::  :: RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I didn't forget about you

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t67871-alejandro-ortega-marlon-teixeira?highlight=alejandro http://www.i-love-harvard.com/t25431-alejandro-ortega-principe-sin-corona http://www.i-love-harvard.com/t25432-alejandro-ortega-456-225-0705?highlight=alejandro http://www.i-love-harvard.com/t62051-http-instagram-com-7alejandroortega7
avatar
CITIZEN - BOSTON
Alejandro Ortega
CITIZEN - BOSTON
J'ai : 26 ans et je vis à : à Boston en colocation avec Leah. . J'ai posé mes affaires ici le : 27/01/2014 et depuis, j'ai posté : 5092 messages et gagné : 110 points. Actuellement, je suis : étudiant de dernière et côté coeur, je suis : Célibataire Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : ESTJ . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Marlon Teixeira ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Nick , et un grand merci à : PyT ✽ DC/TC : : Aucun

“Be yourself; everyone else is already taken.”


ALEJANDRO ORTEGA
★ 25 ans ★ Espagnol ★ A obtenu son diplôme en droit d'Harvard ★ Petit fils d'Amancio Ortega, homme le plus riche d'Europe ★ Réputation d'étudiant sérieux ★ Plutôt fêtard, merci année sabattique ★ Passionné ★ Intelligent ★ Posé ★ Patient ★ Fier ★ Rancunier ★ Orgueilleux ★ Prétentieux ★ Soif de vivre ★ Aime la voile ★ Aime la littérature★ Aime le vin, la bonne bouffe ★ Adore la musique ★ Adore la danse ★ A été en couple à de nombreuses reprises ★ Aime les sports aquatiques ★ Parle espagnol, portugais, italien, français et anglais. ★ Chaleureux avec ses proches, il peut se montrer plus distant avec les autres.

LOVE IS SEX, SEX IS LOVE
Leah Garcia, amie d'enfance, amie avec qui j'ai une aventure présentement. On habite ensemble à Boston, cela fait des flammèches!
Au printemps passé, je suis allé à une soirée musicale et j'y ai rencontré Sheila Sorabella. J'étais au piano, elle a chanté avec moi, une bien jolie symbiose, qui s'est poursuivi jusque chez elle et toute la nuit. Depuis, nous nous sommes revus, particulièrement au Spring Break. Au même Spring Break, j'ai fait la rencontre de Harper E. Kennedy. On a navigué à travers les îles Apagos ensemble et si l'aventure s'est conclue par un détour à la clinique médicale, je voulais la revoir et nous nous sommes revus. Est-ce que le coup de foudre existe? Tout semblait nous opposer, Milena Cohan et moi. Pourtant, grâce à un malheureux travail d'études que nous avons dû faire ensemble, nous nous sommes rapprochés et compris d'une certaine façon. À l'Halloween 2017, nous avons franchi le cap de l'amitié pour devenir amant/ami. Une relation brève, puisque Milena a trouvé l'amour, mais depuis, nous entretenons une belle amitié. J'ai eu une aventure d'une nuit il y a fort longtemps avec Willow S-Prada, que je pourrais bien recroiser à Harvard. Lors d'un été, j'ai eu une brève aventure avec Leevy W. Cartwith.

KEEP YOUR FRIENDS CLOSE
Mon ancien bizut et bon ami Tate L.Murray, que je vois moins souvent depuis que je ne suis plus Eliot, mais nos liens sont toujours aussi fort. Je fais souvent des sorties culturelles avec mon amie et passionnée d'art Rosie Reynolds. À un bal il y a plusieurs années maintenant, je me suis improvisé le cavalier de Sally A. Mendoza et depuis, on continue de se voir à l'occasion, mais je crois que dernièrement, nous nous sommes perdus de vue.


OTHER RELATIONSHIPS
Il y a quelques années, j'ai eu la chance de donner des petits cours d'espagnol à Maggie Clayton en échange de son aide pour un design. Maxym S. McAllister et moi ne nous entendons pas très bien depuis notre confrontation publique à la Eliot House. Une autre dunster Marla Witherspoon, devient toute timide chaque fois que je suis proche et j'avoue que je m'amuse de cela. Hazel N. Pennington est mon ex'. Elle et moi sommes sortis ensemble pendant presque un an, avant que je ne la laisse. C'est triste, mais la passion n'y était plus et c'est mon carburant en amour.Et enfin, la lie de l'humanité, Andrew R. Windsor. Je connais le vrai visage de cet homme et laissait moi vous dire qu'il vaut mieux se tenir loin de lui. C'est un salaud de la pire espèce.




Spoiler:
 


(#) Mer 14 Mar - 1:08
I didn't forget about you
— with Harper

Alejandro n'avait plus tout à fait le coeur au Spring Break. Oh, il s'était jeté corps et âme dans le surf, allait encore manger au restaurant, prendre un verre avec des amis, mais le cœur n'y était plus, pas depuis cette nuit. Un ami proche avait remarqué et Alejandro avait glissé c'était dû à une femme. Quand son ami avait demandé laquelle, il avait haussé des épaules. Sans importance, puisqu'il ne la reverra pas.

En même temps, quand on y réfléchit un peu, ce n'est pas difficile de recroiser une personne qui étude aux mêmes endroits que vous, dans le même domaine et qui passe les vacances dans le même complexe hôtelier... Il y avait une fête donné à la piscine. Un vrai pool party digne du Spring Break. Une amie, qui était dans l'organisation de cette fête, avait demandé à Alejandro s'il pouvait emmener son appareil photo et prendre des clichés de la fête. Des boissons et un câlin lui serait offert en échange. Le beau brun accepta et alla donc à la dite fête. L'ambiance était caliente à souhait. On jouait, se chamaillait dans la piscine, se draguait près des transats, dansait tout autour de la piscine. Content d'être un peu extérieur à tout cela, spectateur presque, Alejandro prenait des clichés, essayait de capturer le moment.

Dans son objectif apparut alors une belle brune qu'il reconnut aussitôt. Ce regard d'azur inoubliable, cette chevelure, ce corps de ouf... Harper Kennedy. Son cœur se serra aussitôt. Il avait hésité à la rappeler, essayer de rétablir les ponts, finalement, il s'était trouvé pathétique et avait rangé son téléphone. Encore à ce moment, il a le doigt prêt à la prendre en photo et le fait finalement, non sans lâcher un soupir après. Au moins, elle avait l'air de s'amuser avec ses amies...

Du moins, en apparence. Depuis l'autre côté de la piscine où il se trouvait, il voit la jeune femme qui quitte son cercle et marche vite, une main devant sa bouche, l'air paniqué, encore, comme lorsqu'elle avait quitté sa chambre dirait-on. Alejandro ne put s'empêcher de la suivre en parallèle et de la voir prendre le chemin des toilettes. Appareil photo en bandoulière autour du cou, il reste là, à attendre à côté de la porte. Il devrait s'en aller, ce ne sont pas de ses affaires. Alejandro hésite, soupire, lève les yeux au ciel comme si les nuages pouvait lui répondre et... Harper ressort, elle le voit et le jeune homme avale de travers. Inutile de se défiler.

-Salut! Je prenais des photos et... je t'ai vu filer en vitesse pour les toilettes. Ça va?


Pas un mot, pas un échange de texte, rien depuis la dernière fois. C'était comme si leur soirée passé ensemble n'était jamais arrivée. À un détail près: l'Espagnol a encore la petite culotte en dentelle et le soutien-gorge d'Harper dans sa chambre. Faudrait bien qu'elle les récupère...


LOYALS.


@Harper Eleanor F. Kennedy




Príncipe sin corona
Leñador, no tales el pino, que un hogar hay dormido en su copa. Señora abubilla, señor gorrión, hermana mía calandria, sobrina del ruiseñor; ave sin cola, martín-pescador, parado y triste alcaraván; ¡a volar, pajaritos, a la mar!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 14 Mar - 1:52
Invité
I didn't forget about you
— with Alejandror

Je pensais réellement pouvoir passer à autre chose aisément, mais les jours passant, cette soirée, cette nuit défilait dans ma tête en boucle, serrant mon coeur. Je pensais vraiment pouvoir enterrer cette histoire, mais il fallait croire que cela me prendrait plus de temps. J’usais d’une habituelle illusion de force, essayant de me prouver à moi-même et à ceux qui en douteraient que Harper Kennedy n’est pas de ce genre. Nous ne sommes pas esclaves de nos sentiments, non certainement pas. On peut les effacer, les éliminer, les déchirer, les écrabouiller comme de vulgaires insectes. Je respirais calmement, mimant un geste de zénitude, observant mon reflet dans le miroir avant de chercher mes cachets dans ma petite boîte d’argent. Anxiolytiques, antipsychotiques, analgésiques et antidépresseurs … Zénitude … quelle ironie. Je finissais finalement de me préparer pour cette pool party dont tout ce bas monde parlait depuis des jours. J’en avais presque oublié qu’il y avait un Spring Break, trop absorbée par la pensée d’un homme en particulier. Il fallait que je redevienne la reine des glaces que j’avais toujours été. Je ne devais surtout pas perdre la face, pas maintenant. J’enfilais donc un maillot de bain d’un grand créateur qui dit ‘Je suis mieux que vous’ et enfilait des escarpins Giuseppe Zanotti, assortis à mon maillot doré. Enfin prête, je descendais rejoindre les autres à la piscine. Je remarquais très vite Zeus, Hadès et Zéphyr … près du bar, pour changer. Je les rejoignais sourire aux lèvres, j’avais envie d’être de bonne humeur ce soir. Ou du moins de faire semblant. Ils ne se douteraient de rien de toute manière, j’étais master dans le domaine des faux-semblants, comme tout bon Eliot. Je dansais, prenais un verre de scotch sec, mais très vite, je sentais que quelque chose n’allait pas. Je me sentais mal. Je déposais une main sur mon abdomen et l’autre près de ma bouche, fronçant les sourcils. J’avais la nausée. Je quittais donc précipitamment mes amis afin de rejoindre les toilettes. Arrivée, je vomissais tout ce que j’avais dans l’estomac à l’intérieur de la cuvette, à genoux. Avais-je trop mélangé médicaments et alcool ? J’étais pourtant une grande habituée de ce mélange toxique, mais j’avais du repousser mes limites ce soir. Je sortais regarder l’état de mon visage dans le miroir, et essuyais de mes pouces les traces de mascara qui avaient coulé. Je soupirais, et étais repartie pour la fête. Non, rien n’allait m’empêcher de faire comme si tout allait bien ce soir. Rien ! Pas même … « Alejandro ? » Je sursautais. Mes yeux s'illuminaient. Il avait donc observé la scène … Je restais bouche bée quelques secondes, l’air dérouté. Non … il fallait que je me reprenne. Hors de question de lâcher prise maintenant. « Excellemment bien et toi ? » répondis-je avec un large sourire de façade. Etais-je réellement en train de le traiter comme un autre ? Il le fallait. J’étais obligée. Il devait comprendre que je n’étais pas faite pour lui, quitte à me détester. Faire comme si nous n’avions pas fait l’amour cette nuit là ne serait pas chose aisée, encore moins quand ce fut avec autant de passion. Mais je m’interdisais d’y penser. « Ecoute je n’ai pas trop le temps là, donc si tu as quelque chose de particulier à me dire … » finissais-je finalement de manière particulièrement froide. Je le regardais droit dans les yeux. Difficile de percevoir quel sentiment m’animait tant un nombre incalculable se bousculaient. Désir. Mépris. Tristesse. Rancoeur. Culpabilité. Nostalgie. Désir encore. Je me postais devant lui, croisant les bras, attendant l’air pressé. Je ne souriais plus.


LOYALS.


@Alejandro Ortega
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t67871-alejandro-ortega-marlon-teixeira?highlight=alejandro http://www.i-love-harvard.com/t25431-alejandro-ortega-principe-sin-corona http://www.i-love-harvard.com/t25432-alejandro-ortega-456-225-0705?highlight=alejandro http://www.i-love-harvard.com/t62051-http-instagram-com-7alejandroortega7
avatar
CITIZEN - BOSTON
Alejandro Ortega
CITIZEN - BOSTON
J'ai : 26 ans et je vis à : à Boston en colocation avec Leah. . J'ai posé mes affaires ici le : 27/01/2014 et depuis, j'ai posté : 5092 messages et gagné : 110 points. Actuellement, je suis : étudiant de dernière et côté coeur, je suis : Célibataire Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : ESTJ . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Marlon Teixeira ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Nick , et un grand merci à : PyT ✽ DC/TC : : Aucun

“Be yourself; everyone else is already taken.”


ALEJANDRO ORTEGA
★ 25 ans ★ Espagnol ★ A obtenu son diplôme en droit d'Harvard ★ Petit fils d'Amancio Ortega, homme le plus riche d'Europe ★ Réputation d'étudiant sérieux ★ Plutôt fêtard, merci année sabattique ★ Passionné ★ Intelligent ★ Posé ★ Patient ★ Fier ★ Rancunier ★ Orgueilleux ★ Prétentieux ★ Soif de vivre ★ Aime la voile ★ Aime la littérature★ Aime le vin, la bonne bouffe ★ Adore la musique ★ Adore la danse ★ A été en couple à de nombreuses reprises ★ Aime les sports aquatiques ★ Parle espagnol, portugais, italien, français et anglais. ★ Chaleureux avec ses proches, il peut se montrer plus distant avec les autres.

LOVE IS SEX, SEX IS LOVE
Leah Garcia, amie d'enfance, amie avec qui j'ai une aventure présentement. On habite ensemble à Boston, cela fait des flammèches!
Au printemps passé, je suis allé à une soirée musicale et j'y ai rencontré Sheila Sorabella. J'étais au piano, elle a chanté avec moi, une bien jolie symbiose, qui s'est poursuivi jusque chez elle et toute la nuit. Depuis, nous nous sommes revus, particulièrement au Spring Break. Au même Spring Break, j'ai fait la rencontre de Harper E. Kennedy. On a navigué à travers les îles Apagos ensemble et si l'aventure s'est conclue par un détour à la clinique médicale, je voulais la revoir et nous nous sommes revus. Est-ce que le coup de foudre existe? Tout semblait nous opposer, Milena Cohan et moi. Pourtant, grâce à un malheureux travail d'études que nous avons dû faire ensemble, nous nous sommes rapprochés et compris d'une certaine façon. À l'Halloween 2017, nous avons franchi le cap de l'amitié pour devenir amant/ami. Une relation brève, puisque Milena a trouvé l'amour, mais depuis, nous entretenons une belle amitié. J'ai eu une aventure d'une nuit il y a fort longtemps avec Willow S-Prada, que je pourrais bien recroiser à Harvard. Lors d'un été, j'ai eu une brève aventure avec Leevy W. Cartwith.

KEEP YOUR FRIENDS CLOSE
Mon ancien bizut et bon ami Tate L.Murray, que je vois moins souvent depuis que je ne suis plus Eliot, mais nos liens sont toujours aussi fort. Je fais souvent des sorties culturelles avec mon amie et passionnée d'art Rosie Reynolds. À un bal il y a plusieurs années maintenant, je me suis improvisé le cavalier de Sally A. Mendoza et depuis, on continue de se voir à l'occasion, mais je crois que dernièrement, nous nous sommes perdus de vue.


OTHER RELATIONSHIPS
Il y a quelques années, j'ai eu la chance de donner des petits cours d'espagnol à Maggie Clayton en échange de son aide pour un design. Maxym S. McAllister et moi ne nous entendons pas très bien depuis notre confrontation publique à la Eliot House. Une autre dunster Marla Witherspoon, devient toute timide chaque fois que je suis proche et j'avoue que je m'amuse de cela. Hazel N. Pennington est mon ex'. Elle et moi sommes sortis ensemble pendant presque un an, avant que je ne la laisse. C'est triste, mais la passion n'y était plus et c'est mon carburant en amour.Et enfin, la lie de l'humanité, Andrew R. Windsor. Je connais le vrai visage de cet homme et laissait moi vous dire qu'il vaut mieux se tenir loin de lui. C'est un salaud de la pire espèce.




Spoiler:
 


(#) Mer 14 Mar - 2:45
I didn't forget about you
— with Harper

Harper était surprise de le voir. Enfin, ce qui était étonnant était sans doute ce face à face, dont le malaise était déjà palpable. Le jeune homme se demandait encore ce que les dernières paroles de la jeune femme dans sa chambre signifiait, comme si une malédiction interdisait à cette fille toute relation sérieuse. Avec un entrain digne d'une experte, Harper disait aller très bien, excellemment même, un mot qui le fit sourire.

-Ça va, merci. J'ai cru que c'était peut-être des suites du petit accident de l'autre jour. Tant mieux si tu vas bien.

Il faisait bien sûr référence à ce qui est arrivé sur l'île et non dans sa chambre. Quand ils ont fait l'amour, cela n'avait rien d'un accident. Rarement avait-il autant désiré une femme, autant coucher avec elle. Enfin, c'était inutile de trop y penser, mais difficile de faire autrement quand il est face à elle. Dire que pendant un instant, il avait vraiment cru...

Puis, la Kennedy le traite comme une sorte de valet dont on peut disposer. Le regard de l'Espagnol se durcit alors, se précise aussi sur elle. En sont-ils là, après avoir pu discuter comme des gens civilisés, après avoir fait l'amour, maintenant, ce sera salut bonjour et au revoir? Visiblement. Du coup, lui aussi adopte une attitude plus froide.

-Je vois... Si, en effet, mais il vaut mieux que tu te rapproches, ce serait gênant que d'autres m'entendent.

Il imagine qu'elle ne veut pas que tout le monde sache qu'ils ont couché ensemble, vu qu'en privé, elle le traite comme une merde maintenant. Une fois la belle brune plus proche, si elle a daigné de le faire, il lui murmure à l'oreille:

-J'ai encore ta petite culotte et ton soutif dans ma chambre. Faudra sans doute que tu passes les récupérer un de ses quatre.


Alejandro recule la tête, son regard soutient le sien et à ce moment, il s'attendrit de nouveau, incapable d'en vouloir à Harper plus longtemps. Assez direct, il décide de dire ce qu'il a à dire.

-C'est vraiment ainsi que tu veux qu'on traite désormais? Comme des étrangers? On pourrait au moins faire semblant de se connaître.


Ironisa-t-il.


LOYALS.


@Harper Eleanor F. Kennedy




Príncipe sin corona
Leñador, no tales el pino, que un hogar hay dormido en su copa. Señora abubilla, señor gorrión, hermana mía calandria, sobrina del ruiseñor; ave sin cola, martín-pescador, parado y triste alcaraván; ¡a volar, pajaritos, a la mar!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 14 Mar - 3:12
Invité
I didn't forget about you
— with Alejandror

J’en oubliais même cette histoire de noix de coco. Tout ça me paraissait désormais si loin … Comme si nous nous connaissions depuis des années. J’amenais ma main à mon front, touchant ma cicatrice, preuve indélébile de notre rencontre, du bout des doigts. « Heu … oui ça va. » répondais-je doucement mais toujours froide. Je sentais suite à ma question son regard changer sur moi. Bizarrement, ne l’ayant encore jamais vu comme ça, un léger frisson glacial me parcouru le dos. Son regard devenait noir. Mon travail portait ses fruits. Il me suggérait de me rapprocher. Intriguée, je le regardais dans les yeux comme pour le sonder. Que pouvait-il bien vouloir me dire ? Je me rapprochais tout de même, curieuse et nerveuse à la fois et le voilà qui murmurait quelque chose à mon oreille. Des frissons m’envahirent, me remémorant cette nuit passée avec lui, où un autre genre de paroles m’étaient adressées de cette manière. Je me reculais d’un coup, vérifiant tout de même autour de moi que personne ne comprenne la situation, puis le regardant de nouveau, presque outrée qu’il ose faire mention de cette soirée. « Tu peux les garder si tu veux, je n’en veux plus. C’est tout ? » répondais-je rapidement, souriant faiblement cette fois-ci. Me débarrasser de tout ce qui avait attrait à cette soirée. Et surtout, hors de question de m’approcher à moins de cent mètres de sa tentatrice de chambre. J’aurais finalement préféré coucher avec un Winthrop, tiens ! Un tel muffle aurait fait comme si de rien était, malheureusement j’étais forcément tombée sur le parfait gentleman. Un homme intelligent, beau comme un dieu grec et d'une générosité de coeur incroyable. Et je le rejetais à tout prix. Je savais, je me connaissais. Un gentleman avec un appareil photo autour du cou d’ailleurs. Mes yeux ne purent s’empêcher de parcourir son torse, me ressaisissant à la seconde lui adressant un regard plus concentré tandis qu’il ironisait. Je fronçais les sourcils. Il s’attendait à quoi au juste ? C’est le Spring Break, comment pouvais-je imaginer qu’il souhaiterait que l’on reste en contact ? Evidemment, il m’avait signifié qu’il n’était pas de ces hommes, mais de là à effectivement ne pas en être … « On se connait, Alejandro. On s’est d’ailleurs excellemment bien connus quelques merveilleuses minutes et maintenant … » Je soupirais regardant ailleurs désemparée. Je me retournais vers lui à nouveau, attendant quelques secondes pour finir. « J’ai besoin d’un verre … »


LOYALS.


