informations
Cette nouvelle version est signée persona. Nous remercions également cc crush (listings des membres), ange tuteur (messenger) et never utopia (barre latérale) pour leurs aides précieuse. N'oubliez pas, qui dit été dit summer camp. Il est temps de profiter du soleil et d'ouvrir un max de rp pour faire bronzette sur le forum.



 

 ::  :: Notification : demande d'ami :: les étudiants Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alan Landrum ► Destiny is bullshit

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 30 ... 60  Suivant
SUMMER CAMP AT HOME
Alan Landrum
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t77833-alan-landrum-destiny-is-bullshit http://www.i-love-harvard.com/t95663-alan-landrum-456-598-2411 http://www.i-love-harvard.com/t85705-http-formspring-me-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77917-http-instagram-com-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77915-snap-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t83729-alan-landrum
On s'connaît ? Je crois que je t'ai vu à : Orlando $ de côté ! Tu peux m'appeler : Alanounet , j'ai : 24 ans, et si t'es curieux, je suis : amoureux d'une fille qui est à des kilomètres de moi désormais. Je viens de : New York , dans la vie, je suis : étudiant et interne en médecine et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Dane DeHaan

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Kevin, Keke, Kev... , fidèle au poste sous ce compte depuis le : 17/07/2017 , d'où les : 7211 messages, dont : 5 rps ce mois-ci. merci aux doigts de fée de : Acid Rain pour le profil ♥ . Pour finir, je joue également : Dylan W. Thomas

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Original
ALAN LANDRUM
Alan Landrum ► Destiny is bullshit 1467464190-signatest
Come here and read me,
I tell you a story.

Je ne saurais dire pourquoi je vous raconte tout ça, peut-être qu’en un sens ça me libère d’un poids, qu’en parler me donne l’impression de me débarrasser de tout ce poids qui peut peser sur mes épaules par moments. Certains trouveront surement cela ennuyeux et sans le moindre intérêt, partiront avant même la fin de cette histoire, mais vous ne saurez pas ce qui fait ce que je suis dans ce cas, vous ne connaitrez pas les péripéties qui ont forgés l’homme fragile qui se cache derrière ce visage que je montre au monde. Ce ne serait pas une grande perte, je vous l’accorde volontiers, mais s’il vous plaît, lisez ça jusqu’au bout…

Je suis un natif de la Grosse Pomme, New York pour ceux qui ne connaîtrait pas son surnom, et j’étais persuadé de vivre dans un environnement familiale stable, de recevoir tout l’amour dont un enfant a besoin. Mais ça, c’est jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre que le vrai visage de mon père n’était pas celui qu’il montrait tous les jours au monde. Une fois à la maison, la bouteille se vidait à une vitesse folle et finalement, les coups ont plu sur le visage de ma mère aussi vite que les gouttes s’écrasaient sur la fenêtre de ma chambre ce soir là. Vous avez idée ce que ça fait pour un enfant d’entendre le poing de son père s'écraser contre la mâchoire de sa Maman ? Un traumatisme, tout simplement. Il est amusant de se dire que j’ai peur de l’orage depuis ce jour, non pas à cause des éclairs ou du tonnerre, mais parce que cela me rappelle le bruit des coups et les cris de ma mère que j’ai pu entendre cette nuit là alors que je me réfugiais sous ma couette, n’osant pas aller lui venir en aide.

Il est beaucoup plus triste cependant de savoir qu’il a fallu que ma mère tombe gravement malade pour enfin fuir ce père indigne et violent, fuyant jusqu’en Californie à l’âge de mes 12 ans pour que ma mère soit hospitalisé dans un centre spécialisé adaptés à ses besoins. Étonnamment, c’est durant ces années là que nous avons été le plus heureu ma mère et moi, me glissant dans son lit d’hôpital chaque nuit tandis qu’elle me contait des histoires comme elle savait si bien le faire, ne parvenant même pas à m’endormir tant ces dernières étaient intéressantes. Cependant, quelques années plus tard, à mes 18 ans plus exactement, elle m’a forcé à suivre mon rêve, à la laisser et à intégrer le cursus de médecine à Harvard. Les séparations ont été difficiles, mais elle avait toujours le dernier mot, je ne pouvais lutter contre elle. J’ai donc accepté de mettre des milliers de kilomètres entre nous, non sans lui promettre de parvenir à trouver moi-même un moyen de la soigner le jour où je serais devenus médecin. Quel imbécile je faisais franchement… Je le suis sûrement encore aujourd’hui d’ailleurs.

Néanmoins, je ne peux nier que mes années à Harvard sont joyeuses, surtout les premières. Retrouver mon ami d’enfance en ces lieux fut une de mes plus grande joie après toutes ces années. Qui aurait cru que le modeste Landrum aurait pour meilleur ami l’héritière de la famille Kennedy ? Même moi j’ai encore du mal à y croire. Evidemment, il y a eu des hauts et des bas, surtout en amour. L’amour… Un concept étrange quand on y pense non ? J’ai eu ma première petite-amie très tard, elle était en premier lieu une très bonne amie puis cela a évolué dans une relation amoureuse que je pensais être la bonne. Le naïf que je suis s’est encore fait avoir, la demoiselle me laissant une simple lettre pour m’avouer qu’elle m’avait trompé et qu’elle quittait l’état, que je ne la reverrais plus jamais. Toujours est-il que je pourrais presque la remercier, parce que je n’aurais jamais rencontré celle que je considère désormais comme l’amour de ma vie: Rain. Je ne vous cacherais pas que cela a parfois était tumultueux, le voyage n’était pas de tout repos, des baffes dans la gueule, des cris, des secrets, des pleurs parfois même. Mais l’aboutissement en valait la peine. Certains diront que je suis fou, parce que je ne sais même plus où se trouve cette femme en ce moment même, mais je suis sûr de mes sentiments à son égard, tout comme je suis persuadé des siens envers moi. Notre histoire n’as jamais rien eu de conventionnel de toutes façon. Je suis juste certains que je ne pourrais jamais aimer une autre femme comme je l’aime, je me contenterais de cette solitude, me rassurant en me disant qu’une femme en ce monde m’aime d’amour et qui sait, elle se trouveras peut-être sur le pallier de ma porte un jour. Je suis prêt à attendre, peu importe le temps qu’il faudra.

Et pourtant… Des fois je me dis que tout serait plus simple si je mettais un terme à tout ça, une fois pour toutes. Plus de souffrance amoureuse, plus de trou noir dû à un alcoolisme démesuré et surtout, plus d'inquiétude persistante concernant une mère mourante. Je ne ferais que l'accompagner dans ce nouveau voyage que nous ferions une fois de plus côte à côte. Si vous tombez un jour sur ce message, ne vous en faites pas pour moi, réjouissez vous, je suis avec la personne à qui je tiens le plus au monde, et ce pour l'éternité.

(message écrit dans un journal très bien caché pour le moment)




Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
LINK THIS POSTMar 18 Juil - 18:43
Alan LandrumThe darkest nights produce the brightest stars
nom : Landrum
prénom : Alan
âge : 23 ans
orientation : Hétérosexuelle
statut : En couple
groupe : Mather House
nationalité : Américaine
emploi : Interne en médecine
Né un 4 février 1995 (22 ans) à New York, plus précisément le quartier de Wall Street, Alan est le fils d'un riche homme d'affaire et investisseurs. Ce dernier étant absorbé par son travail et par conséquent souvent absent, il infligera à son fils de violentes correction à chaque fois qu'il osera demander plus d'affection de la part de son père. C'est sa mère qui l'éduquera et lui inculquera le bonheur de découvrir de nouvelles choses ou de nouvelles personnes. Sa maman est tout pour lui et il la fera toujours passer en premier. Seulement, depuis quelques années, sa mère est hospitalisée à Los Angeles et Alan ne la voit que très peu. Pensant un temps la suivre en Californie, sa mère lui interdira de renier son objectif d’intégrer Harvard. Cependant, avant de se quitter, Alan promis à la personne qui compte le plus pour lui qu'il réussirait ses études de médecine pour parvenir à la soigner dans un futur proche. Mais le fait est qu'il se voile la face, si les médecins actuels ne peuvent soigner sa mère, Alan n'y parviendra surement jamais... Un jour, sa mère mourra... Cette dernière en est d'ailleurs bien consciente mais connaissant le lien qui l'unit à son fils, elle garde ça sous silence par peur de plonger Alan dans un état émotionnel qui serait dangereux pour lui. Jugeant son père en grande partie responsable de l'état de sa mère, il le reniera lui et sa fortune. Après sa rupture avec Absolem, il a plongé dans l'alcool et aujourd'hui, même s'il n'est plus considéré comme un alcoolique, il boit un ou deux verres par jour pour ne plus ressentir ce sentiment de manque qui lui déplaît fortement.
Caractère: Grand rêveur ✪ Optimiste ✪ Naïf dans certaines situations ✪ Curieux de tout ce qui l'entoure, parfois de façon excessive ✪ Aime faire de nouvelles rencontres pour découvrir de nouvelles personnalités ✪ Fidèle ✪ Ses amis peuvent compter sur lui ✪ Mesuré ✪ Jauge assez bien les gens ✪ Maladroit ✪ Aide son prochain ✪ Gros gourmand.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

En plus: Pensionnaire de la Mather House ✪ Etudiant / Interne en 4éme année de médecine ✪ Hétérosexuel ✪ Souhaite absolument rendre fier sa mère ✪ Piètre danseur ✪ Avait une chatte du nom de Chipie mais cette dernière est décédée. ✪ A connu une grosse période d'alcoolisme après une rupture ✪ Boit un à deux verres par jour pour ne pas ressentir l'effet de manque qui lui déplaît tant.
code by EXORDIUM.





Alan Landrum ► Destiny is bullshit 2511619667 Love Alan Landrum ► Destiny is bullshit 2511619667
Rain S. WilkinsPetite-amie
Quand Alan était au plus bas, Rain est une des rares à ne pas l'avoir pris en pitié. Au contraire, elle s'est intéressé au jeune homme et il en fit très vite de même, attiré par cette attitude joueuse dont elle faisait preuve. Les multiples rendez-vous entre les deux ont créés une attirance mutuelle et ont finit par sortir ensemble. Malades de l'amour depuis leurs déconvenues respectives, ces deux là ne s'avoueront jamais qu'ils s'aiment, mais inconsciemment, toutes les attentions qu'ils peuvent avoir l'un envers l'autre sont en quelque sorte un aveu.

Poppy RedmayneAmourette de jeunesse
Lors d'un été, Poppy est venu rendre visite à sa soeur et les deux gamins, déjà amis, se sont découverts des sentiments amoureux. Ils ont vécu une histoires d'amour de gosse pendant tout l'été avant que Poppy ne reparte. Si cette histoire n'a pas perduré par la suite, ils ont toujours gardés contact et les deux amis se retrouvent désormais à Harvard pour leur plus grande joie.  

Arizona Harper-DuvalAmour impossible
S'ils avaient été libres au même moment, nul doute qu'Alan et Arizona auraient finis en couple. Seulement, le jeune homme était en couple quand Arizona lui a déclaré ses sentiments et s'est vu dans l'obligation de lui dire que cela n'irait pas plus loin. Aujourd'hui, après une période o ils ne se parlaient plus, Alan considère de nouveau Arizona comme une de ses plus grandes amies.  


Alan Landrum ► Destiny is bullshit 3726602647  BFF  Alan Landrum ► Destiny is bullshit 3726602647
Piper J. RedmayneGrande sœur de cœur
S'il y en a bien une qui atteint le niveau de sa mère dans son coeur, c'est bien Piper. Il connait la jeune femme depuis qu'ils sont gamin, la fillette venant prendre sa défense quand une bande de petits garnement étaient en train de le violenter. Ces deux là passaient toutes leurs journées ensemble, Piper apprenant à Alan à s'affirmer, à ne plus se laisser faire. Il la considère comme sa grande sœur, comme un membre de sa famille et serait prêt à tout pour elle.  

Lenny J. MalcolmBro'
Les deux jeunes hommes ne se ressemblent pas plus que ça, et pourtant, des événements de leurs passés respectifs très semblables les ont fortement rapprochés. Ils se comprennent sans avoir à se parler et savent qu'ils seront toujours là l'un pour l'autre en cas de soucis. Lenny a même demandé à Alan de devenir le parrain de l'une de ses filles, proposition qu'il a accepté avec la plus grande joie.  

Angel DamonP'tit ange
Residant à New York étant gamine, son caractère a tout de suite plus au fils Landrum et ils sont devenue très proche. Ils ont passés une grande partie de leurs enfance ensemble et lorsqu'Alan a déménagé, Angel n'a jamais cessé de prendre de ses nouvelles. Il a l'habitude de la surnommer son "p'tit ange" et c'est avec le plus grand plaisir qu'il l'a retrouvé à Harvard. 

Ariana UnderwoodMeilleure amie
Ariana est la première fille à qui Alan a parlé en arrivant à Harvard. D'amie, elle est devenue sa meilleure amie et des sentiment naissant pour la belle lui faisait qu'il pourrait sortir un jour avec elle. Seulement, Alan a mis trop de temps à se déclarer et Ariana est sortit avec son premier petit-ami... Ils se sont éloignés sans réelle raison explicable suite à cela, mais lorsque la demoiselle a eu besoin de lui, Alan n'a pas hésité une seule seconde à revenir vers elle. La jeune femme est redevenue sa meilleure amie désormais et ils espèrent qu'ils ne se quitteront plus comme ils l'ont fait par le passé. 


code by EXORDIUM.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
Invité
Invité
LINK THIS POSTMer 19 Juil - 13:54
Futur Mather, i want (emo)
Revenir en haut Aller en bas
SUMMER CAMP AT HOME
Alan Landrum
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t77833-alan-landrum-destiny-is-bullshit http://www.i-love-harvard.com/t95663-alan-landrum-456-598-2411 http://www.i-love-harvard.com/t85705-http-formspring-me-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77917-http-instagram-com-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77915-snap-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t83729-alan-landrum
On s'connaît ? Je crois que je t'ai vu à : Orlando $ de côté ! Tu peux m'appeler : Alanounet , j'ai : 24 ans, et si t'es curieux, je suis : amoureux d'une fille qui est à des kilomètres de moi désormais. Je viens de : New York , dans la vie, je suis : étudiant et interne en médecine et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Dane DeHaan

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Kevin, Keke, Kev... , fidèle au poste sous ce compte depuis le : 17/07/2017 , d'où les : 7211 messages, dont : 5 rps ce mois-ci. merci aux doigts de fée de : Acid Rain pour le profil ♥ . Pour finir, je joue également : Dylan W. Thomas

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Original
ALAN LANDRUM
Alan Landrum ► Destiny is bullshit 1467464190-signatest
Come here and read me,
I tell you a story.

Je ne saurais dire pourquoi je vous raconte tout ça, peut-être qu’en un sens ça me libère d’un poids, qu’en parler me donne l’impression de me débarrasser de tout ce poids qui peut peser sur mes épaules par moments. Certains trouveront surement cela ennuyeux et sans le moindre intérêt, partiront avant même la fin de cette histoire, mais vous ne saurez pas ce qui fait ce que je suis dans ce cas, vous ne connaitrez pas les péripéties qui ont forgés l’homme fragile qui se cache derrière ce visage que je montre au monde. Ce ne serait pas une grande perte, je vous l’accorde volontiers, mais s’il vous plaît, lisez ça jusqu’au bout…

Je suis un natif de la Grosse Pomme, New York pour ceux qui ne connaîtrait pas son surnom, et j’étais persuadé de vivre dans un environnement familiale stable, de recevoir tout l’amour dont un enfant a besoin. Mais ça, c’est jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre que le vrai visage de mon père n’était pas celui qu’il montrait tous les jours au monde. Une fois à la maison, la bouteille se vidait à une vitesse folle et finalement, les coups ont plu sur le visage de ma mère aussi vite que les gouttes s’écrasaient sur la fenêtre de ma chambre ce soir là. Vous avez idée ce que ça fait pour un enfant d’entendre le poing de son père s'écraser contre la mâchoire de sa Maman ? Un traumatisme, tout simplement. Il est amusant de se dire que j’ai peur de l’orage depuis ce jour, non pas à cause des éclairs ou du tonnerre, mais parce que cela me rappelle le bruit des coups et les cris de ma mère que j’ai pu entendre cette nuit là alors que je me réfugiais sous ma couette, n’osant pas aller lui venir en aide.

Il est beaucoup plus triste cependant de savoir qu’il a fallu que ma mère tombe gravement malade pour enfin fuir ce père indigne et violent, fuyant jusqu’en Californie à l’âge de mes 12 ans pour que ma mère soit hospitalisé dans un centre spécialisé adaptés à ses besoins. Étonnamment, c’est durant ces années là que nous avons été le plus heureu ma mère et moi, me glissant dans son lit d’hôpital chaque nuit tandis qu’elle me contait des histoires comme elle savait si bien le faire, ne parvenant même pas à m’endormir tant ces dernières étaient intéressantes. Cependant, quelques années plus tard, à mes 18 ans plus exactement, elle m’a forcé à suivre mon rêve, à la laisser et à intégrer le cursus de médecine à Harvard. Les séparations ont été difficiles, mais elle avait toujours le dernier mot, je ne pouvais lutter contre elle. J’ai donc accepté de mettre des milliers de kilomètres entre nous, non sans lui promettre de parvenir à trouver moi-même un moyen de la soigner le jour où je serais devenus médecin. Quel imbécile je faisais franchement… Je le suis sûrement encore aujourd’hui d’ailleurs.

Néanmoins, je ne peux nier que mes années à Harvard sont joyeuses, surtout les premières. Retrouver mon ami d’enfance en ces lieux fut une de mes plus grande joie après toutes ces années. Qui aurait cru que le modeste Landrum aurait pour meilleur ami l’héritière de la famille Kennedy ? Même moi j’ai encore du mal à y croire. Evidemment, il y a eu des hauts et des bas, surtout en amour. L’amour… Un concept étrange quand on y pense non ? J’ai eu ma première petite-amie très tard, elle était en premier lieu une très bonne amie puis cela a évolué dans une relation amoureuse que je pensais être la bonne. Le naïf que je suis s’est encore fait avoir, la demoiselle me laissant une simple lettre pour m’avouer qu’elle m’avait trompé et qu’elle quittait l’état, que je ne la reverrais plus jamais. Toujours est-il que je pourrais presque la remercier, parce que je n’aurais jamais rencontré celle que je considère désormais comme l’amour de ma vie: Rain. Je ne vous cacherais pas que cela a parfois était tumultueux, le voyage n’était pas de tout repos, des baffes dans la gueule, des cris, des secrets, des pleurs parfois même. Mais l’aboutissement en valait la peine. Certains diront que je suis fou, parce que je ne sais même plus où se trouve cette femme en ce moment même, mais je suis sûr de mes sentiments à son égard, tout comme je suis persuadé des siens envers moi. Notre histoire n’as jamais rien eu de conventionnel de toutes façon. Je suis juste certains que je ne pourrais jamais aimer une autre femme comme je l’aime, je me contenterais de cette solitude, me rassurant en me disant qu’une femme en ce monde m’aime d’amour et qui sait, elle se trouveras peut-être sur le pallier de ma porte un jour. Je suis prêt à attendre, peu importe le temps qu’il faudra.

Et pourtant… Des fois je me dis que tout serait plus simple si je mettais un terme à tout ça, une fois pour toutes. Plus de souffrance amoureuse, plus de trou noir dû à un alcoolisme démesuré et surtout, plus d'inquiétude persistante concernant une mère mourante. Je ne ferais que l'accompagner dans ce nouveau voyage que nous ferions une fois de plus côte à côte. Si vous tombez un jour sur ce message, ne vous en faites pas pour moi, réjouissez vous, je suis avec la personne à qui je tiens le plus au monde, et ce pour l'éternité.

(message écrit dans un journal très bien caché pour le moment)




Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
LINK THIS POSTMer 19 Juil - 14:34
J. Sage Bushnell a écrit:
Futur Mather, i want (emo)

Ton profil dit: "la pire des Mathers", ça fait un peu peur quand même :ôô: Alan Landrum ► Destiny is bullshit 1091913718
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
Invité
Invité
LINK THIS POSTMer 19 Juil - 15:31
@Alan Landrum T'as de quoi avoir peur Alan Landrum ► Destiny is bullshit 152426858
Mais Sage elle est trop cool et gentille comparé à Hippo Alan Landrum ► Destiny is bullshit 550846730
Revenir en haut Aller en bas
SUMMER CAMP AT HOME
Alan Landrum
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t77833-alan-landrum-destiny-is-bullshit http://www.i-love-harvard.com/t95663-alan-landrum-456-598-2411 http://www.i-love-harvard.com/t85705-http-formspring-me-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77917-http-instagram-com-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77915-snap-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t83729-alan-landrum
On s'connaît ? Je crois que je t'ai vu à : Orlando $ de côté ! Tu peux m'appeler : Alanounet , j'ai : 24 ans, et si t'es curieux, je suis : amoureux d'une fille qui est à des kilomètres de moi désormais. Je viens de : New York , dans la vie, je suis : étudiant et interne en médecine et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Dane DeHaan

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Kevin, Keke, Kev... , fidèle au poste sous ce compte depuis le : 17/07/2017 , d'où les : 7211 messages, dont : 5 rps ce mois-ci. merci aux doigts de fée de : Acid Rain pour le profil ♥ . Pour finir, je joue également : Dylan W. Thomas

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Original
ALAN LANDRUM
Alan Landrum ► Destiny is bullshit 1467464190-signatest
Come here and read me,
I tell you a story.

Je ne saurais dire pourquoi je vous raconte tout ça, peut-être qu’en un sens ça me libère d’un poids, qu’en parler me donne l’impression de me débarrasser de tout ce poids qui peut peser sur mes épaules par moments. Certains trouveront surement cela ennuyeux et sans le moindre intérêt, partiront avant même la fin de cette histoire, mais vous ne saurez pas ce qui fait ce que je suis dans ce cas, vous ne connaitrez pas les péripéties qui ont forgés l’homme fragile qui se cache derrière ce visage que je montre au monde. Ce ne serait pas une grande perte, je vous l’accorde volontiers, mais s’il vous plaît, lisez ça jusqu’au bout…

Je suis un natif de la Grosse Pomme, New York pour ceux qui ne connaîtrait pas son surnom, et j’étais persuadé de vivre dans un environnement familiale stable, de recevoir tout l’amour dont un enfant a besoin. Mais ça, c’est jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre que le vrai visage de mon père n’était pas celui qu’il montrait tous les jours au monde. Une fois à la maison, la bouteille se vidait à une vitesse folle et finalement, les coups ont plu sur le visage de ma mère aussi vite que les gouttes s’écrasaient sur la fenêtre de ma chambre ce soir là. Vous avez idée ce que ça fait pour un enfant d’entendre le poing de son père s'écraser contre la mâchoire de sa Maman ? Un traumatisme, tout simplement. Il est amusant de se dire que j’ai peur de l’orage depuis ce jour, non pas à cause des éclairs ou du tonnerre, mais parce que cela me rappelle le bruit des coups et les cris de ma mère que j’ai pu entendre cette nuit là alors que je me réfugiais sous ma couette, n’osant pas aller lui venir en aide.

Il est beaucoup plus triste cependant de savoir qu’il a fallu que ma mère tombe gravement malade pour enfin fuir ce père indigne et violent, fuyant jusqu’en Californie à l’âge de mes 12 ans pour que ma mère soit hospitalisé dans un centre spécialisé adaptés à ses besoins. Étonnamment, c’est durant ces années là que nous avons été le plus heureu ma mère et moi, me glissant dans son lit d’hôpital chaque nuit tandis qu’elle me contait des histoires comme elle savait si bien le faire, ne parvenant même pas à m’endormir tant ces dernières étaient intéressantes. Cependant, quelques années plus tard, à mes 18 ans plus exactement, elle m’a forcé à suivre mon rêve, à la laisser et à intégrer le cursus de médecine à Harvard. Les séparations ont été difficiles, mais elle avait toujours le dernier mot, je ne pouvais lutter contre elle. J’ai donc accepté de mettre des milliers de kilomètres entre nous, non sans lui promettre de parvenir à trouver moi-même un moyen de la soigner le jour où je serais devenus médecin. Quel imbécile je faisais franchement… Je le suis sûrement encore aujourd’hui d’ailleurs.

Néanmoins, je ne peux nier que mes années à Harvard sont joyeuses, surtout les premières. Retrouver mon ami d’enfance en ces lieux fut une de mes plus grande joie après toutes ces années. Qui aurait cru que le modeste Landrum aurait pour meilleur ami l’héritière de la famille Kennedy ? Même moi j’ai encore du mal à y croire. Evidemment, il y a eu des hauts et des bas, surtout en amour. L’amour… Un concept étrange quand on y pense non ? J’ai eu ma première petite-amie très tard, elle était en premier lieu une très bonne amie puis cela a évolué dans une relation amoureuse que je pensais être la bonne. Le naïf que je suis s’est encore fait avoir, la demoiselle me laissant une simple lettre pour m’avouer qu’elle m’avait trompé et qu’elle quittait l’état, que je ne la reverrais plus jamais. Toujours est-il que je pourrais presque la remercier, parce que je n’aurais jamais rencontré celle que je considère désormais comme l’amour de ma vie: Rain. Je ne vous cacherais pas que cela a parfois était tumultueux, le voyage n’était pas de tout repos, des baffes dans la gueule, des cris, des secrets, des pleurs parfois même. Mais l’aboutissement en valait la peine. Certains diront que je suis fou, parce que je ne sais même plus où se trouve cette femme en ce moment même, mais je suis sûr de mes sentiments à son égard, tout comme je suis persuadé des siens envers moi. Notre histoire n’as jamais rien eu de conventionnel de toutes façon. Je suis juste certains que je ne pourrais jamais aimer une autre femme comme je l’aime, je me contenterais de cette solitude, me rassurant en me disant qu’une femme en ce monde m’aime d’amour et qui sait, elle se trouveras peut-être sur le pallier de ma porte un jour. Je suis prêt à attendre, peu importe le temps qu’il faudra.

Et pourtant… Des fois je me dis que tout serait plus simple si je mettais un terme à tout ça, une fois pour toutes. Plus de souffrance amoureuse, plus de trou noir dû à un alcoolisme démesuré et surtout, plus d'inquiétude persistante concernant une mère mourante. Je ne ferais que l'accompagner dans ce nouveau voyage que nous ferions une fois de plus côte à côte. Si vous tombez un jour sur ce message, ne vous en faites pas pour moi, réjouissez vous, je suis avec la personne à qui je tiens le plus au monde, et ce pour l'éternité.

(message écrit dans un journal très bien caché pour le moment)




Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
LINK THIS POSTMer 19 Juil - 15:42
@J. Sage Bushnell : C'est déjà un peu plus rassurant. Alan Landrum ► Destiny is bullshit 1f600

Elle paraissait sympa en plus sur ton avatar et sur la sign' mais j'ai quand même l'impression que c'est le genre de fille gentille qu'il ne faut pas emmerder sous peine de subir sa colère Alan Landrum ► Destiny is bullshit 1f604
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
Invité
Invité
LINK THIS POSTMer 19 Juil - 15:49
@Alan Landrum Ahah, elle est toute kiki Alan Landrum ► Destiny is bullshit 3997999705
Vulgaire, violente mais elle est pas méchante (emo)

Je te donne son résumé Alan Landrum ► Destiny is bullshit 2474380249

Juliette Sage Lewis, née le 31 Octobre 1994 à Chicago, mais elle a vécue en Italie + Elle vient d'une famille pauvre, son père était dans le trafic de drogue et sa mère accumulé deux boulots + Elle a toujours détesté son père, beaucoup absent, beaucoup trop violent, elle a toujours vu son paternel battre sa mère + Elle s'est vite familiariser avec la rue, c'est là où elle se sentait le mieux et pouvait fuir le foyer destructeur + Un jour, elle rentre et voir le corps de sa mère inerte sur le sol et dans un élan de haine, de folie elle pousse son père trop violemment. Un coup fatal pour lui. + Prise de panique, elle quitte les lieux en foutant le feu à l'appartement pour effacer toutes preuves + Après quoi elle quitte l'Italie pour finir ses études à Harvard en Février 2016 où elle intègre la MATHER et devient VP de sa maison + Elle quitte Cambridge peu de temps après, beaucoup trop dévasté par les événements + Elle tombe amoureuse pour la première fois d'un Eliot, tout un monde les séparent mais leur amour est surnaturel + Elle tombe enceinte été dernier, il la trompe et elle perd l'enfant lors d'un viol + Elle a perdue sa virginité avec Arthur lors du Spring break 2016 + Finalement, elle décide de repartir en Italie suite à une mystérieuse lettre de sa grand-mère + Elle apprend là-bas qu'en fait elle a été adopté, et qu'elle reçoit un gros héritage de sa véritable famille + Elle sait aussi qu'elle a deux frères, étudiants à Harvard et c'est pour eux qu'elle fait son grand retour + Elle se drogue, elle en est accroc, elle boit énormément +

++ Loyale ◦ réservée ◦ franche ◦ impulsive ◦ généreuse ◦ pessimiste ◦ rêveuse ◦ téméraire ◦ irresponsable ◦ fêtarde ◦ bordélique ◦ sensible ◦ têtue ◦ mystérieuse ◦ comique.
Revenir en haut Aller en bas
SUMMER CAMP AT HOME
Alan Landrum
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t77833-alan-landrum-destiny-is-bullshit http://www.i-love-harvard.com/t95663-alan-landrum-456-598-2411 http://www.i-love-harvard.com/t85705-http-formspring-me-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77917-http-instagram-com-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77915-snap-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t83729-alan-landrum
On s'connaît ? Je crois que je t'ai vu à : Orlando $ de côté ! Tu peux m'appeler : Alanounet , j'ai : 24 ans, et si t'es curieux, je suis : amoureux d'une fille qui est à des kilomètres de moi désormais. Je viens de : New York , dans la vie, je suis : étudiant et interne en médecine et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Dane DeHaan

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Kevin, Keke, Kev... , fidèle au poste sous ce compte depuis le : 17/07/2017 , d'où les : 7211 messages, dont : 5 rps ce mois-ci. merci aux doigts de fée de : Acid Rain pour le profil ♥ . Pour finir, je joue également : Dylan W. Thomas

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Original
ALAN LANDRUM
Alan Landrum ► Destiny is bullshit 1467464190-signatest
Come here and read me,
I tell you a story.

Je ne saurais dire pourquoi je vous raconte tout ça, peut-être qu’en un sens ça me libère d’un poids, qu’en parler me donne l’impression de me débarrasser de tout ce poids qui peut peser sur mes épaules par moments. Certains trouveront surement cela ennuyeux et sans le moindre intérêt, partiront avant même la fin de cette histoire, mais vous ne saurez pas ce qui fait ce que je suis dans ce cas, vous ne connaitrez pas les péripéties qui ont forgés l’homme fragile qui se cache derrière ce visage que je montre au monde. Ce ne serait pas une grande perte, je vous l’accorde volontiers, mais s’il vous plaît, lisez ça jusqu’au bout…

Je suis un natif de la Grosse Pomme, New York pour ceux qui ne connaîtrait pas son surnom, et j’étais persuadé de vivre dans un environnement familiale stable, de recevoir tout l’amour dont un enfant a besoin. Mais ça, c’est jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre que le vrai visage de mon père n’était pas celui qu’il montrait tous les jours au monde. Une fois à la maison, la bouteille se vidait à une vitesse folle et finalement, les coups ont plu sur le visage de ma mère aussi vite que les gouttes s’écrasaient sur la fenêtre de ma chambre ce soir là. Vous avez idée ce que ça fait pour un enfant d’entendre le poing de son père s'écraser contre la mâchoire de sa Maman ? Un traumatisme, tout simplement. Il est amusant de se dire que j’ai peur de l’orage depuis ce jour, non pas à cause des éclairs ou du tonnerre, mais parce que cela me rappelle le bruit des coups et les cris de ma mère que j’ai pu entendre cette nuit là alors que je me réfugiais sous ma couette, n’osant pas aller lui venir en aide.

Il est beaucoup plus triste cependant de savoir qu’il a fallu que ma mère tombe gravement malade pour enfin fuir ce père indigne et violent, fuyant jusqu’en Californie à l’âge de mes 12 ans pour que ma mère soit hospitalisé dans un centre spécialisé adaptés à ses besoins. Étonnamment, c’est durant ces années là que nous avons été le plus heureu ma mère et moi, me glissant dans son lit d’hôpital chaque nuit tandis qu’elle me contait des histoires comme elle savait si bien le faire, ne parvenant même pas à m’endormir tant ces dernières étaient intéressantes. Cependant, quelques années plus tard, à mes 18 ans plus exactement, elle m’a forcé à suivre mon rêve, à la laisser et à intégrer le cursus de médecine à Harvard. Les séparations ont été difficiles, mais elle avait toujours le dernier mot, je ne pouvais lutter contre elle. J’ai donc accepté de mettre des milliers de kilomètres entre nous, non sans lui promettre de parvenir à trouver moi-même un moyen de la soigner le jour où je serais devenus médecin. Quel imbécile je faisais franchement… Je le suis sûrement encore aujourd’hui d’ailleurs.

Néanmoins, je ne peux nier que mes années à Harvard sont joyeuses, surtout les premières. Retrouver mon ami d’enfance en ces lieux fut une de mes plus grande joie après toutes ces années. Qui aurait cru que le modeste Landrum aurait pour meilleur ami l’héritière de la famille Kennedy ? Même moi j’ai encore du mal à y croire. Evidemment, il y a eu des hauts et des bas, surtout en amour. L’amour… Un concept étrange quand on y pense non ? J’ai eu ma première petite-amie très tard, elle était en premier lieu une très bonne amie puis cela a évolué dans une relation amoureuse que je pensais être la bonne. Le naïf que je suis s’est encore fait avoir, la demoiselle me laissant une simple lettre pour m’avouer qu’elle m’avait trompé et qu’elle quittait l’état, que je ne la reverrais plus jamais. Toujours est-il que je pourrais presque la remercier, parce que je n’aurais jamais rencontré celle que je considère désormais comme l’amour de ma vie: Rain. Je ne vous cacherais pas que cela a parfois était tumultueux, le voyage n’était pas de tout repos, des baffes dans la gueule, des cris, des secrets, des pleurs parfois même. Mais l’aboutissement en valait la peine. Certains diront que je suis fou, parce que je ne sais même plus où se trouve cette femme en ce moment même, mais je suis sûr de mes sentiments à son égard, tout comme je suis persuadé des siens envers moi. Notre histoire n’as jamais rien eu de conventionnel de toutes façon. Je suis juste certains que je ne pourrais jamais aimer une autre femme comme je l’aime, je me contenterais de cette solitude, me rassurant en me disant qu’une femme en ce monde m’aime d’amour et qui sait, elle se trouveras peut-être sur le pallier de ma porte un jour. Je suis prêt à attendre, peu importe le temps qu’il faudra.

Et pourtant… Des fois je me dis que tout serait plus simple si je mettais un terme à tout ça, une fois pour toutes. Plus de souffrance amoureuse, plus de trou noir dû à un alcoolisme démesuré et surtout, plus d'inquiétude persistante concernant une mère mourante. Je ne ferais que l'accompagner dans ce nouveau voyage que nous ferions une fois de plus côte à côte. Si vous tombez un jour sur ce message, ne vous en faites pas pour moi, réjouissez vous, je suis avec la personne à qui je tiens le plus au monde, et ce pour l'éternité.

(message écrit dans un journal très bien caché pour le moment)




Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
LINK THIS POSTMer 19 Juil - 16:02
@N. Hippolyte Dunford : Il y a pas mal de points communs entre nos deux personnages. Si Alan n'est pas aussi excentrique que Juliette (elle est décadente la petite dis donc ! ^^ ), nos deux personnages ont tous les deux une aversion pour leurs pères qui, dans le cas d'Alan, ne se préoccupait pas de lui, trop absorbé par son travail. Et puis elle a l'air attachante, elle est passée par pas mal d'épreuve mais reste forte. Juliette qui est fêtarde ça contraste complètement avec Alan qui n'est pas vraiment dans cet optique. :)


Now the day bleeds into nightfall and you're not here to get me through it all. I let my guard down and then you pulled the rug. I was getting kinda used to being someone you loved...

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
Invité
Invité
LINK THIS POSTMer 19 Juil - 16:07
@Alan Landrum Je t'ai dit qu'elle était chou elle (emo)
Elle s'appelle Sage, Juliette elle utilise pas ce prénom Alan Landrum ► Destiny is bullshit 1365124802 Mais ouais, du coup y'a moyen de faire un truc pas mal entre les deux ! Ils sont différents dans leur style de vie, mais niveau famille c'est un peu le même bordel Alan Landrum ► Destiny is bullshit 550846730 Tu aurais besoin de quel genre de lien pour Alan ? Alan Landrum ► Destiny is bullshit 2511619667
Revenir en haut Aller en bas
SUMMER CAMP AT HOME
Alan Landrum
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t77833-alan-landrum-destiny-is-bullshit http://www.i-love-harvard.com/t95663-alan-landrum-456-598-2411 http://www.i-love-harvard.com/t85705-http-formspring-me-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77917-http-instagram-com-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t77915-snap-alanlandrum http://www.i-love-harvard.com/t83729-alan-landrum
On s'connaît ? Je crois que je t'ai vu à : Orlando $ de côté ! Tu peux m'appeler : Alanounet , j'ai : 24 ans, et si t'es curieux, je suis : amoureux d'une fille qui est à des kilomètres de moi désormais. Je viens de : New York , dans la vie, je suis : étudiant et interne en médecine et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Dane DeHaan

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Kevin, Keke, Kev... , fidèle au poste sous ce compte depuis le : 17/07/2017 , d'où les : 7211 messages, dont : 5 rps ce mois-ci. merci aux doigts de fée de : Acid Rain pour le profil ♥ . Pour finir, je joue également : Dylan W. Thomas

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Original
ALAN LANDRUM
Alan Landrum ► Destiny is bullshit 1467464190-signatest
Come here and read me,
I tell you a story.

Je ne saurais dire pourquoi je vous raconte tout ça, peut-être qu’en un sens ça me libère d’un poids, qu’en parler me donne l’impression de me débarrasser de tout ce poids qui peut peser sur mes épaules par moments. Certains trouveront surement cela ennuyeux et sans le moindre intérêt, partiront avant même la fin de cette histoire, mais vous ne saurez pas ce qui fait ce que je suis dans ce cas, vous ne connaitrez pas les péripéties qui ont forgés l’homme fragile qui se cache derrière ce visage que je montre au monde. Ce ne serait pas une grande perte, je vous l’accorde volontiers, mais s’il vous plaît, lisez ça jusqu’au bout…

Je suis un natif de la Grosse Pomme, New York pour ceux qui ne connaîtrait pas son surnom, et j’étais persuadé de vivre dans un environnement familiale stable, de recevoir tout l’amour dont un enfant a besoin. Mais ça, c’est jusqu’au jour où j’ai commencé à comprendre que le vrai visage de mon père n’était pas celui qu’il montrait tous les jours au monde. Une fois à la maison, la bouteille se vidait à une vitesse folle et finalement, les coups ont plu sur le visage de ma mère aussi vite que les gouttes s’écrasaient sur la fenêtre de ma chambre ce soir là. Vous avez idée ce que ça fait pour un enfant d’entendre le poing de son père s'écraser contre la mâchoire de sa Maman ? Un traumatisme, tout simplement. Il est amusant de se dire que j’ai peur de l’orage depuis ce jour, non pas à cause des éclairs ou du tonnerre, mais parce que cela me rappelle le bruit des coups et les cris de ma mère que j’ai pu entendre cette nuit là alors que je me réfugiais sous ma couette, n’osant pas aller lui venir en aide.

Il est beaucoup plus triste cependant de savoir qu’il a fallu que ma mère tombe gravement malade pour enfin fuir ce père indigne et violent, fuyant jusqu’en Californie à l’âge de mes 12 ans pour que ma mère soit hospitalisé dans un centre spécialisé adaptés à ses besoins. Étonnamment, c’est durant ces années là que nous avons été le plus heureu ma mère et moi, me glissant dans son lit d’hôpital chaque nuit tandis qu’elle me contait des histoires comme elle savait si bien le faire, ne parvenant même pas à m’endormir tant ces dernières étaient intéressantes. Cependant, quelques années plus tard, à mes 18 ans plus exactement, elle m’a forcé à suivre mon rêve, à la laisser et à intégrer le cursus de médecine à Harvard. Les séparations ont été difficiles, mais elle avait toujours le dernier mot, je ne pouvais lutter contre elle. J’ai donc accepté de mettre des milliers de kilomètres entre nous, non sans lui promettre de parvenir à trouver moi-même un moyen de la soigner le jour où je serais devenus médecin. Quel imbécile je faisais franchement… Je le suis sûrement encore aujourd’hui d’ailleurs.

Néanmoins, je ne peux nier que mes années à Harvard sont joyeuses, surtout les premières. Retrouver mon ami d’enfance en ces lieux fut une de mes plus grande joie après toutes ces années. Qui aurait cru que le modeste Landrum aurait pour meilleur ami l’héritière de la famille Kennedy ? Même moi j’ai encore du mal à y croire. Evidemment, il y a eu des hauts et des bas, surtout en amour. L’amour… Un concept étrange quand on y pense non ? J’ai eu ma première petite-amie très tard, elle était en premier lieu une très bonne amie puis cela a évolué dans une relation amoureuse que je pensais être la bonne. Le naïf que je suis s’est encore fait avoir, la demoiselle me laissant une simple lettre pour m’avouer qu’elle m’avait trompé et qu’elle quittait l’état, que je ne la reverrais plus jamais. Toujours est-il que je pourrais presque la remercier, parce que je n’aurais jamais rencontré celle que je considère désormais comme l’amour de ma vie: Rain. Je ne vous cacherais pas que cela a parfois était tumultueux, le voyage n’était pas de tout repos, des baffes dans la gueule, des cris, des secrets, des pleurs parfois même. Mais l’aboutissement en valait la peine. Certains diront que je suis fou, parce que je ne sais même plus où se trouve cette femme en ce moment même, mais je suis sûr de mes sentiments à son égard, tout comme je suis persuadé des siens envers moi. Notre histoire n’as jamais rien eu de conventionnel de toutes façon. Je suis juste certains que je ne pourrais jamais aimer une autre femme comme je l’aime, je me contenterais de cette solitude, me rassurant en me disant qu’une femme en ce monde m’aime d’amour et qui sait, elle se trouveras peut-être sur le pallier de ma porte un jour. Je suis prêt à attendre, peu importe le temps qu’il faudra.

Et pourtant… Des fois je me dis que tout serait plus simple si je mettais un terme à tout ça, une fois pour toutes. Plus de souffrance amoureuse, plus de trou noir dû à un alcoolisme démesuré et surtout, plus d'inquiétude persistante concernant une mère mourante. Je ne ferais que l'accompagner dans ce nouveau voyage que nous ferions une fois de plus côte à côte. Si vous tombez un jour sur ce message, ne vous en faites pas pour moi, réjouissez vous, je suis avec la personne à qui je tiens le plus au monde, et ce pour l'éternité.

(message écrit dans un journal très bien caché pour le moment)




Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
LINK THIS POSTMer 19 Juil - 16:19
@N. Hippolyte Dunford : En fait, comme Alan il n'a pas forcément le caractère fêtard de la plupart des Mathers, il est plus dans le groupe pour son coté ouvert d'esprit et sa solidarité envers sa mère et ses amis. Du coup, je me disais qu'un ami (mec ou femme, le sexe m'importait peu) qui force Alan à se lâcher un peu plus serait intéréssant. Un peu à la manière de Kat dans 13 Reasons Why qui est une amie d'enfance du personnage principal et qui le pousse a faire ce dont il n'a pas l'habitude. (exemple complètement obsolète si tu ne connais pas la série mais je tente quand même XD).
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
Invité
Invité
LINK THIS POSTMer 19 Juil - 20:28
:luv2: :luv2: Puis-je?
Revenir en haut Aller en bas

Alan Landrum ► Destiny is bullshit Empty
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 60Aller à la page : 1, 2, 3 ... 30 ... 60  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: Notification : demande d'ami :: les étudiants-
Sauter vers: