à ne pas manquer !





 


Partagez| .
amille ✻ if you loose yourself, I'll find you
Invité
avatar
Invité

Message(#) Mer 7 Juin - 0:35
Agité, t'avais enfilé à toute vitesse ta veste en cuir avant d'attraper les clés de ton cadenas à vélo. Agathe venait de t'envoyer des messages te demandant de venir la rejoindre, prête à péter les plombs au beau milieu de la nuit. Gaïa dormait dans sa chambre mais tu t'en foutais pas mal si t'avais fait un bordel pas possible et l'avais réveillé. Ta préoccupation première était l'état de ta colocataire, isolée dehors. Tout en claquant la porte d'entrée, tu dévalas les escaliers de l'immeuble en faisant de grands pas et sautas sur ton vélo une fois en bas. Si la Eliot avait pour habitude de se foutre de toi parce que tu te déplaçais toujours à vélo, t'y voyais ce soir un très grand avantage : le doux roues allait te permettre de te faufiler entre les voitures et de l'atteindre plus vite. Au fur et à mesure que tu parcourais la ville de Boston endormie, les images de ton amie, assise par terre dans une ruelle comme tu l'avais vu la première fois, t'occupaient l'esprit. Autant lors de votre rencontre, ça t'avait plutôt fait rire, mais ce soir, t'avais pas envie de rire. En un mois de colocation, tu n'avais jamais vu Agathe au bord de l'implosion et la peur de la découvrir plus bas que terre te prenait aux tripes. Ouais t'étais un connard quatre-vingt-dix pour cent du temps avec elle, comme la plupart des nanas qui croisaient ton chemin, mais c'était différent. T'y tenais à celle-la, tu t'amusais à la faire chier mais refusais de la voir pleurer. Après plusieurs minutes à pédaler comme un fou et à chercher la chevelure brune de la jeune suisse, ton regard trouva ses formes délicieuses. Garant ton vélo sur le côté, tu descendis et la rejoignis d'un pas déterminé jusqu'au banc où elle s'était installée. Sans attendre une seconde de plus, tu t'agenouillas devant elle et cherchas son regard bleuté « T'es là gamine. » dis-tu avec un fin sourire, soulagé de la trouver entière, sans égratignure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message(#) Mer 7 Juin - 1:07
Y avait bien longtemps qu'elle ne s'était pas senti comme ça. Aussi.. Eteinte ? Ouais, c'était sûrement le mot. Assise sur l'herbe légèrement humide de Charles River, elle venait coincer une cigarette entre ses lèvres inspirant longuement la fumée venant noircir ses poumons. Dévastée. Non, c'était plutôt ça le mot. Et elle n'avait aucune idée de combien de temps elle pourrait tenir si les choses continuaient dans ce sens. Parce que concrètement, elle avait l'impression d'étouffer. Et c'était peut-être pour ça qu'après de longue minute, elle s'était décidé à envoyer un message. Camille. Elle ne savait pas pourquoi lui, elle ne pourrait pas l'expliquer, ça avait juste été son choix. Peut-être parce qu'il l'avait déjà vu en position de faiblesse et que forcément, ça serait moins compliqué. C'était sûrement ça. Posant le cellulaire à côté d'elle, elle remontait ses genoux contre son corps blottissant sa tête dans le creux que ça venait de former. Ouais, elle suffoquait à cet instant précis, elle avait la sensation que tout venait de s'écrouler autour d'elle et qu'elle se tenait au milieu de débris. Elle pouvait pas faire face, elle n'était pas assez forte pour ça, elle n'avait pas la carrure pour continuer à se battre surtout. Les minutes s'étiraient semblant être d'une lenteur infini et finalement, elle se redressait frappant avec rage de son pied le débris d'une canette sur le sol. Non, elle ne pourrait pas tenir longtemps, c'était une certitude. Prenant place sur le banc non loin, elle fermait ses prunelles glacées finalement interrompu par la voix de Camille qui surgissait soudainement. "Est-ce que tu crois que je suis une mauvaise personne ?" Qu'elle demandait d'une voix légèrement rauque trahissant la crise de larme à venir. Et ouais, elle fondait en larme l'instant d'après, incapable de se contenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message(#) Mer 7 Juin - 1:26
Ton regard fixait ses traits figés. Tu la sentais absente, totalement déconnectée de la réalité ou alors était-elle en train de la fuir. Son visage était déformé par la tristesse, la colère, la dévastation. Elle était dévastée. Elle était mal Agathe. Et toi, tu comprenais pas. L'Eliot t'avait contacté car elle était sur le point d'exploser, mais elle n'avait pas pris la peine de t'expliquer les raisons de son tracas actuel. La dernière fois que tu l'avais vu, c'était au bal de fin d'année d'Harvard. Vous n'aviez passé que quelques moments ensemble à cette soirée, mais tu avais un souvenir plutôt rayonnant de la jeune femme. La suisse avait ensuite embarqué pour son pays natal, te laissant seul à l'appartement avec Gaïa. Et même s'il y avait moins de tension lorsque la brune n'était pas là, on ne pouvait nier le fait qu'elle t'avait -presque- manqué. Et la retrouver là, anéantie, te laissait sur le cul. Que s'était-il passé ? Tant de questions et pourtant, tu restais muet, prêt à l'écouter. T'étais peut-être pas la meilleure épaule sur laquelle pleurer mais avec Agathe c'était différent. Tu faisais des efforts et prenais sur toi dans ces moments fragiles. Sans que tu ne t'y attendes, elle te posa une question bien précise. Était-elle une mauvaise personne ? Non. Ou alors, ce n'était qu'une facette qu'elle laissait croire à la plupart des habitants de cette ville. Les larmes sortirent d'un coup de ses yeux fatigués et tu t'empressas de les essuyer à l'aide de tes pouces tout en posant tes mains sur ses joues mouillées. « Agathe... » murmuras-tu en la forçant à te regarder dans les yeux. « Tu n'es qu'une mauvaise personne que lorsque tu veux laisser les autres le penser. » commenças-tu à dire avant de te racler la gorge. Ok, c'était pas franchement dans tes habitudes de faire ça mais tu faisais des efforts, parce que la voir aussi bas que terre te serrait la gorge. « Ecoute. Je ne sais pas ce que tu as fait pour te poser cette question. Mais tu n'es pas une mauvaise personne. T'es chiante, ça y a pas de doute, mais de là à dire que t'es mauvaise... » avouas-tu avec un sourire en coin, cherchant à la taquiner un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message(#) Ven 9 Juin - 13:38
Elle essayait de trouver elle-même des raisons logique à tout ce qui pouvait lui arriver de mauvais. Et peut-être que si tout se retournait toujours contre elle, c'était un signe qu'elle le méritait. Alors sûrement que dans le fond, elle devait être une mauvaise personne ce qui justifierait ses moindres malheurs et lui donnerait donc l'interdiction de se plaindre. Peut-être qu'elle était foncièrement mauvaise sans même s'en rendre compte Agathe. Elle n'en savait rien. La seule chose dont elle était sûre était qu'elle était fatiguée de ressentir ce genre de chose et qu'elle commençait sincèrement à être à bout de tout ça. Le problème avec elle et qu'elle avait toujurs des réactions difficile à contrer. Preuve étant qu'elle avait disparu un bon nombre de fois de la circulation juste parce qu'elle jugeait qu'il était trop difficile de continuer par moment et.. Ouais, elle était en train de sombrer une nouvelle fois ce qui concrètement risquait de créer des dommages irréparables. Et il prenait son visage en coupe essuyant les larmes sur son visage, regard plongé dans le sien. "Ou peut-être que je le suis vraiment et que si on finit par le penser c'est seulement parce que c'est la vérité." Est-ce qu'il pensait à cette possibilité ? Parce que vraiment, c'était peut-être ça la vérité. Et si elle était devenue foncièrement mauvaise, elle n'avait probablement pas le droit de se plaindre de quoi que ce soit. "Cole a disparu. Pouf, envolé." Un rire nerveux sortait de sa bouche alors qu'une nouvelle fois elle détournait le regard. "Juste avant, il m'annonçait qu'il allait se marier avec une autre et que j'étais en plus de ça, invité." Ses doigts se crispaient au point de rendre ses phalanges complètement blanche. "C'est de ma faute tu vois, je ne fais pas exactement ce qu'il demande ou ce qu'il veut alors je suppose que ça lui donne le droit de me rendre ridicule." Ouais, peut-être bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message(#) Lun 12 Juin - 0:34
Toujours agenouillé face à Agathe, tes iris scrutaient ses traits fins, abîmés par la fatigue et la frustration. T'essayais de la rassurer, de la remettre sur pied, mais c'était comme si elle n'avait ni l'envie, ni la force de le faire. La jeune femme te répondit, tentant tant bien que mal d'ancrer dans ton crâne l'idée qu'elle était une mauvaise personne et non juste quelqu'un qui faisait semblant de l'être. Mais tu ne la croyais toujours pas, ignorant ses paroles presque insensées à tes yeux. Tu en avais rencontré des personnes mauvaises ces cinq dernières années, foncièrement méchantes et mal attentionnées, et la méchanceté d'Agathe ne leur arrivait même pas à la cheville. Certes, elle pouvait être vile, malicieuse, une vraie petite pétasse comme tu aimais tant lui dire, mais elle restait un être fragile et perdu constamment. Tu n'eus même pas le temps de lui répondre qu'elle évoqua Cole, son petit ami, qui avait apparemment disparu. Un de tes sourcils s'arqua sous l'effet de la surprise. Disparu ? Il t'était bien difficile d'imaginer ce mec disparaître de la circulation sans prévenir personne. Mais tu t'en fichais à vrai dire, concentré sur les états d'âme de ton amie. Quel con. Tu te pinças les lèvres, signe d'un certain agacement et levas les yeux au ciel lorsqu'elle osa se mettre sur le dos tous les torts. Tu soupiras et te levas pour t'asseoir à côté d'elle « Agathe, ne joue pas à l'idiote avec moi s'il te plaît. » dis-tu, tranchant. On pouvait te sentir agacé à présent. L'évocation du gosse de riche ne te plaisait jamais, encore moins quand tu voyais l'Eliot se morfondre dans son coin pour lui. « Depuis quand tu as besoin qu'un homme te dise quoi faire ? Depuis quand tu fais ce qu'il a envie que tu fasses ? De ce que je sais, t'es une femme, pas une marionnette. » ajoutas-tu dans un effort considérable. Toi qui t'amusais tant à jouer avec la gente féminine depuis ta sortie de prison, tu te retrouvais à rassurer l'une d'entre elle en lui faisant comprendre qu'elle n'avait pas à être à la botte d'un pauvre type.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message(#) Lun 12 Juin - 14:01
Et peut-être que dans le fond, elle avait toujours été ridicule. Cela expliquerait pourquoi est-ce que les gens semblaient porter aussi peu d'importance à ce qu'elle pouvait ressentir. Cole n'avait eu de cesse de la piétiner depuis le début de leur relation n'accordant aucune importance aux blessures qu'il pourrait causer et quand il lui laissait un peu de répit, il y avait toujours un autre Eliot pour venir l'enfoncer comme si c'était leurs jeu préféré. A croire que tout le monde souhaitait tester les limites de princesse en l'enfonçant toujours plus, en cherchant le point de cassurer, à tenter de voir à quel moment elle s'écroulerait pour ne plus se relever. Et elle était fatiguée de se faire écraser de la sorte mais n'avait en aucun cas la force de continuer à se battre. Alors dans le fond, probablement que c'était de sa faute. Elle n'était pas assez forte pour résister. Avait cru avoir la carrure de la vilaine petite Eliot quant en réalité, elle restait une Quincy. Comme souvent, elle faisait les mauvais choix et ça se ressentait sur tout le reste, sur sa vie. "Mais peut-être que je le suis, peut-être que je suis juste idiote." Ne voyait-il pas à quel point elle pouvait être affectée par tout ça ? Parce que concrètement, elle n'en pouvait plus. Elle était complètement en train de sombrer à force d'un trop plein de blessure. "Regarde moi Cam ! J'essaie de lutter, je ne fais pas ce qu'on me demande et je gagne quoi à part des humiliations ?" Parce que ouais, elle avai été humiliée par ce mariage. Tous ses proches avaient été au courant et elle était donc la petite-amie sur le banc de touche, qu'on utilisait que quand on en avait réellement besoin. Tout ça parce qu'elle avait refusé de tirer un trait sur Aisling, Camille et tant d'autres qui étaient jugés sois disant pas assez bien pour fréquenter une Eliot. "Peut-être que t'as raison, je suis juste une pétasse qui pète plus haut que son cul mais que y a rien d'autre à tirer de moi." Et les larmes repartaient de plus belle. La vérité étant qu'elle était blessée à un point inimaginable. Assez pour complètement partir à la dérive.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message(#) Mar 27 Juin - 18:54
Décidément, t'étais pas vraiment fait pour rassurer les demoiselles en larmes sur ton épaule. On pouvait même dire que tu regrettais les cris et insultes habituels de la jeune femme lorsque vous vous preniez la tête à l'appartement. Tu réfléchissais, tentais de trouver les bons mots pour la rassurer, lui redonner le sourire. Mais rien n'y faisait. Elle fondait un peu plus en larmes à côté de toi sans que tu ne saches quoi faire. Normalement, t'aurais fait demi-tour, tu serais remonté sur ton vélo en lui disant de se démerder. Mais il s'agissait d'Agathe. Loin de l'image de ta petite sœur mais un corps frêle que tu te promettais de protéger coûte que coûte, sans forcément le montrer. Et alors que tu pensais la remettre sur pied, tu ne fis que l'enfoncer un peu plus malgré toi. Une pétasse qui pète plus haut que son cul. Ouais c'était ton expression préférée, ta définition quotidienne de l'Eliot. Ta main vint frotter tes yeux endoloris par la fatigue et tu pris une profonde inspiration. La suisse était anéantie, dévastée, rien ne semblait l'apaiser. Ton regard s'échappa dans l'horizon un court instant. T'étais pas la bonne personne pour être mielleux, doux, gentil. A vrai dire t'étais sans tact et un peu trop direct. Ton dos se colla au dossier du banc et tu enfonças tes mains dans tes poches « Alors quoi Agathe. Tu vas leur donner raison ? Tu vas me donner raison ? Bats toi nom de Dieu. Montre qui tu es vraiment. Et arrête de te laisser bouffer par des connards comme Colin ou Cole je sais plus son nom. » dis-tu sur un ton presque autoritaire. « Si j'ai bien appris une chose ces dernières années, c'est que jamais personne n'est réellement ce que l'on pense. Aux yeux de beaucoup, t'es la copine sur le banc de touche. Mais en réalité, t'es qui ? T'es une fille avec un passé fragile, qui a accepté chez elle un ex taulard. Tu m'as sauvé de la rue Agathe. » annonças-tu, le ton plus léger, presque doux. Ouais, elle t'a sauvé. Beaucoup trop fier, tu l'avais jamais dit à voix haute et pourtant, c'était la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message(#) Jeu 29 Juin - 23:26
Et c'était dingue qu'elle puisse se mettre dans des états pareil en fait. Parce qu'Agathe, elle s'était promise de ne plus jamais tomber aussi bas. De ne plus jamais laisser ses faiblesses prendre le dessus mais là, aujourd'hui, elle était juste en train de lâcher prise. Et probablement que ce n'était pas la meilleure chose à faire mais Agathe, elle n'arrivait pas à contrôler en fait. Elle était incapable de contrôler tout ça et ça la rendait juste dingue. Dingue de pleurer. D'être aussi faible face à Camille. Probablement que le con s'en servirait par la suite pour se foutre littéralement d'elle et il aurait raison. Parce qu'elle était pathétique à chialer comme ça. Juste pathétique. Le pire ? C'est qu'il venait presque l'engueuler d'être triste en fait. Elle le regardait pendant quelques secondes sans trop savoir comme réagir. "Je suis une pauvre meuf qui joue la garce quand en réalité, j'suis juste incapable d'être mauvaise avec les autres." Puis comme il disait, elle l'avait acceptée chez elle. Lui, l'ex taulard. Elle avait pardonné à Cole pour les horreurs qu'il lui avait faite. En fait, Agathe elle pardonnait tout à tout le monde et en récompense on se jouait d'elle, on l'a prenait pour la dernière des idiotes. Tu parles d'une vie. Ca la rendait dingue tout ça. Le pire ? C'est que Camille semblait réellement avoir de l'estime pour elle à ce moment précis et.. Elle comprenait pas. Elle ne comprenait pas parce qu'au fond, elle était persuadée qu'elle ne le méritait pas. Se mordillant la lèvre, elle s'approchait légèrement de lui, décalant son bras pour se caler contre son corps, glissant sa tête dans son cou sans trop savoir s'il allait la repousser ou non. "Merci d'être venu" qu'elle soufflait finalement. Ouais, parce qu'elle avait terriblement besoin de compagnie en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Don't loose control [Livre I - Terminé]
» Amy Wild - Firefly // If you loose yourself, your courage soon will follow
» « You don't know who you are until you lose yourself. » Alice P. Cordell
» raph + i'm bulletproof, nothing to loose.
» [2x WIN, 2x loose]Rising.Heaven vs Pirate Slippers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: RPs-