@Alejandro Ortega
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t67871-alejandro-ortega-marlon-teixeira?highlight=alejandro http://www.i-love-harvard.com/t25431-alejandro-ortega-principe-sin-corona http://www.i-love-harvard.com/t25432-alejandro-ortega-456-225-0705?highlight=alejandro http://www.i-love-harvard.com/t62051-http-instagram-com-7alejandroortega7
avatar
CITIZEN - BOSTON
Alejandro Ortega
CITIZEN - BOSTON
J'ai : 26 ans et je vis à : à Boston en colocation avec Leah. . J'ai posé mes affaires ici le : 27/01/2014 et depuis, j'ai posté : 5092 messages et gagné : 110 points. Actuellement, je suis : étudiant de dernière et côté coeur, je suis : Célibataire Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : ESTJ . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Marlon Teixeira ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Nick , et un grand merci à : PyT ✽ DC/TC : : Aucun

“Be yourself; everyone else is already taken.”


ALEJANDRO ORTEGA
★ 25 ans ★ Espagnol ★ A obtenu son diplôme en droit d'Harvard ★ Petit fils d'Amancio Ortega, homme le plus riche d'Europe ★ Réputation d'étudiant sérieux ★ Plutôt fêtard, merci année sabattique ★ Passionné ★ Intelligent ★ Posé ★ Patient ★ Fier ★ Rancunier ★ Orgueilleux ★ Prétentieux ★ Soif de vivre ★ Aime la voile ★ Aime la littérature★ Aime le vin, la bonne bouffe ★ Adore la musique ★ Adore la danse ★ A été en couple à de nombreuses reprises ★ Aime les sports aquatiques ★ Parle espagnol, portugais, italien, français et anglais. ★ Chaleureux avec ses proches, il peut se montrer plus distant avec les autres.

LOVE IS SEX, SEX IS LOVE
Leah Garcia, amie d'enfance, amie avec qui j'ai une aventure présentement. On habite ensemble à Boston, cela fait des flammèches!
Au printemps passé, je suis allé à une soirée musicale et j'y ai rencontré Sheila Sorabella. J'étais au piano, elle a chanté avec moi, une bien jolie symbiose, qui s'est poursuivi jusque chez elle et toute la nuit. Depuis, nous nous sommes revus, particulièrement au Spring Break. Au même Spring Break, j'ai fait la rencontre de Harper E. Kennedy. On a navigué à travers les îles Apagos ensemble et si l'aventure s'est conclue par un détour à la clinique médicale, je voulais la revoir et nous nous sommes revus. Est-ce que le coup de foudre existe? Tout semblait nous opposer, Milena Cohan et moi. Pourtant, grâce à un malheureux travail d'études que nous avons dû faire ensemble, nous nous sommes rapprochés et compris d'une certaine façon. À l'Halloween 2017, nous avons franchi le cap de l'amitié pour devenir amant/ami. Une relation brève, puisque Milena a trouvé l'amour, mais depuis, nous entretenons une belle amitié. J'ai eu une aventure d'une nuit il y a fort longtemps avec Willow S-Prada, que je pourrais bien recroiser à Harvard. Lors d'un été, j'ai eu une brève aventure avec Leevy W. Cartwith.

KEEP YOUR FRIENDS CLOSE
Mon ancien bizut et bon ami Tate L.Murray, que je vois moins souvent depuis que je ne suis plus Eliot, mais nos liens sont toujours aussi fort. Je fais souvent des sorties culturelles avec mon amie et passionnée d'art Rosie Reynolds. À un bal il y a plusieurs années maintenant, je me suis improvisé le cavalier de Sally A. Mendoza et depuis, on continue de se voir à l'occasion, mais je crois que dernièrement, nous nous sommes perdus de vue.


OTHER RELATIONSHIPS
Il y a quelques années, j'ai eu la chance de donner des petits cours d'espagnol à Maggie Clayton en échange de son aide pour un design. Maxym S. McAllister et moi ne nous entendons pas très bien depuis notre confrontation publique à la Eliot House. Une autre dunster Marla Witherspoon, devient toute timide chaque fois que je suis proche et j'avoue que je m'amuse de cela. Hazel N. Pennington est mon ex'. Elle et moi sommes sortis ensemble pendant presque un an, avant que je ne la laisse. C'est triste, mais la passion n'y était plus et c'est mon carburant en amour.Et enfin, la lie de l'humanité, Andrew R. Windsor. Je connais le vrai visage de cet homme et laissait moi vous dire qu'il vaut mieux se tenir loin de lui. C'est un salaud de la pire espèce.




Spoiler:
 


(#) Mer 14 Mar - 3:48
I didn't forget about you
— with Harper

Était-ce une hésitation qu'il sentit chez elle au moment de confirmer qu'elle allait bien? Alejandro se doute bien qu'il n'ira pas se confier à lui, son coup d'un soir, son petit Spring Break One Night. Il acquiesce donc, sans plus insister et Harper fit savoir qu'elle était pressée. Pourquoi, pour retourner danser et jaser avec ces amis? Elle le prend vraiment pour un con et oui, ça le choque, surtout qu'elle ne le traitait pas de cette façon avant.

Alors puisqu'elle jouait à le mépriser, autant qu'elle sache que dans sa grande fuite, miss Kennedy avait oublié ses sous-vêtements chez l'Espagnol. Embarrassant vous dites? La Eliot ne bronche pas, pas vraiment. La voir vérifier si on les écoutait autour, c'était le comble et à son tour, il mit un sourire de façade sur son visage.

-C'est dommage, je vais devoir les jeter... Une dernière chose...


Il sort à cet instant sa question, le fait qu'ils allaient devoir se traiter comme des étrangers apparemment. L'attitude qu'elle se donnait, il commençait vraiment à la mépriser, elle était à mille lieu de la Harper qu'il a rencontré. Après, peut-être que le masque est tombé et qu'il a affaire à la vraie maintenant. Si c'est le cas, ça le fait chier d'avoir été ainsi piégé. Pourtant, il repense sans cesse à ce qu'elle a dit dans la chambre, qu'elle voulait éviter de leur faire du mal. Maintenant, c'est à lui qu'elle en faisait. Le mot excellemment, qu'elle répète, sonne comme un mauvais leitmotiv à ses oreilles, une façon hautaine et distante de décrire ce qu'ils ont vécu, si intense, si passion, pas "excellemment". Le pire, c'est qu'elle le sait, il le sait. Son regard ne la quittait pas, il était tiraillé entre lui dire sa façon de penser, se taire et encaisser ou juste... faire une folie. Harper avait maintenant besoin d'un verre, tiens donc. Il la voit qui regarde ailleurs, qui se défile.

-Et moi dont, vu la façon merdique que tu me traites.

Il se fout bien qu'autour, on puisse les entendre, il y a bien du vas et viens vu qu'ils sont non loin des toilettes. Le jeune homme prend son index et son pouce et vient coincer le menton d'Harper pour qu'elle fixe son regard dans le sien.

-Tu crois que je ne sais pas ce que tu fais? Que je ne me doute pas du petit jeu auquel tu joues? Tu n'es pas la Harper que je connais, je refuse de le croire et tu as beau me dire que ce n'était que quelques minutes merveilleuses, on sait tous les deux que c'était plus que ça. Tu m'as absolument tout donné de toi, j'ai fait pareil. Combien de fois on s'abandonne ainsi dans une vie han?

Il la lâche et soupire, adoucit son ton et son air devenu sévère.

-La vérité, c'est que tu as peur. Je ne sais pas de quoi, je ne sais pas pourquoi. Le jour où tu auras le courage d'y faire face, appelles-moi. Je te l'ai dit Harper, je ne t'oublierai pas.

Cette fois, c'était vraiment le closing statement, comme disent les Saxons. Alejandro lâche juste, maintenant qu'il avait dit ce qu'il avait à dire et fait sa scène digne de l'Espagnol brûlant qu'il est:

-Profites bien de la fête.

Il allait la laisser tranquille, sachant qu'elle est pressée de toute façon. Il ne faudrait pas trop occupé miss Kennedy avec ses sentiments quand même.


LOYALS.


@Harper Eleanor F. Kennedy




Príncipe sin corona
Leñador, no tales el pino, que un hogar hay dormido en su copa. Señora abubilla, señor gorrión, hermana mía calandria, sobrina del ruiseñor; ave sin cola, martín-pescador, parado y triste alcaraván; ¡a volar, pajaritos, a la mar!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 14 Mar - 19:54
Invité
I didn't forget about you
— with Alejandror

Alejandro. Pourquoi me faisait-il subir ça ? Pourquoi fallait-il qu’il en remette une couche. Le quitter cette nuit là n’était pas déjà si dure qu’il fallait en plus le revoir là à cette soirée ? Je me sentais mal. Il me posait cette question alors que son regard se noircissait au fur et à mesure qu’il découvrait cette nouvelle Harper. Si différente de celle qu’il avait connue cette dernière semaine. J’avais moi-même été étonnée de celle que je pouvais être quand j’étais avec lui. Si heureuse, vivante et pourtant si fragile … si faible. Voilà pourquoi il fallait que je remette les choses en place. Pourquoi je devais m’en détacher à tout prix. Pour lui c’était facile, la vie lui souriait, il pouvait se permettre tout alors que moi … parfois j’avais l’impression d’être née à l’envers. Je l’observais me dire toutes ces choses, et moi-même également, comme si j’étais hors de mon corps, observant la scène en tant que spectatrice. J’avais besoin d’un verre s’il voulait continuer sur ce terrain là, mais il répliquait aussitôt. J’écarquilla les yeux choquée avant de rire nerveusement tout en regardant ailleurs. « Non mais je rêve là ! » Mais il m’obligea à le regarder droit dans les yeux, prenant mon menton entre ses doigts, me rapprochant irrévocablement de lui. A ses mots, mon coeur fit un bond avant d’accélérer sa cadence. Il me rappelait cette nuit là, bien que je n’avais pas besoin de lui pour ça. J’y pensais jours et nuits. J’en rêvais même, repensant à la façon si sensuelle il m’avait touchée comme personne ne l’aurait jamais fait. Ses baisers, ses caresses, lui. Je tentais une fois de plus au mieux de rester impassible et sortit lorsqu’il soupirait. « Oui, j’ai eu tendance à me donner un peu trop facilement par le passé visiblement… » Je faisais clairement ma peste. Mais il continuait, et ce qu’il me dit me fit moins rire tout à coup. Je le regardais droit dans les yeux. Plus sombre que jamais. Je le toisais de ce regard si glacial qu’il aurait pu geler la piscine et le monde qu’il y avait dedans avec. Profiter de la fête maintenant ? Après ce qui venait de se produire ? Alors qu’il s’en allait, je le rattrapais par le bras, énervée, l’obligeant à se retourner vers moi. « Je n’ai pas peur. D’accord ? Je fais simplement ce qui doit être fait, c’est tout. Tu penses être différent des autres, mais ce n'est pas le cas. Et puis, tout ça nous aurait mené à rien de toute manière. Oublie-moi Alejandro, je te le demande. » Seigneur, que venais-je de lui dire ... Je ne pensais évidemment rien de tout ça, mais au moins, j'avais la certitude qu'il ne me pardonnerait jamais ces mots. Même si je savais que je ne l’oublierai jamais.


LOYALS.


@Alejandro Ortega
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t67871-alejandro-ortega-marlon-teixeira?highlight=alejandro http://www.i-love-harvard.com/t25431-alejandro-ortega-principe-sin-corona http://www.i-love-harvard.com/t25432-alejandro-ortega-456-225-0705?highlight=alejandro http://www.i-love-harvard.com/t62051-http-instagram-com-7alejandroortega7
avatar
CITIZEN - BOSTON
Alejandro Ortega
CITIZEN - BOSTON
J'ai : 26 ans et je vis à : à Boston en colocation avec Leah. . J'ai posé mes affaires ici le : 27/01/2014 et depuis, j'ai posté : 5092 messages et gagné : 110 points. Actuellement, je suis : étudiant de dernière et côté coeur, je suis : Célibataire Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : ESTJ . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Marlon Teixeira ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Nick , et un grand merci à : PyT ✽ DC/TC : : Aucun

“Be yourself; everyone else is already taken.”


ALEJANDRO ORTEGA
★ 25 ans ★ Espagnol ★ A obtenu son diplôme en droit d'Harvard ★ Petit fils d'Amancio Ortega, homme le plus riche d'Europe ★ Réputation d'étudiant sérieux ★ Plutôt fêtard, merci année sabattique ★ Passionné ★ Intelligent ★ Posé ★ Patient ★ Fier ★ Rancunier ★ Orgueilleux ★ Prétentieux ★ Soif de vivre ★ Aime la voile ★ Aime la littérature★ Aime le vin, la bonne bouffe ★ Adore la musique ★ Adore la danse ★ A été en couple à de nombreuses reprises ★ Aime les sports aquatiques ★ Parle espagnol, portugais, italien, français et anglais. ★ Chaleureux avec ses proches, il peut se montrer plus distant avec les autres.

LOVE IS SEX, SEX IS LOVE
Leah Garcia, amie d'enfance, amie avec qui j'ai une aventure présentement. On habite ensemble à Boston, cela fait des flammèches!
Au printemps passé, je suis allé à une soirée musicale et j'y ai rencontré Sheila Sorabella. J'étais au piano, elle a chanté avec moi, une bien jolie symbiose, qui s'est poursuivi jusque chez elle et toute la nuit. Depuis, nous nous sommes revus, particulièrement au Spring Break. Au même Spring Break, j'ai fait la rencontre de Harper E. Kennedy. On a navigué à travers les îles Apagos ensemble et si l'aventure s'est conclue par un détour à la clinique médicale, je voulais la revoir et nous nous sommes revus. Est-ce que le coup de foudre existe? Tout semblait nous opposer, Milena Cohan et moi. Pourtant, grâce à un malheureux travail d'études que nous avons dû faire ensemble, nous nous sommes rapprochés et compris d'une certaine façon. À l'Halloween 2017, nous avons franchi le cap de l'amitié pour devenir amant/ami. Une relation brève, puisque Milena a trouvé l'amour, mais depuis, nous entretenons une belle amitié. J'ai eu une aventure d'une nuit il y a fort longtemps avec Willow S-Prada, que je pourrais bien recroiser à Harvard. Lors d'un été, j'ai eu une brève aventure avec Leevy W. Cartwith.

KEEP YOUR FRIENDS CLOSE
Mon ancien bizut et bon ami Tate L.Murray, que je vois moins souvent depuis que je ne suis plus Eliot, mais nos liens sont toujours aussi fort. Je fais souvent des sorties culturelles avec mon amie et passionnée d'art Rosie Reynolds. À un bal il y a plusieurs années maintenant, je me suis improvisé le cavalier de Sally A. Mendoza et depuis, on continue de se voir à l'occasion, mais je crois que dernièrement, nous nous sommes perdus de vue.


OTHER RELATIONSHIPS
Il y a quelques années, j'ai eu la chance de donner des petits cours d'espagnol à Maggie Clayton en échange de son aide pour un design. Maxym S. McAllister et moi ne nous entendons pas très bien depuis notre confrontation publique à la Eliot House. Une autre dunster Marla Witherspoon, devient toute timide chaque fois que je suis proche et j'avoue que je m'amuse de cela. Hazel N. Pennington est mon ex'. Elle et moi sommes sortis ensemble pendant presque un an, avant que je ne la laisse. C'est triste, mais la passion n'y était plus et c'est mon carburant en amour.Et enfin, la lie de l'humanité, Andrew R. Windsor. Je connais le vrai visage de cet homme et laissait moi vous dire qu'il vaut mieux se tenir loin de lui. C'est un salaud de la pire espèce.




Spoiler:
 


(#) Mer 14 Mar - 20:31
I didn't forget about you
— with Harper

Alejandro est un homme fier et le défaut quand on est fier, c'est qu'on est aussi orgueilleux. Une part de lui trouvait qu'il s'entêtait inutilement, une autre avait envie de dire ce qu'il avait à dire, celle qui prit le dessus finalement et une autre se refusait à croire qu'Harper était indifférente face à lui, froide. Elle joue les glaciers, mais il sait, comme elle sait, ce qu'ils ont ressenti ensemble, l'autre nuit. Ils étaient donc deux à avoir besoin d'un verre et cette fois, l'Espagnol la prend de front. Sûrement pas habitué à être confrontée ainsi, Harper se met à rire, disait rêver, pas dans le bon sens bien sûr.

Cette petite simagrée n'empêche pas le jeune homme de dire ce qu'il a sur le cœur, ce qu'il pense de cette attitude merdique qu'elle a décidé d'adopter à son endroit. Il sent le regard de la belle hésiter un instant, vaciller presque, avant qu'elle ne se reprenne et devienne froide, confiant s'être donnée un peu trop vite. Une remarque qu'il ressent comme une piqûre au cœur. Cette fois, c'est lui qui soupirait.

-Si c'est ce que tu crois...


Comme Don Quichotte dans l'histoire, Alejandro repart à la charge contre le moulin. Cette fois, le beau brun sent qu'il a atteint celle qui est peut-être déjà son ex-amante, ou son coup d'un soir quoi. Elle se raidit, le dévisageait. Quoi, on n'aime pas se faire dire ses quatre vérités? De toute façon, il avait fini et c'était son tour de s'en aller.

Si Alejandro pensait qu'Harper allait le laisser avoir le dernier mot, il avait tord. La  belle brune agrippe son bras et le jeune homme se retourne aussitôt, jette un œil à ses doigts sur son bras. Le toucher en était presque familier, même dans ce cadre. Cela prouvait d'une certaine façon qu'elle tenait encore à lui? Ou bien qu'elle voulait sauver sa face. Le jeune homme la toise de son regard tandis qu'elle donnait presque l'impression de le supplier. Ce regard qu'elle avait n'empêche, comme s'il était un problème à éliminer...

-Désolé, mais tu ne peux pas m'obliger. Je sais que je suis comme les autres, mais toi tu es différente. Nous deux, c'était différent. Enfin, c'est ce que je pensais, maintenant, je ne sais plus. Tu as bien réussi ton coup Harper.

Le jeune homme inspire un coup, expire. Il lui jette un dernier regard, comme déçu, triste aussi. Finalement, c'est lui qui vacille, hésite, blessé. Le regard glacial avait fait son effet, probablement plus que les mots. Alejandro reprit le chemin du bar. Il se mit à un bout et regardait le comptoir fixe, sirotant son drake. Du moins, jusqu'à ce que son amie pour qui il prenait les photos viennent s'asseoir à côté et le sorte un instant de ses pensées sombres. Bon acteur, Alejandro feint la bonne humeur, montrait les photos à son amie, riait de temps en temps avec elle, qui lui flattait doucement le dos, comme si elle sentait que derrière les apparences, le beau brun avait besoin d'un peu de réconfort.


LOYALS.


@Harper Eleanor F. Kennedy




Príncipe sin corona
Leñador, no tales el pino, que un hogar hay dormido en su copa. Señora abubilla, señor gorrión, hermana mía calandria, sobrina del ruiseñor; ave sin cola, martín-pescador, parado y triste alcaraván; ¡a volar, pajaritos, a la mar!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 14 Mar - 21:37
Invité
I didn't forget about you
— with Alejandror

Alejandro n’avait plus l’air si heureux. Il devait certainement regretter d’être venu me parler, et je commençais à me sentir plus mal que jamais. Je le détestais de m’avoir fait me sentir comme ça. Tout était de sa faute. Depuis le début. Il soupirait devant mes dires, s’éloignait de moi mentalement, je le sentais. Et voilà Harper, tu as eu ce que tu cherchais. Tu l’a voulu. Tu peux ne t’en prendre qu’à toi même. Cette dernière phrase qu’il prononça m’arrachait le coeur. Ma froideur disparu laissant place à du désespoir légèrement caché. Je fronçais les sourcils lachant son bras, acquiescent, la voix presque tremblante. « Quel coup ? Parce que tu crois que c’était calculé peut-être ? » Mais il s’en allait. Il était trop tard, je l’avais probablement perdu. Il allait s’asseoir au bar et je voyais une fille le rejoindre plus tard. Ca n’aura pas tardé … J’allais à l’autre extrémité du bar, me servir un second verre de scotch. M’empêchant de m’éffondrer maintenant. Non, interdit. Je respirais un bon coup, regardais mes amis partis près de la piscine, réfléchissais. Non, clairement, je n’avais plus envie de rester ici. J’avalais mon verre cul sec, et le déposais violemment sur le comptoir avant de partir d’un pas décidé de la pool party. Je n’aurais même pas pu expliquer ce que je ressentais à cet instant. Tout ce que je sais, c’est que je suis montée dans ma chambre après avoir violemment claqué la porte, ôta mes talons et parti dans la salle de bain. Enervée, j’observais mon reflet dans le miroir, et des larmes se mirent à couler. Qu’est ce qu’il m’arrive, bon sang ? Je n’avais rien demandé. Absolument rien. J’étais très bien avant. Sans lui. Tout allait pour le mieux. Je me déshabillais, et enfilais une de mes nuisettes en satin avant de me mettre en position du foetus dans mon lit, enfoncée dans la couette. Vingt-trois heures trente-deux minutes affiché sur mon smartphone. Je tentais de dormir. Je changeais de position. Une fois, deux fois. Je me relevais, lisais un peu pour m’aider à trouver le sommeil, il était déjà deux heures du matin passé. Je n’en pouvais plus, rien pour m’empêcher de penser à lui, à cette nuit, à nous. Nous. Non pas possible. Après être restée quelques minutes les yeux dans le vague, je me laissais tomber sur mon lit une dernière fois à la recherche de Morphée. Je regardais mon portable une énième fois, quatre heures et trois minutes. Je l’envoyais valser à l’autre bout de la pièce. Je me relevais, assise sur mon lit, la tête entre mes mains. Il fallait que je le retrouve. Il fallait que je lui parle. Je sentais que c’était vital. Pieds nus et juste en nuisette, je sortais de ma chambre, marchant rapidement vers la sienne. Un garçon d’étage me reluqua discrètement, je ne broncha même pas tant j’étais désemparée. Arrivée devant sa porte, j’hésitais quelques secondes avant de toquer. Je soupirais et cogna finalement mes phalanges contre sa porte. Il n’ouvrait pas. Il devait surement dormir, tant pis. Je tournais les talons, mais j’entendis la porte s’ouvrir. Je sursautais, me retourna aussitôt presque surprise. « Alejandro ? » Je reprenais ma respiration, restant dans l’encadrement de sa porte, les yeux baissés. J’attendais quelques secondes, ne sachant pas par où commencer. « J’ai peur. Oui, j’ai peur. T’es arrivé comme ça, je ne t’avais rien demandé, tout allait très bien pour moi, dans ma vie en général, et il s’est passé tout ça, et maintenant tu me demandes de continuer, sauf que moi … je ne peux pas. Ce n'est pas moi, ça et personne ne me brise mon coeur, tu comprends ? Alors on fait comment maintenant ? » Je venais d'en dire beaucoup trop, j'étais très mal à l'aise. Je le regardais finalement, pas totalement sure que ma phrase ait eu un quelconque sens, mais je le regardais. J’attendais une réponse.


LOYALS.


@Alejandro Ortega
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t67871-alejandro-ortega-marlon-teixeira?highlight=alejandro http://www.i-love-harvard.com/t25431-alejandro-ortega-principe-sin-corona http://www.i-love-harvard.com/t25432-alejandro-ortega-456-225-0705?highlight=alejandro http://www.i-love-harvard.com/t62051-http-instagram-com-7alejandroortega7
avatar
CITIZEN - BOSTON
Alejandro Ortega
CITIZEN - BOSTON
J'ai : 26 ans et je vis à : à Boston en colocation avec Leah. . J'ai posé mes affaires ici le : 27/01/2014 et depuis, j'ai posté : 5092 messages et gagné : 110 points. Actuellement, je suis : étudiant de dernière et côté coeur, je suis : Célibataire Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : ESTJ . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Marlon Teixeira ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : Nick , et un grand merci à : PyT ✽ DC/TC : : Aucun

“Be yourself; everyone else is already taken.”


ALEJANDRO ORTEGA
★ 25 ans ★ Espagnol ★ A obtenu son diplôme en droit d'Harvard ★ Petit fils d'Amancio Ortega, homme le plus riche d'Europe ★ Réputation d'étudiant sérieux ★ Plutôt fêtard, merci année sabattique ★ Passionné ★ Intelligent ★ Posé ★ Patient ★ Fier ★ Rancunier ★ Orgueilleux ★ Prétentieux ★ Soif de vivre ★ Aime la voile ★ Aime la littérature★ Aime le vin, la bonne bouffe ★ Adore la musique ★ Adore la danse ★ A été en couple à de nombreuses reprises ★ Aime les sports aquatiques ★ Parle espagnol, portugais, italien, français et anglais. ★ Chaleureux avec ses proches, il peut se montrer plus distant avec les autres.

LOVE IS SEX, SEX IS LOVE
Leah Garcia, amie d'enfance, amie avec qui j'ai une aventure présentement. On habite ensemble à Boston, cela fait des flammèches!
Au printemps passé, je suis allé à une soirée musicale et j'y ai rencontré Sheila Sorabella. J'étais au piano, elle a chanté avec moi, une bien jolie symbiose, qui s'est poursuivi jusque chez elle et toute la nuit. Depuis, nous nous sommes revus, particulièrement au Spring Break. Au même Spring Break, j'ai fait la rencontre de Harper E. Kennedy. On a navigué à travers les îles Apagos ensemble et si l'aventure s'est conclue par un détour à la clinique médicale, je voulais la revoir et nous nous sommes revus. Est-ce que le coup de foudre existe? Tout semblait nous opposer, Milena Cohan et moi. Pourtant, grâce à un malheureux travail d'études que nous avons dû faire ensemble, nous nous sommes rapprochés et compris d'une certaine façon. À l'Halloween 2017, nous avons franchi le cap de l'amitié pour devenir amant/ami. Une relation brève, puisque Milena a trouvé l'amour, mais depuis, nous entretenons une belle amitié. J'ai eu une aventure d'une nuit il y a fort longtemps avec Willow S-Prada, que je pourrais bien recroiser à Harvard. Lors d'un été, j'ai eu une brève aventure avec Leevy W. Cartwith.

KEEP YOUR FRIENDS CLOSE
Mon ancien bizut et bon ami Tate L.Murray, que je vois moins souvent depuis que je ne suis plus Eliot, mais nos liens sont toujours aussi fort. Je fais souvent des sorties culturelles avec mon amie et passionnée d'art Rosie Reynolds. À un bal il y a plusieurs années maintenant, je me suis improvisé le cavalier de Sally A. Mendoza et depuis, on continue de se voir à l'occasion, mais je crois que dernièrement, nous nous sommes perdus de vue.


OTHER RELATIONSHIPS
Il y a quelques années, j'ai eu la chance de donner des petits cours d'espagnol à Maggie Clayton en échange de son aide pour un design. Maxym S. McAllister et moi ne nous entendons pas très bien depuis notre confrontation publique à la Eliot House. Une autre dunster Marla Witherspoon, devient toute timide chaque fois que je suis proche et j'avoue que je m'amuse de cela. Hazel N. Pennington est mon ex'. Elle et moi sommes sortis ensemble pendant presque un an, avant que je ne la laisse. C'est triste, mais la passion n'y était plus et c'est mon carburant en amour.Et enfin, la lie de l'humanité, Andrew R. Windsor. Je connais le vrai visage de cet homme et laissait moi vous dire qu'il vaut mieux se tenir loin de lui. C'est un salaud de la pire espèce.




Spoiler:
 


(#) Mer 14 Mar - 22:04
I didn't forget about you
— with Harper

Alejandro fronça les sourcils à son tour. Elle le traite comme un moins que rien, fait presque semblant qu'il n'y a rien entre eux, lui fait comprendre qu'ils ont passé quelques minutes ensemble et c'est tout et maintenant, quand il lui dit qu'elle a réussi son coup, à savoir, se faire détester, elle semblait presque déçue.

-Je ne sais pas, à toi de me le dire?

Cette conversation ne menait à rien. Ils étaient tous les deux têtus déjà, mais Harper semblait inflexible, décidée à lui faire comprendre qu'il valait mieux qu'il l'oublie. Alors Alejandro va faire ce que tant d'hommes font dans une situation pareille: prendre un verre. Oh, il ne comptait pas se saouler, juste... décompresser quoi. Heureusement, son amie se pointe et parler des photos, du succès de la fête lui permit d'être un peu moins malheureux, pour autant. Incapable de se sortir Harper de la tête, Alejandro continua quand même de boire, danser, fêter, prendre des clichés quand il le pouvait. Seulement, au fil des heures qui passaient, le cœur n'y était plus vraiment. D'habitude, il pouvait fêter, danser et boire jusqu'aux petites heures du matin, mais cette fois, à onze heures, plaidant la fatigue, il quittait ses amis pour rentrer seul à sa chambre. L'envie d'appeler Sheila se fit sentir et il vit d'ailleurs les textos qu'elle lui avait envoyé, mais la vérité, c'était qu'en ce moment, Alejandro avait besoin d'être seul.

Après une bonne douche, un dernier verre de vin pour se détendre sur le balcon, le regard vers la mer et le ciel étoilé, le beau brun alla se coucher, ne portant que son bas de pyjama gris. Demain, il se promettait d'être de bonne humeur, de profiter, de peut-être même passer la journée avec Sheila. Il ne laisserait pas cette Eliot lui cacher son dernier Spring Break d'étudiant.

4h 10 du matin 11 mars, on cogne à sa porte. Alejandro dormait profondément, mais le bruit le réveilla quand même, déjà un petit miracle. Il se demandait presque, réveillé en sursaut, s'il n'avait pas rêvé qu'on cognait à sa porte. Et si..? Le jeune homme se lève, mais vite son haut gris enfilé rapidement et et allait vite à sa porte qu'il ouvrit à temps pour voir...

-Harper?

Qu'est-ce qu'elle faisait là, en tenue de nuit, essoufflée? Cette fille veut le rendre fou c'est ça? Il allait lui faire remarquer qu'il est quatre heures du matin, quand la jeune femme se lance dans une tirade qui le laisse bouche bée, certains éléments lui échappant, tout endormi qu'il était, mais à la fin de tout cela, il était bien réveillé. La surprise était totale.

-Doucement, je dormais il y a pas dix secondes.


Il a quand même saisi certains trucs et la jeune femme avouait avoir peur, craindre qu'il lui brise le cœur. Apparemment, il avait viré son petit monde sans dessus-dessous. Il se passe la main derrière la nuque et tente une réponse à la question qu'elle avait lancée.

-On fait comment... En y allant une étape à la fois? À ton rythme? Si ça peut te consoler, on est deux à être bouleversés.

C'était encore récent, mais le beau brun l'avait vraiment dans la peau comme on dit. Déjà, une part de lui criait de joie à la voir devant lui, qu'elle ait cogné à sa porte et tout. D'ailleurs, Alejandro s'écarte pour l'inviter à entrer:

-Entres, je t'en prie. On ne va pas discuter dans le corridor.

Une fois Harper entrée et la porte fermée, il voyait plus clair pour ainsi dire et ne pouvait s'empêcher de la trouver sexy dans sa nuisette violette. Oui, c'est hors propos en ce moment, mais voilà, les yeux regardent.

-Je crois que tu vois tout cela comme une montagne Harper et je comprends tes craintes, vraiment. Faut revenir à l'essentiel, l'important. Je te plais, tu me plais, à partir de là, il y a un monde de possible.


Une part du jeune homme ne pouvait s'empêcher d'avoir hâte de retourner se coucher.


LOYALS.


@Harper Eleanor F. Kennedy




Príncipe sin corona
Leñador, no tales el pino, que un hogar hay dormido en su copa. Señora abubilla, señor gorrión, hermana mía calandria, sobrina del ruiseñor; ave sin cola, martín-pescador, parado y triste alcaraván; ¡a volar, pajaritos, a la mar!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(#) Mer 14 Mar - 22:31
Invité
I didn't forget about you
— with Alejandror

Cette nuit là, rien n’était au clair dans ma tête. Etait-ce les restes de cette noix de coco ? Il avait l’air fatigué, je l’avais réveillé en pleine nuit après tout. A vrai dire, je ne savais même pas ce que j’étais venue faire là, comme si mon corps ne répondait plus à mon cerveau, et ça faisait quelques jours que j’étais dans cet état. Je soupirais devant sa proposition de passer d’étape en étape « J’aimerais tellement que ce soit aussi simple … » Je me brisais le coeur toute seule. Véritablement, je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait, je ne me reconnaissais plus. J’étais en pleine crise, et ce n’était pas comme d’habitude. Il n’avait aucune idée que j’étais malade, et je ne savais pas comment le lui expliquer. Après tout, pour lui, nous nous étions rencontrés quelques jours plus tôt seulement. Il devait me trouver absurde de me mettre dans des états pareils. D’ailleurs je sentais mon pouls s’accélérer. Normalement, je me ficherais totalement de le revoir ou pas, de lui faire du mal ou pas, mais là … C’était différent. Je crois que j’avais eu le coup de foudre, et le fait de m’en rendre compte me poussais à lui barrer la route. Le contrôle m’échappais et je paniquais. Au moins je commençais à prendre conscience de la situation. Tout allait à une vitesse folle dans ma tête. J’avais parlé trop vite. Un toc de surdoués. Un très mauvais toc. Il m’invitait tout de même à rentrer. Je m’exécutais. Je faisais les cents pas devant lui alors qu’il était assis, à m’observer. J’avais l’air d’une folle. Clairement, vomir mes cachets n’avait pas été l’idée du siècle. Je l’écoutais me dire que je me faisais une montagne de rien du tout. Il n’avait pas tort, mais je n’y pouvais vraiment rien. J’étais comme ça, je ne contrôlais plus rien. Je paniquais. Passais ma main dans mes cheveux avant qu’elle ne s’arrêtent sur mon visage. Puis je décidais finalement de m’arrêter quelques secondes devant lui, essayant de me calmer. « D’accord. Je vais tenter d’être plus claire. Il s’est passé un truc cette nuit là, c’est évident. Et probablement que je n’arriverai plus jamais à me sortir ça du crâne. Tu m’as véritablement séduite, Alejandro. Rien de tout ça ne m’était arrivé auparavant. Jamais. Et j’ai peur maintenant. Et ça non plus, ça ne m’était encore jamais arrivé de dire toutes ces choses aussi franchement. On ne se connait que depuis quelques jours, après tout et déjà, je ne me reconnais plus, tu te rends compte ? C’est très mauvais signe. On ne peut juste pas continuer à se voir, je t’en supplie. Efface mon numéro et passe à autre chose, que je puisse faire de même de mon côté. Tout ce dont j’ai besoin là maintenant, c’est de ne plus t’avoir dans la tête… Dis-toi que tout ça n’était qu’une erreur .. » Je continuais en riant nerveusement, au bord des larmes. « Tout le monde fait des erreurs au Spring Break … c’est si banal … Mais je veux une vie paisible. Et toi .. moi … » Je soupirais, reprenais ma respiration. J’étais censée être la froide Harper, la reine des glaces, et il m’enlevait mon identité même. Je me rendais compte de son état de fatigue et abandonnais. De toute manière, vu ma prestation de ce soir, à la pool party et dans cette chambre, au vu de mes sautes d’humeur, il aura très vite compris à quel genre de personne il a à faire, et abandonnera à son tour. Tellement de filles à Harvard, tellement de filles saines d’esprit. « Pardon … je vois bien que tu es fatigué … Je t’ai réveillé, je te laisse te rendormir. » J’avais dit ce que j’avais à dire. Pas besoin d’en rajouter une couche. J’étais prête à quitter sa chambre, j’allais pouvoir enterrer cette histoire dans une boite pour ne plus jamais la ressortir, l’espérais-je, et peut-être enfin trouver le sommeil.


LOYALS.


@Alejandro Ortega
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: RPs-
Sauter vers: