::  :: RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Emergency ♪ Andrew

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar
Invité
Invité

(#) Ven 4 Mai - 13:07
Invité
Ouuuuh... Andrew philosophe, c'est sexy ! répliqua-t-elle, non sans être rassurée que finalement, sa plastique soit toujours aussi parfaite. Il fallait dire que Poppy la travaillait avec ardeur, du jogging matinal à de la danse rythmée, absolument tous les jours. Voilà pourquoi sa grossesse n'avait laissée aucune marque sur son corps, hormis celle de rendre sa poitrine plus pulpeuse qu'avant. Disons surtout que peu de femmes te donnent ce genre d'attentions... et je n'en suis pas peu fière, à vrai dire fit-elle en poursuivant ses caresses extrêmement douces et provocatrices contre la peau nue du torse du jeune homme, se souvenant de leurs longues soirées à se cacher de leurs parents, aimant ce goût du risque. Là, le risque demeurait, puisqu'ils pouvaient être surpris à n'importe quel moment, mais pas par leurs parents respectifs... gros avantage. Tu sais, ça fait très longtemps que tu aurais pu me mériter de nouveau... tu n'avais qu'un mot à dire. Vrai, Poppy ne s'ouvrait qu'aujourd'hui là dessus, mais c'était à croire qu'aucun des deux n'avait osé céder là dessus auparavant. Maintenant que c'était chose faite, le baiser qu'offrit Andrew fut particulièrement délicieux, et l'américaine y répondit avec passion, créant un véritable ballet entre leurs lèvres et leurs langues. Ce n'est qu'une fois presque essoufflée qu'elle s'éloigna d'à peine quelques millimètres, conservant leurs bouches quasiment collées en s'exprimant à nouveau. Mais le veux-tu ? se pencha-t-elle pour mordiller son lobe d'oreille et se mettre à picorer des baisers contre son cou.
@Andrew T. Koch
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Sam 5 Mai - 14:45
Invité
« Andrew c'est sexy tout court, philosophe où pas » dit-il en souriant, conscient de ce qu'il disait et surtout totalement sérieux. Pour ce qui est de la jeune femme elle était la perfection même, pourtant elle avait eu un enfant et nombreuses sont les femmes qui se plaignent de leur corps et surtout des dégâts fait dessus une fois un enfant sorti. Elle faisait beaucoup de sport depuis toute petite, elle n'avait surement pas du changer, puis la maladie, les problèmes avec le père du petit ne devaient pas non plus aider à prendre du poids. « Après pourquoi le demander à d'autres femmes quand on en a une qui le fait si bien ? » La rendre unique il adorait ça, c'est quand même bizarre de tout faire pour être dépendant de quelqu'un, surtout une femme, surtout lui. C'est vrai qu'ils avaient souvent joué avec le feu, il se souvient d'une heure entière passé sous le lit de la jeune femme pendant que son père lui expliquait pourquoi elle ne pouvait pas être avec Andrew, ils avaient une histoire commune on ne peut pas le nier. « Poppy tu me connais, je comprends déjà pas les notices de montages de meubles, alors la tienne c'est encore pire. Où est la Poppy qui disait je veux je prend ? Trop loin surement... » Il n'avait jamais émit le souhait de se remettre avec elle tout simplement parce que pour lui l'histoire était fini, elle avait refait sa vie, toujours amoureuse du père d'Archie quoi qu'elle en dise, mais maintenant elle lui annonçait ça, sur un lit d’hôpital, il y avait certainement meilleur endroit. Il y avait certainement meilleur endroit pour se rouler de grosses pelles comme ils sont en train de faire, quel a été le déclic ? Surement la peur du coté d'Andrew, la peur de la perdre faisait des ravages ce soir. Il frissonnait aux baisers de la jeune femme, « Te vouloir ? Poppy tu poses encore des questions cons, le choc surement ? »
(c) sweet.lips


@Poppy A. Walton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Sam 5 Mai - 18:58
Invité
Si Poppy était toujours aussi flattée des compliments que lui faisait Andrew - et qu'il fallait, comme toujours, mériter - la colère fut bientôt de retour et marqua rapidement son visage à cette question. Nouveau déclic, nouveau choc en s'entendant demander où était la Poppy qui prenait quand elle voulait. Non seulement elle bondit hors de son lit d'hôpital, détachant une nouvelle fois bips et autres intraveineuses, refusant que ces saloperies ne polluent une seconde de plus son corps, mais elle ôta sciemment sa chemise d'hôpital pour commencer à se rhabiller. Trop loin, tu parles... et où est l'Andrew qui osait tout avec moi, qui disait qu'il m'aimerait toujours, hein ? Des mots, que des mots tout ça en fait. T'es juste une grande gueule au bout du compte. La Poppy elle est un peu la seule à agir sur ce coup-là Koch, et contrairement à toi, elle respecte suffisamment l'autre pour tâter le terrain histoire de ne pas se prendre une mandale de déception dans la tronche, encore une ! vociféra-t-elle alors qu'elle remettait sa lingerie sexy contre son corps nu et couvert de bleus à cause de l'accident... mais pas que. Certaines cicatrices apparaissaient dans son dos, cicatrices dont le jeune homme ne connaissait pas l'existence, parce qu'elle n'en n'avait jamais parlé. La vérité Andrew ? Je me bats déjà contre mon salopard d'ex pour éviter de perdre mon fils alors je ne me battrai pas avec toi. Tu me veux pas, tant pis pour toi. Mais moi, je ne reste pas une seconde de plus ici, je romps ma promesse, la première de ma vie, tant pis !
@Andrew T. Koch
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 9 Mai - 7:06
Invité


Tout allait bien dans le meilleur des mondes, ils jouaient, s'amusaient, comme les enfants qu'ils avaient toujours été, je dirai même que le couple Poppy et Andrew avaient l'air de renaitre de ses cendres petit à petit, mais le mot de trop, le mot à coté où tout simplement l'effet de tout ce qu'elle avait dans le corps, mais elle se leva d'un coup sec. La Poppy qu'il avait l'habitude de voir n'était plus là, elle avait laissé place à une fille en furie et elle en avait après lui. Il allait passer un très mauvais quart d'heure, il en est conscient et le sait, mais hors de question qu'elle quitte son lit d’hôpital comme ça. « Ah ouai ? Et bien si tu veux tout savoir le Andrew qui t'a dit qu'il t'aimerait toujours ne t'a pas menti, parce qu'il t'aime, il t'a toujours aimé et t'aimera toujours c'est un fait. » Mais voilà le temps est passé et maintenant il n'y a plus que des traces de leur couple, elle l'a largué au moment où leurs parents les ont un peu prit en grippe, il était bien content qu'elle l'ait fait certes, mais elle avait prit la décision et il la respectait, encore aujourd’hui.

S'habillant, elle était toujours aussi magnifique. Mais voilà hors de question qu'elle parte de l’hôpital, ils avaient fait une promesse, pas la peine de se parler, mais il resterait là et elle aussi. La prenant par le bras d'une façon dont elle n'avait certainement pas l'habitude, Andrew avait l'air calme, mais à l’intérieur il bouillait. Prenant la jeune femme il la porta pour la reposer dans son lit, « Poppy ta gueule, tu te couches, tu dors, demain tu sors, un point c'est tout, je ne te demande ni ton avis, ni ton accord. » Autoritaire, vulgaire, énervé, mais voilà il prenait encore soin d'elle et c'est la seule chose qui l'importait. Posant le drap et sa chemise sur la jeune femme. Il se posa lui dans le siège qui n'était pas si loin, la nuit allait être longue.
(c) sweet.lips


@Poppy A. Walton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 9 Mai - 11:47
Invité
Andrew se protégeait lors de la dernière soirée des Eliots, et bien maintenant c'était à son tour. Poppy n'étant pas du genre à faire de la figuration ou attendre qu'un type daigne lui accorder de l'attention, elle préférait lâcher l'affaire avant que cela n'en devienne douloureux. Vraiment, cela lui apparaissait comme la meilleure des solutions. Ah oui, il m'aimera toujours ? T'as une drôle de façon d'aimer Koch ! A force de te protéger et de jongler, c'est toi que tu perds... mais tu sais quoi ? Ce sera sans moi ! J'arrête de jouer. J'ai plus rien à perdre contrairement à toi, et je veux vivre, ressentir, faire tout ce que je n'aurais jamais fait avant reprit-elle d'une voix plus calme mais d'une froideur à glacer le sang. Son meilleur ami pouvait pousser toutes les beuglantes qu'il voulait, l'américaine ne changerait pas d'avis et ne reviendrait pas se coucher non plus. La tienne avant la mienne ! De gueule, sous entendu. Tu n'as aucun ordre à me donner, t'es pas mon compagnon t'es mon pote, donc telle que tu me vois là, sachant que ces saloperies de médocs ne me serviront à rien, je vais passer mon temps à autre chose qu'à jouer les fragiles ! vociféra-t-elle en le poussant pour se relever du lit. A têtu, têtu et demi.
@Andrew T. Koch
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 9 Mai - 12:51
Invité


Elle pouvait être tellement chiante quand elle s'y mettait, mais pas grave il pouvait être aussi têtu qu'elle ils étaient fait dans le même moule, un moule qui avait été jeté depuis tellement il était plein de mauvais caractère, ils avaient bon fond tous les deux très bon fond, mais était trop têtu, fier qu'ils ne pouvaient pas se dire les choses en même temps, sinon se serait trop facile, fait l'un pour l'autre ? Je n'en doute toujours pas, mais quand le destin s'acharne il faut soit faire avec soit le pousser. « Bla bla bla bla Walton, tu fais comme d'habitude, tu brasses du vent, du parles, mais tes mots s'envolent comme quand on était gosse et que je te les montrais partir » Elle était malade, mais ce qui se passait maintenant n'était pas la bonne chose, mourir de sa maladie était une chose, mourir prématurément pour une connerie d'accident s'en était une autre. Elle forçait la bougre, le jeu homme était entrain de lui tenir les mains et pourtant elle se débattait la bougre. « C'est la que tu te trompes je ne suis pas que ton pote d'une et de deux je te donne autant d'ordre que je veux, tu as toujours aimé ça. » Oui Andrew était à moitié énervé, mais de l'autre réussir à la faire sortir d'elle il adorait ça, c'était un jeu qui ce soir n'avait pas sa place mais pas grave, la jeune femme couchée sur son lit d’hôpital se débattait, Andrew ne vit qu'une seule solution pour qu'elle ne bouge pas, se coucher sur elle simplement comme un enfant. Maintenant qu'il était sur elle il n'avait plus tellement à forcer pour qu'elle reste sur place, sa bouche à quelques centimètres de celle de sa meilleure amie, sourire en coin il lui déposa un baiser sur le nez avant de lui dire « Ne joues pas non plus à la fille invincible... » Répondre a l’énervement par le calme ? La pire chose qui pouvait se passer.
(c) sweet.lips


@Poppy A. Walton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 9 Mai - 13:00
Invité
Poppy éclata singulièrement de rire, incapable de s'en empêcher. Andrew avait inventé la mauvaise fois, ce n'était pas possible autrement. Haha tu me fais doucement marrer Koch, moi je cause mais au moins j'agis, je ne reste pas dans ma petite zone de confort parce que j'ai peur ! lui balança-t-elle dans les gencives en pensant ses mots, car après tout, si l'héritier de cette illustre famille avait accepté qu'ils rompent, il ne s'était pas battu pour faire en sorte qu'ils n'aillent pas dans cette voie. L'américaine avait fini par abandonner clairement la lutte et le faisait encore une fois aujourd'hui, inutile de tenter de faire boire un âne qui n'a pas soif comme dit l'autre. T'es personne pour me donner des ordres, c'est là que tu te plantes dans tes grandes largeurs ! Ça te fait sûrement kiffer de jouer les grands mâles devant l'éternel mais moi je trouve ça juste risible ! Et si, t'es juste mon pote, c'est exactement ce que t'as choisi alors me fais pas chier avec ça ! poursuivit-elle en se débattant telle une lionne en cage, refusant d'être une seconde de plus enfermée. L'actrice avait l'impression d'étouffer, d'être fragile, inutile et cette sensation la brisait totalement. Ce fut pire encore lorsque le jeune homme s'allongea carrément de tout son poids sur elle, l'empêchant ainsi de bouger, et l'écrasant au passage. Putain t'es lourd pépère, on te l'a jamais dit... reprit-elle d'une voix calme et froide à la fois, alors que son regard le fusillait du regard sans le lâcher d'une semelle. Andrew embrassa le bout de son nez et Poppy se contenta de se mordre la lèvre avec violence, manifestement furieuse. Tu peux me dire ce que ça peut te foutre, en fait ? arqua-t-elle un sourcil, tentant de respirer malgré le poids. Tu cherches quoi au juste, Koch ?
@Andrew T. Koch
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 9 Mai - 13:17
Invité


De la mauvaise fois chez Andrew ? Pas du tout, pas le moins du monde, qui a rigolé ? Oui vous le savez Andrew est le genre de mauvaise fois, très mauvaise foi, mais que voulez-vous on l'aime comme ça, enfin au moment ou je parle je pense que Poppy le déteste comme ça « J'ai pas peur de grand chose à par de te perdre, désolé d'être trop attaché à toi, le prochain coup je le serai » De toute manière elle n'est pas surprise de voir que le jeune homme n'aime pas avoir tort, c'est le cas depuis qu'ils sont tout petits et cela n'a pas changé et ne changera pas, il veut avoir raison, il ne veut pas avoir les torts sur les épaules un point c'est tout. De toute manière pour ce soir elle resterait dans son lit qu'elle le veuille où pas, il l'avait décidé, s'il fallait employer la force il le ferrait, encore une fois entre le coup où ils se bécotent sur le lit et maintenant où il l'écrase si quelqu'un rentre les deux héritiers passent pour des fous. « Encore une fois tu parles sans intérêt Poppy, bien sur que je suis légitime quand il s'agit de ta santé ma belle, sinon pourquoi tu m'aurais appelé ? Pourquoi tu voulais que je reste la nuit ? C'est simplement que l'a tu es énervée, je vais te caresser les cheveux et tu vas te calmer... » Elle pouvait se débattre maintenant elle ne pouvait rien faire, il était sur elle et se servait d'une de ses mains pour lui caresser les cheveux en descendant bien sur le visage pour lui passer la main dessus, il la cherchait, il jouait avec elle comme quand ils étaient gosses, il allait se bruler il le savait, il le sentait, mais pas grave. « C'est bien pour ça que je suis monté sur toi, pour gérer la bête il faut du poids » même sur elle, il arrivait à bouger sous ses coups, elle était tellement énervée que sa force était décuplé. « Ce que sa peut me faire que tu sois en bonne forme ? En bonne santé ? T'as raison je m'en branle, mais c'est pour le plaisir de te faire chier » dit il en appuyant sur la joue de la jeune femme, là oui il la cherchait clairement, jusqu'où irait il ? Il n'avait pas de limite. « Là ? Ce que je cherche ? Bah toi ! » dit-il en embrassant la jeune femme sur tout le visage, bien sûr en prenant soin de baver à chaque baiser.
(c) sweet.lips


@Poppy A. Walton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 9 Mai - 13:31
Invité
Poppy ne cherchait pas à jouer avec le feu, au contraire, elle essayait de faire en sorte de se tenir à une ligne de conduite et Andrew l'empêchait de le faire. Je ne parle pas pour ne rien dire, j'essaye de faire en sorte de me détacher de toi, de me tenir à ce que TU as décidé alors tu peux me dire pourquoi je n'aurais pas le droit d'être énervée ? Tu jettes le chaud et le froid, tu viens puis tu me jettes, merde à la fin ! Ça plaît sûrement à tes autres pouffiasses mais moi j'ai besoin de plus ! soupira-t-elle alors qu'effectivement, les caresses de son meilleur ami sur sa chevelure la détendait un brin. Les battements de son cœur crevaient toujours le plafond mais heureusement, le fait d'avoir débranché le monitoring cardiaque empêchait toutes ces machines de biper et de montrer par a+b à quel point l'américaine allait mal, tant physiquement que sentimentalement. Difficile de se relever après ça, surtout lorsque l'on se trouve avec un tel poids sur soi... Tu sais très bien que lorsque je suis en colère vaut mieux pas m'approcher... Poppy avait de la force quand elle s'y mettait et qu'elle voulait faire entendre sa voix. Mais avec Andrew, impossible d'avoir voix au chapitre. Ouais tu me fais chier, tu m'emmerdes ça s'est clair ! Surtout que tout ce que tu fais ne sert à rien, tu joues juste, tu joues, rien ne t'atteint ! Non seulement il la cherchait mais il la trouvait, à l'embrasser sur l'intégralité du visage, lui bavant à moitié dessus. Cela lui donna la force de continuer à le repousser, et à bouger le visage pour qu'il arrête alors qu'elle se battait pour ne pas fondre en larmes. Et ça te sert à quoi, hein ? Tu me veux plus, je cherche à reprendre une simple amitié et tu cherches la merde, t'es con ou quoi ?!
@Andrew T. Koch
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 9 Mai - 13:41
Invité


Il jouait avec elle sûrement parce que c'était une façon pour lui de se protéger d'elle, elle lui faisait du mal sans forcement s'en apercevoir, mais dans notre société il est toujours plus facile de dire que c'est la faute des hommes « Pourquoi de détacher de moi je ne comprends pas ? J'ai rien décidé, tu te fais des films. Je crois que tu interprètes tout ce que tu as envie d’interpréter, fait comme tu veux Poppy, tu sais tout ce que je ressens pour toi, il n'y a rien à ajouter. » Caresse le mot était très fort tout de même il jouait avec elle la caressant pour la faire chier plus qu'autre chose, mais bon c'était un moyen de cacher beaucoup de choses, contrairement à ce qu'il pouvait montrer il n'était pas à l'aise et la la seule chose qu'il avait envie de faire revenir en arrière, a son arrivée dans la chambre de la jeune femme pour la reprendre dans ses bras et passer la nuit avec elle. Ou un peu moins loin quand ils se bécotaient et ne rien dire pour que cela continue. Même énervée il la voyait avec les yeux de l'amour, un amour qui n'allait pas cesser de si tôt quoi qu'il en pense, qu'il en dise où qu'il n'espère. « Je sais, mais il n'y a pas de raison que tu sois en colère chérie... » il sentait une petite accalmie , il commençait à lâcher prise et à moins se débattre, enfin pour le moment, il restait sur ses gardes, la connaissant par cœur ce pouvait être une feinte. « Il n'y aura jamais une simple amitié entre nous Poppy, c'est impossible, ni de ton côté, ni du mien. » Un couple comme le leur ne peut-être meilleurs amis sans qu'il n'y ai quelque chose derrière. Déposant un baiser sur la bouche de la jeune femme, caressant ses lèvres avec son doigt il lui lança « Tes lèvres seront à jamais les miennes Poppy, c'est ça qui fait qu'on aura jamais une simple amitié. » franc ? Sincère ? Joueur ? Il le connaissait par cœur à elle de répondre.
(c) sweet.lips


@Poppy A. Walton
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: RPs-
Sauter vers: