - fan de rock’n’roll - rêve en Disney - championne de sudokus et rubik’s cube - parle anglais (& espagnol comme une vache norvégienne) - amie des bêtes, elle rêve d’adopter un chiot, mais elle manque de sous - toujours un peu étrangère à sa vie -

(chronologie)- rencontre caleb le 8 décembre 2015 → se marie le 3 février 2016 → accouche de sa fille le 12 juin 2016 → divorce le 2 janvier 2017 → intègre Harvard en septembre 2017 → bizut dunster en septembre 2018 → rencontre callum le 3 septembre 2018 → membre dunster en octobre 2018 → retour de caleb à Harvard en octobre 2018 →


⋆ — si la terre est sombre et si la pluie te noit, raconte moi qu’on puisse trembler ensemble
(blood)rosemary bates femme amoureuse de son gars d’easington, quand il est emporté par la maladie, lui laissant sa fille à élever seule, elle fait tout pour lui assurer la meilleure vie possible. la mère de rox s’est toujours taillée les veines pour offrir à sa fille le meilleur, même si rox n’a jamais voulu s’en rendre compte. elle a fait face aux lubies rebelles de sa fille, s’est toujours opposée à son tempérament impulsif mais au final, elle explose d’amour pour roxanne. sa maman chérie avec qui elle est en relation perpétuellement conflictuelle. jane la princesse de la vie de rox. sa petite fille, son amour. physiquement, y a guère que ce petit nez en trompette qui rapproche la mère de sa fille, elle est le portrait craché de son papa. mais jane c’est un bout de rox, plus que sa fille, ça a été une inspiration, ce qui l’a gardé en vie, ce qu’a donné un sens, tout d’un coup.
(friends)daya sa meilleure amie, la marraine de sa fille. cette fille c’est l’épaule sur laquelle pleurer, le rire qui fait oublier tout ce qui ne va pas. lily se sont connues pendant leur bizutage et les deux oustideuses se sont alliées. meghan la fille qui comprend, tout. les galères de maman, le regard des autres. megh elle jugera pas, jamais, et putain, elle s’est fait une place dans la vie de rox.


ROXUM
(roxum)callum je l’aime. le père biologique de jane, celui à qui j’ai annoncé sa paternité en septembre 2018. j’ai débarqué dans sa vie, lui a chamboulé la mienne. il y a chassé la morosité, la névrose, la peur par le rire, la tendresse, le goût de l’aventure. je pourrais l’épouser, là, maintenant. je le ferais les yeux fermés parce que je sais que je l’aime, qu’il me fera toujours du bien. j’suis une meilleure personne avec lui.

CALANNE
(calanne)caleb je l’ai trop aimé, c’était pas raisonnable. caleb je l’ai rencontré un soir de décembre, et ma vie hurle révolution. je l’épouse deux mois plus tard, je suis enceinte, il se jure de devenir le papa de l’enfant. alors je le fais signer les papiers d’adoption. putain, je m’en bouffe les doigts aujourd’hui. je commettai l’irréparable. parce qu’il m’a aimé aussi intensément que nous nous sommes haïs. parce que dans les moments de colère, je me mangeais ses poings, ses genoux, le mur contre lequel il me projetait. une violence à la hauteur de qu’on a ressenti l’un pour l’autre. j’ai fini par m’enfuir.



Spoiler:
 



(#) Dim 10 Juin - 15:07

     
   
Magdalena & Pia
   Au feu les pompiers !
mise en page par mad love
   
Comme un rayon de lumière divin venu du ciel, la mousse blanche de l'exctincteur vole à travers la cuisine et vient lutter contre les flammes. Cet extincteur est manié par la sauveuse, la messie : Magda. Les yeux écarquillés, Pia la regarde combattre le brasier férocement, quelle colocataire ! Elle ne devait pas en penser autant de Pia, qui semblait bien empotée en comparaison. D'ailleurs, l'héroïne se jette sur la petite italienne, maternelle : "Tu n'as rien ?" Pia secoue la tête frénétiquement, encore un peu remuée par la folle progression des événements. "Je... J'ai... Je voulais te faire une surprise..." Pia esquisse un sourire, tente une tête de chien battu, n'importe quoi qui puisse la pardonner. Elle se tourne vers les rideaux : la vache ! ils ont morflé... "T'en fais pas pour eux, les motifs psychédéliques ne manqueront certainement pas à l'appart !" Pia tente un brin d'humour, pas super à l'aise, si Magda ne lui arrache pas la tête, elle mérite amplement son titre de Quincy : pacifiste et pleine de compassion. Et puis, si ce n'était que les rideaux... Les plaques de cuisson sont cramées, le plancher rôti... Aïe, aïe, les réparations s'annoncent joyeuses. "Sur une échelle de 1 à l'envie de meurtre, tu m'en veux combien ?"

   

@Magdalena Powell


❝I'll never love again❞ - and I want to pretend that it's not true that you're gone. 'cause my world keeps turning and turning and I'm not moving on. don't wanna feel another touch, don't wanna start another fire. don't wanna know another kiss, no other name falling off my lips.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Lun 11 Juin - 21:52
Invité
Pia était en train de mettre le feu à la cuisine et je ne pouvais pas rester les bras croisés. Ce n'était pas mon genre. Mon premier réflexe fut d'attraper l'extincteur se trouvant dans le couloir adjacent. Je le mettais en marche et la mousse blanche venait rapidement se répandre pour éteindre le départ de feu. Aussitôt sous contrôle, j'arrêtais de bazar pour me précipiter vers ma colocataire et lui demander comment elle allait. Normal. « Je... J'ai... Je voulais te faire une surprise... » Oh. « Une surprise ? » que je demande en me radoucissant en voyant son visage d'ange. Puis, je suivais son regard pour m'attarder sur les rideaux bien attaqués. « T'en fais pas pour eux, les motifs psychédéliques ne manqueront certainement pas à l'appart ! » Je pouffe de rire, bien contente qu'elle détende l'atmosphère au vue de la situation. « C'est vrai, mais il faudra tout de même le signaler... » C'était la moindre des choses et notre bizutrice allait penser que nous étions des boulets. « Sur une échelle de 1 à l'envie de meurtre, tu m'en veux combien ? » J'hausse les épaules en grimaçant. « Ce n'est pas à moi qu'il faut demander ça, mais à Keyla... » que je dis en riant, m'approchant un peu plus pour constater les dégâts.
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DE LA DUNSTER HOUSE
Roxanne L. Bates
MEMBRE DE LA DUNSTER HOUSE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t93231-roxanne-l-bates-beatrice-martin http://www.i-love-harvard.com/t97378-roxanne-ocean-s-brawl http://www.i-love-harvard.com/t93267-roxanne-ne-me-laisse-jamais-seule-avec-le-temps http://www.i-love-harvard.com/t93323-roxanne-bates-456-1392-7586#3427501 http://www.i-love-harvard.com/t93607-http-instagram-com-roxannebates
Roxanne L. Bates
J'ai : 23 ans et je vis à : Cambridge, dans mon petit appart avec ma princesse et Callum J'ai posé mes affaires ici le : 10/05/2018 et depuis, j'ai posté : 813 messages et fait : 3 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiante en mathématiques appliquées, pour payer mes études, je travaille aussi au Luna Caffe et côté coeur, je suis : amoureuse d'un petit Winthrop Sur mon compte en banque, on peut trouver $ : 0 . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis une fille louche, trop jeune pour être maman, trop tatouée pour être maman, trop fumeuse pour être maman mais qu'importe Oh et puis, on dit que je ressemble à : Coeur de Pirate D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : liesou , et un grand merci à : sparkle avatars et marielutine & astra (signature) ✽ DC/TC : : Michelle Ford (alisha boe)

⋆ — roxanne you don't have to wear that dress tonight
ROXANNE BATES
Les cris du coeur guident les pas de Rox. Depuis toujours. Elle n’a jamais écouté ni sa tête, ni les élans de sa raison. Elle vit, guidée par ses sens, par ses émotions. Rox ne voit jamais plus loin que le bout de son nez, d’une impulsivité pathologique. Un coeur énorme, qui prend toute la place. Elle aime d’un coup, à la folie, elle garde plus rien pour elle. Si elle aime quelqu’un, deux mois à peine et elle lui passera la bague au doigt. Rox se donne toute entière, se donne malgré sa pudeur, malgré ses faiblesses. Quand elle aime, elle n’a plus peur, de rien. Enchaînée à la volonté de ses nerfs, de son sang chaud, de son organisme faible, Rox n’est jamais maîtresse à bord : son corps prend toujours le relais, son cerveau se barre en courant. Elle traîne des addictions depuis son adolescence. Des saloperies. Fumeuse, tendance alcoolique, Rox se bat contre elle-même, elle en peut plus de ces tares. Fêtarde repentie, son adolescence rebelle elle se la prend en pleine face chaque jour, elle en veut plus, vingt-trois piges et elle se sent vieille. Nevrosée, Rox est toujours sur le qui-vive, l’épiderme brûlant. Ce monde est un connard, elle le sait. Elle montre les crocs, toujours sur la défensive, à protéger ceux qu’elle aime coûte que coûte, elle peut se transformer en tigresse si l’on ose toucher à un seul cheveu de sa fille. Si elle est profondément empathique, elle n’est pas une sainte. Elle fera toujours passer son bonheur, puis celui de ceux qui l’entourent avant le bien commun. Le monde a toujours été ingrat avec elle, elle lui rend bien. Et puis elle peut se montrer particulièrement dure, avec des gens qui lui veulent du bien. C’est peut-être pour l’enfermer un peu, ce coeur envahissant. Rox connaît la valeur des choses, elle a toujours connu une vie modeste, terre-à-terre, elle se permet rarement de grandes extravagances, toujours un oeil sur le porte-monnaie.


⋆ — ne me laisse jamais seule avec le temps
(roxanne lauren bates) - naissance : Easington, Angleterre - vingt-trois ans - hétérosexuelle - maman d’une petite fille de deux ans (Jane Loïs Bates) - cinquième année de mathématiques appliquées - un mètre soixante-six - protestante - génie des maths, talent brut - grandit à la Nouvelle-Orléans, Louisiane - perd son père quand elle a quatre ans - adolescence tumultueuse et orgiaque, des conneries sans nom - ancienne femme battue - tatouée de partout, plus volonté de rébellion que véritable conviction artistique - fan de rock’n’roll - rêve en Disney - championne de sudokus et rubik’s cube - parle anglais (& espagnol comme une vache norvégienne) - amie des bêtes, elle rêve d’adopter un chiot, mais elle manque de sous - toujours un peu étrangère à sa vie -

(chronologie)- rencontre caleb le 8 décembre 2015 → se marie le 3 février 2016 → accouche de sa fille le 12 juin 2016 → divorce le 2 janvier 2017 → intègre Harvard en septembre 2017 → bizut dunster en septembre 2018 → rencontre callum le 3 septembre 2018 → membre dunster en octobre 2018 → retour de caleb à Harvard en octobre 2018 →


⋆ — si la terre est sombre et si la pluie te noit, raconte moi qu’on puisse trembler ensemble
(blood)rosemary bates femme amoureuse de son gars d’easington, quand il est emporté par la maladie, lui laissant sa fille à élever seule, elle fait tout pour lui assurer la meilleure vie possible. la mère de rox s’est toujours taillée les veines pour offrir à sa fille le meilleur, même si rox n’a jamais voulu s’en rendre compte. elle a fait face aux lubies rebelles de sa fille, s’est toujours opposée à son tempérament impulsif mais au final, elle explose d’amour pour roxanne. sa maman chérie avec qui elle est en relation perpétuellement conflictuelle. jane la princesse de la vie de rox. sa petite fille, son amour. physiquement, y a guère que ce petit nez en trompette qui rapproche la mère de sa fille, elle est le portrait craché de son papa. mais jane c’est un bout de rox, plus que sa fille, ça a été une inspiration, ce qui l’a gardé en vie, ce qu’a donné un sens, tout d’un coup.
(friends)daya sa meilleure amie, la marraine de sa fille. cette fille c’est l’épaule sur laquelle pleurer, le rire qui fait oublier tout ce qui ne va pas. lily se sont connues pendant leur bizutage et les deux oustideuses se sont alliées. meghan la fille qui comprend, tout. les galères de maman, le regard des autres. megh elle jugera pas, jamais, et putain, elle s’est fait une place dans la vie de rox.


ROXUM
(roxum)callum je l’aime. le père biologique de jane, celui à qui j’ai annoncé sa paternité en septembre 2018. j’ai débarqué dans sa vie, lui a chamboulé la mienne. il y a chassé la morosité, la névrose, la peur par le rire, la tendresse, le goût de l’aventure. je pourrais l’épouser, là, maintenant. je le ferais les yeux fermés parce que je sais que je l’aime, qu’il me fera toujours du bien. j’suis une meilleure personne avec lui.

CALANNE
(calanne)caleb je l’ai trop aimé, c’était pas raisonnable. caleb je l’ai rencontré un soir de décembre, et ma vie hurle révolution. je l’épouse deux mois plus tard, je suis enceinte, il se jure de devenir le papa de l’enfant. alors je le fais signer les papiers d’adoption. putain, je m’en bouffe les doigts aujourd’hui. je commettai l’irréparable. parce qu’il m’a aimé aussi intensément que nous nous sommes haïs. parce que dans les moments de colère, je me mangeais ses poings, ses genoux, le mur contre lequel il me projetait. une violence à la hauteur de qu’on a ressenti l’un pour l’autre. j’ai fini par m’enfuir.



Spoiler:
 



(#) Mer 13 Juin - 11:03

     
   
Magdalena & Pia
   Au feu les pompiers !
mise en page par mad love
   
Décidément, Magda était au-dessus de toute la médiocrité humaine. Pas le moindre reproche, simplement l'attitude la plus douce du monde. "Oui... Hum, je m'en voulais un peu de ne jamais m'approcher des fourneaux. Alors pour célébrer la fin des examens je m'étais mise à la cuisine..." Elle sourit, un brin gênée, un brin amusée de la situation aussi. "Du coup, je t'emmènerais plutôt au resto..." Le sourire esquissé sur les lèvres de Pia devint plus franc. Ce plan la tentait bien, la sortie au restaurant en Italie, c'était sacré. Oh, et puis la petite blague sur la couleur des rideaux semblait faire rire Magda, heureusement que le sens de l'humour de Pia la rattrapait des situations embarassantes. "Le signaler ?" Et oui, Pia était rattrapée par ses responsabilités. "Moi qui comptait faire un échange discret avec des rideaux IKEA, mais oui tu as raison, faudra le signaler..." Pia lance un petit coup d'oeil au sol et aux plaques électriques. "D'autant que le parquet a morflé aussi..." La fin du bizutage s'annonçait joyeux... "Ce n'est pas à moi qu'il faut demander ça, mais à Keyla..." répond Magda en riant. "Ça va se finir à coup de jus de citron dans les yeux cette affaire..." Voyant Magda s'approcher pour constater les dégâts, Pia encore un peu honteuse, enfile son manteau pour tourner l'attention de sa colocataire vers un sujet plus heureux : "Alors, chinois ou indien ? A moins qu'on passe à la pizzeria..." La jeune italienne s'exclame en enfilant ses bottes : "Choisis ce qui te fait plaisir, c'est moi qui régale !"


   


❝I'll never love again❞ - and I want to pretend that it's not true that you're gone. 'cause my world keeps turning and turning and I'm not moving on. don't wanna feel another touch, don't wanna start another fire. don't wanna know another kiss, no other name falling off my lips.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Sam 16 Juin - 21:14
Invité
Quelle surprise que de voir le feu se déclencher dans la cuisine de la Quincy House. À aucun moment, je ne m'étais attendue à voir des flammes ici et encore moins, je ne m'étais attendue à ce que ce soit Pia qui les déclenche. D'un geste rapide, j'attrapais l'extincteur pour répondre de la mousse blanche et arrêter le départ de feu. Pia ne semblait rien avoir, elle était seine et sauve, juste peut-être secouée par ce qui venait de lui arriver. D'ailleurs, tout ça c'était pour moi. Elle avait voulu me faire une surprise en me cuisinant quelque chose et en effet... Pour une surprise, elle était réussi. « Oui... Hum, je m'en voulais un peu de ne jamais m'approcher des fourneaux. Alors pour célébrer la fin des examens je m'étais mise à la cuisine... » C'était honorable et adorable de sa part. « Du coup, je t'emmènerais plutôt au resto... » Je me mettais à rire en l'écoutant. « Sage décision » et j'allais reposer la bombonne rouge à sa place avant de m'approcher à nouveau. « Tu sais, ça ne me gêne pas de cuisiner... » que je lui avoue dans un petit haussement d'épaules. Au fond, le plus difficile, c'était de trouver QUOI cuisiner, alors ça, elle pouvait m'aider à le faire sans crainte et je ferais le reste. Malheureusement, Pia n'allait pas pouvoir se défiler très longtemps. Elle allait devoir parler du petit incident, ce qui était mieux, c'était de le faire au plus vite afin que personne ne nous tombe dessus ensuite. J'avais compris avec l’expérience que tout finissait par se savoir un jour ou l'autre. « Le signaler ? Moi qui comptait faire un échange discret avec des rideaux IKEA, mais oui tu as raison, faudra le signaler... D'autant que le parquet a morflé aussi... » Je pinçais mes lèvres en regardant les dégâts encore une fois. Merde alors. Qu'allait dire les autres ? Et surtout, notre présidente. « Ça va se finir à coup de jus de citron dans les yeux cette affaire... » Je grimace avant de tourner mon regard vers la brune qui semble vouloir quitter les lieux au plus vite. « Alors, chinois ou indien ? A moins qu'on passe à la pizzeria... Choisis ce qui te fait plaisir, c'est moi qui régale ! » - « Mais attends... Tu laisses tout comme ça ? Tu ne veux pas nettoyer avant ? » C'était la moindre des choses quand même. « Sinon... va pour indien... » Après tout...
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE DE LA DUNSTER HOUSE
Roxanne L. Bates
MEMBRE DE LA DUNSTER HOUSE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t93231-roxanne-l-bates-beatrice-martin http://www.i-love-harvard.com/t97378-roxanne-ocean-s-brawl http://www.i-love-harvard.com/t93267-roxanne-ne-me-laisse-jamais-seule-avec-le-temps http://www.i-love-harvard.com/t93323-roxanne-bates-456-1392-7586#3427501 http://www.i-love-harvard.com/t93607-http-instagram-com-roxannebates
Roxanne L. Bates
J'ai : 23 ans et je vis à : Cambridge, dans mon petit appart avec ma princesse et Callum J'ai posé mes affaires ici le : 10/05/2018 et depuis, j'ai posté : 813 messages et fait : 3 rps ce mois-ci. Actuellement, je suis : étudiante en mathématiques appliquées, pour payer mes études, je travaille aussi au Luna Caffe et côté coeur, je suis : amoureuse d'un petit Winthrop Sur mon compte en banque, on peut trouver $ : 0 . Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : je suis une fille louche, trop jeune pour être maman, trop tatouée pour être maman, trop fumeuse pour être maman mais qu'importe Oh et puis, on dit que je ressemble à : Coeur de Pirate D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : liesou , et un grand merci à : sparkle avatars et marielutine & astra (signature) ✽ DC/TC : : Michelle Ford (alisha boe)

⋆ — roxanne you don't have to wear that dress tonight
ROXANNE BATES
Les cris du coeur guident les pas de Rox. Depuis toujours. Elle n’a jamais écouté ni sa tête, ni les élans de sa raison. Elle vit, guidée par ses sens, par ses émotions. Rox ne voit jamais plus loin que le bout de son nez, d’une impulsivité pathologique. Un coeur énorme, qui prend toute la place. Elle aime d’un coup, à la folie, elle garde plus rien pour elle. Si elle aime quelqu’un, deux mois à peine et elle lui passera la bague au doigt. Rox se donne toute entière, se donne malgré sa pudeur, malgré ses faiblesses. Quand elle aime, elle n’a plus peur, de rien. Enchaînée à la volonté de ses nerfs, de son sang chaud, de son organisme faible, Rox n’est jamais maîtresse à bord : son corps prend toujours le relais, son cerveau se barre en courant. Elle traîne des addictions depuis son adolescence. Des saloperies. Fumeuse, tendance alcoolique, Rox se bat contre elle-même, elle en peut plus de ces tares. Fêtarde repentie, son adolescence rebelle elle se la prend en pleine face chaque jour, elle en veut plus, vingt-trois piges et elle se sent vieille. Nevrosée, Rox est toujours sur le qui-vive, l’épiderme brûlant. Ce monde est un connard, elle le sait. Elle montre les crocs, toujours sur la défensive, à protéger ceux qu’elle aime coûte que coûte, elle peut se transformer en tigresse si l’on ose toucher à un seul cheveu de sa fille. Si elle est profondément empathique, elle n’est pas une sainte. Elle fera toujours passer son bonheur, puis celui de ceux qui l’entourent avant le bien commun. Le monde a toujours été ingrat avec elle, elle lui rend bien. Et puis elle peut se montrer particulièrement dure, avec des gens qui lui veulent du bien. C’est peut-être pour l’enfermer un peu, ce coeur envahissant. Rox connaît la valeur des choses, elle a toujours connu une vie modeste, terre-à-terre, elle se permet rarement de grandes extravagances, toujours un oeil sur le porte-monnaie.


⋆ — ne me laisse jamais seule avec le temps
(roxanne lauren bates) - naissance : Easington, Angleterre - vingt-trois ans - hétérosexuelle - maman d’une petite fille de deux ans (Jane Loïs Bates) - cinquième année de mathématiques appliquées - un mètre soixante-six - protestante - génie des maths, talent brut - grandit à la Nouvelle-Orléans, Louisiane - perd son père quand elle a quatre ans - adolescence tumultueuse et orgiaque, des conneries sans nom - ancienne femme battue - tatouée de partout, plus volonté de rébellion que véritable conviction artistique - fan de rock’n’roll - rêve en Disney - championne de sudokus et rubik’s cube - parle anglais (& espagnol comme une vache norvégienne) - amie des bêtes, elle rêve d’adopter un chiot, mais elle manque de sous - toujours un peu étrangère à sa vie -

(chronologie)- rencontre caleb le 8 décembre 2015 → se marie le 3 février 2016 → accouche de sa fille le 12 juin 2016 → divorce le 2 janvier 2017 → intègre Harvard en septembre 2017 → bizut dunster en septembre 2018 → rencontre callum le 3 septembre 2018 → membre dunster en octobre 2018 → retour de caleb à Harvard en octobre 2018 →


⋆ — si la terre est sombre et si la pluie te noit, raconte moi qu’on puisse trembler ensemble
(blood)rosemary bates femme amoureuse de son gars d’easington, quand il est emporté par la maladie, lui laissant sa fille à élever seule, elle fait tout pour lui assurer la meilleure vie possible. la mère de rox s’est toujours taillée les veines pour offrir à sa fille le meilleur, même si rox n’a jamais voulu s’en rendre compte. elle a fait face aux lubies rebelles de sa fille, s’est toujours opposée à son tempérament impulsif mais au final, elle explose d’amour pour roxanne. sa maman chérie avec qui elle est en relation perpétuellement conflictuelle. jane la princesse de la vie de rox. sa petite fille, son amour. physiquement, y a guère que ce petit nez en trompette qui rapproche la mère de sa fille, elle est le portrait craché de son papa. mais jane c’est un bout de rox, plus que sa fille, ça a été une inspiration, ce qui l’a gardé en vie, ce qu’a donné un sens, tout d’un coup.
(friends)daya sa meilleure amie, la marraine de sa fille. cette fille c’est l’épaule sur laquelle pleurer, le rire qui fait oublier tout ce qui ne va pas. lily se sont connues pendant leur bizutage et les deux oustideuses se sont alliées. meghan la fille qui comprend, tout. les galères de maman, le regard des autres. megh elle jugera pas, jamais, et putain, elle s’est fait une place dans la vie de rox.


ROXUM
(roxum)callum je l’aime. le père biologique de jane, celui à qui j’ai annoncé sa paternité en septembre 2018. j’ai débarqué dans sa vie, lui a chamboulé la mienne. il y a chassé la morosité, la névrose, la peur par le rire, la tendresse, le goût de l’aventure. je pourrais l’épouser, là, maintenant. je le ferais les yeux fermés parce que je sais que je l’aime, qu’il me fera toujours du bien. j’suis une meilleure personne avec lui.

CALANNE
(calanne)caleb je l’ai trop aimé, c’était pas raisonnable. caleb je l’ai rencontré un soir de décembre, et ma vie hurle révolution. je l’épouse deux mois plus tard, je suis enceinte, il se jure de devenir le papa de l’enfant. alors je le fais signer les papiers d’adoption. putain, je m’en bouffe les doigts aujourd’hui. je commettai l’irréparable. parce qu’il m’a aimé aussi intensément que nous nous sommes haïs. parce que dans les moments de colère, je me mangeais ses poings, ses genoux, le mur contre lequel il me projetait. une violence à la hauteur de qu’on a ressenti l’un pour l’autre. j’ai fini par m’enfuir.



Spoiler:
 



(#) Lun 25 Juin - 12:54

     
   
Magdalena & Pia
   Au feu les pompiers !
mise en page par mad love
   
Pia n'était pas très fière d'elle, de un elle mettait littéralement le feu à la maison ce qui mettait en évidence sa nature maladroite et empotée qu'elle tentait de cacher à tout prix, et puis de deux elle fuyait, malgré elle, le problème. Mais elle savait très bien qu'avec Magda, ça ne passerait pas. D'un coup de pied, elle enlève ses bottes et ôte son manteau. "Oui, tu as raison, je t'avoue que j'aurais bien mangé quelque chose pour me remettre de nos émotions, mais..." Mais quand on fait une connerie, on assume. Du haut de ses 21 ans, Pia gardait son insouciance d'enfant. L'italienne se rapproche à nouveau de ce qui semblait être un champ de bataille. Oh, et puis ça puait le crâmé ! Elle agrippe un tabouret, le place devant la fenêtre et grimpe dessus pour tenter de démonter le tringle des rideaux et se débarasser de ce qui n'étaient plus à présent qu'un tas d'épais tissu calciné. Dans son effort, elle sent le tabouret gesticuler sous ses pieds : "Aaaah, Magda tu veux bien tenir les pieds ?!! Que je me casse pas une jambe dans une chute ridicule !" Ça serait la meilleure ! Pia pousse, tire, secoue la tringle comme elle peut mais impossible de la décrocher de son attache. "Scrogneu..." CRAC ! La tringle se détache enfin du mur, en faisant sauter les gonds de son attache et Pia qui s'y pendait de tout son poids tombe à la renverse. Dans un "POUM" tonitruant, tintamarresque, pachidermique, Pia s'écrase au sol. Sous son derrière, l'italienne sent comme quelque chose qui gesticule, comme une masse. "Merde, Magda, ça... ça va ?" Dans la chute, les énormes rideaux brûlés se sont effondrés sur la petite Pia. Empêtrée dans cette masse de tissu calciné, l'italienne gesticule dans tous les sens et s'extirpe du poids des rideaux. Elle bondit sur ses pieds et se penche vers sa colocataire. "Rien de cassé ? J'ai... J'ai combien de doigts ?" demande-t-elle à Magda, en agitant devant elle sa main, le pouce et l'index levés. En tombant, il semblait que Pia ait attiré sa colocataire dans sa chute, alors qu'elle tenait fermement le tabouret. Décidément, elle ne referait pas la cuisine de si tôt.


HJ : désoléééée pour le retard, avec les révisions du BAC (de français mais quand même ) ça a été un peu sportif cette semaine j'espère que Magda va pas vouloir changer de colocataire à tout prix


❝I'll never love again❞ - and I want to pretend that it's not true that you're gone. 'cause my world keeps turning and turning and I'm not moving on. don't wanna feel another touch, don't wanna start another fire. don't wanna know another kiss, no other name falling off my lips.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Mar 26 Juin - 20:53
Invité
« Oui, tu as raison, je t'avoue que j'aurais bien mangé quelque chose pour me remettre de nos émotions, mais... » Je pinçais mes lèvres. Je ne voulais pas devenir la chieuse de service. C'est juste que je n'étais pas tellement l'idée de partir sans remettre en état derrière nous. J'allais m'en vouloir, c'était obligé. Mais Pia ne semblait pas m'en vouloir le moins du monde. Aussitôt, elle attrapait un tabouret pour grimper dessus et décrocher les rideaux de la fenêtre. « Aaaah, Magda tu veux bien tenir les pieds ?!! Que je me casse pas une jambe dans une chute ridicule ! » Je pouffe de rire, mais je me presse auprès d'elle pour tenir le tabouret. « Tu t'en sors » que je lui demande en regardant d'un œil. Elle s'affola en braillant. Tirant d'un coup sec, le tout finit par céder, la faisant tomber elle et m'emportant dans sa chute. Un petit cri de surprise sort de ma bouche et nous voilà sous les rideaux cramés. Je grimace alors que la demoiselle fait de son mieux pour m'aider. « Comment tu fais pour être si maladroite ? » que je lui demande en me frottant la tête. Pia avait véritablement deux pieds gauches. « Rien de cassé ? J'ai... J'ai combien de doigts ? » Je me mettais à rire en la voyant s'agiter sous mon nez. « Dix doigts si tout va bien pour toi... Mais si tu continues comme ça, je pense qu'ils vont te fuir ! » Afin qu'elle ne fasse plus de dégâts.

hj : t'en fais pas ma belle :heaart:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: RPs-
Sauter vers: