informations
Cette nouvelle version est signée persona et nympheas. Nous remercions également cc crush (listings des membres), ange tuteur (messenger) et never utopia (barre latérale) pour leurs aides précieuse. On vous souhaite un bon mois d'octobre à Boston. Il est temps de faire du shopping, on commence à se les géler !
VERITAS ; application cruelle permettant de découvrir ou faire découvrir tous les petits secrets sur son entourage. Impossible de cacher quoi que ce soit, impossible d'avoir des secrets. Veritas dévoile tout, sans sourciller. Et vous ? Irez-vous dénoncer vos amis ?
milo novak » newbie du mois
cece wang » membre du mois
lottie windsor » cdc du mois



 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet  ::  :: The Yard :: Grand Hall Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A beast slumbers in me ♙ Doryan

LINK THIS POSTLun 23 Sep 2019 - 17:02
A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

A beast slumbers in me ♙ Doryan 13325951A beast slumbers in me ♙ Doryan Giphy

Inspirer. Expirer. Inspirer. Expirer. Mes prunelles bleues fermées, je tentais de me concentrer sur cet exercice de respiration foutrement rasoir et fichtrement inutile en vérité. Mais, il le fallait. Je devais essayer. J’étais en train de perdre la tête et je ne le sentais que trop bien. Alors, plutôt que de céder à l’appel de la fuite vers les substances aussi salvatrices que destructrices, je tentais de suivre ces techniques merdiques que j’avais trouvées sur internet afin de contrôler sa panique et de se reprendre. Il me restait encore deux heures de cours. Il ne me restait plus que deux heures pendant lesquelles je devais me contrôler. Il fallait que je reprenne le dessus sur ce qui était lentement en train de me bouffer. Un soupir passa la barrière de mes lèvres tandis que je jetais un bref regard à mon reflet dans le miroir des toilettes de l’université. Ma peau était si pâle qu’on m’avait demandé plus d’une fois si j’étais malade. Les cernes qui se dessinaient clairement sous mes yeux prouvaient que mes nuits n’étaient pas faites pour dormir. Mon visage était encore marqué de quelques cicatrices dû à des bagarres lambda qui avaient eu lieu pendant mes soirées. Cela faisait deux semaines que j’avais été victime de cet abus sexuel à Dublin. Deux semaines et le secret demeurait intact. Deux semaines et je perdais de plus en plus la tête. Les cauchemars me hantaient. Les contacts m’effrayaient. Ma liberté s’évaporait. Un nouveau soupir m’échappa lorsque la sonnerie retentissait. Je devais me grouiller à rejoindre le théâtre puisque notre cours de littérature y avait été exceptionnellement déplacé. Me baissant vers le robinet, je passais lentement de l’eau sur mon visage profitant de la sensation de fraîcheur qui me parcouru. Je crevais de chaud. N’avais-je pas de la température ? Peut-être que si. C’était le bordel dans ma tête. Je me sentais à deux doigts de péter un câble. Me redressant, je tentais une dernière fois mon exercice de respiration avant de me faufiler à l’extérieur.

Malgré la température élevée de mon corps et la chaleur dérangeante que je ressentais à cause de mon trop plein de vêtements, je rabattais la capuche sur ma tête en m’enfonçant dans les couloirs. J’avais enfilé une tonne de vêtement pour masquer mon corps faiblard et amaigri. Je n’avais pas hésité ce matin en m’habillant. Mais, après une journée complète à l’université, je regrettais ma décision vu la chaleur qui me faisait tourner la tête. Je me concentrais sur le bruit de mes pas tentant d’oublier le brouhaha du hall et les regards qui se posaient sur le cadavre que j’étais devenu petit à petit. Un, deux, trois, qua… Merde. Les choses se bouleversaient. Il me frôlait sans le chercher, sans le faire exprès. Ô total inconnu. Le hall était bondé et ce n’était pas un geste voulu. Ce n’était qu’un geste anodin qui ne signifiait rien d’autant plus que le jeune homme sembla souffler des excuses à mon attention. Il me frôlait et ça cognait partout. En moi. Dans mon crâne. La bête se réveillait. L’enfer me consumait. Je me souvenais du contact de ces étrangers à Dublin, dans cette ruelle. Je me souvenais de la manière qu’ils avaient eu de frôler ma peau, de me toucher. Je me souvenais de mon incapacité à réagir tant j’étais stone. Et, là, alors que tout était si anodin et si innocent, la bête me bouffa. Je me retournais en deux secondes interpellant le jeune homme qui se retourna. Il me questionnait pour savoir si j’allais bien, si j’avais besoin d’aide… Ouais, ma tête devait faire peur à ce point. Il semblait hésitant à s’approcher. Moi… Moi, comme un pauvre fou, je n’hésitais pas. Mon poing s’abattit sur son visage. Lorsqu’il bascula au sol, je me précipitais vers lui dans l’intention de le frapper encore une fois me plaçant à califourchon au dessus de lui, baissé vers lui. Dans l’intention de le frapper à n’en plus finir. Je ne voyais plus rien autour de moi. Je n’entendais plus rien. J’oubliais les autres étudiants qui se précipitaient par peur. Et, soudain une main se posa sur une épaule. Non… Une main venait bloquer mon poing pour l’empêcher de s’abattre sur l’inconnu. Et une litanie de mots à mes côtés. Une litanie que je ne parvenais pas à comprendre, mais qui m’empêchait de me dégager pour laisser le monstre prendre le dessus. Une personne était là me retenant. Une personne osant s’interposer.
Revenir en haut Aller en bas
HARVARD'S STUDENT
Lorenzo Grimm
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t102761-lorenzo-grimm-ash-stymest http://www.i-love-harvard.com/t108423-simply-learn-how-to-live-lorenzo#3946284 http://www.i-love-harvard.com/t108718-come-play-with-me-i-can-ignite-you-lorenzo-grimm#3955936 http://www.i-love-harvard.com/t102784-lorenzo-grimm-456-323-4503#3742292 http://www.i-love-harvard.com/t102790-http-instagram-com-devil-irish#3742336 http://www.i-love-harvard.com/t102791-snap-devil-irish#3742340 http://www.i-love-harvard.com/t107723-lorenzo-grimm#3913333
A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •


Veritas
JE SOUHAITE PARTICIPER À VERITAS: Oui
CES SECRETS NE PEUVENT PAS ÊTRE RÉVÉLÉS:

A beast slumbers in me ♙ Doryan Empty
LINK THIS POSTMer 25 Sep 2019 - 10:53
A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.

A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.

Bordel de merde. Comme cette endroit ne te manquais pas. Surtout là, alors que la rentrée venait d'avoir lieu et que l'endroit grouillait de monde. Décidément tu n'étais pas mécontent d'avoir terminé tes études. Et pourtant bien que maintenant tu sois diplômé tu étais obligé de revenir sur ce campus que tu détestais tant. Pourquoi ?? Non, tu n'avais aucune nostalgie à l'encontre de cette endroit, juste des regrets peut-être. Non, tu étais là pour le boulot, parce que la fac aimait valoriser les élèves qu'elle avait diplômé. Alors quand la Doyenne avait eu besoin d'architectes pour un projet de rénovation, elle avait pioché dans sa liste d'anciens élèves. Et c'est donc comme ça que tu te retrouvais ici à arpenter les couloirs pour aller jusqu'au bureau que tu connaissais par cœur tellement t'y avais été convoqué quand t'étais plus jeune. Pour un boulot. Parce qu'il fallait payer les factures. Bon, une partie de toi voulait aussi montrer à cet endroit et à son personnel que t'avais réussis à t'en sortir même s'ils n'avaient pas vraiment aidé pour ça.

Tu slalomais entre les étudiants, saluant certains que tu connaissais de vu, évitant la plupart quand soudain la foule se fis plus agité qu'auparavant. Comme s'il se passait quelque chose qui n'était pas prévu dans la routine bien établis des harvadiens. Une rumeur ne tarda pas à s'élever parmi la foule. Apparemment, une bagarre venait d'éclater dans le grand hall. Mon dieux comme les étudiants étaient immatures par moment. Tu levais les yeux au ciel bien décidé à poursuivre ton chemin sans rien faire, histoire de ne pas être en retard à ton rendez-vous. Tu arriva finalement au cœur de l'action, effectivement, un jeune homme était en train d'en tabasser un autre violemment par terre. Et les autres ne faisaient rien. Certains se détournaient comme si de rien était, d'autres regardaient en filmant la scène, il y en avait même qui riaient à gorge déployé. En voyant se spectacle tu hésita un quart de seconde : continuer comme tu l'avais prévu ou faire quelque chose ?? Tu opta pour la seconde solution, si tu étais à la place de ce pauvre gars, tu aimerais que quelqu'un vienne t'aider, même si ta fierté en prendrait un sacré coup. Tu soupirais donc, posant sa sacoche par terre avant de pousser les quelques étudiant agglutiné autour comme des vautours devant leur proie. A croire qu'ils allaient bouffer le cadavre du perdant. Tu commençais par essayer de résonner le mec à distance, t'avais pas spécialement envie de devenir son nouveau putching ball, mais visiblement il t'entendait absolument pas, comme s'il était dans un autre monde. Il frappait sans s'arrêter, il mettait tellement de violence dans ses gestes que la capuche qui lui cachait la moitié du visage finis par glisser révélant ses cheveux sombres et son teint pâle. Ton cœur loupa un battement. Bordel de merde mais qu'est-ce qu'il faisait là ?! Ton cerveau ne chercha même pas à réfléchir plus longtemps à la situation. Tes vieux instincts resurgir comme s'ils n'avaient jamais disparus. Tu te précipitais vers le brun, l'une de tes mains attrapant son épaule pour le tirer un peu en arrière et l'autre retenant son poing afin qu'il arrête. "Bordel. Lorenzo arrête. Arrête. Stop. Je suis là ok, je te tiens, js'suis avec toi. Lo...ste-plaît calme toi. Tu va finir par le tuer. Arrête. Chut...je suis là." Tu savais pas s'il t'entendait, tu savais même pas s'il savait que c'était toi à vrai dire, mais tu t'en foutais. T'avais toujours été là quand il était en période de crise, alors même si vous étiez presque de nouveau des étrangers l'un pour l'autre tu n'allais pas manquer à ta parole. T'avais juré de le protéger des autres et de lui même et le fait d'être adultes et de l'autre côté de l'Atlantique ne changerais rien à cette promesse. Jamais.

@Lorenzo Grimm :loukas:
Revenir en haut Aller en bas
I DON'T WANNA BE YOU ANYMORE
Doryan K. Black-Jenkins
Voir le profil de l'utilisateur
A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.


A beast slumbers in me ♙ Doryan Empty
LINK THIS POSTMer 25 Sep 2019 - 18:23
A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

Les dés semblaient pipés. Le jeu semblait être totalement en train de changer. Ma main n’était plus la même. Je n’étais plus ce petit ange parfaitement sage et contenu dans une cage dorée car à l’extérieur tout était effrayant. Oh non. J’avais ramassé les cartes du diable. J’avais pris en main le jeu d’un démon et ça me bouffait. Il avait suffit d’un inconnu pour tout changer aujourd’hui. Il avait suffit d’un contact pour que le monde se renverse. Ce total inconnu m’avait frôlé sans réellement le chercher, sans même le vouloir. Ce n’était qu’un passage étroit et bondé. Il n’avait pas eu le choix. Cependant, ce n’était pas son jour de chance car il avait alors appuyé sur le mauvais bouton. Il avait alors lancé un jeu trop dangereux qui me bouffait autant qu’il allait le détruire. La bête s’était réveillée en moi. Les choses s’étaient mises à cogner partout en moi. L’abus se rejouait dans mon crâne. Ma santé mentale s’effondrait. Et je n’étais plus qu’un pion entre les mains d’un diable si fort. Ma tête devait faire peur à tel point que l’inconnu hésita à s’approcher de moi. Il me questionnait et je l’entendais dans un crépitement trop lointain comme si j’étais déjà en train de cramer sur le bûcher. La bête se déchaîna soudainement alors que je lui lançais mon poing au visage. Il bascula au sol et je me précipitais aussitôt sur lui. J’étais sans contrôle. J’étais intenable. Je n’étais qu’un fauve lâché dans la nature en train de dévorer sa proie. Je le frappais à n’en plus finir. Je le frappais en oubliant tout le reste. Je ne voyais que cette cible. Je n’entendais que cette voix qui m’empressai de continuer. Encore et encore. Toujours plus. Toujours plus fort. Ma capuche tombait et je m’en foutais totalement continuant de frapper. Jusqu’à ce que soudainement une main attrapait mon épaule pour me tirer en arrière. Je voulais résister et frapper encore, mais une autre main bloquait mon poing me poussant alors à grogner de frustration. Non, ça ne me convenait pas. Et, pourtant, je ne parvenais pas à me débattre, une litanie de mots se mettait à pleuvoir comme une quelconque formule magique soufflée juste à mes côtés. Une formule magique qui m’empêcha clairement de me dégager face à cette personne qui osait s’interposer. Ma respiration se calmait comme si quelque chose me permettait à nouveau de respirer. Ce n’était plus juste de la fumée. Ce n’était plus juste l’horreur. Il y avait une lumière au fond. Le garçon babillait des mots que je ne comprenais pas. C’était juste réconfortant. Ça suffisait. Mais qui était-il ?

Tu le connais. C’était la voix qui résonnait à l’intérieur de mon crâne tandis que mon cœur ralentissait pour revenir à un rythme normal. Je connaissais la personne qui venait de me stopper dans cet acte fichtrement dingue. La croyance cognait partout à l’intérieur de mon corps tandis que je me rendais compte de ce que j’avais fait. Je voyais le visage en sang de cet inconnu qui ne m’avait rien fait. Cet inconnu que j’aurais pu tuer là sans hésiter s’il ne m’avait pas arrêté. La peur me tordait le ventre et je m’empressais de fermer les yeux comme pour oublier tout ce qu’il venait de se passer. Et, la litanie de mon sauveur se rejouait dans ma tête. Cette voix… Sa voix… Sa manière de me parler… Oh damn, non, je ne l’avais pas oublié. Je n’aurais jamais pu l’oublier de toute manière. Je n’en avais même aucune envie. Doryan. Ma lumière dans l’ombre. Mon oxygène dans l’étouffement. Mon paradis dans l’enfer. Doryan. Mon meilleur ami. Mon protecteur. Mon… Mon tout sans doute même. Mes prunelles bleues s’ouvraient soudainement pour se poser sur le visage appartenant à cette voix. Et, je ne m’étais pas trompé. Doryan se tenait bien là à mes côtés. C’était bel et bien lui qui venait de m’arrêter. Son visage était différent, mais il demeurait toujours reconnaissable. Les années avaient simplement laissé leurs marques. Je finissais par me laisser tomber en arrière me retrouvant assis sur le sol. La foule se dispersait déjà. Il me semblait même que ma victime s’était enfuie à l’aide de ses amis. En tout cas, je le croyais. Mais rien n’était clair à présent. Il n’y avait que la présence de Dodo dont j’étais certain. Enfin… Je devais le vérifier. Je levais doucement ma main ensanglantée pour toucher la joue de Doryan, pour être certain qu’il était réellement là et que je n’étais pas simplement en train d’halluciner. Mes doigts rencontraient sa peau et je frissonnais. Doryan était là. Vraiment. Réellement. Mais, que fichait-il ici ? Mes sourcils se fronçaient et la douleur traversa soudainement ma main. J’étais plus calme et je parvenais à la sentir à nouveau. Mes prunelles se posaient sur ma main ensanglantée que je retirais rapidement du visage de Doryan pour la ramener contre mon torse. Je ramenais même mes jambes contre moi comme si j’espérais disparaître ainsi. Et, fixant droit devant moi, je finissais par babiller comme un pauvre gosse perdu.

Do’… Je… J’suis désolé… Je…. J’voulais pas faire ça… Je… J’pas fais exprès…

@Doryan K. Black-Jenkins
Revenir en haut Aller en bas
HARVARD'S STUDENT
Lorenzo Grimm
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t102761-lorenzo-grimm-ash-stymest http://www.i-love-harvard.com/t108423-simply-learn-how-to-live-lorenzo#3946284 http://www.i-love-harvard.com/t108718-come-play-with-me-i-can-ignite-you-lorenzo-grimm#3955936 http://www.i-love-harvard.com/t102784-lorenzo-grimm-456-323-4503#3742292 http://www.i-love-harvard.com/t102790-http-instagram-com-devil-irish#3742336 http://www.i-love-harvard.com/t102791-snap-devil-irish#3742340 http://www.i-love-harvard.com/t107723-lorenzo-grimm#3913333
A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •


Veritas
JE SOUHAITE PARTICIPER À VERITAS: Oui
CES SECRETS NE PEUVENT PAS ÊTRE RÉVÉLÉS:

A beast slumbers in me ♙ Doryan Empty
LINK THIS POSTJeu 26 Sep 2019 - 11:13
A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.

A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.

Tu te demandais encore comment il pouvait être ici. A Harvard, alors qu'un océan était censé vous séparer. Mais non, pas de doute possible c'était bien lui. Tu avais passé assez de temps près de lui en Irlande pour connaître chaque trait de son visage et chaque courbe de son corps. Et là, il était là, en train de tabasser un mec sur le sol du hall de la plus célèbre fac du monde. Tu pouvais pas laisser faire ça. Limite le mec au sol tu t'en foutais un peu, tu le connaissais pas et tu le reverrais probablement jamais. Mais Lorenzo, tu pouvais pas le laisser faire ça. Il allait se faire virer si la Doyenne l'apprenait. Et tu savais qu'elle allait l'apprendre. Alors il fallait minimiser les choses. Tu t'empressais d'attraper son épaule, le reculant en attrapant sa main pour qu'il arrête de frapper. Tu essayais de le calmer comme tu pouvais, tu ne savais pas si cela fonctionnerais encore sur lui, après tout il y avait longtemps. Mais contre toute attente cela sembla marcher. Tu le sentis arrêter de se débattre comme si son corps avait reconnu ta présence avant lui. Tu jetais discrètement un coup d’œil au jeune homme par terre, le nez en sang, l'arcade pété et probablement la pommette aussi. Il se redressa difficilement, regardant dans votre direction apeuré, en même temps il y avait de quoi. Des étudiants s'approchèrent de lui, sûrement des amis, ou pas, tu t'en foutais, tu entendis l'un d'eux lui dire qu'il l'emmenait à l'hôpital et qu'après il faudrait qu'il porte plainte. Tu serrais la mâchoire en entendant ça. Tu devrais t'en occuper, mais tu le ferais plus tard, là la seule chose qui comptait à tes yeux c'était le brun qui était entre tes bras. Il avait fermé les yeux essayant probablement de revenir à un rythme cardiaque régulier. Toi pendant ce temps tu l'observais, comme tu l'avais toujours fais quand il ne regardait pas. Il semblait sous le choc de te voir, en même temps tu l'étais un peu aussi. Vous vous étiez pas vu depuis huit ans et tu pensais même ne jamais le revoir un jour puisque tu ne comptais pas quitter Boston. Le hasard et parfois étrange...presque cruel. Sa main ensanglanté se lève doucement, se posant sur ta joue. Tu fermais les yeux une fraction de secondes lorsque son touché arriva à toi. Bordel. Ton corps avait l'impression de se réveiller après un lendemain de soirée. Comme si t'avais été dans le coton pendant toutes ses années. Tu sentis ses doigts laisser une trace humide sur ta peau, sûrement du sang qui n'avait pas encore séché, mais peut importe. Il se recula légèrement se repliant sur lui même comme un enfant blessé et apeuré qui a peur des conséquences de sa bêtise. Et pour la première fois depuis huit ans tu entendis de nouveau le son de sa voix. Une voix perdue, qui appelait à l'aide. Tu attrapais son visage entre tes mains, rapprochant ton visage du sien et collant ton front contre le siens, comme tu faisais toujours pour l'apaiser. Hey...ça va aller. Je suis là ok ?? On va gérer ça tous les deux d'accord ?? Je vais te ramener chez moi, tu peux pas rester ici." Trop de monde, trop de stress, trop de tout. Il avait besoin de calme et de tranquillité.

Tu te redressais, attrapant sa main non blessé pour l'aider à se mettre debout. Tu remis sa capuche en place, comprenant qu'il se sentait mieux quand il était ainsi. Ta main s'enroula dans la sienne, serrant tes doigts aux siens pour lui dire que tu étais là et que tu ne le lâchais pas. Tu récupérais ta sacoche qui miraculeusement était toujours là et pendant que vous vous dirigiez sur le parking de la fac tu attrapais ton portable pour appeler le secrétariat. Inventant une excuse comme quoi ta fille était malade et que tu n'avais personne pour la garder aujourd'hui tu demandais à la secrétaire s'il était possible de décaler le rendez-vous à demain. Elle le nota sur l'agenda de la Doyenne et tu raccrochais. Tu envoyais ensuite un sms à ton boss, lui disant la même chose. Fallon malade donc pas possible de venir au boulot. Il allait râler mais tu t'arrangerais avec lui plus tard en faisant des heures supplémentaires. Arrivé à ta voiture tu déverrouillais la portière, installant Lorenzo confortablement dans le siège passager. Il semblait encore un peu sous le choc de tout ça, alors tu te penchais légèrement pour lui déposer un baiser sur le front, pour lui montrer que tout allait bien se passer, parce que tu étais là et que tu ne le lâchais pas. Tu te mis ensuite derrière le volant, démarrant la voiture pour prendre la direction de chez toi. "Je...je viens de me rendre compte que je t'ai pas demandé si tu voulais venir chez moi en fait...et je...peut-être que tu veux rester là plutôt ?? Ou aller chez un ami ?? Ou chez ta...copine ??" Tu étais soudain nerveux, tu avais agis comme à l'époque, mais cette époque était loin derrière vous et peut-être qu'il ne voulait pas revenir à ce temps là, quand vous étiez plus que des étrangers l'un pour l'autre. Finalement, tu avais peut-être mal agis en fait...

@Lorenzo Grimm A beast slumbers in me ♙ Doryan 1946740601
Revenir en haut Aller en bas
I DON'T WANNA BE YOU ANYMORE
Doryan K. Black-Jenkins
Voir le profil de l'utilisateur
A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.


A beast slumbers in me ♙ Doryan Empty
LINK THIS POSTSam 28 Sep 2019 - 19:16
A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

Dingue… C’était le mot parfait pour résumer la situation qui se déroulait actuellement dans les couloirs de l’Université de Cambridge. Tout semblait totalement désaxé comme si, soudainement, le monde s’était mis à tourner autour d’un autre axe sans prévenir personne. Nous étions tous là à subir ce changement sans rien pouvoir y faire. Je me trouvais au milieu de cette tornade sans aucun moyen d’y échapper. Je ne pouvais que céder à ces démons qui me mordaient la peau et qui me poussaient à agir comme je le faisais. Alors, mon poing s’était abattu sur ce garçon qui m’avait frôlé d’un peu trop près et qui avait déclenché des choses trop violentes dans mon être. Ma tête s’était perdue dans les limbes dangereuses de l’enfer. Les cris fusaient autour de moi, autour de nous et je n’entendais rien si ce n’était le craquement de mes doigts sur le visage de l’autre… Ou peut-être était-ce son visage qui faisait ce drôle de bruit ? Je n’en savais rien. Je m’en foutais. Je désirais simplement que ça cesse de brûler comme ça en moi. Je voulais juste arrêter de cramer sans rien pouvoir y faire. Et, soudain, comme si mon vœu était entendu, il était apparu. Lui. Le meilleur être au monde. Ce garçon qui m’avait tant apporté par le passé et sur qui je pouvais compter. Ce garçon qui avait été mon socle pendant de trop longues années. Lui. Doryan. Mon Doryan. Il n’avait pas cherché à me repousser au loin. Il n’avait pas tenté d’agir violemment pour mettre fin à cette bagarre. Bien au contraire. Il s’était simplement interposé attrapant mon épaule puis mon poing. Et, sa voix avait fait le reste. La litanie avait su m’envoûter. Elle avait su me faire craquer. Elle était parvenue à me faire céder. C’était comme si soudainement une corde semblait m’attraper et me dégager de cette tornade et je ne pouvais rien contrôler de tout cela. Je la laissais simplement faire et ça me convenait parfaitement de cette manière d’ailleurs. Ça me plaisait de me laisser simplement transporter. Je me retrouvais assis au sol et j’y restais comme un gamin qui ne parvenait pas à comprendre l’ampleur de la situation. Mon poing brûlait. Ma tête heurtait. Mon cœur cognait. Mes souvenirs se perdaient. J’étais foutu. La foule se dispersait et ma victime s’enfuyait. Ce fut à cet instant que j’ouvrais les yeux pour poser mes prunelles sur la personne qui se trouvait à mes côtés. Étais-je en train d’halluciner ou était-ce bien Doryan qui était là ? Ma main se tendait pour rencontrer sa peau et je frissonnais aussitôt comme une réaction automatique de sa peau contre la mienne. Il était là… Mon cœur continuait de brûler en enfer, mais ma respiration se calmait à présent comme si je me savais d’ores et déjà en sécurité. Je ramenais bien vite ma main et mes jambes contre moi avec l’espoir de disparaître tandis que je babillais des mots comme le gosse perdu que j’étais. Doryan attrapa alors mon visage entre ses mains et il rapprochait son visage du mien. Malgré moi, comme un automatisme, ma tête bougeait comme si je m’attendais à ce qu’il me donne un baiser. Je me sentais bien con lorsqu’il se contenta de coller son front au mien. Comme avant… Comme lorsqu’il cherchait à m’apaiser de mes violentes crises de folie ou de panique. Je mordais ma lèvre fermant les yeux et écoutant sa voix envoûtante. Il me disait que ça allait aller, qu’il était là et que nous allions gérer cela tous les deux. Doryan me souffla qu’il allait me ramener chez lui parce que je ne pouvais pas rester ici et je babillais de nouveau.

’Ccord

Oh ça oui, j’étais totalement et complètement d’accord pour quitter les lieux du crime. Mais, putain, qu’est-ce que je venais de faire ? J’étais complètement fou. J’étais totalement dingue. Les ennuis allaient arriver sans aucun doute. Bordel, j’avais réellement trop perdu la tête en osant agir comme une bête dans le hall de l’université. Mais, zut, ce n’était pas réellement de ma faute. C’était celle de cet étudiant à qui je venais de casser la gueule. Je savais que toutes les charges semblaient peser sur moi. Cependant, cet étranger avait été un électrochoc pour moi. Cet électrochoc que j’évitais soigneusement depuis deux semaines, depuis cet incident à Dublin. Il m’avait frôlé déclenchant un enfer que je ne savais pas réellement possible. Il m’avait touché et j’avais perdu la tête. Ce n’était qu’un coup du destin. Ce n’était qu’une horreur qui m’avait fait perdre pied. Et, il était trop tard pour revenir en arrière à présent. Il était trop tard pour tout effacer. Doryan attrapait ma main non blessée afin de m’aider à me remettre sur pied. Il me tirait de mes pensées destructrices et je suivais simplement le mouvement. L’enfer était trop présent pour que j’ose agir par moi-même. L’horreur cognait partout en moi et autour de moi à tel point que je n’étais pas certain de parvenir à tenir debout. Je tanguais un instant d’ailleurs avant de sentir ma capuche placée de nouveau sur ma tête. Était-elle vraiment utile maintenant ? Tout le monde avait vu mon visage. Tout le monde me savait être l’agresseur. Cependant, elle me calmait un peu comme si je me retrouvais dans une bulle loin de tout. C’était mon Doryan qui venait de remettre ma capuche sur ma tête et j’aurais aimé lui dire merci, mais j’avais la bouche trop sèche et la tête qui tournait tellement. Je tanguais d’ailleurs un instant avant de sentir la main du jeune homme s’enrouler autour de la mienne. C’était rassurant. C’était plaisant. Les doigts de mon meilleur ami serraient les miens et je pouvais respirer à nouveau tandis que nous nous mettions en marche. Doryan semblait ramasser quelque chose par terre avant de m’entraîner vers le parking de la fac. J’étais tellement perdu dans mes pensées que je ne faisais attention à rien. Je gardais les yeux rivés au sol à me rejouer ces dernières minutes dans ma tête. Mais, elles semblaient s’effacer de plus en plus comme un souvenir qui n’était au final pas le mien. Je perdais vraiment la tête. La voiture arriva bien trop vite devant mes yeux et Doryan déverrouillait la portière. Je me contentais d’être une marionnette entre les doigts du jeune homme qui m’aidait à m’installer dans le siège passager. Et, soudainement, mon cœur pulsait plus vivement dans ma poitrine. Les lèvres du jeune homme venaient de se déposer sur mon front. Je fermais les yeux appréciant le contact et tout ce qu’il déclenchait en moi. Ce sentiment d’être en vie, ce désir, cette sécurité… Une autre portière claqua et je me doutais que Doryan venait de grimper dans la voiture à son tour. Effectivement, elle ne tardait pas à démarrer. Cependant, avant que le véhicule ne bouge, il me questionnait. Il me disait qu’il venait de se rendre compte qu’il ne m’avait pas demandé si je voulais venir chez lui en fait. Il bégayait comme empli d’une nervosité dont il n’avait pas fait preuve depuis le début de nos retrouvailles. Il me disait que je voulais peut-être rester là plutôt ou aller chez un ami ou chez ma copine. Malgré moi, un petit sourire glissa sur mes lèvres face aux suppositions angoissées qu’il était en train de faire. Je fouillais dans mes poches sortant bien vite une cigarette que je montrais à Doryan comme pour lui demander si je pouvais fumer par ici. Mais, je n’attendais pas sa réponse allumant mon bien rapidement tout en ouvrant la fenêtre pour cracher la fumée par celle-ci. Ce ne fut qu’après cette première taffe que je prenais la parole. Les mots nerveux glissaient tout seul entre mes lèvres.

Je… Non… J’veux pas rester là… Je… Je… J’veux bien venir chez toi Do’… Et je… Tu… Pour que tu… Pour qu’tu saches, je n’ai pas de copine… Ni de copain d’ailleurs… Je… J’ai… Juste… Juste des clients, des coups d’un soir… Je… On… On peut aller chez toi… Si… Si ça t’embête pas…

@Doryan K. Black-Jenkins
Revenir en haut Aller en bas
HARVARD'S STUDENT
Lorenzo Grimm
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t102761-lorenzo-grimm-ash-stymest http://www.i-love-harvard.com/t108423-simply-learn-how-to-live-lorenzo#3946284 http://www.i-love-harvard.com/t108718-come-play-with-me-i-can-ignite-you-lorenzo-grimm#3955936 http://www.i-love-harvard.com/t102784-lorenzo-grimm-456-323-4503#3742292 http://www.i-love-harvard.com/t102790-http-instagram-com-devil-irish#3742336 http://www.i-love-harvard.com/t102791-snap-devil-irish#3742340 http://www.i-love-harvard.com/t107723-lorenzo-grimm#3913333
A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •


Veritas
JE SOUHAITE PARTICIPER À VERITAS: Oui
CES SECRETS NE PEUVENT PAS ÊTRE RÉVÉLÉS:

A beast slumbers in me ♙ Doryan Empty
LINK THIS POSTDim 29 Sep 2019 - 0:06
A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.

A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.

Tu ne pensais pas que ton intervention aurait cette effet là sur le jeune homme. Vous ne vous étiez pas vu depuis huit ans et tu pensais qu'il t'avait rayé de sa vie après que tu sois partis de Dublin. Tu t'en étais voulus d'ailleurs d'être partis comme ça sans rien dire aux autres, enfin en leurs mentant plutôt, en leurs faisant croire que tes parents t'obligeaient à aller à Harvard pour suivre ton frère. Mais tu te sentais pas de leurs expliquer les vrais raisons de ton départ. Tu te voyais pas leurs dire que tu commençais à ressentir quelque chose que tu pouvais pas ressentir pour l'un d'entre eux. Surtout que c'était un mec. Surtout que c'était lui. Mais bref, c'était du passé tout ceci à présent. Il ne fallait pas penser à ça pour le moment, pour le moment il n'y avait que Lorenzo qui comptait. Lorenzo et son problème de violences. Tu l'avais toujours fait passé avant tout le reste, parfois cela énervait un peu les autres membres du groupe d'ailleurs. Mais c'était plus fort que toi. Lorenzo t'avais toujours voulu le protéger, t'avais toujours voulu prendre soins de lui. Et là en le voyant dans cet état là ton instinct de protection avait repris le dessus sur le reste. Il fallait que tu le protège. De quoi tu savais pas vraiment mais il fallait que tu le protège. T'avais envie de le prendre dans tes bras, de le serrer contre toi, t'avais envie de poser tes lèvres sur les siennes pour lui montrer que t'étais là, mais tu te disais que c'était pas le bon moment. Pas le bon moment du tout même. Et puis...ça ne se faisais pas. Il était ton ami. Il était ton protégé. Tu pouvais pas lui faire un truc comme ça, même si tu en avais vraiment envie. Non, la chose à faire là c'était de l'emmener le plus loin possible de cet endroit. Ton appartement s'imposa de lui même dans ton esprit. Tu ne pris même pas le temps de réfléchir avant d'aller jusqu'à ta voiture et se n'est qu'une fois à l'intérieur de celle-ci alors que tu allais démarrer que tu capta que peut-être tu devrais demander son avis au principal concerné. Tes mots sortir alors de manière aléatoire, tu ne savais même pas s'ils sortaient dans le bon ordre. Tu te contentais juste de dire se qu'il te passait par la tête.

Le silence se fis dans l’habitacle. Tu n'étais pas sûr que le jeune homme t'ai entendu ou bien qu'il t'ai compris. Il se contenta de sortir une cigarette d'un paquet te demandant silencieusement la permission de l'allumer. Tu n'allais certainement pas lui dire non. Tu en aurais bien grillé une aussi d'ailleurs, mais tu avais promis à Fallon de ne plus en fumer parce qu'elle n'aimait pas ça. Tu t'apprêtais à redemander se que tu venais de lui demander mais il se mit alors à parler. Lui non plus ses mots n'étaient pas dans le bon ordre. Il parlait vite comme s'il avait peur d'oublier ses mots mais t'arrivais à en saisir le sens principal. Enfin...tu penses. Un sourire étira tes lèvres malgré toi lorsque tu entendis qu'il n'avait personne dans sa vie. Ouais, c'est con, mais t'avais pas envie de le partager avec quelqu'un. Et puis tu voulais rester encore un peu avec lui avant de le ramener chez lui. Tu pris donc la direction de chez toi. Le silence était de rigueur dans la voiture. Tu réfléchissais au fait qu'il t'avais parlé de clients et de coups d'un soir. Et mine de rien putain ça te plaisais pas. Tu savais que depuis que vous vous étiez éloigné il n'allait pas se transformer en moine, mais bordel...t'aurais pas pensé qu'il était du genre à enchaîner les coups d'un soir et même pire à se faire payer pour ça. C'était mal...il ne méritait pas de subir ça, même si c'était un choix pour lui. Bordel, il méritait qu'on prenne soins de lui comme s'il était la chose la plus précieuse au monde. Mais tu ne pouvais pas lui parler de ça maintenant alors que tu venais de le retrouver et qu'il était pas bien. Alors t'en parlerais plus tard quand vous vous serez calmés. Vous arrivez rapidement à ton appartement, le trafique étant plutôt calme à cette heure-ci. Tu aidais le brun à sortir du véhicule avant de l'entraîner à ta suite dans ton appartement. Une fois la porte fermé derrière vous tu le lâchais une seconde, voulant vérifier quelque chose. "Hey oh, y a quelqu'un c'est moi ??" Tu attendis deux minutes et voyant qu'il n'y avait pas de réponse tu te détendis légèrement. Tu demanda à Lorenzo de s'installer sur le canapé du salon pendant que tu partais préparer des chocolats chauds et que tu allais chercher de quoi le soigner dans la salle de bain. Tu ne voulais pas le laisser seul trop longtemps alors tu te dépêchais. Tu reviens rapidement avec deux tasses fumantes, la trousse coincé sous le bras et un plaid coincé sous l'autre. Tu t'installais ensuite à côté du jeune homme posant les deux tasses sur la table basse avant d'installer le plaid sur vous deux. Tu attrapais ensuite sa main délicatement pour ne pas lui faire mal. "Laisse moi voir ça. Il faut que je désinfecte et que je vérifie que ça va aller." Tu commençais à t'atteler à ta tâche doucement, enlevant le sang qui avait commencer à sécher. "Je...je peux te demander pourquoi tu t'en es pris à se jeune homme ?? Il...il t'a fais quelque chose ?? Je...tu sais que s'il t'a touché je peux aller le voir moi même." T'avais envie qu'il t'explique, qu'il te donne un peu de sa souffrance parce que tu détestais qu'il fasse face à ça tout seul. T'avais toujours haïs ça, t'étais là...certes t'avais été absent mais maintenant t'étais là et tu voulais tout savoir même les détails les plus sombres, même ceux qui te ferais mal.

@Lorenzo Grimm
Revenir en haut Aller en bas
I DON'T WANNA BE YOU ANYMORE
Doryan K. Black-Jenkins
Voir le profil de l'utilisateur
A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.


A beast slumbers in me ♙ Doryan Empty
LINK THIS POSTDim 29 Sep 2019 - 18:41
A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

Tout me perturbait à cet instant. Merde. Comment tout avait pu partir en sucette de cette manière ? Je n’y comprenais réellement plus rien. Je ne voulais même pas tenter de déterrer les secrets pour saisir quelque chose. Comment tout avait pu se dérouler sans même que je ne sois réellement conscient de toutes ces conneries que j’étais en train de commettre ? Zut. Je n’étais même pas sous l’emprise d’une quelconque drogue à cet instant. Cependant, il fallait croire qu’un simple électrochoc trop violent avait presque autant de pouvoir qu’une bonne dose de drogue. Merde, merde, merde. Est-ce que tout se terminait bien dans cette histoire ? Je n’en étais guère certain. Je n’avais pas commis l’irréparable en tout cas. Je n’avais pas tué ce garçon qui ne m’avait rien fait. Et, cela je le devais à une seule et unique personne. Doryan. Le jeune homme s’était interposé dans cette foule d’étudiant. Mon meilleur ami du passé. Mon protecteur jamais réellement oublié. Sa voix, sa présence, son aura… Tout m’avait poussé à cesser l’assaut que j’étais en train de commettre sur ce pauvre garçon qui n’avait rien demandé et qui s’était juste trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Mais… Attendez… Qu’est-ce que Doryan foutait ici ? À Harvard ? Mes sourcils se fronçaient. Ma tête fonctionnait rapidement. Oh… Si nous revenions huit ans en arrière, Doryan n’avait-il pas dit que ses parents l’obligeaient à aller à Harvard ? J’en étais presque certain, mais je n’étais plus sûr et je ne parvenais pas à réellement me concentrer sur cette histoire à cet instant précis. Non. Il y avait plus important. Il y avait plus dérangeant. Les secondes s’écoulaient tandis que je me laissais tomber au sol permettant ainsi à ma victime de s’enfuir le plus rapidement possible. La foule s’était sagement et rapidement dispersée. Après tout, il n’y avait plus aucun intérêt à me voir simplement assis sur le sol. Moi ? Je tentais de reprendre le contrôle de mon être. Doryan attrapait mon visage pour poser son front contre le mien. C’était comme avant. C’était comme des années en arrière. Et, bordel, ça fonctionnait encore. Je sentais ma respiration s’apaiser. Je sentais mon cœur ralentir de cet enfer infernal. Je me sentais mieux. Je me sentais plus fort… Illusoirement bien sûr. Parce que lorsque Doryan m’aida à me remettre sur pied, je savais que je n’étais qu’un pitoyable gosse. Je n’étais qu’un gamin fichtrement trop faible qui aurait pu retomber sur le sol en un quart de seconde. L’horreur était là tout autour de moi tapissant le monde. L’enfer demeurait présent dans mon être me brûlant lentement et réellement. Mais, heureusement pour moi, Doryan m’aidait à avancer vers le parking. Vers sa voiture. Sa voiture où il me plaça sur le siège comme si je n’étais qu’une marionnette dont il pouvait faire ce qu’il voulait. Sa voiture où, enfin, la nervosité et l’hésitation surgissaient. Il n’était pas certain de mes envies. Voulais-je vraiment aller chez lui ? Peut-être que je préférais rester à l’université, aller chez un ami ou même chez ma copine. J’avais pris mon temps pour répondre m’allumant une cigarette et tirant dessus. J’avais pris mon temps parce que je ne savais pas exactement comment répondre. Mon esprit pensait à Tian et à Efrain, mais je ne pouvais pas aller chez eux. Je n’avais pas le droit. Alors, j’avais fini par babiller ma réponse. Mon accord pour aller chez lui. Et, bien évidement, je n’avais pas été fichu de fermer ma bouche. J’avais été obligé d’en dire un peu plus sur ma vie comme mon célibat et le fait que je n’avais que des clients et des coups d’un soir. Doryan ne faisait aucune remarque sur mes propos, mais je savais. Oh oui, je savais à quel point mes mots devaient tourner dans sa tête. Après tout, il avait toujours voulu me protéger. C’était ce qu’il venait de faire dans les couloirs de l’université quand bien même cela faisait huit ans que nous ne nous étions pas vu. Alors, ouais, je ressentais au fond de moi que le jeune homme avait encore envie de prendre soin de moi et que cette histoire de clients n’était pas faite pour lui plaire. Le trajet se passait dans le silence absolu. Je tirais nerveusement sur ma cigarette ne sachant pas quoi dire. De toute manière, j’étais trop perdu dans mes horreurs pour oser lancer une conversation. Et Doryan ? Bah, je ne savais pas, mais je laissais faire jusqu’à ce que le véhicule ne se gare. Je lançais ma cigarette au sol avant de l’écraser avec mon pied. Mon meilleur ami s’empressa de venir m’aider à marcher comme si je n’étais pas capable de le faire tout seul. L’étais-je ? Je l’ignorais et ça me plaisait bien de laisser mon Do’ faire ça. Nous arrivions bien vite devant chez Doryan qui ouvrait la porte avant de la refermer et de me lâcher. Je tanguais un instant me retenant au mur pour ne pas m’effondrer. Et, soudainement, Doryan criait dans l’appartement. Il demandait s’il y avait quelqu’un. Il s’annonçait. Je ressentais la nervosité planer partout. Mais, lorsqu’aucune réponse ne vint, les épaules de mon meilleur ami semblèrent se détendre. Moi ? De mon côté, j’étais angoissé. J’étais pétrifié. Et, je demandais soudainement.

Tu… T’vis pas tout seul ? Je… Ta… T’vis avec ta copine p’tetre ? Ce… Ça va pas la déranger que j’sois là ?

Les interrogations venaient de glisser d’elles-mêmes entre mes lèvres sans que je ne parvienne à faire quoi que ce soit pour les retenir. Après tout, Doryan venait de vérifier notre solitude dans son appartement avant de m’autoriser à faire quoi que ce soit. Alors, ouais, je me doutais qu’il ne vivait pas seul et j’avais besoin de m’en assurer. C’était pourquoi je questionnais le jeune homme sur la possibilité d’une autre personne entre ces murs. Je désirais savoir. J’allais même encore plus loin puisque je supposais qu’il s’agissait de la petite amie de Doryan. Je n’hésitais d’ailleurs pas à poser la question de but en blanc. Je lui demandais sans détour s’il vivait avec sa copine. Cela m’aurait semblé logique. Doryan était plus âgé que moi… Il aimait les femmes. Et puis, merde c’était Doryan. Il était fichtrement beau, foutrement désirable et terriblement adorable. N’importe qui pouvait tomber sous son charme très aisément. Tout le monde pouvait être dingue du garçon qui se trouvait à mes côtés. Alors, ouais, je n’aurais pas été étonné qu’il vive dans cet endroit avec sa petite copine. Peut-être même sa femme… Je mordillais ma lèvre à cette pensée qui me donnait envie de faire demi-tour. Mais, je ne bougeais pas attendant sagement mes réponses. Je voulais savoir si ma présence était gênante aussi d’ailleurs. Je l’avais demandé. Après tout, Doryan s’était comporté presque comme si je n’étais qu’un petit secret honteux à cacher au plus vite. Il avait agi comme si ma présence risquait de gêner. Alors, je demandais si ça n’allait pas déranger la copine du jeune homme que je sois là. Qu’aurait-il fait si quelqu’un avait été dans l’appartement ? M’aurait-il simplement mis à la porte ? Je baissais la tête m’apprêtant à dire qu’en fait je devais aller retrouver quelqu’un. J’étais prêt à fuir et à prétendre un rendez-vous à l’extérieur. Cependant, je n’avais pas le temps d’agir que Doryan me disait d’aller m’installer sur le canapé du salon pendant qu’il faisait un tas de choses. J’étais tellement perdu dans mes pensées que je n’avais pas réellement fait attention à ce qu’il m’avait soufflé. Je n’étais guère foutu de vous informer correctement. Et, je n’étais pas fichu de fuir. Pas alors que le chef… Notre chef… Mon chef venait de balancer un ordre direct. Celui d’aller m’installer dans le canapé. Alors, j’avançais prudemment dans l’appartement pour rejoindre le canapé dans lequel je me laissais bien vite tomber. Mes prunelles bleues se promenaient autour de moi comme pour tenter de capter la vie de Doryan. Cependant, je n’eus guère le temps de me perdre dans ma contemplation car mon meilleur ami revenait déjà. Il était là avec deux tasses fumantes à la main, une trousse de secours coincée sous le bras et un plaid coincé sous l’autre bras. Un petit sourire glissa sur mon visage alors que je me rendais compte qu’il n’avait pas tant changé que ça. Il prenait toujours tellement soin de moi. Le jeune homme s’asseyait à mes côtés posant les tasses sur la table basse et installant le plaid sur nous. Je laissais faire immobile et silencieux. Je n’eus même pas de sursaut lorsqu’il attrapa ma main délicatement. Sa peau touchait la mienne et je ne ressentais pas cette décharge dérangeante qui aurait dû me donner envie de m’enfuir. Non. Je ne ressentais rien. Doryan me disait qu’il devait désinfecter ma main et vérifier que ça allait aller et j’étais prêt à le laisser faire sans rien dire, sans rien demander. Après tout, j’étais presque certain que tout le sang présent sur mon poing n’était pas le mien. J’étais presque certain que je n’avais rien de grave. Je ne ressentais rien en tout cas. Pas la moindre douleur. Les yeux rivés au sol, je le laissais agir à retirer le sang séché sans rien dire. Mais, soudainement, la question tomba. Il me demandait pourquoi je m’en étais pris à ce jeune homme. Est-ce qu’il m’avait fait quelque chose ? S’il m’avait touché, Doryan me soufflait qu’il pouvait aller le voir. Malgré moi, un rire amusé franchissait la barrière de mes lèvres. Protecteur un jour, protecteur toujours. Bien trop vite, le rire mourrait dans ma gorge et je mordillais nerveusement ma lèvre. Qu’est-ce que Doryan allait penser de moi lorsque la vérité allait m’échapper ? Qu’allait-il penser en se rendant compte que je n’étais qu’un monstre qui venait de dérailler. J’hésitais. Je voulais me lever, m’allumer une autre cigarette, me descendre un verre d’alcool. Je voulais aller me planquer sous mes draps en boule. Mais, non, je restais simplement assis sur ce canapé à me concentrer sur les doigts de Doryan touchant ma main. Et, les mots glissèrent d’eux-mêmes entre mes lèvres. La confession m’échappa.

Je… Je… J’sais pas pourquoi j’m’en suis pris à lui, mais je… Il… Il ne m’a rien fait… Il… Il m’a juste effleuré dans le couloir, mais c’était à cause du monde et il… Il s’est excusé… Je… J’crois… Et je… Je… J’ai juste déraillé…

@Doryan K. Black-Jenkins
Revenir en haut Aller en bas
HARVARD'S STUDENT
Lorenzo Grimm
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t102761-lorenzo-grimm-ash-stymest http://www.i-love-harvard.com/t108423-simply-learn-how-to-live-lorenzo#3946284 http://www.i-love-harvard.com/t108718-come-play-with-me-i-can-ignite-you-lorenzo-grimm#3955936 http://www.i-love-harvard.com/t102784-lorenzo-grimm-456-323-4503#3742292 http://www.i-love-harvard.com/t102790-http-instagram-com-devil-irish#3742336 http://www.i-love-harvard.com/t102791-snap-devil-irish#3742340 http://www.i-love-harvard.com/t107723-lorenzo-grimm#3913333
A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •


Veritas
JE SOUHAITE PARTICIPER À VERITAS: Oui
CES SECRETS NE PEUVENT PAS ÊTRE RÉVÉLÉS:

A beast slumbers in me ♙ Doryan Empty
LINK THIS POSTJeu 3 Oct 2019 - 19:08
A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.

A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.

Ton cœur battait dans tes tempes, tu n'aimais pas voir Lorenzo dans cet état, tu n'avais jamais aimé. Il fallait que tu te calme si tu voulais parvenir à le calmer. Sa respiration se cala peu à peu sur la tienne, c'est bien. Tu passais tes doigts le long de sa joue, attendant patiemment qu'il se calme, tu ne voulais pas le brusquer après se qu'il avait vécu. Tu étais encore en train de te demander se que ce type avait bien pu lui faire pour qu'il se comporte ainsi avec lui. Mais tu ne préfèrais pas y penser maintenant, parce que tu sentais que tu allais perdre ton calme sinon. Alors au lieu de penser à ce mec et à se qu'il avait potentiellement fait à ton ami tu avais décidé de l'emmener loin d'ici, dans un endroit où vous seriez en sécurité et où personne ne viendrais vous déranger. Tu avais donc opté pour ton appartement. Le trajet te parus un peu long, le silence s'était installé entre vous. Lorenzo semblait perdu dans ses pensées tout en fumant sa cigarette. Toi, tu te concentrais sur la route ou du moins tu essayais parce que les paroles du brun tournaient sans cesse dans ta tête. Tu avais peur de comprendre se qu'il insinuait et tu n'avais pas envie d'y penser. Rien que d'essayer d'imaginer Lorenzo avec quelqu'un pour de l'argent en plus ça te donnais envie de taper quelque chose ou quelqu'un. Alors tu te contentais de fixer la route, vous auriez le temps d'en reparler plus tard, quand il ira mieux et quand tu serais un peu calmé. En arrivant enfin à l'appartement tu t'annonçais comme tu le faisais chaque fois, histoire de voir qui était là ou non. Tu espérais d'ailleurs qu'il n'y ai personne. Tu ne voulais pas être dérangé et tu savais que si tes colocs découvraient une nouvelle tête ils ne voudraient pas te lâcher avec lui. Et ni toi, ni Lorenzo n'aviez besoin de ça, surtout Lorenzo à vrai dire. Tu allais commencer à t'occuper de lui quand il se mit à parler de manière gêné. Tu ne pu t'empêcher de sourire attendris face à sa remarque. C'était trop mignon qu'il est peur de déranger. Tu posais alors une main rassurante sur sa joue, pour qu'il se calme un peu. "Ne dis pas n'importe quoi Lo. De un je n'ai pas de petite amie, juste des colocs un peu trop envahissants par moment. Et de deux, même s'il y avait quelqu'un tu ne dérangerais absolument pas. Se serait plutôt eux qui dérangeraient." Tu laissais échapper un petit rire pour lui montrer que tout allait bien. Tu lui indiquait ensuite le salon avant d'aller chercher de quoi t'occuper de lui.

Lorsque tu reviens au salon avec tout se qu'il fallait tu remarquais que le brun regardait curieusement autours de lui. Sûrement à la recherche d'indice sur ta vie, tu le connaissais trop bien. Il devait vouloir tout savoir de toi. Comme tu avais envie de tout savoir de lui. Tu t'installais à ses côtés, déposant un plaid sur vos genoux pour vous tenir chaud bien qu'il ne fasse pas spécialement froid. Tu t'occupais ensuite de soigner sa plaie à la main, apparemment il n'était pas blessé, le sang sur sa main appartenait surtout à l'autre jeune homme qui à l'heure qu'il était ne devait pas être beau à voir. Tu embrassais ses doigts du bout des lèvres comme si cela allait les faire guérir plus vite et tandis qu'il t'expliquait se qu'il s'était passé, tu gardais sa main dans la tienne. Tu hochais la tête en l'écoutant, avant de le prendre dans tes bras pour le serrer contre toi parce que tu sentais qu'il n'allait toujours pas bien. "Hey calme toi Lo, c'est passé maintenant, je suis là tu crains plus rien. C'est pas grave ça peut arriver de déraper comme ça, moi aussi tu sais...j'ai eu une période où je dérapais facilement." Tu repensais aux mois qui avaient suivis la mort de Zya, tu avais vraiment touché le fond du trou à se moment là et tu creusais encore, alors tu comprenais la réaction que le jeune homme avait eu, parce que le Doryan de 2015 aurait eu exactement la même. Tu posais ta tête sur le dessus de la sienne, tes doigts faisant des arabesques aléatoires sur ses bras. Tu te sentais tellement bien à se moment et tu espérais qu'il ressente la même chose à se moment là. "Tu veux qu'on parle d'autre chose pour oublier tout ça ?? Après tout on a huit ans à rattraper, ça va être long." Tu souris avant de déposer un baiser sur le haut de son crâne. S'il le fallait tu resterais toute la journée et toute la nuit comme ça dans cette position, avec le jeune homme au creux de tes bras.

@Lorenzo Grimm
Revenir en haut Aller en bas
I DON'T WANNA BE YOU ANYMORE
Doryan K. Black-Jenkins
Voir le profil de l'utilisateur
A beast slumbers in me ♙ Doryan Mlau
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Boston en coloc
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Do' ou Dodo (éventuellement Dory, mais tente pas)
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire handicapé des sentiments et qui préfère ne pas s'attacher.
Je viens de : Glasgow en Ecosse
Dans la vie, je suis : architecte
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Yuri Pleskun.

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : kiinder/clara
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 20/09/2019
, d'où les : 52
messages, dont : 2
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Blimey!
. Pour finir, je joue également : personne pour le moment.


A beast slumbers in me ♙ Doryan Empty
LINK THIS POSTLun 14 Oct 2019 - 10:02
A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

Je n’étais qu’un putain d’agresseur et personne n’avait voulu tenter de se mettre en travers de mon chemin. Oh non, personne n’avait voulu prendre le risque de se retrouver défiguré à cause d’un pauvre mec comme moi qui semblait avoir complètement perdu la tête. Tout le monde allait avoir raison de croire que je n’étais qu’un putain de psychopathe foutrement effrayant et fichtrement dangereux. Après tout, j’étais ce garçon qui venait de frapper un étudiant dans les couloirs de l’université. Comme ça. Boum. D’un seul coup. J’étais ce gamin qui s’était acharné sur un autre étudiant sans qu’il ne semble y avoir la moindre raison. L’inconnu était fichtrement mal en point suite à toutes ces longues minutes que j’avais passé à m’acharner sur lui. Et moi ? Moi, je n’allais pas mieux. L’adrénaline descendait soudainement alors que je m’étais assis au sol et que ma victime s’enfuyait. Oh merde, j’étais foutrement effrayé de la suite des événements. Cependant, je n’étais pas seul. Oh non. Je n’étais plus seul. Quelqu’un avait su mettre fin à mon acharnement de folie. Quelqu’un avait osé s’interposer dans cette arène de gladiateur. Et, cette personne n’était pas n’importe qui. Non, bien sûr. C’était sans doute la seule et l’unique personne qui était capable à avoir du pouvoir sur moi. Doryan. Mon meilleur ami en Irlande… Et sans doute même tellement plus que ça. Malgré les huit années écoulées, je ne l’avais pas oublié et il était toujours ancré profondément dans mon cœur. Mon chef. Mon protecteur. Mon tout. Le jeune homme était capable de provoquer tellement de choses à l’intérieur de mon être en si peu de gestes, en si peu d’actions. Il était un chamboulement fou et tellement agréable. La voix de Doryan savait me toucher au plus profond et entraîner mon calme. Son aura avait su m’entourer comme par le passé afin de m’éviter de commettre l’irréparable. C’était pour cette raison que je me trouvais au sol en proie à cette panique qui me bouffait cruellement alors que je percutais seulement les actes que je venais de commettre. Oh mon dieu. Je tentais vainement de reprendre le contrôle sur mon être parce que, damn, je voulais tant quitter ce couloir. Je ne pouvais plus rester sur la scène du crime. Je ne voulais plus rester dans cet endroit qui me tordait violement le ventre. Je désirais simplement m’enfuir. Doryan semblait l’avoir compris tout comme il savait que je ne pourrais pas bouger tant que la panique me boufferait si vivement. Il déposait son front contre le mien comme il l’avait tant fait par le passé. Il tentait de me pousser à me caler sur sa respiration afin de me calmer. Comme avant. Comme il l’avait si souvent fait. Ses doigts glissaient le long de ma joue et je fermais les yeux. J’appréciais tellement ce contact qui me semblait si lointain. J’adorais ce contact que j’avais presque trop oublié. Je me laissais emporter avec plaisir. Je me laissais glisser avec délice. Et, ça fonctionnait encore comme une magie intemporelle. Doryan m’aida bien vite à me remettre sur pied et il m’entraîna vers sa voiture. Ce ne fut qu’une fois dans cet habitacle que l’hésitation et la nervosité du chef se firent sentir. Il ne savait pas s’il pouvait se permettre d’agir comme ça, comme par le passé. Comme s’il n’y avait que nous. Il ne savait pas si c’était ce que je voulais, si je n’avais pas d’autres personnes vers qui me tourner à présent. Mais, non, je n’avais personne… Personne comme lui. Aussi, après avoir pris le temps de tirer sur ma cigarette, je lui confiais mon accord pour aller chez lui ainsi que de trop nombreux secrets. J’avouais à Doryan que j’étais célibataire et que je n’avais que des clients ou des coups d’un soir dans ma vie. Personne de plus. Mon meilleur ami ne relevait pas et je m’enfonçais dans le silence. Tout le trajet se déroula dans le silence. Je tirais nerveusement sur ma clope tandis que mes pensées tournoyaient. Les étudiants allaient penser que je n’étais qu’un agresseur. Ils allaient tous croire que j’étais dangereux. Mais, damn, ils ne pouvaient pas savoir que j’étais une victime moi aussi. Mon état était encore pire que celui du mec que j’avais frappé. Après tout, les blessures les plus graves étaient souvent celles que personne ne pouvait voir. Je ne laissais rien paraître de cette blessure qui me bouffait tout cru depuis des semaines. Je gardais bouche cousue, mais mon être lançait un SOS de détresse envers les personnes capable de lire en moi. Cela me heurtait si violemment. Ça pulsait trop réellement. Cela me bouffait royalement. À petit feu. Dans la plus grande des souffrances. J’étais déchiqueté et personne ne le voyait. Personne ne voulait le voir peut-être. Au lieu de réagir comme un gosse en quête de secours, je me barricadais derrière des murs de béton et je disparaissais pour laisser place à un Lorenzo foutrement trop incontrôlable. Au lieu d’être un adulte responsable contactant les secours, je me laissais dépérir au jour le jour. Stupide hein ? Pourtant si réel. Alors, tout le monde s’était mis à penser que l’homme au sol était le plus à plaindre. Il avait subi l’assaut d’une personne violente et allait se retrouver avec blessures. Mais, bordel, si vous saviez à quel point j’aurais préféré être à sa place. Subir les assauts physiques était si aisé parfois… Surtout lorsque le diable vous bouffait le cerveau. Le garçon que j’avais frappé était devenu la victime, le chouchou à protéger. Et moi ? Moi je n’étais qu’un monstre. Oh comme ils avaient tords. Je n’étais qu’un gosse trop en détresse. Je n’étais qu’un gamin au fond du trou noir qui n’y voyait rien et qui ne savait plus comment s’en sortir sans s’enfoncer toujours plus pour continuer à respirer. Je sursautais soudainement lorsque la voiture s’arrêta. Nous étions arrivés à destination et Doryan s’empressait de venir à mes côtés pour m’aider à avancer et à rejoindre son appartement. Le jeune homme me lâcha sitôt la porte passée et je dû me retenir au mur pour ne pas tomber au sol tant je m’étais reposé sur Do’. Il criait dans l’appartement et je sentais la nervosité planait autour de nous. Il sembla se détendre devant l’absence de réponse tandis que j’étais toujours si angoissé et pétrifié. D’ailleurs, les interrogations d’un gamin peureux quittèrent mes lèvres. Il ne vivait pas seul ? Il vivait avec sa copine ? J’allais déranger en étant là ? Doryan se tournait vers moi m’offrant un sourire attendri tandis que sa main glissait à nouveau sur ma joue. Sensation rassurante. Sensation distrayante. Doryan ne tarda pas à me répondre pour me souffler que je ne devais pas dire n’importe quoi. D’un, il n’avait pas de petite amie, simplement des colocataires un peu trop envahissants par moment. De deux, même s’il y avait quelqu’un, je ne dérangeais absolument pas. Ce serait plutôt eux qui dérangeraient. Je mordillais nerveusement ma lèvre alors qu’il riait un peu. Et, je finissais par babiller.

Je… Tu… Ouais… Ok… ‘Ccord…

Je bafouillais les mots sans être réellement fichu de dire tout ce qui me passait en tête à cet instant précis. J’avais tellement de pensées qui osaient s’infiltrer en moi que j’en étais fichtrement perdu. J’aurais tellement aimé souffler des tonnes de choses que je me retrouvais incapable de dire quoi que ce soit. J’avais envie d’interroger Doryan sur sa situation. Je voulais savoir pourquoi il n’avait pas de petite amie alors qu’il était… Bah lui quoi. Merde, Doryan était sans aucun doute le mec le plus parfait sur toute cette terre et ce n’était absolument pas logique qu’il soit célibataire. Je voulais savoir pourquoi il n’avait pas de copine et pourquoi il vivait avec des colocataires. Puis, merde, j’aurais également aimé pouvoir souffler que si c’était moi qui dérangerais dans toute cette histoire parce que j’étais l’invité dans un endroit où je ne vivais pas. Les autres ne gêneraient pas, mais moi si. Cependant, je me retrouvais juste là à bafouiller des mots incompréhensibles. Je me retrouvais simplement là et je n’étais pas fichu de l’interroger. Alors, Doryan finissait par s’éloigner dans son appartement tout en me disant de m’installer sur le canapé du salon. Les mots ne sonnaient pas véritablement comme un ordre. Non, ça sonnait un peu trop comme une invitation pour que je me mette à l’aise, pour que j’ose entrer ici. Cependant, moi, je ne le prenais pas comme ça. Non. Moi, je le prenais comme un ordre de mon ancien chef et c’était ce qui me poussait à ne pas fuir malgré la folle envie qui cognait toujours en moi. C’était un ordre et je ne pouvais pas y désobéir. Je ne parvenais guère à me résoudre à refuser d’accomplir une demande directe de mon chef… De mon ancien chef puisque la bande n’existait plus à présent. Quoiqu’il en soit, j’acceptais d’accéder à la requête de Doryan et je m’avançais dans l’appartement avant de me laisser dans le canapé. Mes prunelles bleues se promenaient partout autour de moi. Je tentais de capter la vie de Doryan. Je tentais de dénicher les secrets cachés. J’essayais simplement d’en savoir plus sur ce garçon que je n’avais pas vu depuis huit ans. Cependant, il ne semblait n’y avoir aucune indication ici. Il n’y avait pas de photos, il n’y avait pas de cartes. Il n’y avait absolument rien m’indiquant la vie de mon meilleur ami. Je n’eus guère le temps de me perdre un peu plus dans ma contemplation et de chercher plus loin parce que Doryan revenait bien vite à mes côtés. Tasses fumantes à la main, il revenait avec un plaid et une trousse de secours. Malgré moi, un sourire se dessinait sur mon visage tant tout semblait identique au passé. Cela me donnait l’impression d’être huit ans en arrière lorsque je débarquais chez Doryan afin qu’il s’occupe de moi après les coups de mon père. Et, comme à cette époque, aujourd’hui encore, Doryan allait prendre soin de moi. Il s’installait à mes côtés installant le plaid sur nous. Il attrapait délicatement ma main et je ne ressentais pas cette douloureuse décharge qui me donnait envie d’éviter les contacts depuis mon agression. Je ne ressentais pas cette décharge qui me poussait à réagir excessivement à tous les contacts autour de moi. Non. Là, c’était juste agréable et j’appréciais la chaleur. J’appréciais le contact. Je le laissais désinfecter ma main les yeux rivés au sol. Je ne devais pas le regarder. J’étais persuadé que si je posais mes yeux sur lui et que je le voyais si concentré à prendre soin de moi, mon bas-ventre allait se réveiller. Et, ce n’était absolument pas une bonne idée. Merde, ne commençait-il pas à faire chaud d’ailleurs ? Je mordillais ma lèvre lorsque Doryan me demanda soudainement pourquoi je m’en étais pris à ce jeune homme. Est-ce qu’il m’avait fait quelque chose ? Parce que si c’était le cas, il pouvait aller le voir. Je riais amusé un bref instant. Un rire qui se perdait dans ma gorge lorsque les lèvres de Doryan se posèrent sur mes doigts. Un simple petit baiser. Un doux baiser qui réveillait tellement de choses en moi. Et, putain, avec le manque sexuel qui courrait dans mon corps, ce simple geste m’enflammait. J’avais tant envie de me lever. J’avais tellement besoin de me griller une cigarette. Néanmoins, j’étais déjà trop pris au piège. J’étais incapable de me détacher de l’emprise de Doryan. Je n’étais pas fichu de m’éloigner. Alors, je préférais simplement me confier. J’avouais que je ne savais pas pourquoi je m’en étais pris à ce garçon qui n’avait fait que me frôler. J’avais simplement déraillé. Oh bien évidemment, je savais parfaitement la raison de mon déraillement, mais il était hors de question que j’en parle. Je ne voulais pas mettre en avant le secret de mon agression sexuelle. Personne ne devait savoir. J’allais gérer ça tout seul. D’ailleurs, Doryan sembla gober mon excuse. Il hochait simplement la tête avant de me prendre dans ses bras pour me serrer contre lui. Damn it ! J’avais trop soudainement l’impression d’être à ma place. J’avais soudainement la sensation de me trouver exactement là où je le devais et c’était foutrement agréable. Encore plus lorsque la voix de Doryan résonna comme une litanie de mots apaisante. C’était si délicieux que j’en fermais les yeux oubliant presque d’écouter le contenu des mots de mon meilleur ami. Des propos pour me rassurer sans doute. Sa tête pesait sur la mienne et c’était une sensation des plus agréables. Ses doigts dessinaient des formes aléatoires sur mes bras… C’était une sensation des plus délicieuses. J’étais au paradis, n’est-ce pas ? Attendez… Peut-être que ma victime m’avait frappé sur la tête et que j’étais simplement plongé dans un rêve où tout était parfait ? Peut-être que ma victime m’avait frappé et que j’avais perdu conscience ? Peut-être que tout se passait uniquement dans ma tête ? Peut-être que rien de tout cela n’était réel ? Soudainement, la peur me prenait aux tripes. Comment savoir si j’étais bien dans la réalité ? La question se perdait dans ma tête lorsque Doryan me demanda soudainement si je voulais que nous parlions d’autres choses pour oublier tout cela. Après tout, nous avions huit ans à rattraper et ça allait être long. Sa voix m’apaisait encore. Quelques secondes. Quelques minutes. Je souriais malgré moi persuadé que mon meilleur ami souriait lui aussi. J’acquiesçais doucement peu certain de pouvoir faire confiance à ma voix pour lui répondre. Mais ouais, je voulais parler d’autre chose pour oublier tout ça. Un baiser était déposé sur le haut de mon crâne et je ne pus retenir le ronronnement de plaisir qui m’échappa. Et, damn, la panique revenait à la charge. Étais-je en train de rêver ? Étais-je simplement en train d’halluciner tout ça ? Doryan était-il vraiment là ? Il fallait que je le vérifie. Vite. Mais comment ? Une idée folle germa dans mon esprit. Il fallait que je ressente plus. Il fallait que je provoque plus. Si le plaisir pointait le bout de son nez vivement, nuls doutes que ce serait réel. Alors, comme pris d’un soudain sursaut, je me redressais. Je m’éloignais de Doryan afin de bouger et je m’installais à califourchon sur les genoux du jeune homme. Mes bras se déposaient sur ses épaules laissant mes mains se rejoindre dans sa nuque que je commençais à caresser du bout des doigts. Mes prunelles bleues se perdaient dans les siennes tandis que j’approchais mon visage du sien. Je m’arrêtais à quelques millimètres de ses lèvres sur lesquelles mes yeux se perdaient un instant. Mon nez frôla le sien tandis que je quémandais doucement.

Je… J’veux tout savoir de ta vie Do’…


@Doryan K. Black-Jenkins
Revenir en haut Aller en bas
HARVARD'S STUDENT
Lorenzo Grimm
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t102761-lorenzo-grimm-ash-stymest http://www.i-love-harvard.com/t108423-simply-learn-how-to-live-lorenzo#3946284 http://www.i-love-harvard.com/t108718-come-play-with-me-i-can-ignite-you-lorenzo-grimm#3955936 http://www.i-love-harvard.com/t102784-lorenzo-grimm-456-323-4503#3742292 http://www.i-love-harvard.com/t102790-http-instagram-com-devil-irish#3742336 http://www.i-love-harvard.com/t102791-snap-devil-irish#3742340 http://www.i-love-harvard.com/t107723-lorenzo-grimm#3913333
A beast slumbers in me ♙ Doryan Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •


Veritas
JE SOUHAITE PARTICIPER À VERITAS: Oui
CES SECRETS NE PEUVENT PAS ÊTRE RÉVÉLÉS:

A beast slumbers in me ♙ Doryan Empty
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

A beast slumbers in me ♙ Doryan Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: The Yard :: Grand Hall-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujetSauter vers: