Partagez| .

J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev Lun 16 Jan - 22:14









J. D. APPLE KOVALEVSKI
fiche; en cours


C'est le 1er Octobre 1990 à Londres, que la famille Kovalevski m'ont accueilli(e) dans leurs bras, ils m'ont prénommé(e) June Dolce Apple. Je suis En couple et fort heureusement, mais si vous voulez tout savoir je suis Hétérosexuel et j'en suis fière. Je viens d'une classe sociale Moyenne. J'ai décidé(e) de poursuive des études à Harvard en Design de mode & Danse depuis maintenant 3 ans je travail comme x. Et pour terminer, je fais partie des Cabot House.

Études
Je suis une petite étudiante en design de mode et également en danse. Ce sont deux de mes très grandes passions : la mode, la musique et bouger également. Je fais partie des cheerleaders d’Harvard ; dont je suis également capitaine des pompoms girls depuis deux années de nomination. Je suis également chef de Cabot House depuis ce semestre uniquement, on me considère comme étant l’une des filles les plus populaires d’Harvard. Parce que je suis belle, charmante, je sors avec l’un des mecs les plus populaires mais également parce que durant mes temps libres, je post sur Youtube quelques vidéos de moi, jouant du piano en chantant. Oui ! Je poste des vidéos de moi-même en faisant des « cover » de mes chansons préférés…


Caractère
Comment est-ce que je suis ? Tu te fous de moi ? Tout le monde ici me connait… Enfin, t’es nouveau, je peux comprendre que tu n’en saches rien. On me reconnait par ma beauté et mon sublime sourire ; je souris tout le temps. Il est assez rare qu’une personne ne m’aime pas parce que je suis gentille avec tout le monde et je parle à tout le monde ; les plus riches aux plus pauvres, les plus fêtards aux plus geek, Médecin aux Musiciens. Vraiment tout le monde et n’importe qui, quoi. J’ai une façon d’être et de parler qui m’est assez propre. Je ne suis pas manipulatrice, je suis juste… charmante, quoi. Je n’ai pas de secret, je ne suis pas sorcière ni psychologue, c’est dans ma nature, tout simplement.

the face behind
↬ PSEUDO/PRÉNOM - Shenhuaa
↬ ÂGE - 19 ans
↬ PAYS/RÉGIONS - Sherbrooke, Qc
↬ OÙ AS-TU CONNU LE FORUM - Je suis l'une des créatrices :) Grâce à .O'wee, entre autre.
↬ TES IMPRESSIONS - Il est très beau, je suis fière de l'équipe <3
↬ CRÉDIT(S) - Tumblr
↬ AVATAR - Nina Constantinova Dobreva
↬ LE MOT DE LA FIN - Panda. Vive les pandas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev Mer 18 Jan - 22:44



histoire inspirée du film "my daughter's secret"

Everyone Has Their Own Story

Ocean Alexis William Tennessee, chef de la maison Eliot, chanteur du band le plus aimé de l’université et à la fois LE garçon le plus populaire. Il était difficile de ne pas le remarquer… puisque toutes les filles qui m’entouraient, en parlaient. Certes, je savais sa marque de guitare favorite, où se situent son coiffeur et même la marque de son détergeant à vaisselle avant même qu’il ne m’ait vu. Les gens d’aujourd’hui ne savent plus quoi dire, alors ils se mettent à stalker les autres et parler de leur vie dans leur dos… enfin, aujourd’hui tout est tellement facile avec internet.

Quoi qu’il en soit j’en suis tombé amoureuse. Les démarches que j’ai dû entreprendre pour me faire remarquer étaient un peu « extrêmes » mais bon… il faut faire ce qu’il faut. Allons allons, laisse-moi t’expliquer du vraiment tout début jusqu’à la fin. Tout a commencée il y a 21 ans…


Youth

Ma sœur et moi sommes nées en 1990, un premier Octobre. Mes parents étaient heureux d’attendre deux petites filles ; c’était un peu comme le souhait caché de notre mère, d’avoir deux filles… jumelles, en plus ! Cette occasion est assez rare et c’est tomber pile sur elle, ça l’a rendu très heureuse. Particulièrement due au fait qu’elle voulait deux enfants, mais qu’elle trouvait la grossesse très difficile. Le fait d’avoir des jumelles lui aura au moins épargnée l’une d’entre elles.

Mais à la naissance, ils ont remarqués que les deux filles avaient quelques différences, mais pas suffisamment pour que les nouveaux parents arrivent à la différencier. Heureusement pour eux, j’avais un petit grain de beauté sur l’épaule que ma sœur n’avait pas, pendant quelques temps c’était ce qui arrivait à nous différencier. Ensuite, ils ont commencé à s’habituer et nous reconnaître par notre caractère. Enfin… ma mère, surtout. Mon père a mis beaucoup, beaucoup plus de temps à nous différencier. Faut dire que c’était surtout notre maman qui s’occupait de nous lorsque nous étions jeunes. Rio et moi étions des petites filles plutôt calmes, même si ma sœur était un peu plus excitée que moi. Eh oui ! Même toute petite, elle parlait plus fort que moi et prenait beaucoup plus de place… Avec le temps, ça a fini par taper un peu sur les nerfs de nos vieux, qui adoraient le calme et le silence. J’étais comme eux ; douce, petite et je ne parlais que si c’était nécessaire. Mais notre famille était tout de même comme toutes les autres, hormis le fait que nos parents étaient assez riche et avaient leur principe. Les Kovalevski avaient un nom, dans ce monde et il fallait absolument que leurs filles soient digne de ce nom.

Quoi qu’il en soit, un avenir les attendait. Leur parents avaient déjà prévue de l’argent pour leur études et continueraient de mettre d’autres sous dans leur compte. Elles iraient à l’université, l’université d’Harvard, d’ailleurs. C’est là que les deux tourtereaux se sont rencontrés ; Maman Kovalevski faisait partie des Cabot et elle avait bien l’intention d’en faire une tradition. Le père, lui, faisait partie des Eliot. Les deux filles iront à Cabot, c’était déjà prévue.


teenage

Au collège j’avais réussi à me faire une place. Malgré mon jeune âge, j’avais un petit pas d’avance sur les autres filles de mon âge. J’avais un peu plus de poitrine qu’elles, toujours un visage assez jeune mais beaucoup moins. J’en faisais, des jalouses… parce que les garçons s’intéressaient beaucoup plus à moins qu’une autre. Cependant je détestais avoir cette impression, mon but était tout sauf me faire des ennemis. C’est pourquoi j’ai décidée de ne sortir avec aucun garçon. De toute façon, aucun d’entre eux ne me plaisait et puis ils semblaient uniquement s’intéresser à mon corps qui devenait adulte.

C’était pareil pour ma sœur jumelle. Nous étions considérées comme les deux plus belles filles de l’école… Mais Rio a un caractère différent du miens, elle est tombée amoureuse quelques fois contrairement à moi… Nos parents, particulièrement notre père, n’étaient pas très heureux d’apprendre qu’à 13 ans elle pouvait déjà fréquenter de jeunes garçons.

Un an plus tard, nos parents ont décidés que nous devrions changer d’air. Rio et moi n’étions pas tellement pour, jusqu’à ce qu’on nous annonce qu’on quittait l’Angleterre pour vivre le rêve américain… à New York ! Oui, nos parents aimaient voyager, mais nous n’avions encore jamais mis les pieds dans un autre pays que le nôtre. Bref. Nous avions fait nos bagages et fait nos au revoirs à nos amis, que nous garderons en contact via MSN et e-mail.

L’aéroport était énorme. Mes parents étaient experts en la matière ; ils savaient exactement où aller et comment ça fonctionnait. Nous, nous avions simplement à les suivre. Ma sœur et moi aimions beaucoup se tenir tout près et s’habiller de la même façon. Nous n’étions pas identiques, mais on avait tout de même l’impression de l’être. C’était ma meilleure amie et j’avais de la chance, parce que c’était ma sœur et que jamais nous allions nous séparer. Je faisais toutes les activités les plus fun avec elle… Lorsque nous allions au cinéma, dans un parc aquatique ou même tout simplement à la patinoire. Toujours. Nous étions toujours ensemble.

Notre avion était arrivé et nous avions déjà nos bagages d’enregistré ainsi que toute la paperasse. Je n’aurais jamais cru que prendre l’avion pouvait être aussi long, mais excitant à la fois. J’étais assise tout près de ma sœur, je refusais de me séparer d’elle. De toute façon, ça n’avait jamais dérangé qui que ce soit, que je sois autant attachée à elle. Surtout que c’était le même pour Rio… c’était une amitié réciproque.

À New York, nous habitions dans l’Upper East Side, dans le district des « bas de soie ». Vous l’aurez deviné, nos parents étaient riches. Ici, nous avions fait beaucoup d’amis dès le premier jour de classe. Les autres jeunes de notre âge étaient attirés par notre accent anglais mignon, par nos vêtements à la mode et notre beauté naturelle. Encore une fois, nous étions en quelque sorte les filles populaires. Ma sœur faisait craquer beaucoup de jeunes hommes, brisait leurs cœurs aussi. Pour ma part, je me respectais toujours ; aucun garçon en vue, que des amis. Et encore, je préférais trainer avec les filles. Pour ça, je n’avais jamais réellement créé de jalouse, pas à ma connaissance en tout cas.

Puis, un an après notre installation ici, il y a eu Maybel Huntzberger. Très rapidement devenue la meilleure amie de ma sœur. Physiquement, elles étaient pareils à l’exception que l’une était blonde et l’autre brune ; elle était toute les deux biens élancées et franchement, elle attirait énormément les garçons. Ma sœur et moi sommes un peu éloignés dans la cours d’école, mais elle était toujours considérée comme étant ma meilleure amie. Je passais également beaucoup de temps avec Maybel, que je considérais avec le temps ma sœur aussi. Je ne me doutais pas du tout de ce qui se tramait entre ma sœur et elle, cependant. Si j’avais su qu’elles étaient rivales et meilleures amies à la fois, jusqu’au complexe de beauté, j’aurais fait tout ce qui est en mon pouvoir pour les raisonner.

Mais voilà: ce n’est pas le cas. Du jour au lendemain elles ont cessés de se parler. Je tentais de comprendre Rio, qui était très subitement devenu l’ennemi #1 de nos parents. J’avais l’impression qu’il se passait quelque chose qu’uniquement moi n’était pas au courant… Une semaine dans ce grand mystère, j’ai fini par apprendre une triste nouvelle. Et de la mauvaise manière… Ma sœur et moi nous sommes mis à nous disputer violemment. Lorsque j’entrais dans sa chambre pour prendre quelque chose que j’avais oublié, par exemple, elle me lançait des oreilles et me poussait jusqu’à la sortie. Comme une grande sœur qui a besoin d’intimité et que son petit frère agaçant la dérange… Pourtant, Rio et moi avions toujours eu une relation forte et jamais auparavant elle m’aurait fait un truc du genre.

Elle ne cessait pas de m’envoyer des vannes et ne me regardait plus en face. C’était devenu le cauchemar… J’en parlais à mes parents, mais aucun d’entre eux n’osait me dire ce qu’il se passait. Je n’avais droit qu’à « ta sœur est une trainée ». Elle était donc devenue ça, à leurs yeux ? Une trainée ? Mais bordel, qu’avait-elle fait ?

Les vacances d’été sont arrivées, et notre famille allait rendre visite chez nos grands-parents à Londres. Ça nous donnera également l’occasion à Rio et moi de retrouver nos anciens amis et peut-être nous retrouver également. À mon plus grand malheur, elle ne m’a pas parlée du tout durant tout le trajet d’avion… Est-ce que je lui avais fait du mal ? Dieu sait que je ne l’aurais jamais voulue.

Comme prévus, nous avions revus nos amis. Cela m’avait fait énormément de bien, de retrouver des personnes que j’aimais beaucoup et que j’ai dû quitter sans réellement le vouloir. Je me sentais un peu moins coupable en sachant que je pouvais encore leur rendre visite ! Bref. Rio et moi avions également retrouvé l’un de nos amis en commun, Sullivan. L’un de mes « fans », si on peut dire comme ça. Ce mec semblait m’apprécier… enfin, m’aimer, plutôt. Ce qui n’était pas mon cas. Il me faisait des avances… il était plutôt mignon, mais… pas mon style. J’préférais le célibat, de toute. Je n’avais jamais eu de petits amis mais ça ne me semblait pas si intéressant que ça.

C’est en rentrant chez notre grand-mère ce jour-là que j’ai appris ce qui la faisait me détester tant que ça. Nous partagions la même chambre d’amis où nous avions un lit simple chacune. Rio a craquée et s’est mise à pleurer… naturellement, je m’approche d’elle et lui demande ce qu’il se passe mais elle m’a tout de suite violemment repoussée.

- Ne t'approche pas de moi !
- Mais bordel Rio ! C'est quoi ton problème ? Ça fais des jours, des SEMAINES que tu ne me dis plus rien ! Qu'est-ce que j'ai fais de mal ?
- Ce que t'as fait de mal... ?

Elle s’est soudainement mise à rire, nerveuse et légèrement névrosée… Je me sentais mal à l’aise. Du coup, j’ai eu des doutes. J’avais vraiment fait quelque chose pour l’insulter autant… ?

- Dis-moi comment tu fais...
- Comment je fais quoi ? Putain arrête d'être aussi mystérieuse !
- Pour que les gens t'aiment autant ! Maman, papa et même Sullivan, merde !
- Je...

Alors c’était ça ? La popularité ? C’était quelque chose que je ne contrôlais absolument pas… quelque chose que je n’ai jamais demandée d’avoir. Mes parents me préférait à elle parce que je n’avais encore jamais désobéit. Je sais que ça ne devrais pas avoir lieu : un parent doit toujours aimer son enfant peut-importe sa réputation ou son degré de délinquance. Mais… tout ça n’était pas de ma faute. Et Sullivan ? Je ne savais même pas qu’elle avait un œil sur lui ; et puis de toute façon, il ne m’a jamais intéressé et je l’ai toujours repoussée !

- Je n'en sais rien !

Elle essuyait ses larmes et relevait la tête. Puis elle soupirait. Je me décollais et posais mes mains sur mes cuisses. J’avais la gorge nouée, je n’aurais jamais pensé que ce serait une raison pour nous séparer… moi qui nous croyait inséparable.

- C'est surement parce que t'es plus mince... plus jolie.

J’étais sous le choc. Ma sœur devenait un peu dingue. Jamais elle nous avait comparée ; on est jumelle, quoi ! Je n’aurais jamais pensé qu’elle pouvait me faire ça… et en plus, on devait faire les mêmes kilos, ou quasiment les même. En tout cas Rio n’était pas du tout grosse et moins jolie. Je soupirais et m’approchais à nouveau…

- Dis pas ça... t'es belle, Rio. T'es parfaite comme tu es.


young adult

Je suis retournée chez moi avec mes parents ; cependant, ma sœur Rio est restée chez nos grands-parents pour une raison qui m’était inconnue. J’ai décidée de ne pas trop poser de question… peut-être avait-elle besoin d’un peu de recul, vu comment elle semblait m’en vouloir et à nos parents également.

Mais lorsque je fus de retour chez moi, j’ai compris que la vie n’était pas facile sans sa sœur jumelle. Notre dispute m’avait terriblement affectée aussi ; pourquoi est-ce qu’elle croit que je suis plus mince et plus belle ? Je n’ai pourtant jamais dis que je l’étais et s’il y a bien quelqu’un qui ne se vantait pas de tout ça, c’est moi ! Je ne suis jamais sorti avec un garçon de toute ma vie… et c’était pour ce genre de raison. La popularité ne signifie donc pas l’amour ; je n’avais pas besoin d’un homme pour comprendre que tout ce qu’ils voulaient, c’était le mérite d’être l’élu qui « fait battre mon cœur ». Aimer, c’est donner la permission à quelqu’un de te briser le cœur.

Rio me manquait… c’était vraiment très très dur. Je n’avais rien dit à mes parents à propos de notre dispute et encore moins à mes amis lorsqu’ils m’ont demandés qu’advenait de Rio. Maybel a tentée plus que tout le monde d’avoir des réponses, mais je pouvais voir dans son regard qu’elle n’en avait rien à foutre. Je ne lui répondais donc pas…

Plusieurs jours ont défilé et j’ai arrêtée de manger. Je n’en avais tout simplement pas l’envie, pas la force. Avez-vous déjà entendu dire que des sœurs jumelles séparés pouvaient vivre la même chose ou presque, à un moment très semblable ? Eh bien voilà… Ma sœur et moi avons découvert notre anorexie à peu près à même temps et c’est ce qui a causé le déménagement de Rio et le déménagement de ma sœur a causé le mien. De plus, j’ai également développée une dépression… je ne voyais plus personne et à l’école je préférais être dans mon coin.

C’est alors que je l’ai rencontrée, ce garçon qui faisait de la photographie tout près de la fontaine du central park, auquel j’aimais bien m’asseoir pour réfléchir. Il était beau et s’intéressait à moi. Tout de suite j’ai été attirée par lui et nous avions échangés quelques mots, pour finir par échanger nos numéros de téléphone. Il semblait jeune et plutôt sympathique, comme tout autre jeune garçon finalement…

Après quelques rencontres, quelques sorties secrète avec lui à me faufiler par la fenêtre pour rejoindre sa voiture, j’ai finalement appris qu’il avait 24 ans alors que je n’en avais que 17. De faute que j’avais l’air d’une jeune femme de 20 ans et lui également ; nous ne pouvions pas savoir, ce n’était en aucun cas une histoire bizarre de pédophilie.

Alors j’ai tout effacée ces souvenirs. Nous avions effacés ces souvenirs, Cameron et moi. Il a été mon premier petit ami après tout et je me sentais honnêtement aimée par lui, honnêtement en sécurité également… Il était photographe, mais malheureusement son métier ne rapportait pas beaucoup. Il avait un studio dans son sous-sol où il aimait bien me prendre en photo. J’étais un peu devenue sa muse, sa source d’inspiration. Je me sentais bien, et j’étais folle amoureuse de lui. Jusqu’à ce qu’un soir, il arrêtait sa voiture devant un fast-food alors que nous devions aller au cinéma avec l’un de ses potes dans la voiture. Sans dire un mot, Cameron se pencha vers moi et m’embrassais tendrement et langoureusement, je lui demandais ensuite ce qu’il se passait.

- Cameron, pourquoi est-ce qu'on s'arrête ici ?
- Surveille les lieux Apple.
- Qu... Quoi ?

Cameron sortait un fusil de son sac et je me callais dans mon siège. Immédiatement, j’ai compris ce qu’il allait se passer. Je lui criais de ne pas faire ce que je croyais qu’il allait faire…

- Non... non non non ne fait pas ça ! Ne m'implique pas là-dedans Cameron !
- Tout ira bien...

Il quittait la voiture et se mit en route vers la caisse juste en face. J’étais prise dans la voiture, avec un haut de cœur horrible. J’aurais voulu sortir de la voiture, mais l’endroit était beaucoup trop public… Bien que le restaurant fût fermé et que les rues étaient vides, un vieillard est passé par là. J’étais cuite. Forcée de rester à bord de la voiture, la tête baissée pour m’assurer qu’on ne me voit pas à bord de la voiture. Ma vie était ruinée.

Quelques temps après, les deux garçons étaient de retour et ont foncé droit vers ma maison, quelques blocs plus loin comme à l’habitude, histoire que mes parents ne les vois pas. Je me sentais plus que mal… je n’avais jamais désobéit à mes parents et là, j’étais prise dans cette situation merdique.

- Co... Comment peut-tu me faire ça ? J'croyais qu'on s'aimait tous les deux...

J’étais en sanglot. J’avais envie de vomir et je tremblais de partout. Ce soir était sans doute la pire soirée de ma vie… j’étais considérée comme étant impliquée dans le crime, malgré le fait que j’en sois pas du tout consentante et que je n’ai même pas été au courant.

- Comment peut-tu être aussi naïve ?

Prononçais Jeremy, son ami, un peu pour se foutre de ma gueule. Je pleurais de plus belle et sortie de la voiture. Jeremy baissais la fenêtre de son côté de la voiture et me sourit.

- Hé. Ne dit rien. J'en connais un peu trop sur ta sœur... Il se peut bien qu'elle perd la tête, si tu vois ce que je veux dire.

Aussitôt la voiture démarra et j’essuyais mes larmes. J’étais également forcée de ne plus parler maintenant, car si je disais un mot, ma jumelle risquait d’être en danger. Je retournais donc chez moi, heureusement mes parents dormaient… j’ai pu me faufiler en douce jusqu’à ma chambre, où j’ai passé mes 24 prochaines heures enfermés, sans manger, sans dormir, sans parler à personne.

Je l’ai donc appelée, la pression était trop forte… Je me sentais mal. Mais il m’a rassuré… il m’a dit que ce n’était pas sa première fois et que s’il faisait ça, c’était pour arriver à payer son loyer. Je déglutis, je n’étais toujours pas à l’aise… mais un peu rassurée parce qu’il m’aimait et ce n’était pas un mensonge.

- Je t'aime Apple. Je ne laisserais pas Jeremy toucher à qui que ce soit... plus jamais.
- Quoi ? Qu'est-ce que tu veux dire par là... ?
- Il n'arrivera rien à ta sœur. Je te promet.

J’ai donc fini par me convaincre que ce n’était pas si grave, après tout. Puis, quelques jours plus tard, j’ai ouvert la télévision, un homme témoignais… c’était ce vieillard que j’avais vue passer près de la voiture. Il disait avoir vue une jeune femme dans l’auto. Ensuite des images d’ambulancier étaient à l’écran… selon le reporter, un homme avait perdu la vie suite à deux balles reçus à la tête. Je déglutis et me suis mise à paniquer. J’ai immédiatement appelée Cameron, sous le choc. Il avait quitté la ville, sans ne rien m’annoncer… Durant deux semaines à l’appeler à tous les soirs, je n’ai eu aucune nouvelle. J’ai donc dénoncée la vérité à mes parents… qui étaient plus que sous le choc. Mon père a directement prit ma défense puisque ça impliquait la vie de Rio et nous a pris le meilleur avocat en ville. La police nous a cru et heureusement, puisque c’était la vérité. J’ai fournis les quelques photos que j’avais de Cameron et Jeremy et cela correspondait aux images de la caméra… Je m’en suis donc sorti impec’. Quelques jours après, ils ont découvert le corps de Jeremy pendu dans son appartement… Les autorités avaient des preuves qu’il avait été la personne qui a tiré ces deux coups de feu, notamment une déclaration dans sa lettre de suicide. Cameron avait simplement quitté la ville, les policiers étaient toujours à sa recherche.

Quelques mois plus tard, ma vie a repris un cours normal. Rio était en sécurité maintenant que Jeremy n’était plus dans les parages… Je faisais confiance à Cameron même s’il était disparu de la map

Nous avions donc emménagé à Cambridge, mes parents avaient complètement oublié cette histoire. J’étais toujours considéré comme étant la petite fille parfaite à leurs yeux, car ceci était un « kidnapping », autant le dire. Rio nous a rejoints là-bas, elle et moi avions été acceptées à Harvard. Nos parents étaient si fiers…


today

C’est donc dans mon quartier que j’ai rencontré mon nouveau meilleur ami : Jude. Il était mon voisin, alors que nous vivions dans un duplex… C’est marrant car mon premier prénom est June, alors nous avions l’habitude de nous dire que « nous sommes pareil, à l’exception d’un d ou un n » et sans parler du fait qu’il est un garçon et moi une fille, bien sûr.

Le jour venu du “Housing day”, je me suis inscrite à Cabot. Ma sœur a prétendu s’y inscrire aussi… mais elle a plutôt été inscrite à Mather house. Voilà quelque chose qui a enragé mes parents, et encore une fois, ils étaient fiers de moi plus qu’elle.

Puis voilà. Premier jour d’école, je suis directement tombée sous le charme de ce fameux Ocean… Je me suis demandé pourquoi au début, mais après plusieurs heures à le voir dans ma soupe, rêver à lui et le stalker pendant mes heures perdu, j’ai compris. Ocean est une reproduction complète de Cameron. Physiquement, bien sûr.

Il était si beau et populaire… et il avait mon âge ! C’est ce que toutes les filles disaient. Enfin… il avait un an de plus, mais ce n’était pas 7 ans de différence, quoi. Bref… sans que je ne dise quoi que ce soit, je suis encore (très étonnamment, tiens !) devenue l’une des filles les plus populaires qui fréquentait les couloirs d’Harvard. Jude m’a présenté à son meilleur ami, qui a directement tombé amoureux de moi (c’est ce qu’il disait) et quelques semaines plus tard, j’en suis aussi tombée amoureuse. Il s’appelait Ezra, un jeune homme séduisant, qui avait de très beaux yeux. Il avait même réussi à me faire oublier Ocean pendant un moment mais j’ai rapidement ouvert les yeux lorsqu’un soir nous étions seuls chez lui…

Il m’embrassa langoureusement sur le canapé. J’étais très à l’aise jusqu’au moment où il décide de passer aux choses sérieuse et d’augmenter la pression sur mes lèvres… Je tentais de ralentir le baiser, mais il me forçait à m’allonger : Là, c’était de trop. Je repoussais Ezra…

- Mais qu'est-ce que tu fous ?!
- Bah ça se voit non ?!
- Ezra, non ! Je n'suis pas prête...
- Mais putain quand est-ce que tu l'seras ? Ça fais 3 mois maintenant !
- Ah... Alors c'est... c'est ça que tu veux toi aussi ?

Je déglutis et me relevais. J’étais sous le choc… Je me préparais rapidement à partir, lorsqu’il a vidé son sac.

- Quoi tu t'en ai jamais douté ? Attend attend... t'es belle, sexy même ! Populaire et vierge en plus. C'est normal qu'entre mec on parle de toi et se donne ce genre de défi !
- Défi... ? C'était un défi ! Putain je rêve ! T'es dégueulasse.

Je le giflais puis quittait rapidement la demeure ; j’étais en larme. J’avais terriblement mal… Je n’osais même pas en parler à Jude et puis de toute façon, ce n’était pas mon genre de me mettre entre deux amis. J’ai donc décidée, en rentrant chez moi, d’appeler ma meilleure amie Torrey. Oh, qui est d’ailleurs la plus belle personne que j’ai rencontrée ! Intelligente, drôle, sympathique… Nous avons le même âge, et faisons toutes les deux parties des pompoms girls, avec notre autre meilleure amie, Lara.

- Quoi ? Un défi ?! Cet enfoiré ! Il va le payer. Si jamais il te fait encore du mal je- !
- Torrey... laisse tomber, c'est qu'un enculé. Il ne mérite juste pas d'attention.
- T'as raison... enfin... ça va ? Tu veux de la compagnie ?
- Ça va, ça va... t'inquiète pas.

L’année d’après, j’ai commencée à frequenter le gars de mes rêves : Ocean Tennessee. Je me suis rapidement rendu compte qu’il était chanteur dans un band, vachement populaire à Harvard… toutes les filles étaient folle de lui, mais il m’appartenait ; qu’à moi. Il ne m’aimait honnêtement, pas comme les autres. Il avait sa propre popularité et n’avait pas besoin de la mienne. J’ai été nommé chef des cheerleaders, et également chef des Cabots. Mes parents étaient plus que fiers de moi ; et Ocean ne semblait pas désirer me « dévierger » le plus rapidement possible. Je pense avoir trouvé mon idéal ; celui qui ne me presse pas pour faire l’amour, et il me laisse faire mes prières avant de manger et de dormir sans broncher. Cependant, je ne me doute point de son petit secret.

Entre Jude qui vient de perdre sa mère et son fils, Ocean qui me cache quelque chose, Rio qui me boude et Ezra qui fait toujours les cons, je me demandais comment ça se passera cette année. Quoi qu’il en soit, cela fait bientôt deux ans que je sors avec mon beau brun. J’ai hâte d’apprendre de nouveaux potins…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev Jeu 19 Jan - 1:24

Hihi tu fais comme moi amigo poncho♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev Jeu 19 Jan - 1:58

À voir comment je fais de longues histoires desfois... j'me dis que c'est mieux de prendre précaution :x
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev Jeu 19 Jan - 2:28

MAIS C'EST MA PETIITE-AMIIEEEEE Ö ----»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev Jeu 19 Jan - 20:57

ET C'EST MA TWIIIIIIN SISTER :cute:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev Jeu 19 Jan - 23:34

Hey ta pas mis la bonne âge dans ton profil dude! D:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev Jeu 19 Jan - 23:42

Haha mon profil stai ma vrai date :p J'avais mis ça because j'savais pas encore quelle âge j'avais mais j'devais voir le résultat du profil !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev Jeu 19 Jan - 23:44

Okay (:
le truc de réput' m'énerve parce qu'il fait plein d'espace con!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev Jeu 19 Jan - 23:54

moi aussi T_T
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev

Revenir en haut Aller en bas

J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» J.D. APPLE KOVALEVSKI ► nina dobrev
» J. D. APPLE K.-MCDOUGALL ► Nina Dobrev
» Felicie ____ Ft Nina Dobrev [ En Construction]
» J.D. APPLE KOVALEVSKI ► Nina C. Dobrev
» Nina dobrev

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: Je passe les SATs :: Présentations archivées-