informations
Cette nouvelle version est signée persona et nympheas. Nous remercions également cc crush (listings des membres), ange tuteur (messenger) et never utopia (barre latérale) pour leurs aides précieuse. On vous souhaite un bon mois d'octobre à Boston. Il est temps de faire du shopping, on commence à se les géler !
VERITAS ; application cruelle permettant de découvrir ou faire découvrir tous les petits secrets sur son entourage. Impossible de cacher quoi que ce soit, impossible d'avoir des secrets. Veritas dévoile tout, sans sourciller. Et vous ? Irez-vous dénoncer vos amis ?
milo novak » newbie du mois
cece wang » membre du mois
lottie windsor » cdc du mois



 

 ::  :: City center :: Massachussetts General Hospital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron

LINK THIS POSTMer 25 Sep - 19:27
Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 1569237527-paul6
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Nowhere
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Doc
, j'ai : 35
ans, et si t'es curieux, je suis : marié, enfin il paraît. Mon mari a foutu le camp après une énième dispute un peu trop violente j'dois l'avouer. J'ai pas été le mari parfait, mais lui non plus. Après tout on était deux gamins à peine sortis des études, mais récemment j'ai finis par retrouver sa trace, enfin. Et me voilà. Prêt à en découdre une bonne fois pour toutes, même si je le hais violemment de s'être enfuit comme un lâche.
Je viens de : Boston
Dans la vie, je suis : Chirurgien traumatologue
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Bradley James

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Aleksie
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 23/09/2019
, d'où les : 17
messages, dont : 3
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Moi-même
. Pour finir, je joue également : No one.

Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 1569237527-paul6
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Nowhere
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Doc
, j'ai : 35
ans, et si t'es curieux, je suis : marié, enfin il paraît. Mon mari a foutu le camp après une énième dispute un peu trop violente j'dois l'avouer. J'ai pas été le mari parfait, mais lui non plus. Après tout on était deux gamins à peine sortis des études, mais récemment j'ai finis par retrouver sa trace, enfin. Et me voilà. Prêt à en découdre une bonne fois pour toutes, même si je le hais violemment de s'être enfuit comme un lâche.
Je viens de : Boston
Dans la vie, je suis : Chirurgien traumatologue
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Bradley James

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Aleksie
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 23/09/2019
, d'où les : 17
messages, dont : 3
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Moi-même
. Pour finir, je joue également : No one.

Même le ciel s'indigne.


7 heures, début de ma garde, il ne fallait pas une minute de plus pour que mon biper sonne. Moi qui m'étais plains la veille que la journée était trop calme, aujourd'hui ça commençait fort apparemment. Un coup d'oeil au petit boitier noir m'appris que c'était mon résident qui faisait appel à moi pour un AVP. Ok, pas le temps de rêvasser, c'est en courant que je passais la porte des soins intensifs, puis celle du box 3 où Alexander se trouvait déjà, les mains dans l'abdomen d'un type qui avait percuté un camion sur l'autoroute. Quelques secondes pour analyser la situation, lisant en diagonale le dossier du patient, qui avait apparemment de multiples hémorragies et une jambe avec fracture ouverte. Je levais donc les yeux vers Alex avec qui je travaillais maintenant depuis un mois. Quand j'étais arrivé le premier jour on m'avait simplement présenté le phénomène en me disant que ce serait mon résident. Une méthode d'enseignement qui ne m'avait pas choqué outre mesure, à son niveau d'études il avait choisit sa spécialisation, il lui fallait donc un enseignant et cet enseignant c'était moi. Cette année c'était aussi l'année des premières interventions en solo pour lui. Pour commencer depuis un mois je l'emmenais régulièrement au bloc avec moi pour m'assister et je le laissais effectuer de nombreuses méthodes lui-même puisque j'avais reconnu un grand potentiel en lui, il connaissait son métier c'était évident.
Mais aujourd'hui c'était un grand jour. Son grand jour.
« Ok, on traîne pas ! Que quelqu'un nous réserve un bloc et on le monte maintenant ! Et bipez-moi un ortho! » Une fois dans l'ascenseur, je déposais une main sur l'épaule d'Alex. « Tu vas voler en solo aujourd'hui, Windsor. Evidemment j'suis là si ça dégénère.» Je lui fis un bref hochement de tête pour l'assurer que tout allait bien se passer. Une fois au bloc, nous nous préparâmes comme d'habitude, avec les règles d'hygiène strictes de l'hôpital et de tout corps de métier médical, en fait. Je retirai donc mon alliance que je pris une seconde à observer en silence avant de la glisser dans la poche de mon pantalon de bloc. Foutue bague, pourquoi diable continuais-je à la porter?
Pendant toute l'opération je me tenais en retrait, les bras croisés sur le torse, prêt à intervenir à tout moment mais mon élève semblait très bien maîtriser la situation, il s'occupait méthodiquement des sources d'hémorragies les unes après les autres comme on lui avait appris à le faire, et faut dire que je me sentais assez fier même si je n'étais pas responsable de l'intégralité de sa formation. Ces dernières semaines nous avions sauvées un certain nombre de vies ensemble, et j'aimais bien son côté sensible, qui selon son ancien mentor était une faiblesse et faisait de lui un mauvais médecin. Mais comment aurais-je pu avoir le même avis que lui alors que j'étais moi-même passé par cette phase où je rentrais pleurer chez moi quasiment tous les soirs?
[...] Mais c'est là que le drame se produisit, le coeur du patient était presque en lambeaux et une violente fibrillation l'entraîna vers l'arrêt cardiaque. Je regardais Alexander m'appeler de façon désespérée, mais je savais d'ores et déjà qu'il n'y avait plus rien à faire. Finalement je ne m'approchais qu'au bout de dix minutes, pour poser une main sur son poignet ensanglanté, dans ses mains il tenait les palettes. « C'est fini Windsor... Donne moi les palettes...» Je laissa ma main glisser doucement jusqu'à ces dernières et les lui pris des mains. Mon élève semblait hébété, ailleurs, et cela me fendit le coeur. Je savais parfaitement ce qu'il éprouvait. Aussi pour ne pas lui en rajouter je levai les yeux vers l'horloge. « Heure du décès 7h46.» Sa première véritable intervention en solo s'était soldée par un échec, pas de sa faute, mais parce que le gars était bien trop amoché. Pourtant je savais qu'il s'en rendait coupable.
Alors pendant que les infirmières commençaient à le recoudre pour le rendre présentable je restai là, silencieux, derrière lui, à attendre une réaction, un mot, un cri, n'importe quoi.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
I DON'T WANNA BE YOU ANYMORE
Aaron B. Gladus
Voir le profil de l'utilisateur
Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 1569237527-paul6
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Nowhere
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Doc
, j'ai : 35
ans, et si t'es curieux, je suis : marié, enfin il paraît. Mon mari a foutu le camp après une énième dispute un peu trop violente j'dois l'avouer. J'ai pas été le mari parfait, mais lui non plus. Après tout on était deux gamins à peine sortis des études, mais récemment j'ai finis par retrouver sa trace, enfin. Et me voilà. Prêt à en découdre une bonne fois pour toutes, même si je le hais violemment de s'être enfuit comme un lâche.
Je viens de : Boston
Dans la vie, je suis : Chirurgien traumatologue
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Bradley James

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Aleksie
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 23/09/2019
, d'où les : 17
messages, dont : 3
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Moi-même
. Pour finir, je joue également : No one.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Empty
LINK THIS POSTMer 25 Sep - 23:49
Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_inline_ouoruqQGtA1sbcjql_250
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge, près du campus.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Alex
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : Célibataire, faisant battre bien des petits coeurs qui se briseraient en mille morceaux s'ils savaient.
Je viens de : Londres, au Royaume-Uni
Dans la vie, je suis : Étudiant en dernière année de Traumatologie (M) et Chirurgie Reconstructice (m)
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Daniel Bederov.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Kovnic
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 04/08/2019
, d'où les : 902
messages, dont : 3
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Morrigan
. Pour finir, je joue également : Aucun autre compte.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_nus073FrMn1r1hz6jo9_250
Alexander Edward Windsor
(your heart's too big for your body)
bio : Tu es né le 7 décembre 1992 à Londres. Un an après ton grand frère William. Ta naissance passe quasiment inaperçue en Angleterre à cause du contexte socio-économique morose. Tu as grandi au sein d’une cellule familiale exclusivement composée de femmes et déplore l’absence d’un modèle masculin à prendre en exemple. Tu entretiens des rapports fluctuants et complexes avec ton frère William. Bourreau de jadis craignant que tu l’occultes, tes échanges avec lui se limitent au minimum syndical désormais. Complice avec tes sœurs, bien qu’elles ne ratent jamais une occasion de t’asticoter, tu t’es petit à petit éloigné d’elles de peur qu’elles n’accueillent pas bien la nouvelle de ton homosexualité. Tu es platoniquement et honteusement épris de ta demi-sœur, Wilhelmina. Femme de ta vie, alter ego ; tu es incapable de rester plus d’une semaine sans la voir. A quinze ans, tu as perdu ta virginité avec le fils de l’ambassadeur de Turquie. Tu représentes et remplaces ton frère au pied levé lorsqu’il n’est pas enclin à honorer ses obligations royales. Le plus souvent avec Wilhelmina à ton bras. Généreux, altruiste et très impliqué dans le domaine associatif, tu es l’un des membres de la famille royale préféré du peuple. Ta vocation pour la Traumatologie t’es venue à l’occasion d’une visite aux militaires britanniques sur le front afghan en compagnie de ton père. Figurant parmi les plus beaux partis d’Angleterre, tu es la proie favorite paparazzi et redoutes que ton secret soit dévoilé. Tu entames ta dernière année de Doctorat en Traumatologie et Chirurgie Reconstructrice.

caractère - Charismatique et magnétique , tu attires les regards de ta simple prestance et de ton allure. Bien qu’éloquent, ta discrétion, ta réserve et ta retenue font de toi quelqu'un de taciturne, silencieux et peu loquace. Tu tires ton épingle du jeu par le biais de ta culture, ton savoir et ton érudition. Calme, pondéré et toujours souriant, tu es à ton grand dam le béguin d'une flopée de ladies. L'archétype du gendre idéal. Celui qui en toute circonstance, s'arrange pour toujours être propre sur lui, impeccable et irréprochable. Le garçon de bonne famille ayant toujours un petit mot gentil et aimable. Poli, courtois, prévenant et avenant ; tu es rompu à l'art des bonnes manières. À même de conserver ton calme dans l'urgence, tu es très réactif sous la pression. Acteur né, tu es doué d'improvisation et sais faire face à l'imprévu. Naïf, crédule, influençable, manipulable et ayant foi en l'être humain ; tu ne vois souvent que le bon chez autrui et peine à déceler la bassesse. Magnanime et clément, tu accordes trop facilement ton pardon aux personnes t'ayant causé du tort. Diplomate, pacifiste et médiateur dans l'âme, tu as le chic pour trouver les mots permettant d'éteindre les feux de l'animosité. Fleur bleue, grand romantique et rêveur, ton palpitant de guimauve fond comme neige au soleil devant le sourire d'un galant, et tu tombes pour ton plus grand malheur facilement amoureux.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 1568913226-windsor
now we got bad blood
(won't you be a good sister)
Jacob W. Windsor : Alex a bien vite compris que jamais il ne ferait le poids, ni ne serait en capacité de soutenir la comparaison face à cette âme de leader. L'ainé a d'ailleurs très tôt marqué sa suprématie, en prenant un malin et cruel plaisir à rappeler à son frère qu'il n'est "que" le second. Tanguant sur le filin de l'indifférence, leurs échanges se résument aujourd'hui à des banalités affligeantes, des futilités d'usage distillés de-ci de-là et d'assommantes platitudes débitées avec parcimonie. Beth M. Windsor : Beth déteste rentrer dans le droit chemin et c'est surement d'elle qu'il est le moins proche dans la famille. Trop semblables ? Est ce qu'elle le voit tel qu'il est et lui en veut de ne pas s'assumer et de faire le gentil qui suit les règles la laissant passer pour la méchante ? La communication n'est pas ce qu'il y a de plus naturel entre ces deux là. Bella Windsor : [...] Lottie Windsor [...] Wilhelmina Windsor : Alex et Wilhelmina se sont toujours très bien entendus tous les deux, ils se comprenaient et passait beaucoup de temps ensemble. Wilhelmina voit Alex comme son véritable frère, le seul de la fratrie Windsor qui semble accepter sa présence. Elle a aussi été la première à savoir pour l'homosexualité d'Alex.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_nus073FrMn1r1hz6jo4_250
and it's all fun and games
(till somebody falls in love)
PRESENT - Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte
PAST - Léonidas de Savoie : Son tout premier grand amour. Sa "deuxième fois". Un flirt d'adolescents en quête de repères, qui petit à petit meut en une ardente idylle. Un an d'une relation clandestine qui prit fin, lorsque la peur poussa Léonidas à fuir du jour au lendemain sans donner d'explication. Dix ans plus tard, les facéties du destin les réunit à nouveau, par le biais d'un projet de mariage arrangé entre le Duc de Savoie et Beth, la sœur d'Alex.



Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 433579Sanstitre2
one, two three drink
(craziest friend that you ever had)
BEST - Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte
FRIENDS - Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte



Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_inline_oru85ojB0G1uhl4n9_250
and i'm not your handsome
(don't understand, I don't need a man)
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_nus073FrMn1r1hz6jo1_250
what if i'm crazy
(please stop you scaring me)
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte.

Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_inline_ouoruqQGtA1sbcjql_250
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge, près du campus.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Alex
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : Célibataire, faisant battre bien des petits coeurs qui se briseraient en mille morceaux s'ils savaient.
Je viens de : Londres, au Royaume-Uni
Dans la vie, je suis : Étudiant en dernière année de Traumatologie (M) et Chirurgie Reconstructice (m)
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Daniel Bederov.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Kovnic
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 04/08/2019
, d'où les : 902
messages, dont : 3
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Morrigan
. Pour finir, je joue également : Aucun autre compte.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_nus073FrMn1r1hz6jo9_250
Alexander Edward Windsor
(your heart's too big for your body)
bio : Tu es né le 7 décembre 1992 à Londres. Un an après ton grand frère William. Ta naissance passe quasiment inaperçue en Angleterre à cause du contexte socio-économique morose. Tu as grandi au sein d’une cellule familiale exclusivement composée de femmes et déplore l’absence d’un modèle masculin à prendre en exemple. Tu entretiens des rapports fluctuants et complexes avec ton frère William. Bourreau de jadis craignant que tu l’occultes, tes échanges avec lui se limitent au minimum syndical désormais. Complice avec tes sœurs, bien qu’elles ne ratent jamais une occasion de t’asticoter, tu t’es petit à petit éloigné d’elles de peur qu’elles n’accueillent pas bien la nouvelle de ton homosexualité. Tu es platoniquement et honteusement épris de ta demi-sœur, Wilhelmina. Femme de ta vie, alter ego ; tu es incapable de rester plus d’une semaine sans la voir. A quinze ans, tu as perdu ta virginité avec le fils de l’ambassadeur de Turquie. Tu représentes et remplaces ton frère au pied levé lorsqu’il n’est pas enclin à honorer ses obligations royales. Le plus souvent avec Wilhelmina à ton bras. Généreux, altruiste et très impliqué dans le domaine associatif, tu es l’un des membres de la famille royale préféré du peuple. Ta vocation pour la Traumatologie t’es venue à l’occasion d’une visite aux militaires britanniques sur le front afghan en compagnie de ton père. Figurant parmi les plus beaux partis d’Angleterre, tu es la proie favorite paparazzi et redoutes que ton secret soit dévoilé. Tu entames ta dernière année de Doctorat en Traumatologie et Chirurgie Reconstructrice.

caractère - Charismatique et magnétique , tu attires les regards de ta simple prestance et de ton allure. Bien qu’éloquent, ta discrétion, ta réserve et ta retenue font de toi quelqu'un de taciturne, silencieux et peu loquace. Tu tires ton épingle du jeu par le biais de ta culture, ton savoir et ton érudition. Calme, pondéré et toujours souriant, tu es à ton grand dam le béguin d'une flopée de ladies. L'archétype du gendre idéal. Celui qui en toute circonstance, s'arrange pour toujours être propre sur lui, impeccable et irréprochable. Le garçon de bonne famille ayant toujours un petit mot gentil et aimable. Poli, courtois, prévenant et avenant ; tu es rompu à l'art des bonnes manières. À même de conserver ton calme dans l'urgence, tu es très réactif sous la pression. Acteur né, tu es doué d'improvisation et sais faire face à l'imprévu. Naïf, crédule, influençable, manipulable et ayant foi en l'être humain ; tu ne vois souvent que le bon chez autrui et peine à déceler la bassesse. Magnanime et clément, tu accordes trop facilement ton pardon aux personnes t'ayant causé du tort. Diplomate, pacifiste et médiateur dans l'âme, tu as le chic pour trouver les mots permettant d'éteindre les feux de l'animosité. Fleur bleue, grand romantique et rêveur, ton palpitant de guimauve fond comme neige au soleil devant le sourire d'un galant, et tu tombes pour ton plus grand malheur facilement amoureux.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 1568913226-windsor
now we got bad blood
(won't you be a good sister)
Jacob W. Windsor : Alex a bien vite compris que jamais il ne ferait le poids, ni ne serait en capacité de soutenir la comparaison face à cette âme de leader. L'ainé a d'ailleurs très tôt marqué sa suprématie, en prenant un malin et cruel plaisir à rappeler à son frère qu'il n'est "que" le second. Tanguant sur le filin de l'indifférence, leurs échanges se résument aujourd'hui à des banalités affligeantes, des futilités d'usage distillés de-ci de-là et d'assommantes platitudes débitées avec parcimonie. Beth M. Windsor : Beth déteste rentrer dans le droit chemin et c'est surement d'elle qu'il est le moins proche dans la famille. Trop semblables ? Est ce qu'elle le voit tel qu'il est et lui en veut de ne pas s'assumer et de faire le gentil qui suit les règles la laissant passer pour la méchante ? La communication n'est pas ce qu'il y a de plus naturel entre ces deux là. Bella Windsor : [...] Lottie Windsor [...] Wilhelmina Windsor : Alex et Wilhelmina se sont toujours très bien entendus tous les deux, ils se comprenaient et passait beaucoup de temps ensemble. Wilhelmina voit Alex comme son véritable frère, le seul de la fratrie Windsor qui semble accepter sa présence. Elle a aussi été la première à savoir pour l'homosexualité d'Alex.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_nus073FrMn1r1hz6jo4_250
and it's all fun and games
(till somebody falls in love)
PRESENT - Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte
PAST - Léonidas de Savoie : Son tout premier grand amour. Sa "deuxième fois". Un flirt d'adolescents en quête de repères, qui petit à petit meut en une ardente idylle. Un an d'une relation clandestine qui prit fin, lorsque la peur poussa Léonidas à fuir du jour au lendemain sans donner d'explication. Dix ans plus tard, les facéties du destin les réunit à nouveau, par le biais d'un projet de mariage arrangé entre le Duc de Savoie et Beth, la sœur d'Alex.



Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 433579Sanstitre2
one, two three drink
(craziest friend that you ever had)
BEST - Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte
FRIENDS - Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte



Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_inline_oru85ojB0G1uhl4n9_250
and i'm not your handsome
(don't understand, I don't need a man)
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_nus073FrMn1r1hz6jo1_250
what if i'm crazy
(please stop you scaring me)
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte.

Même le ciel s'indigne

I feel the cold. Loneliness unfold. Like from another world. Come what may. I wont fade away. But I know I might change.


Un strident et suraigu si bémol disgracieux. Immuable et incessant. Dysharmonique sonorité abhorrée à l’unanimité par tout bon médecin, praticien et autre individu œuvrant dans le domaine médical qui se respecte. Les trompettes de la victoire pour la grande faucheuse. L’insoutenable glas de la défaite, pour les anges sans ailes à la blouse maculée en guise de toge, s’étant jetés à corps perdu dans un bras de fer à l’issue déchirante avec la famélique dame en noire encapuchonnée. Toutes. Toutes les infirmières de bloc ont tour à tour déposé les armes et signifiées leur renonciation, en accusant un pas de recul et s’éloignant des abords de la table d’opération. Ce navire ayant sombré dans les abysses depuis dix bonnes minutes. Un galion dont le notable étudiant londonien fut adoubé dans l’urgence capitaine et seul maître à bord. Un vaisseau devenu depuis épave et qu’il se refuse d’abandonner. Les orbes de jaspe qui se noient et s’embrument. Les palettes fermement tenues entre ses pattes enveloppées de latex sanguinolent. Si fort qu’elles tressaillent et tremblent. Tonitruant de sa voix de basse engorgée de sanglots à l’infirmière la plus expérimentée de l’escadron de nurses présentes, et ce pour la troisième fois sans que sa sommation ne soit exécutée, l’injonction de « charger ». Défibriller. Encore une fois. La septième. S’il vous plaît … . Les brèches viscérales savamment colmatées cèdent les unes après les autres. La face antérieure du calot couvrant le chef de son Altesse complètement imbibée. Les arcades sourcilières luisantes et trempées. Les sequins de sueurs qui en choient et sinuent le long de la joue diaphane du notable britannique, avant de s’empêtrer et se désagréger dans la fine couverture pileuse cendrée la clairsemant. Les prunelles faisant frénétiquement la navette entre le faciès – figé pour l’éternité dans une expression presque paisible - du quinquagénaire gisant sur la table en acier inoxydable, et ses entrailles englouties peu à peu par l’incoercible crue de la sève rubis. La cavité buccale dissimulée derrière le masque chirurgical entrouverte et pétrifiée en une expression effarée. « C’est fini. ». La dextre du Docteur Gladus vient délicatement ceindre le poignet de l’infant du Comté de St. Andrews. La labile résistance émise par « Windsor » s’envole en un tournemain, pour finalement laisser la place à la docilité et l’obéissance. Le « Petit Prince des cœurs » abdique. Jette l'éponge. Capitule. S’incline. Dépossédé des palettes, ses iris contemplent épouvantées et interdites les ravages jonchant l’intérieur de l’abdomen du pati… du défunt. D’irréversibles dommages pour lesquels le dandy anglais fait figure de seul et unique responsable. C’est à lui, et lui seul, que la faute et les torts doivent être imputés. Une mélodieuse voix féminine fait remarquer à l’arrière-arrière petit-fils de sa Majesté, sur un ton fleurant bon un mélange de compassion, de douceur et d’hésitation, qu’il lui faut désormais prononcer l’heure du décès. Abasourdi et sidéré, la voix de l’aimable damoiselle paraît lointaine aux vénérables oreilles du cadet des fils de l’auguste famille anglo-saxone. Etouffée. Comme un écho qui se réverbérerait et mourrait de manière évanescente dans la vacuité du silence. Son poulain frappé d’aphasie, l’expérimenté, charismatique et captivant Docteur aux éclats de saphir posté à sa droite, se charge de cette funeste besogne. Rétines inondées échouées sur le masque funéraire aux traits burinés de l’homme aux tempes grisonnantes étendu de ton son long sur la table glacée, l’aspirant chirurgien en traumatologique marque – enfin – à son tour un pas de recul. Regard vide et vitreux la timorée tête couronnée parvient bon an mal an, à ôter de ses mais gourdes les gants maculés d’hémoglobine les recouvrant. Dans une démarche hagarde et un pas groggy - comparable à celui d’un boxeur quittant le ring après avoir été saoulé de coups par son adversaire au sortir d’un match - le gentleman made in U.K gagne la poubelle réservée aux déchets médicaux et y jette les protections palmaires en latex. Le masque camouflant sa bouche a à peine le temps de les rejoindre, que le nobliau appose une main sur son estomac et se plie en deux pour dégobiller tripes et boyaux dans le rebut. La bile carbonisant et immolant son œsophage fait poindre des cristaux lacrymaux sur les littoraux de ses étangs de miel. Haletant bruyamment dans un rythme effréné tel un rescapé d’une agression en état de choc entre deux déferlantes de fiel. Une quinte de toux secoue la gorge irritée de l’introverti uraniste européen, qui éponge à la va-vite les commissures de ses lippes et la sueur tapissant son minois blafard, avant de quitter prestement le bloc opératoire. Honteux et confus de s’être ainsi négativement donné en spectacle. De l’air ! De l’air qui abreuve ses poumons. De l’air pour lui faire prendre pleinement conscience que son métronome cardiaque bat toujours la mesure. Même s’il n’en est pas digne. De l’air pour réaliser qu’il ne s’en est pas allé lui aussi. De l’air pour se convaincre que ce n'est ni l’heure, ni la manière. Paume en appui sur le mur à la teinte coquille d’œuf pour le prémunir de la défaillance, au cas où ses compas crayeux viendrait à se dérober sous son poids, l’esthète d’outre-Altantique déambule à travers un enchevêtrement de couloirs, jusqu’à se laisser choir sur une marche de la cage d’escalier. La tempe venant s’écraser sur la rampe métallisée rivée au mur. Des pas se rapprochant et se faisant de plus en plus audibles. « M-mon … mon anastomose était un franc succès. Le-le gr… le greffon solide. La dérivation … fonctionnait parfaitement. Et j-je … j’ai … . », expose-t-il à mi-mot, la voix étranglée par les pleurs et dans un phrasé morcelé. Haché. Tourmenté. Sans avoir la certitude que le fascinant Docteur à la huppe dorée, se tient bel et bien derrière lui. Ses copeaux noisette perdus dans le vague. Les charnues qui trémulent. La mutique avalanche des salines cataractes louvoyant et traçant leurs sillons sur le grain hyalin de sa pommette. Cette même pommette se parant de touches incarnates sous les cuisants feux de la culpabilité.
                           


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR eylika & aeroplane


Breakaway •
I'll spread my wings, and I'll learn how to fly. I'll do what it takes till I touch the sky. And I'll make a wish. Take a chance. Make a change. And breakaway

Revenir en haut Aller en bas
CURRIER HOUSE BIZUT
Alexander E. Windsor
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t107301-alexander-e-windsor-daniel-bederov http://www.i-love-harvard.com/t107709-alexander-time-time-ticking-on-me http://www.i-love-harvard.com/t107456-de-vivre-enfin-quand-mon-coeur-bat-pour-un-homme-alexander http://www.i-love-harvard.com/t107459-alexander-e-windsor-456-766-5008 http://www.i-love-harvard.com/t107457-http-instagram-com-alexwind http://www.i-love-harvard.com/t107458-alexander-e-windsor
Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_inline_ouoruqQGtA1sbcjql_250
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge, près du campus.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Alex
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : Célibataire, faisant battre bien des petits coeurs qui se briseraient en mille morceaux s'ils savaient.
Je viens de : Londres, au Royaume-Uni
Dans la vie, je suis : Étudiant en dernière année de Traumatologie (M) et Chirurgie Reconstructice (m)
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Daniel Bederov.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Kovnic
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 04/08/2019
, d'où les : 902
messages, dont : 3
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Morrigan
. Pour finir, je joue également : Aucun autre compte.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_nus073FrMn1r1hz6jo9_250
Alexander Edward Windsor
(your heart's too big for your body)
bio : Tu es né le 7 décembre 1992 à Londres. Un an après ton grand frère William. Ta naissance passe quasiment inaperçue en Angleterre à cause du contexte socio-économique morose. Tu as grandi au sein d’une cellule familiale exclusivement composée de femmes et déplore l’absence d’un modèle masculin à prendre en exemple. Tu entretiens des rapports fluctuants et complexes avec ton frère William. Bourreau de jadis craignant que tu l’occultes, tes échanges avec lui se limitent au minimum syndical désormais. Complice avec tes sœurs, bien qu’elles ne ratent jamais une occasion de t’asticoter, tu t’es petit à petit éloigné d’elles de peur qu’elles n’accueillent pas bien la nouvelle de ton homosexualité. Tu es platoniquement et honteusement épris de ta demi-sœur, Wilhelmina. Femme de ta vie, alter ego ; tu es incapable de rester plus d’une semaine sans la voir. A quinze ans, tu as perdu ta virginité avec le fils de l’ambassadeur de Turquie. Tu représentes et remplaces ton frère au pied levé lorsqu’il n’est pas enclin à honorer ses obligations royales. Le plus souvent avec Wilhelmina à ton bras. Généreux, altruiste et très impliqué dans le domaine associatif, tu es l’un des membres de la famille royale préféré du peuple. Ta vocation pour la Traumatologie t’es venue à l’occasion d’une visite aux militaires britanniques sur le front afghan en compagnie de ton père. Figurant parmi les plus beaux partis d’Angleterre, tu es la proie favorite paparazzi et redoutes que ton secret soit dévoilé. Tu entames ta dernière année de Doctorat en Traumatologie et Chirurgie Reconstructrice.

caractère - Charismatique et magnétique , tu attires les regards de ta simple prestance et de ton allure. Bien qu’éloquent, ta discrétion, ta réserve et ta retenue font de toi quelqu'un de taciturne, silencieux et peu loquace. Tu tires ton épingle du jeu par le biais de ta culture, ton savoir et ton érudition. Calme, pondéré et toujours souriant, tu es à ton grand dam le béguin d'une flopée de ladies. L'archétype du gendre idéal. Celui qui en toute circonstance, s'arrange pour toujours être propre sur lui, impeccable et irréprochable. Le garçon de bonne famille ayant toujours un petit mot gentil et aimable. Poli, courtois, prévenant et avenant ; tu es rompu à l'art des bonnes manières. À même de conserver ton calme dans l'urgence, tu es très réactif sous la pression. Acteur né, tu es doué d'improvisation et sais faire face à l'imprévu. Naïf, crédule, influençable, manipulable et ayant foi en l'être humain ; tu ne vois souvent que le bon chez autrui et peine à déceler la bassesse. Magnanime et clément, tu accordes trop facilement ton pardon aux personnes t'ayant causé du tort. Diplomate, pacifiste et médiateur dans l'âme, tu as le chic pour trouver les mots permettant d'éteindre les feux de l'animosité. Fleur bleue, grand romantique et rêveur, ton palpitant de guimauve fond comme neige au soleil devant le sourire d'un galant, et tu tombes pour ton plus grand malheur facilement amoureux.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 1568913226-windsor
now we got bad blood
(won't you be a good sister)
Jacob W. Windsor : Alex a bien vite compris que jamais il ne ferait le poids, ni ne serait en capacité de soutenir la comparaison face à cette âme de leader. L'ainé a d'ailleurs très tôt marqué sa suprématie, en prenant un malin et cruel plaisir à rappeler à son frère qu'il n'est "que" le second. Tanguant sur le filin de l'indifférence, leurs échanges se résument aujourd'hui à des banalités affligeantes, des futilités d'usage distillés de-ci de-là et d'assommantes platitudes débitées avec parcimonie. Beth M. Windsor : Beth déteste rentrer dans le droit chemin et c'est surement d'elle qu'il est le moins proche dans la famille. Trop semblables ? Est ce qu'elle le voit tel qu'il est et lui en veut de ne pas s'assumer et de faire le gentil qui suit les règles la laissant passer pour la méchante ? La communication n'est pas ce qu'il y a de plus naturel entre ces deux là. Bella Windsor : [...] Lottie Windsor [...] Wilhelmina Windsor : Alex et Wilhelmina se sont toujours très bien entendus tous les deux, ils se comprenaient et passait beaucoup de temps ensemble. Wilhelmina voit Alex comme son véritable frère, le seul de la fratrie Windsor qui semble accepter sa présence. Elle a aussi été la première à savoir pour l'homosexualité d'Alex.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_nus073FrMn1r1hz6jo4_250
and it's all fun and games
(till somebody falls in love)
PRESENT - Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte
PAST - Léonidas de Savoie : Son tout premier grand amour. Sa "deuxième fois". Un flirt d'adolescents en quête de repères, qui petit à petit meut en une ardente idylle. Un an d'une relation clandestine qui prit fin, lorsque la peur poussa Léonidas à fuir du jour au lendemain sans donner d'explication. Dix ans plus tard, les facéties du destin les réunit à nouveau, par le biais d'un projet de mariage arrangé entre le Duc de Savoie et Beth, la sœur d'Alex.



Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 433579Sanstitre2
one, two three drink
(craziest friend that you ever had)
BEST - Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte
FRIENDS - Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte



Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_inline_oru85ojB0G1uhl4n9_250
and i'm not your handsome
(don't understand, I don't need a man)
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Tumblr_nus073FrMn1r1hz6jo1_250
what if i'm crazy
(please stop you scaring me)
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte.


Veritas
JE SOUHAITE PARTICIPER À VERITAS: Oui
CES SECRETS NE PEUVENT PAS ÊTRE RÉVÉLÉS:

Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Empty
LINK THIS POSTLun 30 Sep - 21:15
Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 1569237527-paul6
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Nowhere
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Doc
, j'ai : 35
ans, et si t'es curieux, je suis : marié, enfin il paraît. Mon mari a foutu le camp après une énième dispute un peu trop violente j'dois l'avouer. J'ai pas été le mari parfait, mais lui non plus. Après tout on était deux gamins à peine sortis des études, mais récemment j'ai finis par retrouver sa trace, enfin. Et me voilà. Prêt à en découdre une bonne fois pour toutes, même si je le hais violemment de s'être enfuit comme un lâche.
Je viens de : Boston
Dans la vie, je suis : Chirurgien traumatologue
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Bradley James

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Aleksie
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 23/09/2019
, d'où les : 17
messages, dont : 3
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Moi-même
. Pour finir, je joue également : No one.

Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 1569237527-paul6
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Nowhere
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Doc
, j'ai : 35
ans, et si t'es curieux, je suis : marié, enfin il paraît. Mon mari a foutu le camp après une énième dispute un peu trop violente j'dois l'avouer. J'ai pas été le mari parfait, mais lui non plus. Après tout on était deux gamins à peine sortis des études, mais récemment j'ai finis par retrouver sa trace, enfin. Et me voilà. Prêt à en découdre une bonne fois pour toutes, même si je le hais violemment de s'être enfuit comme un lâche.
Je viens de : Boston
Dans la vie, je suis : Chirurgien traumatologue
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Bradley James

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Aleksie
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 23/09/2019
, d'où les : 17
messages, dont : 3
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Moi-même
. Pour finir, je joue également : No one.

Même le ciel s'indigne.


I said it's too late, to apologize...
Mon regard le suivit jusqu'à ce qu'il quitte le bloc, après s'être débarrassé de ses gants en latex et de son masque, avant de vider on estomac dans la poubelle, une image qui me fendit davantage le coeur. J'aurais cru me voir, la première fois que j'avais tué un patient, sauf que moi, ce jour là c'était vraiment ma faute.
Je le laissais donc sortir, parce que je savais bien qu'il lui fallait un moment seul, mais j'invitais l'interne présent dans le bloc à le suivre à distance d'un signe de tête silencieux.
Finalement je m'avançais à mon tour vers la poubelle, après un dernier regard vers l'ex-patient, comme un adieu, je me débarrassais à mon tour de mes gants immaculés et de mon masque, finissant par la surblouse qui alla rejoindre lestement ses compagnons dans un bruit de froissement quasi inaudible.
Un passage aux lavabos pour me laver les mains et je remis comme un robot mon alliance à sa place, mais sans même prendre le temps de la regarder cette fois, parce que la mort venait de frapper, la grande faucheuse nous avait offert son plus terrible spectacle. Mais le pire restait à venir, d'abord il fallait que j'ai une conversation avec Alexander, le type de conversation dont on ne se relevait jamais vraiment.
Et ensuite il faudrait aller parler à la famille, et il faudrait que je l'oblige à le faire lui-même, parce que ça faisait partie du boulot. Même si j'aurais voulu le couver et lui épargner ça, je n'avais pas le choix en l'occurrence.
Une vibration et un coup d'oeil à mon biper m'apprirent que mon poulain se trouvait dans la cage d'escaliers B, alors sans un mot, l'air vide de toute émotion, je m'y rendis, et descendis chacune des marches jusqu'à me trouver juste derrière lui, jusqu'à entendre chacun de ses sanglots, et ses mots, qui sonnaient comme un appel au désespoir, comme une supplique mortuaire.
Sans surprise il avait deviné que c'était moi. Au final à force de passer des gardes de 36 à 72h avec les mêmes personnes en permanence on en devenait presque comme une famille, capables de se reconnaître au bruit de nos pas.
Je descendis la marche qui nous séparait et m'assis à côté de lui, les avant-bras posés sur mes cuisses. « Alors tu sais que ce n'est pas ta faute.» Ces mots sortirent comme un murmure, comme l'écho d'une vague venant s'échouer sur le sable un doux soir d'été.
Mon visage se tourna juste assez pour pouvoir le regarder, observer ses traits ravagés par la culpabilité et la douleur. Une légère et discrète grimace vint étirer le coin de ma bouche. Ma main droite vint frotter ma nuque un instant, y décollant les cheveux accrochés par la sueur.
« Quand j'étais résident de première année...» Mon regard se reposta droit devant moi, figé sur le vide, comme s'il se trouvait là quelqu'un que moi seul pouvait voir.
« J'ai emmené un patient passer un scanner, il était stable, son ecg était bon, sauf que dans l'ascenseur il a décompensé, en fait il faisait une dissection aortique.» Je pris une profonde inspiration, ce souvenir était douloureux mais il me semblait important de le partager avec lui aujourd'hui. « Ce type est mort sous mes mains, y'avait du sang partout, c'était un... carnage, qui aurait pu être évité si j'avais été moins intéressé par ce qui me fait office d'époux et les sms qu'il m'envoyait pour me reprocher encore de préférer mon boulot que lui et plus concentré sur mon patient avec des douleurs thoraciques.» Un bien triste sourire vint illuminer mon visage, comme une ombre alors que mes pupilles se reposaient sur mon étudiant. « On est médecins, Windsor, et au fond tu l'sais, on sauve bien plus de patients que ce qu'on en perd... Oui, quand ils meurent ça nous déchire le coeur, mais si ça ne te faisait pas mal, alors selon moi tu n'aurais rien d'un bon médecin, tu ne serais qu'un robot.» Je posai ma main gauche son genou, le tapotant gentiment.
« Mais ce n'était pas ta faute, ses blessures étaient trop graves, et je sais que tu le sais parce que tu connais ton boulot.» Je me penchai finalement vers l'avant, le regard au sol. « Je n'vais pas te dire qu'avec le temps on arrête de souffrir, je te mentirais, mais avec le temps on apprend à vivre avec et à relativiser avec nos réussites.»


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
I DON'T WANNA BE YOU ANYMORE
Aaron B. Gladus
Voir le profil de l'utilisateur
Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron 1569237527-paul6
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Nowhere
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Doc
, j'ai : 35
ans, et si t'es curieux, je suis : marié, enfin il paraît. Mon mari a foutu le camp après une énième dispute un peu trop violente j'dois l'avouer. J'ai pas été le mari parfait, mais lui non plus. Après tout on était deux gamins à peine sortis des études, mais récemment j'ai finis par retrouver sa trace, enfin. Et me voilà. Prêt à en découdre une bonne fois pour toutes, même si je le hais violemment de s'être enfuit comme un lâche.
Je viens de : Boston
Dans la vie, je suis : Chirurgien traumatologue
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Bradley James

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Aleksie
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 23/09/2019
, d'où les : 17
messages, dont : 3
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Moi-même
. Pour finir, je joue également : No one.


Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Empty
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Même le ciel s'indigne. • Alexander & Aaron Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: City center :: Massachussetts General Hospital-
Sauter vers: