::  :: RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

in my bone marrow (vimila)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Anonymous

(#) Ven 11 Jan - 11:48
Invité
Il a toujours été ce genre de gars à se cacher le visage, pas forcément effrayé du monde mais parce qu’il n’aimait pas être au-devant de la scène. Et aujourd’hui, avec Camila à ses côtés, il était propulsé dans un monde totalement inconnu. Puis ces montagnes russes émotionnelles, ça devenait de plus en plus difficile pour lui. Il n’arrivait pas à voir où ça pouvait le mener, rendre quelque chose de positif, de beau ou de concret s’ils passaient leur temps à se défoncer le cœur et l’âme à chaque seconde de leur relation. S’il n’y avait pas s’accalmie, comment est-ce qu’ils allaient pouvoir construire un avenir semblable à celui dans les films ? Les détracteurs de Camila ou de Victor devaient se réjouir de leur échec, de la merde dans laquelle ils s’amusaient à se foutre, et la douleur de perdre Camila ne pouvait s’égaler qu’en choisissant la voie des limbes. Mais cette fois, il sentait dans ses tripes que ça serait complètement différent. Ils allaient s’en sortir, trouver des solutions, communiquer. Il le fallait. Sinon, ça ne fonctionnerait pas. Et du plus profond de son cœur, de son ventre, il était fou amoureux d’elle. Alors après avoir remercié Zed et Ella de l’avoir remis sur pied, de l’avoir aidé, il avait pris le chemin retour pour aller chez Camila. Il tapait à la porte, des petits coups. Est-ce que c’était ridicule ? Ils l’étaient tous les deux, pour toujours et à jamais. Mais là, Victor s’en foutait complètement.

@Camila Wildingham
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Ven 11 Jan - 13:13
Invité
j’ai mal au coeur, j’ai mal partout. le simple fait que tu ne sois pas présent me donne une sensation de vide. comme si j’avais plus de but. j’ai passé des heures sous ma couette, des heures assise en tailleur sur la moquette, à pleurer, me détester, te détester aussi. et peut être que t’as raison, peut être que je ne suis pas capable de mettre ma fierté de côté. sûrement que c’est pour ça que les choses pètent aussi souvent. mais tu me manques. affreusement. j’voulais pas te mettre dehors, j’voulais pas que tu partes. et je sais aussi que si je te le dis pas, tu ne reviendras pas. alors je tente le tout pour le tout. quelques messages, des suppliques puis des excuses. j’ai l’impression que tu t’en fiches, que je suis allée trop loin, que y a une part de toi qui me pardonnera pas. et j’souffle à plusieurs reprises, pleure encore puis j’attends. j’attends que tu reviennes parce que j’ai besoin de toi. j’suis vêtue du seul tee shirt oublié dans un placard. pour me nourrir de ton odeur et avoir l’impression que j’ai un peu de toi avec moi. mais ça me suffit pas. je te veux toi. ça tape à la porte et je me redresse. j’ai mes longs cheveux blonds qui s’emmêlent mais j’cours presque jusqu’à la porte. j’cours pour te voir et te laisse même pas faire un pas avant de sauter dans tes bras. « i love you so much. i’m sorry. i love you. » tu le sais que je m’excuse jamais alors t’es assez grand pour comprendre que c’est sincère quand je le fais. « i can’t without you. i just… can’t. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Ven 11 Jan - 13:36
Invité
Et malgré tout, malgré les cris, les insultes, malgré les trous dans le cerveau et les incompréhensions, malgré tout ça, il ne restait que de l’amour. Du plus profond de son âme. Elle le consumait, et c’était ce feu dont il avait besoin pour tenir debout et fonctionner. Elle était aussi violente que lui, et évidemment que ça ferait des étincelles, mais ils s’ennuieraient, si ce n’était pas le cas non ? Alors il attendait, attendait, attendait… Et la porte s’ouvrit enfin sur une Camila simple, mais déterminée. Elle lui sauta presque dessus et Victor la souleva de terre pour qu’elle s’accroche à sa taille. Il fermait les yeux en plongeant son nez dans le cou de sa femme et respirer son essence, juste elle, son odeur. Il la serrait fort contre lui, fort, fort, fort… Peut-être qu’il lui ferait mal, mais il s’en foutait, il avait juste besoin de rester comme ça, aussi puissante dans sa poigne pour ne plus la laisser partir. « Don’t do this again babe. » C’était comme une boule de démolition en plein corps qu’il s’était reçu quand elle avait mis Victor dehors. Et cette sensation, il ne voulait jamais la retrouver dans n’importe quelle situation. Et quitte à se prendre des coups dans la gueule, quitte à ce qu’elle appelle les flics un jour, il ne la laisserait plus jamais le mettre dehors quand il sentait qu’elle avait plus que jamais besoin de lui. « I love you, love. Really. » Et il recula son visage pour la regarder entièrement. Elle était belle, même avec ses yeux rouges. Alors il attrapa ses lèvres dans les siennes, les yeux clos et les sourcils froncés. Il l’embrassait avec une force nouvelle, laissant passer plein de message dans ce geste pourtant anodin.

@Camila Wildingham
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Ven 11 Jan - 20:28
Invité
j’te jure, je peux pas. c’était horrible sans toi. j’me sentais vide de tout. clairement. et j’trouve ça flippant parce que je voulais pas. je voulais pas nourrir une dépendance à quelqu’un d’autre après lui. sauf que t’es arrivé et.. je contrôle plus rien. j’ai juste besoin de toi. j’ai besoin que tu sois là. et j’adore ça tu vois ? tes bras autour de moi qui me serre à me compresser la poitrine. mais je m’en fous tant que je te sens toi. « never » que je murmure. et si je pète les plombs une nouvelle fois, si je perds le contrôle, j’veux que tu m’empêches de faire ça. de te pousser vers la sortie. j’veux que tu me dises d’aller me faire foutre mais que tu t’en ailles pas. parce que je l’ai regretté à la seconde ou t’as passé la porte. « i love you too. i wanna spend every second of my life with you. » et tes lèvres venaient retrouver les miennes m’emplissant de cette sensation dont j’avais besoin. de cette plénitude. mes mains qui s’engouffrent dans tes cheveux et je reste là, mes jambes enroulés autour de toi, incapable de te lâcher. je t’embrasse à en perdre haleine, à me perdre moi même. « i’m sorry. i’m so sorry babe. for everything. for being mean. » pour tout ce que je te fais endurer à chaque fois. j’suis désolée. vraiment. « it’s just.. i’m so insecure when it comes to her. and i.. i hate her so much. i don’t want to lose you. i don’t want that one day you choose her over me. » et j’ai la voix qui déraille un peu parce que ouais, j’suis complètement terrifiée à cette idée là. j’te jure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Ven 11 Jan - 20:44
Invité
Alors la serrant un peu plus contre lui, Victor espère lui donner la force de se sentir rassuré dans le creux de ses bras. Il pouvait comprendre ce qu’elle pouvait ressentir malgré tout, il était humain et elle l’avait brisé. Il baisait plusieurs fois ses lèvres, qui tremblaient. Et ça le rendait dingue de savoir qu’elle avait souffert pendant ces trois jours. Alors il s’assit sur le sol, tant pis, il s’en foutait. Il collait son torse contre le sien, respirant chacune de ses fragrances pour ne jamais l’oublier même dans les moments les plus sombres. « Stop apologizing babe. I’m sorry too, i should have told you i’ve seen her. » La seule relation amoureuse qu’il avait eu, sérieuse du moins, c’était justement avec cette femme qu’elle haïssait tant, et ils étaient des gamins, ça ne valait rien. « You know, i said the other night i almost told she’s a bitch. And she said that the bastard needed a girl less… sick ? Because your internment was too much to take. All i can see is a coward. » Il vient caresser sa mâchoire du bout de son pouce. Comment est-ce qu’on pouvait faire du mal à un cœur pareil ? Il secouait la tête, l’incompréhension total pour un homme d’aller voir ailleurs quand on avait une fée à la maison. Il embrassait sa mâchoire en même temps. « Don’t freak out. She hits me. » C’était Louison, il n’avait pas spécialement eu mal. Peut-être à son ego mais c’était tout ce qu’il avait ressenti. De la colère. Pour Victor, ils n’avaient pas tous leurs torts. Le connard avait ses torts de tromper sa nana. Incapable de se contrôler. C’était tout. « Don’t need to worry about her anymore. Before you, i used to sell drugs and… i had cash. Dirty money, you know the story… » Il pinçait légèrement ses lèvres. « Now i’m clean of debt with her, and we can live… happily ever after ? » Et il se mit à rire légèrement dans son cou.

@Camila Wildingham
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Ven 11 Jan - 21:08
Invité
j’voudrais être plus confiante, me dire que je n’ai pas de souci à me faire mais.. j’fonctionne plus comme ça. j’y arrive plus. probablement parce qu’il a anéanti toute la confiance que je pouvais avoir en moi par le passé. ouais.. et je sais que je dois travailler sur moi mais j’arrête pas de me répéter que je ne te mérite probablement pas et que tu finiras par partir parce qu’il y aura toujours mieux que moi. et finalement, tu t’assoies sur le sol, moi toujours accrochée à toi, nos deux corps aimantés. « probably. but i’ll have to listen when you say something. not.. yelling like a crazy person. » t’es conscient que je suis tarée de toute façon, c’est pas vraiment nouveau. « sorry, what ? » j’recule ma tête pour te regarder alors que tes doigts glissent doucement sur ma mâchoire. et t’enchaînes en disant qu’elle t’as frappé. « she did what ? » putain, j’vais la démonter. vraiment. « i’m gonna kill her. » vraiment. elle te touche pas. peu importe ce qu’elle dit sur moi, elle ne te touche pas. « yeah. happily ever after. but before, i’m gonna kill her. like.. really. » j’plaisante pas. et j’pose mes lèvres sur ton nez, ta joue, ta mâchoire, tes lèvres. ainsi de suite. inlassablement. « oh god.. i hate her so much. » j’roule des yeux avant de t’embrasser une nouvelle fois. « you love me more than you love her ? » ça peut sembler puéril mais c’est une véritable question. j’veux vraiment savoir. j’en ai besoin. j’veux plus être laissée pour compte, être le second choix, la roue de secours. « i know i’m sick.. and a lot of things but.. i really try to do my best so.. tell me you’re not gonna break up with me. » s’il te plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Ven 11 Jan - 21:21
Invité
Il fallait peut-être se préparer à combattre d’autres démons, celui de la communication et du partage, celui de la confiance et du don de soi. Ils allaient devoir apprendre à se parler comme de adultes, à poser les bonnes questions. S’engager dans une vraie relation de grandes personnes. Parce qu’ils n’avaient agi que comme des enfants depuis le début de leur rencontre. « I don’t care if she hits me or not. It’s over now. You don’t need to see her again, and you don’t need to see him again. They’re out of our lives forever, now. Except Harvard. » Il ricana légèrement. C’était l’un des endroits les plus fréquentés par Camila, Victor, Pluton et Louison. Ils y étudiaient tous les quatre, et la situation de se croiser dans les couloirs, main dans la main de l’autre, risquait de créer la troisième guerre mondiale. « Let her live. Let her see how she didn’t destroy you with the help of the son of a bitch. Show them they didn’t win. It’s your best revenge babe. » Puis elle s’inquiétait à nouveau. Elle avait peur, elle était terrifiée. Et son regard qui paraissait affolé. Victor se mordit la lèvre, un petit sourire attendrit aux lèvres de la voir dans cet état. Pour lui. Il se sentait profondément aimé. Et cette sensation, elle était merveilleuse. Alors il prit le visage de Camila entre ses mains. « Look at me, love. I’m not gonna break up with you. Louison, it was a teenage love. You and me, it’s above everything. I want you to be, one day, miss Multrier. I’ve got an awful name, you can keep yours. Plus mine. » Il rit en fronçant le nez. « I want you to carry our children. I want the big picture, the house, the kids, the dog, the wife. Just because of you. I want to visit my father and show him i’m a made of man of me by myself, i want you to show your haters that you’re happy. You will shine, babe, i promise. » Elle méritiat tant d’amour, et il en avait à lui donner, ça débordait.

@Camila Wildingham
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Ven 11 Jan - 21:41
Invité
« i’m so glad to know you. » sérieusement. j’coulais. j’faisais que ça depuis des mois et toi, t’étais en train de me remonter. de me donner de l’espoir. de me faire croire que la vie valait la peine d’être vécue et j’te jure, je serais éternellement reconnaissante pour ça. « they didn’t win because i have you know. » et j’crois que je serais prête à repasser toutes les épreuves endurés si ça signifiait que tu serais sur mon chemin à la fin. tu vois, c’est à ce point là que je t’aime. au point d’être capable de tout affronter de nouveau. juste pour toi. « mh, i think you’re gonna take mine. you’re right, yours is afwul. » j’grimace mais je te taquine plus qu’autre chose. je m’en fiche de ton nom. qu’il soit laid ou pas. c’est pas ce qui m’importe tant que je reste avec toi. « i’m happy. i’m happy when you’re here. that’s all i need. » j’veux pas d’une vie de dingue, j’ai pas besoin d’un conte de fée. je te veux juste toi. « you know what ? i need a break. we can… take some plane tickets and go somewhere.. maybe australia ? just some holidays for you and me. » tu crois que tu pourrais faire ça ? prendre quelques temps juste pour nous deux. et on se tire, on va ou tu veux quand tu veux. on se coupe du monde et on se créer des souvenirs rien qu’à nous. loin de toute la merde que l’on a pu traverser ici. comme un renouveau, un départ à zéro, j’crois qu’on sera d’accord sur le fait qu’on en a probablement besoin. « or we can take only a week end. in new orleans maybe ? i don’t know. but.. » j’veux juste qu’on s’éloigne de tout ça. qu’on se ressource aussi peut être. peu importe ou on va tant qu’on est pas ici et que le voyage comprends toi et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Ven 11 Jan - 22:00
Invité
Il l’embrasse partout, surtout dans le cou, pour la faire se crisper tellement ça la chatouille. Mon dieu que son sourire lui avait manqué, son rire encore plus. Puis elle finit par lui demander de partir loin, juste un petit temps, pour qu’ils se créent enfin tous les deux loin de tout. « That’s… » Des vacances. Il avait l’impression qu’il n’en avait pas prit depuis… toujours ? Il se frotta le bout du nez. « That’s the best idea ever. » Il se voyait sur une plage, en train de bronzer, le cul dans le sable aux côtés de Camila qui lisant un vieux magazine sur l’architecture du pays dans lequel ils étaient. Bref, un voyage de noce avant même le mariage. Il se mit à rire à cette pensée mais se brida plutôt rapidement. « I’m hungry baaabe… » Parce que même si elle ne cuisinait pas souvent, c’était ses plats, les meilleurs. « I didn’t taste your cupcakes. » Charly, ils en parleraient une autre fois. Ils avaient un peu de temps, même si c’était toujours d’actualité quelque part dans le creux de sa tête. D’abord, Victor voulait se concentrer sur réparer les petites failles qui les faisaient faiblir dans leur relation. « More communication, ok ? Tell me something you need for things going great.Truly. » Il ferait n’importe quoi pour qu’elle se rassure, qu’elle s’apaise. Puis il apprendra à Camila à s’aimer, à se regarder dans un miroir avec ses cicatrices et à embrasser celle qu’elle est. Il allait lui apprendre à se voir à travers ses yeux à lui. Il était trop tard pour eux, de toute façon, ils étaient foutus. Ils s’aimaient trop. C’était comme ça. Il n’y avait rien à faire. Et elle allait voir que la vraie vie, la belle vie, c’était celle avec Victor, pas avec l’autre connard. Parce que Victor, il l’abandonnerait pas. « I’ve got two propositions of country i wanna visit. Sweden or Australia. One is very cold, and the other is very… dangerous. » Il rit un peu. C’était la vérité. L’Australie était réputé pour être un pays aux animaux tueurs.

@Camila Wildingham
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

(#) Ven 11 Jan - 22:48
Invité
imagine un peu le tableau. toi et moi, ailleurs, à se soucier de rien d’autre que prendre du bon temps. pas de cours, pas d’obligation, personne pour venir interférer avec nous. ça serait le pieds en fait. « i have some good ideas sometimes » pas tout le temps parce que j’ai un tempérament tellement colérique que bien souvent, je ne réfléchis pas avant d’agir mais.. ça peut m’arriver. « i can make some if you want » j’aime pourtant pas vraiment faire à manger, ce qui explique pourquoi ça arrive que très rarement mais pour toi, j’peux faire l’effort. d’autant plus que je viens à peine de te retrouver. « i need.. honesty. all the time. » vraiment. même si c’est juste pour me dire que t’aimes pas ma robe ou une connerie dans le genre. je serais probablement vexée, j’te le cache pas mais.. j’préfère qu’on construise quelque chose d’honnête, qu’on se cache rien. « australia sounds good. we can.. go to the beach. and i swear, you gonna die the second you see me in swimsuit. » quoi que ça, c’était avant. avant toutes les cicatrices et les blessures que j’ai pu m’infliger. « oh god.. i love you. » pourquoi est-ce qu’on s’est autant fait la guerre toi et moi ? à s’insulter, se frapper, se dire des horreurs la plupart du temps quand on aurait pu s’aider dès le début ? « why you talked to me in first place ? » j’me demande en vrai. pourquoi est-ce qu’on a commencé à se voir, puis pourquoi c’est devenu constant. pourquoi t’étais toujours là malgré les insultes et pourquoi t’as pas pris la fuite quand t’as vu le désastre que je pouvais être. « you really think i’m a mess ? and.. i like self destruction, despair and hatred ? » j’ai imprimé tes mots trois jours plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LOVE HARVARD ::  :: RPs-
Sauter vers: