::  :: RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Harlin ✱ Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Invité
Invité

(#) Lun 21 Mai - 8:51
Invité
Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé 
— with @Harper Eleanor F. Kennedy   

Je suis silencieux. Je suis assis à cette chaise. Le regard posé sur elle. Elle a viré tout le monde. Absolument tout le monde. Même Henry. Mais il m’a laissé rentrer. Je suis privilégié. Elle est endormie. A côté de moi. J’ai encore mes vêtements de bals. Mais je m’en fiche. Je ne pars pas. Je reste. Et je n’ai certes pas dormir. Mais je reste. Elle a besoin de moi. Je tiens sa main. Je pense à tout ça. Je pense à cette erreur. Elle a voulu mettre fin à ses jours. Elle a voulu mettre un terme à sa vie. Je finis par penser. Je finis par me perdre. Je finis par m’endormir. La tête déposée sur le matelas. Mais aussi sur son flanc. Je suis silencieux. Et je ne lâche pas sa main. Je la garde en main. Comme ce besoin constant de présence. Comme ce plaisir ultime de l’avoir près de moi. Je ne suis claqué. Je suis crevé. Je suis totalement exténué. Mais je tenais bon. C’était mon tour de garde. C’était à moi de la surveiller. Mais j’étais incapable de ne pas pouvoir pleurer. Parce que la larme partit toute seule. Savoir que je pouvais la perdre. Ne plus l’avoir avec moi jusqu’à la fin de ma vie. Et la promesse ? Celle d’être là quand elle aura fini de réfléchir. Celle de nous marier. Celle de rester pour elle : l’homme de sa vie. Je comptais la tenir. Mais elle devait juste rester en vie.

©️ LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Lun 21 Mai - 19:16
Invité
Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé 
— with @Franklin Z. De Spoelberch   

J’avais besoin de repos. Je ne pouvais plus voir ces regards braqués sur moi, pas en vie. Ca n’aurait pas du se passer comme ça. Je les fais tous sortir, y compris Henry qui me regarde comme si il venait de perdre sa fille unique. Supporter de voir la douleur dans ce regard m’était impossible. Une fois seule dans la chambre, j’avais bien plus de mal que prévu à m’endormir, les pensées chargées de douloureux souvenirs que j’aurais voulu faire taire pour l’éternité. Ces regards toujours à l’esprit me hantaient déjà. Comment effacer ça. Comment effacer la douleur que je leur ai infligée. Celle que je me suis infligée. Une infirmière entra finalement me donner de quoi me reposer un peu et je m’assoupissais, ne sentant pas la présence de Zéphyr, ni sa main qui venait lentement prendre la mienne, tandis que nous étions endormis tous les deux, son visage contre mon flan. Je finis par me réveiller et en ouvrant les yeux, je constate qu’il dort contre moi. Je ne peux m’empêcher de l’observer quelques instants. Les yeux embués. Je suis terriblement désolée Zeph … Si tu savais à quel point je m’en veux … Mais je le regarde dormir comme un ange veillant sur moi avant de finalement sécher mes larmes et venir doucement le réveiller en caressant délicatement le dos de sa main avec mon autre main. Je n’ai plus mal aux poignets grâce à la morphine. Il se réveille doucement et relève le menton vers moi. Je lui souris faiblement. « Je suis là … » Je ne suis pas partie.

©️ LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mar 22 Mai - 8:32
Invité
Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé 
— with @Harper Eleanor F. Kennedy   

M’endormir. J’étais censé la surveiller. Elle aurait pu prendre la fuite. A n’importe quel moment. Mais j’aurais été incapable. Incapable de la faire rester. Etre ici c’est horrible. Noah le sait. Il évite les tours de gardes. Ou alors il passe sa vie à marcher dans cette chambre. Hades est courant. Il fait ses nuits blanches. Abélard aussi. Il vient en cosmonaute dans sa chambre. Et moi aussi parce que je m’endors. Je finis par froncer les sourcils.  Le mouvement des draps me réveille. Je ne sais même plus où je suis. Je soupire doucement. Je viens ouvrir les yeux. J’ai l’impression d’être dans ma chambre. Et finalement je reviens à la réalité. Sa voix se fait entendre. Je pince mes lèvres pour me mettre assis sur ma chaise. Ma tenue est froissée. Mon regard est fatigué. Mais elle est là. J’ai évité. Toutes heures. Je ne voulais pas croiser son regard. Sauf que je suis obligé de l’affronter. Je baisse mes yeux. C’est ma faute je suis désolé. Parce que je le sais. Je serre sa main. Personne n’est présent ici. Juste elle et moi. Juste nous deux. Et personne ne sera présent. Parce que Franck garde la porte. Je viens embrasser sa main lentement. Si je n’avais pas emmené Dina, si je t’avais demandé avant d’être ma cavalière, si je t’avais pas embrassé … Tu n’aurais pas frappé Dina et tu n’aurais pas essayé de … Je peux pas parler. Je dois avoir les yeux remplis de larmes. Parce que je ne supportais pas cette situation. Je suis désolé. Pardonne moi… Mes yeux se tournent un instant vers elle. Une perle s’échappe. Je ne peux pas m’en empêcher. Je ne supporte plus de la voir souffrir. Et pourtant elle a dû souffrir pour s’infliger cela. Pour en arriver là. Je pince mes lèvres une seconde. Je suis le pire meilleur ami du monde.


©️ LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 23 Mai - 0:10
Invité
Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé 
— with @Franklin Z. De Spoelberch   



Je finis par me redresser tandis qu’il relève les yeux vers moi. C’est la première fois que je confronte ce regard seule à seul avec lui et j’ai peur. Parce que maintenant que je me suis râtée par la faute d’Abélard, je vais devoir vivre ma vie avec ces regards. Leurs craintes et je ne peux juste pas. Je veux juste oublier. Il n’y a pas des comprimés pour oublier ? Parce que j’ai été forcée par le médecin à reprendre mon traitement, et maintenant que j’ai les idées claires, je n’aime pas du tout ce que je vois. Il ne me regarde même plus dans les yeux, mon faible sourire s’affaiblit encore plus devant ses mots. De … sa faute ? Mon regard dévie entre ses yeux et sa main qui vient serrer la mienne, puis ses lèvres qui l’embrassent. Je l’écoute, la bouche entre-ouverte, prête à parler, mais il ne cesse de me demander pardon. Pardon de quoi ? De m’avoir rendue bipolaire ? D’avoir fait que je cesse de prendre mes médicaments depuis des mois déjà ? Tout ce qui était arrivé, l’était par ma faute et toutes ces manigances n’étaient finalement que trop dérisoires, comparées à l’horreur qui m’habitait jours et nuits. « Arrête … je t’en prie … ça n’a rien a voir avec Dina … ou toi …  » Je serrais sa main plus fort encore. Il me regarde enfin, et je constate qu’il a lui aussi les larmes aux yeux. De ma main libre, je viens essuyer sa larme du bout de mon pouce, caressant son visage. « Je te demande pardon … » finis-je par dire, me retenant de pleurer. Je n’ai pas envie de pleurer, je l’ai tellement fait ces dernières semaines et j’aimerais mieux enterrer pour de bon cette Harper si faible, si fragile, même si je doute que ce soit encore possible. « Tu … tu devrais rentrer, tu es là depuis trop longtemps et tu as besoin de repos. Je vais bien, je t’assure. » finissais-je par lui proposer avec un beau sourire esquissé sur mes lèvres. Noah m’avait dit qu’il n’avait presque pas dormi de la nuit et je constatais même qu’il portait toujours son costard du bal. « Vas te reposer. Je ne m’en irai pas. »

©️ LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 23 Mai - 8:28
Invité
Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé 
— with @Harper Eleanor F. Kennedy   

J’ai essayé de faire un discours. J’ai essayé de réaliser mes erreurs. Et je les ai compris. Je la regarde. Elle essaye de me rassurer. Sauf que non. Ca ne marche pas comme ça. Je pince mes lèvres. C’est ma faute, j’ai tout fait pour que tu me détestes. J’ai tout fait pour que tu ne me vois plus en peinture et je n’ai pas réalisé à quel point ça te faisait mal … J’ai pas réalisé à quel point je tenais à toi. Je la regarde de nouveau. Mais je baise les yeux. Elle te demande pardon et elle venait d’essuyer cette larme qui c’était échappée. Tu n’as rien à te faire pardonner Kenny … Je caresse sa main. Mais aussi son bandage doucement. Je n’ai pas envie qu’elle souffre encore à cause de moi. Je n’ai pas envie de la voir si faible à cause de moi. Mais ces paroles pour le repos et tout ça. Je fronce les sourcils. Elle me donne limite un ordre. Je n’aime pas ça. Elle a dû parler à Hades ou Noah. Je vais accepter de partir pour New-York … Je dois voir mon père ce soir … Mince. La bombe est lancée. Je suis un idiot. Ce n’était pas ce que je voulais. Mais je ne voulais pas que Zeus lui dise. Je n’ai pas envie de te faire plus mal que je ne t’ai fait. Tu mérites d’être heureuse. Et tu as choisi Alejandro. Alors je vais devoir m’effacer et attendre. Attendre qu’elle le lâche. Attendre qu’elle revienne vers moi. Attendre notre promesse face quelques années auparavant. Attendre la femme de ma vie.


©️ LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Jeu 24 Mai - 1:53
Invité
Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé 
— with @Franklin Z. De Spoelberch   



C’était pour ça que j’en voulais à Zeus. Je détestais absolument tout à cet instant parce que je me retrouvais confrontée à ce que j’aurais dû éviter. Ses mots embuaient mes yeux. Je le regardais pétrifiée de voir à quel point j’avais chamboulé ses pensées par mon geste de désespoir. Ma main toujours sur sa joue, mes lèvres tremblaient. « Arrête s’il-te-plait Zeph … dis pas ça. » disais-je doucement et faiblement. Je sentais sa main venir caresser ma main, puis le tissu qui le séparait alors des conséquences de ma violence. Je ne voulais plus regarder mes bandages. Je ne pouvais simplement plus, ils me rappelaient bien trop mes sombres heures … ma faiblesse. Je reniais tout ça. D’ailleurs il faut qu’il parte, il est resté bien trop longtemps à mon chevet et il a besoin de repos. Je lui souris en lui affirmant que je vais bien. Mais il fronce les sourcils. Je m’attends à ce qu’il me n’obéisse pas, comme j’en ai la douce habitude, mais bien au contraire, il m’annonce son départ pour New-York. Je le regarde d’abord dans l’incompréhension, fronçant à mon tour mes sourcils, puis finalement me détache de ses mains. Je m’adosse à mon lit, regardant droit devant moi. Là, j’ai clairement envie de pleurer, mais je me retiens toujours. Je l’entends me parler d’Alejandro comme s’il l’avait un jour arrêté … ça ne l’a pourtant pas empêché de me faire l’amour, sachant bien que je le fréquentais. Je ne dis rien, je dépose mes bras le long de mon corps. « Si tu veux partir alors vas-t-en. » dis-je sèchement avec un énorme fond de désespoir. Je ne voulais pas qu’il parte. Jamais. Mais s’il avait tant envie de m’abandonner ici alors que je lui avais dit la première fois que je ne le voulais pour rien au monde, je ne pourrais rien y faire.

©️ LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Jeu 24 Mai - 8:30
Invité
Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé 
— with @Harper Eleanor F. Kennedy   

Je la regarde. Elle est si fragile. Et si forte à la fois. Je suis détruit. Je la vois comme ça. Dans son lit. En silence. Elle est si belle. Mais à la fois tentante. La vie mérite d’être vécue. Ou presque. Dame Nature m’avait enlevé à elle. Elle m’avait pris ce dont j’avais le plus à perdre. Comme Orphée et Eurydice. Les deux amants maudits. Mais contrairement à eux. Nous sommes déjà en enfer. Je l’observe. Je décide de baisser les yeux. Mais elle devient froide. Elle devient distante. Elle m’en veut. Je soupire. Pourquoi tu fais ça ? Pourquoi tu me fais culpabiliser ? Harper je comprends rien. Y’a trois jours tu me détestais. Tu m’en voulais de ce qu’il t’arrivait et là dès que je te dis ça, tu te braques, tu deviens froide, explique moi, je suis perdu et je sais pas quoi faire. Sa main avait quitté la mienne. Je me retrouve face à elle. Face à cette femme. Je l’aime tellement. Je ne suis pas insensible à son charme. Encore moins à son sourire. Je soupire doucement. Je viens alors me remettre correctement sur ma chaise. Je finis par la regarde de nouveau. Et j’ai peur de la perdre. La peur de tout perdre. Mais je ne peux pas aller contre elle. Je baisse les yeux.

©️ LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Dim 27 Mai - 22:15
Invité
Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé 
— with @Franklin Z. De Spoelberch   



Je ne peux plus le regarder en face. Sinon je m’effondre. Alors je me suis redressée et je regarde droit devant moi, je croise les bras. S’il veut partir. M’abandonner ici, c’est son droit. S’il veut vivre avec ce batard, c’est son droit. S’il veut faire comme si mon geste était de sa faute, c’est son droit aussi. Je ferme les yeux, je mord ma lèvre inférieure. C’est impossible. Je soupire en entendant ses paroles, c’est trop. Je me retourne brusquement vers lui les larmes aux yeux. « Je ne t’ai jamais détesté ! Je te l’ai dit parce que j’en mourrais d’envie Zeph. J’avais la profonde envie de te détester pour tout ce que tu m’as fait subir. Mais la vérité … c’est que j’y arrive simplement pas. Et tu sais très bien pourquoi. Mon corps fatigué, mon esprit malade … me crient de t’aimer sans concessions. Et si malgré ça tu pars … » Je ne termine pas ma phrase. Je l’observe toujours et ne sais pas comment la terminer. Je lâche mon regard pour mes poignets. Le résultat de mes bêtises. La probable raison pour laquelle il pourrait s’en aller. Je ne sais plus ce que je pense de tout ça. Aurais-je du mourir, Abé a t-il bien fait de me secourir … La pour l’instant, de savoir qu’il pourrait m’abandonner me donne envie de partir. Je ne peux pas. Pas sans lui. Même si nous ne sommes pas ensemble, j’ai besoin de sa présence dans les parages de ma vie. Et New-York peut attendre.


©️ LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Jeu 31 Mai - 7:55
Invité
Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé 
— with @Harper Eleanor F. Kennedy   

Et finalement je cherche. Je ne trouve pas. Je n’arrive pas à trouver. Je suis dégouté. Elle fait la femme fâchée. Mais elle parle. Je suis pris de remords. Je suis un idiot. Je tourne les yeux vers elle. Je la regarde. Je me lève. Je lui caresse les joues. Je suis silencieux. Je la fixe. Je déglutis lentement. Je reste … Je reste juste pour toi alors Harper … Je la fixe. Je l’observe. J’enlève ses perles qui coulent. J’enlève la tristesse de son visage. Et j’embrasse son front. Ce baiser protecteur. Ce besoin de la protéger. Je ne peux pas la lâcher pour ça. Je ne peux pas l’abandonner. Je vais convaincre mon père. Je vais trouver une solution. Je pince mes lèvres. J’entends du bruit. Je me détache légèrement. L’infirmière qui est là. Elle m’observe. Elle observe Harper. Et ma main vient glisser dans la sienne. Presque instinctivement. J’ai l’impression qu’elle devait partir. Elle n’a pas fait son travail. Elle a fait demi-tour. Alors je me tourne vers elle. Et je la regarde. Tu le referas plus ? Tu n’essayeras plus ? Tu ne le tenteras plus … Promets le moi Kenny s’il te plait … Parce que je n’ai pas envie de la découvrir. Je n’ai pas envie de la retrouver. Et je n’ai pas envie de la perdre à jamais. A cause de moi. A cause de lui. A cause de tout ça.

©️ LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Dim 3 Juin - 2:42
Invité
Mourir seul est l'une des choses les plus cruelles pour l'autre être aimé 
— with @Franklin Z. De Spoelberch   



Je l’observe, soupirant de soulagement tout en acquiescent à ses paroles. Je laisse échapper quelques larmes de mes yeux même si je n’aime pas ça parce que j’ai bien trop pleuré ces derniers temps, montré bien trop de faiblesse. Je ne peux plus me regarder dans le miroir, ça me fait trop mal à mon ego. Je sens ses mains essuyer mes larmes alors que je baisse les yeux, ses lèvres déposer un baiser sur mon front alors que je les fermes. Je prends sa main que je serre à peine dans la mienne, les anesthésiants m’empêchent de retrouver de la force dans mes mains. C’est ça ou la douleur aux poignets. Je suis conne. Tellement conne. « Ne me laisse. Jamais. Seule. » Je ne peux pas vivre sans toi Zeph.. Mais j’entends la porte s’ouvrir. Mon infirmière nous observe puis comprend rapidement par mon regard que je souhaite rester seule encore un peu avec lui. Elle s’en va alors et il me pose cette question. Je soupire devant ses mots. « C’était un accident. Et puis j’ai plus envie d’en parler, Henri a du encore laisser ses lames de rasoir trainer sur le rebord de la baignoire, j'avais envie de prendre un bain après le bal … Bref. C’était un accident, c’est tout ce qu’il y a à comprendre. D’accord ? » Je le regarde avec insistance, comme pour l’obliger à se mettre dans la tête, comme je m’auto-convainc que ma bêtise n’était pas de moi, mais bien de la faute à pas de chance, même si nous savons tous les deux ce qui en est en réalité. Peu importe, désormais la vérité c'est que c'était un accident. Et puis. Tout ça c’était l’ancienne Harper. La nouvelle n’est pas aussi faible, aussi chétive.

©️ LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: RPs-
Sauter vers: