informations
Cette nouvelle version est signée persona et nympheas. Nous remercions également cc crush (listings des membres), ange tuteur (messenger) et never utopia (barre latérale) pour leurs aides précieuse. On vous souhaite un bon mois d'octobre à Boston. Il est temps de faire du shopping, on commence à se les géler !
VERITAS ; application cruelle permettant de découvrir ou faire découvrir tous les petits secrets sur son entourage. Impossible de cacher quoi que ce soit, impossible d'avoir des secrets. Veritas dévoile tout, sans sourciller. Et vous ? Irez-vous dénoncer vos amis ?
milo novak » newbie du mois
cece wang » membre du mois
lottie windsor » cdc du mois



 

 ::  :: City center :: Les habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Play with me ♦ Léonidas

LINK THIS POSTJeu 29 Aoû 2019 - 20:09
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_nrjmy6pu7y1us5epuo2_500Play with me ♦ Léonidas  Giphy

« Oh, mec, il faut que tu viennes avec moi. Il y a une super soirée pour la fin de l’été et tu ne peux pas manquer ça. Tu seras bien mieux qu’ici je t’assure. Il va y avoir tellement de filles »

Malgré moi, un rire passa la barrière de mes lèvres même si aucun mot n’en sortait pour suivre et expliquer ainsi ce qui me faisait autant marrer. L’étranger à mes côtés supposa sans doute que l’alcool faisait déjà trop effet sur moi. Il m’offrait un sourire comme s’il pensait que je riais suite à ce qu’il venait de souffler. Stupide garçon. Tellement de mots parfaits se jouaient dans ma tête en repeat, mais rien ne glissa sur ma langue. Je me contentais de reprendre ma bière pour la porter à mes lèvres tout en haussant les épaules pour toute réponse. Ce n’était ni un ‘non’, ni un ‘oui’. C’était simplement pour dire que je risquais de me laisser entraîner dans la folie des événements. Je suivrais le fil du destin. Mon haussement d’épaule n’était qu’un ‘peut-être’ sans grand impact puisque je savais que je risquais de finir dans cette soirée. Et, franchement, ce n’était pas parce que l’homme avait parlé de filles que cela m’intéressait non. C’était juste pour l’idée que cette soirée soit une super soirée pour la fin de l’été. Ça me plaisait. Ça me tentait. Ça m’intriguait. Puis les filles… Franchement… Non. Je n’étais pas du genre à cacher mon attirance pour les garçons. Je me clamais d’ailleurs gay. Alors, j’aurais clairement dû répliquer au jeune homme que je me foutais bien des filles moi… Enfin, à moins qu’il n’y ait une sublime déesse capable de me faire perdre la tête. Ouais, pas si gay que ça. Pourtant, j’aurais voulu et j’aurais dû lui dire que seuls les hommes m’attiraient. Mais, putain, quelque chose me criait que c’était une très mauvaise idée si je désirais tant que ça mettre les pieds dans cette soirée où l’alcool coulerait à flot, où la drogue passerait sous le manteau et où la danse chaufferait les corps. J’étais persuadé de pouvoir me sentir à ma place là-bas. Consommer à n’en plus finir et terminer ma nuit avec n’importe qui malgré tout ce qui se passait dans ma vie. Alors ouais, il valait mieux que je ferme ma gueule quant à mon orientation sexuelle. L’homme à mes côtés était clairement homophobe et je l’avais rapidement noté suite à la remarque qu’il avait lancée de façon trop peu discrète à un couple qui était entré quelques minutes plus tôt. Dès que la remarque avait quitté les lèvres de Marc, cet étranger à mes côtés, j’avais su que j’aurais mieux fait de m’éloigner. J’aurais dû lui foutre mon poing dans la gueule et lui balancer que j’étais gay. J’aurais dû partir le plus loin possible pour profiter de ma soirée ou encore mieux chercher la bagarre et finir dans un état pitoyable. La tentation avait été si grande. Pourtant, je n’avais rien fait de tout cela. J’étais simplement resté assis sur mon tabouret la bouche close et les yeux baissés. Pour tout vous avouer, bien que ce mec m’ennuyait profondément avec ses problèmes amoureux avec sa copine, la copine de son frère ou je ne savais même pas qui, il était divertissant et c’était tellement agréable d’être diverti lorsque le bar était si désert et que je n’avais pas beaucoup de choix pour ne pas m’enfoncer. Cela faisait deux jours que j’étais de retour à Boston. Deux jours que j’étais rentré avant même la fin du Summer Camp. Je ne tenais plus là-bas avec tout ce monde. Je me sentais tellement prisonnier et fichtrement trop attaché. J’avais l’impression de ne pas pouvoir faire ce que je voulais. Alors, j’avais fini par prendre un avion pour rentrer et je m’étais bien vite enfermé dans mon appartement. Pendant une journée complète. Une journée d’absolue solitude avant que je n’ose sortir de nouveau de chez moi pour pénétrer dans le premier bar déjà ouvert et surtout foutrement désert à une heure aussi avancée de la soirée. Je m’étais installé au bar et j’avais sombré dans l’alcool enchaînant bière sur bière. Et, Marc était venu s’installer à mes côtés se mettant tout de suite à me parler. Et, en un rien de temps, il était devenu ma diversion. Je l’écoutais d’une oreille et je continuais de boire. Ce ne fut que lorsqu’il parla de cette soirée qu’il retient mon attention et cela même si je ne disais pas que je comptais venir. L’histoire se dessinait déjà dans ma tête. Une soirée… La soirée de la fin de l’été… Franchement, c’était l’endroit parfait. C’était le lieu idéal pour sombrer. J’allais faire la fête pendant des heures enchaînant alcool, drogue et danse. Et, je finirais par trouver quelqu’un pour amuser ma nuit. Oh oui, j’en étais certain. Un sourire se dessina sur mon visage à ces folles pensées et je terminais lentement ma bière. Lorsque je la déposais vide sur le comptoir, Marc me donna un coup à l’épaule avant de se lever.

Je ne saurais vous dire comment il avait deviné que j’allais venir, mais c’était le cas. Sans doute parce que je n’étais pas doué pour cacher des choses. Je n’avais jamais su comment masquer des vérités ou raconter des mensonges. Tout se lisait trop facilement en moi. Tout se voyait trop réellement. Je savais juste détourner les conversations pour éviter d’en parler même si tout le monde notait que quelque chose clochait. Alors ouais, Marc avait dû voir cela dès qu’il avait parlé de la fête. Il avait sans doute remarqué le pétillement dans mes yeux, l’excitation dans mon être, l’envie d’y être dans mon corps et la fébrilité dans mes doigts. Il avait sans doute noté le sourire d’envie qui avait glissé petit à petit sur mes lèvres. Il avait simplement su être observateur et bingo, j’allais le suivre. Mes prunelles bleues se posèrent sur lui en même temps que je laissais ma note et un pourboire à côté de mon verre. Je me levais trop rapidement du siège tanguant un instant. Marc semblait prêt à me rattraper au cas où, mais il ne me touchait pas. Il riait même de la situation ce qui me poussa à esquisser un sourire alors que je tentais un pas maladroit. Plus je marchais, plus ça allait. Bon, bien sûr, j’étais loin de marcher très droit ou très normalement. Damn it, combien de bière avais-je bu déjà ? Le nombre flottait dans ma tête sans que je ne parvienne à le saisir. Je n’en savais foutrement rien. Cela n’avait plus grande importance pour le moment. Cela en aurait sans doute demain lorsque je me réveillerais avec un mal de tête carabiné. Pour le moment, la seule chose qui m’importait était de pouvoir me rendre à cette soirée chez un des amis de Marc. À cette soirée qui demeurait qualifiée comme soirée de l’été. Allait-elle vraiment l’être ? Je l’espérais parce que, si ce n’était pas le cas, j’aurais mieux fait de rester dans ce bar où j’étais persuadé que j’aurais pu passer ma nuit avec le très sexy barman. Ouuuh oui. Néanmoins, j’osais prendre des risques en suivant Marc un étranger. Bordel, mais qu’est-ce que je foutais ? Si l’alcool ne coulait pas autant dans mon corps, nuls doutes que le Lorenzo malade que j’étais aurait pris le dessus. Je me serais mis à imaginer mille et un scénarios où tout pouvait mal tourner. Suivre un inconnu dans un lieu privé… C’était toujours dingue étant donné le monde dans lequel nous vivions où l’enfer semblait bouffer de plus en plus le monde. Si je n’avais pas bu autant, je me serais mis à imaginer que je pouvais être la victime d’un viol, d’un kidnapping ou même d’un meurtre. J’aurais pu penser à toutes un tas d’histoires et paniquer comme un dingue au point de m’enfuir au plus loin en quelques secondes. J’aurais pu ouais. Mais, j’avais bu et ce n’était pas cela qui occupait mes pensées. Oh, bien sûr, ça battait en moi quelque part. Cependant, je pensais plus à la drogue, à la fête, aux danses et aux corps qu’à ces histoires qui m’effrayaient tant. Je ne pensais qu’à la folie de la chute qui me proposait. Je me laissais simplement entraîner. Nous déambulions dans les rues. Marc parlait encore et encore. Je ne saurais vous dire s’il était parti de nouveau sur son histoire amoureuse ou si nous parlions d’autres choses. Je n’écoutais pas vraiment. Je suivais le mouvement sans même faire attention à l’endroit où nous nous rendions. À droite, à gauche, à gauche, à droite, à droite. Merde, je ne prenais vraiment aucun repaire et je risquais de me perdre si j’avais besoin de partir d’ici. Stupide gamin. Je n’avais même pas écouté l’adresse. Je suivais juste tirant sur ma clope en silence. Je suivais simplement pensant à l’instant où je pourrais enfin me débarrasser de Marc pour plonger pleinement dans la soirée folle. Le moment ne tarda pas à arriver. Alors que nous faisions quelques mètres supplémentaires, la musique parvint soudainement à mes oreilles me poussant à sourire automatiquement en même temps que Marc s’exclamait de joie. Nous montions des marches et la porte s’ouvrit trop vite. Marc me présenta rapidement à la personne qui avait ouvert la porte, un garçon fichtrement sexy et que j’avais bien envie de mettre dans mon lit aussitôt. Malheureusement pour moi, il disparaissait vite dans la foule me criant au passage de m’amuser et de profiter. Un pas en avant et Marc me cria qu’il allait retrouver ses amis, que je pouvais venir si je voulais. Je secouais négativement la tête et il me souffla que nous nous verrions plus tard – ce que j’espérais franchement pas. Je me dirigeais vers ce qui semblait être le bar pour demander un cocktail. Et le temps s’écoula. Entre alcool augmentant ma folie, baise rapide dans les toilettes avec un mec dont je me souvenais à peine, drogue augmentant le flou et danse augmentant la température, c’était bien la soirée de l’été.

Je me déchaînais sur la piste me déhanchant au rythme du tube de l’été qui passait. Enfin, était-ce réellement un tube de l’été ? Je ne savais pas du tout. J’aurais été incapable de vous dire le titre du morceau qui passait. J’entendais juste les ‘boum, boum’ de la musique. J’entendais simplement assez pour suivre la folie du rythme et c’était amplement suffisant. Noué autour de mon cou, mon tank top faisait office d’une écharpe bizarre alors que mon torse se couvrait toujours plus de sueurs. J’allais franchement galérer pour retirer le slim noir collant à ma peau si ça continuait. Et, pourtant, je ne m’arrêtais pas. Je ne m’arrêtais jamais. C’était très délicieux. Je ne pensais plus à glisser un pied dans ma tombe. Je ne pensais plus à toutes ces histoires qui pourrissaient mon quotidien. Je ne vivais que pour l’amusement et la folie. J’étais juste en vie et je profitais de chaque seconde comme si c’était la dernière qui m’était offerte. Lorsque le morceau prit fin, je me sentais complètement à bout de souffle et j’avais foutrement soif. Je pris alors la direction du supposé bar pour quémander un verre d’eau. Il fallait que je boive de l’eau parce qu’à force de continuer avec l’alcool, je risquais de m’effondre sur la piste sans pouvoir passer ma nuit avec qui que ce soit. Accoudé au bar, je buvais doucement mon verre appréciant la froideur du liquide dans ma gorge. Et, ce fut à ce moment alors que mes prunelles bleues se promenaient un peu partout autour de moi que je le repérais. Léonidas était là. Léonidas était présent à cette soirée. C’était génial. Un sourire glissa aussitôt sur mon visage en même temps que je me perdais à le mater de haut en bas sans la moindre gêne espérant attirer son regard. Léonidas… Le prince héritier d’Italie si foutrement sexy et si diablement tentateur. Je l’avais rencontré quelques mois plus tôt lors d’une soirée presque identique à celle-ci. Une bagarre avait éclaté et nous avions combattu côte à côte. Comment ? Pourquoi ? Je ne savais même plus et franchement ça importait peu. Cette soirée s’était conclue par une baise aussi délicieuse qu’inoubliable parce qu’il fallait savoir que ce cher Léonidas était fichtrement dominateur et que moi j’adorais ça. J’aimais tellement me soumettre après tout. Depuis cette baise, j’avais croisé le jeune homme deux ou trois fois seulement et ça me plaisait à chaque fois. Une sorte de jeu s’était mis en place entre lui et moi. À chaque soirée, je me plaisais toujours à tenter de le pousser à bout en provoquant sa jalousie, son besoin de posséder et cela sans la moindre limite. Je finissais toujours par retrouver le sexy jeune homme à un moment ou à un autre de la soirée. Et, c’était le pied intégral vu comment j’avais joué avec lui. Mordillant ma lèvre, je ne le perdais pas des yeux tandis que je terminais mon verre d’eau rapidement. Sans rien faire, j’avais déjà de quoi jouer avec le sexy prince. Mon dos était couvert de griffures faites par certains de mes clients tandis que mon torse était composé de nombreux suçons de mes conquêtes d’un soir. Retirant mon tank top de mes épaules afin d’exposer un peu plus ma peau, je le balançais dans la pièce et je m’approchais de Léo’ avec un sourire joueur. Ma main frôla son bras tandis que je passais à ses côtés et presque aussitôt mes prunelles se plongeaient dans les siennes. Lisait-il la lueur d’amusement qui pétillait dans mon regard ? Sans doute oui. Je lui tirais la langue joueur avant de faire un tour sur moi-même comme pour lui montrer toutes ces marques. Et, je finissais par attraper le premier mec qui me passait sous la main. Un mec que j’embrassais sans préambule. Un baiser langoureux tandis que mes prunelles bleues ouvertes ne quittaient pas Léonidas. Le baiser prenait fin. Mais, je restais contre cet étranger me frottant contre lui comme le gamin en chaleur que j’étais incessamment. Mes yeux ne quittait pas Léonidas comme attendant le moment où il allait me faire signe de le suivre, d’aller ailleurs… Oh oui, j’attendais cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
HARVARD'S STUDENT
Lorenzo Grimm
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t102761-lorenzo-grimm-ash-stymest http://www.i-love-harvard.com/t108423-simply-learn-how-to-live-lorenzo#3946284 http://www.i-love-harvard.com/t108718-come-play-with-me-i-can-ignite-you-lorenzo-grimm#3955936 http://www.i-love-harvard.com/t102784-lorenzo-grimm-456-323-4503#3742292 http://www.i-love-harvard.com/t102790-http-instagram-com-devil-irish#3742336 http://www.i-love-harvard.com/t102791-snap-devil-irish#3742340 http://www.i-love-harvard.com/t107723-lorenzo-grimm#3913333
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •


Veritas
JE SOUHAITE PARTICIPER À VERITAS: Oui
CES SECRETS NE PEUVENT PAS ÊTRE RÉVÉLÉS:

Play with me ♦ Léonidas  Empty
LINK THIS POSTSam 31 Aoû 2019 - 1:05
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so9_250
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : boston
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Léo, votre majesté, apollon ça marche aussi
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, bien qu'en préparation pour des fiançailles princières que j'aimerais largement éviter avec Beth Windsor
Je viens de : Venise, en Italie
Dans la vie, je suis : étudiant en politique et langues étrangères
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Douglas Booth

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Caprisun
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 28/08/2019
, d'où les : 260
messages, dont : 1
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : loudsilence ( avatar) : persona (code profil) Hunt (gifs)
. Pour finir, je joue également : Hazaël (C hayes) & Orphéus (J Mcavoy)


⋆ — I learned toi live
half alive

LEONIDAS DE SAVOIE
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so6_250
(1) Léonidas est né dans la grande dynastie des de Savoie. Premier prince et donc, héritier du trône, il a été suivi par un frère et trois sœurs. Alfredo, 23 ans. Daniela, 20 ans et enfin, Violente 18 ans. Famille très stricte, avec les années, les de Savoie ont également hérités du titre de Duc et Duchesse en plus de leurs titres de princes et princesses. (2) Aussi surprenant que cela puisse être, Léonidas fut dans son enfance, un gosse très prometteur pour porter la couronne. Calme, patient, attentif, il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour plaire à ses parents. Très intelligent, il avait la capacité d’absorber les informations qui lui étaient données avec rapidité et avait l’œil du détail. (3) Très proche de son frère et ses sœurs au départ, il prenait son rôle de grand frère très à cœur. Toujours en train de s’occuper des siens, suivi par ses nombreuses gouvernantes, il avait même tendance à être un enfant hyper protecteur quand il s’agissait de son frère et ses sœurs. Malheureusement, comme bien souvent, les choses changent trop rapidement. (4) Etant né de la royauté Italienne, il a rapidement senti peser sur ses épaules un poids dont il ne voulait pas. On attendait trop de lui, exigeait trop de lui et ça le dépassait. Petit à petit, il a commencé à se mettre en retrait, à changer pour devenir plus froid, plus arrogant, plus hautain, se forgeant une carapace. (5) Il a, naturellement, fréquenté la haute sphère et notamment la royauté européenne et ce, depuis son enfance. Notamment, la famille Windsor et plus précisément, Alexander. Jouant ensemble dans le bac à sable, avec les années, autre chose a fini par s’installer. Vers 14 ans, Léonidas se mit à éprouver de l’attirance pour son ami, une attirance incontrôlable qui apparemment, fut rapidement réciproque et dangereuse. (6) A seize ans, lors d’un baptême, Alexander et lui se sont éclipsés pour coucher ensemble dans une pièce isolée. Alexander fut de un, sa première fois, mais également sa première love story cachée et donc, son premier amour interdit. Parce que oui, deux hommes ensembles, dans une famille catholique, c’est loin d’être naturel et davantage, accepté pour le futur dirigeant. Durant plusieurs mois, ils enchaînèrent les rencontres secrètes, les rapprochements intimes et ce, jusqu’à ce que Léonidas prenne peur devant tous les obstacles à surmonter devant cette relation. Du jour au lendemain, il cesse de parler à l’homme qu’il aime et s’éloigne de lui sans raison. Léonidas en arrive à s’isoler dans un autre pays durant plusieurs mois pur l’oublier. (7) Depuis ce jour, Léonidas ne fut plus jamais le même. Se fermant totalement aux émotions, il accumule les conquêtes, enchaîne les conneries et trouve en son meilleur ami, Frederik, un complice évident. Touchant à la drogue, à l’alcool, il devient même limite violent lors de ses crises de colère. Néanmoins, en public, Léonidas manipule merveilleusement bien les apparences et passe pour le prince parfait, souriant, à la gueule d’ange. Seuls quelques rares exceptions savent vraiment de quoi il est capable, dont sa famille qui n’en peuvent plus de ses frasques. (8) Il entre à Columbia à dix-huit ans pour entamer ses études universitaires. Un moyen pour lui de s’éloigner des siens, de prendre son envole et dégager sa responsabilité de Prince héritier durant quelques années. Néanmoins, ses études là-bas ne font qu’accentuer son mauvais caractère et davantage, son tempérament festif. (9) Durant ses années à Columbia, il enchaîne les conquêtes, les fêtes et non sans mentir, se tape le plus de filles possibles et dans l’ombre, des mecs. Parce que oui, Léonidas est bel et bien bisexuel, bien que personne – à part ses conquêtes – ne soient au courant. Puis un jour, il va trop loin et couche avec une jeune professeur en langues et est surpris par son frère…Pour éviter un scandale, ses parents décident de le faire entrer à Harvard et l’éloigner de Columbia. (10) Il entre donc à Harvard avec des prétextes plus catholiques en 2016, alors qu’il avait 23 ans et son frère le suit. Si ça aurait dû lui mettre du plomb dans la tête, ce ne fut clairement pas le cas. Il retrouve son meilleur ami, Frederik et ça ne fait que le ravir davantage. Léonidas reprend ses frasques avec plus d’intensités et, encore plus, quand il apprend que la famille Windsor est également à Harvard. Il fait donc tout pour éviter ceux-ci, un membre en particulier…De part son charisme, ses manies, il se fait rapidement une place dans la sphère de Harvard. (11) Léo a beau être d’apparences hautaines et arrogantes, en réalité, c’est un grand romantique dans l’âme. Ayant énormément souffert de sa rupture avec Alexander, il s’est formé des barrières qui ont finies par éclipser son caractère plus doux. Il souffre mentalement, mais également physiquement, étant pris de terreurs nocturnes, d’insomnies. Si il cache son mal être depuis des années, il est néanmoins obligé de consulter un psychologue régulièrement. Finalement, la bête n’est peut-être pas si méchante que ça…il suffit de bien regarder. (12) Leonidas est un homme profondément dominateur. Il aime dominer, il aime posséder, il aime contrôler…C’est quelque chose qu’il ne contrôle absolument pas, mais c’est plus fort que lui et ce trait de caractère s’accentue dans ses relations physiques. Il n’est pas violent en soit, mais aime quand ça swing, malheureusement, il se lasse très vite de ses conquêtes et de part son arrogance et son caractère de merde, ne se gêne pas pour le faire remarquer. (13) Il joue merveilleusement bien du piano, mais aussi, dessine merveilleusement bien. D’ailleurs, Léo possède plusieurs journaux intimes qu’il a rempli au fil des années – depuis qu’il a 14 ans – et qu’il cache dans un coffre clairement sécurisé. Dedans sont couchées ses soucis, ses secrets, ses pensées les plus profondes. (14) Récemment, ses parents en ont eu marre de ses nombreuses conquêtes et le fait qu’il ne cesse d’être vu avec différentes filles chaque semaine. Ayant eu vent de ses faits, ils ont décidé de déclencher une procédure d’alliance avec la famille Windsor et donc, de le fiancer à Beth Windsor. Si Léonidas vient d’en avoir vent, il en ricane d’avance, s’étant jurer d’anéantir cette alliance avant même d’épouser la belle blonde… (15) Voyageur dans l’âme, Léonidas adore l’adrénaline et la cherche dans sa vie quotidiennement et parfois, même souvent, de la mauvaise façon. Drogues, alcools, sexe, bagarres, il s’autodétruit, se puni sans vraiment le réaliser et ça finira par causer sa perte.

(caractère) ✻ Manipulateur – Hautain – Joueur – Fêtard – Charmeur – Volage – Infidèle – Torturé – Franc – Menteur quand ça l’arrange – Provocateur – Courageux – Energique – Distrayant – Passionné – Romantique – Charismatique – Ingénieux – Intelligent – Intuitif – Impulsif – Passionné – Dominateur – Aime contrôler – Obstiné – Instable – Torturé – Jaloux – Possessif – Artiste dans l’âme – Râleur – Sans gêne – Joue sur les apparences – Enigmatique.

(a savoir) ✻ Léonidas est bisexuel, mais le cache de part son rang • Il est prince héritier d’Italie, mais possède également le titre de Duc de part sa famille. • C’est un dominateur dans l’âme, il aime posséder, contrôler. • Il a un frère cadet et deux sœurs cadettes. • II lame le chocolat blanc et noir, mais ne supporte pas les pralines. • Il aime la bonne cuisine et mange rarement des merdes, d’ailleurs, il a son propre cuisinier personnel. • Il est extrêmement intelligent • Il se drogue et boit énormément, mais ne l’avouera jamais à haute voix. • Il drague énormément et couche avec n'importe qui, d'ailleurs, Léo ne porte jamais de préservatif. • Il a été à columbia jusqu'à ses 23 ans.


⋆ — There's no escape I can't wait
I need a hit

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o2_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o3_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o1_250
(léonidas de savoie) - ligne de temps



⋆ — Never had a thing for fairytales
Not  really a believer

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio6_250
(blood) ✻ uc


⋆ —I am not afraid anymore
Standing in the eye of the storm

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio3_250
(best) uc
friends - uc
weird - Beth sa fiancée par obligation. Cette fille, il ne la supporte pas simplement pour ce qu'elle représente...Pourtant, il doit bien avouer que sans ça, elle aurait été terriblement à son gout.



⋆ — And  touch me like you never
and  push melike you never

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1tz29MykM1v6tl9so4_250
(present) célbâtardement fiancé par obligation
(complicated) Alexander son premier amour et probablement le seul qu'il aimera toute sa vie. Il lui a brisé le coeur en l'abandonnant il y a près de dix ans, mais Léo sait qu'il a fait la plus grande erreur de sa vie.

a ajouter : Alexander - Karma - Beth - Ella - Colombe - Frederik

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so9_250
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : boston
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Léo, votre majesté, apollon ça marche aussi
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, bien qu'en préparation pour des fiançailles princières que j'aimerais largement éviter avec Beth Windsor
Je viens de : Venise, en Italie
Dans la vie, je suis : étudiant en politique et langues étrangères
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Douglas Booth

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Caprisun
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 28/08/2019
, d'où les : 260
messages, dont : 1
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : loudsilence ( avatar) : persona (code profil) Hunt (gifs)
. Pour finir, je joue également : Hazaël (C hayes) & Orphéus (J Mcavoy)


⋆ — I learned toi live
half alive

LEONIDAS DE SAVOIE
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so6_250
(1) Léonidas est né dans la grande dynastie des de Savoie. Premier prince et donc, héritier du trône, il a été suivi par un frère et trois sœurs. Alfredo, 23 ans. Daniela, 20 ans et enfin, Violente 18 ans. Famille très stricte, avec les années, les de Savoie ont également hérités du titre de Duc et Duchesse en plus de leurs titres de princes et princesses. (2) Aussi surprenant que cela puisse être, Léonidas fut dans son enfance, un gosse très prometteur pour porter la couronne. Calme, patient, attentif, il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour plaire à ses parents. Très intelligent, il avait la capacité d’absorber les informations qui lui étaient données avec rapidité et avait l’œil du détail. (3) Très proche de son frère et ses sœurs au départ, il prenait son rôle de grand frère très à cœur. Toujours en train de s’occuper des siens, suivi par ses nombreuses gouvernantes, il avait même tendance à être un enfant hyper protecteur quand il s’agissait de son frère et ses sœurs. Malheureusement, comme bien souvent, les choses changent trop rapidement. (4) Etant né de la royauté Italienne, il a rapidement senti peser sur ses épaules un poids dont il ne voulait pas. On attendait trop de lui, exigeait trop de lui et ça le dépassait. Petit à petit, il a commencé à se mettre en retrait, à changer pour devenir plus froid, plus arrogant, plus hautain, se forgeant une carapace. (5) Il a, naturellement, fréquenté la haute sphère et notamment la royauté européenne et ce, depuis son enfance. Notamment, la famille Windsor et plus précisément, Alexander. Jouant ensemble dans le bac à sable, avec les années, autre chose a fini par s’installer. Vers 14 ans, Léonidas se mit à éprouver de l’attirance pour son ami, une attirance incontrôlable qui apparemment, fut rapidement réciproque et dangereuse. (6) A seize ans, lors d’un baptême, Alexander et lui se sont éclipsés pour coucher ensemble dans une pièce isolée. Alexander fut de un, sa première fois, mais également sa première love story cachée et donc, son premier amour interdit. Parce que oui, deux hommes ensembles, dans une famille catholique, c’est loin d’être naturel et davantage, accepté pour le futur dirigeant. Durant plusieurs mois, ils enchaînèrent les rencontres secrètes, les rapprochements intimes et ce, jusqu’à ce que Léonidas prenne peur devant tous les obstacles à surmonter devant cette relation. Du jour au lendemain, il cesse de parler à l’homme qu’il aime et s’éloigne de lui sans raison. Léonidas en arrive à s’isoler dans un autre pays durant plusieurs mois pur l’oublier. (7) Depuis ce jour, Léonidas ne fut plus jamais le même. Se fermant totalement aux émotions, il accumule les conquêtes, enchaîne les conneries et trouve en son meilleur ami, Frederik, un complice évident. Touchant à la drogue, à l’alcool, il devient même limite violent lors de ses crises de colère. Néanmoins, en public, Léonidas manipule merveilleusement bien les apparences et passe pour le prince parfait, souriant, à la gueule d’ange. Seuls quelques rares exceptions savent vraiment de quoi il est capable, dont sa famille qui n’en peuvent plus de ses frasques. (8) Il entre à Columbia à dix-huit ans pour entamer ses études universitaires. Un moyen pour lui de s’éloigner des siens, de prendre son envole et dégager sa responsabilité de Prince héritier durant quelques années. Néanmoins, ses études là-bas ne font qu’accentuer son mauvais caractère et davantage, son tempérament festif. (9) Durant ses années à Columbia, il enchaîne les conquêtes, les fêtes et non sans mentir, se tape le plus de filles possibles et dans l’ombre, des mecs. Parce que oui, Léonidas est bel et bien bisexuel, bien que personne – à part ses conquêtes – ne soient au courant. Puis un jour, il va trop loin et couche avec une jeune professeur en langues et est surpris par son frère…Pour éviter un scandale, ses parents décident de le faire entrer à Harvard et l’éloigner de Columbia. (10) Il entre donc à Harvard avec des prétextes plus catholiques en 2016, alors qu’il avait 23 ans et son frère le suit. Si ça aurait dû lui mettre du plomb dans la tête, ce ne fut clairement pas le cas. Il retrouve son meilleur ami, Frederik et ça ne fait que le ravir davantage. Léonidas reprend ses frasques avec plus d’intensités et, encore plus, quand il apprend que la famille Windsor est également à Harvard. Il fait donc tout pour éviter ceux-ci, un membre en particulier…De part son charisme, ses manies, il se fait rapidement une place dans la sphère de Harvard. (11) Léo a beau être d’apparences hautaines et arrogantes, en réalité, c’est un grand romantique dans l’âme. Ayant énormément souffert de sa rupture avec Alexander, il s’est formé des barrières qui ont finies par éclipser son caractère plus doux. Il souffre mentalement, mais également physiquement, étant pris de terreurs nocturnes, d’insomnies. Si il cache son mal être depuis des années, il est néanmoins obligé de consulter un psychologue régulièrement. Finalement, la bête n’est peut-être pas si méchante que ça…il suffit de bien regarder. (12) Leonidas est un homme profondément dominateur. Il aime dominer, il aime posséder, il aime contrôler…C’est quelque chose qu’il ne contrôle absolument pas, mais c’est plus fort que lui et ce trait de caractère s’accentue dans ses relations physiques. Il n’est pas violent en soit, mais aime quand ça swing, malheureusement, il se lasse très vite de ses conquêtes et de part son arrogance et son caractère de merde, ne se gêne pas pour le faire remarquer. (13) Il joue merveilleusement bien du piano, mais aussi, dessine merveilleusement bien. D’ailleurs, Léo possède plusieurs journaux intimes qu’il a rempli au fil des années – depuis qu’il a 14 ans – et qu’il cache dans un coffre clairement sécurisé. Dedans sont couchées ses soucis, ses secrets, ses pensées les plus profondes. (14) Récemment, ses parents en ont eu marre de ses nombreuses conquêtes et le fait qu’il ne cesse d’être vu avec différentes filles chaque semaine. Ayant eu vent de ses faits, ils ont décidé de déclencher une procédure d’alliance avec la famille Windsor et donc, de le fiancer à Beth Windsor. Si Léonidas vient d’en avoir vent, il en ricane d’avance, s’étant jurer d’anéantir cette alliance avant même d’épouser la belle blonde… (15) Voyageur dans l’âme, Léonidas adore l’adrénaline et la cherche dans sa vie quotidiennement et parfois, même souvent, de la mauvaise façon. Drogues, alcools, sexe, bagarres, il s’autodétruit, se puni sans vraiment le réaliser et ça finira par causer sa perte.

(caractère) ✻ Manipulateur – Hautain – Joueur – Fêtard – Charmeur – Volage – Infidèle – Torturé – Franc – Menteur quand ça l’arrange – Provocateur – Courageux – Energique – Distrayant – Passionné – Romantique – Charismatique – Ingénieux – Intelligent – Intuitif – Impulsif – Passionné – Dominateur – Aime contrôler – Obstiné – Instable – Torturé – Jaloux – Possessif – Artiste dans l’âme – Râleur – Sans gêne – Joue sur les apparences – Enigmatique.

(a savoir) ✻ Léonidas est bisexuel, mais le cache de part son rang • Il est prince héritier d’Italie, mais possède également le titre de Duc de part sa famille. • C’est un dominateur dans l’âme, il aime posséder, contrôler. • Il a un frère cadet et deux sœurs cadettes. • II lame le chocolat blanc et noir, mais ne supporte pas les pralines. • Il aime la bonne cuisine et mange rarement des merdes, d’ailleurs, il a son propre cuisinier personnel. • Il est extrêmement intelligent • Il se drogue et boit énormément, mais ne l’avouera jamais à haute voix. • Il drague énormément et couche avec n'importe qui, d'ailleurs, Léo ne porte jamais de préservatif. • Il a été à columbia jusqu'à ses 23 ans.


⋆ — There's no escape I can't wait
I need a hit

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o2_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o3_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o1_250
(léonidas de savoie) - ligne de temps



⋆ — Never had a thing for fairytales
Not  really a believer

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio6_250
(blood) ✻ uc


⋆ —I am not afraid anymore
Standing in the eye of the storm

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio3_250
(best) uc
friends - uc
weird - Beth sa fiancée par obligation. Cette fille, il ne la supporte pas simplement pour ce qu'elle représente...Pourtant, il doit bien avouer que sans ça, elle aurait été terriblement à son gout.



⋆ — And  touch me like you never
and  push melike you never

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1tz29MykM1v6tl9so4_250
(present) célbâtardement fiancé par obligation
(complicated) Alexander son premier amour et probablement le seul qu'il aimera toute sa vie. Il lui a brisé le coeur en l'abandonnant il y a près de dix ans, mais Léo sait qu'il a fait la plus grande erreur de sa vie.

a ajouter : Alexander - Karma - Beth - Ella - Colombe - Frederik


   

Play with me  ★ ─ w/ @Lorenzo Grimm

   Fiancé…Rien que d’y penser j’en ai le cœur au bord des lèvres, la nausée. La nouvelle est tombée il y a deux jours, laissant un gout amer caresser le bout de ma langue, s’enfuir dans mes entrailles tel un venin dangereusement arrogant et perfide. Moi, Princesse d’Italie, je me vois enchaîné à une Windsor. Le karam est salopard, il est vil et sévère quand on connait mon histoire avec cette famille qui n’a jamais été anodine à mes yeux. Doucement, mes iris se ferment, je cherche à effacer le visage de cet homme qui fut le seul à abattre mon cœur, mais qui fut également le début de cette descente en enfers. Cet homme que j’avais aimé, cet homme aux premiers baisers, aux premières caresses. Sa sœur allait devenir ma femme, là où autrefois, j’aurais tant aimé l’épouser lui et le garder à mes côtés. Sincèrement, j’en rigolerais presque tellement c’est lamentable de repenser à ça. Des années se son écoulées, des années alors que je lui tournais le dos, trop apeuré par la force de mes propres sentiments, apeuré par l’ivresse d’aimer si passionnément que j’aurais foncé droit dans un mur. Il ne m’a jamais pardonné, ne me pardonnera jamais car rupture, il n’y a pas eu. Non, je suis juste parti sans rien dire, sans murmurer de quelconques excuses. J’ai pris la fuite, j’ai quitté le pays pour à jamais l’éviter et là, je me retrouve plongé dans sa propre existence de force. Aujourd’hui, je suis une putain de marionnette aux doigts de mes parents. Beau parti à caser, beau parti qui doit cesser ses frasques avec les nombreuses donzelles que les médias n’hésitent pas à prendre en photo, à exposer. Une de plus qu’ils annoncent, sera-t-elle la bonne ? Jamais…Parce que la bonne n’existe pas, je n’ai pas les moyens de trouver chaussure à mon pied. Trop différent, trop volage, volatile, cette liberté m’est propre et cache bien trop de frayeur de retomber dans cette spirale amoureuse. J’aurais aimé qu’ils arrêtent de me torturer, malheureusement, mes parents ont décidés qu’il était temps pour moi d’avoir la corde au cou. Pas de choix possible, si je ne suis pas capable de faire mon devoir, ils me l’imposeront d’eux même. Et c’est ce qu’ils ont fait, choisissant la pire des filles possible.  Une Windsor. Bordel, je n’en reviens toujours pas. Une putain de Windsor, une de plus dans ma vie pleine de tragédie.

C’est probablement pour cette raison que, depuis deux jours, je ne cesse de tourner en rond, de faire conneries sur conneries. Davantage, toujours plus, encore et encore plus. Les filles défilent dans cette chambre prévue à cet effet, des hommes, la nuit, s’y incrustent pour laisser les murs respirer le sexe à l’état brute. Je me venge comme je peux, je me détruis en laissant les drogues se frayer un chemin dans mon organisme. Je ne suis jamais sobre, sauf peut-être quand je dors et encore, depuis deux jours, je ne dors pratiquement pas…Je prends du repos, je me réveille, je prends une ligne, bois un verre et je repars sur cette pente dangereusement instable. Je n’ai pas peur, je rage, ce n’est pas la même chose. La colère est tellement présente qu’elle me ronge de l’intérieure, qu’elle ressemble à une bête noire qui enfonce ses griffes dans mes chaires, me faisant souffrir sauvagement. Alors oui, lorsque mon meilleur ami m’a parlé de cette soirée de fin d’année, je n’avais pas refusé et de toute façon, avec ou sans mon état d’esprit actuel, il est rare que je rate une bonne sortie. J’aime la fête, les frasques. J’aime être un chasseur au milieu de nombreuses proies qui ne demandent qu’à être bouffée, dévorée sauvagement. Cette idée me fait sourire en coin, me fait ricaner en silence. Ce soir, comme les autres soir, je ne repartirais pas seul. Peut-être me verront-ils repartir avec une femme éméchée mais pas assez pour ne pas accepter d’elle-même son sort, ou encore, seul, pour être retrouvé par un homme plus tard dans la soirée. Et oui, mon secret, ma déficience. Les hommes sont un secret, une drogue forte dont je ne peux me passer mais que je dois absolument cacher. Futur roi d’Italie, la religion est trop présente dans les esprits, bien trop appuyée pour que les miens puissent envisager un écart de cette ampleur.  Aimer un homme ? Seigneur, si ils venaient à le savoir, pour sûr, je risquais de finir enfermé dans le palais et ne plus jamais en sortir ou encore, je risquais d’être marié avant l’heure. Cette idée me donne davantage la nausée, me donne des sueurs froides. J’ai besoin de me vider la tête, de ne plus penser à rien d’autre qu’à un corps chaud contre le mien…Il est temps de fermer mon esprit, de laisser le prédateur au premier rang.

Quelques substances plongées dans mon organisme et me voilà en route. Mon chauffeur roule tranquillement, mes gardes du corps sont dans des voitures devant et derrière. Depuis l’annonce de mes fiançailles, mes parents ont augmenté la sécurité autour de moi, ce qui a le don de me gaver. Une demi-heure plus tard, je suis flanqué de deux gros bras, laissant les trois autres derrières en leurs ordonnant de ne même pas envisager me coller aux fesses. Seuls mes gardes du corps personnels, connaissant mes penchants sont autorisés à me suivre, en eux, j’ai une totale confiance et je sais qu’ils me sont loyaux. Rajustant ma chemise sombre, dégageant mon visage en passant une main dans mes cheveux, j’entre dans l’entre de la débauche un sourire aux lèvres. Déjà, je repère plusieurs compagnons de route et rapidement, les soucis s’effacent, l’adrénaline vient se frayer un chemin dans mes veines. La musique résonne dans mes oreilles, les filles sont nombreuses, les mecs y sont attrayants et des frissons d’anticipations viennent s’éveiller dans le creux des mes reins. L’alcool coule à flot, chose obligatoire pour avoir des têtes couronnées dans ses fêtes, ce n’est pas que moi, je ne suis pas le seul prince dans l’établissement d’Harvard mais en soit, je pense probablement être le plus débauché. Sourire en coin, l’œil aiguisé, le visage charmeur, ma soirée commence et je l’accueille les bras grands ouverts. Déjà, les proies sont nombreuses et je ne m’arrête pas à la première, que du contraire. Je cherche la parfaite candidate, ne pouvant me permettre de draguer un homme dans cette foule de visages connus…Non, je dois rester discret, même si quelques amants se trouvent sur place, ils savent tous que le secret doit être gardé sous peine de représailles assez virulentes. Je ne suis pas un ange. Capable du pire comme du meilleur, il n’existe pas de nuances grises dans mon univers, pas de juste milieu et ça me conviens. Je suis ainsi fait, je ne compte changer pour personne, je m’aime ainsi et les autres doivent m’aimer pour ça…ou me détester. Mais attirer la jalousie, la haine, la rancœur est tout aussi excitant à mes yeux. Le jeu commence, la manipulation d’une jolie rousse aux yeux de merles en fris alors que je lui souris, danse avec elle. Je passe à une brune, puis une autre brune et une blonde. La piste de danse devient mon refuge, l’alcool brûlant mes veines.

C’est alors que je le sens…Cette main qui me frôle discrètement, qui attire mon attention, assez pour que mes iris se posent dans l’océan des siennes. Lorenzo…Je ne suis pas étonné de le voir ici, mais je sais que ça ne présage rien de bon pour ma santé mentale. Ce jeu va devenir dangereux, ce jeu va prendre une tournure dévastatrice et ça, j’en suis directement persuadé. Je l’observe neutrement, ne laisse rien paraître alors qu’il me tire la langue sous le regard interrogateur de la blonde qui déjà, dans mon esprit, n’existe plus. Il tourne sur lui-même, me permettant d’observer les griffures, les marques de lèvres imposées sur son torse. L’instinct grimpe, l’alcool et les drogues n’aidant pas à freiner mes pulsions dangereusement meurtrières et dangereuses. Il s’en amuse…Ce gosse provocateur me cherche, il veut alimenter la bête, la réveiller, faire en sorte qu’elle soit furieusement lâchée. Il sait. Oui, il sait que je ne peux rien faire en public, que je ne peux être que simple spectateur de son cirque alors qu’il attrape ce mec pour plaquer ses lèvres sur les siennes. Une voix gronde dans ma tête, viens murmurer un «  a moi » silencieux que je tente d’effacer alors que nos regards ne se quittent pas. Mes doigts se serrent, se referment sur le verre qui d’un coup se brise en éclats entre ma paume. La douleur m’aide à canaliser, à me rappeler où je suis, avec qui je suis et la blonde pousse un cri de surprise. « Oh ça va, la ferme, c’est juste un verre. » Grognais-je en arrachant enfin mes iris à celui du jeune insolent, les posant sur la blonde qui d’un coup, semble se renfrognée, piquée à vif par mes paroles crues et ce changement brutal de comportement envers elle. Elle s’éloigne et je lâche les morceaux de verres qui s’écrasent sur le sol, un peu de sang perlant de blessures peux profondes. Mais au moins, ça a eu l’effet escomptés et déjà, je reprends le contrôle de mes propres émotions, de mon propre visage. J’attrape une serviette et l’enroule autour de ma main avant de reporter mon attention sur Lorenzo. Mon regard est neutre, mais en y regardant de plus près, il brûle de cette lueur de rage qui m’est propre. Il va passer un sale quart d’heure et sincèrement, j’espère qu’il en est conscient.

Discrètement, je m’éloigne vers d’autres pièces, mais avant, je prends soin d’indiquer à Lorenzo de me rejoindre d’un simple signe discret de tête. Déjà, ma vengeance tourne dans ma tête, les punitions défilent, mais la colère ne s’atténue absolument pas. La musique semble être plus forte que jamais et en passant devant le bar, je choppe le verre de mon meilleur ami pour le gober sous ses protestations. Il semble comprendre, voir que ça ne va pas, mais si il me parle je ne l’entends pas. Déjà, je m’éloigne de nouveau, je m’éloigne de la piste de danse et entre dans un couloir que je ne connais pas. Je n’ai même pas besoin de regarder derrière moi, je sais que Lorenzo me suit, je sais qu’il est derrière moi à une distance raisonnable qui ne laisse rien transparaître. J’ouvre une porte et tombe sur une chambre occupée. Je souris avec amusement, acharnement, alors que je referme la porte et avance vers la suivante. Une salle de bain…trop de risques que des cons décident de m’emmerder d’une façon ou d’une autre. Je referme la porte et continue. Une troisième porte, une salle de sport apparemment. Parfait, je ne vois pas quelqu’un pointer le bout de son nez ici et, davantage, je remarque directement le verrou qui permettra d’empêcher quiconque de rentrer sans prévenir, comme moi je viens de le faire. Une fois ma décision prise, je tourne lentement les yeux vers Lorenzo, croise son regard et entre dans la pièce. Me plaçant derrière la porte, j’attends de voir sa silhouette entrer et, lentement, dans un grincement menaçant, je ferme la porte et verrouille celle-ci dans un clic sonore et révélateur. Je reste silencieux, mes iris se contentant de se plonger dans les siennes l’espace de quelques secondes à peine. Oui, assez pour qu’il réalise l’ampleur de son erreur, qui en réalité j’en suis sûr, n’en est pas une. A vraie dire, je ne sais pas comment, mais je me retrouve brusquement devant lui, ma main autour de sa gorge. Je le plaque furieusement contre un mur, mon corps contre le sien, mon regard toujours perdu dans le sien. La colère se lit à présent, mais de la façon qui me va le mieux…dans un sourire mesquin, brûlant, virulent. « Tu t’amuses ? » Demandais-je en penchant la tête sur le côté, prenant un petit air interrogateur. « Sans moi ? Mh…mauvaise idée de jouer à ça… »

Murmurais-je d’une voix mielleuse, mon souffle proche de son visage, mais pas assez pour laisser entendre ou présager un quelconque rapproche plus corps à corps. Mes doigts serrent davantage sa gorge, pas assez pour l’étrangler, mais assez pour laisser présager la menace d’une quelconque réponse qui pourrait me déplaire. « Et tu n’as pas chômé…ça t’amuse de montrer à quel point t’es un mec facile ? » Demandais-je dans un nouveau sourire mauvais, penchant la tête cette fois-ci, dans l’autre sens et ce, sans jamais le quitter des yeux.


   

   credits img/gif: tumblr, kawaiinekoj
   code by lumos s.
   



--- and suddenly
i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas
PFORZHEIMER HOUSE BIZUT
Léonidas de Savoie
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t107847-leonidas-de-savoie-grant-gustin#3917870 http://www.i-love-harvard.com/t107848-lenonidas-parce-que-je-suis-comme-le-chocolat-je-rends-obese#3917936 http://www.i-love-harvard.com/t107851-leonidas-de-savoie-456-961-3467#3917973 http://www.i-love-harvard.com/t107849-leonidas-de-savoie#3917938
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so9_250
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : boston
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Léo, votre majesté, apollon ça marche aussi
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, bien qu'en préparation pour des fiançailles princières que j'aimerais largement éviter avec Beth Windsor
Je viens de : Venise, en Italie
Dans la vie, je suis : étudiant en politique et langues étrangères
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Douglas Booth

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Caprisun
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 28/08/2019
, d'où les : 260
messages, dont : 1
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : loudsilence ( avatar) : persona (code profil) Hunt (gifs)
. Pour finir, je joue également : Hazaël (C hayes) & Orphéus (J Mcavoy)


⋆ — I learned toi live
half alive

LEONIDAS DE SAVOIE
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so6_250
(1) Léonidas est né dans la grande dynastie des de Savoie. Premier prince et donc, héritier du trône, il a été suivi par un frère et trois sœurs. Alfredo, 23 ans. Daniela, 20 ans et enfin, Violente 18 ans. Famille très stricte, avec les années, les de Savoie ont également hérités du titre de Duc et Duchesse en plus de leurs titres de princes et princesses. (2) Aussi surprenant que cela puisse être, Léonidas fut dans son enfance, un gosse très prometteur pour porter la couronne. Calme, patient, attentif, il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour plaire à ses parents. Très intelligent, il avait la capacité d’absorber les informations qui lui étaient données avec rapidité et avait l’œil du détail. (3) Très proche de son frère et ses sœurs au départ, il prenait son rôle de grand frère très à cœur. Toujours en train de s’occuper des siens, suivi par ses nombreuses gouvernantes, il avait même tendance à être un enfant hyper protecteur quand il s’agissait de son frère et ses sœurs. Malheureusement, comme bien souvent, les choses changent trop rapidement. (4) Etant né de la royauté Italienne, il a rapidement senti peser sur ses épaules un poids dont il ne voulait pas. On attendait trop de lui, exigeait trop de lui et ça le dépassait. Petit à petit, il a commencé à se mettre en retrait, à changer pour devenir plus froid, plus arrogant, plus hautain, se forgeant une carapace. (5) Il a, naturellement, fréquenté la haute sphère et notamment la royauté européenne et ce, depuis son enfance. Notamment, la famille Windsor et plus précisément, Alexander. Jouant ensemble dans le bac à sable, avec les années, autre chose a fini par s’installer. Vers 14 ans, Léonidas se mit à éprouver de l’attirance pour son ami, une attirance incontrôlable qui apparemment, fut rapidement réciproque et dangereuse. (6) A seize ans, lors d’un baptême, Alexander et lui se sont éclipsés pour coucher ensemble dans une pièce isolée. Alexander fut de un, sa première fois, mais également sa première love story cachée et donc, son premier amour interdit. Parce que oui, deux hommes ensembles, dans une famille catholique, c’est loin d’être naturel et davantage, accepté pour le futur dirigeant. Durant plusieurs mois, ils enchaînèrent les rencontres secrètes, les rapprochements intimes et ce, jusqu’à ce que Léonidas prenne peur devant tous les obstacles à surmonter devant cette relation. Du jour au lendemain, il cesse de parler à l’homme qu’il aime et s’éloigne de lui sans raison. Léonidas en arrive à s’isoler dans un autre pays durant plusieurs mois pur l’oublier. (7) Depuis ce jour, Léonidas ne fut plus jamais le même. Se fermant totalement aux émotions, il accumule les conquêtes, enchaîne les conneries et trouve en son meilleur ami, Frederik, un complice évident. Touchant à la drogue, à l’alcool, il devient même limite violent lors de ses crises de colère. Néanmoins, en public, Léonidas manipule merveilleusement bien les apparences et passe pour le prince parfait, souriant, à la gueule d’ange. Seuls quelques rares exceptions savent vraiment de quoi il est capable, dont sa famille qui n’en peuvent plus de ses frasques. (8) Il entre à Columbia à dix-huit ans pour entamer ses études universitaires. Un moyen pour lui de s’éloigner des siens, de prendre son envole et dégager sa responsabilité de Prince héritier durant quelques années. Néanmoins, ses études là-bas ne font qu’accentuer son mauvais caractère et davantage, son tempérament festif. (9) Durant ses années à Columbia, il enchaîne les conquêtes, les fêtes et non sans mentir, se tape le plus de filles possibles et dans l’ombre, des mecs. Parce que oui, Léonidas est bel et bien bisexuel, bien que personne – à part ses conquêtes – ne soient au courant. Puis un jour, il va trop loin et couche avec une jeune professeur en langues et est surpris par son frère…Pour éviter un scandale, ses parents décident de le faire entrer à Harvard et l’éloigner de Columbia. (10) Il entre donc à Harvard avec des prétextes plus catholiques en 2016, alors qu’il avait 23 ans et son frère le suit. Si ça aurait dû lui mettre du plomb dans la tête, ce ne fut clairement pas le cas. Il retrouve son meilleur ami, Frederik et ça ne fait que le ravir davantage. Léonidas reprend ses frasques avec plus d’intensités et, encore plus, quand il apprend que la famille Windsor est également à Harvard. Il fait donc tout pour éviter ceux-ci, un membre en particulier…De part son charisme, ses manies, il se fait rapidement une place dans la sphère de Harvard. (11) Léo a beau être d’apparences hautaines et arrogantes, en réalité, c’est un grand romantique dans l’âme. Ayant énormément souffert de sa rupture avec Alexander, il s’est formé des barrières qui ont finies par éclipser son caractère plus doux. Il souffre mentalement, mais également physiquement, étant pris de terreurs nocturnes, d’insomnies. Si il cache son mal être depuis des années, il est néanmoins obligé de consulter un psychologue régulièrement. Finalement, la bête n’est peut-être pas si méchante que ça…il suffit de bien regarder. (12) Leonidas est un homme profondément dominateur. Il aime dominer, il aime posséder, il aime contrôler…C’est quelque chose qu’il ne contrôle absolument pas, mais c’est plus fort que lui et ce trait de caractère s’accentue dans ses relations physiques. Il n’est pas violent en soit, mais aime quand ça swing, malheureusement, il se lasse très vite de ses conquêtes et de part son arrogance et son caractère de merde, ne se gêne pas pour le faire remarquer. (13) Il joue merveilleusement bien du piano, mais aussi, dessine merveilleusement bien. D’ailleurs, Léo possède plusieurs journaux intimes qu’il a rempli au fil des années – depuis qu’il a 14 ans – et qu’il cache dans un coffre clairement sécurisé. Dedans sont couchées ses soucis, ses secrets, ses pensées les plus profondes. (14) Récemment, ses parents en ont eu marre de ses nombreuses conquêtes et le fait qu’il ne cesse d’être vu avec différentes filles chaque semaine. Ayant eu vent de ses faits, ils ont décidé de déclencher une procédure d’alliance avec la famille Windsor et donc, de le fiancer à Beth Windsor. Si Léonidas vient d’en avoir vent, il en ricane d’avance, s’étant jurer d’anéantir cette alliance avant même d’épouser la belle blonde… (15) Voyageur dans l’âme, Léonidas adore l’adrénaline et la cherche dans sa vie quotidiennement et parfois, même souvent, de la mauvaise façon. Drogues, alcools, sexe, bagarres, il s’autodétruit, se puni sans vraiment le réaliser et ça finira par causer sa perte.

(caractère) ✻ Manipulateur – Hautain – Joueur – Fêtard – Charmeur – Volage – Infidèle – Torturé – Franc – Menteur quand ça l’arrange – Provocateur – Courageux – Energique – Distrayant – Passionné – Romantique – Charismatique – Ingénieux – Intelligent – Intuitif – Impulsif – Passionné – Dominateur – Aime contrôler – Obstiné – Instable – Torturé – Jaloux – Possessif – Artiste dans l’âme – Râleur – Sans gêne – Joue sur les apparences – Enigmatique.

(a savoir) ✻ Léonidas est bisexuel, mais le cache de part son rang • Il est prince héritier d’Italie, mais possède également le titre de Duc de part sa famille. • C’est un dominateur dans l’âme, il aime posséder, contrôler. • Il a un frère cadet et deux sœurs cadettes. • II lame le chocolat blanc et noir, mais ne supporte pas les pralines. • Il aime la bonne cuisine et mange rarement des merdes, d’ailleurs, il a son propre cuisinier personnel. • Il est extrêmement intelligent • Il se drogue et boit énormément, mais ne l’avouera jamais à haute voix. • Il drague énormément et couche avec n'importe qui, d'ailleurs, Léo ne porte jamais de préservatif. • Il a été à columbia jusqu'à ses 23 ans.


⋆ — There's no escape I can't wait
I need a hit

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o2_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o3_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o1_250
(léonidas de savoie) - ligne de temps



⋆ — Never had a thing for fairytales
Not  really a believer

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio6_250
(blood) ✻ uc


⋆ —I am not afraid anymore
Standing in the eye of the storm

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio3_250
(best) uc
friends - uc
weird - Beth sa fiancée par obligation. Cette fille, il ne la supporte pas simplement pour ce qu'elle représente...Pourtant, il doit bien avouer que sans ça, elle aurait été terriblement à son gout.



⋆ — And  touch me like you never
and  push melike you never

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1tz29MykM1v6tl9so4_250
(present) célbâtardement fiancé par obligation
(complicated) Alexander son premier amour et probablement le seul qu'il aimera toute sa vie. Il lui a brisé le coeur en l'abandonnant il y a près de dix ans, mais Léo sait qu'il a fait la plus grande erreur de sa vie.

a ajouter : Alexander - Karma - Beth - Ella - Colombe - Frederik


Veritas
JE SOUHAITE PARTICIPER À VERITAS: Oui
CES SECRETS NE PEUVENT PAS ÊTRE RÉVÉLÉS:

Play with me ♦ Léonidas  Empty
LINK THIS POSTSam 31 Aoû 2019 - 22:53
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •

Quelques heures plus tôt, j’étais persuadé de passer ma soirée en solitaire dans ce bar fichtrement trop désert et abandonné. C’était peut-être à cause de l’heure trop avancée ou à cause des soirées qui rythmaient la fin de l’été et qui appelaient les autres ailleurs. Quoiqu’il en soit, mon programme s’était lentement dessiné dans ma tête comme si je prévoyais de ne pas quitter mon tabouret de la soirée. Oh oui, j’étais presque trop persuadé de rester ici à enchaîner les bières tout en attendant de trouver quelqu’un qui saurait réellement attirer mon attention. J’attendais un homme qui saurait réellement me donner envie de me bouger les fesses ce soir. Il faudrait qu’il soit au choix très imposant ou très riche. Parce que j’attendais juste un mec qui pouvait me dominer ou beaucoup me payer pour cette nuit. J’attendais presque le client idyllique sur ce putain de tabouret dans ce bar isolé. Et, au pire, si je ne parvenais pas à trouver chaussures à mon pied, j’étais persuadé que j’allais simplement attendre dans ce lieu que le barman termine son service afin de passer ma nuit avec lui. Ouais, il était tellement appétissant. Je mordillais ma lèvre en l’observant se déplacer dans le bar pour s’occuper comme il pouvait tant qu’il n’y avait personne. Et boum ! Tous mes plans s’étaient retrouvés bouleversé en un clin d’œil. Ma soirée avait complètement viré de bord lorsqu’un étranger avait osé s’installer à mes côtés pour commencer à me taper la discussion. Pourquoi l’avait-il fait ? Je n’en avais foutrement aucune idée et j’étais persuadé que lui-même n’était pas réellement certain du pourquoi il était venu vers moi. Après tout, je ne le connaissais absolument pas et je ressemblais plus aux mecs gays qu’il dénigrait qu’à quelqu’un avec qui il pourrait devenir ami. Mais, il était là et je ne refusais pas sa présence aussi divertissante qu’agaçante. Si normalement j’aurais rapidement envoyé chier cet homophobe de Marc qui me saoulait avec ses histoires idiotes, rien ne se passait logiquement ce soir. Ce n’était qu’un coup du destin. Ce n’était que la vie qui désirait continuer de jouer avec moi. J’écoutais à peine l’homme babiller sur sa vie. Il était suffisant pour me divertir de mes sombres pensées. Il n’était guère suffisant pour réellement m’entraîner hors de ma tête et de l’enfer qui y cognait. Enfin… Il l’était devenu lorsqu’il s’était mis à parler de cette super soirée de la fin de l’été. J’avais du mal à croire que cette soirée pourrait être la meilleure, mais franchement qu’avais-je à perdre en le suivant ? J’aurais peut-être même tout à gagner parce qui disait fête disait encore plus de proies possibles et peut-être même encore plus d’argent à se faire si je tombais sur les bonnes personnes. J’avais alors accepté de suivre cet étranger à l’extérieur du bar sans même faire attention au chemin que nous étions en train d’emprunter. J’agissais simplement comme un automate. Il m’était déjà fichtrement difficile de foutre un pied devant l’autre alors me demander de prêter attention à l’itinéraire emprunté… Non, franchement, c’était totalement impossible. De toute manière, je me fichais bien de savoir où j’allais tant que cela me permettait de plonger dans une fête qui me ferait vibrer. Et, dans le pire des cas, je pourrais toujours trouver un bon samaritain pour m’appeler un taxi et pour babiller mon adresse. La musique parvenait soudainement à mes oreilles lorsque nous arrivions proche de cette soirée de la fin de l’été. Marc m’avait rapidement abandonné et ça me convenait parfaitement. Je ne voulais pas que cet étranger homophobe et si chiant me colle aux basques. J’étais venu ici pour profiter totalement et non pas pour m’enfermer dans une quelconque prison qui finirait par me heurter. Rapidement, je m’étais placé dans l’ambiance. Et, bien trop vite, mon état s’était transformé en une autodestruction jouissive. Je buvais sans chercher à m’arrêter et sans même me soucier des limites de mon propre organisme. Je me déhanchais sur la piste de danse attirant les regards, rencontrant les corps d’étrangers et laissant la sueur me recouvrir. J’avais même eu le plaisir de coucher avec un étranger dans les toilettes. Je l’avais déjà trop vite oublié. Son prénom, son corps, cette baise… Pouf, pas vraiment de souvenir. Ce n’était qu’un coup de plus. Ce n’était qu’un moyen de me combler et de me sentir un peu mieux. Je consommais la drogue comme on avalait les bonbons et ça m’importait peu d’aller trop loin surtout après le yoyo que je faisais à arrêter de consommer puis à reprendre. C’était simplement le rêve absolu pour moi. Tout était devenu un paradis pour moi. Tout était si délicieux. Cependant, même dans un tel délice, je ne pouvais pas être insensible à la déshydratation qui pointait le bout de son nez. Il m’avait rapidement fallu de l’eau. Tank top noué autour de mon coup, j’avais alors rejoint le bar pour descendre ce verre d’eau qui me fit tellement de bien. Mes prunelles bleues s’étaient alors promenées dans la pièce déjà trop floue pour mes yeux. Je cherchais une proie. Je cherchais un client. Je cherchais quelqu’un. Je cherchais à vivre. Et, mes prunelles s’étaient posées sur lui. Le très sexy dominateur Léonidas. Et bam, le paradis me déroulait le tapis rouge ce soir. Lançant mon tank top dans la pièce, je frémissais d’anticipation à l’idée de ce moment où j’allais me retrouver avec mon Léonidas. Je terminais rapidement mon verre d’eau avant de m’approcher de ce prince héritier d’Italie qui ne pourrait rien me faire en public. Son attraction pour les garçons était un secret. Elle devait rester un secret. Ce fut pour cette raison que je ne me jetais pas sur lui me contentant de frôler doucement son bras comme pour retenir son attention. Et bingo, les yeux de Léo se posait sur moi tandis que mon sourire joueur s’accentuait. Je tournais sur moi-même plusieurs fois pour le laisser me regarder. Je m’exposais sous son regard pour l’allumer et surtout pour réveiller la bête qui sommeillait en lui. Je lui laissais l’occasion de voir les marques qui ornaient mon corps. Ces marques qui prouvaient que je ne passais pas mes nuits seul. Bien au contraire. C’était comme ça entre Léonidas et moi. Je me plaisais tant à jouer avec lui, à titiller la bête dominante et possessive qui vivait en lui. Je me plaisais à le provoquer alors qu’il ne pouvait strictement rien faire en public. Mais, une fois seuls, j’étais prêt à tout faire pour lui faire plaisir. J’étais prêt à tout subir avec le plus grand des délices. Je tirais la langue à Léo’ comme pour lancer le début de partie entre nous, comme pour dire que je lançais les dés de notre nouvelle partie. Et, je n’attendais pas avant d’attraper le premier mec qui passait par là. Je n’avais pas pour habitude d’embrasser les gens. Je n’aimais pas ça. Je n’aimais pas ce genre de contact qui pouvait créer de véritables liens plus que sexuels. Cependant, je savais que le garçon que j’étais en train d’embrasser ne fera pas parti de ma liste de conquête alors je pouvais me le permettre. Et, puis, c’était pour jouer. Ce n’était que pour agacer le sexy prince que je ne cessais de fixer pendant ce baiser. Je me frottais contre cet inconnu sans quitter mon compagnon de jeu du regard. Il s’agaçait. Je le voyais. Je le sentais presque. Je sentais presque sa colère gronder partout autour de moi. Je sentais presque sa possessivité résonner dans toute la pièce. D’ailleurs, ses doigts faisaient éclater le verre qu’il avait à la main. La blonde aux côtés du prince se mettait à crier et moi j’en riais en renversant la tête sur l’épaule du mec que j’utilisais comme bombe à retardement. Tic, tac. Tic, tac. Tic, tac. Et BOUM. Léonidas ne tardait pas à s’éloigner tout en me faisant un signe discret de tête et je savais que j’avais gagné. Je savais que j’allais avoir droit à notre tête à tête, à notre corps à corps. Et, j’en étais ravi. Je me tournais vers le mec que j’avais embrassé et, en rythme avec la chanson qui passait, je ne soufflais qu’une phrase avec un sourire.

This is how to be a heartbreaker

Je faisais rapidement un signe de la main pour dire au revoir à ce garçon qui avait cru que je coucherais avec lui sans doute. Mauvaise pioche chéri, je ne couchais pas avec les personnes que j’embrassais. Ou trop rarement en tout cas. Et, lui ne ferait pas parti de ma liste de mecs avec qui je partageais des corps à corps. Je préférais amplement aller retrouver Léonidas. Me frayant un chemin parmi la foule, je suivais le jeune prince du regard. Il s’arrêtait au bar juste le temps de piquer un verre et de le descendre trop vite me poussant alors à esquisser un sourire alors que je m’approchais du bar moi aussi. Cependant, je prenais le temps de demander un verre d’eau. Léonidas attendrait. J’avais trop envie de jouer alors être en retard ça pouvait être encore plus drôle. Je m’empressais quand même de descendre le verre à l’instant même où il arriva entre mes doigts. J’avais trop envie de me retrouver fermé dans une pièce avec le jeune prince. J’avais tellement besoin d’être avec cet homme ce soir. Depuis qu’il était apparu dans mon champ de mon vision à cette soirée, je savais que je ne voudrais que lui. Je savais qu’il serait capable de me donner ce dont j’avais tant besoin. Alors, je me remettais en marche m’éloignant dans ce couloir qu’il avait emprunté. Je restais sagement hors de portée afin de ne pas trahir le secret de Léonidas. Je restais à une distance raisonnable afin que personne ne sache que je le suivais, que j’allais le rejoindre et que nous allions n’être que tous les deux. Pour un corps à corps enflammé… Enfin, je l’espérais. Pour me donner un air encore plus nonchalant et pour paraître encore plus innocent, je n’hésitais pas à m’allumer une cigarette tout en laissant mon regard se perdre un peu autour de moi. Dans cette maison que je ne connaissais pas et qui ressemblait presque trop à un palace. Merde, on était chez qui déjà ? Je n’en avais aucune putain d’idées. Je ne connais absolument pas l’organisateur – ou l’organisatrice d’ailleurs – de cette soirée. Et, pour tout vous avouer, je m’en fichais bien. J’étais simplement là pour faire la fête et prendre mon pied. Léonidas ouvrait quelques portes. Une, deux, plus ? Je ne savais plus. Je n’y prêtais pas grande attention parce qu’à chaque fois il continuait sa route. Je savais ce qu’il était en train de faire. Je savais parfaitement qu’il était en train de choisir l’endroit parfait pour nos affaires. Malgré la colère qui devait bouillir en lui, malgré la bête que j’avais réveillée, Léonidas ne perdait pas la tête. Il ne perdait jamais pied. Il faisait toujours foutrement attention à sa sécurité et il cherchait la pièce la plus adaptée pour ça. L’endroit où personne ne viendrait. L’endroit où nous pourrions réellement nous couper du monde. J’acceptais les conditions sans m’en plaindre. C’était même presque trop amusant. Mais, bordel, je crevais d’envie de parvenir un jour à pousser le jeune homme à perdre la tête au point qu’il ne soit même pas capable de se contenir en public. Oh oui, je voulais tant. Ce pourrait être si dévastateur. Si délicieusement dévastateur. Je m’arrêtais soudainement car mon regard venait de croiser celui de Léonidas qui semblait avoir terminé sa sélection. Cette nouvelle pièce semblait être la bonne puisqu’il y pénétrait bien vite. Mon regard se promena à droite et à gauche comme à la recherche d’une quelconque personne qui oserait prêter attention à ce que j’étais en train de faire. Malgré moi, je ne voulais pas tout foutre en l’air et je veillais à ce que personne ne puisse se rendre compte de ce manège qui venait de se passait. Je prenais d’ailleurs le temps de terminer tranquillement ma cigarette me foutant complètement de tirer sur la corde de la patience de Léo’. Bien au contraire, ça m’amusait. Je finissais par écraser ma cigarette contre une statue qui se trouvait là. Mégot posé sur la table, je m’approchais de cette porte soufflant un coup pour me donner du courage. Il fallait que je sois en parfaite condition pour pénétrer dans cette arène qui allait être aussi délicieuse que dangereuse, aussi dévastatrice que salvatrice. Et, boum. J’actionnais la poignet pénétrant dans la pièce sans même chercher tout de suite Léo’ du regard. Mes yeux se promenaient un instant sur cette pièce qui ressemblait à une salle de sport. Je sursautais lorsque la porte se ferma dans un claquement menaçant. Merde. J’étais ridicule. Je savais pourtant que Léo’ se trouverait derrière la porte. Je le savais et je n’avais pourtant pas pu m’empêcher de sursauter. Le jeune homme verrouillait presque aussitôt la porte dans ce clic si sonore et si révélateur du secret que nous allions y enfermer. Je ne quittais pas Léo du regard tandis que le silence s’installait. Il me fixait sans bouger comme s’il voulait que je réalise l’ampleur de ce que je venais de faire. Une erreur ? Oh que non, pas pour moi. Ce n’était qu’un jeu. Ce n’était qu’un putain de plaisir. C’était juste un réel délice. Brusquement, sans que je m’y attende, Léonidas se trouvait devant moi. Sa main s’était nouée autour de ma gorge et je me laissais faire sans même broncher. Il me plaquait furieusement contre un mur tandis que son corps se pressait contre le mien et je ne pouvais que gémir. De douleur ? De plaisir ? D’envie ? Sans doute un savant mélange de tout ça. Nos regards s’accrochaient encore une fois alors que Léo arborait un sourire mesquin. Lorsqu’il me demanda si je m’amusais, je ne pouvais m’empêcher de sourire totalement amusé. Le jeune homme ne s’arrêtait pas là soufflant que je faisais ça sans lui et que c’était une mauvaise idée de jouer à ça. Sa voix mielleuse me donnait des frissons. Son souffle si proche de mon visage me faisait chavirer. J’aurais pu tout céder là sans réfléchir. Mais, non, je voulais pousser le vice plus loin. J’avais encore envie de jouer. Alors, je murmurais.

T’sais à quel point j’suis un mauvais garçon

Un rire m’échappait sans que je ne parvienne à le retenir. La malice brillait dans mon regard alors que je venais à nouveau de provoquer Léonidas avec mes propos. Oh ouais, j’étais fichtrement joueur jusqu’au bout. Ce n’était peut-être pas franchement la meilleure des idées surtout en voyant la position clairement dominante de Léonidas sur moi à cet instant. Mais, bordel, au fond, je m’en foutais royalement. Cela me plaisait même beaucoup trop. J’avais envie de jouer. J’avais envie de le pousser encore et toujours. J’aurais peut-être même pu tenter de le repousser physiquement pour encore plus de provocation. Mais non, hors de question. J’appréciais beaucoup trop la proximité du jeune dominant pour oser la rejeter. J’aimais tellement ça que je ne pouvais guère me résoudre à l’envoyer au loin. Je ne pouvais jouer qu’avec mes mots maintenant. Et peut-être un peu avec mon corps aussi… Juste de quoi le rendre fou. Sans le quitter du regard, je mordillais ma lèvre. Hors de question que je cède si vite. Hors de question que je baisse les yeux trop rapidement. Je voulais tellement m’amuser ce soir. Je voulais le pousser encore plus à bout. Toujours plus. Les doigts du jeune homme se serraient davantage sur ma gorge comme pour présager la menace qui pesait sur moi. Comme pour me prouver que je n’avais pas dit les bons mots et que je n’avais clairement pas la bonne attitude. Et, putain, ça me plaisait juste encore plus. Je me cambrais même comme pour m’offrir au jeune homme, comme pour le laisser faire ce qu’il voulait. Son corps contre le mien me rendait encore plus ivre. Son souffle sur moi me rendait dingue. Son air si dominant, si mauvais, si colérique… Mmmh, ça me faisait presque autant planer qu’une dose de drogue dans mes veines. La voix de Léonidas résonna à nouveau et je lui accordais toute mon attention. Enfin, je tentais en tout cas et ce n’était pas aisé à faire en l’ayant contre moi. Il me disait que je n’avais pas chômé. Je fronçais les sourcils un instant penchant la tête légèrement sur le côté. J’étais perdu. Je n’arrivais pas à savoir de quoi il parlait. Il me faisait tellement tourner la tête. Il me faisait tant perdre pied avec la réalité que je ne parvenais pas à recoller tous les morceaux ensemble pour parvenir à y voir clair. Heureusement pour moi, Léonidas ne tarda pas à préciser son point de vue. Il me demandait si ça m’amusait de montrer à quel point j’étais un mec facile. Et, la lumière faisait tilt dans ma tête. Léo’ parlait de toutes ces marques qui trônaient sur mon corps et, malgré moi, mon sourire s’élargissait. Voilà un sujet intéressant. Voilà de quoi le faire encore plus sortir de ses gonds. Le jeune prince ne savait pas que j’étais un prostitué. Il n’avait pas la moindre idée de ce job que je faisais dans les rues de la ville et qui me permettait de vivre. Il ne savait pas que je passais mes nuits dehors à chercher un client à combler. Devais-je lui confier ? Devais-je juste me taire ? Mes prunelles se perdaient sur son sourire mauvais et je ne pouvais m’empêcher de sourire encore plus sachant déjà ce que j’allais faire. Je choisissais de jouer. Encore et toujours. Je voulais relancer le dé en espérant faire un score toujours plus élevé qui me permettrait de gagner encore plus. Tellement mieux. Alors, après avoir glissé ma langue sur mes lèvres, je soufflais « J’suis pas un mec facile Darling, j’sais juste bien faire mon job et j’le montre fièrement. » Je plantais mes prunelles dans celles de Léonidas comme le défiant du regard, comme le défiant de réellement comprendre ce qu’il y avait derrière mes propos. Après tout, mes mots ne voulaient pas clairement dire que j’étais un prostitué. Ça voulait simplement dire que je savais allumer les mecs et que je savais les satisfaire. C’était ce que je balancerais si le sexy prince me questionnait puisqu’il était hors de question que je lui confie mon boulot. Trop fier de moi, le sourire amusé restait sur mon visage malgré ma position plus que soumise à Léo’. Pour tout vous avouer, je n’osais même pas bouger quand bien même je crevais d’envie de sentir la peau du jeune homme sous mes doigts. Je mordillais ma lèvre sans le quitter du regard dans l’attente de sa colère éclatante et de sa domination brûlante.

@Léonidas de Savoie
Revenir en haut Aller en bas
HARVARD'S STUDENT
Lorenzo Grimm
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t102761-lorenzo-grimm-ash-stymest http://www.i-love-harvard.com/t108423-simply-learn-how-to-live-lorenzo#3946284 http://www.i-love-harvard.com/t108718-come-play-with-me-i-can-ignite-you-lorenzo-grimm#3955936 http://www.i-love-harvard.com/t102784-lorenzo-grimm-456-323-4503#3742292 http://www.i-love-harvard.com/t102790-http-instagram-com-devil-irish#3742336 http://www.i-love-harvard.com/t102791-snap-devil-irish#3742340 http://www.i-love-harvard.com/t107723-lorenzo-grimm#3913333
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_inline_mx72ctCObM1rek5ra
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : Cambridge.
$ de côté ! Tu peux m'appeler : the fake angel
, j'ai : 24
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, adepte des coups d'un soir et je ne mérite rien d'autre
Je viens de : l'Irlande
Dans la vie, je suis : étudiant en littérature et philosophie, prostitué et danseur au Nephilim
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Ash Stymest

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Nagini
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 16/03/2019
, d'où les : 326
messages, dont : 7
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : Me (avatar) & Tumblr (signature)
. Pour finir, je joue également : aucun

Fils du premier ministre Irlandais ● Prostitué ● Bisexuel ● Victime de dysmorphophobie ● Bipolaire ● Accro à la drogue ●

Adore se perdre dans les livres • Déteste les surfaces reflétants son reflet • Adore sortir • Déteste les mensonges • Aime tantôt être le centre de l'attention, tantôt invisible •

Grand gamin • Émotif et timide devant les inconnus ou lorsque je suis sobre • Solitaire • Renfermé • Silencieux • Attentif • Méfiant • N'accorde pas ma confiance facilement • Curieux • Maladroit • Complexé • Vulnérable • Rêveur • Travailleur • Perfectionniste • Instable • Bavard et fou dès que je suis stone • Manipulateur •


Veritas
JE SOUHAITE PARTICIPER À VERITAS: Oui
CES SECRETS NE PEUVENT PAS ÊTRE RÉVÉLÉS:

Play with me ♦ Léonidas  Empty
LINK THIS POSTSam 21 Sep 2019 - 18:55
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so9_250
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : boston
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Léo, votre majesté, apollon ça marche aussi
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, bien qu'en préparation pour des fiançailles princières que j'aimerais largement éviter avec Beth Windsor
Je viens de : Venise, en Italie
Dans la vie, je suis : étudiant en politique et langues étrangères
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Douglas Booth

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Caprisun
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 28/08/2019
, d'où les : 260
messages, dont : 1
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : loudsilence ( avatar) : persona (code profil) Hunt (gifs)
. Pour finir, je joue également : Hazaël (C hayes) & Orphéus (J Mcavoy)


⋆ — I learned toi live
half alive

LEONIDAS DE SAVOIE
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so6_250
(1) Léonidas est né dans la grande dynastie des de Savoie. Premier prince et donc, héritier du trône, il a été suivi par un frère et trois sœurs. Alfredo, 23 ans. Daniela, 20 ans et enfin, Violente 18 ans. Famille très stricte, avec les années, les de Savoie ont également hérités du titre de Duc et Duchesse en plus de leurs titres de princes et princesses. (2) Aussi surprenant que cela puisse être, Léonidas fut dans son enfance, un gosse très prometteur pour porter la couronne. Calme, patient, attentif, il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour plaire à ses parents. Très intelligent, il avait la capacité d’absorber les informations qui lui étaient données avec rapidité et avait l’œil du détail. (3) Très proche de son frère et ses sœurs au départ, il prenait son rôle de grand frère très à cœur. Toujours en train de s’occuper des siens, suivi par ses nombreuses gouvernantes, il avait même tendance à être un enfant hyper protecteur quand il s’agissait de son frère et ses sœurs. Malheureusement, comme bien souvent, les choses changent trop rapidement. (4) Etant né de la royauté Italienne, il a rapidement senti peser sur ses épaules un poids dont il ne voulait pas. On attendait trop de lui, exigeait trop de lui et ça le dépassait. Petit à petit, il a commencé à se mettre en retrait, à changer pour devenir plus froid, plus arrogant, plus hautain, se forgeant une carapace. (5) Il a, naturellement, fréquenté la haute sphère et notamment la royauté européenne et ce, depuis son enfance. Notamment, la famille Windsor et plus précisément, Alexander. Jouant ensemble dans le bac à sable, avec les années, autre chose a fini par s’installer. Vers 14 ans, Léonidas se mit à éprouver de l’attirance pour son ami, une attirance incontrôlable qui apparemment, fut rapidement réciproque et dangereuse. (6) A seize ans, lors d’un baptême, Alexander et lui se sont éclipsés pour coucher ensemble dans une pièce isolée. Alexander fut de un, sa première fois, mais également sa première love story cachée et donc, son premier amour interdit. Parce que oui, deux hommes ensembles, dans une famille catholique, c’est loin d’être naturel et davantage, accepté pour le futur dirigeant. Durant plusieurs mois, ils enchaînèrent les rencontres secrètes, les rapprochements intimes et ce, jusqu’à ce que Léonidas prenne peur devant tous les obstacles à surmonter devant cette relation. Du jour au lendemain, il cesse de parler à l’homme qu’il aime et s’éloigne de lui sans raison. Léonidas en arrive à s’isoler dans un autre pays durant plusieurs mois pur l’oublier. (7) Depuis ce jour, Léonidas ne fut plus jamais le même. Se fermant totalement aux émotions, il accumule les conquêtes, enchaîne les conneries et trouve en son meilleur ami, Frederik, un complice évident. Touchant à la drogue, à l’alcool, il devient même limite violent lors de ses crises de colère. Néanmoins, en public, Léonidas manipule merveilleusement bien les apparences et passe pour le prince parfait, souriant, à la gueule d’ange. Seuls quelques rares exceptions savent vraiment de quoi il est capable, dont sa famille qui n’en peuvent plus de ses frasques. (8) Il entre à Columbia à dix-huit ans pour entamer ses études universitaires. Un moyen pour lui de s’éloigner des siens, de prendre son envole et dégager sa responsabilité de Prince héritier durant quelques années. Néanmoins, ses études là-bas ne font qu’accentuer son mauvais caractère et davantage, son tempérament festif. (9) Durant ses années à Columbia, il enchaîne les conquêtes, les fêtes et non sans mentir, se tape le plus de filles possibles et dans l’ombre, des mecs. Parce que oui, Léonidas est bel et bien bisexuel, bien que personne – à part ses conquêtes – ne soient au courant. Puis un jour, il va trop loin et couche avec une jeune professeur en langues et est surpris par son frère…Pour éviter un scandale, ses parents décident de le faire entrer à Harvard et l’éloigner de Columbia. (10) Il entre donc à Harvard avec des prétextes plus catholiques en 2016, alors qu’il avait 23 ans et son frère le suit. Si ça aurait dû lui mettre du plomb dans la tête, ce ne fut clairement pas le cas. Il retrouve son meilleur ami, Frederik et ça ne fait que le ravir davantage. Léonidas reprend ses frasques avec plus d’intensités et, encore plus, quand il apprend que la famille Windsor est également à Harvard. Il fait donc tout pour éviter ceux-ci, un membre en particulier…De part son charisme, ses manies, il se fait rapidement une place dans la sphère de Harvard. (11) Léo a beau être d’apparences hautaines et arrogantes, en réalité, c’est un grand romantique dans l’âme. Ayant énormément souffert de sa rupture avec Alexander, il s’est formé des barrières qui ont finies par éclipser son caractère plus doux. Il souffre mentalement, mais également physiquement, étant pris de terreurs nocturnes, d’insomnies. Si il cache son mal être depuis des années, il est néanmoins obligé de consulter un psychologue régulièrement. Finalement, la bête n’est peut-être pas si méchante que ça…il suffit de bien regarder. (12) Leonidas est un homme profondément dominateur. Il aime dominer, il aime posséder, il aime contrôler…C’est quelque chose qu’il ne contrôle absolument pas, mais c’est plus fort que lui et ce trait de caractère s’accentue dans ses relations physiques. Il n’est pas violent en soit, mais aime quand ça swing, malheureusement, il se lasse très vite de ses conquêtes et de part son arrogance et son caractère de merde, ne se gêne pas pour le faire remarquer. (13) Il joue merveilleusement bien du piano, mais aussi, dessine merveilleusement bien. D’ailleurs, Léo possède plusieurs journaux intimes qu’il a rempli au fil des années – depuis qu’il a 14 ans – et qu’il cache dans un coffre clairement sécurisé. Dedans sont couchées ses soucis, ses secrets, ses pensées les plus profondes. (14) Récemment, ses parents en ont eu marre de ses nombreuses conquêtes et le fait qu’il ne cesse d’être vu avec différentes filles chaque semaine. Ayant eu vent de ses faits, ils ont décidé de déclencher une procédure d’alliance avec la famille Windsor et donc, de le fiancer à Beth Windsor. Si Léonidas vient d’en avoir vent, il en ricane d’avance, s’étant jurer d’anéantir cette alliance avant même d’épouser la belle blonde… (15) Voyageur dans l’âme, Léonidas adore l’adrénaline et la cherche dans sa vie quotidiennement et parfois, même souvent, de la mauvaise façon. Drogues, alcools, sexe, bagarres, il s’autodétruit, se puni sans vraiment le réaliser et ça finira par causer sa perte.

(caractère) ✻ Manipulateur – Hautain – Joueur – Fêtard – Charmeur – Volage – Infidèle – Torturé – Franc – Menteur quand ça l’arrange – Provocateur – Courageux – Energique – Distrayant – Passionné – Romantique – Charismatique – Ingénieux – Intelligent – Intuitif – Impulsif – Passionné – Dominateur – Aime contrôler – Obstiné – Instable – Torturé – Jaloux – Possessif – Artiste dans l’âme – Râleur – Sans gêne – Joue sur les apparences – Enigmatique.

(a savoir) ✻ Léonidas est bisexuel, mais le cache de part son rang • Il est prince héritier d’Italie, mais possède également le titre de Duc de part sa famille. • C’est un dominateur dans l’âme, il aime posséder, contrôler. • Il a un frère cadet et deux sœurs cadettes. • II lame le chocolat blanc et noir, mais ne supporte pas les pralines. • Il aime la bonne cuisine et mange rarement des merdes, d’ailleurs, il a son propre cuisinier personnel. • Il est extrêmement intelligent • Il se drogue et boit énormément, mais ne l’avouera jamais à haute voix. • Il drague énormément et couche avec n'importe qui, d'ailleurs, Léo ne porte jamais de préservatif. • Il a été à columbia jusqu'à ses 23 ans.


⋆ — There's no escape I can't wait
I need a hit

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o2_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o3_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o1_250
(léonidas de savoie) - ligne de temps



⋆ — Never had a thing for fairytales
Not  really a believer

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio6_250
(blood) ✻ uc


⋆ —I am not afraid anymore
Standing in the eye of the storm

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio3_250
(best) uc
friends - uc
weird - Beth sa fiancée par obligation. Cette fille, il ne la supporte pas simplement pour ce qu'elle représente...Pourtant, il doit bien avouer que sans ça, elle aurait été terriblement à son gout.



⋆ — And  touch me like you never
and  push melike you never

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1tz29MykM1v6tl9so4_250
(present) célbâtardement fiancé par obligation
(complicated) Alexander son premier amour et probablement le seul qu'il aimera toute sa vie. Il lui a brisé le coeur en l'abandonnant il y a près de dix ans, mais Léo sait qu'il a fait la plus grande erreur de sa vie.

a ajouter : Alexander - Karma - Beth - Ella - Colombe - Frederik

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so9_250
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : boston
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Léo, votre majesté, apollon ça marche aussi
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, bien qu'en préparation pour des fiançailles princières que j'aimerais largement éviter avec Beth Windsor
Je viens de : Venise, en Italie
Dans la vie, je suis : étudiant en politique et langues étrangères
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Douglas Booth

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Caprisun
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 28/08/2019
, d'où les : 260
messages, dont : 1
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : loudsilence ( avatar) : persona (code profil) Hunt (gifs)
. Pour finir, je joue également : Hazaël (C hayes) & Orphéus (J Mcavoy)


⋆ — I learned toi live
half alive

LEONIDAS DE SAVOIE
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so6_250
(1) Léonidas est né dans la grande dynastie des de Savoie. Premier prince et donc, héritier du trône, il a été suivi par un frère et trois sœurs. Alfredo, 23 ans. Daniela, 20 ans et enfin, Violente 18 ans. Famille très stricte, avec les années, les de Savoie ont également hérités du titre de Duc et Duchesse en plus de leurs titres de princes et princesses. (2) Aussi surprenant que cela puisse être, Léonidas fut dans son enfance, un gosse très prometteur pour porter la couronne. Calme, patient, attentif, il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour plaire à ses parents. Très intelligent, il avait la capacité d’absorber les informations qui lui étaient données avec rapidité et avait l’œil du détail. (3) Très proche de son frère et ses sœurs au départ, il prenait son rôle de grand frère très à cœur. Toujours en train de s’occuper des siens, suivi par ses nombreuses gouvernantes, il avait même tendance à être un enfant hyper protecteur quand il s’agissait de son frère et ses sœurs. Malheureusement, comme bien souvent, les choses changent trop rapidement. (4) Etant né de la royauté Italienne, il a rapidement senti peser sur ses épaules un poids dont il ne voulait pas. On attendait trop de lui, exigeait trop de lui et ça le dépassait. Petit à petit, il a commencé à se mettre en retrait, à changer pour devenir plus froid, plus arrogant, plus hautain, se forgeant une carapace. (5) Il a, naturellement, fréquenté la haute sphère et notamment la royauté européenne et ce, depuis son enfance. Notamment, la famille Windsor et plus précisément, Alexander. Jouant ensemble dans le bac à sable, avec les années, autre chose a fini par s’installer. Vers 14 ans, Léonidas se mit à éprouver de l’attirance pour son ami, une attirance incontrôlable qui apparemment, fut rapidement réciproque et dangereuse. (6) A seize ans, lors d’un baptême, Alexander et lui se sont éclipsés pour coucher ensemble dans une pièce isolée. Alexander fut de un, sa première fois, mais également sa première love story cachée et donc, son premier amour interdit. Parce que oui, deux hommes ensembles, dans une famille catholique, c’est loin d’être naturel et davantage, accepté pour le futur dirigeant. Durant plusieurs mois, ils enchaînèrent les rencontres secrètes, les rapprochements intimes et ce, jusqu’à ce que Léonidas prenne peur devant tous les obstacles à surmonter devant cette relation. Du jour au lendemain, il cesse de parler à l’homme qu’il aime et s’éloigne de lui sans raison. Léonidas en arrive à s’isoler dans un autre pays durant plusieurs mois pur l’oublier. (7) Depuis ce jour, Léonidas ne fut plus jamais le même. Se fermant totalement aux émotions, il accumule les conquêtes, enchaîne les conneries et trouve en son meilleur ami, Frederik, un complice évident. Touchant à la drogue, à l’alcool, il devient même limite violent lors de ses crises de colère. Néanmoins, en public, Léonidas manipule merveilleusement bien les apparences et passe pour le prince parfait, souriant, à la gueule d’ange. Seuls quelques rares exceptions savent vraiment de quoi il est capable, dont sa famille qui n’en peuvent plus de ses frasques. (8) Il entre à Columbia à dix-huit ans pour entamer ses études universitaires. Un moyen pour lui de s’éloigner des siens, de prendre son envole et dégager sa responsabilité de Prince héritier durant quelques années. Néanmoins, ses études là-bas ne font qu’accentuer son mauvais caractère et davantage, son tempérament festif. (9) Durant ses années à Columbia, il enchaîne les conquêtes, les fêtes et non sans mentir, se tape le plus de filles possibles et dans l’ombre, des mecs. Parce que oui, Léonidas est bel et bien bisexuel, bien que personne – à part ses conquêtes – ne soient au courant. Puis un jour, il va trop loin et couche avec une jeune professeur en langues et est surpris par son frère…Pour éviter un scandale, ses parents décident de le faire entrer à Harvard et l’éloigner de Columbia. (10) Il entre donc à Harvard avec des prétextes plus catholiques en 2016, alors qu’il avait 23 ans et son frère le suit. Si ça aurait dû lui mettre du plomb dans la tête, ce ne fut clairement pas le cas. Il retrouve son meilleur ami, Frederik et ça ne fait que le ravir davantage. Léonidas reprend ses frasques avec plus d’intensités et, encore plus, quand il apprend que la famille Windsor est également à Harvard. Il fait donc tout pour éviter ceux-ci, un membre en particulier…De part son charisme, ses manies, il se fait rapidement une place dans la sphère de Harvard. (11) Léo a beau être d’apparences hautaines et arrogantes, en réalité, c’est un grand romantique dans l’âme. Ayant énormément souffert de sa rupture avec Alexander, il s’est formé des barrières qui ont finies par éclipser son caractère plus doux. Il souffre mentalement, mais également physiquement, étant pris de terreurs nocturnes, d’insomnies. Si il cache son mal être depuis des années, il est néanmoins obligé de consulter un psychologue régulièrement. Finalement, la bête n’est peut-être pas si méchante que ça…il suffit de bien regarder. (12) Leonidas est un homme profondément dominateur. Il aime dominer, il aime posséder, il aime contrôler…C’est quelque chose qu’il ne contrôle absolument pas, mais c’est plus fort que lui et ce trait de caractère s’accentue dans ses relations physiques. Il n’est pas violent en soit, mais aime quand ça swing, malheureusement, il se lasse très vite de ses conquêtes et de part son arrogance et son caractère de merde, ne se gêne pas pour le faire remarquer. (13) Il joue merveilleusement bien du piano, mais aussi, dessine merveilleusement bien. D’ailleurs, Léo possède plusieurs journaux intimes qu’il a rempli au fil des années – depuis qu’il a 14 ans – et qu’il cache dans un coffre clairement sécurisé. Dedans sont couchées ses soucis, ses secrets, ses pensées les plus profondes. (14) Récemment, ses parents en ont eu marre de ses nombreuses conquêtes et le fait qu’il ne cesse d’être vu avec différentes filles chaque semaine. Ayant eu vent de ses faits, ils ont décidé de déclencher une procédure d’alliance avec la famille Windsor et donc, de le fiancer à Beth Windsor. Si Léonidas vient d’en avoir vent, il en ricane d’avance, s’étant jurer d’anéantir cette alliance avant même d’épouser la belle blonde… (15) Voyageur dans l’âme, Léonidas adore l’adrénaline et la cherche dans sa vie quotidiennement et parfois, même souvent, de la mauvaise façon. Drogues, alcools, sexe, bagarres, il s’autodétruit, se puni sans vraiment le réaliser et ça finira par causer sa perte.

(caractère) ✻ Manipulateur – Hautain – Joueur – Fêtard – Charmeur – Volage – Infidèle – Torturé – Franc – Menteur quand ça l’arrange – Provocateur – Courageux – Energique – Distrayant – Passionné – Romantique – Charismatique – Ingénieux – Intelligent – Intuitif – Impulsif – Passionné – Dominateur – Aime contrôler – Obstiné – Instable – Torturé – Jaloux – Possessif – Artiste dans l’âme – Râleur – Sans gêne – Joue sur les apparences – Enigmatique.

(a savoir) ✻ Léonidas est bisexuel, mais le cache de part son rang • Il est prince héritier d’Italie, mais possède également le titre de Duc de part sa famille. • C’est un dominateur dans l’âme, il aime posséder, contrôler. • Il a un frère cadet et deux sœurs cadettes. • II lame le chocolat blanc et noir, mais ne supporte pas les pralines. • Il aime la bonne cuisine et mange rarement des merdes, d’ailleurs, il a son propre cuisinier personnel. • Il est extrêmement intelligent • Il se drogue et boit énormément, mais ne l’avouera jamais à haute voix. • Il drague énormément et couche avec n'importe qui, d'ailleurs, Léo ne porte jamais de préservatif. • Il a été à columbia jusqu'à ses 23 ans.


⋆ — There's no escape I can't wait
I need a hit

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o2_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o3_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o1_250
(léonidas de savoie) - ligne de temps



⋆ — Never had a thing for fairytales
Not  really a believer

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio6_250
(blood) ✻ uc


⋆ —I am not afraid anymore
Standing in the eye of the storm

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio3_250
(best) uc
friends - uc
weird - Beth sa fiancée par obligation. Cette fille, il ne la supporte pas simplement pour ce qu'elle représente...Pourtant, il doit bien avouer que sans ça, elle aurait été terriblement à son gout.



⋆ — And  touch me like you never
and  push melike you never

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1tz29MykM1v6tl9so4_250
(present) célbâtardement fiancé par obligation
(complicated) Alexander son premier amour et probablement le seul qu'il aimera toute sa vie. Il lui a brisé le coeur en l'abandonnant il y a près de dix ans, mais Léo sait qu'il a fait la plus grande erreur de sa vie.

a ajouter : Alexander - Karma - Beth - Ella - Colombe - Frederik


   

Play with me  ★ ─ w/ @Lorenzo Grimm

   Boum, boum, boum. Et ça résonne dans mes oreilles, le sang grimpe, s’affole. Les organes se gonflent, se vides, deviennent plus difficiles à trouver sous la folie qui me dévore, qui me parcoure. Il est le déclencheur de celle-ci, l’envouteur de la bête qui veut mordre, qui veut gronder à son oreille. L’animal veut se rassasier…Possessivité dominatrice déplacée, qui ne devrait pas exister. Je m’en amuse autant que je m’en offusque…Je devrais rester tranquille, ne pas broncher devant tant de provocation. Petite chose insouciante. Il va déclencher une avalange, une tempête, un raz-de-marée en une seule seconde, une seule minute, une seule nuit. L’enfant disparaitra, ses traits se détruiront sous les coups de plaisirs engendré par sa propre bêtise. Et pourtant, je suis là, coincé dans mon propre jeu…Coincé par cette foule trop dense, par cette foule qui pourrait s’avérer être témoin de mes soucis, de mes besoins, de mon propre désir purulant. Et j’ai envie de le détruire, de l’écraser entre mes doigts mais d’une façon tellement merveilleuse qu’il e réclamera davantage. Viens à moi que crient ses iris, déteste-moi que me hurle son corps, prends-moi que me murmure le silence de tout le reste…et c’est de ce silence que je me nourris, que je m’amuse. Il me veut autant que je le veux à l’heure actuelle. Il ne me fera pas croire à son jeu innocent, autant que je ne lui ferais pas gober que mes doigts se fermant autour de se verre au point de le briser n’est pas anodin. La partie est perdue d’avance, mais qui des deux sortira vainqueur de cet acte dangereux, de ce jeu dont seuls deux fous pourraient en apprécier les saveurs ? La question est là, éternelle, sans jamais de véritables réponses. Parce qu’il aura ce qu’il veut, mais j’aurais également ce que je désire…Nous sommes vainqueurs dans une foule de débiles, victorieux dans une guerre charnelle passionnée et brutale à l’avenir incertain. Et c’est de ça dont j’ai besoin…de ce qu’il me donne, de ce que je lui procure sans préavis, sans date d’expiration. Parce que tant qu’il traversera les mêmes lieux que moi, la domination rôdera, l’animal s’éveillera pour mieux s’accaparer sa proie, encore et encore, quitte à l’arracher d’autres mains comme ce soir. Et le pire, dans tout ça, c’est que jamais je ne regrette. Ses gémissements sont mon but, ma récompense et ses soupires ma mélodie du moment, ma symphonie diablesse et jamais erronée.

Mais la soirée ne fait que commencer, que pointer le bout de son nez. Le monstre se cache encore, ne dévoile rien avant que l’obscurité soit totale. Je dois contenir la bête, la brider, la caresser dans le sens du poil pour qu’elle reste sage ne serait-ce que quelques minutes encore. Et je m’éloigne en silence, d’un simple regard, je sais qu’il comprend, qu’il n’a pas besoin d’une pancarte ou d’un carton d’invitation. Non, pas lui, il connait les ténèbres qui m’abritent, il sait exactement comment je fonctionne et tout ça l’amuse à en rire aux éclats. Qui rira bien rira le dernier, voilà ce qui se trame entre nous, dans ma carcasse enflammée par des envies peux catholiques. Les portes s’ouvrent et se ferment, une après l’autre, alors que l’odeur de la cigarette vient caresser mes narines, se mélangeant aux reflux de sueurs et d’autres conneries. Le meilleur aphrodisiaque au monde, la puanteur de la luxure et de ce que présage le reste de notre soirée. La porte du bonheur est trouvée, donnant sur une salle de sport assez simple et basique. Rien d’exceptionnel, mais assez grande pour abriter nos méfaits et isolée par les murs et cette musique qui frappe les autres salles, prête à couvrir la débauche qui s’y enchaînera. Et je patiente, sagement, ou presque. Plus les secondes s’écoulent et plus la colère vient serpenter dans mes veines, venant faire gronder d’impatience ce qui m’abrite. Il ose…ose ne pas venir plus rapidement, la sentence sera terrible, brutale, diabolique. Et les pupilles se dilatent, le cœur bat plus lentement…mauvais signe, ça ne présage qu’une explosion qui ne tardera pas. Pourtant il arrive, sursaute face à la porte qui claque. Je reste silencieux, amusé. La cage s’ouvre doucement, très doucement, dans un grincement silencieux, invisible. L’animal grimpe, s’agrippe à mes entrailles pour chercher la porte de sortie de cette brusque liberté tant recherchée. Boum, boum, boum, le cœur s’accélère, les organes reviennent à la vie plus la cage s’ouvre, plus elle approche…encore une fraction de seconde, pas besoin de plus, pas besoin de moins. Elle est là…presque là…bientôt là…trois…deux…un…et les griffes auraient pu m’en sortir, et les crocs transpercer mes gencives si une telle chose existait. Doigts enroulés autour de sa gorge, corps collé au sien, son gémissement répond à mes attentes. Continue mon ange, ça me donne des ailes, aussi brûlées soient elles.

Les mots roulent le long de mes lèvres, viennent s’écraser contre son souffle. Tout ça n’est qu’un jeu, une partie compliquée, une partie sournoise faite de nombreuses stratégies. Il me cherche, je réplique, jusqu’à ce que je gagne pour mieux posséder la victoire et le trophée qui va avec…lui. Oh oui, je sais à quel point c’est un vilain garçon, mais ce vilain garçon est miens. A l’heure actuel, absolue, il m’appartient. Quoi qu’il ait fait avant, quoi qu’il fasse après, son âme est entachée par la mienne. Il réclame mon corps sans pudeur, obtiens mes ferveurs. Mais il rit et…pour le faire taire, je sais exactement quoi faire. Sans rien dire, sans mot prononcé, je viens mordre sa lèvre inférieure brutalement, férocement. Faire mal dans une demi-mesure, juste pour qu’il apprenne à la fermer, juste pour punir, pour mieux obtenir la fois suivante. Mes dents agrippent, mes lèvres aspirent pour enfin relâcher leur emprise mauvaise. « Et tu sais que j’adore te donner la punition digne de tes mauvaises actions. » Les marques arrivent au grand jour, viennent à être révélées. L’abomination sous mes yeux, le déclencheur d’une grande fureur qui a entaillé ma peau par de petits débris de verres. Il s’en amuse, sourit davantage. Provocant, sournois, il sait comme orienter l’animal pour qu’elle gronde plus fort, pour qu’elle perte patience et le désir davantage. Partager n’est pas dans la nature de l’homme, encore moins dans la mienne…pas quand les traces de ces méfaits sont offertes à mes iris. Et ses mots explosent, résonnent à mes tympans comme une énième et dernière provocation. Parce que le contrôle disparait, s’envole. Je ne suis pas stupide, ne le serais jamais. L’intelligence est un art que je possède, que j’ai exploité avec les années, je n’en serais pas là si ça n’avait pas été le cas. Son job…petit con. Je le relâche…une seule pette seconde, pas assez pour lui laisser une marge de manœuvre. Si mes iris avaient pu changer, elles seraient devenues noirs comme les abysses dans lequel je me plonge volontiers. Oh mon ange, tu viens de signer ton arrêt de mort, mêmes tes supplications gémissantes ne te serviront plus à rien. Je le retourne pour qu’il fasse face au mur, s’y colle, sa joue appuyée dessus, mes doigts dans ses cheveux, mon corps bloquant le sien. Souffle rogue, étouffé qui s’échappe vers son oreille alors que mes lèvres frôlent le lobe de celle-ci.

« Encore un mot et je te prends contre ce mur sans même prendre la peine, ne serait-ce qu’une seconde, de te préparer à un quelconque plaisir…prendras-tu le risque ? » Grondais-je à son oreille alors que ma seconde main, libre, glisse entre son corps et le mur pour descendre vers un sud déjà tant exploité et pourtant désiré. « Je ne suis pas eux, je ne serais jamais eux….là où ils payent, je prends, là est la différence….comprends-tu la nuance ? » Question qui n’en est pas vraiment une alors que mes lèvres frôlent la peau de son cou, que mes doigts tirent sa tête en arrière sans grande douceur. Et pourtant, dans ces actes, la douleur n’est pas vraiment là, pas encore. Mon moi brutale me supplie de punir cet effronté, mais le dominateur à l’état brute se refuse d’aller aussi loin.


   

   credits img/gif: tumblr, kawaiinekoj
   code by lumos s.
   



--- and suddenly
i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas
PFORZHEIMER HOUSE BIZUT
Léonidas de Savoie
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-love-harvard.com/t107847-leonidas-de-savoie-grant-gustin#3917870 http://www.i-love-harvard.com/t107848-lenonidas-parce-que-je-suis-comme-le-chocolat-je-rends-obese#3917936 http://www.i-love-harvard.com/t107851-leonidas-de-savoie-456-961-3467#3917973 http://www.i-love-harvard.com/t107849-leonidas-de-savoie#3917938
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so9_250
On s'connaît ? Tu sais, moi j'habite à : boston
$ de côté ! Tu peux m'appeler : Léo, votre majesté, apollon ça marche aussi
, j'ai : 26
ans, et si t'es curieux, je suis : célibataire, bien qu'en préparation pour des fiançailles princières que j'aimerais largement éviter avec Beth Windsor
Je viens de : Venise, en Italie
Dans la vie, je suis : étudiant en politique et langues étrangères
et... on m'a déjà dit que je ressemblais à : Douglas Booth

Et hors jeu, ça donne quoi ? On m'appelle : Caprisun
, fidèle au poste sous ce compte depuis le : 28/08/2019
, d'où les : 260
messages, dont : 1
rps ce mois-ci. Merci aux doigts de fée de : loudsilence ( avatar) : persona (code profil) Hunt (gifs)
. Pour finir, je joue également : Hazaël (C hayes) & Orphéus (J Mcavoy)


⋆ — I learned toi live
half alive

LEONIDAS DE SAVOIE
Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o2xiqdkj401v6tl9so6_250
(1) Léonidas est né dans la grande dynastie des de Savoie. Premier prince et donc, héritier du trône, il a été suivi par un frère et trois sœurs. Alfredo, 23 ans. Daniela, 20 ans et enfin, Violente 18 ans. Famille très stricte, avec les années, les de Savoie ont également hérités du titre de Duc et Duchesse en plus de leurs titres de princes et princesses. (2) Aussi surprenant que cela puisse être, Léonidas fut dans son enfance, un gosse très prometteur pour porter la couronne. Calme, patient, attentif, il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour plaire à ses parents. Très intelligent, il avait la capacité d’absorber les informations qui lui étaient données avec rapidité et avait l’œil du détail. (3) Très proche de son frère et ses sœurs au départ, il prenait son rôle de grand frère très à cœur. Toujours en train de s’occuper des siens, suivi par ses nombreuses gouvernantes, il avait même tendance à être un enfant hyper protecteur quand il s’agissait de son frère et ses sœurs. Malheureusement, comme bien souvent, les choses changent trop rapidement. (4) Etant né de la royauté Italienne, il a rapidement senti peser sur ses épaules un poids dont il ne voulait pas. On attendait trop de lui, exigeait trop de lui et ça le dépassait. Petit à petit, il a commencé à se mettre en retrait, à changer pour devenir plus froid, plus arrogant, plus hautain, se forgeant une carapace. (5) Il a, naturellement, fréquenté la haute sphère et notamment la royauté européenne et ce, depuis son enfance. Notamment, la famille Windsor et plus précisément, Alexander. Jouant ensemble dans le bac à sable, avec les années, autre chose a fini par s’installer. Vers 14 ans, Léonidas se mit à éprouver de l’attirance pour son ami, une attirance incontrôlable qui apparemment, fut rapidement réciproque et dangereuse. (6) A seize ans, lors d’un baptême, Alexander et lui se sont éclipsés pour coucher ensemble dans une pièce isolée. Alexander fut de un, sa première fois, mais également sa première love story cachée et donc, son premier amour interdit. Parce que oui, deux hommes ensembles, dans une famille catholique, c’est loin d’être naturel et davantage, accepté pour le futur dirigeant. Durant plusieurs mois, ils enchaînèrent les rencontres secrètes, les rapprochements intimes et ce, jusqu’à ce que Léonidas prenne peur devant tous les obstacles à surmonter devant cette relation. Du jour au lendemain, il cesse de parler à l’homme qu’il aime et s’éloigne de lui sans raison. Léonidas en arrive à s’isoler dans un autre pays durant plusieurs mois pur l’oublier. (7) Depuis ce jour, Léonidas ne fut plus jamais le même. Se fermant totalement aux émotions, il accumule les conquêtes, enchaîne les conneries et trouve en son meilleur ami, Frederik, un complice évident. Touchant à la drogue, à l’alcool, il devient même limite violent lors de ses crises de colère. Néanmoins, en public, Léonidas manipule merveilleusement bien les apparences et passe pour le prince parfait, souriant, à la gueule d’ange. Seuls quelques rares exceptions savent vraiment de quoi il est capable, dont sa famille qui n’en peuvent plus de ses frasques. (8) Il entre à Columbia à dix-huit ans pour entamer ses études universitaires. Un moyen pour lui de s’éloigner des siens, de prendre son envole et dégager sa responsabilité de Prince héritier durant quelques années. Néanmoins, ses études là-bas ne font qu’accentuer son mauvais caractère et davantage, son tempérament festif. (9) Durant ses années à Columbia, il enchaîne les conquêtes, les fêtes et non sans mentir, se tape le plus de filles possibles et dans l’ombre, des mecs. Parce que oui, Léonidas est bel et bien bisexuel, bien que personne – à part ses conquêtes – ne soient au courant. Puis un jour, il va trop loin et couche avec une jeune professeur en langues et est surpris par son frère…Pour éviter un scandale, ses parents décident de le faire entrer à Harvard et l’éloigner de Columbia. (10) Il entre donc à Harvard avec des prétextes plus catholiques en 2016, alors qu’il avait 23 ans et son frère le suit. Si ça aurait dû lui mettre du plomb dans la tête, ce ne fut clairement pas le cas. Il retrouve son meilleur ami, Frederik et ça ne fait que le ravir davantage. Léonidas reprend ses frasques avec plus d’intensités et, encore plus, quand il apprend que la famille Windsor est également à Harvard. Il fait donc tout pour éviter ceux-ci, un membre en particulier…De part son charisme, ses manies, il se fait rapidement une place dans la sphère de Harvard. (11) Léo a beau être d’apparences hautaines et arrogantes, en réalité, c’est un grand romantique dans l’âme. Ayant énormément souffert de sa rupture avec Alexander, il s’est formé des barrières qui ont finies par éclipser son caractère plus doux. Il souffre mentalement, mais également physiquement, étant pris de terreurs nocturnes, d’insomnies. Si il cache son mal être depuis des années, il est néanmoins obligé de consulter un psychologue régulièrement. Finalement, la bête n’est peut-être pas si méchante que ça…il suffit de bien regarder. (12) Leonidas est un homme profondément dominateur. Il aime dominer, il aime posséder, il aime contrôler…C’est quelque chose qu’il ne contrôle absolument pas, mais c’est plus fort que lui et ce trait de caractère s’accentue dans ses relations physiques. Il n’est pas violent en soit, mais aime quand ça swing, malheureusement, il se lasse très vite de ses conquêtes et de part son arrogance et son caractère de merde, ne se gêne pas pour le faire remarquer. (13) Il joue merveilleusement bien du piano, mais aussi, dessine merveilleusement bien. D’ailleurs, Léo possède plusieurs journaux intimes qu’il a rempli au fil des années – depuis qu’il a 14 ans – et qu’il cache dans un coffre clairement sécurisé. Dedans sont couchées ses soucis, ses secrets, ses pensées les plus profondes. (14) Récemment, ses parents en ont eu marre de ses nombreuses conquêtes et le fait qu’il ne cesse d’être vu avec différentes filles chaque semaine. Ayant eu vent de ses faits, ils ont décidé de déclencher une procédure d’alliance avec la famille Windsor et donc, de le fiancer à Beth Windsor. Si Léonidas vient d’en avoir vent, il en ricane d’avance, s’étant jurer d’anéantir cette alliance avant même d’épouser la belle blonde… (15) Voyageur dans l’âme, Léonidas adore l’adrénaline et la cherche dans sa vie quotidiennement et parfois, même souvent, de la mauvaise façon. Drogues, alcools, sexe, bagarres, il s’autodétruit, se puni sans vraiment le réaliser et ça finira par causer sa perte.

(caractère) ✻ Manipulateur – Hautain – Joueur – Fêtard – Charmeur – Volage – Infidèle – Torturé – Franc – Menteur quand ça l’arrange – Provocateur – Courageux – Energique – Distrayant – Passionné – Romantique – Charismatique – Ingénieux – Intelligent – Intuitif – Impulsif – Passionné – Dominateur – Aime contrôler – Obstiné – Instable – Torturé – Jaloux – Possessif – Artiste dans l’âme – Râleur – Sans gêne – Joue sur les apparences – Enigmatique.

(a savoir) ✻ Léonidas est bisexuel, mais le cache de part son rang • Il est prince héritier d’Italie, mais possède également le titre de Duc de part sa famille. • C’est un dominateur dans l’âme, il aime posséder, contrôler. • Il a un frère cadet et deux sœurs cadettes. • II lame le chocolat blanc et noir, mais ne supporte pas les pralines. • Il aime la bonne cuisine et mange rarement des merdes, d’ailleurs, il a son propre cuisinier personnel. • Il est extrêmement intelligent • Il se drogue et boit énormément, mais ne l’avouera jamais à haute voix. • Il drague énormément et couche avec n'importe qui, d'ailleurs, Léo ne porte jamais de préservatif. • Il a été à columbia jusqu'à ses 23 ans.


⋆ — There's no escape I can't wait
I need a hit

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o2_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o3_250 Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1odfbgBJa1v5p8a8o1_250
(léonidas de savoie) - ligne de temps



⋆ — Never had a thing for fairytales
Not  really a believer

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio6_250
(blood) ✻ uc


⋆ —I am not afraid anymore
Standing in the eye of the storm

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o04npc0V6r1qbe3lio3_250
(best) uc
friends - uc
weird - Beth sa fiancée par obligation. Cette fille, il ne la supporte pas simplement pour ce qu'elle représente...Pourtant, il doit bien avouer que sans ça, elle aurait été terriblement à son gout.



⋆ — And  touch me like you never
and  push melike you never

Play with me ♦ Léonidas  Tumblr_o1tz29MykM1v6tl9so4_250
(present) célbâtardement fiancé par obligation
(complicated) Alexander son premier amour et probablement le seul qu'il aimera toute sa vie. Il lui a brisé le coeur en l'abandonnant il y a près de dix ans, mais Léo sait qu'il a fait la plus grande erreur de sa vie.

a ajouter : Alexander - Karma - Beth - Ella - Colombe - Frederik


Veritas
JE SOUHAITE PARTICIPER À VERITAS: Oui
CES SECRETS NE PEUVENT PAS ÊTRE RÉVÉLÉS:

Play with me ♦ Léonidas  Empty
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Play with me ♦ Léonidas  Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: City center :: Les habitations-
Sauter vers: