:: your first adventure :: Je passe les SATs :: Présentations archivées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ARTEMIS K. SWAROVSKI ► Allison Williams

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
avatar
Invité
Invité
(#) Sam 1 Juil - 23:58
Invité
artémis katarina
swarovski
feat allison williams
id card
Nom ; Swarovski, lourd de sens, vecteur de responsabilités, un patronyme qu'elle arbore avec fierté, aussi bien pour un dossier administratif que pour une simple partie de bowling Prénom ; Artémis, chasseresse à l'exigence féroce, divinité féministe à la candeur encore totale mais aussi, Katarina, la pureté la plus chaste qu'il soit, catalyseur d'ambition quoiqu'entrave à la frivolité d'une jeunesse insouciante âge ; vingt-et-un printemps, une majorité faiblarde quoiqu'incurablement là orientation sexuelle ; friande observatrice de la gente masculine, elle ne s'est, jusqu'ici, retournée que sur des éphèbes statut social ; relativement aisé, aussi, pour preuve de ce niveau de vie, nous en retournerons au nom qu'elle promène, ici, à Harvard date et lieu de naissance ; 20 janvier 1996, Wattens, Autriche nationalité ; austro-américaine, depuis le temps qu'elle a élu domicile en cette trépidante contrée statut amoureux ; le célibat lui va à ravir études majeures ; le droit, matière qui lui permettra de piloter la gargantuesque entreprise familiale études mineures ; le théâtre, passion assumée de l'enfant qui continue de vivre en elle groupe #1 ; Eliot house groupe #2 ; Dunster house crédits ; shiya + tumblr


ELIOT HOUSE
Son nom parle pour elle. Swarovski. 142 980 650 € de chiffres d'affaires l'an passé rien qu'en France. Une société de renom à la tête de laquelle sera bientôt hissée Artémis. Depuis son plus jeune âge, l'autrichienne s'évertue à apprendre les manières les plus raffinées, à arborer l'élégance la plus délicate. Elle rythme sa vie à l'allure que lui dicte l'entretien de son incommensurable réputation. C'est sans l'ombre d'un doute qu'elle s'écharnera à donner du sien pour cette noble maison. Habituée, dès l'enfance, à tout contrôler, à ce qu'on lui obéisse au doigt et à l'oeil, Artémis a, de toute évidence, sa place parmi les héritiers d'aujourd'hui et dirigeants de demain.

DUNSTER HOUSE
Artémis est une bosseuse invétérée. Première parmi les premiers dans tout ce qu'elle entreprend, elle ne cesse d'étudier que lorsque la fatigue la prend de court. Il faut dire qu'elle doit compter parmi les meilleurs de sa promotion si elle veut honorer son prestigieux patronyme et donc, reprendre l'entreprise familiale en bonne héritière de son très respectable père. Pour elle, le droit n'a plus de secret ... ou presque, elle y travaille encore. Etre entourée d'élèves assidus ne sera que bénéfique pour sa carrière ainsi pour que cette maison à laquelle elle saura contribuer à la sueur de son front, enfin, de son encre.
APRÈS LES AGRESSIONS ET LA PRISE D'OTAGES.
Oh, elle s'en souvient bien. A l'époque, elle entamait sa première année, toute fière et fringante. Quand ces faits divers ont commencés à faire légion, elle est restée apathique, concentrée sur ses études et sur sa petite vie bien rangée. Artémis savait son frère inquiet pour elle mais, la jeune autrichienne se contentait de le rassurer de ses plus belles paroles, continuant de sortir à outrance. Un soir de fête, elle rentra seule, téméraire comme elle l'était. C'est alors que ce qui relevait de la rumeur devint réalité. Elle allait se faire agresser, pire encore peut être ... quand son frère s'est interposé. Il a réussi à neutraliser son assaillant mais, s'est retrouvé blessé. Artémis s'en est voulu. Culpabilité quand tu nous tiens. Depuis, elle ne rentre plus seule, ni trop tard. A moins que ...
APRÈS LE TREMBLEMENT DE TERRE AU CHILI.
Elle n'a pas essuyé ce tragique évènement. Pourquoi ? Et bien, tout simplement parce qu'elle avait rejoint son père en voyage d'affaires, à Paris. Elle y a dégusté les mets les plus fins, est partie cluber avec quelques copines autrichiennes au moins aussi riches qu'elle, a visité le Sacré Coeur et ... oh pardon, quelle était la question déjà ? Ah oui, le tremblement de terre. Et bien, à part quelques amis à elle qui s'en sont sortis indemnes, elle n'en a rien retenu puisqu'elle savait les personnes les plus importantes à ses yeux en sécurité.
TON ADMISSION A HARVARD
Brillant élément au sein de son lycée autrichien, c'est sans grande difficulté qu'Artémis a passé la première étape du processus d'admission. Puis, elle a obtenu un score de 2315 à ses STATS, haut la main, elle est parvenu à la troisième étape de ce périple. C'est alors qu'elle en a impressionné plus d'un du fait de la maturité de ses idées et de la méticuleuse approche qu'elle prévoyait d'adopter pour son avenir. L'entretien ne fit pas exception à ce parcours sans faute qu'elle s'était promis d'obtenir.
Une nouvelle recrue comme Harvard les aime, motivée, organisée et tirée à quatre épingles.

Bonjour tout le monde ! Sur internet on m'appelle just in time et j'ai 20 vale (à lire avec l'accent espagnol ). Je suis parigot (comment ça, c'est pas une nationalité) et je suis déjà présent sur le forum sous les traits de Fergus M. Gallagher (Quincy house). J'utilise Allison Williams comme avatar, d'ailleurs les images ont été faites par shiya +
tumblr
. Je fais environ 1500 mots par post j'crois et mon personnage est un scénario crée par Hermes I. Swarovski.

Je souhaite ▲ (retire la balise le symbole et sa couleur qui ne correspond pas)
adhérer un flood d'intégration (?)
je veux être parrainé si oui, par pseudo du parrain (voir la liste des parrains)
je participe au summer camp en tant que simple vacancier (voir l'explicatif du summer camp)

Je recense mon avatar
si scénario:
Code:
[size=10][url=http://www.i-love-harvard.com/u7522]►[/url] [url=http://www.i-love-harvard.com/t75550-f-petite-soeur-chasseuse-de-dragons-reservee]►[/url] <span class="pris">ALLISON WILLIAMS</span> ♦️ “ Artémis K. Swarovski ”[/size]


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
(#) Sam 1 Juil - 23:58
Invité
This is your story
tell us everything

14h30. La ponctualité est une vertu qu'une étudiante dévouée à sa tâche ne saurait dénigrer. Autour d'elle, d'autres héritiers, des bourgeois, des petits boursiers sans histoire et puis, le personnel administratif. Ca s'agite, ça tournicote, ça pullule à n'en plus savoir la raison de sa venue. Elle inspire profondément avant d'expirer coquettement. D’un désir profond de se recentrer sur elle même, elle passe à l’acte. Avec une langueur presque morbide, elle sortit sa paire d'écouteurs. Avant une épreuve, elle aimait se plonger dans une mélodie enchanteresse. Quelques morceaux de classique contre quelques spasmes d’angoisse, telle était la recette de sa foudroyante ascension.

☾☾☾

Lohengrin - Prelude
00h02. « Dis, Hermès ? » lui lança t-elle avant de venir, de ses petites jambes maladroites, se jeter sur sa couche Le petit garçon se tourna vers la petite tête brune qui, partageant sa chambre, avait daigné le réveiller en pleine chasse aux dragons. « Tu crois qu’un jour on retrouvera ta voix ? » lui demanda t-elle, en plongeant ses grands yeux azurs dans les prunelles noisette de son frangin adoré. Le petit garçon saisit avec adynamie son minuscule carnet avant d’allumer sa lampe de chevet. Il assit le petit parasite à côté de lui avant de dessiner pour elle une histoire. Leur histoire. « Il était une fois, deux chevaliers que la noble réputation précédait où qu’ils aillent … » Hermès avait toujours eu un sacré coup de crayon, une chance qu’Artémis estimait à sa juste valeur quand il s’agissait de donner vie aux fables qu’ils s’inventaient. Du bout de sa mine naquirent deux petits personnages, emmitouflés dans des armures bien trop grandes pour eux, qui leur ressemblaient beaucoup. Il leur fit affronter des ogres, des géants, des dragons, sauver des princesses qui leur demandaient d’affronter d’autres ogres, géants et dragons. Puis, soudainement, la voix d’Hermès. Posée là, sous une cloche de cristal. Dans le château d’un grand méchant dragon. La petite fille poussa un demi-cri de joie. « Hermès ! Je sais où est ta voix !!! » mugit-elle à tue-tête alors qu’elle sautillait sur le lit de son grand frère. « Demain, je te la rapporterai ! » lui promit-elle avant d’embrasser tendrement Hermès sur la joue. Elle dégringola de son perchoir pour rejoindre ses draps et s’endormir, un rictus satisfait accroché au creux de la bouche. Le petit garçon ne put s’empêcher d’esquisser un sourire. Demain ? Mais, il était prévu qu’ils se rendent chez leurs cousins cousines. Bah ! Nous verrons bien ce que ce petit zébulon nous réserve.

« Elle n’a pas arrêté du trajet ! » ricanait d’un air aristocratique Wilma Swarovski, la mère des deux noctambules précoces alors qu’elle saluait sa belle-soeur. Aussitôt arrivés dans cette vaste demeure, Artémis s’était élancée vers les cuisines. Non pas qu’à force d’agitation, elle se trouvait affamée, mais bien pour y retrouver la cloche sous laquelle sa tante cachait ses tartes. Ayant escaladé le plan de travail sur lequel elle était maintenant agenouillée, pour le plus grand désarroi des cuisiniers, elle dévorait du regard le fameux objet quand elle fut terriblement déçue de n’y rencontrer que des miettes, couplée d’une odeur d’amidon cuit. Mais alors qu’une enfant ordinaire aurait chouiné de caprice, c’est une Artémis plus que jamais obstinée et risque-tout qui redescendit de son piédestal pour continuer d’arpenter la maison. En compagnie de son grand frère Hermès, sous le regard las de sa cousine Cornelia, elle ratissa la résidence, de fond en combles, dans son immensité. Et, en fin de journée, quand tout fut fini, elle promit à Hermès. « J’ai compris. On s’est trompés. C’était une cloche d’égliiiiise ! » révéla t-elle avec conviction. « Je vais te la retrouver. Je te le promets. » gagea t-elle presqu’aussitôt sur ce qu’elle avait d’amour pour son frère. Elle le serra de toutes ses forces, enfoui son visage contre son frêle torse, les yeux fermés, la témérité avivée. Hermès sourit encore et rendit son étreinte à sa petite soeur. Ce dont elle était sûre dans cette histoire de chasse au dragon, c’était qu’elle aimait son frère d’un amour sincère, sans faille, sans pudeur qu’il lui rendait bien.


Symphony No.7 In A, Op. 92 : 2. Allegretto
« Tous les pauvres mortels, sans nulle exception, seront enveloppés dans cette aversion ? Encor, en est-il bien, dans le siècle où nous sommes … » récitait en s’époumonant le garçon à la culotte bouffante. A l’autre bout de la scène, côté jardin, elle faisait mine de rêvasser. Ce petit être fragile, aux joues rosies d’excitation à l’idée de dévoiler, à travers sa tirade, l’une de ses colères les plus secrètes, cessa aussitôt de faire la moue. Elle se leva pour venir rejoindre l’apprenti comédien là, au creux de cet amphithéâtre que, jadis, les enfants de l’école improvisait arène. De ses candides prunelles, elle s’imprégnait de toute l’énergie que la présence de sa petite famille pouvait lui procurer. Installés au plus profond des gradins, aveuglée par le feu des projecteurs, ils lui étaient à peine perceptibles. Pourtant, du plus profond de son âme, elle les voyait. Elle leur sourit avec son coeur avant de tonner d’un air grave « Non, elle est générale » alors, ouvrant tristement ses bras à l’amertume d’un Alceste devenu femme, elle leur vomit aux oreilles toute l’aigreur qu’elle avait en elle. Toute cette contrariété qu’au nom d’un frère, plus cher à chaque battement de coeur que la vie lui accorderait, elle drainerait là. De ce cri de douleur que la voix d’Hermès aurait peut être exprimé … à un moment ou à un autre … elle se ferait coursière. « Je hais tous les hommes : les uns, parce qu'ils sont méchants, et malfaisants » scanda t-elle, la voix déjà chevrotante d’émotion. Elle avait les yeux humidifiés par la vigueur avec laquelle elle s’était promis de conter son ressenti, leur ressenti, celui de la fratrie Swarovski. Elle se tourna vers une autre poignée de camarades et, les fusillant du regard, gronda « Et les autres, pour être aux méchants, complaisants ». La plante des pieds endolorie par le poids de son impuissance face à la situation de son frère, elle laissa son regard se perdre loin devant elle. Des yeux humides coulèrent des larmes. Un spleen, riche en sincérité.

A cette époque, Artémis n’avait connu qu’un seul amour. Et cet amour, elle venait de le réaliser, n’était qu’illusion en ce que, plus tôt, dans la cour de récré’, on lui fit une confession. Au creux de son innocence, on était venu glisser la plus tenace des méfiances envers le seul qui, jusqu’ici, était parvenu à la dompter. Oui. Ce garçon verbeux aux promesses pleines de malice, ce matin, était devenu l’un des leurs. Il s’était diverti, en compagnie de ses pairs, de la condition d’Hermès. Ce matin, ce garçon s’était gausser d’une Artémis tendre, dévouée, confiante, crédule, qui avait osé dévoiler des faiblesses jusqu’alors inflexiblement dissimulées sous un voile de pudeur. Mais, ce matin serait le dernier de ceux où elle se sentirait salie, de ceux où elle se laisserait désarçonner de ce poste de chevalière que, depuis toute petite, elle avait occupé sans faillir. De chétive défenderesse, elle deviendrait inégalable chasseuse, le temps de collectionner, telles de vulgaires proies, les prédateurs qui, dans l’ombre des gradins, ricaneraient comme des hyènes à la vue de son frère. Elle l’aperçut. Il était pétri d’admiration pour celle qu’il savait si brave, si intense à côté des fillettes de leur âge. Elle redressa le menton, bomba sa menue poitrine. « De cette complaisance, on voit l'injuste excès » Elle ne tremblait plus. Elle ne transpirait plus. « Pour le franc scélérat avec qui j'ai procès » Elle n’était plus aveuglée par cette allègre lumière. Elle n’était plus enivrée d’une excitation presqu’enfantine. « Au travers de son masque, on voit à plein le traître » Elle n’était plus cette âme entichée, à qui tous les maux indiffère pourvu qu’elle puisse aimer. « Partout, il est connu pour tout ce qu'il peut être » Elle n’était plus d’une nature fragile, protégée par l’oasis d’un cocon familial posée là, en plein désert de puérilité. « Et ses roulements d'yeux, et son ton radouci » Il n’existerait plus d’ivresse amoureuse en elle, plus de rêveries chimériques qui embellirait ce monde, rendrait tout un chacun plus vertueux qu’il ne l’est assurément. « N'imposent qu'à des gens qui ne sont point d’ici. » Le souffle haletant, elle finira, plus tard, ce monologue semblable à un sermon puis, cette pièce, noyée sous un tonnerre d’applaudissements. Même Gerhard, son père, d’ordinaire si dur, si exigeant, arborait un air chagriné en réponse à l’histoire de ce célèbre personnage, ici, devenu fille d’Ève, qui avait fini par fuir une société l’ayant, à de nombreuses reprises, déçu à s’en faire porter pâle pour l’éternité. Hermès écrira « tu étais merveilleuse, je suis extrêmement fier de toi » avant de l’embrasser sur le front, ce à quoi Artémis répondra par une étreinte des plus spontanées. Au loin, elle l’aperçoit encore. Il semble avoir compris ce que les mots d’Alcestine pouvaient cacher aux autres. Par dessus le bras de son frère, elle le regardait, toujours avec cette larme, cette fois, emplie de dégoût. Et par dessus le bras de son frère, elle observa son départ, avec, sous le coude, le coeur et la bêtise d’une apprentie comédienne, en miettes.


Piano Concerto No.23 In A Major, K 488 Adagio
Vous êtes trop sensible pour faire un bon tyran, voilà tout. Mais vous allez tout de même me faire mourir tout à l’heure, vous le savez, et c’est pour cela que vous avez peur. C’est laid un homme qui a peur. Ce soir là, Artémis était belle, en outre, parce que sa mère s’était permise de nouer en un chignon élégant la soyeuse chevelure de cette petite héritière. L’évènement était de taille : l’adoubement de cette jeune âme à la suite d’un frère que le destin, bien hasardeux, avait écarté du trône. Une Antigone dont on voulait emprisonner les élans de témérité, trop fougueuse pour la besogne que, trop tôt déjà, on lui assignerait. D’une robe aux tons pastel qu’elle avait choisi d’accompagner d’une paire de talons aux reflets pourprés, elle avait gagné le droit de s’occuper de son teint, de la couleur de la bouche et de l’allure de ses yeux. Assise devant sa coiffeuse au bois délicatement vieillie, elle laissait, une fois de plus, sa mère lui caresser les épaules avant de lui dispenser un discours plein d’exaltation et de nostalgie. Artémis ne put s’empêcher d’avoir un roulement d’yeux devant la dramaturgie que pouvait dépeindre les pompeuses paroles de Wilma Swarovski. Puis, elle se retourna. Dans un coin de la pièce, son frère l’attendait. Adossé au mur, Hermès souriait au poupon qui lui servait de petite soeur. Elle lui rendit son sourire avec timidité, laissant, pour la première fois, transparaitre l’ombre d’une appréhension. Ce soir là, ils dîneraient tous ensemble avec un concurrent de la maison Swarovski, ô combien présent sur le marché européen. Ils devaient renvoyer l’image d’un clan soudé, infaillible, presqu’immortel. Artémis venait d’obtenir sa majorité. Elle s’était, dès lors, convaincue qu’il était de son devoir de s’intégrer aux débats qui aurait lieu entre les deux hommes. Non sans une pointe d’autorité, elle demanda à sa mère ainsi qu’à Hermès de bien vouloir la laisser seule un instant, ce qu’ils firent en descendant rejoindre Gerhard, dans l’immensité de la salle à manger de leur château autrichien. Après s’être concentrée sur la possible émanation d’un bourgeon de charisme en l’espace de quelques halètements discrets, elle entreprit de faire route jusqu’à l’endroit de sa sentence. Sans trop faire raisonner un cliquetis digne d’une paire de pantoufles de verre, elle pénétra gracieusement la salle du banquet avant de venir trouver place aux côtés de son frère.

« J’espère que vous avez d’excellents projets pour ce nouvel exercice qui commence, Gerhard. Meilleurs que votre stratégie commerciale actuelle. » dit alors l’homme grisonnant qui se trouvait en face d’elle, à mesure qu’il enfournait, dans les profondeurs de son col de chemise, la serviette de table qui avait été mise à sa disposition. M.Swarovski, perché dans sa tour de flegme, se contenta d’esquisser l’ombre d’une risette à ce convive déjà insolent. Eh bien, oui, j’ai peur d’être obligé de te faire tuer si tu t’obstines. Et je ne le voudrais pas. Un Créon qui ne disait pas son nom. Du moins, pas encore. « Très certainement, Manfred. Mais d’abord, permettez moi de vous présenter ma fille, Artémis. » L’homme la dévisagea avant de la déshabiller du regard. « Charmante rencontre. Le portrait craché de votre épouse. Enchanté Mademoiselle. » Wilma Swarovski pouffa, comme pour saluer cette flatterie inattendue. Un baise main fut donné à une Artémis fraîchement adulte, qui ne sut quoi répondre d’autre qu’un rictus courtois tant elle était encore peu coutumière de ce genre de pratique. Moi, je ne suis pas obligée de faire ce que je ne voudrais pas ! Et maintenant, vous allez me faire tuer sans le vouloir. Et c’est cela, être roi ! Elle s’efforça d’imiter son père durant tout cet entretien, dans son attitude principalement, dans ses gestes subsidiairement. Elle voulait tuer la mièvre petite fille et apprendre à devenir une femme d’affaires redoutée. Une femme qui ne laisserait pas seulement des traces sur son verre de cristal, à l’aide de son rouge à lèvres carmin. Une femme qui ne craindrait pas la présence des rapaces, qui ne se sentirait pas menacée par eux, qui serait aussi forte, aussi imposante qu’eux. Une femme comme son père en attendait une pour héritière …
« Gerhard, réalisez bien que nous sommes la raison de votre richesse, vous ne voudriez pas faire de nous celle d’une malencontreuse infortune ? » Hermès, d’ordinaire relativement désintéressé des problématiques de l’entreprise familiale, semblait brusqué par cette question pour le moins provocante. Ca n’était pas la première fois. En effet, depuis le début du repas, cet homme cherchait à faire plier le très charismatique Gerhard Swarovski qui, de son côté, avait choisi pour arme la plus insensible des passivités. Wilma avait déjà quitté la table depuis un moment, prétextant une migraine abominable. Artémis observa l’expression de son père. Vide. Pas l’ombre d’une réponse, d’une envie de remettre à sa place cet ingrat qui avait profité de sa table, de son hospitalité. Pauvre Créon ! Avec mes ongles cassés et pleins de terre et les bleus que tes gardes m’ont fait aux bras, avec ma peur qui me tord le ventre, moi je suis reine. Oui. Elle s’élancerait non plus en tant que princesse mais bel et bien en tant que souveraine dans cette conversation. Sans craindre de représailles, aucune. « Il semble y avoir méprise. Aussi, nous vous prions de bien vouloir regarder les choses en face. Vos chiffres n’ont cessés de dégringoler depuis que nous sommes arrivés sur le marché, la raison est évidente : toute concurrence déloyale mise à part, nos produits sont d’une qualité bien supérieure à celle dont jouissent actuellement vos clients. La fusion acquisition que nous vous proposons n’aura pas de petite soeur. Ni demain, ni dans un an puisque d’ici là, sans notre appui, c’est vous qui aurez rencontré l’infortune. » Ne m’oblige pas à payer avec toi encore. J’ai assez payé. semblait lui dire son père, d’un regard en coin, bercé d’une étincelle d’irritabilité. Vous avez dit « oui ». Vous ne vous arrêterez jamais de payer maintenant ! lui répondit l’iris courroucé de la belle, avec un air de défi. « Gerhard, veuillez tempérer votre … » « Je ne puis qu’appuyer les propos de ma fille, Manfred. » Et la conversation prit fin sur un contrat signé maladroitement de la main de ce Manfred, encore surpris par les propos de la langue déliée d’une jeune et vaillante Artémis, livrant en pâture sa société à la gargantuesque Swarovski. C’est à ce moment-là qu’Artémis comprit. En prenant la place de son paternel, elle aura non seulement à défendre sa famille mais également, ses couleurs, un nom, un rang. Elle aura à maîtriser les meilleures répliques, connaître l’arsenal qui est mit à sa disposition. Oui, c’est à ce moment là qu’Artémis su qu’elle voudrait faire du droit.

02h43. Manfred venait de prendre son envol. « Ne fais plus JAMAIS ça. J’ai bien failli perdre la face devant l’un de nos plus gros concurrents à cause de tes bêtises ! » tempêta un Gerhard Swarovski comme on ne l’avait jamais vu. Il pointait son doigt musclé devant le visage de sa fille qui ne parut que très peu impressionnée par cette réaction, tant les convictions qu’elle venait d’acquérir faisait barrage, avec toute la vigueur d’une idée nouvelle. « Tu m’as fait honte. » Ce fut le coup de grâce, le bât blessant, la naissance d’une rage inédite. Les larmes lui vinrent aussitôt. Elle dévisagea son paternel, s’imprégnant du mépris qu’il lui témoignait ce soir où elle avait osé revenir à son état de chevalière, préservant le château familial des attaques pérégrines. Prise de colère, elle balança ses chaussures dans un coin de la pièce et s’enfuit en sanglotant. Enfermée dans sa chambre, dans un silence morbide, elle versa les dernières larmes de l’Artémis imparfaite et décevante qu’elle avait pu être. Elle finit par se remémorer la tirade de Créon, celle qu’elle aurait voulu entendre à l’issue de ce dîner, en guise de cadeau de bienvenue dans le monde des affaires.

Il faut pourtant qu’il y en ait qui mènent la barque. Cela prend l’eau de toutes parts, c’est plein de crimes, de bêtise, de misère… Et le gouvernail est là qui ballotte. L’équipage ne veut plus rien faire, il ne pense qu’à piller la cale et les officiers sont déjà en train de se construire un petit radeau confortable, rien que pour eux, avec toute la provision d’eau douce, pour tirer au moins leurs os de là. Et le mât craque, et le vent siffle, et les voiles vont se déchirer, et toutes ces brutes vont crever toutes ensemble, parce qu’elles ne pensent qu’à leur peau, à leur précieuse peau et à leurs petites affaires. Crois-tu, alors, qu’on a le temps de faire le raffiné, de savoir s’il faut dire « oui » ou « non », de se demander s’il ne faudra pas payer trop cher un jour, et si on pourra encore être un homme après ? On prend le bout de bois, on redresse devant la montagne d’eau, on gueule un ordre et on tire dans le tas, sur le premier qui s’avance. Dans le tas ! Cela n’a pas de nom. C’est comme la vague qui vient de s’abattre sur le pont devant vous ; le vent qui vous giffle, et la chose qui tombe devant le groupe n’a pas de nom. C’était peut-être celui qui t’avait donné du feu en souriant la veille. Il n’a plus de nom. Et toi non plus tu n’as plus de nom, cramponné à la barre. Il n’y a plus que le bateau qui ait un nom et la tempête. Le bateau, « sa volonté ». La tempête, « son existence ». Et au bout, à la fin de cette chasse au trésor, « le triomphe ».

Un pas. Deux pas. Trois grincements de ce parquet soigneusement ciré l’avertirent de sa compagnie. Artémis pleurait toujours, seule dans son coin, quand elle sentit son lit couiner de surprise sous le poids de cette présence avant de se pencher promptement de l’autre côté du matelas. « Ma fille, y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir la fronde et les flèches de la fortune outrageante, ou bien à s’armer contre une mer de douleurs et à l’arrêter par une révolte ? » Artémis se retourna. Il savait son amour pour la scène, son enthousiasme pour les proses les plus élégantes. Gerhard était donc averti de la meilleure des façons de capter l’attention de cette jeune enfant. Il observa sa progéniture avec un léger sourire, confortablement installé en travers de ce visage, de coutume, impassible. Si elle aspirait presque à se comporter comme un Hamlet survolté, elle su rester attentive aux savantes paroles d’un père qui n’avait rien d’un Claudius. « Pardonne mon emportement, tu as voulu bien faire. » D’un geste tendre, il lui fit signe de se rapprocher. C’est une Artémis encore fragilisée par les mots dur de ce père si puissant qui posa sa tête sur la cuisse de Gerhard Swarovski. Ce dernier en profita pour caresser la douce chevelure qui se présentait à lui. « Tu seras bientôt prête, ma fille. » Qui, en effet, voudrait supporter les flagellations et les dédains du monde, l’injure de l’oppresseur, l’humiliation de la pauvreté, les angoisses de l’amour méprisé, les lenteurs de la loi, l’insolence du pouvoir, et les rebuffades que le mérite résigné reçoit d’hommes indignes, s’il pouvait en être quitte avec un simple poinçon ? « Je le vois à chaque nouvelle intervention que tu fais. » Seigneur, nous savons ce que nous sommes, mais nous ne savons pas ce que nous pouvons être. «  Je n’ai aucune crainte. Ta fougue m’assure un peu plus chaque jour que tu sauras reprendre nos affaires. » Sur ces belles paroles, père et fille s’enlacèrent et tout fut résolu.

☾☾☾

« Mademoiselle Swarovski ? » Elle eu un sursaut de satisfaction. « C’est à vous, Mademoiselle. » lui lança la superbe femme qui l’attendait à l’autre bout de la salle, une main sur la poignée de cette porte vers l’Amérique. Elle sourit avec professionnalisme tout en rangeant ses écouteurs. Elle saisit avec grâce son petit Furla et, perchée sur sa paire de Louboutin, elle avança vers ce qu’elle se savait capable d’obtenir, ce pour quoi elle avait travaillé d’arrachepied, ce qu’elle méritait en somme : Harvard.


Fan de théâtre, surtout des pièces françaises de l’époque des Lumières ☾ adore les concours d’éloquence qui lui permettent d’aiguiser son verbe ☾ est limite névrosée : premiers d’entre ses caprices, dans le monde étudiant comme dans celui des affaires, ne supporte pas qu’on ne fasse pas ce qu’elle demande dans le temps imparti ☾ a fait le choix de rester vierge, ne pense pas encore remettre en cause cette lourde décision de sitôt ☾ aux antipodes de son frère sur ce point, elle n’enchaine pas les relations : elle considère qu’elle a suffisamment à faire pour reprendre le flambeau Swarovski pour avoir, en sus, des sentiments et autres bricoles à gérer ☾ une fois qu’elle a quelque chose en tête, elle fera tout ce qui est (loyalement et sans méchanceté, du moins, normalement) en son pouvoir pour concrétiser cette idée ou atteindre cet objectif ☾ c’est ce qui fait que c’est une bosseuse hors pair, une acharnée du travail qui assume totalement cet aspect de sa personnalité ☾ a une forte tendance à être têtue et peut devenir butée si elle rencontre de la résistance ☾ la seule personne qui ne craindra jamais son courroux dans ce bas monde c’est encore son frère, Hermès, avec qui elle a une relation empli d’affection : elle l’aime d’un amour inconditionnel ☾ lorsqu’elle veut discuter avec lui, elle écrit aussi sur un bloc-notes ou ils échangent des regards qui en disent longs ☾ elle veille sur lui depuis qu’elle a pris conscience de la façon avec laquelle les autres peuvent le traiter mais aussi, depuis qu’il fait un peu trop souvent la charité avec ses amis et conquêtes ☾ elle est convaincue que ce sont les autres qui ont un plus gros handicap que son frère : oui, les autres n’ont ni de Hermès, ni le coeur assez grand pour l’accueillir tout entier dans leurs vies ☾ le théâtre a deux vertus pour elle : l’une est de donner vie aux histoires qu’elle s’inventait enfant avec son frère et la seconde est d’y exprimer la colère qu’elle a envers tous ceux qui ont été méchant avec Hermès, qui ont pu la décevoir ou qu’elle n’a pas réussi à désarmer. Le tout, sans bousiller sa mignonne frimousse ☾ est pleine de principes, de valeurs et d’une éthique dont elle s’est imprégnée, au fil des ans, de sorte à se donner une ligne directrice pour reprendre l’entreprise des Swarovski ☾ elle adore passer des après-midis avec sa famille ☾ durant le fameux Spring Break, celui à l’occasion duquel le tremblement de terre est survenu, elle accompagnait son père en déplacement professionnel à Paris. Elle n’en a donc rien vécu. ☾ elle était en première année quand il y a eu les agressions. Elle a bien failli être l’une des victimes si ça n’était pas pour son frère, qui l’en a extirpée. Il s’en est tiré gravement blessé. Elle s’en est ardemment voulu et depuis, ne rentre plus seule ou tard ☾ adore l’opéra mais, chante comme une casserole donc, se contente d’être la meilleure des spectatrices : l’émotion que transmettent les chanteurs la transcende. C’est quelque chose qu’elle tient de son Autriche natale, encore nostalgique de Mozart ☾ a des frissons quand elle écoute « Il Commendatore », dans le dernier acte de Don Giovanni ☾ secrètement, adore aller en boîte à Berlin avec ses amies pour y faire la belle quand elle est en manque de relations avec ces messieurs, guère plus ☾ parle allemand, anglais, italien, baragouine le français qu’elle cherche à peaufiner ☾ elle est si minutieuse qu’elle a une combinaison bien précise de sous-vêtements par jour et par mois ☾ a tendance à se mordiller les lèvres quand elle réfléchit ou lorsqu’elle est stressée ☾ a un petit plaisir hebdomadaire : aller se faire les ongles le dimanche ☾ adore jouer aux jeux vidéos avec son frère même si elle perd 9 fois sur 10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
STAFF D'I LOVE HARVARD  MEMBRE DE LA WINTHROP HOUSE
Eliot Llewellyn
STAFF D'I LOVE HARVARD
MEMBRE DE LA WINTHROP HOUSE
J'ai : 26 ans et je vis à : City Center avec Eline, et Margot, la petite-amie plus si petite-amie . J'ai posé mes affaires ici le : 02/02/2017 et depuis, j'ai posté : 4729 messages et gagné : 4750 dollars. Actuellement, je suis : 6e année de droit international et côté coeur, je suis : marié à margot llewellyn, et sur le chemin d'avoir minimum sept bébés llewellyn Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : le cliché du gendre parfait yakoi . Oh et puis, on dit que je ressemble à : matthew daddario ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : malfoymeds/anya , et un grand merci à : castamere (av) ✽ DC/TC : : nora-blue (tonkin/mh)



o n e t r u e l o v e :heaart:



“You can love someone so much... but you can never love people as much as you can miss them. That's the thing about pain; it demands to be felt

[ 3 RP'S DU 11/05 au 18/05 ]

ELIOT ATHANAEL LLEWELLYN-CAMPBELL
25 ans, né le 22 mars à Boston. Fils biologique de Victor Campbell et de Violette Vasquez, une simple femme de ménage, trompant et trompée. Eliot n'a jamais eu connaissance de son père biologique, ayant emménagé en France un an après sa naissance avec sa mère, qui cachait plus d'un secret. Violette a rencontré Maxwell Llewellyn à Paris, le père adoptif d'Eliot qu'il a toujours pensé être son père. La petite famille a vécu dans un quartier très modeste à Paris et arrivait à peine à boucler leurs fins de mois, mais ont toujours fait le nécessaire pour subvenir aux besoins d'Eliot. A ses 10 ans, ils déménagent à Londres pour revenir en 2006 à Paris. Pendant le trajet du retour, la famille eut un accident, Eliot survit, pas ses parents. Suite à leur mort, il arrête l'école et finit dans la rue après s'être enfuit d'un foyer pour jeunes. Il vécut près de six mois dans les rues avant d'être recueilli par une amie de leurs parents à 15 ans, à Londres. A 18 ans, après avoir repris ses études, il décide de faire le tour du monde avant d'intégrer Harvard, l'école de son père biologique dont il a appris l'identité à ses 18 ans, avec sa demi-sœur, Athéna. En 2016, après 5 ans à Harvard, il refait un tour du monde, et revient finalement en avril 2016, et ré-intégre les WINTHROPS dont il en devient le président de septembre 2017 à janvier 2018.

++ bienveillant, loyal, attentionné, fidèle, audacieux, ambitieux, cultivé, ordonné, humble, charmeur, taquin, galant, juste, objectif, pacifique, sociable, rationnel.



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
FIND YOUR TRIBE. LOVE'EM HARD.

"family always goest first, no matter what"
Une mère volage qu'il pensait parfaite, un père lâche : la famille d'Eliot est littéralement ce qu'on peut qualifier de non-ordinaire. Se pensant fils unique depuis sa naissance, il a découvert l'existence de sa demi-sœur à ses 15 ans, ATHENA, à la mort de ses parents biologiques. Leur relation a toujours été peu stable jusqu'à récemment où ils deviennent de plus en plus proche. Depuis peu, il a également découvert le passé douteux de sa défunte mère qui a eu deux enfants avant lui :CAMILLE et ELEANORA, tous deux partis de Harvard et Boston à ce jour.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
ALWAYS CLOSE TO THE HEART.

"they make good times unforgettable"
bests ELIAS, PHILIP, MARIN, ELIOT aka les quatre mousquetaires. Philip est le plus ancien des trois qu'Eliot connaît, puis vientt Elias et enfin Marin, mais il les considère comme ses frères, à au même niveau. ✻ MEGHAN ma beauté des îles, mon fantasme absolu, ma plus belle personne. Je suis la serena de sa blair, la meredith de sa cristina. Mon unique amour sur cette terre. Ma meilleure amie. Une perfection.

friends ► underco



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
LOVE IS A COMPLEXED EQUATION.

"one boy. thousand fucking feelings."
presentMARGOT, une histoire assez simple basée sur une relation de "friends with benefits" il y a un an en Corée. Histoire qui s'est vite intensifiée. Un an plus tard, après multiples péripéties, les voilà en couple et Eliot est sans aucun doute plus amoureux que jamais de cette rousse-là. #powercouple
past ► En début d'année 2016, il est sorti avec WILLA pour au final la tromper, à une soirée alcoolisée. Elle lui en a voulu, il s'en est voulu. Ils sont passés à autre chose aujourd'hui.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
U'RE LIKE MATH. I HATE MATH.

"i really don't give a fuck about you"
underco.







- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
RP'S EN COURS ET DISPO

nombre de rp's en cours : too much.
underco.




En ligne
(#) Dim 2 Juil - 0:07
oriane
j'suis contente, yakoi (moi qui te zoubi h24)

VOILA SALUT. JE VEUX UN LIEN DLA MORT QUI TUE - même si c'est ma faute qu'on en ait pas encore un à l'heure qu'il est face
bref, jtm





❝ because all of me
Loves all of you ❞
It's a beautiful night, we're looking for something dumb to do, hey baby, I think I wanna marry you. Is it the look in your eyes, or is it this dancing juice ? Who cares baby, I think I wanna marry you well I know this little chapel on the boulevard; we can go. No one will know.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
(#) Dim 2 Juil - 0:08
Invité
Rebienvenuuuuuuuuuuuuuuue Emma

Hâte de lire ton histoire hanwii dunsteeeeer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
(#) Dim 2 Juil - 0:09
Invité
LPB duuuuuunster ofc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.i-love-harvard.com/t69439-agathe-asia-de-belgique-schueller-josephine-skriver http://www.i-love-harvard.com/t70362-agathe-x-broken-strings http://www.i-love-harvard.com/t78770-agathefeeling-les-memoires-ecorchees http://www.i-love-harvard.com/t90728-agathe-de-belgique-schueller-456-391-7038 http://www.i-love-harvard.com/t91019-http-twitter-com-agathedebelgique http://www.i-love-harvard.com/t70274-http-formspring-me-agathedebelgique http://www.i-love-harvard.com/t70364-http-instagram-com-agathedbs http://www.i-love-harvard.com/t75072-snap-gaga-debelgique#2626859 http://www.i-love-harvard.com/t83749-agathe-de-belgique-schueller
avatar
MEMBRE DE LA MATHER HOUSE
Agathe A. de Belgique-S
MEMBRE DE LA MATHER HOUSE
J'ai : 22 ans et je vis à : Cambridge. . J'ai posé mes affaires ici le : 31/08/2016 et depuis, j'ai posté : 28103 messages et gagné : 3361 dollars. Actuellement, je suis : étudiante en multimédia et je bosse au Lord Hobo. Membre du club radio. et côté coeur, je suis : pu disponible. Qui dit grande ville, dit rumeurs et on dit que : ancienne vice-présidente de la maison verte élue la plus provoquante et la plus fêtarde d'Harvard au bal 2017, élue de nouveau la plus fêtarde au bal 2018, la hater des Eliots. . Oh et puis, on dit que je ressemble à : Josephine Skriver. ! D'ailleurs, vous pouvez m'appeler aussi : BIJOUENFORCE (Vicky-Zoé ) , et un grand merci à : little liars . (av) et SIAL pour la signature. Profil par dark dreams/Alexander ✽ DC/TC : : Caesar Ferrero (Will Higginson), anciennement Ariana Von Liechtenstein




Agathe Asia de Belgique-Schueller est née à Bruxelles, Belgique. • 22 ans. • Déteste tout ce qui touche la richesse. Elle a reniée son statut royale. • Déteste tout ce qui touche de près ou de loin à la ELIOT HOUSE. • Elle consommait déjà alcool/drogue mais depuis que son petit frère a disparu il y a 2 ans, elle consomme de plus en plus. Étiquetée toxicomane aux yeux de sa famille. • Elle est toujours défoncée ou bourrée. • Agathe ne parle jamais de sa famille, encore moins de son jeune frère. Ce dernier est un sujet très sensible pour elle. • Utilise le fric de la famille principalement pour la drogue. • Elle bosse dans un macdo et comme barmaid au Lord Hobo pour vivre. • S'est désolidarisée de sa famille, de ses frères. Elle s'en fout de salir l'image royale, elle fait ce qu'elle veut, quand elle veut. • A toujours subit une pression de la part de ses parents par rapport à l'image qu'elle devait projeter. Ses frères continuent de lui foutre la pression, du coup elle se mutile les bras et ou les cuisses. Ça la réconforte. Personne n'est au courant. • A intégrée Harvard en septembre 2016. • Troisième année de multimédia et sociologie. • Elle est polyglotte: français, allemand, anglais et néerlandais. Elle s'exprime en allemand lorsqu'elle est énervée. • Intègre la MATHER HOUSE en septembre 2016. • Elle a fait une overdose après le Spring Break, a été placée dans un centre de désintoxication contre son gré. • Elle a saccagée une maison en décembre 2016, volée la carte bancaire d'un de ses frères et a participée à un braquage de banque. • Élue la plus provocante et la plus fêtarde au bal 2017.

caractère : Rebelle x infidèle x On ne l'aime pas au tout début, donne une mauvaise impression x a un fort caractère destructeur x froide avec les inconnus x sympathique avec ceux qu'elle connait x fêtarde x N'aime pas parler d'elle ou de sa famille x vulgaire x provocante x immature x capable d'admettre ses torts x loyale envers les gens qu'elle aime x anticonformiste x débrouillarde x rancunière x mystérieuse x chiante x bagarreuse x sarcastique x Elle prend des décisions sous l'impulsivité, ne pense jamais aux conséquences. x indomptable x franche x a une mauvaise influence.

en plus : Elle garde un sachet de coke en cas de besoin mais n'en consomme pu après en avoir fait la promesse à WADE suite à son overdose. • Elle deale de la drogue depuis un bout de temps, de l'herbe seulement. Agathe connait pas mal de dealers et c'est eux qui lui ont fourni la coke pour ASHLEIGH. • Elle a deux piercing aux oreilles au niveau du cartilage. • A appris il y a quelques mois qu'elle était stérile, personne ne le sait sauf ses parents et ses frères. Le 26 septembre 2017 elle met RHIANNON dans la confidence.


MATHER HOUSE :
∙ 2016/2017 - bizut
∙ 2017/2018 - membre
puis
∙ 2017/2018 - vice-présidente



S I B L I N G S | HADÈS et ABÉLARD sont ses frères ainés. Ils ont une relation explosive, compliquée et personne ne comprend ce lien qui les unis. Ils s'engueulent très souvent et dès que quelqu'un attaque Agathe, ils sont les premiers à la défendre. Ils sont très protecteurs envers elle. ARTHUR est leur petit frère, il a disparu le 24 décembre 2015. Agathe ne parle jamais de ce dernier.

P R E S E N T | Elle n'a pu l'intention d'ouvrir à nouveau son coeur à qui que ce soit.

P A S T | WADE est ce mec qui déstabilise Agathe. Un simple onenight, puis ils ont commencé à se tourner autour pendant 7 mois avant qu'elle ne lui avoue ses sentiments le 3 août 2017. Ils sont sorti ensemble un mois avant que Wade la largue le 20 septembre 2017 après qu'elle ait embrassée Amare. Il est le premier mec à qui elle a réellement ouvert son coeur. Ils se sont éloigné depuis et la tension est palpable entre eux. AMARE était un ami proche puis un sexfriend. Leur relation a toujours été complexe, ils ont flirté ensemble à plusieurs reprises. Elle l'incitait à fumer des joints malgré son cancer, l'entraînant dans un cercle vicieux. Il était plus ou moins un genre de crush pour Agathe. Il est le seul au courant qu'elle se mutile. Il est parti en avril 2017, puis il est revenu deux mois plus tard. Il a foutu le bordel dans la tête d'Agathe. Elle l'a embrassé en septembre pendant qu'elle était en couple avec Wade. Amare est de nouveau parti et elle a décidé de faire une croix sur lui, définitivement.

C O M P L I C A T E D |

SEXFRIEND | A été le plan cul de ADRIEL, SIN
AMARE, ABEL, ELIAS, HAYDEN, WADE et - parce qu'elle garde le meilleur pour la fin - de PHILIP


B E S T | NORA-BLUE et JULES sont ses meilleurs amis. Elle les considère comme sa vraie famille. Elle a un lien très fort avec la blonde et un lien compliqué avec ce dernier. Jules joue les grands frères vis-à-vis d'Agathe et ils ont tous les deux le même caractère, ils s'embrouillent souvent. Ils s'apprécient vraiment, même s'ils ne sont pas démonstratifs à ce sujet et ce, malgré les hauts et les bas.
B U D D I E S | Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum sed molestie elit, in laoreet turpis. Sed at justo in leo viverra ullamcorper eu blandit metus. Integer eleifend, urna vel interdum mattis, mi risus sodales ipsum, sit amet laoreet nibh justo a nisl. Nam eros justo, sagittis sit amet ex vitae, fringilla tincidunt ligula. Duis pellentesque justo eu sem bibendum, id ullamcorper turpis blandit. Proin lacinia ex varius magna mollis, ac tempor leo luctus. Vivamus commodo elit id justo bibendum, sed porttitor sem sagittis. Morbi porttitor tincidunt risus vel tristique. Phasellus dapibus, sapien eget vulputate euismod, turpis massa posuere tellus, in volutpat diam lectus at tellus. Nulla facilisi.

A W K W A R D | Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum sed molestie elit, in laoreet turpis. Sed at justo in leo viverra ullamcorper eu blandit metus. Integer eleifend, urna vel interdum mattis, mi risus sodales ipsum, sit amet laoreet nibh justo a nisl. Nam eros justo, sagittis sit amet ex vitae, fringilla tincidunt ligula. Duis pellentesque justo eu sem bibendum, id ullamcorper turpis blandit. Proin lacinia ex varius magna mollis, ac tempor leo luctus. Vivamus commodo elit id justo bibendum, sed porttitor sem sagittis. Morbi porttitor tincidunt risus vel tristique. Phasellus dapibus, sapien eget vulputate euismod, turpis massa posuere tellus, in volutpat diam lectus at tellus. Nulla facilisi.
E N E M I E S | Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum sed molestie elit, in laoreet turpis. Sed at justo in leo viverra ullamcorper eu blandit metus. Integer eleifend, urna vel interdum mattis, mi risus sodales ipsum, sit amet laoreet nibh justo a nisl. Nam eros justo, sagittis sit amet ex vitae, fringilla tincidunt ligula. Duis pellentesque justo eu sem bibendum, id ullamcorper turpis blandit. Proin lacinia ex varius magna mollis, ac tempor leo luctus. Vivamus commodo elit id justo bibendum, sed porttitor sem sagittis. Morbi porttitor tincidunt risus vel tristique. Phasellus dapibus, sapien eget vulputate euismod, turpis massa posuere tellus, in volutpat diam lectus at tellus. Nulla facilisi..











sorry not sorry face
(#) Dim 2 Juil - 0:09
Rebienvenue




si un jour tu te sens con, pense qu'il y a pire que toi:
 



YOU'RE MY PERSON
the best kind of friendships are fierce lady friendships where you agressivily believe in each other, defend each other, and think the other deserves the world. (ft. nonogaga)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
(#) Dim 2 Juil - 0:13
Invité
Rebienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
(#) Dim 2 Juil - 0:58
Invité
MON BBBBBB DE L'AMOUR
J'exige un lieeeeen de la mort qui tue + que celui d'Anya
Ton perso, je kiff déjaaaaaaa

Bon courage pour finir ta fiche bb hanwii
Loooove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
(#) Dim 2 Juil - 4:12
Invité
Rebienvenue ma belle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
(#) Dim 2 Juil - 5:12
Invité
(Re)Bienvenue. :heaart:

Je veux un lien Lucette, pas le choix tu vas encore me supporter je sais que c'est dur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD :: your first adventure :: Je passe les SATs :: Présentations archivées-
Sauter vers: